Archive pour le Tag 'Castex'

Page 3 sur 4

SONDAGE popularité Castex. : Grosse chute

Covid-19 : Paris en « alerte maximale » comme Marseille mais pas de fermeture des restos !

Tous les indicateurs montrent que Paris, d’autres villes aussi comme Lyon, Lille, Grenoble, Toulouse, et Saint-Etienne ont depuis le 25 septembre atteint les limites qui les classent en alerte maximale. La décision les concernant sera prise lundi. Par contre, contrairement à Marseille il est vraisemblable qu’on ne fermera pas les cafés et les restaurants à Paris. Pourquoi ? Tout simplement parce que Paris est la capitale et que les lobbys peuvent peser davantage qu’à Marseille. On notera évidemment la grande différence de traitement entre Paris et Marseille;  cela d’autant plus que les experts eux-mêmes ne sont même pas l’accord à Marseille sur les critères qui justifient le classement en alerte maximale. Du coup, pour ne pas être encore une fois ridicule, le ministre de la santé pourrait décider de réouvrir avec des conditions les cafés et restaurants de Marseille.

 

.A Paris et sa petite couronne, les trois seuils fixés par le gouvernement pour passer en « zone d’alerte maximale » ont été dépassés, mais que « depuis quelques heures ». Les données seront donc réexaminées ce dimanche pour un éventuel renforcement des restrictions dès ce lundi. Un tel classement « supposera que les habitants de Paris et de la petite couronne réduisent temporairement leurs interactions sociales de manière drastique, en tout cas plus importante que ce qu’ils font déjà : plus de fêtes de famille, plus de soirées, fermeture totale des bars », a rappelé Olivier Véran. Une nouvelle fois le ministre de la santé pourrait se contredire si l’on en juge après son communiqué du 1er octobre :

Si Paris et sa petite couronne passent en alerte maximale « dès lundi », les bars devront alors totalement fermer. Les restaurants pourraient rester ouverts, des discussions vont avoir lieu. En revanche, les fêtes de familles et les soirées seront interdites (@olivierveranpic.twitter.com/detYJ6X2Ux

 

SONDAGE popularité Castex. : Grosse chute

D’après la moyenne des sondages qu’effectue le JDD Castex est passé en juillet  de 49,4% à 42,29% de satisfaction en septembre.

Dans le détail, la popularité d’Emmanuel Macron se situe en septembre dans un intervalle qui va de 35% à 45% de satisfaction, avec des évolutions diverses en fonction des instituts.

  • Il perd six points en un mois chez BVA (à 38% contre 44% en août et 39% en juillet), quatre chez Elabe (à 35% contre 39% en août et déjà 35% en juillet).
  • Il prend deux points en un mois dans le baromètre Ifop-JDD (de 36% à 38%), deux points en deux mois chez Kantar (de 33% à 35%) et un point dans le baromètre Ifop-Paris Match (de 38% à 39%) et celui d’Ipsos (de 39% à 40%). Enfin, il stagne chez Harris Interactive (45%).

Au-delà de la question exacte qui est posée, les différences d’une enquête à l’autre peuvent aussi relever de la méthodologie utilisée par chacun des instituts (mode de collecte, taille et « redressement » de l’échantillon…) appelle le JDD qui devrait aussi préciser que cela dépend aussi de la coloration politique du journal. !

Jean Castex : encore un rendez-vous manqué

Jean Castex : encore un rendez-vous manqué

 

 

Lors de sa première interview sur TF1 Jean Castex n’avait déjà pas attiré une audience phénoménale, autour seulement de 5 millions de téléspectateurs. Sur France 2 jeudi, la participation devrait être encore très inférieure. Pour preuve le peu de reprise par les grands médias de son intervention. De toute manière il n’y avait pas grand-chose à retenir de nouveau et de vraiment intéressant. De toute évidence, Jean Castex semble flotter dans son costume de Premier ministre. En outre en dépit de son volontarisme apparent, il  a quand même donné l’impression d’être plutôt un prophète du pessimisme en n’ excluant plus un retour du confinement. L’intéressé a beaucoup trop centré son intervention sur la question sanitaire.

«Si nous n’agissons pas – et nous allons agir ! -, (…) on pourrait se retrouver dans une situation proche de celle qu’on a connue au printemps», a prévenu Jean Castex. «Ça pourrait dire reconfinement», a concédé le premier ministre, selon qui «il faut l’éviter» à tout prix.

Le premier ministre à passer du temps à justifier les mesures annoncées par le ministre de la santé notamment vis-à-vis des bars et des restaurants en général et ceux de Marseille en particulier. «On a trois fois plus de chances de se contaminer dans un bar qu’ailleurs, deux fois plus dans un restaurant», a justifié Jean Castex. Le premier ministre a toutefois promis que les restaurateurs concernés seront «indemnisés» via un recours au chômage partiel, une exonération de charges sociales, et au Fonds de solidarité pour les entreprises.

Sur  la question de l’emploi, le Premier ministre n’a guère innové avec une promesse d’une éventuelle reconversion assez illusoire. «On va se battre» mais «la partie va être compliquée». Jean Castex a promis que l’exécutif mettra tout en œuvre pour que l’usine Bridgestone de Béthune (Pas-de-Calais) «ne ferme pas ou se reconvertisse». Face à la vague  de faillite qui se prépare ( 100 000 prévus d’ici la fin de l’année) Jean Castex a vanté les mérites de l’allégement fiscal décidé par le gouvernement.

Le Premier ministre, contrairement d’ailleurs à son ministre de la justice a souhaité concernant la sécurité des réponses pénales plus rapides et une police efficace. À noter l’augmentation du budget de la justice de 8 %.

Sur les retraites le  Premier ministre confirme le recul du gouvernement avec une mini réforme qui écartera les questions de financement. Une mini réforme qui n’est même pas certain d’aboutir compte tenu des échéances électorales. On se demande bien pourquoi le Premier ministre s’est exprimé sur le nombre de spectateurs autorisés à regarder le tennis à Roland-Garros à moins de meubler une intervention relativement terne.

Sondage popularité Castex: 60 % pas convaincus

Sondage popularité Castex: 60 % pas convaincus

Il apparaît de plus en plus évident que Castex n’a pas le niveau pour assumer le rôle de Premier ministre. Certes il a multiplié les déplacements un peu partout mais n’a pas été capable de montrer son efficacité pour 60 % de l’opinion..Après trois mois à la tête du gouvernement, il ne recueille qu’une minorité d’opinions favorables (46 %), selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et Franceinfo. Castex est même jugé moins convaincant que son prédécesseur: moins «compétent» (49 %, 4 points de moins), «solide» (44 %, 7 points de moins), «dynamique» (41 %, 14 points de moins) ou encore «charismatique» (30 %, 9 points de moins) que son prédécesseur. Sur le fond des dossiers, Jean Castex doit aussi convaincre les Français : six sur dix (60 %) estiment que ses trois premiers mois d’action ne sont pas réussis. Sur le fond des dossiers, Jean Castex doit convaincre les Français: six sur dix (60 %) estiment que ses trois premiers mois d’action ne sont pas réussis. «Compte tenu de ce premier bilan et des traits d’image peu flatteurs du chef du gouvernement, il semble logiquement assez difficile aux Français de lui faire confiance pour l’avenir, surtout quand la situation actuelle est si complexe et la conjoncture morose», explique Céline Bracq, directrice générale d’Odoxa.

SONDAGE Macron-Castex : en hausse ou en baisse?

SONDAGE Macron-Castex : en hausse ou en baisse?

 

 

Comme souvent le JDD qui supporte ouvertement le parti en marche annonce une remontée de macron et Castex. L’objectif est évidemment que ce sondage soit repris largement par les médias. En mal de copie pendant les week-ends, la plupart des médias recopie bêtement ce sondage sans aucune analyse.

 

Selon le baromètre Ifop-JDD, le  chef de l’Etat totalise 38% de Français satisfaits de son action – contre 23% pour le socialiste et 32% pour le Républicain à la même époque de leur mandat. « Il remobilise son socle », note Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop, qui note une progression par rapport à août dernier (+2 points), principalement chez les personnes âgées, les retraités, professions libérales et cadres. Et de faire la comparaison avec Sarkozy et Hollande en particulier dans la perspective des élections présidentielles. Le sondage montre cependant

. Cependant, les mécontents de son action, qui restent majoritaires, fustigent même son « inaction », une critique à laquelle Macron échappait jusqu’alors.

Pourtant un autre sondage, le baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, 34 % des Français, soit 4 points de moins que le mois précédent, font confiance en Emmanuel Macron « pour affronter efficacement les problèmes du pays ». Le chef de l’Etat, après une embellie en août , retrouve ainsi son niveau du mois de juillet. Plus grave, la cote de confiance de son nouveau Premier ministre, Jean Castex, enregistre, elle, une baisse de 4 points, à 32 %. C’est 11 points en dessous du niveau atteint par son prédécesseur Edouard Philippe lors de son dernier mois à Matignon.

.Une baisse qui se joue, selon Bernard Sananès, sur la sécurité. Le chef de l’Etat a de la difficulté à « avoir une parole forte sur le sujet », en dépit de son discours au Panthéon la semaine dernière sur la République. La confiance de l’électorat de droite reste « friable », note le sondeur.

Quant au Premier ministre Jean Castex, il  n’a pas encore, note Bernard Sananès, « installé sa stature de Premier ministre dans l’opinion ».

Le JDD, propriété de Lagardère, s’affiche ouvertement en soutien de macron et les sondages de ce journal méritent pour le moins discussion. Ce soutien un peu inconditionnel de macron pèse sans doute d’ailleurs la diffusion du média qui ne cesse de perdre des lecteurs.: Autour de 140 000 actuellement, 145 000 en 2019,100 56 000 en 2000 1860 17 000 en 2017 180 000 en 2016. On objectera que la tendance baissière affecte la plupart des médias notamment ceux appartenant aux groupex financierx. Mais la ligne éditoriale très ambiguë du JDD pèse évidemment dans l’audience. Par ailleurs le groupe Lagardère est bousculé jusque dans son existence même notamment par Bolloré.

 

SONDAGE Macron-Castex : en hausse ou en baisse?

SONDAGE Macron-Castex : en hausse ou en baisse?

 

 

Comme souvent le JDD qui supporte ouvertement le parti en marche annonce une remontée de macron et Castex. L’objectif est évidemment que ce sondage soit repris largement par les médias. En mal de copie pendant les week-ends, la plupart des médias recopie bêtement ce sondage sans aucune analyse.

 

Selon le baromètre Ifop-JDD, le  chef de l’Etat totalise 38% de Français satisfaits de son action – contre 23% pour le socialiste et 32% pour le Républicain à la même époque de leur mandat. « Il remobilise son socle », note Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop, qui note une progression par rapport à août dernier (+2 points), principalement chez les personnes âgées, les retraités, professions libérales et cadres. Et de faire la comparaison avec Sarkozy et Hollande en particulier dans la perspective des élections présidentielles. Le sondage montre cependant

. Cependant, les mécontents de son action, qui restent majoritaires, fustigent même son « inaction », une critique à laquelle Macron échappait jusqu’alors.

Pourtant un autre sondage, le baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, 34 % des Français, soit 4 points de moins que le mois précédent, font confiance en Emmanuel Macron « pour affronter efficacement les problèmes du pays ». Le chef de l’Etat, après une embellie en août , retrouve ainsi son niveau du mois de juillet. Plus grave, la cote de confiance de son nouveau Premier ministre, Jean Castex, enregistre, elle, une baisse de 4 points, à 32 %. C’est 11 points en dessous du niveau atteint par son prédécesseur Edouard Philippe lors de son dernier mois à Matignon.

.Une baisse qui se joue, selon Bernard Sananès, sur la sécurité. Le chef de l’Etat a de la difficulté à « avoir une parole forte sur le sujet », en dépit de son discours au Panthéon la semaine dernière sur la République. La confiance de l’électorat de droite reste « friable », note le sondeur.

Quant au Premier ministre Jean Castex, il  n’a pas encore, note Bernard Sananès, « installé sa stature de Premier ministre dans l’opinion ».

Le JDD, propriété de Lagardère, s’affiche ouvertement en soutien de macron et les sondages de ce journal méritent pour le moins discussion. Ce soutien un peu inconditionnel de macron pèse sans doute d’ailleurs la diffusion du média qui ne cesse de perdre des lecteurs.: Autour de 140 000 actuellement, 145 000 en 2019,100 56 000 en 2000 1860 17 000 en 2017 180 000 en 2016. On objectera que la tendance baissière affecte la plupart des médias notamment ceux appartenant aux groupex financierx. Mais la ligne éditoriale très ambiguë du JDD pèse évidemment dans l’audience. Par ailleurs le groupe Lagardère est bousculé jusque dans son existence même notamment par Bolloré.

SONDAGE popularité Macron-Castex : une baisse de 4 points

SONDAGE popularité Macron-Castex : une baisse de  4 points

 

La baisse de popularité aussi bien de macron que de Castex provient sans doute d’un certain flou des positions dans plusieurs domaines notamment sur l’insécurité, la laïcité, l’économie et la crise sanitaire. D’une certaine manière, la posture de Macron  du en même temps semble atteindre ses limites quand se manifeste un urgent besoin de clarté et d’action .  Dans le baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, 34 % des Français, soit 4 points de moins que le mois précédent, font confiance en Emmanuel Macron « pour affronter efficacement les problèmes du pays ». Le chef de l’Etat, après une embellie en août , retrouve ainsi son niveau du mois de juillet. Plus grave, la cote de confiance de son nouveau Premier ministre, Jean Castex, enregistre, elle, une baisse de 4 points, à 32 %. C’est 11 points en dessous du niveau atteint par son prédécesseur Edouard Philippe lors de son dernier mois à Matignon.

 

.Une baisse qui se joue, selon Bernard Sananès, sur la sécurité. Le chef de l’Etat a de la difficulté à « avoir une parole forte sur le sujet », en dépit de son discours au Panthéon la semaine dernière sur la République. La confiance de l’électorat de droite reste « friable », note le sondeur.

Quant au Premier ministre Jean Castex, il  n’a pas encore, note Bernard Sananès, « installé sa stature de Premier ministre dans l’opinion ».

 

Sondage effectué les 8 et 9 septembre 2020 auprès d’un échantillon de 1.001 personnes selon la méthode des quotas.

Suivez tous les mois, avec le baromètre réalisé par Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, l’évolution de la cote de confiance d’Emmanuel Macron et de Jean Castex et le classement de popularité des personnalités politiques.

SONDAGE Macron-Castex : une baisse de 4 points

SONDAGE Macron-Castex : une baisse de  4 points

 

Dans le baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, 34 % des Français, soit 4 points de moins que le mois précédent, font confiance en Emmanuel Macron « pour affronter efficacement les problèmes du pays ». Le chef de l’Etat, après une embellie en août , retrouve ainsi son niveau du mois de juillet. Plus grave, la cote de confiance de son nouveau Premier ministre, Jean Castex, enregistre, elle, une baisse de 4 points, à 32 %. C’est 11 points en dessous du niveau atteint par son prédécesseur Edouard Philippe lors de son dernier mois à Matignon.

.Une baisse qui se joue, selon Bernard Sananès, sur la sécurité. Le chef de l’Etat a de la difficulté à « avoir une parole forte sur le sujet », en dépit de son discours au Panthéon la semaine dernière sur la République. La confiance de l’électorat de droite reste « friable », note le sondeur.

Quant au Premier ministre Jean Castex, il  n’a pas encore, note Bernard Sananès, « installé sa stature de Premier ministre dans l’opinion ».

Sondage effectué les 8 et 9 septembre 2020 auprès d’un échantillon de 1.001 personnes selon la méthode des quotas.

Suivez tous les mois, avec le baromètre réalisé par Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, l’évolution de la cote de confiance d’Emmanuel Macron et de Jean Castex et le classement de popularité des personnalités politiques.

Castex- Plan de relance : création de 160.000 emplois pour 1 million supprimés !

Castex- Plan de relance : création de 160.000 emplois pour 1 million supprimés !

 

L’annonce par le Premier ministre d’une création de 160 000 emplois en 2021 paraît assez surréaliste. Notons que le nombre d’emplois supprimés en France a déjà atteint 600 000 au premier semestre et qu’on s’attend à une suppression totale en 2020 d’au moins un million. Ce chiffrage du Premier ministre sonne déjà comme une inefficacité du plan de relance puisque le chômage constitue la priorité du moment.

 

La seconde observation n’est pas politique mais méthodologique. Ce chiffre de 160 000 avancées par Jean Castex est tout à fait approximatif voire fantaisiste. Il est particulièrement difficile de chiffrer le scénario dans ce domaine car de nombreux facteurs explicatifs pèsent sur la dynamique économique et l’emploi. Faut-il rappeler que dans le passé nombre de gouvernements ont déjà lu dans le marc de café pour annoncer des miracles en matière de création d’emplois. Faut-il aussi évoquer cet objectif du Medef de Gattaz  il y a quelques années de créer 1 million d’emplois !.

Concrètement il est vain d’espérer la création d’un chiffre précis d’emplois par contre on peut essayer de réunir les conditions qui favorisent la création de postes, des conditions économiques, sociales, technologiques, fiscales notamment.

Ce chiffrage est assez ridicule et  sonne déjà comme l’échec probable d’un plan de relance dont on ne sait pas très bien si c’est un plan d’urgence pour sauver de la faillite entreprises et emplois dans les mois prochains ou un plan destiné à préparer l’avenir dans les 20 ans.

Certains objecteront qu’on vise les deux objectifs. Le problème c’est que la mise en œuvre des moyens est différentes et surtout n’obéit pas aux mêmes calendriers. Pour les entreprises,  il s’agit de sauver les trésoreries afin qu’elles tiennent et évitent la faillite. C’est dès maintenant,  c’est-à-dire dès septembre qu’il  il faut accorder des facilités de crédit pour leur permettre de faire face aux échéances. De la même manière au plan socio-économique, la fin du dispositif de chômage partiel d’ ici la fin de l’année risque de tuer nombre d’entreprises. Le ministre de l’économie a seulement envisagé éventuellement de le prolonger. Or c’est dès  maintenant qu’ il faut annoncer qu’il sera pérennisé pour permettre aux entreprises de prévoir les conditions de prolongation de leur activité.

Le plan de relance, dont le budget est fixé à 100 milliards d’euros, est «un cadeau à la France pour relancer l’économie et lutter contre le chômage», a-t-il assuré. «Avec la crise, on va perdre 100 milliards de richesse nationale. Il s’agit de la reconstituer. Il y a un taux de chômage qui explose. On veut réinjecter massivement de l’argent dans l’économie. Si les entreprises repartent, il y a plus d’emplois, c’est aussi simple que cela» «L’objectif, c’est de donner du boulot aux entreprises et donc aux Françaises et aux Français», a ajouté Jean Castex. Des banalités évidentes mais un peu insuffisantes pour garantir le caractère opérationnel d’un plan de relance dont on ne sait pas exactement s’il vise l’urgence de la période ou  le plus long terme sur les 20 ans à venir

 

Sondage Castex : seulement 33 % de soutien

Sondage Castex : seulement 33 % de soutien

 

D’après le baromètre du Figaro, Jean Castex ne dispose que d’une très faible confiance avec 33 % de soutien dans l’opinion. Au  même niveau que le très transparent Bernard Cazeneuve (32% en janvier 2017) mais très loin de Jean-Pierre Raffarin (60% en juin 2002). Seul avantage pour Emmanuel Macron de ce faible niveau de son premier ministre: le président de la République reprend le dessus mais avec un soutien tout juste de supérieur autour de 35 %.

L’exécutif président et premier ministre compris a bien du mal à persuader l’opinion de la pertinence de sa politique aussi bien sur le plan sanitaire qu’en matière économique. À noter l’ascension d’Édouard Philippe juste derrière l’intouchable Nicolas Hulot, se permettant d’être en tête auprès des sympathisants LREM (78%) et de LR (61%).

La dette Coronavirus annulée en 2025 ? (Castex)

La dette Coronavirus annulée en 2025 ? (Castex)

 

On se demande bien par quel miracle le Premier ministre assure que la dette contractée de la crise sanitaire de 2020 sera annulée en 2025. En effet, au cours de l’année 2020, la dette déjà considérable (autour de 100 % du PIB) est passé à 120 % du PIB. Soit autour de 450 milliards en plus. Cela supposerait une croissance exceptionnelle combinée un plan de réduction des dépenses publiques permettant ainsi de rembourser les emprunts contractés.

D’après l’INSEE, au 1er trimestre 2020 la dette publique française au sens que l’entendent les accords de Maastricht, s’élève à  2 438,5 milliards d’euros. En chiffres et en lettres, cela fait :

  • 2 438 500 000 000 d’euros,
  • deux mille quatre cents trente huit milliards et cinq cent millions d’euros.

La dette publique de la France se compose de 2 grands ensembles : la dette négociable et non négociable. La négociable comprends des titres émis sur les marchés obligataires par l’Agence France Trésor, qui peuvent être revendus sur un marché secondaire.

D’après l’Agence France Trésor, l’encours de la dette négociable de l’État au 31 mai 2020 se montait à plus de 1 929 milliards d’euros. Plus précisément :

  • 1 929 585 971 255 €,
  • mille neuf cent vingt neuf milliards cinq cent quatre vingt cinq millions neuf cent soixante et onze mille deux cent cinquante cinq euros.

Au 31 mai 2020 la France a souscrit sa dette publique pour un taux moyen pondéré de -0,06 %. Au total global qui représente 120 % du PIB.

Au-delà des 40 milliards d’euros issus du plan de relance européen, le gouvernement compte sur la reprise de l’activité pour redresser la situation. Le seul problème c’est qu’il faudra déjà plusieurs années pour retrouver le niveau de fin 2019 concernant l’activité. C’est-à-dire en 2022 août 2023. Ensuite on risque de retrouver une croissance relativement mal comme celle constatée dans la tendance déjà de fin 2019.

 

D’après l’INSEE, au 1er trimestre 2020 la dette publique française au sens que l’entendent les accords de Maastricht, s’élève à  2 438,5 milliards d’euros. En chiffres et en lettres, cela fait :

  • 2 438 500 000 000 d’euros,
  • deux mille quatre cents trente huit milliards et cinq cent millions d’euros.

La dette publique de la France se compose de 2 grands ensembles : la dette négociable et non négociable. La négociable comprends des titres émis sur les marchés obligataires par l’Agence France Trésor, qui peuvent être revendus sur un marché secondaire.

D’après l’Agence France Trésor, l’encours de la dette négociable de l’État au 31 mai 2020 se montait à plus de 1 929 milliards d’euros. Plus précisément :

  • 1 929 585 971 255 €,
  • mille neuf cent vingt neuf milliards cinq cent quatre vingt cinq millions neuf cent soixante et onze mille deux cent cinquante cinq euros.

SONDAGE popularité: Castex , déjà usé, plonge !

SONDAGE popularité: Castex , déjà usé, plonge !

Castex, sans doute déjà usé par la répétition de voyages qui n’apportent rien sur le fond, voit sa cote de popularité dégringoler dans le baromètre mensuel réalisé par l’IFOP pour le JDD. Celui qui s’est autoproclamé « l’homme des territoires » ne cesse de multiplier- comme tous les autres membres du gouvernement- les voyages « sur le terrain ». En réalité des voyages qui se limitent le plus souvent à des rencontres dans une préfecture ou dans un lieu très protégé. Surtout des déplacements qui n’apportent strictement rien sur le fond et qui se limitent à des généralités. Preuve d’ailleurs, l’absence de direction très claire concernant le plan de relance qui vient  d’être repoussé d’une bonne semaine. Alors qu’il a multiplié les déplacements pour incarner la mobilisation de l’exécutif sur tous les sujets, il passe sous la barre des 50% de satisfaits et 46% des Français désapprouvent son action, un chiffre en hausse de 6 points en un mois. « C’est le retour dans l’atmosphère », diagnostique Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’IFOP. Alors que la rentrée – scolaire et sociale – se profile, le Premier ministre paie selon lui « le retour de l’inquiétude sur la crise sanitaire ».

Alors qu’Édouard ­Philippe était à son départ de Matignon plébiscité par l’électorat de droite, c’est de ce côté que Castex enregistre les reculs les plus importants : – 9 points parmi les sympathisants des Républicains, – 26 chez les électeurs de François Fillon en 2017 (et – 15 chez les retraités).

La déception se mesure aussi parmi les cadres (-17) les ­commerçants, artisans et chefs d’entreprise (– 16) et même les sympathisants macronistes (-6) et les partisans du Modem (-11). Après la réautorisation des néonicotinoïdes pour les betteraviers, il chute en outre chez les écologistes (- 14 ). En revanche, sa cote progresse chez les ouvriers (+ 9) et les employés (+ 4).

De son côté, la cote d’Emmanuel ­Macron reste stable, à 36 % de satisfaits (–  1). Pour le chef de l’État, qui avait dévissé à la même période en 2017 et souffert de l’affaire Benalla en 2018, l’été 2020 n’aura pas été meurtrier.

Castex : un tour de France qui va user le Premier ministre

ron au premier degré concernant la communication gouvernementale. Il agit en effet comme un représentant de commerce qui  irait vendre sa politique chaque jour dans toute la France. Ainsi en un mois, il avait effectué déjà une vingtaine de déplacements.  Le risque, c’est effectivement qu’il finisse par lasser  l’opinion avec cette agitation médiatique un peu névrotique. Cela d’autant plus que le premier Ministre n’a pas encore marqué de son empreinte le contenu de son action et qu’il se  contente surtout de commenter les orientations décidées par l’Élysée.

Le message est clair, il faut montrer à tout prix que le gouvernement est près du terrain, des territoires, des événements quotidiens. Un exercice qui peut s’avérer dangereux quand en fait ces déplacements n’apportent aucune solution précise aux problématiques posées. C’est le cas notamment jusqu’à maintenant en matière de sécurité. À la rentrée, le contexte va encore se complexifier car on va assister à une vague de faillites et de licenciements. On sait ce que valent les promesses des responsables d’un gouvernement quand ils se rendent dans une entreprise en difficulté. Des promesses qui ne valent que l’instant médiatique mais qui six mois ou un an après sont oubliées.

D’une certaine façon, Castex remplace à lui tout seul l’événement du tour de France classique reporté à plus tard. Le problème c’est qu’apparaissent clairement ses limites. Il n’est pas l’homme de la théorisation, ni de la vision stratégique. Ils parle  de ce qu’il voit mais ne voit pas très loin. Son langage est simple, compréhensible mais souvent aussi proche du simplisme. Castex est un peu l’envers du miroir de Macron qui se perd lui dans les considérations ésotériques. Castex veut paraître concret et remplace peut-être le vide du contenu par un activisme de façade permanent. Le Premier ministre veut être  l’homme de terrain et des territoires. Deux concepts finalement assez vides de sens chez les politiques quand on sait que le terrain se limite souvent soit à une visite dans les préfectures, soit à une petite promenade rapide et très protégée ailleurs. Quant au mot territoire, c’est un subterfuge pour ne plus employer le mot province, pire rural. Bref, beaucoup d’agitations qui vont finir par fatiguer l’opinion publique avec l’émergence des vrais enjeux autour de la croissance et du chômage voire du pouvoir d’achat.

Sondage Macron-Castex : le Premier ministre nettement devant nettement devant

Sondage Macron-Castex : le Premier ministre nettement devant nettement devant

 

Emmanuel Macron a terminé le mois de juillet avec une cote de popularité de 38,7%, selon la moyenne depuis mai 2017 de sept baromètres différents. C’est à peu près le même niveau que le mois précédent (39,3%), malgré un changement de question dans l’une des enquêtes qui le pénalise cette fois-ci (lire ci-dessous). Le chef de l’Etat reste dans tous les cas en-dessous de son Premier ministre, même si celui-ci vient d’arriver à Matignon et était jusque-là inconnu du grand public.

Pour son premier mois en fonction, Jean Castex recueille en effet 49,4% de satisfaction moyenne, selon le bilan des cinq instituts sur sondage ayant réalisé leur sondage après sa nomination. Soit plus de dix points au-dessus d’Emmanuel Macron et quasiment la même cote qu’Edouard Philippe au mois de juin (49,3%). De ce point de vue, la nouvelle équation politique s’inscrit donc dans la continuité.

Sondage popularité : Castex nettement devant Macron

Sondage popularité : Castex nettement devant Macron

 

Emmanuel Macron termine le mois de juillet avec une cote de popularité de 38,7%, selon la moyenne depuis mai 2017 de sept baromètres différents. C’est à peu près le même niveau que le mois précédent (39,3%), malgré un changement de question dans l’une des enquêtes qui le pénalise cette fois-ci (lire ci-dessous). Le chef de l’Etat reste dans tous les cas en-dessous de son Premier ministre, même si celui-ci vient d’arriver à Matignon et était jusque-là inconnu du grand public.

Pour son premier mois en fonction, Jean Castex recueille en effet 49,4% de satisfaction moyenne, selon le bilan des cinq instituts sur sondage ayant réalisé leur sondage après sa nomination. Soit plus de dix points au-dessus d’Emmanuel Macron et quasiment la même cote qu’Edouard Philippe au mois de juin (49,3%). De ce point de vue, la nouvelle équation politique s’inscrit donc dans la continuité.

« UNE ÉCOLOGIE DE TERRAIN » ! (Castex)

« UNE ÉCOLOGIE DE TERRAIN » ! (Castex)

Dans le journal Ouest-France, le Premier ministre Jean Castex explique sa conception de l’écologie, une écologie de terrain dit-il sans doute pour s’opposer à une écologie dite de salon. Une belle profession de foi au parfum un peu politicien et un peu démago quand il prend le support de l’environnement pour parler de tout comme par exemple l’apaisement politique ! La chronique du Premier ministre :

 

 

« Dans mon discours de politique générale, j’ai proposé qu’à partir des initiatives qui – et parfois depuis longtemps – ont germé un peu partout en France, l’ensemble des acteurs d’un territoire se réunissent pour bâtir un véritable plan de transition écologique autour d’éléments aussi concrets que la rénovation thermique, les circuits courts, les pistes cyclables, les économies d’énergie, l’artificialisation des terres, les énergies renouvelables… abordés à l’échelle de leur ville ou de leur village. Dans un cadre concerté, ce plan devra fixer des objectifs précis, chiffrés et mesurables. Belle façon d’impliquer les plus jeunes qui verront là, chez eux, les moyens de s’engager personnellement dans la lutte contre le réchauffement climatique ! Chacun doit se sentir responsable et impliqué dans cette grande affaire parce que je crois que l’État seul ne peut rien.

C’est le sens de la méthode que j’entends insuffler pour accélérer la transition écologique : donner les moyens à chaque citoyen, à chaque entreprise et à chaque association de s’engager à son échelle. L’État et les collectivités sont là pour les accompagner, pour fixer le cadre et pour coordonner les efforts. Sur le terrain, on se parle et on s’écoute ! Tout le monde doit travailler ensemble, les associations environnementales, les entrepreneurs, les agriculteurs, les chasseurs, les pêcheurs…

« L’écologie à laquelle je crois est aussi celle du dialogue et de l’apaisement »

Ma mission en tant que Premier ministre de la République française est de contribuer à réconcilier toutes les France, celle urbaine dont les déplacements quotidiens en transports en commun ou à vélo sont souvent facilités par de solides infrastructures, mais aussi celle périurbaine voire rurale, constituée d’automobilistes pour qui la voiture est encore une nécessité et qui ont été trop souvent stigmatisés. Construisons avec eux les solutions.

Un tel dessein passe nécessairement par le dialogue, la concertation et la participation citoyenne, et le succès de la Convention citoyenne pour le climat voulue par le président de la République souligne une évidence : c’est par le dialogue qu’émergent des actions concrètes et des idées nouvelles. Et là encore, le local est particulièrement adapté à l’échange, à l’échelle d’un territoire, d’une commune ou d’un quartier.

« L’écologie à laquelle je crois est, enfin, une écologie de l’emploi, de l’innovation et de la croissance »

Une écologie qui crée de la richesse partout sur les territoires et y compris dans les ruralités. L’écologie est pour moi un projet d’amélioration de la qualité de vie, de notre performance économique et évidemment, de notre souveraineté.

C’est pourquoi, avec Barbara Pompili et l’ensemble des membres du gouvernement, nous mettons déjà ces principes en œuvre. Près du tiers des investissements prévus par le plan de relance, qui sera présenté fin août en Conseil des ministres, sera directement dédié à la conversion écologique de notre économie. Ce plan de relance sans précédent créera les conditions d’une croissance écologique, mais aussi des emplois qualifiés dès aujourd’hui et pour les jeunes qui entreront prochainement sur le marché du travail. L’action de la Convention citoyenne sur le climat, dont j’ai notamment reçu des représentants, sera prolongée par des mesures concrètes et ambitieuses.

L’écologie n’est pas l’apanage d’une génération. Elle n’est pas la propriété des grandes villes et elle l’est encore moins des partis politiques. L’écologie à laquelle je crois est celle de l’action plutôt que de l’incantation. Si nous voulons qu’elle soit créatrice de valeur, qu’elle soit efficace tout en étant juste, alors elle doit être l’affaire de tous les citoyens. »

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol