Archive pour le Tag 'candidature'

Candidature pour le groupe LaRem : le choix d’un pit-bull ?

Candidature pour le groupe LaRem : le choix d’un pit-bull ?

 

 

 

On ne peut pas dire que le casting de Macron pour remplir les différentes responsabilités politiques soit réellement une réussite. Au gouvernement,  il n’a choisi que des seconds couteaux pour éviter que n’émerge un éventuel concurrent. Édouard Philippe et Lemaire sont bien gentils mais aussi charismatiques qu’une planche à repasser. Globalement il n’y a guère que le ministre de l’éducation nationale qui parvient à émerger. Même chose au Parlement où les députés sélectionnés par voie de petites annonces pour leur souplesse d’échine et non sur leurs convictions citoyennes évitent de monter le ton. Sur plus de 300 députés aucun n’émerge réellement. C’était aussi la volonté de Macron de se doter d’un parti de qui lui doive tout puisqu’une chèvre étiquetée Macron aurait été élue lors des législatives. Pour maîtriser les velléités de démocratie et de contestation de ces députés,  Macon avait mis à sa tête le sulfureux Ferrand dans l’exploit politique restera d’avoir permis l’enrichissement de sa compagne pour un montant d’environ 500 000 € (affaire toujours en cours en train de s’enliser dans les sables judiciaires). L’intéressé s’est évertué à faire taire aux parlementaires qu’il présidait. Maintenant rendu au perchoir pour remplacer le carriériste François de Rugy, Richard Ferrand doit être remplacé par un autre Richard Ferrand. Aussi autoritaire, aussi faux-cul et aussi terne, Pour ce profil il y a notamment le vice-président du groupe Gilles Le Gendre, un vrai pit-bull prêt à mordre le moindre auteur de contestation avec la bave aux lèvres avec en plus comme Macon une condescendance et un mépris qui laissent pantois. Comme Macon il a aussi le mérite de n’avoir aucune légitimité politique sociale et plus généralement citoyenne ; une raison suffisante pour réussir et plaire à Macron. Pour l’instant il y a d’autres candidats mais on connaît la fin du scénario, comme pour l’assemblée nationale, comme pour tout le reste Macron décide tout et tout seul

La candidature de Richard Ferrand dénoncée par Anticor

La candidature de Richard Ferrand dénoncée par Anticor

La candidature de Richard Ferrand au poste de président de l’Assemblée nationale est fortement critiqué par Anticor compte tenu de l’application de l’intéressé dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne, pour laquelle il a été visé par une information judiciaire menée par le parquet national financier (PNF) pour « prise illégale d’intérêts ». Interview de, Jean-Christophe Picard, président d’anticorps, dans le Figaro

 

Franceinfo : Comment réagissez-vous à la candidature de Richard Ferrand à la présidence de l’Assemblée nationale ? 

 

Jean-Christophe Picard : C’est un peu surréaliste. Le président de l’Assemblée nationale a un devoir d’exemplarité, un peu plus que les autres représentants de l’Etat. La République devrait promouvoir les personnes les plus exemplaires, plutôt que celles qui ont profité de leur fonction non pas pour servir l’intérêt général, mais pour s’enrichir elles-mêmes ou leurs proches. Cela nous semble élémentaireC’est donc un très mauvais signal envoyé à la moralisation de la vie politique, qui n’est pas achevée et doit continuer

 

Son implication dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne peut-elle être un frein à sa candidature ? 

Les faits, c’est quand même que sa femme s’est enrichie d’un demi-million d’euros sans rien faire, simplement parce que lui était directeur général des Mutuelles de Bretagne. S’il contestait les faits, on pourrait attendre le jugement. Mais Richard Ferrand ne conteste pas que sa compagne se soit enrichie grâce à ses fonctions. Ce n’est d’ailleurs pas contestable car tout un tas d’éléments l’attestent. Lui, ce qu’il dit, c’est que c’est légal et moral. On n’est évidemment pas tout à fait d’accord avec cette analyse. A partir du moment où il utilisait ses fonctions pour enrichir sa compagne, cela pose quand même problème de le nommer président de l’Assemblée nationale, qui est le quatrième personnage de l’Etat.

Pourquoi sa candidature envoie-t-elle, selon vous, un mauvais signal ? 

On a oublié que la politique était aussi une affaire de symboles. Elire quelqu’un comme Richard Ferrand à ce poste-là, c’est un symbole, qui n’est pas forcément positif. Ce n’est pas anecdotique.

Nous, au contraire, on pense que c’est grave, d’autant plus qu’à l’époque des faits, il était élu et a utilisé ses fonctions pour enrichir indûment sa compagne.  Ça ne fait pas très nouveau monde. Et d’ailleurs c’est une déception. On pensait que mécaniquement, avec le changement de visages viendrait le changement de pratique. Mais ce n’est pas du tout automatique et on a vu ressortir des pratiques obsolètes.

Est-ce un phénomène typiquement français ? 

Dans d’autres pays, notamment en Scandinavie, il n’y aurait pas de débat sur l’avenir de M. Ferrand. En France, on débat du recyclage des élus indélicats. On a une tolérance quand même assez étonnante. On a toujours l’impression qu’ils ne sont qu’une vingtaine de personnes à pouvoir exercer ces fonctions. Mais il y a d’autres talents, et à de telles fonctions, il ne devrait même pas y avoir le débat de nommer quelqu’un avec ce passif.

Cette élection peut-elle être bloquée par les députés ? 

Contrairement à l’élection de Richard Ferrand à la tête du groupe LREM, qui s’est déroulée à main levée, dans le cas de la présidence de l’Assemblée nationale, le suffrage devrait se dérouler à bulletin secret. Les députés LREM auraient effectivement intérêt à être un peu courageux dans cette affaire.

Candidature législative d’En marche!: 3/4 des Français approuvent

Candidature législative d’En marche!: 3/4 des Français approuvent

 

La liste de 428 candidats de REM aux législatives, dévoilée hier, ainsi que sa composition paritaire et comptant moitié de novices en politique, est jugé « plutôt une bonne chose » par 76% des sondés par Harris Interactive pour RMC et Atlantico publiée ce vendredi.39%  des sondés estiment que la formation d’Emmanuel Macron a un « bon projet » pour les législatives des 11 et 18 juin, devant la France insoumise (27%), Les Républicains et le Front national, tous deux à 24% d’opinions favorables, et le Parti socialiste (17%). Le refus de la République en marche d’investir Manuel Valls sans toutefois présenter de candidat face à lui dans l’Essonne, est jugé en outre « plutôt cohérent avec la démarche » du mouvement par deux tiers des sondés. Selon un autre sondage Harris Interactive-Indeed, 29% des Français sont prêts à voter pour le mouvement d’Emmanuel Macron et le MoDem aux élections législatives, 20% pour Les Républicains et l’UDI, 20% pour le Front national, 14% pour La France insoumise et 7% pour le Parti socialiste.

 

2017 : Le Pen, une candidature qui fait honte à la France

2017 : Le Pen,  une candidature qui fait honte à la France

 

Si l’on en croit la presse étrangère, la candidature  de Marine Le Pen constitue une véritable honte pour la France. En cause,  ses valeurs,  ses orientations économiques et sa  personnalité. Concernant sa personnalité, Marine Le Pen  est un pur produit du système, héritière d’un parti et de la richesse de son père. En outre, impliquée dans de nombreuses affaires y compris d’enrichissement personnel et de détournement de fonds publics.  L’intéressée n’a pratiquement jamais travaillé et se révèle complètement incompétente en matière économique, elle n’entretient que des relations approximatives avec les réalités sociales (qu’elle observait sans doute du château paternel de  Montretout). Cette candidature fait honte à la France du fait de l’incongruité des propos de l’intéressé, de sa grossièreté et de sa vulgarité. Dernière citation en date « : le vieux réflexe républicain tout pourri » « contrairement à son père,  Marine Le Pen semble peu cultivée et sa rhétorique est plus proche de celle utilisée dans un bistrot que dans les cercles philosophiques.  Les valeurs sur lesquelles elles se font sont à la fois obsolètes et scandaleuses, c’est le repli généralisé sur une France  étriquée, le rejet de tout ce qui est étranger,  le racisme et la haine. Le pire, c’est sans doute son programme économique complètement invraisemblable qui propose d’ignorer la dette, le retour au franc,  la sortie de l’union européenne. Autant de propositions qui témoignent de son ignorance totale de la complexité des processus de production et d’échange. Une espèce de programme poujadiste qui renvoie aux années 50, un cocktail d’étatisme, de corporatisme et de nationalisme qui ne peut conduire qu’à la ruine du pays voire à  au conflit avec les pays voisins et même à la guerre. Toutes les guerres ont commencé sur les fondements du nationalisme. Vu de l’étranger cette candidature est une sorte d’ovni politique. Que 20 30 % des Français fassent confiance à une telle caricature politique affectent gravement la crédibilité du pays et notamment sa lucidité et sa capacité à se réformer réellement.  

 

Le Pen : une candidature qui fait honte à la France

Le Pen : une candidature qui fait honte à la France

 

La candidature l de Marine Le Pen constitue une véritable honte pour la France. En cause,  ses valeurs,  ses orientations économiques et sa  personnalité. Concernant sa personnalité, Marine Le Pen  est un pur produit du système, héritière d’un parti et de la richesse de son père. En outre, impliquée dans de nombreuses affaires y compris d’enrichissement personnel et de détournement de fonds publics.  L’intéressée n’a pratiquement jamais travaillé et se révèle complètement incompétente en matière économique, elle n’entretient que des relations approximatives avec les réalités sociales (qu’elle observait sans doute du château paternel de  Montretout). Cette candidature fait honte à la France du fait de l’incongruité des propos de l’intéressé, de sa grossièreté et de sa vulgarité. Dernière citation en date « : le vieux réflexe républicain tout pourri «  contrairement à son père Marine Le Pen semble peu cultivée et sa rhétorique est plus proche de celle utilisée dans un bistrot que dans les cercles philosophiques.  Les valeurs sur lesquelles elles se font sont à la fois obsolètes et scandaleuses, c’est le repli généralisé sur une France  étriquée, le rejet de tout ce qui est étranger,  le racisme et la haine. Le pire, c’est sans doute son programme économique complètement invraisemblable qui propose d’ignorer la dette, le retour au franc,  la sortie de l’union européenne. Autant de propositions qui témoignent de son ignorance totale de la complexité des processus de production et d’échange. Une espèce de programme poujadiste qui renvoie aux années 50, un cocktail d’étatisme, de corporatisme et de nationalisme qui ne peut conduire qu’à la ruine du pays voire à  au conflit avec les pays voisins et même à la guerre. Toutes les guerres ont commencé sur les fondements du nationalisme. Vu de l’étranger cette candidature est une sorte d’ovni politique. Que 20 30 % des Français fassent confiance à une telle caricature politique affectent gravement la crédibilité du pays et notamment sa lucidité et sa capacité à se réformer réellement.  

 

Estrosi écarte la candidature de Baroin et soutient Juppé

 

Estrosi écarte la candidature de Baroin et soutient Juppé

 

« Je pense qu’aucun des quinquagénaires de notre formation politique, dont beaucoup ont des talents, ne sont en mesure d’assumer ce rôle pour être sûrs de rassembler à coup sûr une immense majorité de celles et ceux qui aujourd’hui soutiennent encore François Fillon », selon Christian Estrosi. Par cette allusion, le président du conseil régional de Paca a écarté l’option François Baroin, un autre sarkozyste dont le nom a circulé ces dernières semaines. « Le plus simple, de toute évidence c’est de prendre (…) le second qualifié pour le deuxième tour des élections primaires, à savoir Alain Juppé », a poursuivi Christian Estrosi, tout en rappelant ses différends passés avec l’ex-Premier ministre. Mais « connaissant la personnalité d’Alain Juppé, qui est un homme d’écoute, qui est un homme de rassemblement, qui a dirigé lui-même notre famille politique, (…) je ne doute pas un seul instant que, si demain il devait assumer cette si lourde responsabilité, il soit capable d’écouter chacun. » L’ancien ministre a insisté sur l’urgence de la situation, à moins de deux semaines de la clôture de la période ouverte pour le recueil des 500 parrainages nécessaires pour se présenter à la présidentielle et à moins de 50 jours du premier tour. Se disant toujours déterminé à « tenir bon », François Fillon organise ce dimanche un rassemblement au Trocadéro, à Paris, afin de redonner de l’élan à sa campagne.

Le Pen : sa candidature coûte déjà 20 milliards à la France

Le Pen : sa candidature coûte déjà  20 milliards à la France

Pour donner un ordre de grandeur c’est l’équivalent du coût de 150 000 logements. C’est le « risque Le Pen », qui  se traduit par une hausse immédiate des taux d’intérêt et par une baisse de la valeur et les entreprises. Pour éviter ce « risque Le Pen » les investisseurs quittent la France ou lui font payer plus cher ce qu’elle emprunte. Toujours pour l’immédiat la hausse des taux se traduit par un coût supplémentaire de 10 milliards pour l’État et à peu près autant pour les entreprises et les particuliers. Il faut ajouter à cela la baisse du cours des actions des entreprises françaises. D’ici les élections de 2017 ce coût pourrait être doublé. Au total avant même que Marine peine soit éventuellement élue ce sont 50 milliards qui pourraient s’envoler. En cause évidemment, un programme économique complètement démentiel. Si Marine Le Pen  devait être élue se serait rapidement la ruine du pays avec un coup d’environ 1000 milliards  découlant de la dévaluation, de l’inflation, des taux d’intérêt et de la perte de pouvoir d’achat. Le seul coût de la dette augmenterait de 500 milliards. La  tension s’accroît à deux mois du premier tour de l’élection présidentielle. Le rendement des obligations françaises à 10 ans a grimpé de sept points de base à 1,14% ce lundi vers midi, un pic d’une semaine et demi. Dans le même temps, celui des obligations allemandes à deux ans s’est replié de 4 points de base à un record : -0,85%. Le spread, c’est-à-dire l’écart de rendement entre l’OAT (obligations assimilables du Trésor) et le « Bund » à 10 ans, s’est élargi à 84 points de base, à son plus haut niveau depuis la fin 2012. Ce risque Le Pen va sans doute s’amplifier avec les derniers résultats des sondages.  En effet un sondage OpinionWay pour Orpi, les Echos et Radio Classique publié ce lundi montre justement que Marine Le Pen comble son retard sur ses principaux concurrents, François Fillon et Emmanuel Macron, au second tour : la présidente du Front national perdrait face au candidat LR à 44% contre 56% et face au meneur d’En Marche! par 42% contre 58%. Par rapport au précédent sondage du 6 février, elle a progressé de 7 points et 5 points respectivement dans chaque hypothèse. Pour les investisseurs, cette progression représente un risque accru de « Frexit », de sortie de l’euro. Cette crainte touche tous les types d’actifs, y compris les actions des entreprises françaises. Les investisseurs voient dans le marché allemand un refuge. « Nous pensons que l’Allemagne est un bon moyen de se couvrir du risque politique français », conseillent ainsi les stratégistes Equity de J.P.Morgan.  « Dans le cas d’une victoire de Le Pen, l’indice DAX sera un relatif placement refuge dans l’Eurozone, comme cela fut le cas durant la crise de 2011-2012″. Ils n’hésitent pas à recommander de « shorter » le CAC 40, autrement dit être acheteur du DAX, le principal indice de la Bourse de Francfort, et « vendeur » du CAC, spéculer sur sa baisse. L’indice phare de la Bourse de Paris a d’ailleurs accusé le coup en milieu de séance ce lundi, avant de finir quasi inchangé.

Sondage Fillon : 65 % des Français contre sa candidature

Sondage Fillon : 65 % des Français contre sa  candidature

 

Les Français sont lucides, ils ont compris que François Fillon maintiendra sa candidature même s’il est mis en examen. Pourtant 65 % des Français souhaitent qu’il renonce. Mais Fillon pour échapper à la prison est prêt à tout,  même à faire battre son camp voire à faire élire Marine Le Pen. En étant élu président de la république il pourra faire enterrer ses casseroles par la cour de justice de la république ou une autre juridiction ou plus simplement faire classer sans suite la totalité de ses affaires. Près de deux Français sur trois restent donc hostiles à une candidature de François Fillon à l’élection présidentielle mais celle-ci recueille un soutien croissant chez les sympathisants de droite, selon un sondage Ifop publié par le Journal du dimanche. Soixante-cinq pour cent des personnes interrogées ne souhaitent pas que l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, cible d’accusations sur des emplois présumés fictifs de son épouse Penelope, maintienne sa candidature. Par comparaison, ils étaient 68% à penser de même dans un précédent sondage publié il y a deux semaines. Dans le même temps, 70% des partisans de sa formation, Les Républicains, sont favorables au maintien de celle-ci, contre 64% précédemment. A la question de savoir si François Fillon va se maintenir, 88% des Français pensent que ce sera le cas, contre 64% il y a deux semaines, la proportion montant à 96% (+21 points) chez les sympathisants des Républicains. Le sondage a été effectué auprès d’un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus de 1.004 personnes interrogées par téléphone les 17 et 18 février.

Candidature de François Fillon : le choix entre le renoncement et la déconfiture

Candidature de François Fillon : le choix entre le renoncement et la déconfiture

 

Dans tous les cas de figures la candidature de Fillon est plombée.  Le choix est désormais clair : c’est soit le renoncement, soit la déconfiture au premier tour des présidentielles. Le système de défense de l’intéressé ne tient évidemment pas, il est même d’une insignifiance qui désarçonne. En outre chaque jour, s’ajoutent de nouvelles accusations. La semaine dernière la presse avait révélé que Fillon avait rémunéré son époux à hauteur de 500 000 € comme pseudo assistante parlementaire. Hier on a appris qu’en réalité cette rémunération était de 900 000 €. De plus on a aussi appris que Fillon avait détourné du Sénat des sommes normalement allouées aux assistants parlementaires pour une somme de l’ordre de 25 000 €. Il a aussi rémunéré ses enfants pour une somme de 84 000 € en justifiant qu’ils étaient avocats alors  qu’ils n’étaient qu’étudiants. Dernier avatar de cette affaire la découverte de sa société de conseil « 2 F ». Enfin la rémunération d’un emploi fictif dans le journal d’un milliardaire : la revue des deux mondes où Penelope Fillon n’a jamais mis les pieds. Autant d’éléments injustifiables surtout pour celui qui avait pris la posture de l’homme honnête et de la rigueur. L’embarras est tel chez les  républicains que peu de grosses pointures osent prendre sa défense. Dans la coulisse, on évoque désormais clairement renoncement. Certes la procédure juridique pouvant le condamner pour les différents motifs évoqués n’est pas prête d’aboutir. Le temps juridique n’est pas le temps médiatique ou le temps politique. Ceci étant, les dégâts sont déjà faits dans l’opinion publique et un sondage vient de démontrer que 75 % des Français ne croient pas aux explications de Fillon. Du coup sa popularité va encore continuer de se rétrécir comme peau de chagrin. ‘Il risque très rapidement d’être dépassé par Macron. En clair, le risque c’est que les républicains soient disqualifiés dès le premier tour avec des conséquences inévitables sur les législatives qui vont suivre les présidentielles. Les jours de François Fillon sont-donc comptés? La question d’une candidature alternative à la présidentielle se pose désormais avec gravité dans les rangs de la droite et du centre où l’on redoute des répliques sans fin de l’enquête judiciaire en cours. « Au train où vont les choses, je crains qu’il ne faille rapidement déclencher un plan B », lâche dépité un parlementaire Les Républicains à Reuters. Un autre élu LR décrit un climat « surréaliste » : « Personne n’en parle (de l’affaire-NDLR). Personne ne veut bouger parce que le premier qui bouge est mort », témoigne-t-il. « C’est tellement grave qu’on n’ose pas en parler. Personne ne veut officiellement poser la question (d’un retrait) parce que la poser c’est déjà y répondre », ajoute ce député. Un troisième parlementaire avouait mardi que consigne avait été donnée par l’état-major du candidat de « se taire ». « On devient inaudible, vous imaginez une campagne présidentielle au rythme des démentis et des dénégations? », déplore un élu filloniste. Selon un sondage Elabe pour BFM TV publié mardi, plus de trois quarts des Français (76%) ne sont pas convaincus par la défense de François Fillon, qui, s’il refuse de se soumettre au « tribunal médiatique », a livré des éléments dont l’imprécision a accentué les spéculations. Mardi après-midi, le Canard enchaîné a diffusé de nouvelles informations qui révisent à la hausse le montant perçu par Penelope Fillon et deux des enfants du couple, à plus d’un million d’euros. Plusieurs députés ont relayé mardi matin lors de la réunion de groupe les interrogations, les inquiétudes et la colère des électeurs. « Ça a un effet dévastateur sur le terrain. Ce sont les sommes qui choquent. Ça donne le tournis à ceux qui ont le smic ou à peine plus », témoigne un ancien soutien de Nicolas Sarkozy. « Je n’entends pas trop ‘je vais voter FN’, j’entends un peu ‘je vais voter Macron’, mais ils disent surtout qu’ils vont rester chez eux. Il y a un sentiment de sidération, d’écoeurement et de démobilisation terrible », ajoute-t-il. « Je pense que François Fillon doit parler de son programme, même si c’est plus difficilement audible », plaide le député de la Manche Philippe Gosselin, qui soutenait Alain Juppé pour la primaire. « Il y a une fièvre qui aujourd’hui désespère tout le monde, (…) je crois qu’il faut prendre le temps de se poser un peu, sans pour autant évidemment considérer que tout ça n’est que de l’épiphénomène », a-t-il commenté sur BFM TV. « François Fillon est le vainqueur de la primaire, un vainqueur légitime. (…) Le plan B est un plan qu’on n’a pas à envisager à ce stade ». Certains y pensent pourtant, et « y travaillent », lâche un député. Et de déclarer encore à Reuters : « Le plus grand risque c’est un entre-deux : que Fillon ne soit pas assez déstabilisé pour se retirer mais trop pour être qualifié au second tour de la présidentielle ».

2017 : la candidature de Peillon dans les pattes de Valls

2017 : la candidature de Peillon dans les pattes de Valls

Pour diviser encore un peu plus les socialistes, nombre d’opposants à Valls ont lancé la candidature de Peillon  dans les pattes de Valls. Des proches du président de la république mais aussi des proches d’Aubry, d’Hidalgo, Taubira ou encore Ségolène Royal qui militent « pour tout sauf Valls ». Le président de la république François Hollande qui a reçu l’estocade de Valls pour se résoudre à annoncer son renoncement n’est sans doute pas aussi étranger à l’émergence de cette candidature. Une candidature de plus qui va éparpiller les voix et réduire le score de Valls au premier tour de la primaire de gauche. Dans l’entourage de Hollande on se défend d’être à l’origine de cette nouvelle candidature mais on semble quand même s’en  réjouir. En réalité au parti socialiste, c’est le temps des règlements de compte. Si Valls a réussi à tuer successivement d’abord le premier ministre Jean-Marc Ayrault puis François Hollande, il est encore loin d’avoir réussi à obtenir le soutien de l’ensemble des courants. Sans parler de la manœuvre de Valls pour écarter Macron qui   du coup se présente en candidat plus que sérieux pour la personnalité qui sortira gagnante de la primaire de gauche. Par ailleurs Pour éviter le choix d’un vote entre Manuel Valls et Arnaud Montebourg, de nombreux socialistes tentent donc de faire émerger une troisième voie. De nombreux noms circulent, de Ségolène Royal à Najat Vallaud-Belkacem en passant par Bertrand Delanoë, mais aucun ne se détache. « Peillon vient pour se venger de Valls, considère un haut dirigeant socialiste

2017 : Hollande pourrait annoncer sa candidature la semaine prochaine

2017 : Hollande pourrait annoncer sa candidature la semaine prochaine

Déjà très agacé par l’annonce de la candidature d’Emmanuel Macron,  Hollande pourrait annoncer qu’il se présentera dés  la semaine prochaine sitôt après  résultat de la primaire de droite. Hollande veut en effet demeurer maître du calendrier et le succès rencontré par les débats de la primaire de la droite semble le conforter dans sa décision d’occuper plus tôt le terrain médiatique. En même temps il coupe aussi l’herbe sous le pied à Manuel Valls qui s’impatiente au point de considérer que la candidature de François Hollande n’est nullement naturelle. Pour cela le président de la république compte s’appuyer sur les maigres résultats de la réduction du chômage. Des résultats qui affichent une toute petite amélioration depuis deux mois. Le candidat Hollande va donc encore argumenter sur l’inversion de la courbe  du chômage même si globalement ce chômage aura augmenté de plus de 500 000 entre 2012 et 2017. La stratégie c’est d’occuper les médias et de faire un peu oublier l’impact de la primaire de la droite tout autant que l’annonce de la candidature de Macron. Une candidature qui risque cependant de lui prendre au moins 10 % de lectorat. Dans l’entourage de François Hollande,  certains parlent d’une déclaration nette du président mais d’autres envisagent seulement « un signal » de candidature. Ce qui lui permettrait de ménager encore le suspense et une porte de sortie pour le cas où les sondages seraient toujours aussi catastrophiques. Mais cela handicaperait encore un peu plus l’éventuelle campagne de Valls et au-delà du PS.

Macron tue la candidature de François Hollande

 

 

 

Dans le meilleur scénario le total de la gauche extrême compris ne peut dépasser 40 % en 2017. Le candidat socialiste se trouve maintenant coincé entre Mélenchon et Macron crédité chacun selon les sondages de 10 à 15 % des voix. Du coup le candidat socialiste pourrait n’obtenir qu’autour de 10 %, peut-être moins surtout s’il s’agit de François Hollande. Autant dire que la déclaration de Macron tue la candidature de l’actuel président de la république et hypothèque gravement celle de Manuel Valls. Le candidat officiel du parti socialiste pourrait en effet se retrouver en quatrième ou cinquième position au premier tour des élections présidentielles. Le plus grave sans doute sera la conséquence sur les élections législatives qui suivront. Jusque-là le parti socialiste pouvait encore espérer sauver environ 80 postes de députés sur les 250 qu’il détient actuellement. Cependant avec la venue de Macron la donne change. En effet certains candidats de Macron pourront soit être élus,  soient empêcher le candidat du PS de l’être. Du coup la représentation du parti socialiste pourrait se réduire à une cinquantaine. Dès lors, on comprend mieux la colère de certains dirigeants du parti se socialiste et Manuel Valls lequel n’a pas hésité à condamner Macron. . Invité sur France 2, mercredi 16 novembre, quelques heures après sa déclaration de candidature à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron s’est pourtant montré ferme sur ses intentions. « Ce n’est en aucun cas une décision qui est provisoire, oui, c’est une décision irrévocable », a-t-il déclaré. « Quand on prend ce type de décision, avec ce qu’elle comporte de gravité (…) c’est une décision qui est mûrement réfléchie », a expliqué l’ancien conseiller de François Hollande et ancien ministre de l’Economie. Le fondateur du mouvement En marche ! a assuré que sa démarche n’était « en aucun cas une candidature de ralliement à qui que ce soit ». « Si j’avais voulu me rallier, je n’aurais pas fait depuis plusieurs mois les choix qui ont été les miens », notamment son départ du gouvernement fin août, a ajouté Emmanuel Macron.

Un appel contre la candidature de Hollande circule dans la majorité

Un appel contre la candidature de Hollande circule dans la majorité

 

Un appel contre la candidature de Hollande circulerait dans la majorité. Difficile d’identifier avec précision l’origine de cette initiative qui bien sûr pourrait venir des frondeurs totalement opposés à la politique de François Hollande. Une initiative qui pourrait venir tout aussi bien d’autres responsables notamment des parlementaires affolés par les perspectives de la débâcle annoncée. Parmi ceux-là  pourrait aussi se trouver des proches de Manuel Valls, de Martine Aubry voie de Jean-Marc Ayrault lesquels n’ont pas spécialement apprécié des confidences qui torpillent le peu de dynamique socialiste qui reste. «Compte tenu des circonstances, il est urgent que la gauche française dans sa diversité puisse engager un vrai débat afin de choisir sa ligne politique et son candidat. C’est l’honneur d’un président de la République de mettre fin au suspense qui paralyse et glace le système et d’annoncer qu’il renonce à porter les couleurs de sa famille politique à la présidentielle. Cela lui permettra d’assumer ses fonctions jusqu’à la dernière minute comme il l’a toujours dit, et autorisera la gauche à se construire un avenir avant qu’il ne soit trop tard», est-il écrit. Cet appel est surtout envoyé aux parlementaires légitimistes, sonnés par la crise que traverse le chef de l’État et la défection de ses soutiens. Selon plusieurs sources, un hebdomadaire a encouragé sa diffusion en vue d’une prochaine publication. La candidate à la primaire de la gauche et sénatrice Marie-Noëlle Lienemann l’a évoqué ce matin sur Sud Radio et Public Sénat. «Ce que je sais, c’est qu’un très grand nombre de députés qui étaient jusqu’à présent favorables à la candidature de François Hollande estiment qu’il n’est plus en situation de le faire», a-t-elle dit, affirmant avoir été «contactée». «Il se murmure qu’ils disent à François Hollande, ‘François, fais ton devoir, n’y va pas’.» Au Scan, plusieurs parlementaires proches de François Hollande mais aussi des frondeurs affirment avoir été sollicités pour apporter leur signature au texte, sans préciser l’identité de l’expéditeur. «C’est pour faire monter Manuel Valls, ils visent les parlementaires qui basculent, comme par hasard le jour où le chef de l’État a justement dit au premier ministre qu’il se présenterait quoiqu’il arrive», commente, en off, l’un d’eux. Un autre peste: «Je suis sûr que c’est une initiative conjointe des vallsistes et de François Kalfon (directeur de campagne d’Arnaud Montebourg, ndlr)».

2017 : candidature écologiste inutile pour 53 %

2017 : candidature écologiste inutile pour 53 %

 

Les avis sont assez partagés quant à l’utilité d’une candidature écologiste en 2017 même si une majorité se dégage contre. Toutefois les Français considèrent pour 85 % que l’action des écologistes est inefficace vis-à-vis de l’environnement. Pas étonnant si la plupart des sondages ne prévoit que de l’ordre de 2 % pour l’éventuel candidat des écolos. D’après le sondage Elabe pour BFMTV publié ce jeudi 6 octobre, 21% jugent une telle candidature « tout à fait inutile » et 32% la considèrent « plutôt inutile ». A contrario, parmi les 47% qui estiment qu’il est utile de voir l’écologie représentée à l’élection présidentielle, ils sont 35% à déclarer que c’est « plutôt utile » et seulement 12% pour qui c’est « tout à fait utile ». Cette question d’une candidature écologiste à la présidentielle varie selon l’opinion politique des sondés. Comme l’explique Yves-Marie Cann, directeur des études politiques à Elabe, « 61% des sympathisants de gauche jugent une telle candidature utile alors que 63% des sympathisants de la droite et du centre et 62% des sympathisants d’extrême droite l’estiment inutile ». Du côté des sympathisants Europe Écologie-Les Verts, ils sont naturellement 91% à la juger utile, contre 61% au Front de Gauche et 49% chez les socialistes. L’autre volet de ce sondage porte sur l’efficacité d’Europe Écologie-Les Verts depuis 2012 et l’arrivée de François Hollande au pouvoir. Là encore, les chiffres sont dramatiques : 85% des Français estiment que l’action des écologistes en faveur de l’environnement est inefficace depuis 2012.  Dans le détail, ils sont 26% à la juger « pas du tout efficace », 59% « pas vraiment efficace », 15% « plutôt efficace » et… 1% à la trouver « tout à fait efficace ». Même en interrogeant les seuls sympathisants écologistes, ils ne sont que 30% à penser que l’action des Verts a été efficace depuis 2012.

(Avec BFM)

La gauche anti-Hollande pour une candidature unique….. à plusieurs !

La gauche anti-Hollande pour une candidature unique….. à plusieurs !

En gros c’est ce que propose  la gauche anti Hollande. Ils veulent tous un candidat unique (Mélenchon, le parti communiste, les frondeurs de tout poil) mais à condition que plusieurs leaders puissent se présenter en 2017. Bref une compétition de cour d’école. Les frondeurs en particulier suscitent l’interrogation quand il réclame l’exclusivité de l’étiquette de gauche. Beaucoup de ces frondeurs qui veulent représenter la vraie gauche n’ont en fait non plus jamais mis les pieds dans la production, ce sont souvent des apparatchiks. Le leader des frondeurs, Christian Paul lui-même, est un n’énarque. On comprend mieux la virulence qu’il met pour attaquer l’autre énarque François Hollande. Confirmation qu’il s’agit bien d’une bataille de cours d’école, la cour d’école de l’ENA en la circonstance. La gauche anti-Hollande a donc plaidé durant le week-end pour une seule candidature alternative à l’élection présidentielle, mais la dispersion des ambitions fragilise un peu plus encore le projet d’une « grande primaire de toute la gauche». Le Premier ministre, Manuel Valls, a dénoncé dimanche un processus « irresponsable », des « chicaneries », de « petites manœuvres », de « petites ambitions». Invité du « Grand Rendez-vous » Europe 1-Les Echos-iTELE, il a mis en garde cette « gauche divisée, fracturée, dont le seul objectif est de savoir comment empêcher François Hollande d’être candidat ou de le battre à la primaire ». « Face à l’extrême droite, on ne participe pas à la division », a-t-il dit. Réunis à La Rochelle (Charente-Maritime), les « frondeurs » de l’aile gauche du Parti socialiste ont plaidé pour la convergence et le rassemblement sans perdre l’espoir que les prétendants à l’Elysée, Benoît Hamon, Marie-Noëlle Lienemann, Gérard Filoche, Arnaud Montebourg, trouvent un terrain d’entente d’ici la primaire du PS et de « Belle Alliance populaire » en janvier. Le mouvement « A Gauche pour gagner » a adopté samedi un appel invitant le Parti communiste, Europe Ecologie-Les Verts (EELV) et Jean-Luc Mélenchon, candidat de « La France insoumise », à participer à une primaire unique, perspective qu’ils rejettent. « Il y a la primaire de la droite, il doit y avoir la primaire de la gauche, pas une primaire réservée aux socialises mais très largement à l’ensemble des citoyens qui se retrouvent dans les valeurs de la gauche », a expliqué le député PS Christian Paul, l’un des chefs de file des frondeurs. »C’est justement pour éviter l’éclatement de la gauche qu’il faut cette primaire », a-t-il poursuivi sur BFM TV tout en visant les ex-ministres tentés par la présidentielle — Hamon, Montebourg et Emmanuel Macron — « qui ont défendu les politiques menées au cours des deux ou trois dernières années ». L’ancien ministre de l’Economie Arnaud Montebourg, sans lever l’ambiguïté sur le cadre de sa candidature, a dit son soutien à « un processus de rassemblement » pour éviter « une élimination programmée » de la gauche et « un 21 avril puissance 20″, en référence à l’élimination du candidat de gauche (Lionel Jospin) dès le premier tour de la présidentielle de 2002. « C’est un processus de rassemblement et j’en prends toute ma part. Nous pouvons parfaitement nous unir à travers un processus de discussion commun », a-t-il déclaré à des journalistes. « Le bénéfice de la primaire, c’est d’abord un débat ample qui permettra de tirer les leçons de l’échec du quinquennat, qui nous permettra de réinventer le chemin du futur », a-t-il ajouté sans plus d’indices sur ses intentions. Le Parti socialiste doit arrêter début octobre les modalités de la primaire des 22 et 29 janvier. L’ancien ministre de l’Education Benoît Hamon fait valoir sa détermination face à Arnaud Montebourg, favorisé par les sondages, de même que l’ancien inspecteur du Travail Gérard Filoche et Marie-Noëlle Lienemann. »En démocratie, il n’y pas qu’une candidature », a-t-il dit à la presse. »Oui, nous avons des différences, mais nous avons tellement de choses en commun que nous devons valoriser », a-t-il lancé. Le parti devrait se prononcer en novembre sur sa stratégie pour 2017. Les écologistes organisent pour leur part leur propre primaire. Dans le même registre que Manuel Valls, le conseiller régional d’Ile-de-France Julien Dray, proche de François Hollande, a exhorté dimanche les détracteurs du chef de l’Etat à cesser leurs « enfantillages ». A la question de savoir dans quel cas de figure François Hollande ne briguerait pas un nouveau mandat (il doit faire connaître son choix d’ici à la fin de l’année), Julien Dray a répondu : « Un éclatement de la gauche qui fait que dès le départ elle est condamnée dans cette élection présidentielle ». « De quoi on parle dans une élection présidentielle? On ne parle pas de la carrière de Monsieur ou de Madame, on parle de la vie des gens », a-t-il lancé. Et il la connait «  la vie des gens » Juilien Dray ?

(Reuters)

2017 : candidature Montebourg : le flop

2017 : candidature  Montebourg : le flop

Avec seulement 28 % d’opinions positives Montebourg vient en 14e position parmi les leaders politiques loin derrière Juppé évidemment ou encore Macon. Depuis 2014, la popularité de l’ex-ministre socialiste de l’Economie est globalement en forte baisse, 37% des Français ayant une bonne opinion de lui, contre 51% il y a deux ans. En outre, seuls 50% des sympathisants de gauche ont aujourd’hui une bonne opinion d’Arnaud Montebourg, contre 73% en avril 2014. Cette chute est surtout flagrante auprès des sympathisants PS, passant de 75% il y a deux ans à 43% aujourd’hui, soit une baisse de 32 points en deux ans. Cette enquête a été réalisée les 22 et 23 août auprès d’un échantillon de 1099 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

(Avec Reuters)

 

Candidature Sarkozy 2017 : 72% contre

Candidature Sarkozy 2017 : 72% contre

 

 

La candidature de Sarkozy est plombée par ce sondage qui montre que plus de 70% des Français ne souhaitent pas qu’il se représente. En cause le bilan de l’ancien président et surtout le sentiment qu’il n’a pas changé. Avec de tels scores la déclaration de candidature est largement hypothéquée et on voit mal comment Sarkozy pourrait se qualifier à l’issue des primaires sauf évidemment avec une manipulation des résultats. Soixante-douze pour cent des Français, dont 64% de sympathisants de la droite et du centre et 45% des sympathisants des Républicains, ne souhaitent pas que Nicolas Sarkozy se présente à l’élection présidentielle de 2017, selon un sondage Viavoice à paraître lundi dans Libération. Seules 17% des personnes interrogées plébiscitent l’ancien chef de l’Etat, 11% ne donnent pas de réponse. Au nombre des raisons invoquées pour expliquer ce rejet, 58% disent ne pas faire confiance au président des Républicains. Au total, 76%, dont 68% de sympathisants de la droite et du centre et 54% de sympathisants de LR, déclarent que Nicolas Sarkozy n’a pas changé depuis 2012.  Son passé de président est considéré par 54% des personnes interrogées (53% de sympathisants de droite et du centre) comme un handicap. A 45%, les personnes interrogées le dépeignent comme « une personnalité qui dérange ». Seules 21% d’entre elles pensent aujourd’hui qu’il ferait un bon président.

2017 : une candidature Front national dissidente après l’épuration ?

2017 : une candidature Front national dissidente après l’épuration ?

 

L’opération d’épuration en cours à la direction du Front national pourrait déboucher sur une candidature dissidente pour 2017. Exclu du front Bruno Gollnisch pourrait en effet se présenter. Ce n’est en effet un secret pour personne, les relations entre Bruno Gollnisch et Marine Le Pen ont toujours été conflictuelles. Une position qui date d’ailleurs de la nomination de Marine Payne comme présidente alors que Bruno Gollnisch était aussi candidat au poste. Ce n’est peut-être pas par hasard si Jean-Marie Le Pen a déclaré que sa fille ne serait pas élue au second tour pour 2017 et même qu’elle risquait de ne pas être qualifiée après le premier tour. Le rapprochement déjà ancien entre Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch pourrait préparer une candidature dissidente moins pour faire élire la personnalité choisie que pour enlever une chance à Marine Le Pen de se qualifier. D’une certaine manière cette  de candidature dissidente trouverait une légitimité dans l’opération d’épuration conduite dans les instants dirigeants du front national. En effet Marine Le Pen a profité du défi lancé par Bruno Gollnisch et Marie-Christine Arnautu, qui se sont affichés dimanche avec son père Jean-Marie Le Pen, pour pousser vers la sortie les derniers fidèles du co-fondateur du Front national. Le bureau politique a sommé lundi les deux députés européens de démissionner des instances du FN, à savoir le bureau politique pour Bruno Gollnisch et le bureau politique et le bureau exécutif pour Marie-Christine Arnautu, vice-présidente. Dénonçant une purge, Marie-Christine Arnautu a affirmé qu’elle ne démissionnerait pas d’elle-même et que le parti devrait engager une procédure d’exclusion s’il voulait aller au bout de ses menaces. « Je n’accepte pas une certaine purge, j’ai la conscience tranquille. Je ne démissionnerai pas, il va falloir qu’ils m’excluent », a-t-elle déclaré à la presse. Invité sur BFM TV, Bruno Gollnisch a indiqué qu’il réservait sa réponse et voulait prendre le temps de consulter ses « collègues ».

 

(Avec Reuters)

Hollande 2017: candidature de plus en plus improbable

Hollande 2017: candidature de plus en plus improbable

Chez les proches de François Hollande on s’interroge de plus en plus sur la candidature de ce dernier en 201.  De ce point de vue les propos du président de la république lors de son intervention télévisée laissaient la place à une grande ambiguïté : « Ce que j’ai à faire, c’est diriger le pays et prendre ma décision le moment venu. Ce moment n’est pas venu. Et tant qu’il n’est pas arrivé, j’ai à agir et à réformer, et je le ferai jusqu’au bout. » Puis : « Vous avez vu la période dans laquelle nous sommes, le terrorisme, la guerre… et je serais là en train de faire des calculs? Je ne fais pas de calculs. » On sait que François Hollande ne ce représentera pas s’il ne parvient pas à inverser la courbe du chômage. C’est en tout cas un engagement mais le plus important n’est pas là car il serait toujours possible avec un bricolage méthodologique de montrer une inversion de l’évolution du chômage. La question centrale c’est la crédibilité de cette candidature. En l’état des sondages, François Hollande (comme Sarkozy) ne dépasse pas 20 % d’opinions favorables. Par ailleurs la gauche sera très divisée puisqu’il faudra compter sur une candidature de Mélenchon qui refuse toute primaire et sans doute aussi sur une candidature de Cécile Duflot. Aujourd’hui Mélenchon pèse autour de 10 % dans l’opinion publique, Cécile Duflot autour de 2 % mathématiquement François Hollande n’a donc aucune chance de se qualifier pour le premier tour. Du coup il est possible que compte tenu des sondages Hollande décide de retirer sa candidature pour 2017.  Hollande espère surtout qu’il aura à affronter Sarkozy, un adversaire à sa portée. Par contre si Alain Juppé sort vainqueur des primaires Hollande sait par avance qu’il n’aura aucune chance. Finalement ce sont des primaires de la droite  qui décideront de la candidature de Hollande.

2017 : Hollande, comme Sarkozy pourrait retirer sa candidature

2017 : Hollande, comme Sarkozy pourrait retirer sa candidature

 

Officiellement la candidature de François Hollande pour 2017 est conditionnée par la fameuse inversion de la cour du chômage. Une inversion de plus en plus improbable puisque le chômage aura augmenté de 600 à 700 000 personnes depuis 2012. Tout au plus pourra-t-on faire apparaître une petite évolution purement statistique avec le plan d’urgence concernant l’emploi. Ce n’est donc pas l’évolution de la courbe du chômage qui pourra justifier la candidature de Hollande mais plutôt l’évolution de sa courbe de popularité aujourd’hui scotchée comme celle de Nicolas Sarkozy à moins de 25 %. L’avantage de François Hollande par rapport à Nicolas Sarkozy c’est qu’il n’aura pas à subir le supplice des primaires. Pour autant en l’état actuel des sondages, François Hollande est donné battu en 2017 et il est même peu probable qu’il  puisse se qualifier pour le second tour. Dès lors dans son entourage on  n’exclut plus qu’Hollande renonce à se présenter pour un second mandat. De toute évidence François Hollande va se battre jusqu’au bout pour remonter la pente mais nombre de ces collaborateurs estiment que la tâche est presque insurmontable. François Hollande pourrait attendre la fin de l’année pour se décider. Mais le retrait de l’actuel président de la république risque de provoquer un grand vide à gauche. En effet pour l’instant aucun candidat crédible soutenu par le parti socialiste n’émerge. Il y a bien entendu Manuel Valls mais qui pour l’instant préférerait attendre 2022. D’après les sondages, Macron apparaît comme le mieux placé, cependant son handicap personnel c’est de n’être soutenu par aucun parti politique, il n’est même pas membre du parti socialiste. En outre sa posture très réformatrice et même libérale heurte les dogmes à gauche.  Un ancien poids lourd du gouvernement, qui connaît bien le président, ne dit pas autre chose: «Il fera évidemment tout pour se représenter. Mais si le chômage n’a pas reculé à l’automne 2016, s’il sent qu’il peut ne pas être qualifié au deuxième tour, il jettera l’éponge. Je le pense depuis longtemps.»

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol