Archive pour le Tag 'candidats'

Page 3 sur 3

Nicolas Sarkozy veut un projet commun pour les candidats de 2017

Nicolas Sarkozy veut un projet commun pour les candidats de 2017

 

En déclarant la nécessité d’un projet commun à tous les candidats aux primaires Sarkozy met un  dernier coup de canif dans l’esprit de la Ve République. En effet les présidentielles sont déjà complètement cadenassées par les parties politiques pour faire émerger les candidats des appareils. Avec la proposition de Sarkozy, il s’agit de cadenasser le programme de celui qui remportera la primaire. Tout le contraire de l’esprit de la Ve République qui précisément voulait s’affranchir de la logique des partis. D’une certaine manière c’est un peu le retour à la cuisine de la IVe République. Alain Juppé, François Fillon et Bruno Le Maire sont déjà sur la ligne de départ des primaires, prévues en novembre 2016, et pour lesquelles Nicolas Sarkozy, qui se pose en rassembleur de sa famille politique, n’est pas encore officiellement candidat.  Les élections régionales auront lieu en décembre prochain. « On ne se ressemble pas tous, on n’a pas tous les mêmes qualités ou les mêmes défauts, mais quand même, si on habite la même famille politique (…) c’est que les points communs entre nous doivent être plus forts que les différences », a déclaré Nicolas Sarkozy lors d’un discours de près de 45 minutes.  « Il y aura donc avant les primaires un projet d’alternance qui engagera tous ceux qui seront candidats aux primaires le moment venu », a-t-il ajouté.  « Ça ne veut pas dire que tel ou tel ne pourra pas aller plus loin ou moins loin, mais tout ne doit pas être dans l’ego, dans la personne, dans l’image », a poursuivi le président de LR. 

Mistrals français aux enchères ? Trop de candidats !

Mistrals  français aux enchères ? Trop de candidats !

Les Mistrals refusés aux russes seront nécessairement soldés compte tenu des coûts déjà engagés et de ceux à prévoir pour leur réaménagement aux normes  technique du pays acheteur. Du coup les candidats au rachat ce bousculent . Une dizaine de pays serait sur les rangs notamment l’Inde, l’Égypte,l’Arabie Saoudite,Singapour, Emirats arabes unis,Afrique du sud,   Malaisie, le Canada etc. Alors que le gouvernement présente son projet de loi ce mercredi pour entériner l’accord trouvé avec Moscou, Jean-Yves Le Drian s’active pour trouver des pays susceptibles d’acquérir les deux porte-hélicoptères. Selon La Tribune, la Malaisie et l’Inde sont notamment sur les rangs. L’exécutif s’apprête à solder un lourd dossier ce mercredi 26 août. Le gouvernement va en effet présenter en Conseil des ministres le projet de loi permettant d’entériner l’accord trouvé avec Moscou il y a deux semaines sur l’annulation de la vente des deux navires de guerre Mistral.  Cet accord, qui doit être ratifié par le Parlement, avait donné lieu à une véritable guerre des chiffres. Le Canard enchaîné avait évoqué un coût total pour les finances publiques tricolores proche de 2 milliards d’euros.  Un montant que Michel Sapin avait qualifié « d’inexact », ajoutant que les chiffres « sont inférieurs à 1 milliard » et que toutes les données de l’équation seront connues lorsque le traité sera adopté par les parlementaires.  Dans tous les cas, l’immobilisation des deux porte-hélicoptères coûte cher à la France. Philippe Migault, spécialiste des questions d’armement à l’Iris, estimaient dans le JDD que le simple coût d’entretien des navires à quai est de 1 à 5 millions d’euros par mois. D’où l’impératif pour Paris de trouver au plus vite des pays pour reprendre les deux Mistral. Le Monde rapportait que l’Egypte et l’Arabie saoudite étaient « prêtes à tout pour acheter les deux Mistral, citant une source diplomatique. « Le roi Salman d’Arabie saoudite veut constituer une flotte digne de ce nom, qui pourrait avoir une force de projection régionale, en mer Rouge et en Méditerranée », ajoutait cette source.  Néanmoins, ce sont vers d’autres pays que semble se tourner Jean-Yves Le Drian. La Tribune.fr rapportait ainsi mardi que le ministre de la Défense allait aborder le sujet lors de sa visite à Kuala Lumpur, dimanche prochain. « La Malaisie évoque déjà depuis une dizaine d’années l’achat d’un tel bâtiment pour sa marine », explique le site. L’un des Mistral pourrait ainsi être revendu à l’armée malaisienne.  Autre client potentiel: l’Inde. Toujours selon le journaliste spécialiste des questions de Défense, Michel Cabirol, au retour de son voyage en Malaise, Jean-Yves Le Drian ferait un crochet par l’Inde pour annoncer la signature d’une commande de 35 Rafale par New Delhi. Or, « l’Inde est également intéressée par le Mistral », rappelle LaTribune.fr.

 

 

Candidats second tour : départementales surtout des fonctionnaires, bonjour les impôts !

 

Candidats second tour :  départementales surtout des fonctionnaires, bonjour les impôts !

 

Les fonctionnaires représenteront 50% des candidats mais si on ajoute les retraités fonctionnaires, c’est de l’ordre de 60%. Donc des experts en matière de dépenses ; il ne faudra pas s’étonner sur la fiscalité explose surtout avec la dérive de l’ endettement local et la baisse de la dotation de l’Etat.  La moyenne d’âge des candidats au second tour des départementales est de 51,66 ans (52,58 ans pour les hommes, 50,74 ans pour les femmes). Une moyenne plutôt élevée qu’explique la principale profession des candidats : 1.670 d’entre eux sont retraités. Soit 20,5% du total des candidats. A titre de comparaison, les retraités représentaient 23,2% des candidats au premier tour. Une proportion toutefois bien moindre que parmi les élus sortants, où ils sont 39,3%. Les autres candidats se répartissent entre les principales catégories professionnelles : on compte ainsi 959 cadres, 838 fonctionnaires, 910 employés du secteur privé ou encore 477 chefs d’entreprises (parmi lesquels sont comptabilisés les auto entrepreneurs ou les dirigeants de PME). Plus spécifiquement, 173 candidats sont commerçants, tandis que 164 sont enseignants et 111 avocats. Les médecins ou salariés du secteur médical sont bien représentés avec 325 candidats, tout comme les agriculteurs (exploitants ou salariés) au nombre de 334. D’autres professions, en revanche, sont moins présentes. Sur la totalité des candidats qualifiés pour le second tour, seuls 98 sont ouvriers, 88 artisans et 81 techniciens. Les ingénieurs sont, eux aussi, en nombre limité : seuls 93 se sont qualifiés pour le second tour. A noter aussi la présence de 43 agents immobilier et 22 journalistes. Enfin, 108 candidats sont étudiants quand 437 sont « sans profession déclarée ». Cela ne veut pas dire qu’ils sont nécessairement au chômage, des hommes ou femmes dits « au foyer » étant ainsi engagés en politique.

Candidats élections départementales :50% de fonctionnaires !

Candidats Élections départementales :50% de fonctionnaires !

 

Un sondage de Harris analyse le profil des candidats. Il faut surtout retenir qu’environ 50% des candidats sont des fonctionnaires actifs (35%)   ou retraités (15%).. Un proportion toutefois qui a été atténuée par la contrainte de légalité home-femme.  Pas étonnant que les finances locales soient à la dérive et ça ne risque pas de s’améliorer. On observe cependant  un certain renouveau générationnel parmi les candidats. L’âge moyen est passé de 53 ans, en 2008-2011, à 51 ans pour 2015 (51,7 pour les hommes, 50,6 pour les femmes). Une moyenne hétérogène, proche de celle de la population française majeure (49.,5 ans). La plus jeune candidate (FN) a à peine 18 ans et la plus âgée (FN), 91 ans.  En moyenne, 13 ans d’âge séparent les deux membres d’un binôme. Debout la France, le Front national et Europe Ecologie-Les Verts ont les moyennes d’âge les plus jeunes avec respectivement 47,5 ans, 49,4  ans et 49,5 ans. À l’inverse, les candidats du Front de Gauche (52,7 ans), du Parti socialiste (52,2 ans) et de l’UMP (51,6 ans) présentent les profils les plus âgés.  Les cadres et professions libérales sont largement représentés (28%) alors que cette dernière catégorie socioprofessionnelle ne représente que 9% de la population française, précise Harris Interactive. Les candidats sont également composés à 23% de retraités, 18% d’employés, 16% de professions intermédiaires.   Parmi les candidats aux élections départementales, 35% des personnes actives sont issues du secteur public alors qu’au niveau national, ce secteur représente 22% de la population active. La proportion des candidats évoluant dans le secteur public est même proche de 50% à gauche (52% au FG, 49% au PS) alors qu’elle est de 27% à l’UMP et très minoritaire (15%) au FN. Les candidats du FN sont majoritairement des employés (26%) ou des retraités (26%), plus que des cadres et professions libérales (14%). En revanche, les effectifs de l’UMP, du PS, du Centre et d’EELV sont composés pour plus d’un tiers de cadres et professions libérales, mais de peu d’employés (15% ou moins) et encore moins d’ouvriers (1% ou moins). Du fait de la forte réduction du nombre de cantons, passés de 4.046 à 2.054, le nombre de candidatures suit la même évolution et passe de 18.881 à 9.096. Mais au-delà de l’effet mécanique, on assiste à une légère baisse du nombre moyen de candidatures par canton : 4,7 en 2008-2011 contre 4,4 en 2015. Parmi les 9.096 binômes candidats, 2% seulement sont composés de deux candidats sortants. Pour 20% ils sont composés d’un candidat sortant et d’une personne ne faisant pas parti du précédent mandat. 78% des binômes présentent deux personnes n’ayant pas exercé la fonction de conseiller général lors de la dernière mandature.

 

Départementales : le PS en recherche de candidats

 

Départementales : le PS en recherche de candidats

Avec la débâcle prévue aux départementales on ne se presse pas au portillon du PS pour compléter certaines listes. Du coup au PS on a décidé d’élargir aux autres familles de la gauche. Pas étonnant l’abstention devrait être supérieure à 50% et devrait surtout affecter le PS (qui se retrouverait à autour de 16%). Le PS se veut cependant rassurant. Pourtant, il peine en ce moment à trouver des candidats pour boucler certaines listes avant les élections départementales de mars prochain.  Y aura-t-il des candidats socialistes partout pour les élections départementales de mars prochain ? Oui, assure le Parti socialiste. Pourtant, en région, certaines fédérations connaissent des difficultés pour boucler leurs listes dans les quelques 2074 cantons français.  Plusieurs fédérations, comme le Loir-et-Cher, les Hautes-Alpes, le Loiret, les Vosges ou encore la Moselle peinent à trouver leurs candidats. Jean Pierre Liouville, le patron du PS en Moselle, a même dû envoyer une lettre de relance à ses adhérents pour trouver –  au dernier moment – des volontaires. « C’est la première fois que j’envoie une lettre de relance mais il y avait cinq cantons où je n’avais pas de candidats« , explique-t-il Assiste-t-on à une crise de vocation ou à la crainte d’une défaite ? Au Parti socialiste, on reconnait des difficultés à trouver des candidats tout en minimisant. Ce n’est ni la première fois, ce n’est pas non plus lié à la politique de François Hollande assure Christophe Borgel, le secrétaire national PS chargé des élections. « Les difficultés sont plus liées à des territoires où la droite est très forte et la gauche faible qu’à une réalité nationale. Mais, avec la mobilisation que nous avons, on arrive à trouver des candidats. Ce seront majoritairement des candidats socialistes, mais aussi d’autres formations de gauche ou des candidats divers gauches comme on l’a à chaque élection cantonale« , précise-t-il.

Frigide Farjot ( anti mariage homo.) : aura des candidats aux municipales

Frigide Farjot ( anti mariage homo.) : aura des candidats aux municipales

 

La chef de file des anti-mariage homo Frigide Barjot affirme dimanche, dans un entretien au quotidien régional Corse-Matin, que son mouvement présentera des candidats aux élections municipales de 2014. Selon la militante, à la tête d’une nouvelle manifestation dimanche après-midi à Paris, le collectif La Manif pour tous, qui mène la fronde contre le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux homosexuels depuis six mois, va « investir le terrain électoral dès les prochaines élections municipales de 2014″. « Sous une forme et une appellation qui restent à définir, nous allons présenter des candidats dans les villes dont les élus n’ont pas joué le jeu », affirme-t-elle dans les colonnes du quotidien corse. Tout en précisant: « Et ne comptez pas sur moi pour vous en dévoiler la liste, ce sera une surprise… »

 

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol