Archive pour le Tag 'candidat'

Législatives : Thierry Solère 13 Chefs d’accusation… non candidat !

Législatives : Thierry Solère  13 Chefs d’accusation… non candidat !

 

Le député Thierry Solère, ex-Les Républicains et désormais proche conseiller d’Emmanuel Macron, n’a pas déposé sa candidature pour les élections législatives dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine comme il était prévu, a appris le service politique de France télévisions auprès de la majorité.

 

La candidature de celui qui est également conseiller régional d’Ile-de-France était critiquée en raison de l’existence d’une information judiciaire ouverte depuis 2019 contre lui, et dans laquelle l’élu, âgé de 50 ans, est mis en examen pour treize chefs d’accusation, dont « fraude fiscale », « emploi fictif » et « financement illicite de dépenses électorales ».

Il est soupçonné d’avoir « usé de son influence en vue de faire obtenir des marchés » à des sociétés immobilières entre 2007 et 2017, et à une société de conseil entre 2011 et 2012, d’après le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine), interrogé en janvier. Il a aussi été mis en examen pour manquements aux obligations déclaratives à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

Election présidentielle 2022 : Macron candidat sans débat

Election présidentielle 2022 : Macron candidat  sans débat

 

 

Un papier du « Monde » soulève la contradiction de la campagne de Macro, qui veut d’une part élargir son concept de d’union nationale mais refuse en même temps le débat avec les forces concurrentes.Il ne fait pas de doute que, s’il est réélu, le chef de l’Etat aura la volonté de continuer à réformer le pays. Pour entraîner à sa suite un maximum d’acteurs, il devra faire preuve de capacité d’écoute et d’échange, ce que son refus de se confronter à ses adversaires ne montre pas.

 

 

Archi-favori dans tous les sondages d’intentions de vote, Emmanuel Macron est confronté depuis son entrée en campagne à deux défis. Le premier est d’expliquer en quoi un second mandat s’impose et peut être utile au pays, alors que l’histoire de la Ve République est jalonnée d’exemples décevants. La très longue conférence de presse tenue, jeudi 17 mars, par le président candidat jusqu’à présent très occupé par la guerre en Ukraine, et son insistance à revendiquer « un mandat clair » à partir de propositions concrètes et détaillées, était une réponse plutôt convaincante à cette interrogation. Il ne fait guère de doute que, s’il est élu, Emmanuel Macron aura la volonté de continuer à réformer le pays.

Certains des chantiers qu’il a évoqués, comme les réformes de l’assurance-chômage, de la formation professionnelle, de Pôle emploi, sont dans la droite ligne de ce qu’il a entrepris en 2017 pour tenter d’en finir avec le chômage de masse. Les résultats obtenus depuis cinq ans lui servent de levier. D’autres propositions sont en revanche en total décalage par rapport au projet initial, comme la retraite à 65 ans ou la baisse des droits de successions, qui semblent cette fois directement tirées de l’escarcelle de la droite.

Une idée apparaît totalement disruptive : celle de conclure un pacte nouveau avec les enseignants, qui se verraient proposer une hausse « significative » de leurs rémunérations à condition d’accepter de « nouvelles missions », comme le remplacement des professeurs absents. Combiné à la volonté de donner plus de liberté aux chefs d’établissement et de rendre transparentes les évaluations, ce chantier remet profondément en cause le fonctionnement actuel de l’éducation nationale, qui ne parvient pas à remplir sa promesse d’égalité des chances. Au terme de cinq années de relations difficiles avec les syndicats, le candidat assume la prise de risque en tablant cette fois sur la mobilisation des acteurs locaux : maires, chefs d’établissement, enseignants, parents d’élèves.

Façonnée par les crises, les blocages et les périls, la nouvelle France qu’Emmanuel Macron tente de faire émerger apparaît assez différente de celle d’aujourd’hui : elle est à la fois fortement mobilisée autour de la défense de sa souveraineté avec un effort budgétaire de 50 milliards d’euros par an jusqu’en 2027 et pourtant moins uniforme dans son fonctionnement. Le droit à l’expérimentation est revendiqué pour tenter de renouer le lien avec les citoyens. Le projet se veut aussi plus écologique et plus solidaire avec le triplement de la prime pouvoir d’achat ou la création d’une « solidarité à la source » pour les plus précaires. En jonglant avec tous les sujets sur un large spectre idéologique, Emmanuel Macron a montré qu’il était directement opérationnel, au risque d’aggraver son cas.

Son second défi était en effet de lutter contre l’idée d’une élection déjà faite et donc peu mobilisatrice. Cela méritait à tout le moins quelque considération pour ceux qui le défient. Il n’y en a pas eu. Le président candidat continue de refuser obstinément de débattre avec eux en arguant que tous ses prédécesseurs ont fait de même. Or les circonstances n’étaient pas les mêmes. Acteur depuis 2017 d’une puissante recomposition politique, Emmanuel Macron rêve ouvertement d’une large union nationale pour achever son projet. Le nombre de défis à relever l’y incite mais, pour espérer embarquer un maximum d’acteurs, il doit d’abord démontrer sa capacité d’écoute et de débat, après un quinquennat marqué par la verticalité. La campagne présidentielle est une occasion en or. Il ne s’y résout pas. C’est son talon d’Achille.

Macron, candidat complètement aseptisé

 Macron,  candidat complètement aseptisé

Bien différent du candidat audacieux de 2017, Emmanuel Macron se pose comme un rassembleur en temps de guerre, protecteur de la nation. Par Claude Patriat, Université de Bourgogne – UBFC  ( dans la Tribune)

 

Il s’est voulu président du « en même temps », mais il n’avait certainement pas prévu le scénario ukrainien.

Équilibre difficile à tenir par un seul et même homme : président candidat, Emmanuel Macron doit désormais en tant que chef d’État faire face à une guerre menaçant la démocratie et les valeurs européennes ; en tant que candidat, il s’oblige à ne pas négliger la confrontation démocratique interne et à ne pas écraser la concurrence sous le poids des circonstances.

D’où cette Lettre aux Français, avec un convenu qui confirme l’attendu.

La déclaration de candidature était un passage formellement obligé, la lettre en constitue une manière de service minimum.

La rupture de ton est manifeste avec l’intervention du 2 mars sur l’Ukraine. Toute dimension tragique est soigneusement écartée : la lettre vise avant tout à rehausser la capacité de la France, via son président, à affronter les dangers et les crises. Si l’ombre de la tragédie rôde autour du propos, elle reste voilée par le choix d’un vocabulaire aseptisé, reprenant les fondamentaux du genre et empruntant à ses adversaires leurs termes favoris : fraternité, lutte contre les inégalités, sécurité, inquiétude pour l’avenir, dignité, travail, courage. On va même jusqu’à capter le terme « reconquête »…

L’ensemble est baigné dans une atmosphère de modestie teintée d’humilité et de lucidité, qui ouvre la fenêtre à une discrète autocritique. Tout est fait pour éviter une provocation directe des adversaires. Certes, le président multiplie les incursions sur les terrains des concurrents, plante des banderilles ici et là. Mais on n’attaque qu’à fleuret moucheté, avec une soutenable légèreté, glissant parfois jusqu’au facilités des formules de communicants : « L’enjeu est de bâtir la France de nos enfants, pas de ressasser la France de notre enfance. »

Comme le choix répété du « nous » entend le surligner, l’heure est au rassemblement, et non pas à la division ou à la dispersion. Certes, ce thème de la « France unie » est devenu un classique pour un président en fonction souhaitant être réélu. Les circonstances en font plus que jamais un passage obligé.

Au candidat décomplexé de 2017 prônant la rupture, voire la révolution, a succédé, par la force du contexte, un président plaidant sagement la continuité, nécessaire par gros temps. Sur fond d’inquiétude causée par le chaos possible, Emmanuel Macron esquisse d’une plume délibérément modérée sa capacité à incarner l’unité nationale.

Un message qui s’adresse aux Français par-dessus la tête des autres candidats. Il n’en reste pas moins que, suspendue qu’elle est à l’évolution de la situation en Ukraine, cette déclaration ne renseigne pas sur ce que sera son engagement dans la campagne. Il est candidat. Il participera. Mais avant tout, il présidera. Ses concurrents n’ont toujours pas d’adversaire.

Contraint par les circonstances, Emmanuel Macron entretient habilement avec ses compétiteurs une étrange partie de cache-cache. Condamnés à un chiasme permanent, ceux-ci s’épuisent voir dans le président un vrai/faux candidat, et dans le candidat un faux/vrai président. Toute la campagne semble dès lors appelée à se dérouler dans une dialectique de l’être et du paraître : être ce que l’on est ou paraître ce qu’on veut être, là est la question.

Les lieux et les moments des confrontations qui ne peuvent manquer d’advenir restent dans la pénombre. Certes, elles auront lieu, démocratie oblige, et Emmanuel Macron l’a promis. Mais elles seront le plus souvent indirectes et médiées. Le jour même de la parution de la lettre, le néo-candidat a d’ailleurs tenu à diffuser via sa chaîne YouTube une vidéo savamment cadrée : un peu plus de quatre minutes, où il est saisi sur son lieu de travail (l’Élysée), mais veste tombée et avec la simplicité du contact qui sied à tout candidat.

Les circonstances aidant, dans cet espace-temps limité à quelques courtes semaines, les réseaux sociaux, répercutés par les chaînes d’information en continu, seront sans aucun doute l’arène principale du débat, donnant l’image d’une guérilla entretenue.

On ne choisit pas toujours le cadre du combat, mais il faut savoir se servir du terrain. Et la Lettre aux Français en est une habile illustration. Point besoin pour Emmanuel Macron d’énoncer longuement un programme ni d’assumer une vraie campagne. Il a son bilan et, depuis six mois, les promesses qu’il égrène sont autant de petits cailloux blancs : sécurité, santé, grand-âge, éducation… Le moment venu, il suffira de les rassembler dans la dernière ligne droite.

Nous voici donc bien loin de l’élection de 2017. Symétriquement à l’opposé. Alors, un jeune candidat audacieux, s’appuyant sur une méthode de combat originale, partait victorieusement à l’assaut des appareils politiques. Il se déclarait porteur d’une promesse de gouverner autrement, proposait de substituer au vieux monde politique usé par son impuissance, l’espoir d’une révolution fière et conquérante.

La campagne, voulue comme une transgression du traditionnel clivage droite/gauche, s’afficha longue et riche. La victoire fulgurante fut totale. Droite et gauche de gouvernement volèrent en éclats. Chassés du pouvoir, vivant leur défaite comme une usurpation, les vieux partis ne surent ou ne purent s’en remettre. Incapables de se positionner clairement par rapport au nouveau Président, hésitant entre le rejet complet et le compromis constructif, ils se sont montrés impuissants à construire une alternative et à se rassembler derrière de nouveaux leaders. Et donc à opposer un projet crédible.

Le résultat est là : un paysage politique dévasté, une extrême-droite suractivée (à plus de 30 %), un parti socialiste parti aux abysses, Les Républicains déchirés entre leur tropisme centriste et leurs vieux démons nationalistes, une participation annoncée en berne…

Le chemin de campagne d’Emmanuel Macron s’en trouve tout tracé : laisser ses opposants se disputer les fruits amers de leurs divisions, et affirmer son image de rassembleur dans un pays fracturé, en proie au doute et à l’inquiétude. C’est qu’il ne s’agit plus de monter à l’assaut d’une citadelle, mais d’apparaître comme le gardien ferme et rassurant de la maison qu’on occupe. Nul besoin d’avancer une forte artillerie. Il suffit d’ouvrir largement les ailes pour accueillir les soutiens venus des différents horizons. Seul le « en même temps » subsiste. Il change toutefois de sens : il voulait dire agir à gauche et à droite ; il signifie aujourd’hui réunir, sur tous les fronts.

Dès lors, on ne saurait s’étonner que la Lettre aux Français n’en dise pas plus. C’est dans ses silences qu’elle parle le plus fort.

 

_______

Par Claude Patriat, Professeur émérite de Science politique Université de Bourgogne, Université de Bourgogne – UBFC. Dans the conversation 

Politique: Macron candidat , la continuité molle

Macron candidat : la continuité molle

 

Dans un papier de l‘Opinion , on observe que Macron a largement abandonné ses habits de transformateur pour proposer à la place une sorte de continuité molle qui évacue les préoccupations et les enjeux .

 

Un quinquennat de crises et une guerre en Ukraine sont passés par là. Emmanuel Macron candidat à sa réélection est l’inverse, même s’il s’en défend, de celui qui déboulait dans le jeu politique de 2016. Rassurant, « protecteur », « lucide », quand le premier était « disruptif », « transformateur » et accumulait les hyperboles pour donner corps à la « Révolution » promise dans son livre de campagne. La révolution, sociale, sanitaire, et maintenant guerrière, les Français ne l’ont que trop connue pour l’attendre du champ politique, anticipe-t-il désormais. Ils veulent de la stabilité. Il propose d’en être le garant.

On retrouve bien ses fondamentaux dans la « lettre aux Français » qu’il publie ce jeudi soir . L’Europe, la valorisation du travail, l’émancipation par l’école, la confiance en l’avenir. A l’épreuve du pouvoir, d’autres ambitions se sont ajoutées : la souveraineté, le grand âge et la santé, les investissements d’avenir, dans la recherche en particulier. Leur addition doit constituer une « réponse singulière » face aux « dérèglements du monde ».

A ce stade pas de mesures précises pour nourrir sa promesse, mais on sent bien que là ne sera pas l’enjeu. Travailler plus longtemps, la réforme des retraites se lit entre les lignes. Baisser les impôts de production aussi. Sur le reste, l’éducation et la santé notamment, l’approche semble être davantage celle du réparateur que du modernisateur. Aux mots -absents – d’économies, de dette, de compétitivité, il préfère ceux de « valeurs », « culture », « méritocratie républicaine ». Le quoiqu’il en coûte lui aussi est passé par là.

En entrant tard en campagne, Emmanuel Macron a pu s’ajuster à l’offre. Sur le terrain de la réforme, Valérie Pécresse est trop faible pour qu’il soit contesté, calcule-t-il. Il semble faire le pari qu’il affrontera plutôt Marine Le Pen ou Eric Zemmour au second tour de la présidentielle : autres troubles à venir, anticipe-t-il, qui justifient qu’il mette l’accent sur la loi, l’« humain » et la défense du modèle social.

Dans le climat anxiogène du moment, le président sortant joue sur le réflexe légitimiste des électeurs. Il protège plus qu’il ne prend des risques parce que politiquement il n’en a pas besoin. Sa nature, en revanche, risque, elle, d’être bousculée. Ses proches ont suffisamment vanté son « ADN audacieux » pour qu’on ait longtemps cru qu’il voudrait laisser dans l’histoire la trace de la réforme profonde, un peu comme Gerhard Schröder en Allemagne. Les circonstances ont transformé sa conception du président. Réconcilier, unir, conforter face aux crises, c’est celle qu’il propose.

Macron candidat : la continuité molle

Macron candidat : la continuité molle

 

Dans un papier de l‘Opinion , on observe que Macron a largement abandonné ses habits de transformateur pour proposer à la place une sorte de continuité molle qui évacue les préoccupations et les enjeux .

 

Un quinquennat de crises et une guerre en Ukraine sont passés par là. Emmanuel Macron candidat à sa réélection est l’inverse, même s’il s’en défend, de celui qui déboulait dans le jeu politique de 2016. Rassurant, « protecteur », « lucide », quand le premier était « disruptif », « transformateur » et accumulait les hyperboles pour donner corps à la « Révolution » promise dans son livre de campagne. La révolution, sociale, sanitaire, et maintenant guerrière, les Français ne l’ont que trop connue pour l’attendre du champ politique, anticipe-t-il désormais. Ils veulent de la stabilité. Il propose d’en être le garant.

On retrouve bien ses fondamentaux dans la « lettre aux Français » qu’il publie ce jeudi soir . L’Europe, la valorisation du travail, l’émancipation par l’école, la confiance en l’avenir. A l’épreuve du pouvoir, d’autres ambitions se sont ajoutées : la souveraineté, le grand âge et la santé, les investissements d’avenir, dans la recherche en particulier. Leur addition doit constituer une « réponse singulière » face aux « dérèglements du monde ».

A ce stade pas de mesures précises pour nourrir sa promesse, mais on sent bien que là ne sera pas l’enjeu. Travailler plus longtemps, la réforme des retraites se lit entre les lignes. Baisser les impôts de production aussi. Sur le reste, l’éducation et la santé notamment, l’approche semble être davantage celle du réparateur que du modernisateur. Aux mots -absents – d’économies, de dette, de compétitivité, il préfère ceux de « valeurs », « culture », « méritocratie républicaine ». Le quoiqu’il en coûte lui aussi est passé par là.

En entrant tard en campagne, Emmanuel Macron a pu s’ajuster à l’offre. Sur le terrain de la réforme, Valérie Pécresse est trop faible pour qu’il soit contesté, calcule-t-il. Il semble faire le pari qu’il affrontera plutôt Marine Le Pen ou Eric Zemmour au second tour de la présidentielle : autres troubles à venir, anticipe-t-il, qui justifient qu’il mette l’accent sur la loi, l’« humain » et la défense du modèle social.

Dans le climat anxiogène du moment, le président sortant joue sur le réflexe légitimiste des électeurs. Il protège plus qu’il ne prend des risques parce que politiquement il n’en a pas besoin. Sa nature, en revanche, risque, elle, d’être bousculée. Ses proches ont suffisamment vanté son « ADN audacieux » pour qu’on ait longtemps cru qu’il voudrait laisser dans l’histoire la trace de la réforme profonde, un peu comme Gerhard Schröder en Allemagne. Les circonstances ont transformé sa conception du président. Réconcilier, unir, conforter face aux crises, c’est celle qu’il propose.

Note de la Russie en baisse ( agence S&P)

Note de la Russie en baisse ( agence S&P)

S&P avait déjà placé la note de la dette à long terme en monnaie étrangère de la Russie dans la catégorie des investissements spéculatifs la semaine dernière, mais l’a fait descendre jeudi de huit crans supplémentaires. Les deux autres grandes agences de notation Fitch et Moody’s, ont, elles, rétrogradé la Russie dans la catégorie des placements spéculatifs mercredi.

S&P décidera dans les prochaines semaines si elle abaisse ou non de nouveau la dette de la Russie «une fois qu’il y aura plus de clarté sur la capacité technique et/ou la volonté du gouvernement d’honorer ses obligations de dette en totalité et en heure».

Présidentielle : surprise, Macron candidat !

Présidentielle : surprise, Macron candidat !

Ce n’est évidemment pas une surprise. La candidature de Macron était attendue depuis longtemps. Ce qui la caractérise , c’est cependant son mode d’expression à savoir une lettre aux Français. Sans doute pour montrer aux autres candidats qu’il ne se situe pas dans la même catégorie et qu’il compte Utiliser son statut de président actuel pour valoriser sa posture. Il souhaite aussi montrer, que lui est concentré sur les grands enjeux du moments y compris internationaux. Bref, il faut s’attendre un minimum de campagne de la part de Macron qui va instrumentaliser  sa fonction pour donner une légitimité à un nouveau mandat.Témoin cette lettre qui veut prendre de la hauteur :

 

« Je suis candidat pour inventer avec vous, face aux défis du siècle, une réponse française et européenne singulière. Je suis candidat pour défendre nos valeurs que les dérèglements du monde menacent. Je suis candidat pour continuer de préparer l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants. Pour nous permettre aujourd’hui comme demain de décider pour nous-mêmes », écrit-il dans sa missive parue en début de soirée. « J’ai perçu partout un esprit de résistance à toute épreuve, une volonté d’engagement remarquable, une inlassable envie de bâtir. Je l’ai retrouvée partout dans notre pays mais aussi en allant à la rencontre de nos compatriotes vivant à l’étranger. J’ai perçu en chaque lieu le désir de prendre part à cette belle et grande aventure collective qui s’appelle la France. »

 

Prospective et marc de café : Macron serait candidat d’après Castaner !

Prospective et marc de café : Macron serait candidat d’après Castaner !


Il est clair que Christophe castaner n’a pas décroché la lune et qu’il n’aura sans doute jamais non plus le prix Nobel. Ce transfuge du parti socialiste annonce en effet que Macron  sera sans doute candidat et que le contenu du programme visera à mettre en œuvre les réformes qu’il  n’a pas été possible de réaliser au cours des 5 ans passès.

Le « nouveau projet, c’est d’abord porter les grandes réformes que nous n’avons pas réussi à faire pendant ce quinquennat », a déclaré solennellement dimanche le député des Alpes-de-Haute-Provence, à commencer par la réforme des retraites.

 

Le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, comme Madame Soleil,  prévoit l’avenir et annonce la candidature proche d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle. « Je ne doute pas qu’il soit candidat, il sera candidat » mais  »il lui appartiendra de le dire« , a déclaré Christophe Castaner sur BFMTV, s’en tenant à un délai de « plusieurs jours ou plusieurs semaines ».On se doute évidemment que ce ne sera pas dans plusieurs années !

 

Le « nouveau projet, c’est d’abord porter les grandes réformes que nous n’avons pas réussi à faire pendant ce quinquennat », a souligné le député des Alpes-de-Haute-Provence, à commencer par la réforme des retraites. Il faut  »sauver le régime des retraites aujourd’hui, il est totalement déficitaire, il y a une situation grave, donc on ne peut fermer les yeux », a martelé Christophe Castaner.

Mais le pouvoir d’achat, principale préoccupation des Français, devrait aussi être au programme, a assuré le président du groupe LREM, qui a défendu l’action de l’actuel gouvernement à ce sujet. « Nous avons mis en place à la fois des aides directes avec le chèque énergie ou l’indemnité inflation, nous avons mis en place des mesures directes pour protéger les Français. »

Bref, le propos fait ressentir une certaine fatigue et ou une certaine paresse chez  le président du groupe de la république en marche à l’Assemblée nationale. Mais ce n’est pas forcément un handicap dans le parti en marche puisque le seul qui décide de tout, c’est Macron.

 

Une primaire populaire sans candidat et sans peuple !

Une primaire populaire sans candidat et sans peuple !

 

 

Cette « primaire populaires » restera sans doute une sorte d’ovni dans le paysage politique. En effet, ce qui le caractérise c’est d’abord son aspect très élitiste de couches sociales favorisées très marquées à gauche. Les sondages démontrent d’ailleurs que les milieux populaires s’intéressent très peu à la politique et encore moins à la gauche.

La primaire populaire va donc se dérouler sans le peuple et il serait intéressant de procéder à une analyse sociologique des 467 000 personnes qui se sont inscrites pour ce scrutin. Il faudra sans doute sortir une loupe pour déceler les représentants des couches sociales populaires. La deuxième incongruité concerne les candidats. En effet on compte à six ou sept candidats dont la moitié refusent le principe de cette consultation. En clair, les principaux intéressés susceptibles de figurer en tête réfutent la consultation.

Peu importe les gauchistes et autres utopistes qui soutiennent cette initiative ont maintenu ces candidats . Une drôle de conception de la démocratie.

En réalité ,la seule candidate un peu connu et Taubira qui serait l’incarnation de l’union de la gauche. Une curieuse incarnation puisque c’est elle qui a fait perdre Jospin en raison du maintien de sa candidature en 2002. Il s’agit une nouvelle fois d’une candidature qui ne repose sur rien, sur aucun programme réel et sur aucune force structurée. Une candidature qui aura simplement pour objet de ridiculiser encore un peu plus la gauche. 

Gauche : de pire en pire, Hollande candidat ?

Gauche : de pire en pire, Hollande candidat ?

 

 

Hollande qui constate que le camp de la gauche très divisé ne fait actuellement pas plus de 25 % des intentions de vote n’exclut pas d’être candidat. En tout cas, François Hollande indique qu’il n’est «pas encore candidat.» Face à la multiplication des prétendants à gauche, l’ancien président secrétaire du PS s’interroge sur l’utilité d’une candidature de plus. «J’ai les mêmes idées qu’avant donc je continue à les défendre», développe-t-il avant d’ajouter qu’«un ancien président peut refaire de la politique et, c’est arrivé, être candidat à l’élection présidentielle.» François Hollande évidemment allusion à Sarkozy.

Le problème c’est que Hollande avec cette déclaration insolite participe évidemment de la démolition voir l’extinction de la gauche. En effet il n’y aurait pas d’effet Hollande pas davantage que d’effet Taubira ou d’autres. D’ailleurs un sondage qui n’a pas été divulgué par le Figaro indique que Hollande ferait autour de 2 % ! De quoi ridiculiser encore un peu plus une gauche en voie de disparition mais de quoi  ridiculiser tout autant Hollande qui croit disposer encore d’un crédit dans l’opinion. De quoi rire s’il ne fallait pas en pleurer !

La gauche renaîtra peut-être un jour mais sûrement pas avec les vieux chevaux de retour, avec son idéologie radicale élitiste, ses lubies, ses fausses promesses et ses trahisons dans la gestion.

Du soleil en 2022 : Jean Lassalle candidat !

Du soleil en 2022 : Jean Lassalle candidat !

 

Jean Lassalle ne va peut-être pas apporter énormément de lumière dans la campagne électorale mais sans doute un peu de chaleur humaine, un peu d’humanité parmi des candidats dont beaucoup sont des adeptes du discours convenu à la mode énarque.

Jean Lassalle ,à nouveau candidat, ne sera sans doute pas porteur d’un grand projet , ni d’une dynamique voir même de la moindre espérance politique. Jean Lassalle est aimé pour autre chose : pour sa simplicité qui frôle d’ailleurs souvent le simplisme. Peu importe d’ailleurs puisqu’on a un peu de mal à comprendre la moitié de ce qu’il raconte. Mais la musique de sa voix est belle, une voix territoriale comme on dit maintenant pour ne plus employer les gros mots de « province » ou « ruralité ».

Politiquement la posture de Jean Lassalle est assez floue.

En 2020, Jean Lassalle rejoint le groupe «Libertés et territoires» au sein de l’Assemblée nationale.

«Libertés et territoires» est un groupe « éclectique qui permet à des élus marginaux dans leurs groupes respectifs de bénéficier de moyens d’action et de temps de parole dans l’hémicycle »1. « le groupe est d’abord né de la volonté des non-inscrits de se doter de moyens matériels et de temps de parole »2Laurent de Boissieu le compare au groupe République et liberté, qui a existé de 1993 à 1997, en ce qu’il est « davantage “technique” qu’idéologique ». Bref un groupe et ailleurs comme Jean Lassalle !.

 

2022 : L’écologiste Antoine Waechter aussi candidat

2022 : L’écologiste Antoine Waechter aussi candidat

Antoine Waechter, candidat en 1988,  se présentera en 2022 à l’élection présidentielle soutenu par leMouvement écologiste indépendant (MEI). Une candidature indépendante qui veut se démarquer d’Europe écologie les Verts très à gauche voire à l’extrême gauche.

«Constatant le caractère utopique de rassembler les écologistes», Antoine Waechter, l’un des fondateurs du mouvement écologiste en France, souhaite par sa candidature «affirmer beaucoup plus fortement ce qui fait l’identité de la pensée écologiste elle-même, au-delà de la droite et de la gauche». «Malgré la poussée de la sensibilité écologiste dans l’opinion, une bonne partie de ce public n’ira pas voter pour un candidat Vert, tout simplement parce qu’un certain nombre d’éléments le bloquent, en particulier cette volonté (d’EELV) de se positionner dans le paysage politique de gauche», estime Antoine Waechter.

2022 : Montebourg aussi candidat à la présidentielle

2022 : Montebourg aussi candidat à la présidentielle

 

 

L’ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg a officialisé samedi sa candidature à l’élection présidentielle de 2022 en France. L’intéressé ne fait aucune référence au parti socialiste qui de son côté présentera un candidat désigné par les militants.

Pour lui, sa candidature vise à empêcher un « duel mortifère Macron/Le Pen », il faut à la gauche « penser aux classes populaires et moyennes qui ont fait l’élection présidentielle: Chirac avec la « fracture sociale », Sarkozy avec le « travailler plus pour gagner plus », Hollande avec « mon ennemie la finance », Macron avec sa fausse révolution qui s’est transformée en restauration ». À propos de Mélenchon, il déclare

« A force de creuser des tranchées sectaires autour de lui, il ne peut pas rassembler (…). Jean-Luc Mélenchon ne sera pas président de la République, tout le monde le sait »,

Michel Barnier: un candidat sans charisme

Michel Barnier: un candidat sans charisme

 

Michel Barnier, l’ancien ministre et ex-négociateur européen en chef a également déclaré sa candidature pour la consultation qu’organisent les républicains. Avant son départ comme commissaire européen, Michel Barnier n’avait pas laissé une image très  affirmée comme un politique français. C’est surtout à l’occasion du brexit qu’il s’est mis en valeur en affirmant notamment une certaine fermeté vis-à-vis de Boris Johnson.

Cependant ne dit pas assez  que Michel Barnier a dû plier devant les exigences allemandes pour aboutir à un accord acceptable par le Royaume-Uni. Le problème, c’est que cet accord paraît particulièrement confus et difficilement applicable dans une Irlande dont la moitié appartient au Royaume-Uni et l’autre moitié est indépendante. Un accord d’ailleurs qui n’est pas respecté par Boris Johnson qui le remet officiellement en cause.

Certes le personnage paraît assez sympathique et non clivant mais se toute évidence Michel Barnier manque d’épaisseur politique et ses premiers propos manquent singulièrement d’originalité témoin cette première déclaration dans le Figaro:

 

Pourquoi êtes-vous candidat à la primaire de la droite et du centre?

Michel BARNIER. - Je suis candidat pour être un président qui respecte les Français et qui fait respecter la France. Nous sommes dans des temps exigeants. Le monde qui nous entoure est dangereux, instable, fragile. Notre pays va mal. Il faut une alternance pour réconcilier, remettre ensemble et agir vraiment.

Quels ont été les moteurs de votre décision?

Être candidat à la présidence de son pays est une décision grave. Cela justifie le temps de la réflexion et de la préparation. Depuis la fin de ma mission sur le Brexit, j’ai beaucoup écouté, dialogué et travaillé pour construire une équipe et un projet. C’est aussi cela le respect vis-à-vis des citoyens. Aujourd’hui, je suis prêt et je suis heureux de le dire depuis la Savoie, terre de mes racines familiales et politiques.

Présidentielle : le candidat du PS sera élu par les adhérents

Présidentielle : le candidat du PS sera  élu par les adhérents

 

Les instances nationales du parti socialiste ont décidé que le candidat aux présidentielles de 2022 serait désigné par les adhérents. Le seul problème est de savoir qui est adhérent au parti socialiste. Officiellement, il y aurait encore 100 000 adhérents mais la plupart n’ont pas payé de cotisations. En réalité le nombre serait autour de 30 000. Reste à savoir quel bidouillage on va utiliser permettant d’aboutir au chiffre officiel d’adhérents.

2022 : Eric Piolle, candidat écolo, maire d’une ville polluée et dangereuse

2022 : Eric Piolle, candidat écolo, maire d’une ville polluée et dangereuse

 

Tant sur le plan écologique que sécuritaire, la ville de Grenoble ne constitue pas un modèle. La ville est en effet très pollué et le taux d’insécurité parmi les plus importants de France. Ce qui n’empêche pas le maire, Éric Piolle d’être candidat pour la gestion du pays à la fonction suprême. Pire, la ville de Grenoble externalise ses atteintes à l’environnement en allant construire des éoliennes n’importe où en France.( Via sa société de production d’énergie). Ne parlons pas des orientations gauchistes de l’intéressé. Il y a longtemps en effet qu’Europe écologie les Verts a pris la place de l’ancien parti communiste français avec la même idéologie, la même dialectique et les mêmes résultats économiques et sociaux.

 « Éric Piolle va à la rencontre de celles et ceux qui sont inquiets de la situation, de celles et ceux qui font bouger les choses et de celles et de ceux qui ne partent pas en vacances. Ces rencontres de terrain font mûrir ses réflexions et lui permettent de décliner son programme selon les déplacements », explique son entourage à La Tribune.

« Il veut faire valoir une alternative au développement des territoires, car il s’agit d’un modèle dépassé et du passé. On continue à artificialiser des bonnes terres alors qu’il faudrait reconnecter les cultures et l’alimentation, et produire à proximité de quoi nourrir la population plutôt que d’importer d’autres régions voire d’autres pays », précise son équipe qui entretient des liens relativement ésotériques avec la problématique agricole mais réels avec la démagogie. 

 Le maire de Grenoble s’est même exprimé sur l’architecture politique de l’Île-de-France, affirmant la nécessité d’une réforme du cadre institutionnel de la métropole du Grand Paris. Ce qui confirme le caractère centraliste de l’idéologie de l’intéressé.

PRIMAIRE ÉCOLOGISTE: Les verts vont encore choisir un candidat qui perd

PRIMAIRE ÉCOLOGISTE: Les verts vont encore choisir un candidat qui perd

Face à Yannick Jadot écolo plutôt centriste, Europe écologie les Verts va sans doute préférer un candidat qui perd comme Éric Piolle. Un candidat beaucoup plus à gauche et beaucoup moins connu. Bref le scénario éternel de la primaire écologiste ( Pour mémoire les écolos avaient déjà préféré Eva Joly à Nicolas Hulot). Éric Piolle vient d’ailleurs de soutenir de recevoir tout ce que compte l’écologie du gauche avec un appui de 300 élus.

« Nous avons besoin d’une présidence humble, terre à terre, qui nous ressemble et qui nous considère, qui connaisse la réalité du travail et celle des territoires », plaident ces soutiens d’Eric Piolle, rappelant sa victoire en 2014 à Grenoble puis sa réélection aux municipales de 2020.

« Il s’est inscrit dans une nouvelle page de l’histoire de l’écologie politique en France. Celle de l’écologie de gouvernement. Il a montré que les écologistes peuvent gagner pour agir sur le réel », insistent les signataires, qui plaident pour articuler « radicalité » et « pragmatisme ».

« Nous sommes également fiers de soutenir comme candidat à la présidentielle un ancien cadre » de Hewlett Packard « licencié pour avoir refusé un plan de délocalisation, devenu un élu de terrain à l’écoute, conscient des réalités du quotidien, attaché aux territoires qui font la France au-delà des considérations parisiennes et capable de construire le rassemblement des gauches écologistes », ajoutent ces personnalités.

Parti socialiste 2022–Après Hidalgo, Stéphane Le Foll candidat

Parti socialiste 2022–Après Hidalgo, Stéphane Le Foll candidat

Après Hidalgo, Stéphane le Foll est candidat pour le parti socialiste. Il exige une primaire dans le JDD (interview, extrait)

Interview

Pour vous, il faut conserver la primaire?
La primaire figure dans les statuts du PS! Par le passé, on a connu le vote Jospin-Emmanuelli de 1995, tranché par les militants ; puis, en 2006, la primaire des adhérents à 20 euros, à 300.000 votants, remportée par Ségolène Royal ; et enfin celle de 2011, élargie à 3 millions de personnes, qui avait désigné François Hollande… Sur le fond, cette primaire doit avoir lieu ; sur la forme, il doit y avoir un débat et un choix des militants. Au PS, le parti de la démocratie interne, on serait les seuls à ne pas avoir un processus de désignation démocratique ? Soyons sérieux. J’entends dire que des modifications statutaires pour supprimer la primaire vont être présentées au congrès. Ce serait incompréhensible, scandaleux et dangereux.

Vous serez donc candidat?

Oui. Je suis candidat pour porter une ligne et un projet.

La vérité, c’est que tout est complètement verrouillé. A commencer par le prochain congrès, en septembre

Vous accusez le premier secrétaire, Olivier Faure, de vouloir escamoter la primaire?
Oui. Il a même proposé un conseil des sages pour désigner le ou la candidate ! Mais qui sont les sages? Je me pose la question… C’est contraire à l’histoire démocratique du PS. La vérité, c’est que tout est complètement verrouillé. A commencer par le prochain congrès, en septembre. Mais combien de militants reste-t‑il réellement? Entre 20.000 et 30.000 au maximum, me dit-on. Et dans ce contexte, Olivier Faure s’est rangé derrière la candidature d’Anne Hidalgo uniquement pour se maintenir à la tête du PS.

Soutiendrez-vous la motion d’Hélène Geoffroy, qui se présente face à Olivier Faure pour le poste de premier secrétaire?
Oui.

Ne vous sentez-vous pas un peu seul dans votre propre parti?
Si, un peu. Déjà, à l’époque du congrès d’Aubervilliers, j’avais alerté sur la nécessité de ne pas s’effacer et, au contraire, sur l’importance qu’il y avait à affirmer la place que nous souhaitions prendre à gauche vis‑à-vis des écologistes. Mais c’est exactement le contraire qui a été fait.

Après les élections régionales de juin, Olivier Faure a tout de même changé de pied, réaffirmant davantage le leadership socialiste…
Ça confirme que j’étais seul mais que j’avais raison! Aux régionales, tous les vainqueurs ont bénéficié d’une prime aux sortants. Il n’y a plus de cadre politique au niveau national, les gens se raccrochent à celles et ceux qu’ils connaissent. Ça confirme la position que j’ai défendue depuis trois ans : pour mener un débat politique, il faut s’affirmer, pas s’effacer. Si on s’efface, on ne risque pas d’avoir des électeurs. Carole Delga en Occitanie, Alain Rousset en Nouvelle-Aquitaine, Loïg Chesnais-Girard en Bretagne n’ont même pas passé d’accords avec les écologistes au second tour et ont été réélus facilement. Donc je vais continuer à exprimer mes positions. Et j’ai des choses à dire.

Nous dénonçons ce qui se passe chez les Verts, mais qu’est-ce qui se fait, en positif, chez nous ?

Que reprochez-vous, au fond, à la candidature Hidalgo?
Elle a des atouts, indéniablement. Mais je lui reproche notamment des choix hasardeux aux régionales. Celui d’Audrey Pulvar pour la tête de liste en Ile-de-France n’était pas tout à fait conforme à l’idée d’une affirmation sociale-démocrate. On a besoin de clarification. Nous dénonçons ce qui se passe chez les Verts, mais qu’est-ce qui se fait, en positif, chez nous ? Si les écologistes ont un problème avec la République, il faut affirmer nos positions sur la laïcité, la sécurité, l’ordre public. On ne peut pas se limiter à critiquer les autres sans dire ce qu’on porte, nous. C’est ce qui manque aujourd’hui.

Comment l’expliquez-vous?
Le PS n’a pas travaillé ces dernières années. Il a passé son temps à ériger en principe essentiel la question de l’alliance et du rassemblement. Il a même considéré que, comme le quinquennat de Hollande était une erreur, il fallait s’effacer pour rebondir ensuite. La réalité, c’est que les socialistes sont les seuls capables de rassembler au-delà du socle écologiste. C’est ce que montrent les résultats des régionales. Il n’y a pas de dynamique pour les écologistes capables de faire gagner la gauche. Les Verts ont un angle mort sur les classes populaires et moyennes, car la manière dont ils abordent la question écologique n’est pas acceptable pour les couches insécurisées. J’en reviens à mon grand projet : celui d’une France durable, en termes économique, écologique et social, qui ne remet pas en question le développement des générations futures. Nous l’avons oublié. Il faut revenir à nos fondamentaux et les affirmer.

Jean-Luc Mélenchon est, lui, officiellement candidat, et en tête dans les sondages à gauche. Quel regard portez-vous sur sa candidature?
Son programme est adapté pour capter une partie de la colère, mais ça ne permet pas de gouverner. Le problème de Mélenchon, c’est qu’il ne peut pas gagner la présidentielle. Il n’aura pas la capacité de pouvoir rassembler 50% des Français et au-delà.

Politique-Présidentielles : un candidat animaliste, à quand un candidat des club de pétanque ?

Politique-Présidentielles  : un candidat animaliste,  à quand un candidat des club de pétanque ? 

On peut comprendre évidemment que des organisations se préoccupent de la souffrance animale. Ceci étant,  la multiplication des candidatures aux présidentielles de 2022 pour des motifs aussi restreints pose la question de la démocratie. En effet pourquoi pas aussi des candidats des clubs de pétanque, de belote, évidemment des pêcheurs, des chasseurs, des végétariens et pourquoi pas aussi des nudistes.

Au total on risque d’aboutir comme d’habitude à une quinzaine au moins deux candidatures à la magistrature suprême. Une situation qui ne manque pas d’étonner à l’étranger. En France , on est incapable de créer des conditions efficaces et légitimes d’émergence de candidats et n’importe quel représentant d’un lobby peut faire valoir sa candidature sans parler des deux ou trois tordus qui satisfont une fois tous les cinq ans leur ego sur dimensionné pour paraître dans la petite lucarne alors qu’ils ne peuvent escompter que 0,5 % des voix. 

Présidentielles : un candidat animaliste, à quand un candidat des club de pétanque ?

Présidentielles  : un candidat animaliste,  à quand un candidat des club de pétanque ? 

On peut comprendre évidemment que des organisations se préoccupent de la souffrance animale. Ceci étant,  la multiplication des candidatures aux présidentielles de 2022 pour des motifs aussi restreints pose la question de la démocratie. En effet pourquoi pas aussi des candidats des clubs de pétanque, de belote, évidemment des pêcheurs, des chasseurs, des végétariens et pourquoi pas aussi des nudistes.

Au total on risque d’aboutir comme d’habitude à une quinzaine au moins deux candidatures à la magistrature suprême. Une situation qui ne manque pas d’étonner à l’étranger. En France , on est incapable de créer des conditions efficaces et légitimes d’émergence de candidats et n’importe quel représentant d’un lobby peut faire valoir sa candidature sans parler des deux ou trois tordus qui satisfont une fois tous les cinq ans leur ego dimensionné pour paraître dans la petite lucarne alors qu’ils ne peuvent escompter que 0,5 % des voix. 

12345...7



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol