Archive pour le Tag 'campagnes'

« Renaissance européenne », Macron plus fort pour les campagnes électorales que pour la gestion

« Renaissance européenne », Macron plus fort pour les campagnes électorales  que pour la gestion

Ce qui fait la particularité des présidents français, c’est en général être beaucoup plus fort leur des campagnes électorales que pendant la gestion de leur mandat. C’est vrai en politique intérieure évidemment mais tout autant en politique internationale. Concernant l’Europe Sarkozy, puis Hollande enfin Macron avait promis des changements fondamentaux avant finalement de se coucher devant l’Allemagne complètement imperméable aux propositions françaises. Pire, aujourd’hui l’alliance entre l’Allemagne et la France n’a jamais été empirée ta concernant l’évolution de l’Europe. Merkel fait semblant de consentir quelques mesures tout à fait accessoire car elle est en désaccord sur le fond et en plus dans une situation politique plus précaire que précédemment. Les échecs répétés de Macron pour redynamiser l’Europe ne l’ont pas dissuadé de lancer une série de propositions dont on se demande par qui elle pourrait être soutenue. A moins de trois mois d’élections européennes qu’il juge “décisives”, Emmanuel Macron a dévoilé lundi soir une série de mesures concrètes en faveur d’une “renaissance européenne” et lancé un cri d’”alarme” pour une Europe qui selon lui n’a jamais été autant en danger. Dans une lettre aux “citoyens d’Europe” publiée simultanément dans des quotidiens des 28 Etats membres, du Guardian à El Pais en passant par le Corriere della serra, le chef de l’Etat français adresse une mise en garde contre la tentation du “repli” ou de la “résignation”. “Jamais depuis la Seconde Guerre mondiale, l’Europe n’a été aussi nécessaire et pourtant, jamais l’Europe n’a été autant en danger”, écrit-il, prenant pour exemple la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne programmée dans moins d’un mois. “Le repli nationaliste ne propose rien, c’est un rejet sans projet et ce piège menace toute l’Europe : les exploiteurs de colère, soutenus par les fausses informations, promettent tout et son contraire”, fustige-t-il. “Nous sommes à un moment décisif pour notre continent, un moment où, collectivement, nous devons réinventer politiquement, culturellement, les formes de notre civilisation dans un monde qui se transforme”, ajoute-t-il. “Aussi, résistant aux tentations du repli et des divisions, je vous propose de bâtir ensemble cette Renaissance autour de trois ambitions : la liberté, la protection et le progrès.” Ces ambitions passent notamment par la création d’une agence de protection des démocraties et d’une banque pour le climat, la mise en place d’un salaire minimum européen ou encore l’interdiction en Europe des entreprises “portant atteinte aux intérêts stratégique européens”. (Pour voir l’ensemble des mesures :) .

Macron, «président des villes» pour 65%, pas des campagnes

Macron, «président des villes» pour 65%, pas des campagnes

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et France info publié vendredi, 88 % des 973 personnes interrogées ont une bonne opinion de cette profession, notamment à droite (90 %) et au FN (91 %). Ainsi, pour 95 % des personnes sondées, les agriculteurs sont utiles au pays, et pour 58 % d’entre elles, ils ne sont pas trop subventionnés. Dans leur bras de fer avec la grande distribution, les agriculteurs peuvent compter sur l’appui de l’opinion: 82 % des Français sondés jugent qu’ils ne sont pas rétribués de manière juste.  Les citoyens sont également attentifs aux modes de production et à la protection de l’environnement. Ainsi, 79 % des Français pensent que les agriculteurs utilisent trop de pesticides. Une proportion qui grimpe à 86 % pour les sympathisants de La République en marche (LREM), et 81 % pour les sympathisants de gauche. Autre enseignement édifiant: les deux tiers des Français (65 %) assurent ne pas faire confiance au chef de l’État et au gouvernement pour défendre la profession… Le président de la République – souvent dépeint par l’opposition en porte-voix d’une élite urbaine et d’une France qui réussit – ne convainc pas sur le sujet: 65 % ne lui font pas confiance pour permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail. Cette image d’un «président des villes» semble imprimer dans l’opinion: 69 % des Français interrogés le jugent «plutôt éloigné» des préoccupations de la France rurale. «Il apparaît comme déconnecté, analyse Céline Bracq, directrice générale d’Odoxa. C’est un souci car ses annonces au Salon de l’Agriculture risquent d’êtres reçues avec beaucoup de suspicion dans l’opinion. Les Français pensent qu’il se préoccupe davantage de ceux qui vont déjà bien, l’étiquette de président des riches lui colle à la peau.»

 

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et France info publié vendredi, 88 % des 973 personnes interrogées ont une bonne opinion de cette profession, notamment à droite (90 %) et au FN (91 %). Ainsi, pour 95 % des personnes sondées, les agriculteurs sont utiles au pays, et pour 58 % d’entre elles, ils ne sont pas trop subventionnés. Dans leur bras de fer avec la grande distribution, les agriculteurs peuvent compter sur l’appui de l’opinion: 82 % des Français sondés jugent qu’ils ne sont pas rétribués de manière juste.  Les citoyens sont également attentifs aux modes de production et à la protection de l’environnement. Ainsi, 79 % des Français pensent que les agriculteurs utilisent trop de pesticides. Une proportion qui grimpe à 86 % pour les sympathisants de La République en marche (LREM), et 81 % pour les sympathisants de gauche. Autre enseignement édifiant: les deux tiers des Français (65 %) assurent ne pas faire confiance au chef de l’État et au gouvernement pour défendre la profession… Le président de la République – souvent dépeint par l’opposition en porte-voix d’une élite urbaine et d’une France qui réussit – ne convainc pas sur le sujet: 65 % ne lui font pas confiance pour permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail. Cette image d’un «président des villes» semble imprimer dans l’opinion: 69 % des Français interrogés le jugent «plutôt éloigné» des préoccupations de la France rurale. «Il apparaît comme déconnecté, analyse Céline Bracq, directrice générale d’Odoxa. C’est un souci car ses annonces au Salon de l’Agriculture risquent d’êtres reçues avec beaucoup de suspicion dans l’opinion. Les Français pensent qu’il se préoccupe davantage de ceux qui vont déjà bien, l’étiquette de président des riches lui colle à la peau.»




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol