Archive pour le Tag 'caméléon'

Retraites : « on ne peut pas reporter sur des générations le fardeau de la dette »( Olivier Dussopt dit le caméléon)

Retraites : « on ne peut pas reporter sur des générations le fardeau de la dette »( Olivier Dussopt dit le caméléon)

On a un peu de mal à suivre le cheminement du secrétaire d’État aux comptes publics, Olivier Dussopt, qui hier sur Europe 1 déclarait avec aplomb qu’on ne pouvait reporter sur des générations le  fardeau de la dette et qu’il fallait donc accepter la réforme des retraites à point.  Des propos qui peuvent s’entendre mais qui sont particulièrement contradictoires dans la bouche de celui dont la spécialité est de cheminer dans les courants politiques majoritaires. On se souvient que l’intéressé s’est fait élire sur une liste du parti socialiste en 2017 pour rejoindre ensuite au dernier moment Macron. L’ennui pour le secrétaire d’État, c’est  qu’il a encore un métro idéologique de retard puisque  de son côté Darmanin annonçait hier soir sur France 2 qu’on laissait tomber les mesures dites paramétriques d’ajustement financier. Le secrétaire d’État n’avait sans doute pas été mis au courant. Il faut dire qu’il ne joue aucun rôle et que ce converti de la dernière heure au macronisme  à défendu à peu près tout et n’importe quoi quand il était parti socialiste. Bref le type même d’oligarque issu de ces fameux instituts politique qui n’apprennent rien mais qui permettent d’accéder à des postes d’attachée parlementaire ensuite à des responsabilités politiques puis au  poste de ministre. Dans l’ignorance de ce que devait annoncer Darmanin, le secrétaire d’État a dû ce contenté de rabâcher des évidences de bistrot sans pour autant éclairer en quoi que ce soit, ni le contenu de la réforme et encore moins les moyens de redresser la politique budgétaire ; une politique budgétaire dont la rigueur est même remise en cause par Macon qui a déclaré que l’objectif des 3 % était désormais obsolète. Parmi les propos de bistrot du secrétaire d’État on retiendra :

« Le gouvernement, confronté à une grève massive, est en ordre de marche pour défendre la réforme des retraites. » Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics Olivier Dussopt a déclaré jeudi sur Europe 1 « qu’on ne peut pas mentir aux Français et reporter sur des générations le fardeau de la dette ».  »On doit trouver le moyen pour avoir un système équilibré dans le temps et accepté par tous. Mais on ne peut pas mentir aux Français et reporter sur des générations le fardeau de la dette. Cela fait partie des discussions, le Premier ministre rendra des arbitrages« , a assuré le secrétaire d’État. Budgétaire.

« Le rétablissement de l’équilibre est important. Il y a deux aspects à avoir en tête : nous construisons un système universel par points, qui doit être durable pour ne pas avoir à faire tous les cinq ans une réforme des retraites, et le système actuel génère des déficits. Pour que le système à venir soit équilibré, c’est bien de ne pas partir avec un boulet au pied qui est la dette », a estimé Olivier Dussopt.

« Nous allons devoir prendre des décisions dans les prochains jours. Le Premier ministre s’exprimera bientôt à ce sujet », a certifié le secrétaire d’État. Bref, à peu près le contraire de ce qu’a dit Darmanin !

Montebourg : candidat caméléon

Montebourg : candidat caméléon

 

Un candidat multicolore ou caméléon ? Sans doute les deux à la fois. Montebourg affirme en effet au centre de toutes les tendances  du PS. Un socialisme très coloré qui va de Strauss-Kahn à Chevènement, de la gauche sociale à la gauche du travail (allusion à Macron) avec une touche gaulliste et une autre gauchiste puisqu’il demande l’abrogation de la loi travail réclamée par les frondeurs. Bref Montebourg adopte la stratégie du caméléon, la synthèse au PS chère à François Hollande (et avant lui à Mitterrand). A la fois très à gauche mais tout autant à droite ce qui évite de trancher entre des idéologies contradictoires et irréconciliables c’est-à-dire entre les crypto communistes, les sociaux démocrates et les sociaux libéraux. Des sociaux libéraux comme Valls ou Peillon qu’il récuse par ailleurs. « Il ne faudrait pas que le candidat qui affrontera François Fillon soit un candidat social-libéral », indique-t-il encore. Dans son programme, il reprend des thèmes qu’il défend de longue date comme l’instauration d’une VIe République par référendum, avec notamment une diminution de moitié du nombre de parlementaires, l’élection à la proportionnelle d’une « fraction » de l’Assemblée nationale et l’entrée au Sénat de citoyens tirés au sort, à raison d’un par département. Alors que Manuel Valls propose de supprimer le recours à l’article 49-3 de la Constitution, Arnaud Montebourg estime nécessaire de pouvoir continuer à utiliser ce dispositif en matière budgétaire. Sur le plan économique, il propose un plan de relance de 30 milliards d’euros sur trois ans, sous forme de dix milliards de baisse de la CSG (contribution sociale généralisée) pour les classes moyennes et populaires et 20 milliards d’investissements dans les infrastructures, ce qui permettrait selon lui de faire baisser de 500.000 le nombre de chômeurs. Seuls dix milliards seraient financés via une suppression du crédit d’impôt compétitivité emploi « pour les grands groupes qui n’en ont pas besoin ». Le chantre du « made in France » entend aussi que 80% de la commande et des marchés publics soient réservés aux PME hexagonales. S’agissant de l’Europe, il appelle de ses vœux un projet alternatif à la dérive « libérale et autoritaire, austéritaire » de l’UE, ce qui passe par la construction d’un « bloc réformateur radical contre le bloc conservateur qui existe dans tous les pays et dont M. Fillon fait partie ». Arnaud Montebourg propose enfin la création d’une mutuelle de soins « à prix modérés » dans le giron de Sécurité sociale et la mise en place d’un service national civil, militaire ou humanitaire de six mois. Bref un programme assez éclectique pour faire plaisir aux différents courants du PSE mais qui manque sérieusement de précision et de bouclage financier. : Un reproche qu’on peut d’ailleurs faire   la plupart des candidats d’autres formations politiques.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol