Archive pour le Tag 'BVA'

Macron : le sentiment d’un président des riches (Adélaïde Zulfikarpasic BVA)

 Macron : le sentiment d’un président des riches (Adélaïde Zulfikarpasic  BVA)

Globalement Macron donne le sentiment aux Français de s’adresser surtout aux plus aisés, bref d’incarner cette image de président des riches qui lui colle à la peau, ce que pense  Adélaïde Zulfikarpasic, directrice du département opinion de BVA, dans une interview à la Tribune

 

Comment la cote de popularité d’Emmanuel Macron a-t-elle évolué depuis le début de son mandat ?

ADELAÏDE ZULFIKARPASIC - Elle n’a pas du tout évolué de façon linéaire contrairement à certains présidents qui ont connu un état de grâce en début de mandat et une popularité qui s’effrite progressivement par la suite. Là, on a eu une succession de séquences différentes avec un très bref état de grâce, une chute à la fin de l’été, un rebond à l’automne, une nouvelle chute pendant l’hiver et de nouveau un rebond au printemps. Cette volatilité est assez inédite et elle retranscrit un attentisme très fort chez les Français, qui réagissent fortement en fonction de l’actualité gouvernementale.

Les Français ont l’air mécontent de la première année du mandat d’Emmanuel Macron alors que la situation économique est favorable. Comment expliquez-vous ce mécontentement ?

Sur le bilan global, les Français sont critiques et relativement sévères. Mais en même temps, quand on observe le détail des résultats sur l’ensemble des mesures testées, la plupart d’entre elles sont approuvées. Au final, le bilan n’est pas si mauvais que ça même s’il y a un ressenti global qui est plus négatif que positif. Ce paradoxe s’explique par le fait que sur l’ensemble des mesures prises, toutes n’ont pas eu la même portée et le même impact. Et il y a quelques mesures emblématiques qui cristallisent les mécontentements. La hausse de la CSG constitue la mesure qui a le plus marqué l’esprit des Français et en même temps la plus impopulaire. Plus récemment, la question de la limitation de vitesse à 80 km/h sur certaines routes ou encore, au début du quinquennat, la transformation de l’ISF en IFI ont contribué à écorner la popularité du président lui collant une étiquette d’un dirigeant qui n’agit pas pour l’ensemble des Français.

Pourquoi suscite-t-il autant de clivages ?

Il y a une partie des Français qui sont clairement opposés à sa politique, mais Nicolas Sarkozy suscitait beaucoup plus de divisions. Par ailleurs, les résultats indiquent que les clivages ne sont pas forcément aussi tranchés. Plus de la moitié des Français sont encore dans le soutien ou l’attente. Au début de son mandat, les Français n’avaient pas une idée claire de ce qu’il allait faire, mais très vite, il s’est retrouvé avec l’étiquette de « président des riches » qui lui colle à la peau depuis la fin de l’été 2017. Les premières mesures impopulaires telles que la suppression des emplois aidés ou la réduction des APL, la suppression de l’ISF ont pu donner le sentiment qu’il pouvait avoir une politique de droite et qu’il s’adressait aux catégories les plus aisées même s’il avait été ministre sous un gouvernement de gauche. Certaines mesures peuvent être qualifiées de gauche comme le dédoublement des classes de CP. Toutes ces mesures-là sont moins nombreuses dans la balance, mais il y a une fixation sur des mesures dans les domaines économique et fiscal qui donnent le sentiment d’un président qui s’adresse aux catégories aisées. C’est sur ces actions qu’il paraît clivant plus que sur sa personnalité.

Les Français semblent très sévères sur ses actions relatives à l’immigration et au pouvoir d’achat. Pensez-vous que ces deux thèmes pourraient encore avoir un impact négatif à plus long terme sur la popularité du chef de l’Etat ?

La question des priorités pour l’avenir montre que ces deux thèmes restent très importants chez les Français. Sur l’immigration, il ne donne pas satisfaction pour une certaine partie de la gauche. Beaucoup pensent que c’est une politique trop dure. Pour les tenants de la droite, la politique migratoire n’est pas assez dure sachant que l’immigration est surtout une question idéologique. Pour le pouvoir d’achat, la mesure la plus importante est la suppression de la taxe d’habitation. Comme cette mesure n’a pas encore été mise en place, les Français n’en perçoivent pas encore les bénéfices.

Son action à l’étranger semble plébiscitée par les Français. Y a-t-il vraiment une rupture avec ses prédécesseurs ?

Il y a une rupture de style par rapport à ses prédécesseurs les plus récents. Emmanuel Macron peut incarner une rupture en termes de jeunesse, il est plus proche de la culture des Anglo-saxons. D’après les enquêtes que nous menons depuis un an, le redressement de l’image de la France à l’étranger correspond à une forte attente des Français. Plusieurs classements internationaux comme celui du Pisa réalisé par l’OCDE indiquent parfois que la France est en déclin et cela pouvait donner le sentiment d’un déclassement plus général du pays. Par effet d’image, Emmanuel Macron peut donner le sentiment d’une fierté retrouvée.

Comment son socle de soutiens a-t-il évolué depuis l’élection présidentielle ?

Son socle de soutiens en termes de caractéristiques sociodémographiques n’a pas beaucoup changé. Il reste principalement le représentant des « plus riches », des « plus diplômés » et des « plus vieux ». Contrairement à ce qu’on a pu entendre pendant la campagne, Emmanuel Macron n’a pas été élu par des jeunes. Les 18-25 ans ont d’abord voté pour Jean-Luc Mélenchon ou pour Marine Le Pen. Aujourd’hui, on retrouve dans son socle les catégories aisées, les hauts revenus, les cadres. En revanche, il y a un réel décrochage chez les retraités qui étaient au départ de fervents supporters. Aujourd’hui, il a perdu du crédit au sein de cette population, mais le niveau de soutien reste supérieur chez eux à celui de la moyenne nationale. La prochaine réforme des retraites pourrait être déterminante.

 A-t-il encore assez de soutiens pour mener à bien ses réformes ?

Son socle de soutiens est relativement étroit. Il représente environ 20% des Français. Et cette base ne s’est pas érodée pendant un an. Au contraire, elle s’est plutôt renforcée ces dernières semaines. Ce groupe représente « un terreau » assez fertile pour faire des réformes. Par ailleurs, 4 Français sur 10 déclarent qu’ils sont prêts à attendre avant de juger pour mieux appréhender les résultats. Ce groupe représente « un terreau » assez fertile pour faire des réformes. Chez ceux qui estiment ne pas bénéficier de la politique gouvernementale, 43% déclarent être prêts à attendre avant de se prononcer. On n’a pas du tout basculé dans une opposition claire et nette.

Comment l’opposition se situe-t-elle ?

L’opposition est toujours en difficulté. Traditionnellement, le parti qui est au gouvernement a tendance à prendre les coups et à voir sa popularité s’effriter. La popularité de La République en marche (LREM) fluctue au gré de la popularité d’Emmanuel Macron, mais on n’observe pas une progression des partis d’opposition. Ils restent à des niveaux de popularité relativement faibles. Le Parti socialiste est en grande difficulté tandis que la France insoumise, le Front national et Les Républicains n’arrivent pas à susciter chez les Français le sentiment qu’il existe un projet alternatif pour la France pour plusieurs raisons. Pour LR et le PS, il n’y a pas de ligne de différenciation claire par rapport au gouvernement. Chez LR, la politique économique est assez proche. Pour le PS, il y a également des proximités. Les Français ne voient pas en quoi Benoît Hamon, Olivier Faure ou Laurent Wauquiez vont amener quelque chose de différent. Pour la France Insoumise et le FN, il y a une ligne de différenciation claire, mais ils représentent une partie seulement des Français avec un socle insuffisant pour prendre de l’ampleur. La voie est assez libre pour l’exécutif.

Pour les Français les plus modestes, le président est perçu comme déconnecté de certaines catégories. N’y a-t-il pas un risque d’accroître la polarisation de certaines catégories avec les réformes ?

Depuis plusieurs mois, on parle beaucoup de deux France bien distinctes avec une véritable ligne de fracture. Mais ce n’est pas si simple. En fait, il y a un petit périmètre de la France qui se sent concerné par les réformes (moins de 20%) et il y a tout le reste qui se sent laissé pour compte. Les plus modestes vont avoir ce sentiment d’être laissés-pour-compte, mais ils ne sont pas seuls à être dans ce cas. Les classes moyennes, les retraités peuvent également avoir le sentiment d’être peu considérés. Le président peut donner l’impression d’être coupé du pays. Les lignes de fracture risquent de s’accentuer si les réformes relatives à la justice sociale tardent à venir.

Quels sont les autres risques qui pourraient apparaître dans les mois à venir ?

La question du sens collectif, du récit national, du vivre-ensemble sont des sujets essentiels qui doivent être demain au cœur du projet pour parler aux Français. L’impatience des Français peut s’accentuer si ce sentiment d’injustice se renforce dans les prochains mois. Il ne pourra pas continuer à réformer pour réformer sans redonner du sens à ce mouvement et donner à chaque Français le sentiment qu’il en bénéficie.

Sondage : Les paumés peu instruits pour Le Pen, les modernes pour Macron ?(BVA)

Sondage : Les paumés peu instruits pour Le Pen, les modernes  pour Macron ?(BVA)

Le vrai  clivage entre Emmanuel macro et Marine Le Pen est peut-être moins politique que sociologique. En effet ce sont les catégories les plus instruites et les électeurs d’expérience qui ont surtout voté pour le leader d’en marche. À l’inverse Marine Le Pen recueille surtout les voies des moins favorisés et des plus déstabilisés. Il est clair que le discours simplificateur voir caricatural de Marine Le Pen davantage certaines couches sociales qui ont du mal à comprendre et admettre les évolutions structurelles en cours. D’une certaine manière une grande partie des votes en faveur de Marine Le Pen est à considérer comme un cri de révolte mais aussi d’anxiété. De leçons notamment sont à tirer  de ce résultat. Il faudra d’une part consacrée du temps et des moyens pour faciliter la compréhension des mutations en cours aussi faire un énorme effort de formation pour requalifier des salariés qui se sentent un peu perdus. Effet selon le sondage de BVA Marine Le Pen a réalisé ses meilleurs scores chez les catégories sociales inférieures (37% et particulièrement chez les ouvrier 45%) suivies des professions intermédiaires (17%) et des CSP+ (10%). Les électeurs dont les revenus sont inférieurs à 1.500 euros par mois ont largement voté pour Marine Le Pen (30%). Chez les plus hauts revenus, ils ne sont « que » 12% à avoir voté pour elle. Au niveau des catégories socioprofessionnelles, les CSP + ont largement voté pour Macron (32%, surtout chez les cadres avec 39%) suivis par les professions intermédiaires et les CSP-. Les inactifs (dont les retraités), sont eux 24% à avoir voté pour Macron.  Emmanuel Macron a largement bénéficié du vote des personnes de plus de 65 ans et des retraités puisqu’il réalise son meilleur score dans cette tranche d’âge. Selon les résultats de l’enquête, ils seraient 27% à avoir voté pour le candidat d’En marche! Même si les personnes âgées ont quand même largement voté pour François Fillon (41%). Pour celui qui s’est présenté comme « le candidat du renouveau » et qui est soutenu par le mouvement des Jeunes avec Macron (l’organisation revendique plus de 18.000 « adhérents » dans toute la France), la marge de progression pour conquérir un électorat plus jeune est encore importante. L’ancien ministre de l’Economie arrive en seconde position (21%) chez les 18-24 ans derrière Jean-Luc Mélenchon (27%) et à égalité avec Marine Le Pen. Enfin, les hommes sont plus nombreux à avoir voté pour Emmanuel Macron (25%) que les femmes (22%). Contrairement à Emmanuel Macron, Marine Le Pen a réalisé son pire score chez les plus de 65 ans (12%). En revanche, la présidente du FN a reçu le soutien de la catégorie des 25-34 ans (26%) et des 35-49 ans (27%). Les plus jeunes (18-24 ans) ont également apporté leur soutien à la députée européenne (21%). Du côté de la différence entre sexes, égalité parfaite : 22% des femmes et 22% des hommes ont voté pour la candidate du Front national.

2017 sondages du 19 avril : Macron devant Le Pen, Fillon et Mélenchon en recul (BVA)

2017 sondages du 19 avril : Macron devant  Le Pen, Fillon et Mélenchon en recul  (BVA)

Bien qu’il faille prendre les sondages avec une certaine prudence,  il semble que Macron et Le Pen soient toujours en tête avec léger avantage pour Macron. Fillon et Mélenchon paraissent distancés. Selon un sondage BVA-Salesforce pour la presse régionale et Orange publié mercredi, à quatre jours du scrutin. Emmanuel Macron et Marine Le Pen restent au coude à coude et sont respectivement crédités de 24% et 23% des intentions de vote. Ils voient tous les deux leur score progresser d’un point par rapport à la précédente édition de cette enquête, publiée vendredi dernier, tandis que François Fillon et Jean-Luc Mélenchon, à égalité avec 19%, perdent chacun un point. Le candidat du mouvement En Marche ! « Semble profiter de la tentation du vote utile », observe BVA en précisant que son socle électoral se solidifie: 74% de ses électeurs potentiels se disant sûrs de leur choix, contre 67% la semaine dernière. La présidente du Front national, dont le score s’érodait régulièrement depuis la mi-mars, regagne un point et voit sa base se remobiliser. Au total, 89% des sympathisants FN se déclarent certains d’aller voter, soit une hausse de neuf points par rapport à la semaine dernière. Largement distancé, le candidat socialiste Benoît Hamon gagne un point, à 8,5%, interrompant le mouvement d’érosion des intentions de vote en sa faveur entamé fin février. Dans les configurations testées pour le second tour, Emmanuel Macron s’imposerait face à Marine Le Pen (avec 65% des suffrages), face à François Fillon (67%) et Jean-Luc Mélenchon (60%). Marine Le Pen est également donnée perdante face à François Fillon (qui réunirait 57% des voix) et face à Jean-Luc Mélenchon (60%). En cas de duel de second tour opposant Jean-Luc Mélenchon et François Fillon, le candidat de La France insoumise l’emporterait avec 58% des suffrages. Ce sondage, effectué par internet les 18 et 19 avril, porte sur 1.427 inscrits sur les listes électorales issus d’un échantillon de 1.502 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les chiffres évoqués dans cette enquête reposent sur la base des sondés certains d’aller voter et ayant exprimé une intention de vote, soit 1.098 personnes, précise BVA, en soulignant que cela se traduit par une marge d’erreur de plus ou moins 2,5 points

Sondage régionales : 7 régions à droite, 3 à gauche et 2 au FN (BVA)

Sondage régionales : 7 régions à droite, 3 à gauche et 2 au FN (BVA)

 

Dans le Nord c’est à peu près sûr pour le FN, en Paca probable mais pas certain. Le reste sera très serré la droite remporterait sept régions, la gauche en garderait trois et le Front national en conquerrait deux, selon l’institut de sondages BVA, qui insiste toutefois sur la marge d’incertitude très importante qui pèse sur les résultats pour quatre régions. Au second tour, le 13 décembre, le PS et ses alliés garderaient assez facilement la Bretagne, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, avec au moins dix points d’écart par rapport à la droite, selon cette étude d’opinion publiée, aujourd’hui, par des quotidiens régionaux. Les Républicains et leurs alliés centristes remporteraient quant à eux un peu moins aisément quatre régions, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Centre-Val de Loire, Pays de la Loire et Auvergne-Rhône-Alpes, ajoute le sondeur. Le résultat serait très serré en Normandie, Ile-de-France et Bourgogne-France-Comté, que BVA attribue à la droite mais avec deux points d’écart seulement sur la gauche et classe donc en ballottage. La présidente du Front national, Marine Le Pen, serait assurée de conquérir le Nord-Pas-de-Calais-Picardie avec 46% des voix au second tour, contre 29% à la droite et 25% à la gauche. Sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen arriverait en tête en Provence-Alpes-Côte d’Azur, avec 37% des voix, mais la marge est très faible (36% à la droite et 27% à la gauche).  Au total, en France métropolitaine (la Corse ne fait toutefois pas partie de l’étude), les listes de gauche et de droite font jeu égal (36%) et le FN ferait 28% des voix.

Gaël Sliman (BVA):  » Hollande pas crédible sur le chômage et le pouvoir d’achat »

Gaël Sliman (BVA):  » Hollande pas crédible sur le chômage et le pouvoir d’achat »

Gaël Sliman, le directeur général adjoint de BVA, est intervenu sur BFM Business, jeudi 4 avril. (BFM Business)   Malgré les efforts déployés, François Hollande ne semble toujours pas convaincre. Le chef de l’Etat, qui s’est exprimé à la télévision dans ce but, jeudi 28 mars, sera incapable de tenir ses deux plus grandes promesses, selon les Français. C’est ce qui ressort du dernier baromètre BVA pour BFM Business, BFMTV, Challenges et Axys (voir ci-contre). Intervenant dans l’émission Good morning business, jeudi 4 avril, Gaël Sliman, le directeur général adjoint de BVA, a livré son analyse de la situation. A propos de l’inversion de la courbe du chômage en 2013 : « 7% des Français pensent qu’il parviendra à tenir cet engagement. Soit quasiment personne. Même du côté des sympathisants de gauche, ceux qui croient encore en Hollande, ils ne sont que 15%.«   Deuxième promesse, répétée avec beaucoup d’insistance : ne plus augmenter les impôts payés par les catégories populaires et les classes moyennes. « C’était un élément important de son argumentaire, faisant passer le message d’une réduction de la dépense publique plutôt que de la fiscalité. Les Français ne sont que 18% à le croire« , détaille Gaël Sliman.Conclusion: « les deux grands engagements de 2013 ne seront donc, pour les Français, pas tenus. C’est bien plus important que l’affaire Cahuzac , même si elle n’arrange rien« , affirme le dirigeant de BVA. Car « François Hollande sera jugé sur des éléments fondamentaux comme le chômage et le pouvoir d’achat. S’il donne le sentiment de ne pas être bon sur ces sujets-là, et si en plus il ne peut pas être crédible sur la République exemplaire, ce sera encore pire. »

 

Sondage BVA : Fillon et surtout Copé discrédités

Sondage BVA : Fillon et surtout  Copé discrédités

 

Une majorité de Français, dont les sympathisants de l’UMP, souhaitent que ni François Fillon, ni surtout Jean-François Copé, ne se représentent lors de la nouvelle élection pour la présidence du principal parti d’opposition en septembre 2013, selon un sondage de BVA pour i>TELE publié vendredi.  A la question « Jean-François Copé et François Fillon se sont mis d’accord pour qu’une nouvelle élection pour la présidence de l’UMP se tienne en septembre 2013. Souhaitez-vous qu’ils se présentent à nouveau? », 35% des Français répondent « oui » pour l’ancien Premier ministre, et 20% pour le député-maire de Meaux. Parmi les seuls sympathisants de l’UMP, 47% accueillent positivement une candidature de François Fillon, et 28% celle de Jean-François Copé.  Nathalie Kosciusko-Morizet est la personnalité que les Français souhaitent voir le plus présidente de l’UMP, 28% se prononçant en sa faveur, devant Bruno Lemaire, 25%, François Fillon, 24%, et Jean-Frrançois Copé, 10%.  Les sympathisants UMP optent toujours pour François Fillon, avec 36%, devant Nathalie Kosciusko-Morizet, 27%. Bruno Le Maire serait troisième, 20%, et Jean-François Copé dernier, 14%. « Mais, souligne l’institut, les sympathisants ne sont pas les adhérents ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol