Archive pour le Tag 'business'

Page 4 sur 4

Valls à Londres : “ J’aime le business”

Valls à Londres : “ J’aime le business”

 

 

Après son brevet de vertu libérale obtenu au Medef et en Allemagne, Valls complète son cursus à Londres en déclarant qu’il aime le business. Encore un effort et la prochaine fois il déclarera «  j’aime l’argent » (comme Sarko) ; de toute manière des mots dont il ne connait guère le sens puisqu’il fait toute sa carrière comme apparatchik dans les cabinets politiques. C’est là le véritable drame de la classe  politique française qui ignore tout de l’entreprise.  Du coup, il faut en rajouter.  . Après avoir une nouvelle fois dit « j’aime l’entreprise » comme il l’avait déjà fait en France et en Allemagne, le Premier ministre a expliqué vouloir le dire en anglais « d’une autre manière parce que c’est important de le dire ici à la City: +My government is pro-business !+ » « Et il faut le dire à chaque fois parce qu’il faut bien comprendre que la France veut faire du soutien aux investissements et à l’entreprise la condition fondamentale de son redressement économique », a déclaré Valls, lancé depuis plusieurs semaines dans une croisade contre un +French bashing+ (le dénigrement à l’encontre de la France) selon lui injustifié. « Un Premier ministre français à la City, c’est un événement. Un Premier ministre français socialiste à la City, c’est une révolution! », s’est-il amusé. Le Premier ministre s’est attaqué à ce qu’il a qualifié de « clichés » qui minent selon lui la vision de la France au Royaume-Uni. Reconnaissant « une panne prolongée de la croissance » en France, Manuel Valls a appelé à ne pas « se résigner » et invité les hommes d’affaires britanniques à investir en France. « La France est un grand pays, je veux le rappeler notamment à cet entrepreneur britannique (le directeur de la chaîne, John Lewis), qui, pris tout à coup par une vision très sidérante, a annoncé que c’était la fin de la France. Il s’est excusé depuis et je l’en remercie », a-t-il lancé, soulignant notamment que la France est la cinquième puissance économique du monde et vise à conquérir le premier rang européen. « Alors qu’attendez-vous? » a-t-il lancé à son auditoire. Manuel Valls devait encore rencontrer lundi le Premier ministre David Cameron et le chef de l’opposition travailliste Ed Milliband.

 

Luzenac en 7 ème division ! : le scandale du foot business

Luzenac en 7 ème division ! : Le scandale du boot business

 

C’et bien en véritable scandale non seulement Luzenac n’est pas accepté en seconde division mais refusé en nationale est renvoyé en DHR, la 7ème division ! En cause surtout le foot business et la mafia du sport ; Il est clair d’abord qu’on ne pouvait accepter un petit club  en ligue 2 car en cas  de réussite cela aurait remis en question le foot businesse, son management et ses gâchis financiers. Luzenac ne disposait que de queues millions pour l’ensemble de l’équipe quand par exemple en ligue 1  à Lyon Gourcuff gagnait encore 650 000 euros par mois la sais on dernière  (Salaire ramené à 350 000 euros « seulement » il y quelques jours) et pour des restartions très épisodiques. L’oligarchie des instances dirigeantes du foot (dont la plupart n’ont jamais touché un ballon) ont tué ce petit club qui aurait peut-être pu donner une peu de sang neuf à un foot français qui s’endort (PSG excepté) ; témoin la très nette baisse de fréquentation notamment à la télé. C’est une défaite pour tout le mode amateur, une humiliation mais une honte pour le foot pro et surtout pour des dirigeants lamentables. En quelques semaines, le club du Luzenac Ariège Pyrénées (LAP) est passé d’une participation à la Ligue 2 à une dissolution pure et simple de son équipe première. Le directeur général du club, Fabien Barthez, a en effet annoncé au quotidien L’Equipe qu’il se retirait du projet, ainsi que le président, Jérôme Ducros, et que l’ensemble des 17 joueurs encore présents au club étaient libérés de leur contrat. Les deux dirigeants ariégeois venaient d’être reçus à la Fédération française de football (FFF) et n’ont visiblement pas obtenu satisfaction.  Ils demandaient à être réintégrés au championnat de National (division 3), six jours après la fin de non-recevoir du Tribunal administratif de Toulouse, qui actait leur non-participation au championnat de Ligue 2 pour des raisons de non-conformité du contrat liant le club au stade Ernest-Wallon, à Toulouse. « Le refus d’accepter Luzenac en National équivaut à la fin de notre projet », confie Barthez à L’Equipe. « Nous ne pouvons pas accepter de repartir en CFA 2 (5e division, ndlr) avec des joueurs qui avaient gagné leur place en Ligue 2 (2e du National 2013-14, ndlr). Aucune promesse de remontée automatique la saison prochaine non plus. Pour nous, Jerôme et moi, c’est fini, l’histoire s’arrête là. »

 

Foot pro business: des chiffres accablants

Foot business: des chiffres accablants

Le foot est un sport de passionnés, comme d’autre et c’est bien. (C’est encore mieux d’en faire auusi ! ). Mais le foot pro se distingue parmi toutes les autres disciplines par l’ampleur de ces excès financiers (qui par parenthèse mettent la plupart des clubs en difficultés financières  sauf apport d’un sponsor très fortuné). Une différence de taille par rapport par exemple à l’ athlétisme ou les sportifs évoluent la plupart sans être rémunérés et devant des tribunes vides (sauf lors des grands meetings internationaux). On répliquera que pour le foot le phénomène est international mais il n’en est pas moins condamnable pour autant car la plupart des clubs sont dans des situations financières très précaires (et les prix des places excessifs). Exemple en France :

> 480 millions d’euros: le plus gros budget de Ligue 1. Il s’agit sans grande surprise du Paris Saint-Germain, qui reste loin devant Monaco et ses 170 millions d’euros. Le SC Bastia pointe quant à lui à la dernière place avec un budget de 22 millions d’euros.

> 65 millions d’euros: le budget de Lille, cinquième budget de L1, et à peu près équivalent à celui de Wigan Athletic, en Angleterre. Sauf que ce dernier repésente le plus petit budget de Premier League.

> 2.700 euros: le prix de l’abonnement le plus cher au Parc des Princes, le premier prix étant de 430 euros. A titre de comparaison, les abonnements à Monaco varient de 240 à 1.170 euros, quand l’Olympique de Marseille en propose de 190 à 990 euros (hors virages). A Caen ou à Lorient, l’abonnement le moins cher est disponible pour 99 euros.

> 7,4 millions d’euros: le loyer du stade Vélodrome de Marseille que percevra finalement la municipalité, à l’issue d’un véritable bras de fer qui avait conduit le club à envisager de jouer à Montpellier. Avant la rénovation du stade, l’OM s’acquittait d’un loyer de 1,5 million d’euros.

> 18 millions d’euros: le salaire brut de Zlatan Ibrahimovic, qui reste évidemment le joueur le mieux payé de Ligue 1. Suivent le parisien Thiago Silva (15 millions) et le monégasque Radamel Falcao (14 millions). Blaise Matuidi et Edinson Cavani, tous deux joueurs du PSG, complètent le top 5 avec respectivement 12 et 10 millions d’euros brut annuels.

> 45.000 euros:le salaire moyen brut d’un joueur de Ligue 1. Sachant que certains font largement grimper la moyenne (voir ci-dessus).

> 4 millions d’euros: la somme que doit verser Hafiz Mammadov, le propriétaire du RC Lens, afin que son club soit autorisé à recruter. Du côté du Pas-de-Calais, on attend désespérément le virement de l’homme d’affaires.

> 50 millions d’euros: le plus gros achat de l’été. Il est à mettre à l’actif du Paris Saint-Germain, qui a recruté le Brésilien David Luiz. Jusqu’à présent, aucun autre transfert n’a dépassé les 10 millions d’euros. Mais Monaco, qui a récupéré environ 80 millions de la vente de James Rodriguez au Real Madrid, pourrait changer la donne.

> 607 millions d’euros: le montant des droits TV que centralise la Ligue de football professionnel avant d’en redistribuer une grande partie aux clubs. A partir de 2016, ce seront 748,5 millions d’euros annuels que verseront les diffuseurs à la Ligue.

> 3 millions d’euros: la somme qu’a dépensé l’Olympique lyonnais lors du marché des transferts, en s’attachant les services de Christophe Jallet et de Lindsay Rose. L’OL a entamé depuis plusieurs années un régime strict afin de financer son nouveau stade, ce qui impose de réduire sa masse salariale. Plusieurs joueurs sont ainsi partis en fin de contrat cet été.

 

Faussaire en vin : le bon business

Faussaire en vin : le bon business

 

 

Un faussaire en vin qui a fait fortune vient d’être  condamné à 10 ans de prison. En cause évidemment des amateurs fous prêts payer n’importe quoi pour de étiquettes et surtout des prix exorbitants de certains crus surtout lorsque le vin est âgé. Une sorte de snobisme qui a un prix et suscite des vocations de faussaires dan le monde entier comme Rudy Kurniawan . . Considéré comme l’un des cinq plus grands collectionneurs de vins au monde, il a été condamné jeudi à dix ans de prison ferme par un tribunal fédéral de Manhattan pour avoir vendu des contrefaçons de vins de Bourgogne. Une première dans le monde du vin et qui pourrait avoir un effet dissuasif sur les faussaires: les vins contrefaits représenteraient près de 20% du commerce mondial selon les experts. Rudy Kurniawan a écouté la sentence sans broncher. «Je suis désolé pour ce que j’ai fait», s’est-il contenté de déclarer d’une voix presque inaudible. En raison des cinq chefs d’accusation qui pesaient contre lui, Il encourait jusqu’à 40 ans de prison. Les procureurs avaient réclamé entre 11 et 14 ans de réclusion.  Ces derniers ont en effet découvert que le collectionneur assemblait des vins de moindre qualité et les revendait ensuite comme des grands crus, dans son laboratoire californien, aussi appelé «cave magique». 19.000 fausses étiquettes, des bouchons, de la cire, des capsules et des cahiers de notes venaient alors maquiller les bouteilles que l’escroc avait récupérées lors de soirées arrosées. «Sa cave magique, c’est là que Rudy Kurniawan disait dénicher sans fin les vins rares qu’il a vendus pendant des années. Il n’y avait qu’un problème: il n’y a jamais eu de magie dans cette cave, seulement des mensonges», a déclaré lors de son procès le procureur adjoint Joseph Facciponti.  Surnommé «Docteur Conti» en raison de sa passion pour le romanée-conti, l’homme de 37 ans se servait de sa réputation de «petit génie» pour vendre une bouteille, comme un jéroboam (bouteille de 3 litres) Domaine de la Romanée-Conti La Tache, pour 48.000 dollars… Mais aussi pour berner les grands spécialistes comme Robert Parker, célèbre dégustateur de vin et critique de référence avec ses «Guides Parker», qu’il invitait à des dîners et dégustations. La supercherie a tout de même duré huit ans et rapporté plusieurs dizaines de millions d’euros! Le faussaire doit aujourd’hui rembourser 21 millions d’euros aux sept victimes qu’il a trompées. C’est en 2008 que le faussaire indonésien sera rattrapé par ses mensonges. Rudy Kurniawan a alors essayé de vendre aux enchères un lot de près de 84 bouteilles de Clos Saint-Denis du Domaine Ponsot, en Côte-d’Or, datées de 1945 à 1972. Une grave erreur puisque le domaine n’a commencé à mettre en bouteille ce vin qu’à partir de 1982. Alerté par un spécialiste viticole, le propriétaire du domaine, Laurent Ponsot, débarque à New York pour la vente et obtient que les bouteilles soient retirées des enchères.  Déterminé à mettre en lumière un réseau de vins contrefaits mondial, Laurent Ponsot mène alors sa propre enquête sur l’homme d’affaires indonésien. Il travaille en direct avec le FBI qui boucle le dossier en 2012. «Pénétrer dans les domaines viticoles bourguignons est une chose très difficile. C’est impossible de capter toutes les subtilités de la Bourgogne sans y avoir baigné un temps. Je suis persuadé qu’il avait un associé en Bourgogne», avait déclaré Laurent Ponsot, dans un entretien accordé au journal Le Monde en 2013. Ce dernier a même déclaré à France 3 Bourgogne vendredi qu’il écrirait un livre sur cette histoire.

 

Sport business: des jeux faute de pain

Sport business: des jeux faute de pain

 

La crise n’a pas vraiment handicapé le sport business et des records de dépenses ont été atteints ; d’une certaine manière c’est un antidote à la crise. Le  sport fait rêver dans ce monde de grisaille et c’est tant mieux (c’est bien aussi de pratiquer). Pour autant certaines dépenses paraissent complètement démesurées en particulier dans le foot (où pourtant la plupart des grands clubs sont t en déficit). On peut aimer le foot et regretter toutefois les salaires indécents des pros comparés à ceux d’autres disciplines moins médiatisées et plus ingrates (athlétisme par exemple).

Quelques chiffres

> 100 millions d’euros : le prix du Gallois Gareth Bale, passé cet été de Tottenham au Real Madrid. Il s’agit du transfert le plus cher de l’histoire. Néanmoins, les dirigeants madrilènes réfutent ce montant, évoquant de leur côté la somme plus modique… de 91 millions.

> 1,4 milliard de dollars : les retombées économiques -initialement prévues- de la Coupe de l’America pour la ville de San Francisco. Mais un fiasco ayant entraîné le désistement de plusieurs participants a largement contribué à leur révision, de 500 millions de dollars environ.

> 34,3 millions de dollars : l’ensemble des gains distribués lors de l’US Open de tennis, en août dernier. Ce qui en fait le tournoi le mieux doté de l’histoire.

> 1,2 millions d’euros : le montant versé chaque année par Canal Plus pour le championnat de France de handball. A titre de comparaison, la Ligue de football professionnelle reçoit, elle, environ 150 millions d’euros par an.

> 540 millions d’euros : le budget que vise le Paris Saint-Germain à l’horizon 2016, ce qui le hisserait à hauteur des clubs les plus riches du monde comme le Real Madrid, le FC Barcelone, ou Manchester United.

> 200 milliards de dollars : la somme qu’est prêt à investir le Qatar dans l’organisation de la Coupe du monde, en 2022. Un montant qui devrait avoir du mal à éclipser la polémique sur les conditions de travail des ouvriers oeuvrant sur les chantiers qataris.

> 450.000 euros : la somme remportée par le vainqueur du Tour de France 2013, Christopher Froome. Son équipe, elle, a récolté plus de 500.000 euros.

> 400 millions d’euros : le prix global du Stade des lumières de Lyon, dont la première pierre a été posée en novembre par Jean-Michel Aulas, le président de l’OL. Il s’agit du premier stade de cette envergure (58.000 places) financé exclusivement par des fonds privés.

> 66 millions d’euros : le montant annuel proposé par Canal Plus pour conserver les droits du Top 14 de rugby, sur la période 2014-2018. Pas assez, selon la Ligue, qui a lancé un nouvel appel d’offres en décembre dernier, après de nombreux rebondissements. Du coup, l’affaire pourrait finir devant les tribunaux.

> 800.000 dollars : le prix (maximum) d’une place pour assister au Superbowl, en février dernier. La finale du championnat de football américain bat d’autres records : pour l’édition 2014, le spot de pub s’est vendu 4 millions de dollars pour…30 secondes.

 

« Politique business » de Copé ?

« Politique business » de Copé ?

D’anciens politiques grassement rémunérés pour une petite conférence, c’est la mode depuis longtemps désormais, ‘s’y ajoute des politique en fonction comme Copé ; ce que dénonce Désir du PS. En faiat la plupart du temps les vedettes politiques n’apportent pas grand-chose à ces conférences sinon leurs noms et leurs titres pour attirer les participants (qui payent très cher !). « Un chef de parti de notre pays n’a pas à être payé pour des prestations au service d’intérêts privés à l’étranger. Cette politique business du président de l’UMP en Afrique est profondément choquante, elle est contraire à tous les principes d’éthique et de transparence », a écrit M. Désir dans un communiqué. Selon lui « ce mélange des genres doit cesser ».  Contacté par l’AFP, l’entourage de Jean-François Copé a confirmé la participation du numéro un de l’UMP la semaine dernière à un forum économique organisé dans la capitale du Congo par le magazine Forbes. Il a en revanche refusé de commenter les propos de Harlem Désir.  M. Copé comptait parmi les intervenants du Forum Forbes Afrique 2013 aux côtés de patrons, d’hommes d’État africains, de Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU. L’ancien Premier ministre belge et eurodéputé Guy Verhofstadt et l’homme d’affaires français Matthieu Pigasse (coactionnaire du groupe Le Monde, dirigeant de la banque Lazard) étaient également annoncés au programme.  La participation de dirigeants politiques à des conférences contre rémunération n’est pas exceptionnelle. Elle est pratiquée par d’anciens chefs d’Etat ou de gouvernement tels Bill Clinton, Tony Blair, Nicolas Sarkozy ou encore le socialiste Michel Rocard.  Pour Harlem Désir toutefois cela ne doit pas concerner « des responsables politiques en fonction ». « Il est contraire à l’éthique de monnayer son image, et peut-être son influence, de dirigeant politique français, en échange de sommes d’argent sur lesquelles n’existe aucune forme de transparence », insiste-t-il.  Selon le Journal du dimanche (JDD), citant « un spécialiste » non identifié, Jean-François Copé « pourrait avoir empoché 30.000 euros » en donnant cette conférence mercredi dernier à Brazzaville.

 

Ségolène Royal : la BPI nest pas là pour faire du business

Ségolène Royal : la BPI nest pas là pour faire du business

.  La Banque publique d’investissement a-t-elle vocation à « faire du business »? Oui, pour son directeur général Nicolas Dufourcq. Non, pour sa vice-présidente Ségolène Royal.La polémique entre les deux dirigeants de la toute nouvelle structure, destinée à financer les PME via le regroupement d’Oseo, de CDC Entreprises et du Fonds stratégique d’investissement, n’est toujours pas éteinte. D’autant que l’ex-candidate à la présidentielle en a remis une couche, lundi 22 avril, à l’issue d’un conseil d’administration qui devait, justement, définir la doctrine d’intervention de la BPI. Celle-ci « doit faire de l’emploi, de la croissance, redonner confiance aux chefs d’entreprise. Elle n’est pas là pour faire du business ni du profit sur le dos des chefs d’entreprises« , a-t-elle déclaré au micro de BFMTV.  Des déclarations qui interpellent, puisque le patron de bpifrance (son nom officiel) a, depuis sa nomination, tenu un discours ferme concernant les entreprises se trouvant face à des difficultés d’ordre structurel. « Pour les entreprises en décroissance sur des marchés en déclin, il n’y a pas de solution« , avait-il ainsi prévenu, en janvier dernier, ajoutant: « le coeur de mission de la BPI n’est pas celui de sauver un outil industriel obsolète, c’est de construire France 2030« . La situation de Petroplus, à propos de laquelle Nicolas Dufourcq s’était exprimé, affirmant que cela n’aurait pas représenté un « bon business » est symptomatique. Car Ségolène Royal, qui a alors fustigé le « dérapage » de Nicolas Dufourcq, a montré la dimension politique de la BPI. Deux versions s’affrontent donc, concernant une doctrine d’intervention qui reste floue, mais qui devra pourtant être présentée au Parlement le 15 mai prochain.

 

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol