Archive pour le Tag 'Bruno Le Roux'

Bruno Le Roux : gonflé comme son CV

Bruno Le Roux : gonflé comme son CV

 

Bruno Le Roux le nouveau ministre de l’intérieur ne se caractérise pas par un excès de modestie. Ainsi lors de sa prise de fonction a-t-il affirmé qu’il continuerait dans son domaine la politique de son prédécesseur mais en l’adaptant à sa grande personnalité. On  se demande bien pourquoi Bruno Le Roux a évoqué sa propre personnalité. On ne peut pas dire Bruno Le Roux se soit signalé par son envergure et son charisme, il  s’illustre le plus souvent par des propos d’une grande banalité. Normal c’est un apparatchik classique. Suite à une  petite tricherie découverte notamment par le journal Marianne les références à l’ESSEC et à HEC ont  disparut du CV de l’intéressé Le nouveau ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux a gonflé son CV, a relevé Marianne aujourd’hui. Dans les différents CV en ligne consultables, il est marqué que l’ex-président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale a étudié à l’ESSEC et à HEC, deux écoles de commerces prestigieuses. L’hebdomadaire a aussi constaté que Bruno Le Roux n’apparaît dans aucun des registres des anciens élèves de ces deux écoles.  Suite à la parution de cette information, tous les CV en ligne de l’ancien maire d’Épinay-sur-Seine ont été supprimés, a remarqué Marianne. Le cabinet du nouveau ministre de l’Intérieur a assuré que ces mentions étaient « une erreur qui n’a jamais été validée par Bruno Le Roux ».  « Il est titulaire d’un DEA de stratégie et management à Paris-X, en partenariat avec HEC et l’ESSEC. Il y a dû y avoir des cours à HEC et l’ESSEC, mais ça n’en fait pas un ancien étudiant pour autant », a-t-on ajouté au cabinet.

Heures sup. : « pas de retour à la défiscalisation » » affirme Bruno Le Roux

Heures sup. : « pas de retour à la défiscalisation » » affirme Bruno Le Roux

A peine dogmatique, Le Roux referme le dossier des heures sup. Les petits salaires apprécieront ! Alors que le débat a été lancé à gauche au sujet de la défiscalisation des heures supplémentaires, le président du groupe PS à l’Assemblée nationale, Bruno Le Roux, a assuré, ce mardi 3 septembre, sur RFI qu’il « n’est pas question aujourd’hui, au moment où nous sommes engagés dans l’inversion de la courbe du chômage, de revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires« . En août, le porte-parole du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Thierry Mandon avait avoué à demi-mot que la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires était une erreur. Après son retour au pouvoir en 2012, la gauche avait annulé une partie du dispositif de défiscalisation des heures supplémentaires. « Il peut y avoir des analyses sur ce que nous avons fait, les conséquences sur les plus petits salaires, la perte de pouvoir d’achat », a fait valoir le chef de file des députés PS. Mais « il faut avoir en tête ce que cela générait au sein des entreprises: quand une entreprise allait bien, elle n’embauchait pas, elle faisait faire des heures supplémentaires« , a souligné Bruno Le Roux.

 

Bruno Le Roux :  » pas de nouveaux impôts » juste quelques prélèvements !

Bruno Le Roux :  » pas de nouveaux impôts » juste quelques prélèvements !

Exemple type de la langue de bois, le patron des députés socialistes annonce qu’il n’y aura pas dimpôts en plus au moment où d’autres responsables en prévoient (TVA, IR, taxe carbone, CSG etc.) Malgré l’annonce de la création d’une taxe carbone et de la hausse de la TVA en 2014, le chef de file des députés socialistes a promis qu’aucun nouvel impôt ne sera décidé jusqu’à la fin du quinquennat. De plus en plus de voix à gauche s’élèvent pour une réduction des dépenses de l’État plutôt que des nouvelles hausses d’impôts.   »Il nous faut aujourd’hui de la stabilité fiscale, et il n’y aura pas de nouveaux impôts ». Après le ministre de l’Économie Pierre Moscovici mercredi pour le gouvernement, c’est au tour de Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale de promettre au nom de la majorité qu’aucun nouvel impôt ne serait voté durant la suite de la législature. « C’est à l’Etat aujourd’hui d’aller vers la réduction des déficits en faisant en sorte que son train de vie soit diminué en prenant des bonnes décisions », a argumenté le chef de file des députés socialistes sur RTL.  »Nous menons aujourd’hui le redressement de la France sur tous les fronts et la fiscalité plus juste que nous avons bâtie » ne « doit plus être aujourd’hui le moyen essentiel pour la réduction des déficits », a-t-il insisté. Alors qu’on lui oppose l’annonce faite jeudi par le ministre de l’Ecologie, Philippe Martin, de l’instauration d’une « contribution climat-énergie », plus connue sous le nom de « taxe carbone », le chef du groupe socialiste à l’Assemblée insiste : « Ce n’est pas une fiscalité punitive, c’est quelque chose qui ne devra pas entraîner de recettes nouvelles mais qui devra changer des comportements » en matière « d’écologie ». Quant à la hausse de la TVA en janvier 2014, elle avait déjà « été annoncée« , justifie-t-il. Jeudi déjà, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, avait mis en garde la majorité contre le « ras-le-bol fiscal » des Français.  »Il faut faire attention parce qu’il y a un niveau au-delà duquel on ne doit pas monter, ce sont de vieilles idées chez moi« , a déclaré le ministre sur BFM et RMC. Et Laurent Fabius n’est pas isolé sur cette ligne. Ségolène Royal, notamment, avait déclaré sur qu’il fallait  »stopper la dynamique de hausse des impôts« , à l’antenne de BFMTV. La volonté de réduire les dépenses fait donc désormais partie intégrante du discours à gauche

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol