Archive pour le Tag 'brûlée :'

Ukraine: La politique de la terre brûlée de Poutine

Ukraine: La politique de la terre brûlée de  Poutine


Confronté à une résistance inattendue autant qu’héroïque des Ukrainiens, le président russe semble prêt à utiliser tous les moyens pour arriver à ses fins (papier de l’Opinion)

 

Prévue pour s’étendre sur quelques petits jours, « l’opération militaire spéciale » lancée par la Russie en vue de « démilitariser et dénazifier » l’Ukraine dure bientôt depuis un mois. Et cette guerre que Vladimir Poutine refuse d’appeler de son vrai nom prend un tour de plus en plus dramatique alors que les troupes russes semblent s’enliser dans leurs attaques. Villes assiégées, bombardements contre des immeubles d’habitation, des hôpitaux, des crèches, des écoles… rien n’échappe à la colère du maître du Kremlin qui semble peu se soucier des sanctions économiques prises contre son pays, pas plus que des accusations de crime contre l’humanité lancées contre lui. Si ce n’est pour y trouver une raison de menacer de rompre les relations diplomatiques avec les Etats-Unis dont le président a été l’un des premiers à le traiter de criminel de guerre.

Confronté à une résistance inattendue autant qu’héroïque des Ukrainiens, le président russe semble prêt à utiliser tous les moyens pour arriver à ses fins. Certains le voient même recourir en dernier ressort à l’arme chimique, voire nucléaire, si Kiev continue à refuser de plier sous son joug. L’escalade n’est sans doute pas finie et, avec elle, son lot de drames humains. Déjà, l’Ukraine compte près de 7 millions de déplacés et 3,4 millions deréfugiés, selon les estimations des Nations unies. Berlin estime que ce dernier chiffre pourrait atteindre les 8 à 10 millions dans les semaines qui viennent. Au « mieux », l’Europe doit se préparer à un conflit long avec la Russie qui promet de mettre à l’épreuve son sens de la solidarité, qu’elle soit intra-européenne ou à l’égard de Kiev. Il aura fallu moins d’un mois pour mettre fin aux espoirs de cohabitation pacifique nés il y a trente ans avec l’éclatement de l’Union soviétique. Car, rien ne sera plus comme avant.

Politique de la terre brûlée pour Poutine

Politique de la terre brûlée pour Poutine

Vladimir Poutine est-il en train de perdre sa guerre en Ukraine ? Après trois semaines de combats, « les objectifs russes de départ sont devenus illusoires », analyse Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, directeur de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire. Pertes nombreuses, fatigue physique et morale des soldats, forte résistance ukrainienne, problèmes logistiques, erreurs stratégiques… Les raisons de cette stagnation de l’armée russe sont nombreuses. Et après ? « Le problème pour Poutine est que plus la guerre dure, plus il est fragilisé », poursuit-il. En conséquence, « le plus probable est qu’il y ait une escalade du conflit », avec notamment une barbarisation de ce conflit. (JDD)

La Russie est-elle en train de perdre sa guerre en Ukraine ?

C’est tout à fait possible. J’avais écrit dès le début de l’invasion que, même si l’issue militaire du conflit semblait favorable aux Russes, Vladimir Poutine avait déjà perdu la guerre pour d’autres raisons (politiques, économiques). Mais là, après trois semaines de combats, il n’est même plus sûr que la Russie puisse remporter une victoire militaire. L’armée russe n’avance plus sur le terrain ou extrêmement lentement et la résistance ukrainienne est de plus en plus forte. Les objectifs russes de départ sont devenus illusoires. Prendre de grandes villes comme Kiev ou Odessa prendrait des mois et il faut tenir compte de la fatigue de l’armée russe qui est aussi morale. En fait, elle risque tout simplement de s’effondrer, que ce soit par la base ou par la tête, par ces soldats et officiers qui n’ont pas voulu de cette guerre. Ce n’est pas la leur, c’est celle de Poutine. D’où l’appel du Kremlin à des combattants tchétchènes ou syriens qui ont a priori moins de scrupules. Les soldats qui sont déployés aujourd’hui en Ukraine participaient à des exercices militaires lorsqu’on leur a fait traverser la frontière du jour au lendemain sans leur expliquer pourquoi. Il ont des problèmes logistiques importants, de très nombreuses pertes et aucune victoire majeure. Plusieurs indices témoignent d’une motivation chancelante. D’autant que ceux d’entre eux qui parviennent à contourner la censure peuvent aussi prendre conscience que cette guerre ne détruit pas que l’Ukraine mais aussi l’avenir de leur pays, la Russie.

La stagnation de l’armée russe est-elle due à un problème d’effectifs, d’équipement, de logistique ? Souffre-t-elle des trois à la fois ?
Oui, les trois. D’abord, elle est sous-dimensionnée. La première erreur stratégique est venue du renseignement. Pendant des années, les services de renseignement russe qui travaillaient en Ukraine ont menti au Kremlin, pour lui plaire, avec des rapports qui enjolivaient la réalité sur le terrain. C’est un biais qu’on retrouve dans tous les régimes autoritaires car il y a des conséquences fâcheuses quand on déplait. Les informations transmises ont donc fait croire à Moscou que le sentiment pro-russe dans certaines régions de l’est et du sud était beaucoup plus fort qu’en réalité et, sur la base de ce biais cognitif, Poutine s’est construit sa propre réalité de l’Ukraine et en a déduit que cette opération militaire devait être rapide et populaire. Il avait même imaginé qu’une partie de l’armée ukrainienne se retournerait contre le président Zelenski. C’est le contraire qui s’est passé : il y a eu un phénomène de « ralliement autour du drapeau » et la guerre a unifié la nation ukrainienne contre l’agresseur russe. Depuis, Poutine a puni les responsables des services qui l’avaient mal informé.

Il y a eu d’autres erreurs stratégiques, dont le choix d’une période de l’année où le froid et le dégel donc la boue causent toutes sortes de difficultés (un grand nombre de véhicules se sont tout simplement embourbés).
Il y a aussi des problèmes de ressources humaines : en Ukraine, c’est essentiellement l’armée de terre russe qui est à la manœuvre (il y a une sous-utilisation de l’arme aérienne et de la marine). Or, c’est celle qui a le moins bénéficié de la réforme des forces armées russes depuis 2008, et c’est celle qui a le plus de conscrits, qui par définition ne sont pas les soldats les plus professionnels. À cela s’ajoutent des problèmes d’équipement (des communications non cryptées donc interceptables, certains armements anciens) et des difficultés logistiques (manque de carburant et de rations notamment) renforcées par l’éclatement de l’offensive sur quatre fronts qui est aussi un éclatement des chaînes logistiques.

Cela signifie-t-il que Poutine doit redimensionner en volume cette opération pour reprendre le contrôle de cette guerre ?
Pour l’instant il ne semble pas avoir renoncé à l’approche quantitative puisqu’il continue de faire venir sur le théâtre des équipements, notamment des chars, et qu’il demande des renforts humains (combattants étrangers). Il essaye même de convaincre les Biélorusses de rentrer dans le conflit en les provoquant militairement par de fausses actions ukrainiennes. Son seul avantage, à ce stade, est encore le nombre. Mais comme on le disait tout à l’heure ça ne suffira pas pour prendre Kiev rapidement. Et à Odessa, un débarquement par la mer serait risqué car les assaillants sont très exposés. Le problème pour Poutine est que plus la guerre dure, plus il est fragilisé car le risque de contestation au sein des forces armées et/ou en Russie, y compris dans son premier cercle, augmente. Donc il doit changer la dynamique rapidement, dans les prochaines semaines. Son objectif minimal est d’obtenir quelques gains, comme la prise de Marioupol, pour être en position de négocier. Mais ça risque de ne pas être suffisant car si finalement il ne récupère que le Donbass plus ou moins redécoupé, son peuple pourrait avoir du mal à être convaincu qu’il s’agit d’une victoire, surtout au prix qu’ils vont payer. Donc, malheureusement, le plus probable est qu’il y ait une escalade du conflit – verticale par la barbarisation, ou horizontale par l’extension géographique. Parce que Poutine s’est mis dans une situation où la seule manière, pour lui, de s’en sortir par le haut, c’est-à-dire de dissimuler sa défaite, est d’escalader.

L’escalade verticale n’est-elle faite que de bombardements des zones d’habitation, comme en Syrie ?
C’est d’abord ça, en effet, et cette phase a déjà commencé. Partout dans le pays les Russes visent délibérément des habitations et des infrastructures comme des écoles et des hôpitaux, en violation flagrante du droit international humanitaire. Il ne fait a priori aucun doute que des crimes de guerre sont commis, peut-être même des crimes contre l’humanité s’il est établi que les attaques sont généralisées et systématiques – ce sera à la justice pénale internationale de le dire. Certaines villes sont particulièrement visées, dont Marioupol qui est un objectif prioritaire et dont les images ressemblent de plus en plus à celles d’Alep qui avait été complètement détruite par les Russes en 2016. Ils commencent à appliquer la même méthode. Raser une ville n’est pas la prendre : c’est ce que les criminels font lorsqu’ils ne parviennent pas à prendre la ville. C’est une logique de vengeance, de punition, pour pousser les habitants à se rendre, voire à se retourner contre leurs propres forces. C’est cela la barbarisation de la guerre. Et dans ce registre aussi l’escalade est possible, puisque les Russes peuvent utiliser des armes non conventionnelles comme l’arme chimique (dans une opération « sous faux drapeau » faisant croire à une responsabilité ukrainienne), une bombe « sale » (radiologique) ou même, ultimement, une frappe nucléaire tactique. Cette dernière hypothèse est improbable mais pas impossible.

Peut-on même imaginer une contre-offensive ukrainienne qui repousse les forces russes ?
Oui, mais pour cela il faut intensifier notre soutien aux forces ukrainiennes, c’est-à-dire leur livrer davantage d’armes, prioritairement des armes anti-aériennes, anti-char et des drones armés. C’est ce qui leur permet non seulement de se protéger contre les attaques de leurs villes et de leur population mais aussi de harceler les envahisseurs, de les ralentir et à certains endroits de les immobiliser. Cela étant dit, pour que les Ukrainiens puissent mener de véritables contre-offensives, il faudrait qu’ils soient dégagés de certains fronts. Une hypothèse est qu’à certains endroits, notamment autour de Kiev, l’objectif des Russes n’est pas tant de prendre la ville que de « fixer » les troupes ukrainiennes pour les empêcher de se redéployer ailleurs et de mener des contre-offensives là où ce serait possible.

Pourquoi l’armée russe ne se déploie pas à la frontière polonaise pour empêcher cette aide militaire occidentale à l’Ukraine ?
Parce que cela prendrait beaucoup de temps et mobiliserait énormément d’effectifs afin de rendre cette frontière hermétique et que, les ressources étant limitées, ce redéploiement allégerait peut-être le siège de Kiev ce qui permettrait aux Ukrainiens eux-mêmes de se redéployer pour mener des contre-offensives. Le plus probable, plutôt qu’une occupation terrestre tout au long de la frontière, sont des frappes de missiles, dont certaines ont déjà visé Lviv et une base près de la frontière. Le chef de la diplomatie russe, Sergei Lavrov, a dit qu’il n’excluait pas de s’en prendre aux convois d’armes, sans préciser de quel côté de la frontière la Russie pourrait frapper. Ce genre de déclaration ambiguë – qui signifie en réalité que la Russie pourrait frapper en Pologne, par exemple, et donc déclencher une confrontation directe, potentiellement escalatoire, avec l’OTAN – est fait pour nous diviser, nous dissuader de poursuivre et intensifier les livraisons d’armes. Comme l’intimidation nucléaire : l’objectif est de nous faire peur, pour que nous réduisions le soutien aux Ukrainiens. Il ne faut pas céder au chantage.

Le président Zelenski ne se sent-il pas de son côté de plus en plus fort ?
Naturellement et cela ne le pousse pas à faire des concessions puisqu’il est désormais en position de force et qu’il ne croit plus en la capacité de la Russie d’écraser l’Ukraine. Il a galvanisé son peuple et même l’opinion occidentale : il a déjà gagné la bataille de la communication qui est primordiale pour le moral des troupes. Il se dit qu’à force de tenir bon, l’ennemi va s’effondrer d’une manière ou d’une autre.

Vous évoquez un risque d’escalade horizontale par Poutine. De quoi parle-t-on ?
C’est l’exportation du conflit. Par exemple en frappant des territoires frontaliers non-membres de l’Otan comme la Suède, la Finlande ou la Géorgie. Mais il peut aussi déstabiliser les Balkans en aidant les Serbes de Bosnie à faire sécession. Il peut aussi détruire un satellite espion dans l’espace au prétexte qu’il aidait l’Ukraine. Ce serait du jamais vu mais les Russes ont déjà démontré cette capacité. La flotte russe peut également sectionner des câbles sous-marins vitaux pour nos communications internet, comme il semble qu’elle l’ait également testé il y a quelques mois au large de la Norvège. Escalader horizontalement, c’est déplacer le conflit, c’est-à-dire l’attention internationale, pour diluer donc dissimuler ses difficultés ukrainiennes. Et il y a de nombreuses manières de le faire, les plus intéressantes pour Poutine étant celles auxquelles on s’attend le moins…

Mère de famille brûlée : «Elle voulait vivre comme une Française»

Mère de famille brûlée : «Elle voulait vivre comme une Française»

Un véritable drame produit du conflit de civilisations. Le Figaro rappelle l’histoire tragique de ce couple .

 

Originaire d’un petit village en Algérie, Chahinez B. avait rencontré Mounir B. par le biais de sa belle-sœur, en 2015. Cette dernière avait présenté Chahinez à son agresseur alors que celui-ci était venu passer des vacances en Algérie, indique au Figaro une source policière. Mère de deux enfants âgés aujourd’hui de 12 et 7 ans et issus d’un premier mariage, Chahinez rêve alors de partir vivre en France avec Mounir, «de nationalité française», précise la même source. Né en Algérie en 1976, Mounir B. a obtenu la double nationalité française et était employé en contrat de CDI comme maçon en France depuis 2009, où il s’était installé en 1999 après avoir fait de nombreux allers-retours avec l’Algérie, a précisé la procureure. Il s’était marié une première fois en 2000 avec une jeune femme de nationalité française, avec qui il a eu trois enfants. Le couple a divorcé en 2015. Arrivée en France en 2016, Chahinez obtient la nationalité française après son mariage avec Mounir B. et de leur union naît, en 2016, un petit garçon, Saïd.

Trump choisit la politique de la terre brûlée

Trump choisit la politique de la terre brûlée

 

Bien avant l’échéance électorale, Trump  avait annoncé sa politique de la terre brûlée. Il avait en effet déclaré qu’il n’accepterait pas le résultat du vote d’après lui truqué par avance notamment par les bulletins adressés par correspondance. Ensuite, il avait suggéré qu’il solliciterait toutes les arcanes juridiques. Et ce n’est sans doute pas par hasard s’il a renforcé à deux reprises sa majorité à la cour suprême qui pourrait être sollicitée à propos de certaines modalités électorales. Parallèlement, Trump  n’a cessé de mobiliser la folie des supporters les plus fervents mais aussi souvent armés pour se préparer à nettoyer les foyers anarchistes et communistes. En clair, surtout à nettoyer les noirs et les métis. Il n’est qu’à voir ces grassouillets rebelles de 30 à 50 ans armés jusqu’aux dents qui se préparent au combat avec force alcool et de généreux barbecues en jouant à la guerre à balles réelles  contre des arbres innocents. De quoi sourire mais plutôt pleurer quand on voit ces soldats obèses qui pour la plupart ne seraient pas capables de courir 1 km mais pourrait cependant utiliser leurs armes contre des opposants politiques.

Pour mobiliser ses fervents supporters les plus actifs et les plus ridicules le président américain a par avance accusée les démocrates de fraude massive. Et pour créer un climat délétère il a déclaré avant même la fin du scrutin sa fausse victoire. En clair trame crée un climat de guerre civile. «Un tel vote, un tel succès, les citoyens ont voté de façon record pour nous soutenir. Nous avons remporté des états que nous n’étions même pas supposés gagner: la Floride, l’Ohio…Ils ne pouvaient pas nous rattraper… Nous avions une si belle soirée. Et tout d’un coup, tout s’est arrêté…. C’est une fraude massive, c’est une honte pour notre pays. Nous étions sur le point de remporter cette élection», a continué le président. «Nous allons aller devant la Cour Suprême pour que tout s’arrête. Nous ne voulons pas qu’ils ajoutent des bulletins à la dernière minute. C’est un moment très triste. En ce qui me concerne, nous avons gagné». Il faut espérer ,ce qui est probable, que le président américain sera lâché par d’une part les républicains qui ne pourront pas le suivre dans son opération de terre brûlée et qu’il ne sera pas suivi non plus par la cour suprême qui du coup se discréditerait  très immédiatement alors qu’elle est déjà contestée dans sa composition

La stratégie incendiaire de Trump a fait grincer des dents plusieurs ténors au sein du parti républicain du président. Ainsi, Chris Christie, ancien gouverneur du New Jersey et proche de Trump, a jugé que c’est «une mauvaise décision stratégique, une mauvaise décision politique». «Ce n’est pas le genre de décision que l’on attendait ce soir de la part de quelqu’un dans sa position». «J’ai été affligé parce que je viens d’entendre dire le président», a tancé Rick Santorum, autre figure du GOP.

Une voiture de police brûlée : la recherche délibérée d’un drame

Une voiture de police brûlée : la recherche délibérée d’un drame

 

Comme nous l’indiquons depuis plusieurs jours l’affaiblissement relatif de la mobilisation est compensé par un encouragement à la radicalisation du mouvement contre la loi travail. Du coup les casseurs s’en donnent à cœur joie et sont même rejoints par des jeunes n’adhérant pas forcément aux théories des anarchistes et autres ultra gauchistes. Il est clair que certains recherchent l’incident dramatique qui pourrait permettre de redynamiser une mobilisation qui s’affaiblit. Pour être plus précis soyons clairs : certains souhaiteraient bien qu’il y ait des morts pour remobiliser les troupes notamment chez les jeunes. De ce point de vue la multiplication de manifestations très minoritaires, la radicalisation des discours et l’encouragement implicite à la révolte constitue des actes irresponsables. La tentative d’attentat dont ont été victimes plusieurs policiers témoigne bien de la volonté de violence de certains. Une enquête pour tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique a donc été ouverte après l’incendie d’une voiture de police mercredi à Paris par des manifestants, a-t-on appris de source judiciaire Trois personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre de cette enquête, a-t-on appris dans la soirée de source policière. Le préfet de police de Paris, Michel Cadot, a dénoncé une « violence rarement atteinte et extrêmement choquante » qui doit servir « d’alerte ». Le véhicule de police a été bloqué Quai de Valmy par de jeunes contre-manifestants, à quelques centaines de mètres seulement de la place de la République où des policiers se rassemblaient contre la « haine anti-flic ». Les jeunes cagoulés ont commencé à secouer la voiture prise dans le trafic, puis ont cassé « les pare-brise avant et arrière » avec des barres de fer, a dit Michel Cadot lors d’une conférence de presse en fin d’après-midi. Ils ont ensuite tenté de faire sortir les fonctionnaires de la voiture par la force puis ont jeté des engins incendiaires à bord, a-t-il ajouté. « L’un des policiers était dans la voiture quand l’engin a été jeté », a souligné Michel Cadot, précisant que celui qui tenait le volant avait été bousculé après sa sortie du véhicule. « Il a dû se défendre », a-t-il dit. « Les flammes commençant à gagner l’habitacle, le groupe de quinze ou vingt individus casqués et masqués ont quitté et poursuivi leur progression, et n’ont pas pu être interpellés sur le moment », a ajouté Michel Cadot. L’un des gardiens de la paix, légèrement blessé, a été placé en observation à l’hôpital. Une pancarte « poulets rôtis » a été laissée près du véhicule en feu, avant que les pompiers ne parviennent à éteindre l’incendie, qui a entièrement détruit le véhicule. Le préfet de police avait interdit la contre-manifestation du collectif « Urgence, notre police assassine », qui devait se tenir peu avant celle des syndicats de policiers. Mais une centaine de manifestants de ce collectif se sont néanmoins rassemblés aux abords de la place et se sont ensuite dirigés vers le Quai de Valmy, où ils ont mis le feu à la voiture de police.

(avec Reuters)




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol