Archive pour le Tag 'brûlée :'

Trump choisit la politique de la terre brûlée

Trump choisit la politique de la terre brûlée

 

Bien avant l’échéance électorale, Trump  avait annoncé sa politique de la terre brûlée. Il avait en effet déclaré qu’il n’accepterait pas le résultat du vote d’après lui truqué par avance notamment par les bulletins adressés par correspondance. Ensuite, il avait suggéré qu’il solliciterait toutes les arcanes juridiques. Et ce n’est sans doute pas par hasard s’il a renforcé à deux reprises sa majorité à la cour suprême qui pourrait être sollicitée à propos de certaines modalités électorales. Parallèlement, Trump  n’a cessé de mobiliser la folie des supporters les plus fervents mais aussi souvent armés pour se préparer à nettoyer les foyers anarchistes et communistes. En clair, surtout à nettoyer les noirs et les métis. Il n’est qu’à voir ces grassouillets rebelles de 30 à 50 ans armés jusqu’aux dents qui se préparent au combat avec force alcool et de généreux barbecues en jouant à la guerre à balles réelles  contre des arbres innocents. De quoi sourire mais plutôt pleurer quand on voit ces soldats obèses qui pour la plupart ne seraient pas capables de courir 1 km mais pourrait cependant utiliser leurs armes contre des opposants politiques.

Pour mobiliser ses fervents supporters les plus actifs et les plus ridicules le président américain a par avance accusée les démocrates de fraude massive. Et pour créer un climat délétère il a déclaré avant même la fin du scrutin sa fausse victoire. En clair trame crée un climat de guerre civile. «Un tel vote, un tel succès, les citoyens ont voté de façon record pour nous soutenir. Nous avons remporté des états que nous n’étions même pas supposés gagner: la Floride, l’Ohio…Ils ne pouvaient pas nous rattraper… Nous avions une si belle soirée. Et tout d’un coup, tout s’est arrêté…. C’est une fraude massive, c’est une honte pour notre pays. Nous étions sur le point de remporter cette élection», a continué le président. «Nous allons aller devant la Cour Suprême pour que tout s’arrête. Nous ne voulons pas qu’ils ajoutent des bulletins à la dernière minute. C’est un moment très triste. En ce qui me concerne, nous avons gagné». Il faut espérer ,ce qui est probable, que le président américain sera lâché par d’une part les républicains qui ne pourront pas le suivre dans son opération de terre brûlée et qu’il ne sera pas suivi non plus par la cour suprême qui du coup se discréditerait  très immédiatement alors qu’elle est déjà contestée dans sa composition

La stratégie incendiaire de Trump a fait grincer des dents plusieurs ténors au sein du parti républicain du président. Ainsi, Chris Christie, ancien gouverneur du New Jersey et proche de Trump, a jugé que c’est «une mauvaise décision stratégique, une mauvaise décision politique». «Ce n’est pas le genre de décision que l’on attendait ce soir de la part de quelqu’un dans sa position». «J’ai été affligé parce que je viens d’entendre dire le président», a tancé Rick Santorum, autre figure du GOP.

Une voiture de police brûlée : la recherche délibérée d’un drame

Une voiture de police brûlée : la recherche délibérée d’un drame

 

Comme nous l’indiquons depuis plusieurs jours l’affaiblissement relatif de la mobilisation est compensé par un encouragement à la radicalisation du mouvement contre la loi travail. Du coup les casseurs s’en donnent à cœur joie et sont même rejoints par des jeunes n’adhérant pas forcément aux théories des anarchistes et autres ultra gauchistes. Il est clair que certains recherchent l’incident dramatique qui pourrait permettre de redynamiser une mobilisation qui s’affaiblit. Pour être plus précis soyons clairs : certains souhaiteraient bien qu’il y ait des morts pour remobiliser les troupes notamment chez les jeunes. De ce point de vue la multiplication de manifestations très minoritaires, la radicalisation des discours et l’encouragement implicite à la révolte constitue des actes irresponsables. La tentative d’attentat dont ont été victimes plusieurs policiers témoigne bien de la volonté de violence de certains. Une enquête pour tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique a donc été ouverte après l’incendie d’une voiture de police mercredi à Paris par des manifestants, a-t-on appris de source judiciaire Trois personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre de cette enquête, a-t-on appris dans la soirée de source policière. Le préfet de police de Paris, Michel Cadot, a dénoncé une « violence rarement atteinte et extrêmement choquante » qui doit servir « d’alerte ». Le véhicule de police a été bloqué Quai de Valmy par de jeunes contre-manifestants, à quelques centaines de mètres seulement de la place de la République où des policiers se rassemblaient contre la « haine anti-flic ». Les jeunes cagoulés ont commencé à secouer la voiture prise dans le trafic, puis ont cassé « les pare-brise avant et arrière » avec des barres de fer, a dit Michel Cadot lors d’une conférence de presse en fin d’après-midi. Ils ont ensuite tenté de faire sortir les fonctionnaires de la voiture par la force puis ont jeté des engins incendiaires à bord, a-t-il ajouté. « L’un des policiers était dans la voiture quand l’engin a été jeté », a souligné Michel Cadot, précisant que celui qui tenait le volant avait été bousculé après sa sortie du véhicule. « Il a dû se défendre », a-t-il dit. « Les flammes commençant à gagner l’habitacle, le groupe de quinze ou vingt individus casqués et masqués ont quitté et poursuivi leur progression, et n’ont pas pu être interpellés sur le moment », a ajouté Michel Cadot. L’un des gardiens de la paix, légèrement blessé, a été placé en observation à l’hôpital. Une pancarte « poulets rôtis » a été laissée près du véhicule en feu, avant que les pompiers ne parviennent à éteindre l’incendie, qui a entièrement détruit le véhicule. Le préfet de police avait interdit la contre-manifestation du collectif « Urgence, notre police assassine », qui devait se tenir peu avant celle des syndicats de policiers. Mais une centaine de manifestants de ce collectif se sont néanmoins rassemblés aux abords de la place et se sont ensuite dirigés vers le Quai de Valmy, où ils ont mis le feu à la voiture de police.

(avec Reuters)




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol