Archive pour le Tag 'britanniques'

Brexit: une chute de 30 % des exportations britanniques vers l’Europe

  • Brexit: une chute de 30 % des  exportations britanniques vers l’Europe
  • L’impact du brexit  sur les échanges entre l’Europe et le Royaume-Uni est significatif même si la crise sanitaire a accentué la tendance. D’une manière générale, les Britanniques découvrent que le Brexit n’a pas apporté la prospérité annoncée par Boris Johnson. Bien au contraire, d’où la déconsidération du Premier ministre auprès de l’opinion qui s’ajoute à celle qui découle de la mauvaise gestion de la pandémie. Sur les dix premiers mois de 2021 (derniers chiffres disponibles), les exportations britanniques à destination de l’Union européenne ont chuté de 29 %, par rapport à leur niveau de 2019 (avant la pandémie). Dans le sens inverse, de l’Europe vers Royaume-Uni, le recul est de 15 %, selon des données communiquées par Bercy lors d’une conférence organisée jeudi dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne.

Des conflits franco britanniques inévitables

Des conflits franco britanniques inévitables

 

Les effets délétères du Brexit, l’affaire des sous-marins australiens, le contexte de politique intérieure de part et d’autre de la Manche n’ont eu de cesse d’attiser les tensions entre la France et le Royaume-Uni, analyse Pauline Schnapper, professeure de civilisation britannique, dans une tribune pour « Le Monde ».

 

Tribune.

 

Refus de délivrer des licences aux pêcheurs français à Jersey, arraisonnement d’un chalutier britannique au Havre, convocation de l’ambassadrice de France à Londres, menaces de recours devant les tribunaux et de guerre commerciale : qui aurait pu imaginer, il y a encore un an, qu’on assisterait à une telle dégradation de la relation bilatérale franco-britannique, alors qu’on célébrait les 10 ans des accords de défense de Lancaster House signés en 2010 par David Cameron et Nicolas Sarkozy ?

Pour une part, ces tensions s’expliquent par le rôle joué par la France pendant les négociations sur le Brexit et par les choix stratégiques du gouvernement Johnson. Paris est apparu comme l’Etat membre le plus intransigeant pendant les interminables négociations sur l’accord de retrait puis sur les nouvelles relations entre l’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni, même si le président ne faisait souvent qu’exprimer ouvertement ce que d’autres chefs de gouvernement pensaient, et même si la négociation était menée par l’équipe de Michel Barnier et non par les Etats membres.

Emmanuel Macron, comme le premier ministre, Jean Castex, encore ces derniers jours, a aussi clairement affiché, à cette époque, que la sortie de l’UE devait avoir des conséquences et qu’un pays désormais tiers ne pouvait espérer garder les mêmes bénéfices qu’un Etat membre.

La bonne entente qui prévalait avant le Brexit, déjà écornée, s’est désintégrée avec l’accord de coopération signé avec l’UE en décembre 2020, qui était bien en deçà de ce que Theresa May − dont on se souvient pourtant du slogan « Brexit means Brexit » (« Brexit signifie Brexit ») – avait envisagé. Même si les questions de la pêche et de la frontière irlandaise étaient censées être résolues, l’accord a introduit des contrôles douaniers sur les marchandises, mis fin à la libre circulation des travailleurs et rétabli des frontières pour les personnes, et ne prévoyait aucune forme de coopération institutionnalisée en matière de politique étrangère et de défense. Il était probablement inévitable qu’un tel recul par rapport aux libertés dont avaient bénéficié les citoyens et les entreprises des deux côtés de la Manche pendant plus de quarante ans provoque des tensions.

Depuis cette date, les contentieux bilatéraux se sont accumulés, qui s’ajoutent aux difficultés que le Royaume-Uni rencontre avec la Commission européenne sur l’application du protocole nord-irlandais, sans que les mécanismes diplomatiques habituels de gestion des conflits, à Bruxelles et ailleurs, puissent fonctionner.

La dictature du mouvement woke dénoncée dans les universités britanniques

La dictature du mouvement woke dénoncée dans les universités britanniques

 

 

 

Nombreux d’universitaires britanniques ne tolèrent plus cette espèce de dictature intellectuelle du mouvement woke. Un mouvement d’extrême gauche venu des États-Unis qui se caractérise notamment par une intolérance totale vis-à-vis des visions universalistes et qui exerce une sorte de terreur vis-à-vis de ceux qui le dénonce .

 

Apparu aux Etats-Unis dans les sphères militantes noires pour dénoncer le racisme et les violences policières, le terme woke connaît depuis plusieurs années une ascension fulgurante dans les débats publics en France. Dévoyé de son sens originel, le mot est raillé aujourd’hui comme étant un instrument de « censure » du militantisme antiraciste et intersectionnel.

Au début des années 2010, ce concept a permis aux minorités de s’unir autour d’une perception et d’une expérience partagées des discriminations. Une personne se définissant comme « éveillée » est consciente des inégalités sociales, par opposition aux personnes « endormies » face à l’oppression qui pèse sur les femmes, les personnes lesbiennes, gay, bi et trans, les populations d’origines étrangères, etc.

Indépendamment de la façon dont les attitudes individuelles ont pu changer, les personnes « woke » estiment que les sociétés à travers le monde demeurent inéquitables et parfois destructrices pour certaines minorités. Elles reconnaissent que l’on peut être traité différemment selon son milieu social, sa couleur de peau, sa religion, son handicap, son sexe ou son genre. Ainsi, s’attaquer aux inégalités structurelles rendra le monde plus sûr et meilleur, selon elles.

En France, on critique l’importation d’un débat sur la race made in USA au sein d’une société française portée par l’universalisme républicain. Les opposants à ce terme estiment que certaines idées populaires au sein de la gauche radicale américaine, telles que l’organisation de réunions non mixtes, l’intersectionnalité, les débats sur les questions de genre, viendraient saper l’idéal républicain français et menacer la cohésion du pays.

Le  ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, considère « que ces mouvements sont une profonde vague déstabilisatrice pour la civilisation. Ils remettent en cause l’humanisme, issu lui-même de longs siècles de maturation de notre société ».

Au Royaume-Uni 200 universitaires ont décidé de signer une tribune dans le Sunday Times pour dénoncer une «culture de la peur» et la complicité passive des universités. «Les universités créent un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant et offensant pour le personnel et les étudiants», écrivent les signataires qui affirment par ailleurs que les dirigeants universitaires «manquent de courage ou de capacité» pour défendre la liberté d’expression.

Selon les universitaires, 80 incidents relevant de l’intimidation, du harcèlement ou de la censure, ont été relevés depuis cinq ans dans les plus grandes universités du pays. Parmi les signataires, Jo Phoenix, une professeur de criminologie de 57 ans. Elle a récemment porté plainte contre son université pour ne pas avoir su la protéger contre une «campagne publique de harcèlement qui [lui a] rendu la vie professionnelle insupportable». L’universitaire avait été arrêtée pour cause de syndrome de stress post-traumatique après que 360 de ses collègues ont signé une pétition demandant de lui retirer son habilitation à la recherche, et qu’un courrier lui avait été adressé, lui intimant de «fermer sa putain de gueule», le tout illustré d’un dessin de pistolet.

«Quand je suis entré dans la vie universitaire [au début des années 1970], l’idée ne m’a jamais traversé l’esprit que certains sujets étaient interdits», confie au Sunday Times Partha Dasgupta, professeur d’économie à Cambridge. «Il y a aujourd’hui dans les universités britanniques une tentative de réguler la pensée, et pas seulement la parole et l’écrit. Et dire que nous critiquons ailleurs les régimes autoritaires pour avoir supprimé la pensée», ajoute-t-il.

Un mouvement comme déjà indiqué venu des universités américaines qui a aussi contaminé les  universités françaises et le mouvement politique extrémiste. Une sorte de régression intellectuelle qui pratique la terreur de la pensée.

Pêche et brexit: Michel Barnier dénonce les Britanniques

Pêche et brexit: Michel Barnier dénonce les Britanniques

 

L’ancien négociateur Michel Barnier considère en quelque sorte que les Britanniques sont des voyous dans la mesure où il ne respecte aucune décision concernant l’accord sur la pêche.

, «on voit que les Britanniques essayent de reprendre maintenant une partie du compromis qu’ils ont conclu avec nous, ce n’est pas acceptable», a déploré auprès de l’AFP Michel Barnier.

«Ils refusent de donner des licences à des bateaux qui ont le droit de pêcher aux termes de notre accord», a-t-il ajouté, voyant une «forme de flibusterie politique dans cette attitude». «Si les licences ne sont pas données, cela peut créer un problème bilatéral très sérieux entre la France et le Royaume-Uni et aussi entre l’Union européenne et le Royaume-Uni», a averti celui qui est également cité comme possible candidat à la présidentielle à droite.

L’accord post-Brexit prévoit également l’obligation pour les pêcheurs européens d’obtenir de Londres des licences pour pêcher dans les eaux britanniques. «Le fait qu’on pêche moins dans les eaux britanniques provoque une redistribution des capacités de pêche», a souligné M. Barnier, interrogé sur les tensions entre pêcheurs français et néerlandais. «Les autorités françaises doivent soumettre cette question à Bruxelles, dans le cadre de la politique commune des pêches», a-t-il estimé.

Les Britanniques de plus en plus critiques sur le brexit

Les Britanniques de plus en plus critiques sur le brexit

 Selon un sondage Ipsos Mori, présenté dans le cadre du EU/UK forum.Les Britanniques sontb 29 % à juger que la situation de leur pays s’est dégradée de ce fait, soit 2 points de plus qu’il y a trois mois. Le taux est de 48 % chez les « remainers », ceux qui voulaient que le Royaume-Uni demeure au sein de l’UE.

Si un nouvel accord de libre-échange en matière de biens et services est jugé prioritaire par 44 % d, les avis diffèrent pour la suite selon les sensibilités. Les « leavers » placent la coopération en matière de lutte contre l’immigration (43 %) et le terrorisme (39 %) au deuxième et troisième rang quand les « remainers » privilégient la protection de l’environnement et du climat (34 %), la défense des consommateurs (33 %) et des travailleurs (31 %).

Tous sont en tout cas d’accord pour juger « important, voire très important » que le Royaume-Uni entretienne de « bonnes relations » avec l’Union européenne qu’ils soient « remainers » (96%) ou « leavers » (84%).

Cela n’en prend pas le chemin. En effet le gouvernement britannique réclame maintenant la négociation d’un nouvel accord et dénonce l’approche théologique des Européens. Compte tenu de la complexité technique et politique d’une éventuelle nouvelle négociation, les relations entre l’Europe et le Royaume-Uni pourraient devenir de plus en plus difficiles. Il y a assez peu d’espoir qu’elles s’améliorent dans les prochaines années. Au moins tant que Johnson restera au pouvoir.

 

Brexit banques: au moins 1.000 milliards d’actifs britanniques déménagent vers l’Union économique

Brexit banques: au moins 1.000 milliards d’actifs britanniques déménagent vers l’Union économique

 

au moins 1000 milliards d’actifs britanniques des banques, soit 10 % du total, vont être transférés vers l’union économique d’après New Financial.

Au total, 440 sociétés financières ont délocalisé une partie de leurs activités, déplacé des emplois ou établi des nouvelles entités dans l’UE.

Il s’agit d’un chiffre bien plus élevé que l’estimation de mars 2019 quand New Financial avait identifié 269 entreprises concernées par le Brexit.

 

L’étude de New Financial  montre que Dublin est le principal gagnant, puisque 135 sociétés ont choisi la capitale irlandaise, devant Paris (102), Luxembourg (93), Francfort (62) et Amsterdam (48).

Mais sur le plus long terme, New Financial estime que Francfort sortira gagnant pour la taille des actifs déplacés, et Paris pour les emplois.

Certains groupes financiers ont pu en outre délocaliser des activités dans plusieurs villes.

Dublin attire beaucoup de gérants d’actifs, les banques vont plus vers Francfort, et Amsterdam séduit les plateformes boursières et les courtiers.

New Financial estime par ailleurs que le Brexit a entraîné à ce jour la création de 7.400 emplois dans l’UE, soit en raison de délocalisations du Royaume-Uni ou grâce à des embauches pour renforcer les équipes.

Le pays le principal bénéficiaire de ces transferts est néerlandais.

 

Vaccin pour tous les Britanniques

Vaccin pour tous les Britanniques

 

Au moins sur un point, Boris Johnson peut se targuer d’être en avance en matière de politique sanitaire. Il faut cependant reconnaître qu’il a été long à reconnaître la pandémie puis à la combattre. Il tente de compenser son retard et ses erreurs par une campagne de vaccination très dynamique facilitée par le vaccin découvert au Royaume-Uni.

Ainsi les Britanniques pourront tous être vaccinés d’ici fin juillet. Une différence avec la France qui promet pour la même date que 70 % de la population pourra être elle aussi vaccinée. Si l’on examine les chiffres, la différence entre les deux pays est de taille. La France en effet à ce jour arrive péniblement à 2,5  millions de vaccinés alors qu’il en faudrait 7 millions par mois pour atteindre l’objectif. On est loin du compte et la plupart des centres de vaccination demeurent fermés ou ne répondent  plus à aucun appel faute de vaccin.

La Grande-Bretagne vise désormais à donner une première dose à tous les plus de 50 ans d’ici le 15 avril, a déclaré le gouvernement, après avoir indiqué qu’il souhaitait qu’ils reçoivent le vaccin d’ici mai.

Si tous les adultes reçoivent une dose d’ici la fin du mois de juillet, ce sera bien en avance sur un objectif précédent qu’ils recevraient un vaccin d’ici l’automne. Après avoir subi le cinquième pire bilan officiel du COVID-19 au monde et une série de mésaventures dans sa réponse à la pandémie, le gouvernement de Johnson a agi plus rapidement que la plupart des pays occidentaux pour sécuriser l’approvisionnement en vaccins, lui donnant une longueur d’avance.

Johnson a averti qu’il était nécessaire d’éviter la complaisance, ajoutant que le verrouillage ne serait levé que lentement.

«Nous allons maintenant viser à offrir un coup à chaque adulte d’ici la fin juillet, nous aidant plus tôt les plus vulnérables, et prendre des mesures supplémentaires pour alléger certaines des restrictions en place», a déclaré Johnson dans un communiqué.

« Mais il ne devrait y avoir aucun doute – la voie de sortie du verrouillage sera prudente et progressive, car nous continuons tous à nous protéger et à protéger ceux qui nous entourent. »

Jusqu’à présent, le Royaume-Uni a donné une première dose de vaccin à 17,2 millions de personnes, plus d’un quart de ses 67 millions d’habitants .

Brexit et Ports britanniques : écroulement du trafic vers l’Europe

Brexit et  Ports britanniques : écroulement du trafic vers l’Europe

 

 

Boris Johnson avait imaginé transformer le Royaume-Uni en une sorte de Singapour sur Tamise. Ainsi la péninsule britannique aurait constitué le point d’entrée principal des les importations vers l’union européenne après le brexit .

Le problème c’est qu’un certain nombre de verrous de normes et de formalités administratives entravent cette vision au point que le trafic passant par le Royaume-Uni et à destination de l’union économique s’écroule complètement.

C’est dans une lettre adressée le 1er février au ministre Michael Gove, à laquelle l’hebdomadaire britannique The Observer a eu accès, que le président de l’association, Richard Burnett avance ce chiffre de 68%, tiré d’un sondage réalisé auprès de ses membres internationaux.

Selon l’hebdomadaire, Richard Burnett estime que cela est principalement dû à « l’augmentation massive de la paperasse à laquelle sont confrontés les exportateurs » après le Brexit. Il appelle le gouvernement britannique à augmenter grandement le nombre de douaniers chargés d’aider les entreprises, estimant que les 10.000 personnes actuellement déployées ne représentent « qu’un cinquième de ce qui serait nécessaire ».

« Je trouve profondément frustrant et agaçant que les ministres aient choisi de ne pas écouter l’industrie et les experts », a déclaré celui qui affirme à The Observer avoir « prévenu » M. Gove « de façon répétée ces derniers mois ».

Officiellement sorti de l’Union européenne le 31 janvier 2020, le Royaume-Uni a continué d’observer ses règles pendant la période de transition qui s’est achevée le 31 décembre, date à laquelle le pays est sorti de l’union douanière et du marché unique européens.

 

Malgré l’accord commercial signé in extremis avec son ancien partenaire, le gouvernement britannique avait prévenu les entreprises qu’il faudrait s’attendre à des « perturbations à court terme.

En effet, les exportateurs britanniques doivent désormais remplir une multitude de documents pour prouver que leurs biens sont autorisés à entrer dans le marché unique européen, un alourdissement des procédures chronophage et coûteux, qui retarde le passage des frontières.

Interrogé par The Observer, un porte-parole du ministre Michael Gove a affirmé ne « pas reconnaître le chiffre avancé sur les exportations » par la RHA, estimant que « les perturbations à la frontière avaient jusqu’à présent été minimes » et que « les mouvements du fret sont désormais proches de la normale, malgré la pandémie de Covid-19″, qui a aussi fortement impacté le trafic.

Le directeur de l’Association des ports britanniques, Richard Ballantyne, affirme lui que ce chiffre de 68% avancé par la RHA est « globalement conforme » à ce qu’il a pu observer sur la baisse du trafic.

L’entreprise française Valneva fournira 100 millions de doses aux britanniques !

L’entreprise française Valneva fournira 100 millions de doses aux britanniques !

 

La société française localisée près de Nantes n’a pas attiré beaucoup d’intérêt de la part des autorités administratives qui gèrent le secteur de la santé. Il aut dire que cette entreprise est située en province ce qui ne constitue pas franchement un atout pour peser auprès des centres du pouvoir. Reste que cette petite société a trouvé un meilleur accueil auprès des autorités britanniques. Le vaccin qu’elle a mis au point lui permettra ainsi grâce aux engagements financiers de la Grande-Bretagne de fournir 100 millions de doses à nos voisins d’outre-Manche

Dans le même temps,  les mastodontes officiels que constitue l’institut Pasteur ou encore la société Sanofi ont été incapables de mettre au point jusque-là un vaccin. Et ce n’est pas par manque de soutien financier des pouvoirs publics, des centaines de millions par an.

Conséquence Brexit : les crustacés britanniques victimes

Conséquence Brexit : les crustacés britanniques victimes

es crustacés britanniques sont les premières victimes des contraintes douanières administratives et des contrôles. Ainsi des volumes très importants de crustacés n’ont pu être exportés comme d’habitude vers l’union européenne. Les retards du à ces opérations douanières ont d’ailleurs conduit les acheteurs à refuser les crustacés britanniques.

Des camions avec des slogans tels que «carnage du Brexit» et «gouvernement incompétent détruisant l’industrie des fruits de mer» stationnaient à quelques mètres du bureau de Johnson’s 10 Downing Street, dans le centre de Londres. La police demandait des détails aux chauffeurs de camion.

«Nous sommes convaincus que le système pourrait potentiellement s’effondrer», a déclaré Gary Hodgson, directeur de Venture Seafoods, qui exporte des crabes et des homards vivants et transformés vers l’UE.

« Le Premier ministre Boris Johnson doit être honnête avec nous, avec lui-même et avec le public britannique au sujet des problèmes de l’industrie », a-t-il déclaré à Reuters. Un opérateur, a-t-il dit, avait besoin de 400 pages de documents d’exportation la semaine dernière pour entrer en Europe.

David Rosie, de DR Collin & Son, qui emploie 200 personnes, envoyait un ou deux camions par nuit en France transportant du crabe, du homard et de la langoustine vivants d’une valeur d’environ 150 000 livres (203 000 dollars). Il a dit qu’il n’avait pas exporté une seule boîte cette année.

BREXIT: SANDWICHS BRITANNIQUES BLOQUES

BREXIT: SANDWICHS BRITANNIQUES BLOQUES

Les conducteurs de véhicules en provenance de Grande-Bretagne ont pourtant été avertis: le gouvernement britannique avait donné en décembre l’exemple des sandwichs au jambon et au fromage parmi les denrées qui ne pourront plus être apportées sur le continent après la renonciation formelle le 1er janvier par Londres aux règles commerciales de l’UE.

Les nouvelles règlementations post-Brexit spécifient que l’introduction sur le territoire de l’UE de produits alimentaires contenant de la viande ou des produits laitiers, même pour une consommation personnelle, est interdite.

Cette règlementation est destinée à empêcher l’arrivée sur le continent de produits alimentaires pouvant répandre des maladies.

Les nouvelles règlementations post-Brexit ont notamment frappé la chaîne de magasins britannique Marks and Spencer, qui ne peut plus proposer dans les rayons de ses espaces de vente en France ses populaires sandwichs et salades depuis le Brexit.

Brexit: les Britanniques manquent de produits frais

Brexit: les Britanniques manquent de produits frais

 

Le Royaume-Uni commence à manquer sérieusement de produits frais importés du continent européen. Jusque-là la situation s’était bien déroulée grâce notamment au stockage de précautions effectuées avant les fêtes. Mais douze jours après la sortie britannique du marché unique européen, les premiers effets concrets du Brexit sur l’économie commencent à se matérialiser.«Dans les semaines à venir, nous nous attendons à des perturbations supplémentaires importantes, particulièrement sur l’axe Douvres-Calais», prévenait en fin de semaine dernière Michael Gove, héraut de la campagne pour le Brexit et numéro deux du gouvernement de Boris Johnson.

Les premiers jours de janvier ont été marqués par un trafic fluide, quatre à cinq fois inférieur à la normale, du fait d’une reprise progressive après la trêve des confiseurs. Les entreprises avaient aussi constitué d’importants stocks de précaution avant l’entrée en vigueur des nouvelles normes.

Brexit: un accord plus contraignant que prévu pour les Britanniques

Brexit: un accord plus contraignant que prévu pour les Britanniques

 

Indiscutablement c’est surtout Johnson qui fait le service après-vente de l’accord commercial passé entre l’union économique et le Royaume-Uni. Pourquoi un tel enthousiasme ? Sans doute pour assurer les Britanniques qui en fait  ont dû lâcher du lest sur leurs revendications initiales. D’après la BBC, le document inclut des engagements clairs sur les normes en matière d’environnement, de droits des salariés et de changement climatique.

Ces standards similaires à ceux actuellement en vigueur ne doivent pas être revus à la baisse, et des mécanismes pour les faire appliquer seront mis en place. Il s’agit sans doute des contraintes les plus importantes qui doivent en principe conduire à une concurrence loyale. Restera à la vérifier mais des dispositions ont été prises pour arbitrer les différends. En réalité le Royaume uni ne retrouve pas totalement et loin s’en faut sa souveraineté économique.

Le texte prévoit aussi un droit mutuel à “rééquilibrer” les termes de l’accord s’il y a à l’avenir des “divergences importantes” à même d’affecter les échanges commerciaux.

 

Parmi les annexes figurent un compromis de dernière minute sur les automobiles électriques, fait savoir la BBC. Alors que l’UE voulait initialement autoriser seulement les véhicules électriques britanniques fabriqués majoritairement avec des pièces européennes à être importés dans l’UE sans droits de douane, ce processus va désormais s’étaler sur six ans, mais avec des critères moins généreux que ceux demandés par Londres.

Le Parlement britannique a été appelé à se réunir le 30 décembre pour voter un projet de loi de mise en oeuvre de l’accord conclu avec l’Union européenne. L’opposition travailliste a indiqué jeudi qu’elle soutiendrait l’accord.

Coronavirus: l’isolement des Britanniques, un avant-goût du brexit

Coronavirus: l’isolement des Britanniques, un avant-goût du brexit

 

Il est clair que les pays de l’union européenne ne feront pas de cadeau au  Royaume-Uni en cas de brexit dur. Il y aura un rétablissement des frontières dans toutes les hypothèses, les contrôles seront encore plus renforcés,  encore davantage en cas d’absence d’accord.

 

Il faut prévoir des blocages routiers monstres au passages frontaliers. Des contrôles aussi pour les passagers. D’une certaine manière, la Grande-Bretagne a un avant-goût de ce qui pourrait l’attend avec les décisions de nombreux de pays de se couper de Londres pour éviter les contaminations du virus notamment du virus mutant très contaminant.

La France, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, l’Irlande, la Belgique, l’Autriche, la Suisse, la Pologne, la Norvège, le Danemark, la Suède, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, l’Estonie, la Bulgarie et la République tchèque mais aussi Israël, le Canada, la Tunisie, le Soudan, Hong Kong et l’Inde, ont pris des mesures de ce type après que le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a averti qu’une variante potentiellement très contagieuse du virus constituait un danger pour son pays.

Les pays européens entendent coordonner leur réponse à la suite de cette décision prise en urgence, pour l’instant valable jusque mardi soir minuit. La France a fermé provisoirement sa frontière avec le Royaume-Uni dès dimanche soir pour les personnes et les camions, bloquant ainsi la plus importante voie de transit du commerce britannique avec l’Europe continentale.

De longues files de camions se sont formées sur des kilomètres à l’approche du port de Douvres, principal point de passage pour les marchandises échangées entre la Grande-Bretagne et l’Europe continentale. Des milliers de chauffeurs de poids lourds étrangers se retrouvent ainsi bloqués en Grande-Bretagne à quelques jours de Noël.

Aux Etats-Unis, le secrétaire adjoint à la Santé, Brett Giroir, a jugé possible qu’une interdiction d’entrer sur le territoire américain soit prise à l’encontre des personnes en provenance du Royaume-Uni. Le principal conseiller scientifique du gouvernement britannique a tout de même jugé probable un durcissement en Grande-Bretagne des restrictions de déplacements et d’activités destinées à lutter contre l’épidémie.

“Je dirais que les preuves concernant ce virus sont qu’il se propage facilement, qu’il est plus transmissible, nous devons absolument garantir que nous appliquons le bon degré de restrictions”, a dit Patrick Vallance au cours d’une conférence de presse organisée par Boris Johnson.

“Et je pense qu’il est probable en conséquence que les mesures doivent être renforcées dans certains endroits au moment opportun, pas réduites”, a-t-il ajouté. Boris Johnson et Emmanuel Macron ont eu une discussion téléphonique sur cette fermeture des frontières lundi après-midi.

Cette évolution de la crise sanitaire en Grande-Bretagne a aussi des conséquences côté français, avec des camions qui s’entassent aux abords des ports, notamment Calais.“Aucun chauffeur ne veut livrer au Royaume-Uni maintenant, donc le Royaume-Uni va voir son approvisionnement en fret se tarir”, a déclaré la Fédération Nationale des Transports Routiers (FNTR) en France.

Accepter « les règles » pour les Britanniques est incontournable pour Thierry Breton

Accepter « les règles » pour les Britanniques est incontournable pour Thierry Breton

interviewé sur Europe 1, Thierry Breton, commissaire européen chargé du marché intérieur, a réaffirmé que les choses sont claires : soit les Britanniques acceptent les règles de l’UE pour le marché intérieur, soit ils les refusent et n’en font pas partie.

« Nous sommes un continent ouvert », abonde l’ancien ministre de l’Économie entre 2005 et 2007. « Mais lorsqu’on y vient, on doit tout simplement respecter nos règles pour précisément avoir une équité, que les produits respectent les contraintes environnementales et sociales qui font notre marché intérieur ».

Et ce principe de respect des règles vaut également pour le secteur de le pêche, point de friction très important dans les négociations entre Londres et Bruxelles, alors que le Royaume-Uni s’est dit prêt à déployer sa marine pour protéger ses eaux territoriales. Refusant de se positionner sur la nature de cette communication britannique, Thierry Breton préfère rappeler qu’il est dans « l’intérêt de tout le monde de trouver un accord sur ces zones de pêche ».

D’autant que dans ce dossier, si les Britanniques possèdent effectivement des eaux « plus poissonneuses », ils ne sont pas forcément en position de force, selon Thierry Breton. « L’organisation de la pêche britannique fait que la quasi totalité de la fabrication des prises se fait sur le continent. Les pêcheurs ont besoin du continent pour transformer les produits, mais aussi pour les vendre. Il y a donc des intérêts conjoints. »

Des intérêts économiques qui font espérer au commissaire européen qu’un accord sera trouvé. Sans compter qu’en cas de « no deal », des droits de douane devront s’appliquer et faire mécaniquement « augmenter les prix de façon assez significative en Grande-Bretagne ». L’Europe « continuera à exporter, mais ce sera plus cher pour le consommateur britannique ».

Boris Johnson propose un régime alimentaire pour les Britanniques

Boris Johnson propose un régime alimentaire pour les Britanniques

 

Peut-être pour se préparer à la cure d’austérité incontournable du fait de l’écroulement de l’économie britannique, Boris Johnson lance une grande campagne de régime alimentaire. Lui-même en situation de surpoids a été victime du Coronavirus. S’appuyant sur plusieurs études qui désignent l’obésité comme un facteur aggravant du coronavirus, le gouvernement a donc lancé fin juillet un grand plan de lutte contre le surpoids. Le premier ministre, personnellement atteint par la maladie au printemps, s’est mis au sport . En fait, le Royaume-Uni pourrait bien être contrainte d’accepter une sévère cure d’austérité en raison de la crise économique provoquée non seulement par la situation sanitaire mais aussi par la prochaine rupture du brexit. Le gouvernement britannique a largement sous-estimé l’impact de la séparation avec l’union économique, en outre il a géré encore plus mal que d’autres la crise sanitaire dont il a par ailleurs longtemps nié l’existence. Ce qui caractérise la politique de Johnson, c’est son inconsistance, son manque de compétence et de sérieux. Une appréciation de plus en plus partagé par les Britanniques. Il est très difficile de prévoir les réactions de ce Premier ministre qui n’a cessé de changer de position et qui même sans doute sur le brexit  n’a pas encore de philosophie très arrêtée. Il se pourrait même qu’au dernier moment il accepte un accord de dernière minute à condition de sauver l’es apparences politiques et de donner l’impression que le Royaume-Uni est gagnant. Pour l’instant ce n’est pas l’hypothèse la plus retenue mais avec Boris Johnson tout est possible même l’invraisemblable.

Brexit : l’UE veut peser sur les normes britanniques

Brexit  : l’UE veut peser sur les normes britanniques

 

 

Des drapeaux de l’Union européenne et du Royaume-Uni, devant le Parlement britannique.

La situation des négociations sur le brexit  est de plus en plus confuse. Officiellement de part et d’autre on s’attend en effet à une rupture brutale à la fin de l’année , c’est-à-dire sans aucun accord. Cependant dans la coulisse certains commencent à prendre la mesure de l’impact économique. Un impact économique considérable d’abord pour le Royaume Uni dont  l’économie est déjà en train de s’écrouler suite à une mauvaise gestion de la crise sanitaire. Du côté de l’Europe, le départ du Royaume-Uni ne sera pas sans incidences  sur la croissance. On ne peut donc exclure un accord de dernier moment qui pourrait sauver la face politique mais surtout aussi les économies réciproques. Pour preuve l’union économique insiste pour avoir un droit de regard sur la politique d’énormes du Royaume-Uni.

D’après le journal, The Times , le négociateur en chef des Européens, Michel Barnier, insiste pour que Londres accepte de ne pas instaurer de quelconques changements à la législation britannique qui pourraient affecter le commerce avec l’UE sans au préalable consulter Bruxelles. David Frost, qui mène les négociations pour Londres, a rejeté cette approche, écrit The Times.

Le Royaume-Uni a officiellement quitté le bloc communautaire le 31 janvier dernier, mais reste soumis aux règles de celui-ci pendant une période de transition qui s’achève le 31 décembre 2020. Alors que Bruxelles veut un accord d’ici fin octobre, l’hypothèse d’un échec des négociations s’est accrue avec l’insistance de Londres de disposer d’une autonomie totale sur ses projets d’aides d’Etat.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a prévenu, vendredi 4 septembre, que son pays se préparait à toutes les issues possibles. À Londres, à Bruxelles et dans d’autres capitales européennes, on redoute désormais un « no deal ». Ce dernier pourrait provoquer un choc économique alors que les pays font déjà face à la crise du coronavirus.

Sans accord, près de 1 000 milliards de dollars d’échanges, allant des pièces automobiles, aux médicaments en passant par les denrées alimentaires, seront affectés par une nouvelle période d’incertitude.

(Avec l’Opinion)

Brexit : les Britanniques pour une Europe à la carte !

Brexit : les Britanniques pour une Europe à la carte !

 

Pour résumer ,il y a une grande chance pour que les négociations avec la Grande-Bretagne échouent totalement après le brexit. Les Britanniques souhaiteraient en effet n’appliquer les règles européennes que partiellement en fonction de leurs intérêts. Bref,  une espèce d’Europe à la carte centrée essentiellement sur les échanges dans un marché économique sans contrainte et surtout pas de politique commune dans d’autres domaines. Par exemple un excès aux marchés financiers réclamé par la City mais surtout pas l’obligation de se soumettre à toutes règles européennes notamment en matière économique, sociale, environnementale. Bref les Britanniques pourraient se rallier à l’Europe mais à condition qu’elle soit dérégulée. «L’absence de progrès dans les négociations #Brexit est très préoccupante. Le Royaume-Uni doit apporter des réponses concrètes. France et Allemagne sont mobilisées pour protéger avec force les intérêts de nos citoyens et nos entreprises… Il ne peut y avoir un accès au marché sans le respect de nos règles», déclare le secrétaire d’État français Clément Beaune, en français et en anglais, sur le réseau social.

Michael Roth, le ministre allemand adjoint chargé des Affaires européennes, publie le même texte en allemand et en anglais.

MM. Beaune et Roth retweetent également tous deux un commentaire du négociateur européen Michel Barnier, qui a exprimé vendredi sa «préoccupation» face à l’état de ces négociations et répété «ne pas voir comment il serait possible d’arriver à un meilleur accord si l’on garde les sujets les plus difficiles pour la fin».

Les discussions butent notamment sur les conditions de concurrence, l’UE refusant de voir surgir à sa porte une économie dérégulée. Pour illustrer ces profondes divergences dans ce domaine, Michel Barnier a pris l’exemple des transports routiers, affirmant que les Britanniques ne voulaient pas que certaines règles s’appliquent à leurs chauffeurs lorsqu’ils circulent sur le continent européen. «Il n’y aura pas d’accès à la carte au marché unique» européen, a-t-il averti.

La quarantaine imposée aux Britanniques par réciprocité !

La quarantaine imposée aux Britanniques par réciprocité !

 

 

Curieux cette idée britannique d’imposer une quarantaine aux étranger d’autant que ce pays est de loin l’un des plus touchés par le virus. On comprendrait mieux l’inverse !  La France en tout cas est prête à mettre en œuvre des mesures de réciprocité lorsque le dispositif de quarantaine sera mis en œuvre en Grande-Bretagne, a déclaré vendredi le ministère de l’Intérieur cité par l’AFP.

“Paris prend note et regrette la décision de Londres de soumettre les arrivants sur le sol britannique à un régime de quarantaine”, a-t-il dit.

Les voyageurs arrivant en Grande-Bretagne devront rester en quarantaine pendant une durée de 14 jours à compter du 8 juin, a annoncé vendredi la ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel.

Brexit : « Les Britanniques ne sont pas européens » (Kevin O’Rourke)

Brexit : « Les Britanniques ne sont pas européens » (Kevin O’Rourke)

 

C’est la conviction dans une tribune au « Monde »de  Kevin O’Rourke, historien et économiste anglo-irlandais, qui  constate que la réalisation du Brexit, le 31 janvier, est la seule certitude. Pour lui, les britanniques ne sont pas européens et pas davantage américains; Ailleurs sans doute !

Tribune.

 

Même si cela ne fait pas l’unanimité, les Britanniques ont décidé ce qu’ils ne sont pas : ils ne sont pas européens. Maintenant, ils doivent décider ce qu’ils sont, ce qui risque d’être encore plus compliqué.

Aujourd’hui, il y a au moins une certitude : le Royaume-Uni quittera l’Union européenne (UE) le 31 janvier. La sortie se fera de façon ordonnée, conformément à l’accord de retrait. Moment de joie pour certains outre-manche et d’immense tristesse pour d’autres. La période de transition garantit que sur le terrain, rien ne changera avant la fin de l’année.

Mais après, tout est flou. Il y a même une légère incertitude concernant la mise en œuvre de l’accord de retrait : les Britanniques honoreront-ils leurs engagements vis-à-vis de l’Irlande du Nord ? Le premier ministre Boris Johnson affirme qu’il n’y aura pas de contrôle entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord, ce qui va à l’encontre de ses obligations légales. Soyons optimiste : Johnson est un menteur né et il ne faut jamais prendre trop au sérieux ses affirmations. Mais la vigilance doit demeurer.

Y aura-t-il un accord de libre-échange entre le Royaume-Uni et l’UE, qui remplacera l’appartenance au marché unique et à l’union douanière fin 2020 ? Rien n’est moins sûr. Le Conseil européen n’a pas encore décidé quel mandat devra poursuivre Michel Barnier, le négociateur en chef de la Commission, dans les négociations à venir, mais il semble probable qu’il retiendra la formule « zéro tarif, zéro quota, zéro dumping ». L’insistance sur la nécessité de règles de jeu équitables est trop profondément ancrée dans l’ADN politique de l’UE, et le Royaume-Uni est à la fois trop grand et trop proche, pour qu’il en soit autrement.

Mais de leurs côtés, les Britanniques sont peu enclins à accepter des contraintes européennes qui les empêcheraient de légiférer dans le sens de leur intérêt, car, ne l’oublions pas, ils ont tranché et déclaré qu’ils ne sont pas européens. C’est toute la logique politique du Brexit qui est en jeu. Les négociations promettent d’être rudes.

Mais si les Britanniques ne sont pas européens, il est encore moins sur qu’ils soient américains. L’euroscepticisme des élites politiques conservatrices a, depuis une vingtaine d’années, été alimenté par le sentiment que le Royaume-Uni était avant tout un pays anglophone, et que sa famille politique naturelle était « l’Anglosphère » : l’Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, et bien sûr les Etats-Unis. Un accord de libre-échange avec Donald Trump a donc une importance symbolique et politique majeure pour le gouvernement britannique qui dépasse son éventuel intérêt économique. »

‘ v:shapes= »_x0000_i1025″>

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol