Archive pour le Tag 'Brexit'

Brexit: nouveau chantage de Londres

 

À peine la première phase de négociation du Brexit  a-t-elle abouti que Londres la remet en cause. Dans la première page de négociation,  il semblait qu’on avait notamment réglé le montant de la facture, la question des exilés les relations entre les deux Irlande (entre la république d’Irlande et Irlande du Nord). Or deux jours après cet accord le ministre britannique chargé du Brexit  déclare que le Royaume uni ne paiera pas la facture sans accord concernant les futures relations commerciales. Autant dire que la première phase n’a pas servi à grand-chose. L’union économique faisait de cette facture un préalable alors  que les Britanniques entendaient mener la discussion de manière conjointe sur la nature de futures relations commerciales et la facture. En outre,  le Royaume uni ajoute une condition supplémentaire à savoir la nécessité de trouver une période de transition. Ces postures erratiques résultent  notamment de l’impréparation du gouvernement britannique et des contradictions internes chez les conservateurs. Pour schématiser certains comme Boris Johnson souhaite un retrait brutal de l’union européenne sans compensation financière tandis qu’une autre milite pour un Brexit  plus doux qui garantirait un accès privilégié au marché européen. Les contradictions britanniques sont aussi exacerbées par des motifs bassement politiciens puisque certains dans l’aile dure des conservateurs souhaiteraient bien obtenir la démission de Teresa May  comme première ministre dans les semaines et les mois à venir. Le Royaume-Uni ne paiera donc pas sa facture de divorce de 40 à 45 milliards à l’Union européenne s’il ne parvient pas à conclure un accord commercial avec Bruxelles, a affirmé dimanche le ministre britannique chargé du Brexit, David Davis. A la question de savoir si Londres s’acquitterait de la facture en l’absence d’accord commercial, David Davis a répondu sur la BBC que cela serait « conditionné à l’obtention d’une période de transition » et « conditionné à un accord commercial ».  « Pas d’accord signifie que nous ne paierons pas », a-t-il insisté, estimant toutefois que les probabilités pour Londres de quitter le giron européen sans accord commercial avaient « radicalement diminué ».

Brexit : un accord pour sauver Theresa May?

Brexit : un accord pour sauver Theresa May?

 

 

Officiellement un accord aurait donc été trouvé concernant la première phase de négociation du Brexit. Un accord qui précise notamment l’évaluation de la facture britannique, les relations entre la république d’Irlande et l’Irlande du Nord et la question des expatriés. Reste qu’il s’agit d’un accord un peu à l’arrache et qu’on peut se demander s’il n’est pas destiné à sauver Teresa May  très menacée dans son propre camp. Chez les conservateurs,  certains parient même sur son départ d’ici quelques semaines ou quelques mois. Du coup,  il se pourrait que l’union européenne ait  fait également quelques concessions pour éviter de se retrouver avec un éventuel autre ministre britannique beaucoup plus intransigeant que Teresa May. De toute façon,  la seconde phase des négociations s’annonce encore beaucoup plus difficile que la première care il s’agira en particulier de définir les conditions des relations commerciales entre l’union européenne et le Royaume-Uni. L’enjeu est considérable aussi bien d’ailleurs pour la partie britannique que pour l’union européenne. En effet le rétablissement de droits de douane viendra forcément affecter la compétitivité des biens exportés de part et d’autre. Vendredi, la Commission européenne, qui mène les négociations du Brexit au nom de l’UE à 27, a estimé que des « progrès suffisants » ont été atteints dans ces trois domaines, ouvrant la porte à l’ouverture de la deuxième phase de négociations sur la future relation commerciale entre l’UE et le Royaume-Uni. Le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier, veut voir un accord ficelé en octobre 2018, pour donner le temps au Parlement européen, et aux Parlements nationaux concernés, de ratifier le texte. Le départ des Britanniques de l’Union européenne a donc été fixé au 29 mars 2019. Mais, lors d’un discours à Florence le 22 septembre, Theresa May a affirmé son intention de maintenir les liens actuels avec l’Europe pendant une période de transition d’ »environ deux ans » après le Brexit. Cette période d’ajustement offrirait au Royaume-Uni la possibilité de continuer à commercer librement avec le bloc européen, ce que réclament les milieux d’affaires, inquiets d’une sortie sans filet. Ce n’est qu’après cette période de transition que la libre circulation des biens et des membres de l’Union européenne serait définitivement terminée. Mais    »le défi le plus difficile » des négociations est à venir, a prévenu vendredi le président du Conseil de l’UE. « Nous savons tous que se séparer est dur mais se séparer et construire une nouvelle relation est encore plus dur. » Et ce sera particulièrement difficile pour Theresa May. Si la BBC estimait vendredi que le compromis atteint est « un premier grand pas préservant la position de Theresa May », pas plus tard qu’en début de semaine, le tabloïd The Sun affirmait qu’une conspiration était en cours pour la remplacer avant Noël. Jeudi, l’ancien ministre des Finances conservateur George Osborne, aux manettes désormais du quotidien du soir Evening Standard, a affirmé lors d’un déjeuner de presse qu’il y avait « une majorité au sein des parlementaires conservateurs » à vouloir un changement de leader.

Brexit : compromis entre le Royaume-Uni et l’UE

Brexit : compromis entre le Royaume-Uni et l’UE

Accord laborieux mais accord quand même pour la première phase des négociations du Brexit. D’après un communiqué de la Commission européenne, l’accord conclu porte notamment sur les droits des citoyens européens vivant au Royaume-Uni, sur la relation entre l’Irlande et l’Irlande du Nord et sur les conditions financières. Dès la les négociations sur les futures relations commerciales entre les Britanniques et l’union européenne pourront commencer dans les semaines et mois à venir L’avenir de la frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord était le dernier obstacle majeur. Les gouvernements britannique et irlandais étaient parvenus en début de semaine à un compromis mais le DUP, parti unioniste nord-irlandais sur lequel Mme May s’appuie pour disposer de la majorité à la Chambre des communes, y avait mis son veto.  Le compromis conclu lundi prévoyait un « alignement réglementaire » des deux côtés de la frontière entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord. Mais le DUP refusait toute différence de réglementation entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni. D’après une source au sein du parti, sa dirigeante, Arlene Foster, a négocié une bonne partie de la nuit avec Mme May et fera une déclaration plus tard dans la journée.  Le président du Conseil européen, Donald Tusk, devait lui aussi faire une déclaration à la presse dans la matinée. Le Conseil européen devra se prononcer le 15 décembre sur l’accord conclu vendredi matin.

 

Brexit : toujours pas pas d’accord

Brexit : toujours pas d’accord

 

Officiellement le  président de la commission européenne et Teresa May se réjouissent des avancées mais la première ministre britannique déclare que les deux parties n’ont encore pas été capables de se mettre d’accord lundi. On aurait avancé sur la facture impayée par le Royaume-Uni qui tournerait autour de 50 milliards d’euros mais d’autres points des divergences restent à régler, le sort des citoyens expatriés respectifs et la frontière nord-irlandaise sans parler évidemment de la question complexe des futures relations commerciales. «Nous avons eu une rencontre franchement constructive», a déclaré le chef de l’exécutif européen. «Theresa May est une âpre négociatrice (…). Elle défend le point de vue de la Grande-Bretagne avec toute l’énergie que nous lui connaissons», a-t-il ajouté, se refusant à parler «d’échec». «C’est le début du tout dernier round», a-t-il dit. «Comme l’a dit le président Juncker, nous avons eu aujourd’hui un entretien constructif. Les deux parties travaillent dur en bonne foi, nous négocions durement», a déclaré pour sa part Theresa May. «Nous nous reverrons avant la fin de la semaine», a-t-elle précisé, se disant également confiante dans l’issue des discussions. La Britannique devait encore rencontrer lundi après-midi le président du Conseil européen Donald Tusk, qui représente les 27 dirigeants de l’UE. Plus tôt dans la journée, le suspense était à son comble. Les choses seraient finalisées «à 90%», a annoncé le Times.  C’est sur le dossier irlandais que portait toute l’attention de dernière minute. Le gouvernement britannique a proposé une solution visant à préserver la spécificité de l’Irlande du Nord. Il s’engagerait à garantir la continuité réglementaire avec la République d’Irlande, au sud, afin de ne pas créer d’obstacle à la circulation des personnes et des marchandises. Cela se ferait à travers l’allocation de nouvelles compétences au gouvernement régional de la province, quitte à créer un statut différent avec le reste du Royaume-Uni. Le gouvernement de Dublin s’est réuni lundi matin pour discuter de cette solution. Car, comme l’a rappelé Donald Tusk vendredi en déplacement dans la capitale de la République, «toute offre britannique sur la frontière irlandaise après le Brexit doit être acceptable pour l’Irlande». Un veto de fait conféré au premier ministre Leo Varadkar sur l’ensemble de l’accord. Restera de toute façon la difficile question des relations commerciales qui pourraient aussi faire échouer la négociation

Brexit: un nouveau référendum ?

Brexit:  un nouveau référendum ?

 

Pour l’instant, l’organisation d’un nouveau référendum n’est pas à l’ordre du jour mais devant les conséquences notamment financières et commerciales nombre de Britanniques s’interroge de plus en plus. En effet la facture risque d’être élevée pour la Grande-Bretagne. Il semblerait que Britanniques et union européenne se soit mis d’accord sur une facture de leur de 60 milliards. Une somme déjà considérable mais à laquelle il faudra ajouter chaque année des coûts de transaction commerciale de l’ordre de 15 milliards par an pour les Britanniques. Des coûts de transaction qui affecteront aussi l’union européenne pour un montant de leur de 40 à 50 milliards par an . Les conséquences risquent donc d’être beaucoup plus importantes que ne  le dit par exemple  le patron de l’organisation mondiale du commerce (OMC), Roberto Azevedo qui a déclaré il y a quelques jours que le berxit  n’était pas si grave. Pourtant, une  déclaration contraire à ce qu’il   avait affirmé avant le Brexit. Sans accord commercial au moment de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, les britanniques devront  appliquer les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), c’est-à-dire des barrières douanières et tarifaires. Une perspective qui va forcément renchérir le coût des exportations du Royaume-Uni. De ce fait,  nombre de Britanniques adhèrent  de plus en plus à l’idée d’un nouveau référendum. La moitié des Britanniques sont maintenant  favorables à un nouveau référendum sur la sortie de l’Union européenne, selon un sondage publié dimanche par le Mail on Sunday. Ils sont 34% d’un avis contraire et 16% à se déclarer sans opinion sur la question. La même étude indique que 35% des personnes interrogées estiment que la sortie de l’Union européenne, fixée pour le 29 mars 2019, aura des répercussions financières négatives pour eux, contre 14% qui pensent le contraire. Le sondage de l’institut Survation a été effectué en ligne auprès de 1.003 personnes les 30 novembre et 1er décembre. Invité dimanche sur la BBC, l’ex-Premier ministre britannique Tony Blair, hostile à la sortie de l’UE, a estimé que la décision adoptée par référendum le 23 juin 2016 par près de 52% des électeurs était « réversible ». « Tant que ce n’est pas fait, ce n’est pas fait », a-t-il ajouté.  De son côté, le leader de l’opposition Jeremy Corbyn, qui participait samedi à une réunion des partis sociaux-démocrates européens à Lisbonne (Portugal), a réaffirmé vouloir respecter le résultat du premier référendum, tout en n’écartant pas si la situation l’exigeait de devoir organiser un deuxième référendum.

 

Brexit : accord sur la facture de 50 milliards

Brexit : accord  sur la facture de 50 milliards

Avec un quasi accord sur le montant de la facture du Brexit,  la négociation a sans doute franchi un pas significatif. Restera cependant le dossier complexe de futures relations commerciales et le problème de la circulation des personnes en particulier avec l’Irlande.  Concernant la facture des Britanniques avançaient  que le montant devait être initialement limité à 20 milliards tandis que  l’union européenne situait  la somme entre 80 et 100 milliards. Il semblerait qu’on se soit désormais mis d’accord sur un chiffre qui tourne autour de 50 milliards. Il conviendra cependant de déterminer le calendrier et les modalités du paiement d’une facture qui ne sera certainement pas réglée en une seule fois par le Royaume-Uni. Enfin des difficultés non sont pas exclues du côté de l’entourage de Teresa May puisque certains comme Boris Johnson par exemple militent  toujours pour une rupture brutale et sans compensation financière, bref un Brexit hard. Selon The Telegraph  Britanniques et européens sont parvenus à un accord sur le règlement financier du Brexit. Le chiffre serait compris entre 45 et 55 milliards d’euros, en fonction du calcul réalisé par chaque camp d’après «une méthodologie préparée en commun». Deux sources ont confirmé au journal que les deux parties étaient tombées d’accord en fin de semaine dernière sur cette question, l’un des principaux points d’achoppement des négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Jusqu’ici, l’offre financière du gouvernement britannique se situait autour de 20 milliards d’euros, une proposition qui avait été rejetée par le président du Parlement européen Antonio Tajani, qui avait estimé que la facture s’élevait plutôt à entre 50 et 60 milliards d’euros. Selon  l’AFP, la Commission européenne et le ministère britannique du Brexit (DExEU) discussions intensives entre le Royaume-Uni et la Commission européenne se poursuivent cette semaine à Bruxelles» où «nous tentons de trouver un accord», dans un bref message envoyé par email. Un tel accord représenterait un progrès très important dans les négociations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne entamées en juin: les 27 autres pays de l’UE ont fait du règlement financier une condition préalable à l’ouverture des discussions sur la future relation entre l’UE et Londres. Bruxelles exige également des «progrès suffisants» sur la question des droits des Européens vivant au Royaume-Uni après le Brexit et sur les conséquences du divorce sur la frontière entre l’Irlande et la province britannique d’Irlande du Nord.

Brexit: c’est pas si grave  » (OMC)

Brexit: c’est pas si grave  » (OMC)

 

 

C’est en substance ce que dit le patron de l’organisation mondiale du commerce (OMC), Roberto Azevedo,  c’est-à-dire à peu près le contraire de ce qu’il avait affirmé avant le Brexit. Avant le référendum britannique du 23 juin 2016 en faveur du Brexit, le patron de l’OMC avait averti qu’une sortie de l’UE risquait d’entraîner pour les exportateurs britanniques 5,6 milliards de livres par an de droits de douane supplémentaires. Il avait également prévu que Londres devrait négocier de nouveaux accords commerciaux avec les 58 pays liés au bloc européen par un accord de libre-échange. Pourquoi ce changement de position ? Tout simplement parce qu’on est très loin d’un accord entre l’union européenne et le Royaume Uni. Cela en raison de divergences de fond sur la facture à régler par les Britanniques, sur le futur accord commercial mais aussi en raison de l’impréparation totale du gouvernement britannique L’absence d’accord commercial avec l’Union européenne au moment du Brexit ne serait « pas la fin du monde » pour le Royaume-Uni, même si cela pourrait entraîner « des rigidités et des coûts » pour ce pays, a donc estimé dimanche le patron de l’OMC, Roberto Azevedo. Sans accord commercial au moment de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, celui-ci se verrait appliquer les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), c’est-à-dire des barrières douanières et tarifaires. « Environ la moitié du commerce du Royaume-Uni est déjà soumise aux règles de l’OMC – avec les Etats-Unis, la Chine et plusieurs grands pays émergents où l’UE ne dispose pas d’accords commerciaux », a déclaré Roberto Azevedo dans un entretien avec le journal britannique The Sunday Telegraph. « Ainsi, si le commerce du Royaume-Uni avec l’UE est régi par les règles de l’OMC, ce n’est pas la fin du monde », a-t-il ajouté, tout en estimant préférable la conclusion d’un accord de libre-échange (ALE) entre les deux parties. Le Royaume-Uni a prévu de quitter le marché unique européen et l’Union douanière en se retirant de l’UE le 29 mars 2019, tout en espérant pouvoir conclure d’ici là un accord de libre-échange avec Bruxelles. Mais l’UE refuse d’entamer des négociations sur la future relation commerciale sans accord préalable sur trois dossiers qu’elle juge prioritaires, dont la facture du divorce et la frontière entre les deux Irlande, alimentant l’hypothèse de la possibilité d’une absence d’accord.

Brexit: le Royaume-Uni doit d’abord payer la facture (Macron)

Brexit: le Royaume-Uni doit d’abord payer la facture  (Macron)

Des négociations d’abord sur  le règlement de la facture exigible  du Royaume-Uni suite au Brexit a déclaré Macron. . Ensuite seulement pour le président de la république l’union européenne pourra alors envisager la seconde  phase qui vise à préparer les conditions des nouvelles relations commerciales entre les Britanniques et l’union européenne. Une position française qui rejoint totalement celle de l’union économique “Tant que ces sujets (la facture NDLR) ne sont pas réglés, nous ne pouvons pas ouvrir la deuxième phase de négociation”, a dit le président français lors d‘une conférence de presse à l‘issue d‘un sommet européen à Göteborg (Suède). “J‘ai réaffirmé mon souhait que les négociateurs trouvent une issue heureuse aux négociations en cours pour qu‘au mois de décembre comme nous l‘avons initialement prévu nous puissions avoir une négociation à 27 qui donnera un mandat au négociateur Barnier pour entamer la phase de négociation sur la vie d‘après”, a-t-il ajouté. “Mais, pour la France, on ne changera en rien le processus décidé et nous n‘ouvrirons en rien la négociation sur la vie d‘après tant que les conditions fixées sur la première phase ne sont pas arrêtées”, a encore déclaré Emmanuel Macron. Le problème c’est que les Britanniques veulent mener de pair la discussion sur la facture et la discussion sur les futures relations commerciales. Certains même au Royaume-Uni évoquent la perspective d’une rupture brutale sans aucune compensation financière. Mais les responsables politiques du Royaume-Uni sont très divisés sur ces questions st la première ministre Theresa May, au sein der sa propre majorité,  ne parvient pas à définir une ligne claire de négociation avec l’union européenne.

Croissance Europe : menacée par le Brexit (FMI)

Croissance Europe : menacée par le Brexit (FMI)

 

Jusque là, la croissance européenne semblait s’inscrire dans une  tendance haussière et on espérait 2.4% pour 2017. Pour 2018 la prévision est moins optimisme : seulement 2.1%. Mais cette dernière prévision pourraiat bien être impacté par des négociations du Brexit qui n’avancent  toujours pas et qui évoluent  entre un Brexit dur, c’est à dire une  rupture unilatérale du Royaume uni avec l’Union économique et un compromis avec période de transition. Face à ces incertitudes des investissements sont actuellement en stand-by.  Le FMI se veut cependant optimiste, il espère accord assorti d‘une période de transition soit conclu. Les économistes du Fonds, qui n‘ont réalisé aucun modèle n‘intégrant pas d‘accord, estiment cependant qu‘un Brexit dur risque d‘avoir un impact négatif. “Dans de telles circonstances, notre préoccupation est que la croissance économique souffrira, en particulier au Royaume-Uni, mais aussi dans la zone euro”, a-t-il déclaré. “Nous envisageons alors une croissance sensiblement plus faible que ce que nous projetons actuellement.”Le FMI soutient  la proposition de transformer le Mécanisme européen de stabilité (MES) en un organisme de prêt du type du FMI en cas de crise. “Avec une structure de gouvernance appropriée et un mandat de surveillance fort, un FME (Fonds monétaire européen) pourrait réellement renforcer la prévention et la gestion des crises”, dit le FMI qui ajoute : » La capacité à prendre des décisions rapides et cruciales sera la clé. La zone euro a souvent été à la peine lors de ses différentes crises car elle devait obtenir l‘aval des parlements nationaux sur de nombreuses mesures ».

Brexit : l’hypothèse d’une absence d‘accord (Barnier)

Brexit : l’hypothèse d’une  absence d‘accord (Barnier)

Michel Barnier, négociateur de l’Union européenne  pour le Brexit évoque l’hypothèse possible d’uen rupture brutale avec la Grande Bretagne. Une rupture sans accord. Il ménage aussi l’avenir en déclarant aussi que le scénario d’un maintien du Royaume Uni dans l’UE n’est pas complètement impossible. Cependant la rupture sans accord paraît plus vraisemblable car le Royaume Uni ne veut toujours pas entendre parler d’uen facture à régler à moins que l’Union européenne n’accorde des facilités pour le commerce avec les britanniques.  Michel Barnier met par ailleurs en garde contre ce scénario. « Un échec des négociations aurait des conséquences sur de multiples domaines, rien que sur la capacité des avions britanniques à atterrir en Europe, le Royaume-Uni quittant le ciel unique, ou sur celles des chiens et des chats à traverser le Channel! », prend-il pour exemple. Le négociateur de l’UE laisse une porte ouverte : « La seule hypothèse de commerce sans friction serait que le Royaume-Uni reste dans l’union douanière et dans le marché unique [...] C’est une option qui, pour nous, est encore possible. » Puis de regretter : « Mais le gouvernement de Theresa May a préféré quitter le marché unique et l’union douanière, et s’en tenir seulement à un accord commercial. »

Brexit sans accord ? Les britanniques radins ou inconscients ?

Brexit sans accord ? Les britanniques radins ou inconscients ?

 

Décidément les Britanniques n’en finissent pas de surprendre en menaçant maintenant d’une rupture brutale et non négociée avec l’union européenne. La vérité c’est que les Britanniques sont très divisés sur cette question. Il y a ceux qui pensent que le Brexit  constitue une idiotie économique et qu’il n’aurait jamais fallu organiser un référendum cette question. C’est l’avis  de la plupart des milieux d’affaires et des experts. Il y a les radicaux comme Boris Johnson surtout préoccupé de leur avenir politique et qui veulent faire un coup en s’éloignant rapidement et définitivement de l’union européenne. Il y a enfin ceux  qui sont conscients que le Brexit  va coûter cher à l’économie du Royaume-Uni et qu’il convient de négocier au mieux des intérêts britanniques les futures relations commerciales entre les deux parties. Mais ceux-là  sont aussi divisés sur la question de savoir s’il faut parler séparément du futur traité commercial et de la facture à payer à l’Europe. En fait ils contestent  le montant de la facture estimant autour de 20 milliards tandis que Bruxelles l’évalue entre 60 et 80 milliards. Du coup certains veulent lier les deux questions, c’est-à-dire négocier le contenu des futurs accords commerciaux et ne payer qu’en fonction de la nature de ces futurs traités. Consciente du piège Bruxelles refuse la méthode. L’  Union économique veut d’abord que la facture soit réglée ensuite discuter du contenu d’un éventuel traité pour s’opposer à la stratégie de Bruxelles.  Le ministre du commerce britannique menace tout simplement de quitter l’union européenne sans rien payer !  Le ministre du Commerce a réaffirmé que si les négociations engagées avec Bruxelles devaient échouer et si la Grande-Bretagne, une fois sortie de l‘UE fin mars 2019, se retrouvait dans le cadre des règles fixées par l‘Organisation mondiale du commerce, ce ne serait “pas exactement un scénario cauchemar”. “Mais je préférerais avoir un accord”, a-t-il ajouté. Quatre mois après le début des négociations formelles entre Britanniques et Européens, et à dix-sept mois de la date prévue du divorce, les discussions bloquent sur le montant des obligations financières dont Londres devra s‘acquitter avant de sortir de l‘UE. “Je ne sais pas quel est le montant mais il est très clair que nous ne pourrons avoir ce chiffre définitif que dans le cadre d‘un accord final, nous aimerions savoir ce que sera l’état final”, a souligné Liam Fox.

 

Brexit: « aidez-moi » ! (Theresa May à Bruxelles)

Brexit: aidez-moi ! (Theresa May à Bruxelles)

Il est clair que la première ministre britannique Theresa May s’embourbe de plus en plus dans les contradictions du Brexit. D’une part elle est de plus en plus contestée politiquement par les radicaux de sa majorité qui souhaiteraient une rupture nette et brutale avec l’union économique. Mais ces propositions sont aussi contestées par Bruxelles .l’ achoppement porte d’abord le montant de la facture due  par le Royaume uni. La première ministre britannique évalue cette facture à 20 milliards tandis que l’union économique la chiffrerait plutôt autour de 60 à 80 milliards. Deuxième point de contradiction,  Bruxelles refuse d’entamer des négociations commerciales tant que cette facture n’aura pas été réglée. Elle veut d’abord  des futures relations commerciales avant d’envisager de régler la facture financière.  Theresa May est coincée par la méthode et par Bruxelles, par  les propositions des radicaux de son camp comme Boris Johnson et les propositions plus conciliantes de certains de son parti. D’une certaine façon la situation est bloquée d’où cet appel à l’aide de la Première ministre britannique  La Première ministre britannique Theresa May a donc exhorté jeudi lors d’un sommet à Bruxelles ses homologues européens à l’aider à trouver un accord sur le Brexit qu’elle puisse ensuite défendre devant ses concitoyens. « Nous devons travailler ensemble pour arriver à un résultat que nous pouvons soutenir et défendre devant nos concitoyens », a-t-elle plaidé pendant un dîner réunissant les 28 chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE. Les Européens se réuniront à 27 vendredi matin pour faire le point, sans elle, sur les négociations. Ils ont prévu de faire un geste en acceptant de lancer des « préparations internes » en vue des futures négociations sur la relation post-Brexit que Londres attend avec impatience. Mais ils devraient rester inflexibles sur la nécessité de boucler d’abord les modalités du divorce, avant de se lancer dans une tractation commerciale. « Il n’y a pas de progrès suffisants » pour ouvrir cette deuxième phase de négociations, a insisté la chancelière allemande Angela Merkel à son arrivée à Bruxelles. Le président français Emmanuel Macron a pour sa part affirmé que les 27 allaient faire preuve d’une unité « très forte » face à Londres. « Nous sommes tous unis sur les constats, les intérêts et les ambitions », a-t-il dit.

Brexit : un coût de 400 milliards ?

Brexit : un coût de 400 milliards ?

Rabobank a tenté, dans un rapport, d’anticiper l’impact des différents scénarios sur l’économie britannique. Selon les calculs de l’établissement néerlandais Rabobank, un « hard Brexit » coûterait quelque 400 milliards de livres (18% de croissance du PIB) au Royaume-Uni d’ici à 2030, soit 11.500 livres (12.900 euros) par habitant. Un handicap dû en partie à des volumes d’exportations en baisse de 30% et à un capital de recherche et développement en diminution de 12%, affirme la banque. Les autres scénarios déboucheraient sur une perte de croissance de 12,5% du PIB (9.500 livres par habitant) dans le cas d’une signature d’accord de libre-échange d’ici au 29 mars 2019 et de 10% du PIB (7.500 livres) dans l’hypothèse d’un « soft Brexit« , où le pays quitterait l’union douanière mais resterait dans le marché unique. Pour l’heure, le gouvernement britannique a totalement exclu la troisième option, qui l’empêcherait de limiter la libre circulation des personnes et donc de réduire l’immigration. A noter par ailleurs que les conclusions de Rabobank sont beaucoup plus pessimistes que celles rendues par le think tank du Parlement européen, lundi. Après avoir établi une moyenne des résultats d’études menées par plusieurs organismes et institutions, dont l’OCDE qui appelle ce mardi à l’annulation du processus pour « sauver l’économie », le rapport conclut qu’un « soft Brexit » coûterait 33,8 milliard d’euros (1,3% du PIB) au Royaume-Uni d’ici à 2030 contre 108,6 milliards d’euros (4,21% du PIB) en cas de « hard Brexit ». Le Trésor britannique, lui, se situe entre les deux. A en croire les estimations communiquées, une sortie sans accord coûterait 193 milliards d’euros (7,5% du PIB) au pays.

 

Brexit: May va proposer 20 mds pour une facture de 70 à 100

Brexit: May va proposer 20 mds  pour une  facture de 70 à 100

 

 

Alors que l’union économique évalue la facture du Brexit entre 70 et 100 milliards d’euros, la Première ministre britannique Theresa May  propose de verser 20 milliards d’euros pour solder le divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne  selon le Financial Times. Jusqu’alors les négociations étaient pratiquement bloquées puisque l’union européenne exigeait  le paiement de cette facture avant d’envisager une négociation sur les nouvelles relations commerciales avec  le Royaume-Uni. D’une certaine manière la première ministre britannique essaye de prendre au piège l’union économique. Elle veut verser un premier acompte qui lui permettrait d’engager la question essentielle des relations commerciales futures quitte en fonction de cette négociation à verser ou non le reliquat. Jusqu’alors les chiffres avancés pour la facture du Brexit demeuraient  cependant relativement officieux, Plusieurs hauts représentants de l’UE ont affirmé auprès de l’AFP que la facture à régler par les Britanniques serait plutôt comprise entre 60 et 100 milliards d’euros. La contribution nette de Londres au budget de l’UE en 2015, dernier chiffre disponible, s’était montée à 10,75 milliards d’euros, selon des documents de la Commission européenne et du Parlement européen. Le montant de 20 milliards d’euros ne serait donc que la somme due par les Britanniques pour solder leur engagement envers le budget de l’UE, budget voté pour sept ans et qui court jusqu’en 2020. « Mais ce versement n’effacerait pas l’ardoise » britannique totale concernant leurs divers engagements financiers auprès de l’UE, selon un diplomate de haut rang auprès de l’UE cité par le FT.

Brexit : la facture qui bloque

Brexit : la facture qui bloque

 

 

Selon les Britanniques la facture de la rupture avec l’union économique ne dépasserait pas 50 milliards d’euros mais pour Bruxelles le montant serait davantage proche de 100 milliards. En outre et surtout les Britanniques ne seraient prêts à régler leur compte financier que si l’UE accepte de discuter en même temps des conditions relatives aux échanges commerciaux. Ce que refuse Bruxelles qui veut d’abord une rupture claire avec paiement de ce que doit le Royaume-Uni. Ensuite seulement Bruxelles acceptera de parler du futur traité commercial entre le Royaume-Uni et l’union économique. Bref le dialogue de sourds continue. Le solde que devra verser le Royaume-Uni pour honorer ses engagements financiers au sein de l’UE est officieusement évalué côté européen entre 60 et 100 milliards d’euros, mais ce montant est contesté par le Royaume-Uni. « Ce qu’on dit, c’est ‘vous nous avez donné cette énorme facture, nous allons la vérifier ligne par ligne’ », a indiqué David Davis. Ce règlement financier « est une obligation légale estime l’UE. Nous répondons que ce n’est pas le cas », a avancé M. Davis. Michel Barnier « veut nous mettre la pression, ce qui explique sa position lors de la conférence de presse – franchement, je pense que ça semblait absurde parce qu’il y a clairement des choses que nous avons faites », a déclaré David Davis. Le ministre a notamment mis en avant les avancées obtenues sur les affaires relatives à la santé et à la sécurité sociale. Face à ces questions « incroyablement importantes », il a regretté que les négociateurs européens « ne parlent pas du futur: ils ne parlent que de la procédure de divorce ».

 

Brexit : le gouvernement britannique joue la montre

Brexit : le gouvernement britannique joue la montre

Le conflit entre les autorités britanniques et Bruxelles demeurent. Du côté britannique,  on se refuse à une rupture avec l’union européenne qui entraînerait le paiement de sa dette (40 milliards pour le Royaume-Uni mais une estimation de 60 à 100 milliards pour Bruxelles). Pour Londres,   de questions fondamentales sont liés la dette du Royaume-Uni et doivent êtres  associées au résultat des négociations commerciales concernant les futurs échanges entre les deux zones économiques. Pour Bruxelles,  ces deux  questions doivent  être dissociées : le Royaume-Uni doit payer le prix de sa rupture avec l’union économique et ensuite seulement peuvent être engagé des négociations commerciales. Reste aussi la question de la libre circulation des citoyens européens. La négociation pour l’instant s’enlise dans les atermoiements de Londres qui finalement s’accommoderait bien d’une période de transition pour jouer sur les deux tableaux ; à savoir  retarder le paiement de la dette tout en continuant à  bénéficier  le plus longtemps possible des conditions actuelles d’échange commercial entre les deux zones. Le gouvernement de Theresa May doit présenter cette semaine cinq nouvelles propositions pour dessiner les futurs liens entre Londres et Bruxelles, y compris concernant la manière de résoudre d’éventuels conflits sans  »une compétence directe de la Cour de justice de l’Union européenne » (CEJ), a déclaré David Davis, ministre britannique du Brexit. Ce dernier a demandé à l’Union européenne de faire preuve de souplesse en vue de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. « Je crois fortement que les premiers tours de table ont déjà démontré que de nombreuses questions liées à notre retrait étaient inextricablement liées avec nos futures relations », explique-t-il dans le Sunday Times. « Les deux camps doivent avancer rapidement vers la négociation sur notre futur partenariat et nous souhaitons que cela ait lieu après le Conseil européen en octobre », ajoute-t-il. Les Européens continuent de faire valoir qu’ils souhaitent que des « progrès suffisants » soient accomplis dans la première phase des pourparlers sur les droits des expatriés, les frontières avec l’Irlande et la compensation financière attendue de Londres avant d’aborder le problème des relations à venir. Les dirigeants britanniques font, eux, valoir que la question de la frontière avec l’Irlande et celle des droits dus par Londres ne peuvent pas être réglées tant que ne sont pas discutés les termes des futures relations.

Brexit : Londres veut le beurre et l’argent du beurre de l’Irlande

Brexit : Londres veut le beurre et l’argent du beurre de l’Irlande

 

 

Le Royaume- uni pense avoir trouvé la martingale sortir de l’imbroglio des négociations concernant le Brexit. . Pourtant, la ficelle semble toutefois un peu grosse puisque Londres propose de quitter l’union économique mais de supprimer la frontière avec l’Irlande. Ce qui lui permettrait indirectement de continuer à bénéficier des conditions actuelles de commerce avec l’union européenne via l’Irlande. Une proposition qui ne peut évidemment être acceptée par Bruxelles l qui considère qu’il n’y a que deux positions sheaspeariennes : être ou ne pas être dans l’union économique. Bruxelles n’a eu de cesse de répéter que le pays ne devait pas s’attendre à bénéficier après le Brexit des mêmes avantages que ceux procurés par une appartenance à l’UE. En clair, quitter l’Union européenne, c’est quitter à la fois le marché unique et l’union douanière. Et d’autre part, laisser un pays de l’UE sans frontière avec le Royaume-Uni après le Brexit serait une exception a priori invraisemblable. Ainsi, en liant cette question à celle des futures relations commerciales, le gouvernement britannique tente de forcer la main au club des 27. Mais, pour les responsables européens, ce n’est pas la bonne façon de procéder. Bruxelles n’a cessé de le marteler : il faut d’abord régler ces trois sujets prioritaires, à savoir le sort des citoyens européens après la séparation, le montant de la facture de sortie, et la question de la frontière irlandaise, et cela, avant toute négociation commerciale. « Nous avons des principes très clairs. Notre priorité est de s’entendre sur l’absence d’infrastructures frontalières qui seraient un retour aux postes-frontières du passé, ce qui est totalement inacceptable pour le Royaume-Uni », a écrit le ministère de David Davis en charge des négociations du Brexit dans un communiqué.

 

Brexit : période de transition, l’UE dit non

Brexit : période de transition, l’UE dit non

Finalement les négociations sur le Brexit  demeurent toujours au même point.  Côté britannique,  on souhaite surtout parler des conditions d’échange entre le Royaume-Uni et l’union économique. Mais côté Bruxelles, on souhaite d’abord le retrait clair et net du Royaume-Uni et le paiement de la facture avant de discuter des futures dispositions douanières entre les deux zones. Pas question non plus pour l’union européenne d’accepter le concept d’union douanière temporaire qui ne serait en fait que le prolongement des dispositions actuelles. Cela sans doute pour une période indéterminée dont pourrait parfaitement se satisfaire le royaume uni tellement son problème d’un retrait net et rapide de l’union européenne est complexe. L’UE n’abordera la question de sa nouvelle relation avec le Royaume-Uni qu’après avoir avancé sur les priorités de négociations fixées par les deux parties, a rappelé mardi la Commission européenne en réponse au souhait de Londres de négocier une « union douanière temporaire » après le Brexit. « Nous prenons note de la demande du Royaume-Uni pour une période de mise en oeuvre, et sa préférence en ce qui concerne la future relation, mais nous n’aborderons (ces questions) qu’une fois que nous aurons fait suffisamment de progrès sur les conditions d’un retrait ordonné », a indiqué un porte-parole de la Commission européenne, en charge de la négociation au nom des 27 pays restants de l’UE. La Commission réitère ainsi la position prise par les Etats membres, qui ont fixé trois thèmes à trancher en priorité: le sort des citoyens de l’UE au Royaume-Uni après son départ de l’UE, la facture de sortie, et la question de la frontière entre l’Irlande et la province britannique d’Irlande du nord.

Brexit: toujours la confusion

Brexit: toujours la confusion

Le moins que l’on puisse dire c’est que ces une certaine confusion qui règne à Londres sur la manière d’aborder la négociation du Brexit. Il y a d’abord l’opposition entre l’union européenne et le Royaume-Uni concernant l’ordre du jour de ces discussions. L’union européenne souhaite que les Britanniques règlent d’abord la facture dont le montant serait de 60 à 100 milliards mais que les Britanniques chiffreraient à 40. De son côté, le gouvernement du Royaume-Uni veut d’abord discuter des futures relations commerciales avec l’union économique. Et sur cette question il y a divergence au sein même du gouvernement britannique avec ceux qui souhaitent quitter rapidement l’union économique et ceux qui souhaitent une période de transition. En clair, ces derniers  souhaitent donner du temps au temps afin le plus longtemps possible  bénéficier des conditions actuelles d’échange entre les deux zones économiques. Pour masquer ses divergences le ministre du commerce en faveur du Brexit et le ministre des finances en faveur du maintien dans l’union ont publié un communiqué commun toujours aussi confus.  Londres souhaite discuter le plus rapidement possible de ses relations avec l’Europe après le Brexit pour rassurer à la fois ses entreprises, ses ressortissants et les investisseurs. Mais Bruxelles insiste pour qu’il y ait d’abord un accord sur les conditions du divorce, notamment financières. « Nous devons passer à la négociation des questions les plus importantes autour de notre futur partenariat pour être sûr de parvenir à un accord qui renforce le Royaume-Uni et l’UR », dit le ministre du Brexit, David Davis, dans un communiqué. Londres passe à l’offensive alors que deux poids lourds du gouvernement de Theresa May, le ministre du Commerce pro-Brexit Liam Fox et le ministre des Finances pro-européen Philip Hammond, ont publié dimanche une tribune commune plaidant pour une période de transition limitée dans le temps, signe d’un rapprochement entre les deux camps. Les services de David Davis se disent prêts à rendre public leurs projets, y compris sur les futures relations douanières avec l’UE et sur la question délicate de la frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande. « Nous avons été très clairs sur le fait que les questions soulevées par notre départ (de l’UE) et notre futur partenariat sont inextricablement liées », dit-on de source au ministère du Brexit. « Ces documents montrent que nous sommes prêts à élargir les négociations », ajoute-t-on.  La prochaine session de négociations est programmée à la fin du mois. La nouvelle initiative britannique semble destinée à répondre aux critiques de Bruxelles sur l’impréparation dont ferait preuve le gouvernement de Theresa May, auquel des responsables européens ont reproché le mois dernier non pas d’avoir des demandes inacceptables, mais de ne pas avoir de position du tout sur de nombreux dossiers.

Brexit : «pire calamité » (Chapman) depuis la Guerre

 Brexit : «pire calamité » (Chapman) depuis la Guerre  

Les responsables du Brexit mérite la prison et le Brexit est la pire calamité déclare l’ancien bras droit de l’actuelle ministre David Davis  chargé de négocier la rupture avec l’union européenne. D’après James Chapman qui a été pendant un an, après le référendum sur le Brexit de juin 2016 et jusqu’à sa démission en mai, le principal collaborateur de David Davis et ses propos ont rencontré mercredi un certain écho. « C’est, j’en ai bien peur, la pire calamité pour notre pays depuis la Guerre », a-t-il dit du Brexit. Dans un tweet envoyé mardi soir, il a en outre invité des députés « de tous les partis, ayant un peu de sens commun à se rassembler dans un nouveau parti, s’il le faut, et à renverser » la tendance qui va vers un Brexit dans moins de deux ans.  Selon le Guardian, James Chapman n’a pas envoyé qu’un tweet, il s’agit en fait d’une véritable campagne d’opinion sur le réseau social où il interpelle les ministres les uns après les autres à propos de la rupture avec l’UE. Il a ainsi tout récemment apostrophé Karen Bradley, la secrétaire d’Etat à la Culture, sur le possible départ des grands radiodiffuseurs américains qui quitteraient Londres pour s’installer à Amsterdam à cause du Brexit. De fait, rapportait The Independant mardi 8 août, les médias internationaux (Discovery Communications, Time Warner, Walt Disney…) étudient les solutions de rechange pour la localisation de leurs activités face à une situation qui leur pose nombre de difficultés. Et ainsi de suite, sur les sujets du transport aérien, de la recherche médicale… « Soyons honnêtes, si nous avions une loi électorale efficace, les meneurs du Brexit seraient aujourd’hui en prison ».

12345...7



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol