Archive pour le Tag 'Brexit: Boris'

Brexit : Boris Johnson dans le potage

Brexit : Boris Johnson dans le potage

 

 

Boris Johnson a bien été contraint de reconnaître qu’il avait échoué dans ses objectifs relatifs au brexit. D’une part contrairement à ce qu’il a affirmé, le Brexit  n’est pas intervenu à la date symbole 31 octobre mais a encore été repoussé en janvier 2020 mais en outre Johnson été contraint d’accepter un accord de transition avec l’union européenne alors qu’il avait annoncé la probabilité d’un brexit  dur.  En fait Boris Johnson s’est englué aussi dans la complexité d’une rupture avec l’union européenne et avoue -même ne pas savoir quand exactement le vrai brexit,  c’est-à-dire la rupture définitive avec l’union européenne, interviendra. De toute manière, il n’est pas certain que Boris Johnson soit très affecté par cette défaite. En effet, il faut rappeler qu’au départ Boris Johnson n’était pas favorable au brexit. Il n’est il ne l’est devenu que pour contester les premiers ministres en place avec l’objectif unique de les remplacer. Il espère maintenant que les élections du 12 décembre lui permettront d’obtenir une majorité dont il ne dispose pas actuellement et surtout que cette majorité le confortera dans son poste de premier ministre. Le problème c’est que les contradictions de Boris Johnson et son entêtement ont réveillé les velléités d’indépendance chez les Irlandais  mais aussi chez les Écossais voire chez les Gallois. L’hypothèse d’un éclatement du Royaume-Uni n’est pas à écarter. Le prix politique et économique du brexit  pourrait alors peser lourdement sur  l’opinion publique. Le pire ce sont sans doute les incertitudes qui minent l’économie du Royaume -Uni sans doute pour des années.

Le dirigeant conservateur a par ailleurs critiqué le président américain Donald Trump, son ami et allié, qui avait jugé jeudi sur les ondes de la radio britannique LBC, que l’accord négocié avec l’Union européenne ne permettait pas de conclure « d‘accord commercial avec le Royaume-Uni« . « Je ne souhaite pas dénigrer le président, mais à cet égard, il commet une erreur manifeste. Quiconque regarde notre accord peut constater que c’est un excellent accord« , a déclaré Boris Johnson.

« La raison pour laquelle il si douloureux d’avoir ce report n’est pas à cause des promesses ou de mon ego ou autre, mais à cause de l’incertitude que cela signifie pour tout le pays. Les entreprises ne peuvent pas faire de prévisions, les familles ne peuvent pas faire de prévisions, les gens ne savent pas quand va avoir lieu le Brexit », a déploré Boris Johnson.

 Expliquant redouter davantage de retard si le Labour, principal parti d’opposition, arrivait au pouvoir à la suite des élections du 12 décembre, il a jugé « folle » la proposition de ce parti de renégocier un accord de sortie et de le soumettre au vote des Britanniques. Boris Johnson a aussi déclaré qu’il ne voyait « aucune raison » de prolonger la période de transition après le Brexit au delà de la date prévue de décembre 2020, estimant que les négociations commerciales « devraient être extrêmement simples ». Le problème c’est que les négociations commerciales de ce type demandent en général des mois et des mois voire des années. Ou à leur le Royaume-Uni pourrait toujours choisir de se conformer aux seules règles de l’organisation mondiale du commerce mais ce qui entraînerait un renchérissement considérable des droits douaniers et donc un handicap supplémentaire sur la compétitivité.

 

Report du Brexit: Boris Johnson mange son chapeau

Report du  Brexit: Boris Johnson mange son  chapeau

En dépit de ses déclarations grandiloquentes, Boris Johnson a bien été obligé de manger son chapeau en acceptant le report de  la date du brexit au 31 janvier 2020. – Johnson a bien été contraint par la chambre des communes de renoncer à sa promesse de rupture  totale le 31 octobre avec sans accord. Il devra aussi se soumettre au principe même d’un accord. Cet accord provisoire existe, c’est en gros le texte qui avait déjà été négocié entre l’union européenne et Teresa May avec toutefois une modification relative aux droits douaniers en Irlande du Nord. De toute manière, cet accord ne vaudra que pendant une période de transition qui risque de durer assez longtemps. En effet; il  faudra négocier un accord définitif qui réglera les conditions d’échange entre le Royaume-Uni et l’Europe. La négociation de ce texte pourra demander des mois voire des années. En outre,  il faut intégrer la possibilité d’une évolution politique au Royaume-Uni. Cette évolution politique est souhaitée par Boris Johnson lui-même. Le Premier ministre est en effet englué à la chambre des communes faute de majorité. Reste à savoir si une autre majorité pourrait se dégager en faveur de Boris Johnson après d’éventuels élections législatives. Dans l’immédiat, ces élections législatives auront pas lieu.

En effet La Chambre des communes a rejeté hier  soir la tenue d’élections anticipées le 12 décembre prochain que réclamait le Premier ministre britannique Boris Johnson. Seuls 299 élus ont voté en faveur de ce retour anticipé aux urnes ; il en fallait 434 pour que le chef du gouvernement réunisse la majorité qualifiée des deux tiers des élus et obtienne gain de cause sur sa requête. Bref le feuilleton du site pourrait durer encore longtemps et l’hypothèse d’un maintien du Royaume-Uni dans l’union économique ne peut être totalement écartée. Face à ce revers, Boris Johnson attribue son échec à la position de la chambre des communes :

 

“Je n’avais aucune latitude en vertu de la loi sur le retrait de l’Union européenne, qui a été imposée à ce gouvernement contre son gré, de faire quoi que ce soit d’autre que de confirmer l’accord formel du Royaume-Uni à cette extension”, écrit Johnson dans sa lettre à Tusk

“Cette prolongation indésirable de l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE est préjudiciable à notre démocratie”, ajoute-t-il.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol