Archive pour le Tag 'brevet'

Bac et brevet cadeau en 2020

Bac et brevet cadeau en 2020  

 

Il est clair maintenant que l’école ne reprendra pas au moins avant la rentrée. Cela y compris pour   les classes  du bac ou du brevet. C’est un peu la situation de 1968 qui se reproduit. À la suite des événements,  des dispositions particulières avec été prises pour tenir compte de la suspension des cours. Du coup, les résultats du bac qui en moyenne à l’époque se situaient autour de 67 % sont passés miraculeusement à 80 % en 68 pour retomber l’année suivante à des chiffres plus habituels. Un phénomène semblable pourrait se produire en 2020 en raison du Coronavirus mais pas seulement.

 

On connaît l’attachement des Français au diplôme et notamment au bac et le pouvoir est en grande difficulté politique. Englué dans ses réformes, il a profité de la pandémie pour les  suspendre et sans doute les annuler. Il se concentre uniquement sur le Coronavirus sujet plus consensuel en espérant que l’unité nationale sauvera du désastre électoral le part en marche en pleine décomposition. Un parti  complètement incapable d’exister lors des élections municipales  qui anticipent  sans doute les futures élections législatives. Même la candidature de Macron est en cause puisque Coronavirus ou pas sa politique économique et sociale est toujours condamnée par environ 70 % de la population.

 

Il n’y a que les sondages plus ou moins bidon des journaux propriétés des financiers qui parviennent à lui accorder autour de 40 % de confiance. Un petit cadeau aux familles à travers le bac sera le bienvenu pour aider à la remontée de Macron dans l’opinion. De toute façon cela n’aura pas une grande incidence sur le niveau puisque déjà le bac est accordé 90 % environ des candidats.

 

Tout sera donc validé par le contrôle continu, à 100 %. Pour cause de Covid-19 et surtout de confinement, il n’y aura pas d’écrits pour les épreuves du bac, ni pour le brevet. Tel est le schéma annoncé vendredi matin par le ministre de l’Education. « J’ai proposé ces aménagements au président de la République et au Premier ministre qui ont accepté cette formule », a déclaré Jean-Michel Blanquer. Une solution mixte (qui aurait associé contrôle continu et une ou deux épreuves écrites) est donc écartée.

Pour le bac en terminale (séries générales et technologiques), c’est la moyenne des notes obtenues pendant les trois trimestres de l’année qui sera prise en compte. Avec un bémol de taille : les notes obtenues pendant la période de confinement ne seront pas intégrées à cette moyenne, afin de ne pas léser les élèves qui subissent ce confinement dans des conditions différentes.

Les notes des épreuves anticipées, obtenues en classe de première, sont conservées. Un jury d’examen sera réuni par académie pour examiner individuellement la situation et le dossier de chaque élève. Ce jury s’assurera de « l’équité et de l’harmonisation des différentes notations entre les établissements », a précisé le ministre. « L’assiduité » des candidats sera également vérifiée.

Les oraux de rattrapage (moyenne comprise entre 8 et 10 sur 20) se dérouleront « dans les conditions habituelles ». Pour les candidats n’ayant pas été reçus à la session de juin-juillet, ils pourront, sous réserve de l’accord du jury d’examen, participer à la session de septembre.

Pour les candidats des lycées professionnels (BEP, CAP, Bac pro), les mêmes modalités de contrôle continu sont prévues.

En classe de 1ère, pour les épreuves anticipées du bac, la même logique prévaut. Pour le français, la moyenne des notes obtenues pendant l’année comptera (sans prendre en compte celles obtenues pendant le confinement). En revanche, l’épreuve orale est maintenue. Elle se déroulera « fin juin-début juillet », a dit le ministre, qui n’en a pas précisé les modalités (très dépendantes évidemment de la date de fin du confinement).

Le nombre de textes de français qu’un candidat doit présenter est réduit : 15 pour la voie générale, 12 pour la voie technologique.

La deuxième série des épreuves communes de contrôle continu (E3C, en vigueur depuis la réforme du bac), qui devait se dérouler après les vacances de printemps, n’aura pas lieu. Pour ce contrôle continu, ce sont les résultats obtenus à la première série (déjà passée au deuxième trimestre 2020) et ceux de la troisième série (à venir en terminale) qui compteront à terme.

Les autres épreuves anticipées en première – enseignement de spécialité non poursuivi en terminale et enseignement scientifique du tronc commun – seront évaluées par le contrôle continu.

Pour la 3e, le brevet est également obtenu via le contrôle continu. La moyenne des notes des trois trimestres compte (sauf les notes obtenues pendant le confinement).

Brevet des collèges : 86,5% de réussite ; comme le Bac, un chiffre calculé

Brevet des collèges : 86,5% de réussite ;  comme le Bac, un chiffre calculé

  • Cette information de 86,5 % de réussite au brevet des collèges va sans doute surprendre les plus anciens qui ignoraient sans doute que ce diplôme existait encore. On ne sait pas très bien quel peut-être son intérêt ; il suivra sans doute le sort de l’ancien certificat d’études primaires. ,Sans doute pour les mêmes raisons que le brevet voire le bac. Cependant,  le certificat d’études primaires n’était pas distribué comme des poignées de mains avant la guerre. C’était même parfois considéré comme un honneur de passer cet examen. Un examen dont le contenu n’était pas inférieur à celui de certains bacs aujourd’hui. Un examen perd évidemment de sa légitimité quand il est accordé à près  que 100 % des inscrits. Un peu plus de 703.300 collégiens ont été admis au brevet en 2019, soit un taux de réussite de 86,5%, en baisse de 0,6 point par rapport à l’année précédente, selon les résultats provisoires publiés vendredi par l’Éducation nationale. Dans le détail, 20,5% des candidats ont obtenu la mention très bien, 21,1% la mention bien, 21,8% assez bien et 23,1% ont été reçus sans mention. au baccalauréat, il y a eu 88,1% de réussite(en 2018 : 88,3%) ? Un résultat calculé. Pourtant il n’était pas  facile pour le ministre de l’éducation de trouver le bon équilibre concernant les reçus En général, le nombre de reçus augmente régulièrement sans doute pour montrer aussi l’efficacité du système scolaire. Dans les années 1960 pour le bac, 60 % étaient reçus pour environ 90 % aujourd’hui. De nombreux experts de l’éducation constatent cependant une nette dégradation des niveaux. Cette année, le ministre de l’éducation doit en plus faire face à la grève de certains correcteurs. Il ne peut évidemment décevoir élèves et parents. En même temps, comme il prévoit une réforme assez importante des filières, il ne peut pas non plus afficher des résultats trop positifs qui pourraient nourrir des interrogations sur le bien-fondé de sa réforme. Il faut donc trouver le juste équilibre politique !  

Éducation –grande réforme : suppression du brevet des collèges

Éducation –grande reforme :  suppression du  brevet des collèges

Grande réforme structurelle dans l’éducation, cette fois Belkacem met le paquet avec la quasi suppression du brevet des collèges. Cette réforme aura au moins le mérite de rappeler que ce brevet existe encore ! Un diplôme complètement désuet, qui ne sert à rien, ne débouche sur rien. On ferait sans doute mieux de traiter du bac lui aussi en voie d’obsolescence dans sa forme actuelle notamment parce  qu’il est distribué à environ 90% des candidats. Encore un effort et Belkacem proposera supprimera le certificat d’études primaires ( supprimé en 1989). Un certificat d’études primaires dont le taux de réussite était de l’ordre de 25% en 1900 et dont nombre de bacheliers aujourd’hui sérient bien incapables de passer avec succès les épreuves.( en particulier les bacs  pro qui mènent tout droit à Pôle emploi).  . Retour sur l’histoire ( Wikipédia). C’est le 20 août 1866 que sous l’impulsion de Victor Duruy, une circulaire met en place un certificat d’études primaires. En 1882, celui-ci est institué par la Loi Jules Ferry du 28 mars 1882, qui rend l’instruction primaire obligatoire de 6 à 13 ans.  C’est ainsi que pendant longtemps, pour la majorité des lauréats, il marque la fin de l’instruction obligatoire et l’entrée dans la vie active. Le certificat d’études primaires sanctionnait une scolarité primaire plus longue que celle d’aujourd’hui (2006). Il couronnait un cursus de sept ans : après les deux années de cours moyen, il y avait encore deux années de Classe de fin d’études primaires, suivies par des élèves qui n’étaient pas entrés dans l’enseignement secondaire. En 1936, la loi Jean Zay prolonge l’instruction obligatoire jusqu’à 14 ans. En 1946, le certificat d’études primaires s’adresse prioritairement aux élèves qui ne sont pas entrés au collège ou dans un cours complémentaire (CC) mais, le plus souvent, les directeurs et maîtres de cours complémentaire (les collèges des quartiers « populaires » de l’époque) demandent à leurs élèves d’en passer les épreuves entre la classe de 6e et celle de 3e. La réforme de 1959 du ministre de l’Éducation nationale, Jean Berthoin, prolonge l’instruction obligatoire jusqu’à 16 ans. Les classes de fin d’études primaires disparaissent peu à peu, avec l’allongement de la scolarité obligatoire, puis la mise en place du collège unique en 1975. En 1972, le certificat d’études primaires ne s’adresse plus qu’aux adultes et en 1987, ils sont moins d’une centaine de candidats. Cette très importante diminution est due au fait que le certificat d’études était le premier niveau de diplôme exigé pour pouvoir être titularisé dans la fonction publique. Mais à partir de 1983, les personnes qui ne sont plus soumises à l’obligation d’instruction (âgées de 16 ans et plus), sans diplôme et sans qualification professionnelle reconnue, peuvent présenter le Certificat de formation générale (CFG), son obtention donne l’équivalence du CEP. Et le 28 août 1989, par le décret n° 89-607, le certificat d’études primaires est supprimé, mettant fin à une existence de plus de cent ans.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol