Archive pour le Tag 'Brésil'

Covid Brésil : un rapport sénatorial accuse Bolsonaro de crimes

Covid Brésil : un rapport sénatorial accuse Bolsonaro de crimes

 

Bolsonaro est officiellement accusé du crime par unrapport sénatorial à propos de son incurie et de ses provocations vis-à-vis de la gestion du covid. Ce rapport recommande même son inculpation. Mais comme la justice est noyautée par le président, il faudra sans doute attendre sa défaite aux prochaines présidentielles pour qu’il soit officiellement inculpé.

 

Le rapport parlementaire (CPI) recommande l’inculpation du président Jair Bolsonaro pour neuf crimes, dont «crime contre l’humanité».  Sept des 11 sénateurs ayant mené les travaux de la commission ont approuvé en soirée le texte de près de 1.200 pages qui demande l’inculpation du président pour, notamment, «crime contre l’humanit黫prévarication»«charlatanisme» et «incitation au crime». À l’issue du vote, les sénateurs ont observé une minute de silence en hommage aux plus de 606.000 Brésiliens décédés du Covid-19.

 

Pour la CPI, ces crimes sont «intentionnels», le gouvernement ayant délibérément décidé de ne pas prendre les mesures nécessaires contre le coronavirus, espérant que la population atteigne «l’immunité collective», une stratégie «à haut risque». La CPI a notamment dénoncé le «retard délibéré» dans l’acquisition de vaccins, le gouvernement ayant préféré promouvoir des traitements inefficaces comme l’hydroxychloroquine, avec des «conséquences tragiques» pour la population. La CPI a aussi enquêté sur les responsabilités gouvernementales dans la pénurie d’oxygène qui a tué des dizaines de patients à Manaus (nord), et sur les relations entre Brasília et des mutuelles de santé privées. L’une d’elles, Prevent Senior, est soupçonnée d’avoir mené, à l’insu de ses patients, des expériences avec des traitements précoces et d’avoir fait pression sur ses médecins pour les prescrire à des «cobayes humains».

mains».

Cop 26: le Brésil veut monnayer « la lutte » contre la déforestation

Cop 26: le Brésil veut monnayer « la  lutte » contre la déforestation

 

Changement de tonalité au Brésil désormais qui vous désormais monnayait sa lutte contre la déforestation. Il s’agit en fait d’une dialectique habile de la part du Brésil pour retourner la responsabilité du massacre de la forêt sur la communauté internationale. Il est clair que le Brésil n’a jamais lutté contre la déforestation; bien au contraire, il l’a a largement favorisé au nom d’intérêts agricoles de grandes sociétés. Le gouvernement brésilien réclame maintenant entre 30 et 40 milliards à la communauté internationale pour compenser sa lutte contre la déforestation. En réalité une sorte de prime à l’écocide de Bolsonaro.

 

Cette demande financière est également justifiée par une situation économique désastreuse dans le pays. Sans parler évidemment de la dégradation sociale et démocratique. Les propos du gouvernement brésilien, à contre-courant de tout ce qui a été dit et fait précédemment ne manquent pas de surprendre et même de scandaliser :

 

 «L’Amazonie représente environ 50% du territoire brésilien. Si nous devons en maintenir 80% intacts, non seulement en raison de notre propre législation mais aussi pour coopérer avec le reste du monde afin d’empêcher ce changement radical du climat… Nous parlons quand même de préserver 10 Allemagnes», a déclaré lundi 25 octobre le général  Hamilton Mourao vice président du Brésil,  à la presse. Le Brésil «devrait être indemnisé pour avoir fait ce travail au nom du reste de l’humanité, il doit y avoir une négociation (…) dépassionnée, respectueuse et en utilisant les armes de la diplomatie», a-t-il dit.

Brésil: Bolsonaro contre la vaccination mais son épouse se fait vacciner aux États-Unis !

Brésil: Bolsonaro contre la vaccination mais son épouse se fait vacciner aux États-Unis !

Bolsonaro  n’est pas une contradiction près puisqu’il milite contre la vaccination. Par contre son épouse, elle, s’est déplacé aux États-Unis pour recevoir le vaccin antique vide. «Recevoir le vaccin est une décision personnelle. Mon épouse, par exemple, a décidé de se faire vacciner aux États-Unis. Moi, non», a dit le chef d’État d’extrême droite dans un entretien publié vendredi par la revue Veja. Jair Bolsonaro, qui assure qu’il serait le «dernier» Brésilien à se faire vacciner, était à New York lundi et mardi, et y a fait le discours d’ouverture de l’Assemblée générale des Nations unies, comme le veut la tradition.

Brésil : Bolsonaro tombe à 22 % de soutien dans un sondage

Brésil : Bolsonaro tombe à 22 % de soutien dans un sondage

La cote de popularité du président brésilien a baissé à son niveau le plus bas en près de trois ans de mandat, avec seulement 22% d’opinions favorables, selon un sondage de l’institut Datafolha publié jeudi 16 septembre.

Seules 22% des personnes interrogées jugent la gestion du président d’extrême droite « bonne » ou « très bonne », contre 24% en juillet, selon ce premier sondage publié après les grandes manifestations que Jair Bolsonaro avait convoquées le 7 septembre pour galvaniser ses soutiens.

Le pourcentage d’opinions défavorables est passé à 53%, contre 51% en juillet et 45% en mai, pour ce sondage mené par cet institut de référence auprès de 3 667 personnes, du 13 au 15 septembre.La situation économique du Brésil s’est par ailleurs dégradée, avec une inflation galopante et une crise énergétique causée par une sécheresse historique.

Brésil : Bolsonaro menace la Cour suprême

Brésil : Bolsonaro menace la Cour suprême

 

La  Cour suprême du Brésil a ordonné l’ouverture d’une enquête contre le Président après ses attaques constantes et sans preuves contre le système électoral. En réplique, le président brésilien organise une manifestation pour discréditer les juges qui avaient ouvert une enquête contre le chef de l’État pour  »abus de pouvoir politique et économique (…) dans ses attaques contre le système de vote électronique et la légitimité des élections de 2022″.

Les manifestations prévues le 7 septembre représenteront un «ultimatum» pour deux juges de la Cour suprême avec lesquels Jair Bolsonaro a entamé un bras de fer depuis plusieurs semaines, a averti vendredi 3 septembre le président brésilien.

Le chef de l’Etat, qui a traité le juge Barroso d’«imbécile» à plusieurs reprises, fait régulièrement état de «fraudes» électorales – sans jamais présenter de preuve -, estimant notamment qu’il aurait dû être élu dès le premier tour en 2018. Il a également jeté le doute sur la tenue de la présidentielle de 2022, affirmant par exemple en juillet: «Ou nous faisons des élections propres au Brésil, ou il n’y aura pas d’élections».

Brésil: Bolsonaro en guerre contre la justice !

Brésil: Bolsonaro en guerre contre la justice !

Paradoxalement Bolsonaro  qui a instrumentalisé la justice pendant longtemps pour empêcher toute concurrence et même mettre son principal rival Lola en prison est aujourd’hui en guerre contre cette même justice. Comme Trump, Bolsonaro  au met en cause par avance les résultats de l’élection présidentielle pour laquelle  les sondages ne lui donnent aucune chance . De ce faite, le président brésilien remet en cause- sans aucune preuve - la fiabilité du vote électronique, en vigueur depuis 1996, et exige le retour à une forme de bulletin papier. Sa fureur s’est intensifiée jeudi dernier quand un juge de la Cour suprême, Alexandre de Moraes, a ordonné l’ouverture d’une enquête pour diffusion de «fausses informations» sur le système de vote. La Cour suprême devra vérifier si le président Bolsonaro est coupable, entre autres, d’«injure, diffamation et dénonciation calomnieuse». Jair Bolsonaro a accusé le magistrat d’«intimidation» et l’a menacé, de manière énigmatique mais pleine de sous-entendus: «Son heure va arriver.»

Brésil: Lula encore innocenté

Brésil: Lula encore innocenté

 

L’ancien juge Sergio Moro à la botte du pouvoir a été complètement contredit par un juge de la cour suprême au Brésil. Un magistrat de la Cour suprême du Brésil (STF) a en effet annulé jeudi 24 juin deux nouvelles procédures qui avaient été lancées à l’encontre de Luiz Inacio Lula da Silva par l’ex-juge Sergio Moro, qui avait déjà été déclaré «partial» dans l’affaire qui avait valu à l’ancien président 19 mois de prison.

Lula avait été condamné par Sergio Moro en 2017 à 9 ans et demi de prison pour avoir bénéficié d’un triplex sur le littoral pauliste offert par une entreprise de BTP en échange de contrats avec le groupe pétrolier étatique Petrobas. Un tribunal a confirmé et alourdi la sentence en appel, ce qui a empêché l’ex-président (2003-2010) de participer à l’élection de 2018 et l’a maintenu sous les verrous d’avril à novembre 2019.

La seconde chambre du STF (composée de cinq juges) a donné raison en mars à la défense de Lula dénonçant la «partialité» de Sergio Moro, mise notamment en évidence lorsque celui-ci a été nommé ministre de la Justice par le président d’extrême droite Jair Bolsonaro. La Cour suprême a ratifié cette décision en séance plénière, par 7 voix contre 4. Le juge Mendes a désormais étendu cette décision aux deux autres affaires instruites à Curitiba, toutes deux à l’état préliminaire.

L’ex-président, qui s’est toujours dit innocent, a été blanchi ces derniers mois de plusieurs accusations de corruption instruites dans diverses juridictions du pays. Parallèlement aux affaires de Curitiba qui seront dépaysées à Brasília, l’icône de la gauche latino-américaine est encore visé par trois autres procédures, tout aussi tordues que les précédentes.

 

Covid Brésil : déjà 450.000 morts

Covid Brésil : déjà 450.000 morts

.Au total, 452.031 décès ont été recensés depuis mars 2020, dont 2173 lors des dernières 24 heures, des chiffres officiels largement sous-évalués selon les spécialistes. En outre le pays est menacé par le variant indien.

Ce pays de 212 millions d’habitants, le deuxième le plus endeuillé au monde derrière les Etats-Unis, compte aussi 16 millions de cas confirmés de contaminations, dont plus de 73.000 en une seule journée. La moyenne de décès quotidiens sur sept jours, qui était supérieure à 3000 à la mi-avril, est passée sous les 2000 un mois plus tard, pour rester stable autour de 1900 depuis dix jours.

Mais ce qui préoccupe le plus les épidémiologistes est la hausse constante de la moyenne d’infections quotidiennes depuis le début du mois de mai avec son impact prévisible sur le nombre de morts dans les semaines à venir.  La responsabilité directe du Brésil est engagée du fait de l’ineptie de sa politique sanitaire.

Sondage présidentielle Brésil: Lula nettement devant

Sondage présidentielle Brésil: Lula nettement devant

Selon un sondage divulgué mercredi 12 mai par l’institut Datafolh, L’ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva remporterait l’élection présidentielle de 2022 avec une avance confortable sur Jair Bolsonaro, l’actuel chef de l’État d’extrême droite.

Lula obtiendrait 41% des suffrages au premier tour, contre 23% pour Bolsonaro. Au second tour, l’ex-président (2003-2010) s’imposerait avec 55% des voix, contre 32% pour le dirigeant actuel (outre 11% de suffrages blancs et nuls, et de personnes interrogées sans opinion), selon le sondage, réalisé mardi et mercredi auprès de 2.071 personnes, avec une marge d’erreur de 2%.

Covid Brésil : 400 000 décès

Covid  Brésil : 400 000 décès

Rapporté au nombre d’habitants c’est six à sept fois plus qu’en France. Le Brésil a en effet enregistré sur une journée 3.001 décès supplémentaires liées au COVID-19, selon les données publiées jeudi par le ministère de la Santé, ce qui porte le bilan de l’épidémie dans le pays à plus de 400.000 morts.

Par ailleurs, le pays d’Amérique du Sud a confirmé 69.389 nouvelles contaminations, pour un total de plus de 14,5 millions d’infections depuis que la crise sanitaire a débuté l’an dernier.

Brésil : Lula complètement innocenté par la cour suprême

Brésil : Lula  complètement innocenté par la cour suprême

 

 

 

La cour suprême du Brésil a reconnu que le juge Moro avait faire preuve d’une grande partialité pour accuser l’ancien président Lula ce qu’il a conduit en prison et lui a interdit de se présenter aux dernières élections présidentielles en 2018. «C’est une victoire du droit sur l’arbitraire. Il s’agit du rétablissement d’une procédure régulière et de la crédibilité du système judiciaire au Brésil», ont déclaré les avocats de Lula une fois la majorité des 11 juges acquise., cette décision renforce encore le discours de l’ancien président de gauche (2003-2010) selon lequel il a été victime d’un complot visant à l’écarter de la course électorale de 2018 dont il faisait figure de favori et finalement remportée par le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro.

Covid- Brésil: encore 2500 morts par jour

Covid- Brésil: encore 2500 morts par jour

Avec l’Inde, le Brésil est l’un des pays les plus touchés par le virus en raison de l’indigence système sanitaire tout autant que de l’irresponsabilité du pouvoir.  Le Brésil, deuxième pays le plus endeuillé au monde en chiffres absolus par le coronavirus, avec un peu plus de 383.500 morts, avait enregistré en moyenne 2.580 décès quotidiens jeudi soir sur les sept derniers jours, et ce chiffre est resté sous les 3.000 depuis le 15 avril. Le pays compte déjà le pire taux de mortalité des Amériques et de l’hémisphère Sud, avec 182 morts de Covid-19 pour 100.000 habitants, devant les États-Unis (172).

Brésil épidémie hors contrôle (MSF)

Brésil épidémie hors contrôle (MSF)

Alors que le Brésil connaît une flambée épidémique des variants du Covid-19, Médecins Sans Frontières (MSF) s’apprête à dénoncer la responsabilité du pouvoir local dans le basculement de la situation, désormais « hors de contrôle », selon Rony Brauman, ancien président de l’ONG. « Les autorités brésiliennes n’ont rien fait », martèle-t-il au micro d’Europe 1.

« MSF est fortement implantée au Brésil », tient avant tout à préciser Rony Brauman, expliquant qu’une section brésilienne de l’ONG existe depuis 1991. Derrière cette alerte, il y a donc « des Brésiliens de Médecins Sans Frontières, qui protestent contre l’inaction, voire les actions perverses de leur gouvernement« , assure-t-il, citant notamment « la négation de la réalité de l’épidémie, de sa gravité, et de l’intérêt du vaccin ».

Résultat, selon l’ancien président de MSF, « une épidémie hors de contrôle » et des variants extrêmement dangereux, qui « ne mettent pas seulement les Brésiliens en danger, mais aussi leurs voisins. »

Rejoignant les spécialistes inquiets quant à la circulation de ces variants - face auxquels la France a suspendu ses vols avec le Brésil jusqu’à nouvel ordre - Rony Brauman rappelle que « l’OMS [Organisation Mondiale de la Santé, ndlr], et son ancêtre l’Organisation internationale de l’Hygiène, créée au début du siècle, ont été conçues parce qu’on sait que les microbes et les maladies ne connaissent pas de frontières. »

 

Covid-19 : suspendre tous les vols avec l’Amérique du Sud et pas seulement avec le Brésil

Covid-19 : suspendre tous les vols avec l’Amérique du Sud et pas seulement avec le Brésil

 

 

Le danger d’un nouveau variant brésilien devrait imposer la fermeture des liaisons aériennes avec toute l’Amérique du Sud

 

Au Brésil on a observé un nouveau variant appeler P1 particulièrement dangereux notamment par sa vitesse de propagation mais surtout par sa létalité. Le variant P1 a été observé pour la première fois à la mi-décembre dans la ville de Manaus, dans la partie brésilienne de la forêt amazonienne. Il se caractérise par les mutations de la protéine Spyke N501Y et E484K, comme les souches britanniques et sud-africaines, ainsi que K417T. Selon la revue médicale MedRxiv , le variant brésilien peut s’avérer jusqu’à 2,5 fois plus contagieux que la souche originelle. Son potentiel de réinfection, soit sa capacité à contaminer des personnes infectées par le passé, est estimé entre 25 à 61%. La diffusion de la pandémie et l’évolution du virus sont largement favorisés par la situation sanitaire économique dramatique du Brésil. Une grande majorité des travailleurs brésiliens ne peuvent en en effet se permettre d’être confinés et de perdre en même temps les maigres ressources financières de leur travail. Un phénomène classique dans les pays pauvres qui se déroule par exemple aussi en ce moment en Inde.

En France on vient tout juste de prendre conscience du danger extrême des nouveau variant observé au Brésil et c’est avec un retard dommageable qu’on a enfin décidé d’annuler les liaisons aériennes avec le Brésil. Le seul problème c’est que le virus brésilien se développe dans toute l’Amérique du Sud et que les mesures d’interdiction devraient donc concerner les liaisons aériennes avec tous ces pays.

Le conseil d’État s’oppose à la fermeture des relations avec le Brésil !

Le conseil d’État s’oppose à la fermeture des relations avec le Brésil !

 

 

On sait que le variant Covid  brésilien est particulièrement dangereux puisque dans le pays par exemple on constate jusqu’à 4000 morts quotidiens du fait du virus. La question se pose en de la fermeture des relations aériennes avec le Brésil. Par le conseil d’État  » dans sa grande sagesse « s’oppose à cette interdiction au nom des libertés.

 

Ce n’est pas la première fois que le conseil d’État prend des positions sur des sujets pour lesquels il n’est pas particulièrement compétent. Un conseil d’État qui ressemble plutôt un conseil corporatiste d’une élite complètement déconnectée des réalités économiques, sociales et culturelles. Par ailleurs un conseil d’État qui fait un peu double emploi avec le conseil constitutionnel, décideurs en dernier ressort pour juger de la compatibilité avec les principes constitutionnels républicains.

 

Sur de nombreux sujets les avis du conseil d’État sont assez baroques. Le gouvernement a pourtant l’obligation pour les lois et certains décrets de demander l’avis du conseil d’État, sorte d’institution de conseil pour le gouvernement mais aussi de décisions de dernier ressort en matière juridique.

 

En fait le droit géré par le conseil d’État en France devient de plus en plus obsolète avec la progression du droit européen. Par exemple pour ses affaires de fermeture des frontières, certains Etats n’ont pas hésité à fermer leurs frontières pour des questions sanitaires. Et ces décisions n’ont pas été contestées par les autorités juridiques et politiques de l’Europe.

 

Le gouvernement français avec donc toute possibilité de décider la fermeture des frontières pour le transport aérien avec le Brésil. La vérité c’est que le gouvernement tire son parapluie et s’abrite derrière la décision du conseil d’État : «Le Conseil d’État nous a dit que les ressortissants français et les résidents en France, au nom de la liberté de circulation, devaient pouvoir continuer à venir», a rappelé le ministre, citant une décision récente de l’institution. Il aurait tout est tout à fait possible d’interdire le trafic aérien avec le Brésil sauf pour le rapatriement dans certaines conditions des Français. Notant que l’Allemagne ne prend pas autant de pincettes juridiques quand elle décide brutalement de fermer ses frontières et où d’en contrôler l’accès

Covid-19 Brésil : plus de 4.000 morts en 24 heures !

Covid-19 Brésil : plus de 4.000 morts en 24 heures !

 

4.195 décès enregistrés en 24 heures, un nouveau record, selon le dernier bilan officiel du ministère de la Santé. Ce pays de 212 millions d’habitants est le deuxième le plus endeuillé au monde, après les États-Unis, avec un total de 336.947 décès. Le Brésil est aussi au deuxième rang mondial en termes de contaminations, avec 13.100.580 cas confirmés, 86.979 lors des dernières 24 heures.

La pandémie semble totalement hors de contrôle dans le plus grand pays d’Amérique Latine, où de funestes records sont battus jour après jour depuis plusieurs semaines. En seulement six jours, plus de 15.000 décès ont été recensés en ce mois d’avril au Brésil, avec 2.757 morts par jour en moyenne. Les spécialistes craignent une hécatombe encore pire que celle de mars, quand 66.000 vies avaient été fauchées par le virus, près du double de juillet, le pire mois de l’an dernier.

Les hôpitaux sont saturés dans la plupart des régions. À Sao Paulo, la ville la plus peuplée et la capitale économique du pays, des autobus habituellement réservés au transport scolaire ont commencé à être utilisés pour transporter des cadavres. Les cimetières y sont tellement débordés que des enterrements ont lieu de nuit pour faire face à l’afflux continu de nouveaux corps à inhumer.

Brésil : deux ministres importants démissionnent

Brésil : deux ministres importants démissionnent

Selon deux sources gouvernementales, le chef de la diplomatie Ernesto Araujo, a choisi de démissionner du fait de difficultés pour conclure des contrats pour obtenir des vaccins contre le coronavirus, tandis que le ministre de la Défense, Fernando Azevedo Silva, a quitté ses fonctions de manière inattendue.

Ernesto Araujo, fidèle allié du dirigeant d’extrême droite, était sous pression depuis des semaines, ce qui n’était pas le cas Fernando Azevedo Silva, dont l’avenir ne faisait l’objet d’aucune spéculation.

Ces démissions interviennent après que Jair Bolsonaro a limogé plus tôt ce mois-ci le ministre de la Santé, Eduardo Pazuello, qui avait supervisé l’essentiel de la lutte contre l’épidémie de coronavirus. Le général était critiqué pour la lenteur et les failles de la campagne de vaccination.

Coronavirus Brésil : plus de 300.000 morts

Coronavirus Brésil : plus de 300.000 morts

Plus de 300 000 morts depuis le début de l’épidémie au Brésil est prêt de

90.000 infections supplémentaires ont par ailleurs été recensées en vingt-quatre heures.

Le nouveau ministre de la Santé, Marcelo Queiroga, a promis dans la journée que le gouvernement allait oeuvrer pour accélérer la campagne de vaccination.

Au cours de sa première conférence de presse, il a déclaré que l’objectif du gouvernement était d’administrer quotidiennement un million de doses de vaccin.

Brésil -Bolsonaro : c’est le quatrième ministre de la santé !

Brésil -Bolsonaro : c’est le quatrième ministre de la santé !

Au Brésil c’est le quatrième ministre de la Santé depuis de début de la pandémie, alors que le pays est durement frappé par une nouvelle vague de Covid-19.

Lors d’une brève rencontre avec ses soutiens au palais présidentiel, Jair Bolsonaro a déclaré : « J’ai décidé ce soir de nommer Marcelo Queiroga ministre de la Santé, en remplacement d’Eduardo Pazuello » avant d’ajouter que la transition « devrait prendre deux à trois semaines ». Le général Eduardo Pazuello, sans expérience médicale, avait été nommé par intérim à ce poste en mai 2020 après la démission de l’oncologue Nelson Teich. Moins d’un mois après sa nomination, ce dernier avait été renvoyé pour « incompatibilités » avec le chef de l’Etat.

La nomination de Marcelo Queiroga, président de la Société brésilienne de cardiologie (SBC),

Le Brésil, deuxième pays le plus endeuillé par la pandémieLe Brésil est le deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie, avec près de 280.000 morts

 

Coronavirus Brésil : 2286 morts en 24 heures nouveau record

Coronavirus Brésil : 2286 morts en 24 heures nouveau record

2.286 morts supplémentaires en vingt-quatre heures, selon les données communiquées mercredi par le ministère de la Santé.

Le bilan dans le pays, le plus touché au monde par la crise sanitaire en nombre de décès après les Etats-Unis, s’élève désormais à plus de 270.500 morts.

Par ailleurs, 79.876 nouveaux cas de contamination ont été confirmés en vingt-quatre heures, montrent les données officielles, pour un total de plus de 11,2 millions de cas depuis le début de l’épidémie au Brésil.

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol