Archive pour le Tag 'boursiers'

Marchés boursiers européens : nouveau coup de mou

Marchés boursiers européens : nouveau coup de mou

 

 

La BCE a réussi un exploit avec ses annonces ….à faire baisser les bourses. Il faut dire que Draghi en choisissant l’immobilisme n’a guère fait preuve d’audace. Autant dire qu’avec de telles annonces l’Europe risque de s’enfoncer durablement dans la croissance molle d’autant que la politique budgétaire, la politique investissement et la politique salariale sont aussi gelées. Si très prochainement la FED décide d’un relèvement des taux, le coup pourrait être fatal pour la croissance européenne, une croissance déjà très vacillante.  Les Bourses européennes ont donc  encore baissé vendredi après les lourdes pertes de la veille provoquées par des annonces de la Banque centrale européenne (BCE) qui ont déçu les investisseurs. La décision de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole de maintenir sa production à un niveau élevé a pesé sur la tendance, l’indice du secteur pétrolier reculant de 2,18% dans le sillage des cours du brut, avec un repli de plus de 2% pour le brut léger américain, qui se rapproche du seuil de 40 dollars le baril. À Paris, le CAC 40 a perdu 15,42 points, soit 0,33%, à 4.714,79 points après sa chute de plus de 3,5% la veille. L’indice parisien perd 4,37% sur la semaine. À Francfort, le Dax a cédé 0,34% et à Londres, le FTSE 0,59%. L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a abandonné 0,35% et l’EuroStoxx 50 de la zone euro 0,38%.L’indice parisien a brièvement effacé ses pertes après la publication de chiffres de l’emploi aux Etats-Unis meilleurs que prévu, qui ouvrent un peu plus la porte à une hausse de taux de la Réserve fédérale dans moins de deux semaines, mais l’effet n’a pas duré.

Marchés boursiers : une chute conforme aux risques économiques

 

Marchés boursiers : une chute conforme aux risques économiques

Après la baisse de la semaine dernière la chute des cours continue et affecte à peu près toutes les composantes de la cote. Il s’agit d’un phénomène mondial alimenté par la nette détérioration des perspectives de croissance. Notamment avec la baisse depuis des mois de l’industrie manufacturière de la Chine auquel s’ajoute une crise de l’endettement que n’arrive pas à endiguer la banque centrale chinoise en dépit de ses interventions et notamment de la dévaluation du yuan. Nombre de multinationales notamment françaises ont d’ailleurs réduit fortement leur capacité de production dans ce pays et plus généralement en Asie. Désormais les risques d’un krach financier ne sont plus à écarter en Chine. Le second facteur d’inquiétude, liée au précédent, concerne les tendances déflationnistes. Des tendances déflationnistes qui se manifestent par la chute des prix des matières premières qui du coup privent nombre de pays de ressources essentielles pour relancer consommation et croissance. S’ajoute à cet environnement à tendance dépressive plusieurs menaces géopolitiques. Il y a en zone euro des inquiétudes qui naissent un nouveau pour la Grèce après la démission du Premier ministre Tsipras. Aussi et surtout ce climat conflictuel en Ukraine qui perturbe sérieusement les relations commerciales entre la Russie et l’Europe en particulier,  enfin les risques de déstabilisation politique, de violence et de guerre demeurent au  Proche et Moyen-Orient. D’une certaine manière ce n’est que fort logiquement que les cours boursiers s’ajustent tendanciellement sur les fondamentaux économiques. D’autant que ces cours ont été un peu partout survalorisés  grâce à la masse de liquidités déversées par les banques centrales. De ce point de vue la correction en France est logique car les cours étaient particulièrement déconnectées de la réalité économique et financière. Bien entendu on assistera à un certain nombre de rebonds mais pour autant la tendance baissière va encore se maintenir pendant des mois tant que l’horizon économique mondial ne connaîtra pas d’éclaircie suffisante. Une seule satisfaction pour l’instant, la menace de remontée  des taux par la Fed aux États-Unis s’éloigne pour cette année. Une contagion de la hausse des taux au plan mondial finirait d’assommer encore un peu plus une croissance déjà faiblarde.

Marchés boursiers : pics de volatilité ou tendance durable ?

Marchés boursiers : pic de volatilité ou tendance durable

 

Les bourses du monde entier ont enregistré de fortes baisses ces jours derniers notamment la bourse de Paris. Certains considèrent qu’il s’agit de pics de volatilité provisoires qui seront compensés par des rebonds. Cependant en dépit de rebonds vraisemblables,  la tendance baissière devrait être durable du fait des fondamentaux économiques et financiers mondiaux. Il faut en effet souligner que la hausse souvent inconsidérée des cours à largement été alimenté par les masses de liquidités délivrées par les banques centrales. Des liquidités qui n’ont pas nécessairement servi à la relance de l’économie mais à la spéculation. Les fondamentaux économiques sont en effet mal orientés. Il y a cette baisse assez considérable du prix des matières premières qui privent nombre de pays de moyens financiers et contribue à affaiblir les commandes extérieures des pays exportateurs. Il y a surtout des inquiétudes sur les perspectives économiques et financières de la Chine. L’industrie manufacturière en baisse depuis plusieurs mois témoigne du ralentissement de l’économie mondiale. La Chine doit par ailleurs faire face à une énorme crise financière caractérisée en particulier par l’endettement des entreprises des collectivités aussi des particuliers. Au point que le système financier et aujourd’hui menacé. La banque centrale chinoise a bien tenté d’injecter de nouvelles liquidités, aussi de procéder à une dévaluation mais jusque-là cela n’a pas été de nature à inverser le repli économique. La Bourse de Paris a donc une nouvelle fois perdu beaucoup de terrain ce vendredi (-3,19%), concédant sa quatrième séance de baisse consécutive. L’indice CAC 40 a perdu 152,56 points à 4.630,99 points, dans un volume d’échanges étoffé de 5,5 milliards d’euros. La veille, il avait lâché 2,06%. Parmi les autres marchés européens, Francfort a lâché 2,95% et Londres 2,83%. Par ailleurs, l’Eurostoxx 50 a perdu 3,17%. Les inquiétudes sur la Chine expliquent ce reflux  Les inquiétudes sur la croissance mondiale pèsent sur les marchés financiers avec l’essoufflement du moteur chinois qui se précise, une économie européenne encore hésitante et la perspective floue d’une remontée des taux américains. La légère hausse de l’indice composite de la zone euro au mois d’août suggère que la reprise dans la région s’est poursuivie à un rythme modéré », note Jennifer McKeown, analyste chez Capital Economics. « Mais nous prévoyons toujours un ralentissement de la croissance en zone euro dans les mois à venir alors que les hausses précédentes dues à une inflation en baisse et à la dépréciation de l’euro s’estompent, en particulier si l’incertitude renouvelée autour des élections grecques nuit à la confiance », poursuit-elle. « L’investisseur a peur! », résume Franklin Pichard, le directeur de Barclays Bourse. Il « s’interroge(nt) sur la réalité du niveau de croissance de la Chine, craignant qu’un atterrissage trop brutal de l’économie chinoise n’entraîne un ralentissement plus prononcé de l’économie mondiale », juge-t-il.

Evolution marchés boursiers : yo-yo dans une tendance baissière

Du fait notamment du risque économique et financier que fait peser la Chine sur l’économie mondiale Il faut s’attendre à des mouvements de yo-yo dans une tendance baissière. Les bourses n’obéissent  cependant pas immédiatement au fondamentaux de l’économie compte  tenu des politiques monétaires qui déversent des masses de liquidités sur les marchés et compte tenu de la faiblesse de rémunération des obligations. Pour autant des ajustements auront lieu afin de s’ajuster sur les résultats des  fondamentaux économiques et notamment du tassement de la croissance mondiale il faut s’attendre à des mouvements erratiques des cours boursiers. Des cours qui s’inscriront  dans une tendance baissière jusqu’à la fin de l’année avec une succession de petits rebonds qui ne changeront pas la tendance. On va donc assister dans les semaines et les mois à venir à des mouvements erratiques avec alternance de chutes et de rebonds. Encore une fois cela ne saurait  changer  l’évolution structurelle des cours qui vont nécessairement s’ajuster sur une économie mondiale dont  la croissance est en nette régression. De ce point de vue la croissance zéro enregistré au second trimestre va provoquer à terme en France une nouvelle chute. Dans la zone euro, la croissance économique a ralenti au deuxième trimestre, avec une stagnation en France et une perte d’élan en Italie, freinée par des perspectives mondiales incertaines qui ont même pour effet d’entraver l’investissement en Allemagne. Par ailleurs des les ajustements de parité monétaire sont prévisibles mais leur ampleur dépendra surtout de l’évolution des taux que pourrait décider en premier la FED.

Marchés boursiers : yo-yo dans une tendance baissière

 

 

Ce matin la bourse de Shanghai a dévissé de près de 6 %. Une tendance qui pourrait être suivie dans d’autres places aujourd’hui ou demain. De toute manière il faut s’attendre à des mouvements de yo-yo mais dans une tendance baissière. Les bourses n’obéissent  cependant pas immédiatement au fondamentaux de l’économie compte  tenu des politiques monétaires qui déversent des masses de liquidités sur les marchés et compte tenu de la faiblesse de rémunération des obligations. Pour autant des ajustements auront lieu afin de s’ajuster sur les résultats des  fondamentaux économiques et notamment du tassement de la croissance mondiale il faut s’attendre à des mouvements erratiques des cours boursiers. Des cours qui s’inscriront  dans une tendance baissière jusqu’à la fin de l’année avec une succession de petits rebonds qui ne changeront pas la tendance. On va donc assister dans les semaines et les mois à venir à des mouvements erratiques avec alternance de chutes et de rebonds. Encore une fois cela ne saurait  changer  l’évolution structurelle des cours qui vont nécessairement s’ajuster sur une économie mondiale dont  la croissance est en nette régression. De ce point de vue la croissance zéro enregistré au second trimestre va provoquer à terme en France une nouvelle chute. Dans la zone euro, la croissance économique a ralenti au deuxième trimestre, avec une stagnation en France et une perte d’élan en Italie, freinée par des perspectives mondiales incertaines qui ont même pour effet d’entraver l’investissement en Allemagne. Par ailleurs des les ajustements de parité monétaire sont prévisibles mais leur ampleur dépendra surtout de l’évolution des taux que pourrait décider en premier la FED.

Marchés boursiers : des rebonds dans une tendance baissière

 

 

Compte tenu des fondamentaux économiques et notamment du tassement de la croissance mondiale il faut s’attendre à des mouvements erratiques des cours boursiers. Des cours qui s’inscrit dans une tendance baissière jusqu’à la fin de l’année avec une succession de petits rebond qui ne changeront pas la tendance. Ainsi, sitôt après le rebond, Les Bourses européennes ont terminé en baisse modérée vendredi, sous le coup notamment de données en matière de PIB jugées décevantes, accusant sur l’ensemble d’une semaine marquée par la dévaluation surprise du yuan chinois leur recul hebdomadaire le plus prononcé en six semaines. On va donc assister dans les semaines et les mois à venir à des mouvements erratiques avec alternance de chutes et de rebonds. Encore une fois cela ne serait changé l’évolution structurelle des cours qui vont nécessairement s’ajuster sur une économie mondiale dont  la croissance est en nette régression. De ce point de vue la croissance zéro enregistré au second trimestre va provoquer une nouvelle chute.   À Paris, le CAC 40 a terminé sur un repli de 0,61% (-30,38 points) à 4.956,47 points. Le Footsie britannique a cédé 0,27% tout comme le Dax allemand, tandis que l’indice EuroStoxx 50 a abandonné 0,62% et le FTSEurofirst 300 0,05%. Sur l’ensemble de la semaine, le CAC 40 a perdu 3,85%, le Dax 4,40% et le Footsie 2,50%. Ce dernier est désormais dans le rouge depuis le début de l’année (-0,23%) et les gains du CAC 40 et du Dax sur la période sont ramenés 16% et 12%. Au moment de la clôture de l’Europe, Wall Street évoluait en légère hausse à la suite d’une série d’indicateurs macroéconomiques attestant d’une croissance soutenue aux Etats-Unis en ce troisième trimestre. Dans la zone euro, la croissance économique a ralenti au deuxième trimestre, avec une stagnation en France et une perte d’élan en Italie, freinée par des perspectives mondiales incertaines qui ont même pour effet d’entraver l’investissement en Allemagne. Sur le marché des changes, l’euro cédait du terrain face au dollar, qui lui même progressait par rapport à un panier de devises internationales, porté par la perspective d’un possible relèvement des taux d’intérêt aux Etats-Unis en septembre. Mais sur l’ensemble de la semaine, la monnaie unique a repris 1% face au billet vert, affichant trois hausses hebdomadaires sur les quatre dernières semaines. Les cours du pétrole se stabilisent à un niveau bas, le Brent pouvant, sauf aggravation de son repli, interrompre une série de six baisses hebdomadaires consécutives.

 

Marchés boursiers : le rebond avant la rechute ?

 

Marchés  boursiers : le rebond avant la rechute ?

Phénomène classique, après plusieurs journées de baisse les marchés boursiers ont rebondi, sauf Londres et Athènes. Ceci étend la tendance sera nécessairement baissière jusqu’à la fin 2015. On va donc assister dans les semaines et les mois à venir à des mouvements erratiques avec alternance de chute et de rebond. Encore une fois cela ne serait changé l’évolution structurelle des cours qui vont nécessairement s’ajuster sur une économie mondiale dont  la croissance est en nette régression. De ce point de vue la croissance zéro enregistré au second trimestre va provoquer une nouvelle chute.  A l’exception de Londres qui finit légèrement dans le rouge, les principales Bourses européennes ont donc rebondi jeudi avec l’apaisement des craintes concernant le yuan, qui a ralenti sa chute au surlendemain d’une dévaluation inattendue. La Banque populaire de Chine, qui s’efforce d’endiguer le mouvement de vente massif qui a fait perdre au yuan environ 4% de sa valeur en deux jours, a assuré jeudi que la conjoncture dans le pays ne justifiait pas une dépréciation supplémentaire de la devise nationale. A Paris, le CAC 40 a gagné 1,25% (61,42 points) à 4.986,85 points, et à Francfort, le Dax a progressé de 0,82%.  A Londres, le FTSE s’est singularisé en reculant de 0,04%, pénalisé par les ressources de base, dont l’indice abandonne 0,88%, plus forte baisse sectorielle en Europe. L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 et l’EuroStoxx 50 de la zone euro ont pris respectivement 0,85 et 0,91%. Le rebond des places européennes n’a pas gagné Athènes, qui a reculé de 0,69% avant le vote des députés, attendu dans la nuit, sur l’accord ouvrant la voie à un troisième plan d’aide international de 85 milliards d’euros sur trois ans. Sur le marché des changes, le dollar rebondit après avoir touché mercredi un plus bas d’un mois face à un panier de devises (+0,23%. L’euro, qui a touché mercredi un pic d’un mois à 1,1215 dollar, recule autour de 1,1135 (-0,19%). La vigueur du billet vert, s’ajoutant à la surabondance de l’offre, alimente la chute des cours du pétrole. Le Brent de mer du Nord perd 70 cents et repasse sous les 49 dollars le baril tandis que le brut léger américain abandonne plus d’un dollar à 42,23, tout près de son plus bas de l’année. A l’heure de la clôture en Europe, Wall Street évolue quasiment à l’équilibre, des indicateurs macro-économiques ressortis à des niveaux supérieurs aux attentes relançant les spéculations sur une hausse des taux d’intérêt dès le mois de septembre.

Lagardère et Daimler : petits arrangements boursiers en procès

Lagardère et Daimler : petits arrangements boursiers en procès

« Délit d’initié », tout de suite les grands mots pour une affaire qui n’est sans doute qu’un petit arrangement boursier. 17 des 21 membres de la direction d’Airbus ont ainsi réalisé 20 million de plus-values en vendant leurs actions avant l’information officielle concernant les retards de l’A 380. De là à croire qu’ils tiré profit de l’information interne pour un bénéfice personnel, il n’y a vraiment qu’un juge pour le supposer !  Les groupes Lagardère et Daimler sont renvoyés en correctionnelle pour « délit d’initié » dans l’enquête sur les mouvements de titres suspects dans le groupe européen d’aéronautique et de défense EADS en 2006, a-t-on appris lundi de source judiciaire. Le juge d’instruction Serge Tournaire a également décidé d’un procès pour sept personnes physiques, dont l’ancien coprésident exécutif d’EADS Noël Forgeard, l’ex-directeur général délégué du groupe Jean-Paul Gut et l’ancien vice-président d’Airbus, filiale d’EADS, Olivier Andriès. John Leahy, le directeur commercial d’Airbus, figure également parmi les personnes renvoyées, a-t-on appris auprès de l’avocat d’une des parties. Fin 2009, le groupe de médias avait été blanchi dans une autre procédure, administrative celle-là, menée par l’Autorité des marchés financiers (AMF). Mais le juge d’instruction, qui mène parallèlement l’enquête pénale, a une autre appréciation, de même que le parquet, qui avait requis au début de l’année le renvoi en vue d’un procès des deux groupes et des sept personnes en examen. Les deux groupes renvoyés en correctionnelle se sont déclarés certains d’être blanchis. « Après avoir été mise hors de cause par les autorités de tutelle boursières dans les différents pays concernés, et notamment par l’AMF, la société SCA Lagardère prend acte avec surprise de la position du juge d’instruction consistant à saisir le tribunal de la situation de divers actionnaires et cadres dirigeants d’EADS », a déclaré le groupe dans un communiqué transmis par son avocat, Me Jean Veil. EADS a réaffirmé son « total soutien » et sa « confiance » dans les responsables concernés, précisant dans un communiqué rester confiant « dans le fait qu’une nouvelle fois il sera démontré que ces accusations sont sans fondement ». La date d’un procès à Paris n’a pas encore été fixée. L’enquête porte sur plusieurs personnes physiques et morales soupçonnées d’avoir tiré profit d’informations privilégiées avant l’annonce de retards du programme du très gros porteur A380 en 2006, afin d’exercer des stock-options ou de se désengager. Lagardère et DaimlerChrysler, principaux actionnaires privés d’EADS, ont cédé chacun 7,5% du capital du groupe le 4 avril 2006. Ces sociétés ont toujours affirmé que ces mouvements étaient prévus de longue date et n’avaient pas de rapport avec les problèmes de l’A380. Dans un rapport, l’AMF avait établi que 17 des 21 membres des comités exécutifs d’Airbus et d’EADS avaient cédé entre le 19 juillet 2005 et le 13 juin 2006 plus de 1,7 million de titres au total, réalisant une plus-value brute totale de 20 millions d’euros. Les retards de production sur l’A380 n’avaient été annoncés officiellement que le 13 juin 2006, provoquant le lendemain une chute de 25% de l’action EADS en Bourse.

 

Des records boursiers en décalage avec la croissance

Des records boursiers en décalage avec la croissance

Des sommets pour les bourses alors que la situation économique s’aggrave ; une contradiction que dénonce l’agence Fitch. En fait les politiques très accommodantes des banques centrales déversent des flots de liquidités qui se retrouvent sur le marché des actions ; le moment venu la rectification interviendra ; on ne saurait en effet en permanence indexer la hausse des bourses sur l’affaiblissement de l’activité et la progression du chômage ; la correction risque d’intervenir de manière sévère. La dernière période de hausse des Bourses mondiales a propulsé les indices vers des niveaux record. C’est surtout vrai aux Etats-Unis, où le Dow Jones a dépassé son précédent sommet (14.164,53 points du 9 octobre 2007) le 5 mars et a continué à inscrire chaque jour des nouveaux records historiques jusqu’au 14 mars, date à laquelle l’indice a atteint 14.539,14 points. Le S&P 500 a terminé la séance de jeudi dernier à 2 points de son précédent record (1.565,15 points le 9 octobre 2007). En Allemagne, le DAX s’est installé au-dessus de 8.000 points et se dirige également vers son plus haut niveau historique, 8.105,69 points, atteint le 16 juillet 2007.  Cette envolée des marchés boursiers ne semble pas du tout justifiée par la situation économique. C’est ce que souligne un rapport de Fitch sur les perspectives économiques mondiales. « La croissance au quatrième trimestre 2012 est la plus faible enregistrée dans la zone euro et aux Etats-Unis depuis la récession de 2009 ; pourtant, les primes de risque sur les actions se sont réduites et plusieurs grandes places boursières côtoient leurs plus hauts historiques », relève l’agence de notation.  Pis, depuis le début de l’année, la tendance est à une révision à la baisse des prévisions pour 2013. En janvier, le FMI a ainsi annoncé une progression du PIB de 3,5 % dans le monde, de 2 % aux Etats-Unis et une contraction de 0,2 % dans la zone euro. Dans les trois cas, il s’est montré plus pessimiste que lors de ses précédentes projections. Fitch a aussi revu à la baisse ses anticipations pour l’année en cours. La croissance devrait se limiter à 2,2 % au niveau mondial en 2013.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol