Archive pour le Tag '« Boost »'

Les pilotes d’Air France enfin d’accord pour le projet Boost

Les pilotes d’Air France enfin d’accord pour le projet Boost

 

En dépit de l’opposition du Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), le projet d’accord de la direction d’Air France, validé à 78,2% des voix des pilotes lors d’un référendum concernant le projet de compagnie à bas coût « booste ». Ce feu vert des pilotes, qui était indispensable au projet, intervient quelques jours après l’acceptation par les hôtesses et stewards d’un nouvel accord collectif, résolvant ainsi les deux conflits potentiels qui menaçaient Air France. Le groupe, qui dévoilera très prochainement le nom de la future compagnie et ses destinations, compte démarrer ses vols moyen-courrier cet hiver et ses vols long-courrier l’été prochain, a confirmé son directeur des ressources humaines Gilles Gateau lors d’une conférence téléphonique. Cette future compagnie aux coûts réduits de 15% à 18% vise à sauvegarder des lignes lourdement déficitaires avec une flotte volontairement limitée à 28 avions pour répondre aux craintes des syndicats de voir ce nouveau modèle social s’étendre dans le groupe. Le groupe compte embaucher 250 pilotes par an d’ici la mi-2020 au sein de la seule marque Air France (excluant ainsi la filiale régionale Hop!), en partie pour compenser les départs naturels.

Boost/Air France: un accord signé

Boost/Air France: un accord signé

Un premier accord concernant le PNC a été signé, restera cependant celui concernant les pilotes auquel le SNPL est opposé. Air France indique que l’accord collectif PNC 2017-2022 et l’accord de garanties PNC – relatif au projet Boost – ont été signés entre la direction et les syndicats UNAC et UNSA PNC, représentants les personnels navigants.  »L’Accord Collectif signé sera mis en œuvre à compter du 1er septembre 2017 pour une durée de plus de 5 ans, jusqu’au 31 octobre 2022″, détaille la compagnie. « Par ailleurs, l’Accord Collectif prévoit un objectif minimum de 500 embauches PNC en CDI chez Air France sur la période de l’accord, ceci indépendamment des embauches de PNC pour la nouvelle compagnie qui se feront par ailleurs ». « Ce nouvel accord est positif pour Air France comme pour ses Personnels Navigants Commerciaux. Il démontre que la persévérance, l’écoute réciproque et la recherche d’un compromis sont toujours possibles », s’est félicité Franck Terner, directeur général, dans ce même communiqué.  . La signature de ces deux syndicats porte aussi sur l’accord de périmètre du projet Boost, qui prévoit l’embauche de personnels, non pas d’Air France mais recrutés sur le marché à des coûts 40% inférieurs à ceux d’Air France. L’accord prévoit que cette filiale d’Air France limite sa flotte à 10 avions long-courrier et à 18 moyen-courriers. Pour aller au-delà, la direction devra renégocier avec les syndicats des PNC. Une première au sein d’Air France où cette possibilité était jusqu’ici réservée aux pilotes. Dans la mesure où l’UNAC et l’UNSA représentent à eux deux plus de la moitié des voix des PNC aux élections professionnelles, ces deux accords seront donc valables. Le SNPNC, le troisième syndicat représentatif doit se prononcer à l’issue de la consultation de ses membres qui s’achèvera le 24 juillet. Pour les hôtesses et stewards d’Air France, cet accord ne comporte que très peu de mesures d’amélioration de la productivité. « Il maintient pendant 5 ans leur rémunération (et non 4 au prévu initialement, NDLR), leur GVT (glissement vieillesse technicité) et la quasi-totalité de leurs règles d’utilisation », explique un syndicaliste. Pour autant, il fut néanmoins extrêmement difficile à trouver. L’UNSA et le SNPC ont toujours demandé des améliorations des conditions de travail et de rémunération. La création d’une nouvelle compagnie avec du personnel recrutés sur le marché passait mal également en raison de la crainte d’un transfert d’activité d’Air France vers cette nouvelle compagnie. Si les membres du SNPL valident eux aussi les propositions de la direction, Air France pourra lancer sa nouvelle compagnie.

 

Air France-KLM: La compagnie « Boost » devra se faire

Air France-KLM: La compagnie « Boost » devra se faire

 

 

Le syndicat corpo des pilotes d’Air France, le SNPL, aurait sans doute bien te de continuer à s’opposer à la création de la compagnie Boost. Compagnie dont le principe a reçu l’approbation du personnel par référendum contre l’avis dudit syndicat. Le patron d’Air France a clairement déclaré que cette compagnie sera créée. Si l’opposition du syndicat des pilotes devait continuer, il n’est pas exclu que la nouvelle compagnie puisse être créée sous pavillon étranger, par exemple  près de KLM. Air France espère donc  lancer l’hiver prochain « Boost », compagnie aux coûts réduits de 15% à 18% dotée de 28 avions, afin de sauvegarder des lignes lourdement déficitaires, mais doit d’abord obtenir l’aval de ses pilotes. La croissance de KLM, plus forte que celle d’Air France ces dernières années, a déséquilibré l’accord passé entre les deux compagnies lors de leur fusion en 2004 pour répartir les heures de vol de leurs pilotes respectifs en fonction du poids de chacune, a-t-il estimé. « L’objectif de ‘Boost’ est de donner les moyens à Air France de croître plus (…) et absolument pas de gêner, de ralentir ou de freiner la croissance de KLM », a martelé Jean-Marc Janaillac lors de l’assemblée générale des actionnaires d’Air France-KLM, démentant une information du quotidien néerlandais De Telegraaf. Jean-Marc Janaillac, qui a également pris la présidence d’Air France, a déclaré que seule « Boost » permettrait de respecter l’équilibre entre les deux compagnies soeurs. « ‘Boost’ devra se faire d’une manière ou d’une autre », a-t-il dit à la veille du conseil du Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), majoritaire chez Air France et très critique à l’égard du projet.

Air France : le syndicat corpo SNPL contre le projet « Boost »

Air France : le syndicat corpo SNPL contre  le projet « Boost »

Comme c’était probable le syndicat corpo des pilotes, SNPL,  risque de s’opposer à toute réforme fondamentale d’Air France. L’enjeu est le lancement d’une nouvelle compagnie « boost ». Le projet d’accord sur les conditions de création de cette compagnie (projet Boost) et les conditions de travail et de rémunération des pilotes d’Air France, fait pour l’instant  l’objet d’un refus de la part le bureau du SNPL Air France. Le syndicat corpo des pilotes SNPL n’a guère apprécié que les pilotes votent en majorité pour le projet de nouvelle compagnie à coûts réduits. Du coup, ils essayent de saboter le projet en demandant des augmentations de salaires qui annuleraient l’intérêt économique de cette nouvelle compagnie. En effet Si la direction d’Air France et le SNPL Air France ont trouvé un accord sur Transavia, on est encore très loin de trouver un terrain d’entente sur les conditions de création d’une nouvelle compagnie à coûts réduits par rapport à Air France (projet Boost) et les mesures sur les conditions de travail permettant d’améliorer un peu la performance d’Air France. Témoin le texte du SNPL : «Malgré, de part et d’autre, des avancées importantes qui nous font penser qu’un accord est possible voire proche, nous ne sommes pas en mesure de le faire aujourd’hui (…). « À la lecture du texte, il apparaît rapidement que cette ouverture à signature est prématurée. Nous constatons de nombreuses nouveautés apparues après notre dernière rencontre avec la direction et des rédactions d’articles malheureuses qui empêchent d’envisager sereinement sa signature ».Le conflit porte également sur la réparation de l’offre entre AIR France et KLM. En dépit des assurances de la direction. La direction a proposé de faire remonter l’activité d’Air France et de la nouvelle compagnie à 61% de celle d’Air France-KLM (en heures de vol) d’ici à 2025/2026 et à 61,8% en sièges kilomètres offerts), contre 58,6% et 58,7% respectivement en 2017/2018. La direction apporte une garantie du nombre d’avions passagers long-courriers à Air France par rapport à KLM (entre l’exercice 2017/2018 et 2021/2022). Si, par exemple, la flotte long-courrier de KLM est de 73 avions, celle d’Air France et de la nouvelle compagnie devra être de 120 appareils. La question est maintenant de savoir si un nouveau referendum sera organisé auprès du personnel et si le SNPL sera à nouveau désavoué.  




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol