Archive pour le Tag 'boomerang !'

Réglementation européenne de l’IA : un effet boomerang ?

Réglementation européenne de l’IA : un effet  boomerang ?

Les risques de la future réglementation européenne sur lit à part Par Renaud Pacull, co-fondateur d’EasyPicky dans l‘Opinion

tribune

Depuis plusieurs années, l’intelligence artificielle (IA) est source de multiples fantasmes technologiques dans l’imaginaire collectif. Pourtant, si les cas d’usage les plus médiatisés, évoqués plus haut, sont des domaines critiques qu’il convient de réguler pour en éviter les éventuelles dérives, ils sont loin d’être représentatifs de ce qu’est l’IA aujourd’hui, notamment en Europe. Il ne serait donc pas souhaitable de définir une législation globale pour l’ensemble des domaines d’application que recouvre cette technologie.

Or, jusqu’ici, la tradition culturelle européenne a souvent été de répondre à l’émergence de technologies de rupture par la mise en place d’un cadre législatif, un cadre dans lequel ces nouvelles pratiques peuvent s’épanouir. Tout l’enjeu réside donc ici dans le fait de réellement leur permettre de s’étendre, et non de les étouffer. Car une législation sur l’IA dans son ensemble, contraignant l’innovation et la recherche sur le secteur, pourrait être extrêmement dommageable et laisser ainsi la part belle à des nations hors de la communauté européenne.

« On n’a vraiment peur que de ce qu’on ne comprend pas », disait Maupassant. Et c’est bien là le nœud du problème : comment nos représentants pourraient-ils légiférer justement sur le si récent, vaste et complexe sujet de l’IA ? La réponse la plus courante consisterait à déléguer certaines tâches de contrôle à la sphère privée, plus à même de « labelliser » les IA éthiques et de rejeter les plus dangereuses. Outre le fait que ces sociétés de certifications, pour être justes, devront se baser sur des critères différents et objectifs pour chaque domaine d’application, que devient alors la propriété industrielle ?

Nos quelques pépites européennes ayant développé des IA propriétaires, et qui se sont lancées aussi parce qu’elles avaient à leur disposition des libertés de développements immenses, seraient alors contraintes de laisser entrer un tiers au cœur de leur réacteur sur lequel repose pourtant tout leur avantage concurrentiel. De quoi ralentir le développement d’un écosystème prometteur, ou prendre le risque de le voir s’exiler dans d’autres parties du monde.

… pour une présence forte de l’Europe sur la scène technologique de demain

Alors même que « l’IA forte » n’existe pas encore et n’existera probablement pas avant de nombreuses années, il serait sûrement préférable de laisser pour le moment l’écosystème européen vivre et se développer, gagner des parts de marché et assoir un leadership en la matière, plutôt que de légiférer dès à présent par principe de précaution. Prenons un parallèle plus que jamais dans l’air du temps : la manipulation génétique. Certaines avancées possibles sur ce secteur sont des dérives graves, d’autres sont source d’innovations absolument géniales. Or dans la course aux vaccins liée à la crise sanitaire actuelle, nos laboratoires français ont en partie préféré ne pas travailler sur la technologie de l’ARN messager, se faisant ainsi devancer, sous couvert de ce même principe de précaution.

Réguler trop largement l’IA aujourd’hui, et donc réduire le système de développement scientifique en Europe, c’est laisser une fois de plus le champ libre aux autres grandes puissances que sont les États-Unis et la Chine. Pire, c’est permettre à terme l’arrivée sur notre marché d’outils fondés sur des IA qui pourront être programmées sur la base de valeurs qui ne sont pas les nôtres, ce alors même que le consensus sur les valeurs éthiques de l’IA est bien l’objectif premier de la législation actuellement discutée. Une fois ces outils étrangers adoptés massivement, aucune régulation n’y fera rien. À titre d’exemple, un autre parallèle peut être fait ici : celui du RGPD. Arme de l’Europe contre les Gafa, il n’a fait que renforcer leur pouvoir en ralentissant le développement d’une concurrence saine et locale. Une concurrence qui n’a de fait plus accès à certaines données et n’a pas les moyens de contourner – à l’instar des géants du web – la législation.

Ainsi, plutôt que de chercher à légiférer rapidement et largement, nos autorités publiques auront raison d’entrer dans l’écosystème IA par d’autres portes : financements, initiatives en faveur de la formation, soutien à la recherche… c’est désormais à leur tour d’être innovantes dans leurs approches pour permettre à l’Europe de prendre la tête sur la scène internationale.

Renaud Pacull est co-fondateur d’EasyPicky.

Boomerang de la convention citoyenne sur le climat : une pétition de 375 000 protestataires

Boomerang de la convention citoyenne sur le climat : une pétition de 375 000 protestataires

 

Le président de la république a reçu comme un boomerang les protestations véhémentes de membres de la fameuse convention citoyenne sur le climat. Les contestataires se sont organisés en association pour protester contre la non-application de leurs propositions. Il faut dire que le chef de l’État s’est pris  les pieds dans le tapis en affirmant qu’il reprendrait sans filtre la quasi-totalité des propositions. En réalité il n’en intégrera que quelques-unes. D’où cette pétition qui a recueilli 375 000 signataires

 

L’objectif: «sauver» la Convention face au gouvernement qui «détricote» et «affaiblit» les mesures formulées. Avec 375.000 signataires à ce jour, l’initiative a déplu au président de la République, «très en colère contre des activistes qui [l’]ont aidé au début et qui disent maintenant, il faut tout prendre».Pour se défendre le chef de l’État a déclaré que les travaux de cette convention citoyenne n’étaient ni la Bible ni le Coran !

Grand débat: le risque de boomerang

Grand débat: le risque de boomerang

 

 

Il est clair que le grand débat  été lancé par le pouvoir pour servir d’amortisseur au mécontentement. Le problème c’est que rien n’a été prévu de significatif pour sortir positivement de ce grand débat. Une consultation qui par ailleurs n’a pas affaibli la volonté de certains gilets jaunes qui ont manifesté pour la 18e semaine consécutive ce week-end dernier. L’atterrissage risque d’être difficile pour le pouvoir qui a surtout décidé de ce grand débat pour gagner du temps mais qui en fait pourrait bien en avoir perdu. En effet faute de décisions significatives, la désillusion vis-à-vis du pouvoir risque encore d’être plus grande.  Un « atterrissage » qui risque d’apporter son lot de déceptions, de l’aveu même du Premier ministre Edouard Philippe, d’après des propos rapportés. Ce dernier, devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese), a prévenu qu’il n’y aurait pas d’annonces immédiates. « Imaginer qu’il serait possible de sortir du grand débat national par une série d’annonces, de vérités révélées – ou révélées après avoir écouté le grand débat – c’est se tromper sur la nature même de l’exercice et sur la volonté même de ceux qui y ont participé », a-t-il déclaré. De ce point de vue le premier ministre ne se gêne pas pour poser une hypothèque sur la volonté des participants au grand débat. Pas tellement étonnant si 70 % des Français considèrent que ces discussions n’apporteront pas de solution à la crise actuelle. Il ne faut sans doute pas attendre  grand-chose de nouveau de la part des fameuses conférences citoyennes régionales dont les participants seront choisis au hasard sur le bottin ! Des conférences– pas des débats– qui n’ont sans doute d’autres objets que de faire durer un peu le plaisir avant la discussion prévue au Parlement début avril. La vérité, c’est que le pouvoir n’a rien prévu de précis quant à la suite du grand débat et qu’il existe même de ce point de vue des différences entre ce que pense Macron et le Premier ministre concernant par exemple des mesures sociales, économiques voire politiques pouvant faire l’objet d’une disposition législative, d’un référendum ou d’un Grenelle social.

« Traverser la rue pour trouver du travail »: le slogan de Macron qui revient en boomerang

« Traverser la rue pour trouver du travail »: le slogan de Macron qui revient en boomerang

Interpellé lors du lancement du Grand débat Macron a pourtant confirmé sa phrase idiote «  traverser la rue trouver du travail. » Mais d’une certaine manière il s’enfonce encore un peu plus dans la caricature et le mépris. « Moi, là où j’habite, en traversant la rue, je peux vous dire on en trouve », du travail, a-t-il rétorqué sans se démonter, en allusion au quartier huppé autour de l’Elysée. « Parfois on fait des caricatures, en pensant que ce qu’on dit un moment à quelqu’un, de bonne foi, ce serait un message vers tous les Français, a-t-il regretté. « On est au temps du numérique, de l’info en continu, je suis comme ça je ne changerai pas », a-t-il tranché. Une dernière phrase Qui traduit bien la posture monarchique de Macron qui n’a pas l’intention de changer même quand il tutoie l’insulte alors qu’il demande aux pauvres d’évoluer. En fait de la part du chef de l’État toujours la même ignorance, la même condescendance. Surtout si on y ajoute cette nouvelle agression verbale contre la pauvreté des gens « qui déconnent » ! En effet, e chef de l’Etat a donc déclenché une nouvelle salve de critiques des oppositions mardi après avoir déclaré, peu avant le lancement du grand débat: « Les gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent ».

Le protectionnisme de Trump : attention au boomerang !

Le protectionnisme de Trump : attention au boomerang !

 

 

Le pire danger pour les les États-Unis et pour Trump  lui-même , cest sans doute cet hymne au  protectionnisme qui risque de retomber sur la tête des Américains. Première observation si effectivement la balance commerciale des États-Unis est déséquilibrée, c’est parce que nombre de films américaines ont délocalisé tout ou partie de leur production notamment en Chine. En outre la complexité du système de production est telle que les États-Unis ne peuvent se passer des intrants des pays extérieurs. C’est notamment le cas pour tout ce qui touche à l’informatique. Par ailleurs pour nombre de productions importées les États-Unis n’ont pas alternative car la rentabilité d’une production locale seraient insuffisante pour intéresser les investisseurs. Produire local conduit inévitablement au renchérissement tarifaire et viendra amputer le pouvoir d’achat des Américains. Enfin les pays victimes   de droits de douane exorbitants seront conduits à prendre des mesures de rétorsion qui nuiront au commerce international y  compris aux États-Unis. Le principal risque auquel est exposée la croissance américaine est donc celui de voir Donald Trump tenir ses promesses en matière de protectionnisme, montre mercredi une enquête de Reuters, qui suggère que les économistes sont loin d’être gagnés par l’exubérance qui a porté les marchés financiers en novembre et décembre. Pendant sa campagne et après son élection, le milliardaire républicain s’est engagé à modifier en profondeur la politique commerciale et d’immigration des Etats-Unis, a menacé d’imposer des droits de douane élevés sur les importations depuis la Chine et proposé des réductions massives d’impôts. Si les marchés financiers se sont repliés ces derniers jours, le rendement des bons du Trésor à dix ans est encore en hausse de plus de 25% depuis les élections du 8 novembre et les actions américaines ont inscrit des records fin décembre. Pourtant, plus de deux tiers des économistes interrogés au cours de la semaine écoulée ont jugé que la politique protectionniste promise par Donald Trump constituait pour l’économie américaine la principale menace en 2017. « Il ne fait aucun doute que dans le haut de la liste des risques à la baisse figure la possibilité de voir mise en application la rhétorique anti-libre-échange », explique Jim O’Sullivan, de High Frequency Economics. « Je pars du principe que l’administration (Trump) sera pragmatique en la matière ». La vigueur du dollar, qui a touché au début du mois son plus haut niveau depuis 14 ans face à un panier d’autres devises de référence et s’est apprécié de près de 6% depuis l’élection, constitue un risque supplémentaire à court terme. La perspective d’allègements fiscaux massifs pour les entreprises et les particuliers, comme celle de dépenses publiques d’infrastructures, n’améliorent en rien les perspectives de croissance des Etats-Unis, estiment en outre les économistes, alors même que Donald Trump a dit vouloir porter la croissance du pays à 3,5% par an. Plus de 80% des économistes qui se sont prononcés sur ce point ont jugé que le moment n’était pas opportun pour de tels allègements de la fiscalité, l’économie étant proche du plein emploi. L’enquête montre que la croissance américaine devrait avoir ralenti à 2,2% en rythme annualisé au quatrième trimestre, après 3,5% au troisième. Pour 2017, les économistes prévoient en moyenne une croissance annualisée de 2,1% à 2,5% pour chaque trimestre, soit seulement 0,1 point de plus que dans l’enquête précédente. La médiane des prévisions pour l’ensemble de cette année est à 2,3%. Un peu moins d’un tiers des experts interrogés ont revu en hausse leurs prévisions pour 2017, pour la plupart en se fondant sur l’hypothèse que Donald Trump ne tiendra pas ses promesses en matière de commerce international et qu’il privilégiera le soutien à l’activité.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol