Archive pour le Tag 'boîtes'

Piratages de boîtes mails de contribuables (FISC)

Piratages de boîtes mails de contribuables (FISC)

 

Le piratage dénoncé par l’administration fiscale elle-même consiste à intervenir dans les messageries pour changer les mots de passe. Ce mode de piratages s’ajoute à celui des escroqueries de voyous qui se font passer pour l’administration fiscale afin d’opérer des redressements. De toute évidence, la numérisation de la gestion fiscale devrait imposer des règles et des sanctions pour préserver les données privées des contribuables. Les derniers piratages, survenus fin juin-début juillet et qui ont concerné environ 2.000 comptes de contribuables sur la plate-forme fiscale – sur un total de 31 millions – n’ont eu aucun impact, ni sur les usagers, ni pour les services fiscaux, a-t-on précisé à Reuters à la Direction générale des Finances publiques (DGFiP).

“Des hackers ont piraté des comptes de messagerie personnelle chez plusieurs opérateurs ce qui leur a permis de renouveler le mot de passe pour accéder à l’espace particulier en ligne d’impots.gouv.fr de ces usagers”, est-il expliqué dans un communiqué diffusé par la DGFiP. L’administration fiscale, constatant “une vague inhabituelle de renouvellement de mots de passe de plusieurs espaces particuliers sur impots.gouv.fr”, a “immédiatement réagi” en bloquant l’accès à ces comptes.

Les personnes concernées ont été prévenues individuellement par téléphone, par courriel, ou par courrier dans une minorité de cas, explique-t-on à la DGFiP.

Fiscalité : nouvelles règles européennes contre les sociétés « boîtes aux lettres »

 Fiscalité : nouvelles règles européennes contre les sociétés « boîtes aux lettres »

 

Une curieuse législation envisagée par la commission européenne qui d’un coté veut lutter contre les entreprises boites aux lettres et qui de l’autre coté veut faciliter les transferts dans d’autres  pays de l’union y compris par simple déclaration en ligne. Macron dirait c’est du en même temps ! En même temps quelques garanties pour éviter les pseudos implantations des pays à faible fiscalité et à grande tolérance réglementaire et de l’autre davantage de possibilité de migrer et de favoriser le nomadisme économique dans l’UE.  Les questions se posent de savoir s’il agit de vrais transferts d’activités et quels vrais moyens on dispose pour s’y opposer si c’est pour des raisons sociales ou fiscales. La nouvelle réglementation  doit supprimer les « obstacles administratifs excessifs » et les disparités entre les différentes règles nationales pour les scissions et transferts de sièges, qui « découragent aujourd’hui les entreprises de poursuivre de nouvelles opportunités » au sein du marché unique, selon la Commission. Tous les États membres devraient par ailleurs permettre d’enregistrer une nouvelle entreprise « complètement en ligne », une possibilité n’existant actuellement d’après la Commission que dans 17 pays européens. Des critères sont ainsi établis pour pouvoir bloquer un projet visant « à contourner les règles fiscales, à porter atteinte aux droits des travailleurs ou à mettre en péril les intérêts des créanciers ou des actionnaires minoritaires », a indiqué la Commission.« Nous voulons nous assurer que l’on empêche la création de sociétés boîtes aux lettres, cherchant uniquement à payer moins d’impôts », a notamment fait valoir un responsable au sein de l’exécutif européen. Dernières ambigüités, les entreprises britanniques « intéressées par un déménagement de leur siège au sein de l’UE en raison du Brexit (prévu fin mars 2019, Ndlr) pourraient bénéficier de la nouvelle législation » si elle est adoptée à temps par les États membres et le Parlement européen, a relevé un responsable au sein de la Commission. Mais pour des activités en Grande Bretagne ou dans l’union économique ?




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol