Archive pour le Tag 'bloquer'

Gilets jaunes: » ne pas bloquer pour bloquer « (Priscillia Ludosky)

Gilets jaunes: » ne pas bloquer pour bloquer « (Priscillia Ludosky)

 

  •  
  •  

Priscillia Ludosky, l’une des initiatrices de la mobilisation des Gilets jaunes est sans doute lune des plus réalistes des leaders du mouvement. A plusieurs reprises, elle set désolidarisé des sulfureux  Maxime Nicolle et Eric Drouet  (sans parler de Christophe Chalençon qui parle de prise de pouvoir par des paramilitaires !).Ces derniers favorisant les solutions politiques par rapport aux revendications sociales. La baisse de fréquentation d’uen part le désaveu majoritaire des Français vis-à-vis des manifestations rituelles (56% les désapprouvent tout en soutenant cependant les revendications sociales initiales)). Les baises de participation aux manifs doivent en effet appeler une analyse sur les suite à donner sur un mouvement qui s’enlise. Pour autant  Priscillia Ludosky estime dans le JDD qu’il ne faut « pas arrêter les marches du samedi ». « Les violences ont fait de l’ombre au mouvement. Elles alimentent les médias et jouent sur l’opinion publique. Mais il ne faut pas arrêter les marches du samedi. Elles sont très fédératrices et nous permettent d’être visibles », explique-t-elle. Interrogée sur la baisse du soutien des Français aux Gilets jaunes, l’autoentrepreneuse élude : « Je n’ai jamais fait attention aux sondages, bons ou mauvais. Je ne constate pas de démobilisation. Il y a peut-être moins de gens qui manifestent, mais je ne pense pas qu’ils soient moins impliqués. » Priscillia Ludosky indique également que les Gilets jaunes réfléchissent à une évolution du mouvement : « Il ne faut pas bloquer pour bloquer. Je reste favorable aux manifestations du samedi, mais on ne doit pas se limiter à ça. D’autres initiatives peuvent avoir lieu. Par exemple, nous devons faire davantage pression sur les grandes entreprises qui ne paient pas assez d’impôts. Cela financerait la baisse de la TVA sur les produits de première nécessité, l’une de nos revendications. »Finalement c qui est notamment en question c’est de savoir si les gilets jaunes demeurent une sorte de syndicat de citoyens ou une organisation politique. La question est fondamentale car les objectifs et les moyens ne sont pas les m^mes. Dans les deux cas, il conviendra cependant de muscler sérieusement l’argumentaire et les orientations pour l’instant un peu primaires et immatures.

Les agriculteurs en colère menacent de bloquer des raffineries

Les agriculteurs en colère menacent de bloquer des raffineries

 

Il fallait évidemment s’attendre à une réaction des agriculteurs compte tenu des nuages qui accumulent sur le secteur. La très récente loi sur alimentation et l’agriculture constitue en fait une escroquerie concernant le relèvement des prix. Pour résumer, on incite les producteurs à partir des couts pour bâtir leurs prix  sans autre dispositif de contrôle ou de régulation. Bref du blabla car les acheteurs sont et seront toujours en positon de force dans une négociation commerciale. La dessus s’ajoutent les conséquences des accords commerciaux internationaux avec le Mercosur (Union Européenne-Amérique du Sud) et CETA (UE-Canada), qui prévoient de faciliter l’exportation de produits en provenance de ces régions sur le marché européen.  En fait des accords commerciaux destinés  à faciliter  les ventes  de produits industriels ou manufacturés contre l’ouverture à des produits agricoles à destination de l’Europe. Notons qu’on vient aussi d’autoriser Total à importer de huile palme…pour produire du carburant ; Un double pied de nez à l’agriculture et aussi à Hulot. Les agriculteurs menacent de bloquer des raffineries dans tout le pays. «Nous lançons un mouvement de protestation très fort et dans toute la France qui commencera la semaine prochaine», à partir du 10 juin, a annoncé jeudi Christiane Lambert, président de la FNSEA, le principal syndicat agricole français dans les colonnes du quotidien l’Union de Reims. Ce blocage va concerner «l’ensemble de nos régions (…) des sites stratégiques, symboles des distorsions de concurrence que nous subissons», précise l’organisation dans un communiqué. Les motifs de mécontentements sont pluriels. Les agriculteurs entendent manifester leur «incompréhension», face à la loi agriculture et alimentation adoptée en première lecture mercredi par les députés, qui, selon le syndicat, «instaure de nouvelles charges», et émet «plusieurs signaux» en faveur «d’une concurrence toujours déséquilibrée avec des produits importés».

 

 

Bruxelles veut bloquer les investissements chinois

Bruxelles veut bloquer les  investissements chinois

Face à la progression des investissements étrangers notamment chinois en Europe Bruxelles envisage de rendre plus difficiles les acquisitions notamment sur des secteurs stratégiques. Les investissements chinois ont quasiment doublé en Europe (+ 90 %) en 2016 pour atteindre le montant record de 45,8 milliards de dollars, par rapport aux 24,1 milliards de dollars de 2015.   L’Allemagne et le Royaume-Uni ont représenté, à eux deux, près de la moitié (46 %) des investissements chinois en Europe en 2016. En Allemagne, les investissements chinois ont été multipliés par dix passants de 1,3 milliard de dollars en 2015 à 12,1 milliards en 2016 : cette hausse s’explique en particulier par les investissements chinois réalisés dans le pays en matière d’équipements industriels à hauteur de 5,9 milliards de dollars. De son côté, le Royaume-Uni a connu une importante hausse (130 %) pour atteindre 9,2 milliards de dollars : la plupart des opérations ayant été annoncées avant le vote du Brexit, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions sur l’impact de ce dernier sur les investissements chinois dans le pays. La Finlande (7,6 milliards de dollars) vient compléter ce trio de tête, suivie par la Suisse (4,8 milliards de dollars) et l’Irlande (2,9 milliards de dollars). La Suisse aurait même pu se classer en première position en Europe si l’opération entre ChemChina et Syngenta s’était conclue en 2016.  Le secteur technologique a été le plus ciblé par les investisseurs chinois en Europe en 2016 avec 13,7 milliards de dollars : c’est un montant record pour le secteur en Europe. Les transports et les infrastructures se situent en seconde position avec 12,2 milliards de dollars suivis, loin derrière, par les équipements industriels (6,2 milliards de dollars). La Commission européenne fera donc à l’automne des propositions au sujet des investissements étrangers en Europe, alors que l’inquiétude grandit au sujet des acquisitions chinoises, a annoncé samedi la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager. « Ces derniers mois, nous avons entendu des inquiétudes au sujet d’investisseurs étrangers -des sociétés souvent détenues par des Etats- prenant le contrôle d’entreprises européennes détenant des technologies clés », a affirmé Mme Vestager lors du forum The European House – Ambrosetti, sorte de mini-Davos à l’italienne qui se tient jusqu’à dimanche à Cernobbio, sur le lac de Côme. L’Italie, la France et l’Allemagne ont demandé récemment à Bruxelles de définir une ligne commune au sujet des investissements venant de pays extérieurs à l’UE. Le 22 août, deux quotidiens italiens, Il Sole 24 Ore et La Stampa révélaient que ces trois pays avaient envoyé une lettre à la Commission le 28 juillet lui demandant de renforcer les règles autorisant les pays de l’Union européenne (UE) à bloquer l’achat d’entreprises européennes par des sociétés étrangères. Celle lettre faisait suite à un autre courrier adressé en février dans lequel Paris, Berlin et Rome voulaient que l’UE limite les investissements étrangers dans les entreprises détenant des technologies de pointe en les soumettant notamment à des règles de réciprocité. Ce document de 10 pages stipulait que les prérogatives européennes seraient renforcées pour toute entreprise ciblée considérée comme stratégique et dans le cas d’OPA financées par des fonds ou organismes publics. « Nous devons exiger la réciprocité dans les relations commerciales et dans l’accès au marché public. La concurrence doit être loyale et équitable », a martelé Bruno Le Maire. Le gouvernement allemand a adopté de son côté le 12 juillet un décret renforçant les règles sur les investissements étrangers dans ses entreprises jugées stratégiques. Les pays visés ne sont pas cités mais la Chine en fait clairement partie.

Bloquer les investissements

Bloquer les investissements 

 

C’est l’objectif de Paris, Rome et Berlin qui demandent  à l’union européenne de prendre des mesures à l’encontre des innombrables investissements chinois. Pour faire face un énorme problème d’endettement notamment des entreprises, la banque centrale chinoise a déversé d’énormes quantités de liquidités  mais dont une partie est détournée non pas pour assurer le développement des investissements en Chine et soutenir croissance, emploi mais pour prendre des participations dans de nombreux secteurs stratégiques en Europe. Ce déversement de liquidités  constitue par ailleurs une énorme bulle financière d’après le fond monétaire international. Le gouvernement chinois lui-même a critiqué l’attitude de certains grands groupes chinois davantage attirés par les investissements à l’étranger que par les investissements locaux. Paris, et Berlin voient d’un mauvais œil la vague d’OPA chinoise en Europe. La France, l’Allemagne et l’Italie ont demandé à la Commission européenne (CE) de renforcer les règles autorisant les pays de l’Union européenne (UE) à bloquer l’achat d’entreprises européennes par des sociétés étrangères, rapportent mardi les quotidiens italiens Il Sole 24 Ore et La Stampa. Les deux quotidiens citant une lettre envoyée à la Commission le 28 juillet et qui fait suite à un autre courrier adressé en février dans lequel Paris, Berlin et Rome voulaient que l’UE limite les investissements étrangers dans les entreprises détenant des technologies de pointe en les soumettant notamment à des règles de réciprocité. Le document de 10 pages dévoilé par la presse italienne stipule que les prérogatives européennes seraient renforcées pour toute entreprise ciblée considérée comme stratégique et dans le cas d’OPA financées par des fonds ou organismes publics. « Ce n’est pas une forme de protectionnisme; il s’agit plutôt de se donner la possibilité de surveiller des opérations qui sont incompatibles avec le droit européen », déclare le ministre de l’Industrie italien Carlo Calenda, cité par La Stampa.

Augmenter les cotisations et bloquer les retraites ( Soubie)

Augmenter les cotisations et bloquer les retraites ( Soubie)

Les partenaires sociaux étaient reçus par Jean-Marc Ayrault, lundi 13 mai, en vue de la conférence sociale de juillet prochain. Il y sera notamment question de la réforme des retraites, dossier explosif par excellence. Raymond Soubie, l’ancien conseiller social de Nicolas Sarkozy, est revenu sur la réforme de 2010, très contestée, au micro de BFM Business. « La réforme de 2010 touchait au tabou de la retraite à 60 ans, en portant l’âge légal à 62 ans« , a-t-il affirmé, pour justifier la grande impopularité de la mesure.  Il a ensuite livré ses pronostics sur l’orientation que pourrait prendre le gouvernement : « Après 2020, je peux parier qu’il va prolonger la réforme Fillon » de 2003, a-t-il déclaré. « D’ici 2020, il va augmenter les cotisations, retarder l’âge de départ à la retraite, allonger la durée de cotisation encore plus que ce que prévoit la loi Fillon, abaisser les pensions, ou déconnecter les pensions de l’évolution des prix. » Du coup, selon lui, « le gouvernement va, évidemment, prendre la voie la moins difficile. C’est l’augmentation des cotisations, même si cela pèse sur les salariés et les entreprises, ainsi que la désindexation des pensions. Pourquoi ? Parce que les partenaires sociaux viennent de le faire à propos des régimes complémentaires. »

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol