Archive pour le Tag 'Blatter'

Fric -Fifa : 3,28 millions pour Sepp Blatter en 2015

Fric -Fifa : 3,28 millions pour Sepp Blatter en 2015

Opération transparence pour la Fifa qui brasse des milliards chaque année mais une transparence progressive est très limitée. En effet si on connaît maintenant le salaire Blatter  en 2015 par contre aucune  information concernant le nouveau président qui vient d’être élu ! C’est la première fois que la Fifa dévoile le salaire de son ancien président. Sepp Blatter a touché en moyenne 270.000 euros par mois en 2015. La Fifa semble être entrée dans une nouvelle ère : celle d’une organisation un peu plus transparente. Elle a dévoilé ce jeudi pour la première fois la rémunération de son ex-président, Sepp Blatter, mais seulement sur une année. Il a gagné 3,28 millions d’euros en 2015. Le Suisse est en ce moment à la retraite forcée, depuis sa suspension pour six ans de toute activité liée au football.  Dans le même temps la Fifa a reconnu avoir perdu 107,7 millions d’euros l’an dernier. C’est son premier déficit depuis 2002, la conséquence financière des différents scandales de corruption.  Mais l’opération transparence a ses limites : on ne connaît pas le salaire de Gianni Infantino, le successeur de Sepp Blatter. 

Fifa fric foot : Blatter blanchi ?, pas Platini !

Fifa fric foot : Blatter blanchi ?, pas  Platini !

Le paradoxe c’est que Blatter pourrait être innocenté au bénéfice de l’âge alors que Platini lui pourrait être condamné pour la raison essentielle qu’il peut être un candidat dangereux pour tous les prétendants à la présidence de la FIFA. Bref la commission dite d’éthique de la FIFA marche sur la tête et cela depuis longtemps. On se demande quand mettra un terme à cette pantalonnade. Blatter Terre s’est entourée des services de Platini pour conforter sa place à la tête de la FIFA mais c’est Platini qui risque de payer les pots cassés peut-être aussi par négligence administrative et juridique. Il faut bien comprendre qu’aujourd’hui Blatter ne représente plus de danger pour les candidats potentiels à la direction de la FIFA, d’où  peut-être cette bienveillance dont il va bénéficier. Les deux hommes sont mis en cause après le virement de 1,8 million d’euros à Michel Platini. Sepp Blatter, président démissionnaire de la Fifa, est auditionné ce jeudi. Michel Platini, lui, ne se présentera pas devant la commission d’éthique vendredi, estimant que la sanction est déjà acquise.  Dans sa communication, Sepp Blatter reste le patron, toujours avec une pointe d’humour et de malice. Lorsqu’on lui demande comment il occupe ses  journées, il répond à Libération : « Je suis un homme hautement informé : je pourrais aller dans les jeux télévisés. C’est vrai qu’on fout Julien Lepers dehors ? » Il le confirme lui-même, il est suspendu, pas muet. L’ancien patron du football mondial ne se prive pas pour dire ce qu’il pense, allant jusqu’à comparer ce procès à ceux de l’Inquisition. De toute façon, qu’il soit innocenté, suspendu deux ans ou à vie, ça ne changera pas grand chose. Sepp Blatter aura 80 ans en mars 2016 et il a loupé sa sortie. Il rêvait du prix Nobel de la paix en organisant une Coupe du monde aux Etats-Unis et une autre en Russie, des matchs de bienfaisance entre Israël et Palestine. Aujourd’hui, il est surtout  le symbole d’un système au bord de l’effondrement. Cette fameuse commission devant laquelle le Suisse plaide sa bonne foi ce jeudi, il l’a lui-même créée. Alors même si ses adversaires assurent que c’était justement pour enterrer les dossiers gênants, il lui est difficile aujourd’hui de ne pas l’affronter. Et puis, ça lui permet d’avoir l’attitude opposée à celle de son meilleur ennemi, alors pourquoi s’en priver ? De son côté, Michel Platini a en effet opté ouvertement pour le boycott.  Après ses huit heures d’auditions, Sepp Blatter, par la voix de son porte-parole a affirmé attendre « une décision en sa faveur » de la part de cette commission.  »Cette enquête devrait se refermer et la suspension devrait être levée », peut-on lire dans ce court texte.

Foot fric : pour Blatter Platini est innocent !

Foot fric : pour Blatter   Platini est innocent !

 

Après avoir enfoncé Platini, notamment à propos de l’attribution de la coupe du monde au Qatar, Blatter  défend maintenant Platini. Un curieux renversement de posture, peut-être pour se protéger pour le cas où  Platini deviendrait président de la FIFA. Une FIFA aujourd’hui engluée dans des manœuvres mafieuses qui veut surtout éviter d’avoir à rendre des comptes à la justice. Beaucoup à la FIFA impliqués dans des affaires de corruption ne souhaitent pas que Platini prenne la direction de l’organisation internationale. Il faut dire que Platini n’est pas non plus complètement irréprochable même s’il apparaît pour l’instant comme le candidat le plus crédible et le plus compétent en remplacement de Blatter.  Dans cet entretien diffusé dans son intégralité mercredi 25 novembre, le Suisse est revenu sur les soupçons sur les 1,8 million d’euros versés par la FIFA à Michel Platini en 2011 pour des travaux effectués entre 1999 et 2002.  »Il y a un contrat (…), même dans les règlements de la FIFA c’est marqué, un contrat peut se faire soit par écrit soit oralement, c’est un contrat oral, un contrat de travail » explique Sepp Blatter à la journaliste. Le 16 octobre dernier, il parlait de « gentleman’s agreement » entre eux deux.  À la question de savoir si l’ancien numéro 10 de l’équipe de France et de la Juventus ferait un bon président de la FIFA, Sepp Blatter a répondu « oui ». « S’il revient, il sera élu », a-t-il affirmé. La candidature de l’ancien champion de football est pourtant loin d’être acquise, car elle ne sera pas étudiée avant le 5 janvier prochain, date à laquelle sa suspension expire. Or le scrutin se déroule le 26 février. Après avoir vu son appel rejeté par le comité de la FIFA, plus d’un mois après qu’il l’ait déposé, Michel Platini a saisi vendredi le Tribunal arbitral du sport de Lausanne. Dès le lendemain, la commission d’éthique annonçait avoir requis des sanctions contre ce dernier et Sepp Blatter. 

 

Sepp Blatter « gentleman’s agreement » avec Michel Platini

Sepp Blatter « gentleman’s agreement » avec Michel Platini

On se demande si c’est défendre Platini…ou l’enfoncer ! Le président de la Fédération internationale de football (FIFA) Sepp Blatter a déclaré vendredi à la télévision que le versement contesté effectué auprès de Michel Platini résultait d’un « gentleman’s agreement ». Les deux hommes ont été suspendus de toute activité liée au football pour une durée minimale de 90 jours, a annoncé la semaine dernière la commission d’éthique de la FIFA. La justice suisse a ouvert en septembre une procédure pénale contre Sepp Blatter pour des soupçons de corruption lors de la vente des droits télévisés des Coupes du monde 2010 et 2014 à un prix très en-dessous du marché au président de la Fédération des Caraïbes, Jack Warner, et pour le versement de deux millions de francs suisses (1,8 million d’euros) à Michel Platini en 2011. « C’est un contrat que j’ai passé avec Michel Platini, un gentleman’s agreement qui a été respecté », a dit Sepp Blatter dans un entretien accordé à la chaîne de télévision RROTV.

 

Foot-business : Blatter suspendu de la FIFA

Foot-business : Blatter suspendu de la  FIFA

 

Ça chauffe de plus en plus pour le sulfureux président de la FIFA, aussi pour Platini. La commission d’éthique de l’organisation serait prête à suspendre « provisoirement ». En réalité de plus en plus acculé par les enquêtes judiciaires et les différentes révélations, cette commission d’éthique tente de sauver les meubles de l’institution. Le premier sacrifié par cette justice interne serait donc le président lui-même. Mais Michel Platini ne sortira pas complètement blanchi de cette affaire dans la mesure où inversement de près de 2 millions lui a été fait par la FIFA presque 10 ans après de supposées prestations. La vérité c’est que cette institution est pourrie jusqu’à l’os du faite qu’elle brasse des centaines et des centaines de millions sans contrôle financier fiscal et sans contrôle démocratique. Dans cette affaire ce sont la plupart des membres de la FIFA qui essaye de sauver leur peau y compris s’il le faut en enfonçant la terre voir Platini. Sepp Blatter, président de la Fédération internationale de football (FIFA), sera donc  suspendu 90 jours si la commission d’éthique de l’organisation approuve la recommandation de sa chambre d’enquête, a annoncé mercredi un de ses proches, interrogé par Reuters.  La décision définitive de Hans-Joachim Eckert, président de la chambre d’enquête du comité, est attendue vendredi, a précisé Klaus Stöhlker, ami et ancien conseiller de l’intéressé. »Il n’y a pas de décision définitive. Il s’agit d’une recommandation de la base du comité à la direction », a-t-il déclaré à Reuters, ajoutant que Sepp Blatter en avait été informé, ce qu’il nie Selon ses avocats, Sepp Blatter n’a été informé d’aucune initiative à son sujet. Dans un communiqué, ils disent s’attendre à ce que « le comité d’éthique demande à entendre le président et ses représentants, et qu’il procède à un examen complet des éléments avant de recommander une mesure disciplinaire ».  Le comité est réuni depuis lundi à Zurich pour statuer sur les cas de Sepp Blatter et du président de l’UEFA Michel Platini.  La justice suisse a ouvert une procédure pénale à l’encontre du premier dans le cadre de l’enquête sur le versement à Michel Platini d’une somme de deux millions de francs suisses (1,8 million d’euros) en 2011 et sur un contrat de droits de retransmissions télévisées signé par le patron du football mondial.

Foot business FIFA: Coca et McDo veulent la démission immédiate de Blatter

Foot business FIFA: Coca et McDo veulent la démission immédiate de Blatter

Curieux mais ce sont peut-être deux sponsors  qui vont peut-être imposer le nettoyage des écuries de la FIFA. Pourquoi des sponsors ?  tout simplement parce que ces généreux donateurs versent en moyenne 300 à 400  millions de dollars à l’honorable association intitulée FIFA, dirigée par le tout aussi honorable Blatter. Bref le fric va faire le ménage dans le fric. Il faut dire que derrière la dégradation de l’image de la FIFA c’est aussi l’image des sponsors qui se trouvent entachés. Le problème de fond ce que la FIFA qui brasse des millions et même des milliards autour d’une association de type loi 1901 française mais suisse. Le type d’association dont l’assise juridique est suffisante pour gérer une société de pétanque mais pas pour gérer le football et brasser des milliards. Remarquons par parenthèses que la plupart des fédérations sportives internationales sont aussi gérées dans le cadre d’associations au fondement juridique sulfureux et dans le siège est presque toujours en Suisse ou alors à Monaco. De quoi ainsi éviter toutes contraintes de contrôle financier et toutes contraintes démocratiques. D’une certaine manière c’est toute l’organisation sportive internationale qu’on doit  remettre à plat étant entendu le football , lui, brasse des milliards et les milliards et que le scandale est immense.  Deux des plus gros sponsors de la Fédération internationale de football, empêtrée dans un scandale de corruption, réclament donc la démission « immédiate » du président Sepp Blatter « pour le bien du jeu » et « pour qu’une procédure de réforme crédible puisse sérieusement commencer ». Pas question de partir tout de suite, a répondu le patron de l’instance mondiale du foot.  Sepp Blatter a d’ores et déjà annoncé qu’il quitterait son poste, mais pas avant le 26 février prochain, date du congrès électif de la FIFA. C’est bien trop tard, pour Coca-Cola et Mc Donald’s, deux des plus gros sponsors de la Fédération qui montent au créneau ce vendredi soir.   Le communiqué de Coca est cinglant :  « Chaque jour qui passe, l’image et la réputation de la FIFA se ternissent un peu plus. » Même tonalité du côté de McDo : « Les événements des dernières semaines ont continué à abaisser la réputation de la Fifa et la confiance du public dans son leadership. »  Les autorités suisses et américaines ont annoncé en mai l’ouverture d’enquêtes à l’encontre de dirigeants de la FIFA soupçonnés de corruption, notamment dans le cadre de l’attribution des Coupes du monde de 2018 et 2022 en Russie et au Qatar. Vendredi dernier, le ministère public suisse (MPC) a annoncé l’ouverture d’une procédure pénale à l’encontre de Sepp Blatter, qu’il soupçonne de « gestion déloyale et, subsidiairement, d’abus de confiance ». C’en est trop pour Coca : « Pour le bien du jeu, la compagnie Coca-Cola demande au président de la Fifa Joseph Blatter de démissionner immédiatement afin qu’une procédure de réforme crédible et viable puisse sérieusement commencer. »  La réponse des avocats de Blatter ne s’est pas fait attendre vendredi soir : c’est niet. Le président restera jusqu’au bout, écrivent-ils dans un communiqué : « Si Coca-Cola est un sponsor apprécié de la FIFA, M. Blatter est, malgré tout son respect, en désaccord avec sa position (…) Il ne démissionnera pas. »

Coupe du monde au Qatar : « Sarkozy responsable » (Blatter)

Coupe du monde au Qatar : « Sarkozy responsable » (Blatter)

Pour une fois il n’a sans doute pas complètement tort le présidenet de la FIFA. Il met les pieds dans le plat en accusant Sarkozy d’avoir pesé pour le vote en faveur du Qatar. Sarkozy n’est vraisemblablement pas le seul à avoir été « sensible » aux arguments du Qatar., Blatter compris. Sepp Blatter, le toujours président de la FIFA persiste et signe. Après avoir déjà accusé la France d’avoir fait pression pour que la Coupe du monde 2022 soit organisée au Qatar, le patron de la puissante fédération de football s’est fait plus précis lors d’un entretien au journal allemand Welt am Sonntag. « Il y a eu deux interventions politiques, assène-t-il, messieurs Sarkozy et Wulff (ancien président allemand) ont essayé d’influencer leur délégué. C’est pourquoi nous avons une Coupe du monde au Qatar. »  »Ceux qui ont pris cette décision devraient assumer leurs responsabilités », a-t-il lancé en direction des deux responsables politiques.  Alors qu’il avait annoncé sa démission peu de temps après avoir été réélu à la tête de la Fédération de football en juin dernier, Sepp Blatter veut sauver la FIFA. « Je suis ici pour me battre », a déclaré Blatter dans la presse allemande. Le dirigeant de 79 ans a cependant renoncé à se rendre au Canada pour le Mondial de foot féminin, qui se clôt dimanche, invoquant des « raisons personnelles ».  Il a néanmoins indiqué au Welt am Sonntag qu’il irait bien en Russie fin juillet pour le tirage au sort des groupes de qualification du Mondial-2018. Pour un président démissionnaire, l’ambition ne lui manque pas.

 

Blatter-FIFA : « je suis religieux »

Blatter-FIFA : «  je suis religieux »

 

On se demande si Blatter ne va pas renter dans les ordres tellement il affirme sa foi. Un moment, il a même envisagé de se représenter à la présidence de la FIFA. Maintenant il se murmure qu’il pourrait remplacer le pape François en cas de défaillance de ce dernier..Il est clair qu’il serait très compétent pour gérer les sulfureuses finances du Vatican.  Sepp Blatter explique  qu’il est quelqu’un de religieux et que sa foi lui a donné de la force ces dernières semaines. « Je possède une croix en or qui a été bénie par le pape François. Je crois que j’irai un jour au paradis », poursuit-il. Plusieurs dirigeants de la FIFA sont visés par une enquête pour corruption lancée le 27 mai par le département américain de la Justice pour des détournements de fonds d’un montant de 150 millions de dollars sur une période de 24 années. Sepp Blatter, réélu lors du 65e congrès de la fédération internationale fin mai, a annoncé le 2 juin qu’il remettait son mandat mais qu’il restait en fonction jusqu’à la convocation d’un congrès extraordinaire chargé de désigner son successeur. L’enquête de la justice américaine ne le vise pas personnellement.

 

Sepp Blatter à nouveau candidat à la FIFA !

Sepp Blatter à nouveau candidat à la FIFA !

Incroyable mais vrai le vieux bandit s’accroche et se prépare même à être à nouveau candidat à la FIFA ; Il est soutenu par les nombreux membres de la FIFA très corrompus qui ne souhaitent pas qu’on ouvre la boite de pandore.. Une à une, les apparitions prévues de Sepp Blatter en tant que futur ex-président de la Fédération internationale de football (Fifa) – une nouvelle élection doit intervenir avant la fin de l’année – avaient été soigneusement déprogrammées et même pour la plupart annulées. Une présence devenue bien trop encombrante. Aujourd’hui, pourtant, c’est BBC Sport qui fait état de ce retour du Suisse à l’occasion d’une petite fête donnée pour le personnel du futur nouveau musée de la Fifa, qui doit ouvrir ses portes l’an prochain. Loin, très loin d’adopter le profil bas que l’on serait en droit d’attendre de lui dans le contexte que l’on sait, Blatter a bien au contraire cru bon d’alimenter les spéculations, qui lui prêtent l’intention de poursuivre sa mission en déclarant : « Je n’ai pas démissionné, je me suis placé, moi et ma fonction, entre les mains du congrès de la Fifa. » Et de plaisanter en affirmant qu’il n’était pas prêt « à rejoindre un musée », ni à devenir une statue de cire.

 

Blatter veut rester à la FIFA

Blatter veut rester à la FIFA

 

Incroyable mais vrai, Blatter envisage sérieusement de renoncer à sa promesse de démissionner de son poste de président de la FIFA, a déclaré lundi un de ses proches conseillers sur la chaîne Sky News. Selon Klaus Stöhlker, qui a conseillé Sepp Blatter durant sa dernière campagne de réélection, le patron du football mondial, qui a 79 ans, pourrait rester à la tête de la Fédération internationale si aucun « candidat convaincant » n’émerge pour le remplacer.  Quatre jours seulement après avoir été réélu en plein scandale de corruption visant des responsables de la FIFA, le patron du football mondial a annoncé le 2 juin qu’il démissionnerait à l’occasion d’un congrès extraordinaire qui devrait se tenir entre décembre 2015 et mars 2016. Mais selon une source citée dimanche par le quotidien suisse Schweiz am Sonntag, il aurait reçu depuis de nombreux messages de soutien de fédérations africaines et asiatiques reconsidérer sa décision, et il n’y serait pas insensible. Ce soutien n’est pas étonnant car certainess de ces fédérations sont impliquées dans la corruption.

 

Fifa : « Blatter doit partir tout de suite » ( parlement européen)

Fifa : « Blatter  doit partir tout de suite » ( parlement européen)

 

 

Il dst clair que la décision de Blatter de démissionner mais de demeurer encore pour au moins six mois à la tête de l’organisation constitue une situation  intolérable. Quand on connait Blatter on sait qu’il fera tout pour éviter que le prochain congrès choisisse un  successeur vraiment décidé  à faire le mange. Pire il va évidemment tout faire  pour empêcher quelqu’un comme Platini de prendre la direction de la FIFA. L’objectif étant d’enterrer les affaires dans lesquelles Blatter est personnellement impliqué ( achats de voix, pots de vin, corruption de politiques etc.).  Du coup le parlement européen s’en mêle et réclame le départ immédiat de Blatter.  Se félicitant de la démission de ce dernier, ils ont voté à main levée une résolution exigeant que l’organisation choisisse « un président provisoire approprié pour (le) remplacer immédiatement ».  Le texte a été préparé conjointement par les sept groupes politiques de l’assemblée. Le Parlement européen estime ainsi que la Fifa a besoin de « crédibilité » pour mener des « réformes urgentes nécessaires ». Pour rappel, si Sepp Blatter a annoncé sa démission mardi 2 juin, juste après avoir été réélu pour un 5e mandat la semaine précédente, il restera en poste au moins jusqu’à la fin de l’année. Son successeur sera désigné entre décembre 2015 et mars 2016.  Les élus ont estimé « qu’il est depuis longtemps d’avis que la corruption au sein de la FIFA est endémique, systémique et profondément ancrée » Et de réclamer: « La FIFA doit mettre en place un système de décision transparent, équilibré et démocratique, y compris pour la désignation du nouveau Président ». Par ailleurs, le flot de démissions à la Fifa n’a pas été jugulé. Ce jeudi 11 juin , le directeur de la communication de la Fifa, Walter De Gregorio, a démissionné jeudi de son poste, « avec effet immédiat ».

 

Blatter : la vieille fripouille coincée par un témoignage

 

Blatter :   la vieille fripouille coincée par un témoignage

 

Cette fois il est bien coincé par les déclarations d’un de anciens proches. Le pire c’est qu’il veut rester encore 6 mois à la FIFA alors que qu’il devrait quitter immédiatement la fédération internationale et même être mis en prison si la Suisse n’avait pas autant d’indulgence vis-à-vis des affaires d’argent.  Comment Blatter et d’autres ont touché des pots de vin. Un aveu de L’Américain Charles Blazer, ancien membre du comité exécutif de la FIFA qui coopère à l’enquête en cours de la justice américaine sur l’instance du football mondial ; il a  admis avoir touché des pots-de-vin en liaison avec les Coupes du monde de 1998 en France et de 2010 en Afrique du Sud. Ses aveux passés devant un juge américain remontent à novembre 2013. Ils figurent dans une transcription partielle de son audition publiée mercredi dont plusieurs passages ont été expurgés à la demande du gouvernement.  Membre du comité exécutif de la FIFA de 1997 à 2013, Blazer a également été de 1990 à 2011 le secrétaire général de la Concacaf, la Confédération d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes. Blazer, qui a secrètement plaidé coupable de dix chefs d’inculpation criminelle à New York dans le cadre d’un accord avec les procureurs américains, est l’un des principaux informateurs des enquêteurs américains qui travaillent sur les agissements de hauts responsables de la FIFA. Le scandale qui a éclaté mercredi dernier avec l’arrestation de plusieurs responsables de la FIFA dans un hôtel de Zurich a culminé mardi soir avec l’annonce de la démission prochaine du président de l’instance mondiale du football, Sepp Blatter, en poste depuis 1998. Lors de son audition à huis clos devant le juge de Brooklyn Raymond Dearie, le 25 novembre 2013, « Chuck » Blazer dit avoir facilité et accepté des commissions occultes liées aux éditions 1998 et 2010 de la Coupe du monde. « Entre autres choses, j’ai accepté avec d’autres personnes, autour de 1992, de faciliter la réception de dessous-de-table en liaison avec le choix du pays-hôte de la Coupe du monde 1998″, reconnaît-il dans cette déposition. Le tournoi avait été attribué à – et remporté par – la France, mais un autre document de justice allègue de possibles pots-de-vin versés à Charles Blazer et un autre responsable de la FIFA par le Maroc, qui était également candidat à l’organisation de la compétition. Entre 2004 et 2011, poursuit Blazer, « moi et d’autres au comité exécutif de la FIFA, nous avons accepté des pots-de-vin en liaison avec le choix de l’Afrique du Sud pour être le pays hôte de la Coupe du monde 2010″. Son audition évoque aussi des commissions occultes liées à cinq éditions de la Gold Cup, la principale compétition organisée par la Concacaf, étalées entre 1996 et 2003. Il reconnaît aussi avoir pratiqué l’évasion fiscale et travaillé avec des tiers pour transférer des fonds de comptes bancaires en comptes bancaires pour masquer les pratiques de corruption. « Je savais alors que mes actions étaient néfastes », dit-il encore au juge Dearie. Agé de 70 ans, Charles Blazer est l’un des quatre accusés ayant plaidé coupable en secret et accepté de coopérer avec les enquêteurs américains.

 

 

 

FIFA : le système Blatter et la corruption

FIFA : le système  Blatter et  la corruption

 

Blatter et le FIFA sont tombés grâce à l’enquête déterminée du FBI. Pourtant les faits de corruption sont connus depuis longtemps. Il suffit d’ailleurs de rappeler le parcours de Blatter pour se rendre compte du parcours de quasi maffioso de Blatter.  En 2014, l’ancien président de la fédération anglaise de football lord David Triesman, compare Sepp Blatter à  Vito Corleone, et dit de la FIFA qu’: « Elle possède une longue tradition de pots-de-vin, magouilles et de corruption », La Fifa se conduit comme une « famille de mafieux », « La corruption a été érigée en système ». Au début des années 1980, Sepp Blatter grimpe dans la hiérarchie de la FIFA. En novembre 1981, il est nommé secrétaire général de l’association. Selon la journaliste Barbara Smit et le professeur Alan Tomlinson, cette nomination est due à Dassler afin d’écarter Helmut Käser, secrétaire général depuis 1961. Le patron d’Adidas aide Havelange puis Blatter dans leur conquête du pouvoir, payant une partie du salaire de Blatter qui a son bureau à Landersheim, au siège d’Adidas France, quand il entre à la FIFA. Le journaliste d’investigation Andrew Jennings prête ce commentaire à Dassler « on va installer ce type [Blatter] dans la place, il est bien, il est des nôtres »..Au printemps 1998, il se porte candidat à la présidence de la FIFA. Il accède à ce poste le 8 juin de la même année alors que Lennart Johansson était favori, ce qui suscite des rumeurs de tentative de corruption de la part de l’entourage de Blatter, le président de la Fédération de Somalie de football Farah Weheliye Addo  étant chassé de la FIFA après avoir dénoncé ces pratiques La présidence de Sepp Blatter est marquée par de nombreux scandales, l’achat de votes lors des élections ou de la désignation des pays organisateurs de la coupe du monde. Le dernier scandale en date tant celui du Qatar. Des scandales dénoncés par   la publication de deux livres très critiques envers sa gestion de la FIFA. David Yallop publie ainsi en 1999 How They Stole the Game  (Comment ils ont volé le jeu). Il y dénonce la gestion de João Havelange. Dans la même veine, Andrew Jennings publie en 2006 Carton rouge !, où il dénonce la gestion de Sepp Blatter en reprenant nombre de données déjà publiées par Yallop (élections « truquées » en 1996 et 1998, par exemple), ainsi que des accusations de corruption liée à la société de marketing ISL (spécialisée dans les droits TV et commerciaux de la FIFA). ISL a été mise en faillite en 2001 puis liquidée judiciairement. La FIFA tente, en vain dans les deux cas, de faire interdire la publication de ces ouvrages. Dès l’année 2001, le juge d’instruction du canton de Zoug Thomas Hildbrand, spécialisé dans les crimes et délits économiques, mène son enquête sur la société désormais en faillite ISL. Ses investigations l’amènent à perquisitionner dans les bureaux de la FIFA à Zurich en novembre 2005, en raison de forts soupçons de détournement de fonds et de corruption. En mai 2002 déjà, le secrétaire général de la FIFA, Michel Zen-Ruffinen, avait publiquement dénoncé les dysfonctionnements au sein de l’association de football et critiqué le « système Blatter ». Un mois plus tard, il était contraint de démissionner. En 2014, la FIFA dépense 25 millions de francs pour la participation à un film fiction qui a couté 28 millions de francs, « United Passions » supposé être à la gloire d’un Sepp Blatter incarné par Tim Roth. Présenté au festival de Cannes le 18 mai 2014, le film noté récolte une note de 2.8 sur 10 par le site IMDB. Blatter quelques jours après sa ré réélection démissionne donc sous les coup de l’enquête du FBI. Mais il reste encore six mois sans doute pas pour réformer la FIFA comme il l’annonce mais pour magouiller les transferts de fonds et éviter-peut-être-être la prison.

FIFA: le vieux bandit Blatter bientôt en prison ?

FIF:  le vieux bandit bientôt en prison

 

Le veiux bandit de la FIFA Blatter ne manque pas de tours dans sont sac, reste à savoir si cette fois il pourra éviter la prison. Il a en effet annoncé sa démission mais reste en place pour six mois. Le temps sans doute pour rendre présentables les nombreux mouvements de fons destinés à acheter dirigeants et pays. En vérité pas une pratique nouvelle, connue de tous. Les fonds baladeurs supposés aider au développement du foot sont surtout destinés à corrompre les présidents de fédérations nationales et leur entourage. Pas tous mais une grand nombre. Pendant ce temps là e n Afrique par exemple on laisse se développer le trafic de jeunes joueurs qui se retrouvent ensuite dans la rue en Europe quand ils ne réussissent pas. Des millions pour Zlatan mais la rue pour des gosses de 14 ans. Et des milliers d’intermédiaires qui en mettent plein leur poche. Voila le bilan de la FIFA.    Sepp Blatter a donc annoncé mardi sa démission de la présidence de la FIFA et la tenue « le plus rapidement possible » d’un congrès extraordinaire pour élire son successeur. Sepp Blatter, 79 ans, a fait cette annonce lors d’une conférence de presse à Zurich quatre jours après avoir été réélu pour un cinquième mandat à la tête de la principale instance internationale du football. « Bien que les membres de la FIFA m’aient conféré ce mandat, ce mandat n’a pas le soutien de l’intégralité du monde du football, j’entends par-là des supporters, des joueurs, des clubs et de tous ceux qui vivent, respirent et aiment le football autant que nous tous à la FIFA », a-t-il déclaré. « C’est pourquoi je remettrai mon mandat à disposition lors d’un Congrès électif extraordinaire », a-t-il poursuivi. « La FIFA a besoin d’une profonde restructuration », a dit le président démissionnaire, tout en annonçant qu’il emploierait le temps qu’il lui reste à la tête de la plus haute instance du football pour entamer le chantier de la réforme de la FIFA. « Puisque je ne serai pas candidat et que je suis donc désormais libre des contraintes qu’impose inévitablement une élection, je serai en mesure de me concentrer sur la mise en œuvre des ambitieuses et profondes réformes qui transcenderont nos premiers efforts en la matière. » Domenico Scala, président de la Commission d’Audit et de Conformité, a prévenu qu’un délai de quatre mois minimum serait nécessaire pour préparer un nouveau congrès. « La décision sur le calendrier de l’élection du nouveau président reviendra au comité exécutif et il sera organisé entre décembre en mars », a-t-il dit.

 

FIFA : nouveau soupçon sur un proche de Blatter

FIFA : nouveau soupçon sur un proche de Blatter

 

Curieux mais 10 millions de dollars ont été versés à un ancien vice président de la FIFA, ceci sans l’accord du secrétaire général ( français) Jérôme Valcke, le secrétaire général de la Fifa, c’est à dire le plus proche collaborateurs de Blatter.  Des virements dans le cadre de l’attribution de la Coupe du monde 2010 à l’Afrique du Sud, révèle ce lundi le New York Times. Il faut bien comprendre le mécanisme de la corruption à la FIFA. D’abord la plupart des dirigeants mangent dans la gamelle. 90% des ressources viennent de la coupe du monde, des milliards sont en jeu (recettes spectateurs mais surtout sponsors et droits télé). Une partie de cet argent est  reversé aux différents pays pour « développer » le football. En réalité uen partie de cet argent va dans la poche des dirigeants. Plus les pots de vins politiques pour influencer le choix du pays où s’organise la coupe du monde. Blatter  tient tout son monde par la barbichette  du fait de ces retours ( et de la corruption via les sponsors  et les pays). L’étau se resserre donc autour de Sepp Blatter. Fraîchement réélu président de la Fifa, Blatter voit son plus proche collaborateur, le Français Jérôme Valcke, visé par la justice américaine dans le scandale qui éclabousse la Fifa depuis près d’une semaine. Selon le New York Times, le secrétaire général de l’instance internationale du football aurait versé plus de 10 millions de dollars, en trois virements, à Jack Warner, ancien vice-président de la Fifa, dans le cadre de l’attribution de la Coupe du monde 2010 à l’Afrique du Sud. Le FBI enquête sur ce transfert d’argent douteux qui se serait déroulé en 2008.  Jérôme Valcke a réagi dans un mail, affirmant qu’il n’avait pas donné son accord à ces virements. Mais alors qui ? Le responsable de la candidature sud-africaine de l’époque, Danny Jordan, a quant à lui déjà expliqué que cet argent n’était pas un pot-de-vin mais une aide au développement du football dans les Caraïbes. Tu parles !!

 

Blatter, le voyou, veut se payer Platini

 

Blatter, le voyou, veut se payer Platini

 

 

Non content d’être complètement corrompu Blatter a clairement menacé l’UEFA et Platini. Le vieux brigand qui tient tout son monde par la barbichette se permet non seulement de critiquer la procédure judicaire en cours mais d’attaquer l’UEFA et en particulier Platini ; En Clair Blatter fera tout pour que Platini ne devienne jamais président de la FIFA un jour. Blatter se comporte évidemment comme un dictateur fou puisqu’il ne représente que l’oligarchie qui bouffe dans la gamelle de la FIFA et détourne uen grande partie des fonds destinés au football. Ce type est une honte pour le sport et le football en particulier, pour son pays aussi la Suisse tellement tolérante chaque fois qu’il s’agit d’argent. Platini devra enfin abandonner la posture diplomatique- souvent ambigüe car il a longtemps soutenu Blatter-  et affronter Blatter de face ; Il est clair que ce dernier va lui savonner la planche et faire émerger un autre candidat ( africain ou asiatique sans doute) pour sabrer la candidature Platini. Blatter et son équipe ne connaissent pas grand-chose au football ( il n’y a pas un seul grand nom du foot dans cette équipe) mais ce sont par contre des experts en matière machiavélisme marchand. Et de tripatouillages politiques . Évidemment un autre monde que celui du foot amateur du dimanche après midi ou parents amis, dirigeants dépensent énergie et argent pour permettre aux gamins et autres séniors de jouer au foot. Le réservoir dans lequel on pompe pour alimenter la machine à fric du foot pro et des institutions pourries jusqu’à la moelle.  Le président de la Fifa, reconduit vendredi, dénonce une « haine » venue de l’UEFA. Sur la RTS, télévision suisse, ce samedi, il évoque l’opposition de Michel Platini et les accusations de la justice américaine. Le président de la Fifa, réélu vendredi pour un cinquième mandat dans un contexte très tendu, commence à régler ses comptes avec ceux qui se sont opposés à sa candidature. Samedi, lors d’un entretien à la RTS, télévision suisse, Sepp Blatter a visé l’UEFA et son président, le Français Michel Platini. Le patron de la Fifa a aussi critiqué le procédé de l’enquête américaine qui a conduit cette semaine à des interpellations en plein comité exécutif de la Fédération internationale de football. Michel Platini est clairement dans le collimateur de Sepp Blatter, qui s’est montré samedi très offensif. Interrogé sur le président de l’UEFA qui l’avait appelé à la démission, le dirigeant de la Fifa a répondu par des mots qui laissent entendre que les hostilités ne sont pas terminées. « Je pardonne à tout le monde, mais je n’oublie pas. » Lors de l’entretien télévisé, l’enquête américaine et les sept interpellations de dirigeants de la Fifa de mercredi dernier ont aussi été évoquées. Le patron de l’instance internationale de football a insinué que les Etats-Unis avaient des arrière-pensées. « Il y a des signes qui ne trompent pas: les Américains étaient candidats à la Coupe du monde de 2022 et ils ont perdu. » Sepp Blatter aussi regretté les arrestations menées sur le sol suisse. « Si les Américains ont à faire avec des délits d’argent ou de droit commun qui concernent des citoyens nord ou sud-américains, qu’ils les arrêtent là-bas, mais pas à Zurich alors qu’il y a un congrès » a-t-il déclaré. Une réunion du comité exécutif de la Fifa s’est déroulé ce samedi matin à Zurich. Lors d’une conférence de presse, Sepp Blatter déclaré qu’il avait été « affecté par les attaques » liées au scandale de corruption. Il a aussi appelé à « l’unité et la solidarité » pour « aller de l’avant ».

Blatter la magouille brillamment réélu

Blatter la magouille brillamment réélu

 

Tout ça pour rien, Blatter  a été brillamment réélu et tous de le féliciter après son élection. Tous, c’est à dire ceux qui bouffent dans la gamelle de la FIFA depuis longtemps. D’abord ces dirigeants qui entourent Blatter et qui n’ont qu’une  connaissance très approximative du foot mais qui encaissent,  se baladent aux frais de la princesse toute l’année, décident en douce de la coupe du monde. On objectera que cela fonctionne ainsi dans nombre de fédérations internationales  ou au CIO. Dans des fédérations nationales aussi. Il y avait 15 salariés à la FIFA il y a 40 ans il y en a 1500 maintenant, il n’y avait pas un sou, il y a maintenant des milliards. C’est le sport business grâce en particulier aux sponsors, aux droits télé, aux retombées politiques aussi. Loin du foot du terrain où des millions de bénévoles dans le monde consacrent plusieurs fois par semaine leur temps, leur énergie  leur argent à entrainer seniors et gamins.  Blatter, lui,  c’est le Mitterrand du foot, il tient tout le mode dans sa Maan puisque la plupart bouffent au râtelier. Via la corruption via aussi les subventions redistribuées par la FIFA aux pays et qui ne vont pas toutes au football. Tout le monde le sait mais c’est ce qui permet à Blatter de tenir son monde et d’être  été réélu à la tête de la Fifa.  La vague du scandale n’a donc pas submergé Blatter. 48 heures après l’arrestation de membres de la Fifa, soupçonnés dans des affaires de corruption qui rongeraient la puissance fédération depuis 20 ans au moins, Joseph « Sepp » Blatter a été réélu pour quatre ans de plus à la tête du foot mondial. Le Suisse de 79 ans avait recueilli au premier tour 133 voix contre 73 à son rival jordanien, qui bénéficiait notamment du soutien de l’Union des associations européennes de football (UEFA). Il n’avait pas atteint la majorité requise des deux tiers des suffrages exprimés (140).

Fric-foot : la mafia de la FIFA avec Blatter

Fric-foot : la mafia de la FIFA avec Blatter

L’ancien président de la Fédération anglaise a comparé la Fédération à “une famille de mafieux” et son président, Joseph Blatter à “Don Corleone”.  La Fifa se conduit comme une « famille de mafieux » et son président Joseph Blatter comme « Don Corleone« . L’ancien président de la Fédération anglaise, Lord David Triesman, a eu des mots très durs, ce mercredi, en commentant les accusations de corruption entourant l’attribution du Mondial 2022 au Qatar. A la veille du lancement officiel de la Coupe du Monde 2014 au Brésil, le Britannique a expliqué, lors d’un débat à la Chambre des Lords que la Fifa “possédait une longue tradition de pots-de-vin, magouilles et de corruption« . Selon la loi anglaise, les propos des membres de la Chambre haute ne sont pas susceptibles de poursuites judiciaires. Lord David Triesman a aussi soutenu l’actuel président de la Fédération anglaise (FA), Greg Dyke, qui a qualifié de « grotesque » l’accusation de racisme lancée par M. Blatter aux critiques sur l’attribution du Mondial-2022 au Qatar. « Je pense que Don Corleone aurait reconnu et adoré ces tactiques! La moitié du comité exécutif qui a voté pour la dernière coupe du monde doit s’en aller!« , a ajouté Lord Triesman, ex-président du comité de candidature anglaise au Mondial-2018. « La corruption a été érigée en système et soutenue par l’absence d’investigations et où la plupart des accusés échappe aux enquêtes. Des douzaines de travailleurs immigrés tués dans la construction des stades au Qatar sont ainsi ignorées« , a ajouté l’ancien président de la FA. « Je n’ai aucun commentaire à faire sur ces déclarations« , a réagi Joseph Blatter, présent au Congrès de la Fifa à Sao Paulo, lors duquel il s’est dit prêt à un nouveau mandat à la tête de la Fédération internationale de football, le sien se terminant en mai 2015. L’enquêteur de la Fifa, Michael J. Garcia doit remettre dans six semaines son rapport sur le Mondial 2022 à la chambre de jugement du comité d’éthique de la Fifa. Blatter espère que les conclusions de cette chambre seront rendues en septembre ou octobre. Ce mercredi, il a affirmé qu’il avait eu accès à la « grande majorité » des documents détenus par la presse, à l’origine des allégations de corruption.  Des sponsors de la Fifa comme Sony, Visa, Hyundai, Coca Cola, Adidas ou Budweiser ont sommé en début de semaine la Fifa d’agir pour mettre fin à ce que l’on appelle désormais le « Qatargate ».

 

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol