Archive pour le Tag 'Blanquefort :'

La fin de Ford Blanquefort en Gironde

La fin  de Ford Blanquefort en Gironde

La fin de l’usine Ford de Blanquefort en Gironde pourrait bien être scellée avec l’acceptation du plan de sauvegarde de l’emploi qui avait été refusé fin janvier mais qui pourrait être accepté pratiquement en l’état début mars.- Bruno Le Maire , le ministre de l’économie ne le dit pas clairement mais c’est à peu près fini pour l’usine qui fabriquait des boîtes de vitesse puisque le plan de reprise par le groupe belge Punch Powerglide a été repoussé par Ford. Par ailleurs un instant envisagé, la nationalisation provisoire semble désormais exclue et le ministre a annoncé réfléchir à d’autres solutions pour garantir un avenir au site industriel. C’est évidemment encore une catastrophe pour l’industrie française qui disparaît progressivement. Et les regrets du ministre de l’économie ne peuvent faire office de politique dans ce domaine. “Nous regrettons que cette offre n’ait pas été acceptée”, a déclaré le ministre de l’Economie et des Finances à l’issue d’une réunion à Bercy avec les représentants du personnel et les élus locaux au sujet du site situé dans la banlieue bordelaise.“L’attitude qu’a eue Ford (…) est indigne d’un grand groupe industriel”, a-t-il ajouté en annonçant la création d’un groupe de travail réunissant Etat, représentants syndicaux et des collectivités locales pour “mettre toute notre énergie pour imaginer l’avenir industriel du site”. Ford avait confirmé plus tôt dans la journée au personnel de l’usine Ford Aquitaine Industrie (FAI) avoir refusé le dernier projet de reprise présenté par le groupe belge Punch Powerglide. Le groupe belge, seul candidat à la reprise de cette usine fabriquant des boîtes de vitesse automatiques, avait présenté ce nouveau plan la semaine dernière, après avoir essuyé plusieurs refus de la part du constructeur automobile américain. Le projet de Punch, susceptible de maintenir environ 400 emplois sur les 850 du site, avait reçu le soutien du gouvernement français ainsi que de la majorité des syndicats. Ford prévoit une fermeture définitive de l’usine fin août.

Ford Blanquefort, un répit

Ford Blanquefort, un répit

Ford Gironde risque d’être un nouvel exemple du processus dramatique de l’écroulement de l’industrie en France. Une industrie dont les emplois dans les grandes métropoles ont été remplacés par ceux des activités de services mais qui dans les zones moins denses ont laissé place un désert économique Le rejet du plan de sauvegarde de l’emploi pour l’usine Ford en Gironde ne constitue évidemment pas une solution mais un répit qui peut permettre aux futurs repreneurs d’affiner son projet de reprise. On sait que Ford ne souhaite aucune reprise de son usine et a tout fait pour sa liquidation y compris avec le plan de sauvegarde de l’emploi. Il faut noter que cet entreprise est assez stratégique pour la région puisqu’elle emploie environ 850 personnes, sans doute autant en sous-traitance et le double en emplois induits. Preuve du désintérêt des pouvoirs publics pour la politique industrielle, ce thème ne figure même pas dans le grand débat Il est évident que les thèmes proposés dans le grand débat ont un peu été rédigés dans la précipitation ; pour preuve ; la problématique posée est souvent parcellaire voir contradictoire avec d’autres thèmes. On a surtout oublié les enjeux majeurs que constituent la croissance, l’emploi, la politique industrielle et l’Europe. Pourtant des enjeux qui conditionnent le reste. La question de la croissance est en effet le problème majeur en cette fin d’année et va occuper l’actualité en 2019 voir en 2020. Cette croissance subit actuellement un atterrissage assez brutal puisqu’on va atteindre à peine 1,5 % en 2018 pour 2,3 % espérés par les experts au début de l’année. Pour 2019, on  prévoit au mieux 1,3 % mais tout dépendra de la dynamique de la consommation des ménages actuellement relativement atone. De nombreux facteurs nuisent à cette croissance, certains sont d’ordre quantitatifs mais d’autres qualitatifs. La seconde question qui est en grande partie liée est celle de l’emploi dont la situation devrait se dégrader mécaniquement en 2019 alors que nous avons déjà près de 6 millions de chômeurs. La dégradation de la situation économique française depuis des décennies tient beaucoup à l’écroulement de notre industrie. Malheureusement depuis des années toute réflexion sur un secteur industriel est absente au motif qu’il ne faut pas parler de stratégie et encore moins de plan.  Autre thème important celui de l’Europe, cadre pourtant déterminant sur le plan institutionnel bien sûr mais aussi économique, social et même sociétal. Ces thèmes devraient précéder presque tous les autres car ce sont eux qui vont conditionner les moyens, l’évolution du volume et de la nature de la fiscalité, une grande partie des services publics et même la transition écologique (exemple évolution des normes concernant l’automobile). En fait,  le grand débat a surtout repris les thématiques développées par les gilets jaunes, des thématiques limitées en oubliant sans doute les rapports systémiques entre les grands enjeux économiques et sociaux et environnementaux.

 

Ford veut fermer l’usine de Blanquefort (Le Maire)

Ford veut fermer  l’usine de Blanquefort (Le Maire)

 

Une nouvelle catastrophe industrielle avec cette fermeture de Ford Aquitaine de Blanquefort (Gironde). Une catastrophe pour la région car Ford emploie plus de 847 personnes mais concerne avec la sous- traitance 4000 emplois. Une catastrophe pour la France qui ne cesse de brader son industrie. La perspective de reprise de l’usine est même combattue par Ford qui ne veut pas être impliquée d’une manière ou d’une  autre dans uen reprise. Ford aquitaine est devenu d’uen façon  manière le symbole de la désindustrialisation française. Sans doute pourquoi élus locaux, syndicats et pouvoir central tiennent le même discours. Et le ministre de l’économie Bruno Lemaire met les pieds dans le plat en dénonçant l’attitude de Ford: “J’ai eu le président de Ford vendredi dernier au téléphone et il m’a annoncé qu’entre une reprise du site de Blanquefort par Punch et la fermeture, l’option privilégiée par Ford était la fermeture de l’usine”, a-t-il dit à la presse à l’issue d’une réunion avec les représentants syndicaux et les élus. “Je suis évidemment en désaccord avec ce choix et je souhaite que nous nous mobilisions tous pour maintenir l’activité industrielle sur le site. Nous avons une option solide. Punch est un repreneur solide qui a une bonne réputation, qui a déjà apporté la preuve de sa capacité à reprendre une activité industrielle”, a-t-il ajouté. Lors de sa précédente visite dans l’usine il y a trois semaines, Bruno Le Maire avait émis l’espoir de voir aboutir les négociations entre Ford, qui entend se séparer de Blanquefort d’ici la fin de l’année 2019, et Punch, spécialisé dans la fabrication de composants automobiles et repreneur de l’usine de boîtes de vitesse que détenait General Motors à Strasbourg. Le ministre avait fixé la fin du mois d’octobre comme date butoir pour trouver une solution. Les collectivités locales et l’Etat se sont engagés lundi à investir 5 millions d’euros, dont trois millions d’euros pour des mesures de chômage technique qui seraient nécessaires et deux millions d’euros pour investir et moderniser le site, a précisé Bruno Le Maire.

Ford – Blanquefort : 4000 emplois concernés (Poutou)

Ford – Blanquefort : 4000 emplois concernés (Poutou)

Philippe Poutou, salarié de cette usine et membre de la CGT, dans une interview au JDD souligne que 4000 emplois sont menacés sur l’un des plus gros sites d’Aquitaine.

 

Déjà menacée de fermeture en 2009 et en 2013, l’usine Ford de Blanquefort (Gironde), près de Bordeaux, est à nouveau dans une situation difficile. Mardi midi, la branche Europe du constructeur automobile américain a décidé de ne plus investir dans ce site spécialisé dans la production de boîtes de vitesses. Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a aussitôt réagi par un communiqué en pressant Ford de « garantir la pérennité » de son usine et « le maintien à long terme de l’emploi » en travaillant avec les syndicats, les collectivités locales et l’Etat. Le constructeur a répondu en assurant vouloir travailler « avec les pouvoirs publics ».

Mais les syndicats restent sceptiques, pointant la menace qui plane sur 910 emplois. A la pointe du combat, Philippe Poutou, CGT du site de Blanquefort. Il fait part au JDD de ses inquiétudes et espère la mobilisation du gouvernement.

Vous attendiez-vous à la décision de Ford Europe de couper les investissements pour votre usine?
C’est malheureusement une mauvaise nouvelle, mais elle confirme toutes nos inquiétudes. Cela fait très longtemps que Ford ne donne aucun signe positif pour sauvegarder le site de Blanquefort. Pour nous, c’est le début d’une nouvelle période pour tenter de changer la donne. Ça va être compliqué, mais nous ne nous démoralisons pas. Nous devrions avoir l’appui du gouvernement et des pouvoirs publics locaux.

Dans un communiqué, Bruno Le Maire a en effet pressé Ford à « garantir la pérennité » de l’emploi sur le site. Lui faites-vous confiance pour convaincre le constructeur américain?
Ce n’est pas tellement une histoire de confiance. Le gouvernement a intérêt à ne pas voir cette usine disparaître. C’est un site emblématique pour plusieurs raisons : c’est la plus grosse usine d’Aquitaine, des milliers d’emplois en dépendent – si on compte l’emploi induit, les sous-traitants, cela tourne autour des 4.000 emplois – et sa fermeture serait un signal politique négatif pour les autorités. Ces dernières se sont déjà mobilisées par le passé et ça a marché. En 2009, la ministre de l’Economie Christine Lagarde avait participé à empêcher la fermeture du site. En 2013, sous François Hollande, un accord-cadre quinquennal nous avait ensuite permis de respirer un peu.

 

Philippe Poutou, une nouvelle fois mobilisé l’an dernier devant l’entrée de son usine.

 

Cet accord-cadre quinquennal, accepté par Ford en échange de versement d’aides publiques, prend fin en mai prochain. Rien n’a-t-il été préparé en vue de cette échéance?
Ford n’a jamais eu de projet sur le long terme. Nous n’avons pas cessé de tirer la sonnette d’alarme, nous faisant nous-mêmes force de propositions. C’est nous, salariés, qui avons proposé l’automne dernier de produire une nouvelle boite de vitesses sur le site. Le 24 octobre, Ford a évoqué la possibilité d’une étude de faisabilité sur ce produit. Et ce mardi, ils ont donc annoncé que cela ne serait pas rentable pour eux. A nouveau, nous sommes dans la position de proposer à la direction des solutions. Ce devrait être l’inverse!

Où en est le dialogue entre les syndicats et la direction de Ford?
Il n’y en a pas et il y en a rarement eu. En 2009, quand la menace de fermeture a été officialisée la première fois, il a fallu qu’on bloque l’usine pour faire venir les dirigeants de Ford Europe. Ils décident toujours par en haut. En 2009, en 2013 et j’espère cette année, c’est bien l’intervention des pouvoirs publics qui a imposé à Ford un dialogue tripartite, entre nous, la direction et les autorités locales.

Qu’attendez-vous pour l’avenir de votre usine?
Ford a aujourd’hui le vent en poupe. Comme pour le reste de l’industrie automobile, le constructeur a vu ses ventes et ses profits augmenter. Les nouveaux projets sont nombreux : Ford a près de 40 véhicules à lancer. Nous demandons juste qu’un bout de cette production planétaire soit fait sur l’usine de Blanquefort. Et si Ford refuse un engagement de long-terme, il faut a minima un nouvel accord-cadre quinquennal.

Mais, la menace de fermeture resurgira alors dans cinq ans…
Quand nous avions signé l’accord en 2013, nous savions que la menace reviendrait en 2018. Nous n’avons malheureusement pas la possibilité d’imposer à Ford un engagement à durée indéterminée. C’est vrai qu’on est toujours dans l’urgence. Et sauver le site pour deux, trois, cinq ans, c’est une bataille qui est déjà compliquée.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol