Archive pour le Tag 'blanche'

Trump : idiot ou crétin ? (secrétariat Maison Blanche)

Trump : idiot ou crétin ? (secrétariat Maison Blanche)

 

 Apparemment c’est la question qu’on se pose dans administration américaine. Trump est-il atteint de déficience intellectuelle ou simplement idiot ? Ce qui est à peu près la même chose. Les deux termes ont été employés par des proches de Trump ; Des appréciations guère appréciées par l’intéressé qui a plutôt uen haute opinion de lui-même. Du coup la valse des membres de l’administration Trump va continuer. Le prochain départ devant concerner John Kelly, le secrétaire général de la Maison-Blanche qui,  a plusieurs fois qualifié Donald Trump d’ »idiot » devant des membres de l’administration présidentielle et pourrait quitter la Maison blanche d’ici juillet, rapporte lundi la chaîne américaine NBC. La chaîne cite huit membres actuels ou passés de la présidence américaine. Quatre d’entre eux assurent avoir entendu Kelly proférer cette insulte. Trois autres disent n’en avoir jamais été les témoins. D’après ces sources, Kelly, qui occupe un poste clef dans le fonctionnement de la Maison-Blanche depuis la fin juillet 2017, se présente aussi comme un rempart solitaire contre une catastrophe, endiguant les exigences imprévisibles d’un président qu’il conviendrait de « sauver de lui-même ». L’ancien général quatre-étoiles, auquel Trump avait confié le département à la Sécurité intérieure en janvier 2017, a été appelé à la Maison-Blanche le 28 juillet 2017 après le limogeage de Reince Priebus. Son arrivée a été vue comme une volonté de reprise en main de l’administration présidentielle, menacée et tiraillée par les divisions. et

Une autre figure de l’administration Trump, l’ex-secrétaire d’Etat Rex Tillerson, a manié l’insulte contre le président, le qualifiant de « crétin » selon plusieurs sources citées d’abord par NBC. Il a été limogé d’un tweet en mars dernier.

Certaines sources de NBC évoquent un départ de Kelly d’ici juillet, pour le premier anniversaire de sa prise de fonction. D’autres estiment que rien n’est sûr.

Aucun commentaire n’a pu être obtenu dans l’immédiat auprès de la Maison-Blanche.

 

Prélèvement à la source: une année blanche en 2018 mais des impôts quand même

Prélèvement à la source: une année blanche en 2018 mais des impôts quand même

 

Certains avaient peut-être espérer une année complètement blanche pour l’impôt sur le revenu, une illusoire suppression de l’impôt.  en 2018 ans,  cette l’imposition reposera sur les revenus de 2017. Par contre en 2019 l’imposition reposera sur les 2019. En clair les Français paieront toujours des impôts mais on ne tiendra pas compte des revenus perçus en 2018 que s’ils ont notoirement augmenté. Conclusion,  tout cela ne va pas changer  et l’année blanche sera relativement virtuelle car l’administration fiscale va surveiller de très prés les effets d’aubaine (augmentation sensible des revenus 2018) afin de les imposer. Ceci vaut pour tous les français salariés, retraités, indépendants. Seuls quelques éléments assez accessoires de 2018 (primes notamment) pourraient échapper à l’impôt.

Le calendrier :

>> Printemps 2018: les contribuables déclarent leurs revenus de 2017. L’administration leur communique alors leur taux de prélèvement. Les membres d’un même foyer fiscal peuvent choisir un taux individualisé. Par défaut, le taux sera le même pour les deux conjoints.

>> Été 2018: l’avis d’imposition est envoyé par l’administration.

>> Automne-hiver 2018: le fisc envoie le taux de prélèvement des contribuables à leur employeur. S’ils le désirent, ce taux peut être affiché sur la fiche de paie dès le mois d’octobre, à titre informatif.

>> Janvier 2019: l’impôt sur le revenu est prélevé directement sur le salaire, avec mention sur la fiche de paie.

>> Printemps 2019: les contribuables déclarent leurs revenus de 2018 (sur lesquels ils ne seront pas imposés hors revenus exceptionnels). L’administration leur communique alors leur nouveau taux de prélèvement, applicable dès le mois de septembre.

La page climat disparaît de la maison blanche

La page climat disparaît de la maison blanche

 

Comme pour le système de santé Obamacare, Trump fait  un geste significatif et populiste afin de prouver sa détermination. Sitôt élu il a en effet fait disparaître du site de la Maison-Blanche la page changement climatique. Certes on sait que l’administration Trump compte notamment abandonner leur politique de réduction des énergies polluantes et reprendre le forage du pétrole et gaz de schiste pour créer des emplois et payer la rénovation des infrastructures publiques. Sur le climat, le président Trump « s’engage à éliminer les politiques non nécessaires et nuisibles tel le plan d’action pour le climat et les eaux », mis en place par Barack Obama, le prédécesseur de Donald Trump, indique un texte posté sur le site de la Maison Blanche sitôt le nouveau président républicain investi. Ce plan, baptisé « Climate Action Plan », adopté lors du second mandat de Barack Obama, a permis d’adopter des standards fédéraux pour éliminer les sources les plus polluantes, comme les centrales thermiques les plus anciennes, moderniser la production électrique, le tout sous la houlette de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) à qui de larges pouvoirs avaient été accordés. Dans l’immédiat, la Maison Blanche n’a pas encore annoncé sa décision sur l’accord de Paris. Mais Il y a les discours de campagne et les discours de gestion car au cours de la campagne. Donald Trump s’est dit aussi  « ouvert » au sujet de l’accord de Paris sur le changement climatique, après avoir promis tout au long de sa campagne électorale d’en retirer les États-Unis.  »Je regarde ça de très près. Je reste ouvert sur cette question », a dit le président-élu. « Je pense qu’il y a un lien (entre les humains et le changement climatique), il y a quelque chose, mais tout dépend combien », a aussi reconnu le milliardaire, notoirement climato-sceptique. Donald Trump a précisé qu’il fallait voir à propos de l’accord de Paris « combien cela va coûter à nos entreprises », et quels effets il pourrait avoir sur la compétitivité américaine. Si Donald Trump  semble devoir faire preuve d’un peu de réalisme c’est que progressivement des clauses environnementales seront incluses  dans les traités de libre échange. Du coup les États-Unis ne pourront pas se mettre à l’écart des traités qui vont peser sur les échanges internationaux. Le futur président américain a qualifié par le passé de « canular » le dérèglement climatique et menacé d’ »annuler » l’accord conclu lors de la COP21 adopté à Paris fin 2015 par 195 pays. Les États-Unis, deuxième plus gros émetteur de gaz à effet de serre de la planète après la Chine, ont ratifié cet accord début septembre, sous l’impulsion notamment du président Barack Obama.

 

 

Etats-Unis Trump « inapte » pour la Maison Blanche, (USA Today)

Etats-Unis Trump « inapte » pour la Maison Blanche, (USA Today)

Après le New York Times, le Washington post, c’est au tour du journal le plus lu aux États-Unis de considérer que Donald TRUMP est inapte aux fonctions présidentielles. Pas vraiment un motif pour l’empêcher d’être élu. Aux États-Unis comme ailleurs les inaptes  ayant réussi à se faire élire sont nombreux ce qui explique en particulier la situation dans laquelle se trouve le monde aujourd’hui. La compétence n’a jamais été le critère dominant pour désigner les dirigeants de notre planète même si on compte de  brillantes exceptions. La démagogie a toujours mieux réussi que le sérieux en politique. Selon USA Today, « Du jour où il a déclaré sa candidature il y a 15 mois au premier débat présidentiel cette semaine, Donald Trump a démontré à plusieurs reprises qu’il n’a pas le tempérament, la connaissance, la stabilité et l’honnêteté dont l’Amérique a besoin », indique le comité éditorial du journal dans un « consensus unanime ». Pour autant, USA Today , n’est pas parvenu à ce même consensus pour soutenir la candidate démocrate Hillary Clinton. Alors, aux électeurs, le journal écrit : « Allez voter, mais simplement pas pour Donald Trump ». Selon USA Today, Donald Trump est « inconstant », « mal préparé pour être commandant en chef » des armées et un « menteur en série ». De plus, il « fait circuler des préjugés », « parle de manière irréfléchie », alourdit le dialogue national, a une carrière dans les affaires en dents de scie et n’a pas joué franc jeu avec les électeurs sur un certain nombre de sujets comme sa déclaration de revenus.  Le milliardaire a refusé jusqu’à présent de se soumettre à la tradition des candidats de publier leurs déclarations d’impôts, au prétexte qu’il fait l’objet d’un audit des services fiscaux américains. Et pour cause le candidat à la Maison-Blanche n’aurait pas payé d’impôt pendant une vingtaine d’années milliardaire Dans une tribune publiée à côté de la prise de position du quotidien, le colistier de Donald Trump, Mike Pence, assure au contraire que l’homme d’affaires « est prêt à diriger ».

(Avec les Échos)

 

Delon : race blanche, OK avec Morano

 

Delon : race blanche, OK avec Morano

 

Le naufrage de la vieillesse se confirme avec cette nouvelle sortie du Philosophe Delon qui approuve les propos de Morano. La pathologie réactionnaire affecte nombre de vieux du showbiz Delon, Bardot, Sardou,  bien d’autres. Malheureusement une maladie difficile à soigner, transmissible parfois  en plus aux plus jeunes, souvent pas les plus évolués. Comme Morano il y a longtemps qu’il a du lire un livre pour confondre race et pigmentation de la peau. A part TV magazine. Pathétique quand la vieillesse rend crétin à ce point. . Dans une interview accordée à TV Magazine, Alain Delon prend la défense de l’eurodéputée concernant ses propos tenus fin septembre sur la France « pays de race blanche ». « Juste une question: le Kenya est un pays de quelle race? Les gens sont noirs. C’est une polémique ridicule, grotesque, qui n’a aucun sens », estime l’acteur qui s’apprête à fêter ses 80 ans.   Pour lui, l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy « a des c… de tenir comme elle tient et de dire: ‘Je vous emmerde tous, je dis ce que je pense et je continuerai à le dire’. Chapeau! ».  Egalement interrogé sur le Front National, Alain Delon affirme ne pas être proche de ce parti: « Et, si je l’étais, pourquoi n’en aurais-je pas le droit? L’extrême gauche et Mélenchon, c’est valable, mais l’extrême droite, non? », s’interroge-t-il. « Le Front national représente quand même six millions de personnes. C’est six millions de cons? On a le droit de ne pas aimer, mais on doit le respecter. »  L’acteur ne nie pas en revanche sa proximité avec le fondateur du Front national avec qui il est « ami depuis cinquante ans ». les gens ne savent plus où ils en sont, alors pourquoi pas le Front national… » Et oui, c’est ce qu’ont dans les bistrots auusi !

« Race blanche » : Nadine Morano, de plus en plus pathétique

« Race blanche » : Nadine Morano, toujours pathétique

Une nouvelle fois Nadine Morano instrumentalise le général De Gaulle pour justifier ses propos concernant la race blanche française. On pourra au moins reconnaître à Morano la cohérence de ses déclarations honteuses et haineuses. Après son dérapage volontaire dans l’émission de Ruquier, elle a confirmé à Moscou ses propos racistes et cette fois utilise un voyage sur la tombe du général De Gaulle pour donner une légitimité à sa théorie. Une posture pathétique qui traduit le populisme de Morano mais aussi sans doute son incapacité intellectuelle à appréhender la portée de mots qu’elle ne maîtrise pas. Quand elle a évoqué la France de « race blanche » pour la première fois, Nadine Morano a affirmé avoir cité les mots du général de Gaulle. Après le tollé suscité par ses propos, la député européenne s’est rendue dimanche à Colombey-les-Deux-Églises sur la tombe du général. Elle a une nouvelle fois évoqué sa théorie sur « la race blanche » à cette occasion. C’est dans un texte qu’elle a posté sur Facebook que Nadine Morano a dévoilé avoir effectué le pèlerinage au cimetière de Colombey-les-Deux-Églises en Haute-Marne, comme l’a publié BFMTV. Tout juste arrivée de Russie, où jeudi elle a une nouvelle fois réitéré ses propos, Nadine Morano s’est emportée dans sa publication sur le réseau social. Affirmant ne pas être « de la race des lâches », elle a confié que jamais elle ne « renierait le général de Gaulle». Dans ce très long texte, Nadine Morano a fustigé ses amis des Républicains, affirmant que « NKM et Juppé ont été les plus virulents. NKM ça ne m’étonne pas. Quant à Alain Juppé, je suis troublée« , a-t-elle ajouté. L’ancienne ministre a aussi publié les photos de son hommage à Charles de Gaulle sur Twitter, affirmant une nouvelle fois ne pas être « de la race des lâches ». Mercredi, la commission des investitures des Républicains se réunira à la demande de son président Nicolas Sarkozy. Nadine Morano devrait ainsi être sortie de la course aux régionales dans le Grand-Est. Nicolas Sarkozy s’est d’ailleurs exprimé au sujet de son ancien soutien ce week-end, rappelant à chacun de « maîtriser son vocabulaire ». Un sondage Odoxa pour iTélé et Paris Match dévoilé vendredi soir démontre que 60% des Français estiment que les propos tenus par Nadine Morano  »sont le signe que la plupart des responsables des Républicains partagent des positions proches de celles du FN ».

Morano répète que la France est un « pays de race blanche »….. à Moscou !

Morano répète que la France est un « pays de race blanche »….. à Moscou !

. En déplacement à Moscou, cette dernière a estimé jeudi que la France est « un pays de race blanche avec des noirs, comme le Congo est un pays de race noire avec des blancs », répétant ses propos polémiques qui pourraient lui coûter son investiture pour les régionales.   »Vous voyez, au Congo, ils reconnaissent que la France est un pays de race blanche avec des noirs, comme le Congo est un pays de race noire avec des blancs », a déclaré l’eurodéputée, juste après avoir discuté avec un représentant de la République démocratique du Congo.  Nadine Morano participe à Moscou à un forum parlementaire sur la sécurité internationale où sont également présents le député des Français de l’étranger Thierry Mariani ou la député du Front national Marion Maréchal-Le Pen. Elle risque de se voir retirer son investiture Les Républicains en Meurthe-et-Moselle aux élections régionales après qu’elle a réitéré mercredi ses propos polémiques sur la France.

« La France est un pays de race blanche » (Morano)…. aussi de connes

« La France est un pays de race blanche » (Morano)….  aussi  de connes

Bedos avait déjà traité Morano de conne lors de sa d’un spectacle, la justice ne l’a d’ailleurs pas condamné. Ses propos étaient sans doute pertinents puisque sur France 2 la subtile Morano a déclaré samedi que la France était un pays de race blanche. Aussi un pays de connes sans doute tellement l’outrance, la vulgarité et la haine caractérisent  l’ancienne égérie de Sarkozy. Une égérie qui n’hésite pas à en rajouter pour avoir été écartée de la direction du nouveau parti les républicains. Ce qui a justifié sa candidature aux primaires contre Sarkosy. Ce qui légitime aussi sans doute ses saillies extraterrestres. On peut se demander comment de tels personnages peuvent parvenir à d’aussi hautes fonctions comte tenu de leurs bagages intellectuels et morales.   Avec Morano on est assuré de propos extrémistes mais aussi du populisme le plus vulgaire Les propos de Nadine Morano dans «On n’est pas couché», samedi soir sur France 2, suscitent de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. La candidate à la primaire des Républicains a répété plusieurs fois que la France était «un pays judéo-chrétien de race blanche». «Et je n’ai pas envie que la France devienne musulmane, car dans ce cas ce ne serait plus la France», a-t-elle également assuré. Interrogée par la chroniqueuse Léa Salamé sur les Antillais, Nadine Morano a reconnu qu’ils étaient français mais insisté encore pour dire que «la France était à majorité de race blanche». L’animateur de l’émission lui a répondu que «c’était incroyable d’entendre ça ! Le problème c’est qu’aujourd’hui en 2015 vous fassiez encore cette distinction, il y a des gens qui ne sont pas de peau blanche et qui sont autant Français que vous et moi !»

Alstom: opération Blanche pour l’Etat !! (Montebourg)

Alstom: opération Blanche pour l’Etat !! (Montebourg)

 

Pour une fois Montebourg est parvenu à une solution industrielle qui ménage les intérêts stratégique du pays. Par contre quand il affirme que cette opération ne coutera rien au contribuable, il se plante. Visiblement l’ancien avocat entretient des relations assez approximatives avec la comptabilité nationale et la fiscalité. « Le conseil d’administration a unanimement décidé d’émettre un avis favorable à l’offre de GE » et l’entreprise engagera désormais « les procédures d’information et de consultation des instances représentatives du personnel d’Alstom », détaille le communiqué publié samedi soir.  Dans le même temps, les discussions continuent toujours entre l’Etat et Bouygues au sujet du prix de rachat des 20% du capital d’Alstom que l’Etat souhaite racheter. A l’Élysée, une source proche de la présidence se disait cependant samedi soir « optimiste sur un débouché rapide avant l’ouverture des marchés » lundi à 9 heures.  Arnaud Montebourg rappelle ce dimanche 22 juin dans une interview au Parisien/Aujour’dhui en France que « s’il n’y a pas d’entrée de l’Etat parce que M. Bouygues ne veut pas vendre ses actions, l’opération avec GE ne se fera pas. »  Dans cette interview, le ministre de l’Economie assure que l’entrée de l’Etat au capital d’Alstom « coutera zéro euro aux contribuables ». Elle sera en effet financée par la vente de « certaines » participations de l’Etat dans des grands groupes français. Il précise que l’Etat possède un portefeuille d’actions de 110 milliards dans 71 sociétés, et que c’est « en vendant certaines de ces actions » que seront achetés les 20% du capital d’Alstom détenus par Bouygues. « Aujourd’hui, parce que nous avons vendu un peu de Safran, d’Airbus et d’Aéroports de Paris, nous disposons de 2,7 milliards d’euros en caisse », assure le ministre. « Une partie de cette somme nous a permis de financer le réinvestissement (à hauteur de 800 millions d’euros) dans PSA, lors de l’entrée du chinois Dongfeng. Et nous sommes confortables pour intervenir dans Alstom », commente Arnaud Montebourg.

 

Baisse des charges: en fait une opération blanche

Baisse des charges: en fait une opération blanche

L’enthousiasme de la baisse des charges sur les entreprsises risue de vite retomber puisqu’en réalité il s’agit de remplacer les 20 milliards du CICE par les 30 millirds de cotisations familailes. Mais mécaniquemenet cette suppression des cotisations familiales va accroitre les marges et accroitre les impôts sur les bénfices. Lopération serait donc partiquemenet blanche.En réalité  le gouvernement ne perdrait  pas d’argent au terme d’un jeu de passe-passe (avec en plus une cathédrale administrative, celle des contraintes)). S’il remplaçait le crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) par des baisses de charges, il pourrait même en gagner un peu. L’explication se trouve dans le bilan des entreprises : une baisse de charges, c’est à dire une baisse mécanique du coût du travail, améliore tout aussi mécaniquement le résultat des entreprises. Et sur ce résultat les entreprises paient de l’impôt.  En baissant les charges, l’Etat récupère donc automatiquement par l’impôt sur les sociétés (IS) une partie de ce qu’il a donné. Ce n’est pas le cas avec le CICE, qui est un « crédit d’impôt », c’est à dire un chèque fait par l’Etat à l’entreprise et qui n’a aucun impact sur le résultat de celle-ci. Voilà pourquoi, au terme de savants calculs, les comptables sont formels: les deux masses sont équivalentes pour les finances publiques : 20 milliards de CICE représentent la même chose que 30 milliards de baisse de charges. C’est pareil pour l’Etat, mais pas forcément pour les entreprises. Pour un salarié payé à  2 smic, le CICE permet 2.080 euros d’allègements, alors que la suppression des cotisations familles équivaut à seulement 1.820 euros d’allègement une différence de 260 euros dans ce cas précis ! En revanche, l’allègement dans le cas d’une baisse des charges est significatif pour l’entreprise au-delà de 2,5 smic. Quoi qu’il en soit, tout cela permet de relativiser le supposé « cadeau » fait aux entreprises.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol