Archive pour le Tag 'Bitcoin'

Page 6 sur 6

 » Bitcoin : un moyen de se libérer des banques et des Etats » (GUILLAUME MAUJEAN)

 « Bitcoin : un moyen de se libérer des banques et des Etats « (GUILLAUME MAUJEAN)

 

 

Dans une tribune aux Echos, (GUILLAUME MAUJEAN), Rédacteur en chef « Finance et Marchés,  explique de son point de vue les enjeux du bitcoin

 

«  Voilà une semaine qu’on ne parle que de ça et pourtant, avouez-le, vous n’avez toujours rien compris au bitcoin. Vous savez que c’est une monnaie virtuelle. Mais quel est l’intérêt d’une monnaie avec laquelle on ne peut quasiment rien payer au quotidien ? Vous savez que c’est un formidable instrument de spéculation. Que si vous aviez eu la bonne idée d’en acheter pour une petite centaine d’euros il y a sept ans, vous seriez aujourd’hui millionnaire. Mais vous savez aussi que  la bulle de ce nouvel or numérique ne demande qu’à éclater . Et pourtant, il faut prendre le bitcoin très au sérieux. Notre incrédulité face à ce phénomène est sans doute la même que celle que nous avions devant l’avènement d’Internet, devant les premiers réseaux sociaux ou la création de Wikipedia. Alors oui, le bitcoin est un instrument très difficile à saisir. Oui, il est parfois utilisé pour blanchir l’argent sale ou financer des activités illicites. Oui, l’emballement actuel des marchés est parfaitement irrationnel, et les épargnants qui seraient tentés de prendre le train en marche ont intérêt à apprécier les montagnes russes. Mais tous ces éléments ne doivent pas masquer l’essentiel. Au-delà de ses acrobaties boursières, le bitcoin  nous raconte une histoire . Il est né en 2009, juste après le déclenchement de la crise financière du siècle, et ce n’est évidemment pas une coïncidence. Il a pris son essor peu après qu’Edward Snowden a révélé comment la NSA organisait une surveillance de masse des citoyens, et ce n’est pas un hasard non plus. Car le bitcoin rassemble une communauté porteuse d’un projet politique : libérer la monnaie de l’Etat et des banques. Il porte des valeurs et une idéologie : la revendication d’une devise pure et apatride, la promotion des libertés individuelles, la défense du marché libre… Au moment où un certain  Satoshi Nakamoto fonde le bitcoin, l’explosion des subprimes et la faillite de Lehman Brothers ont jeté le discrédit sur l’industrie bancaire. Les Etats sont condamnés à venir à la rescousse des établissements en perdition. Les banques centrales font alorstourner la planche à billets. Elles injectent des milliers de milliards de dollars dans l’économie pour éviter un remake de la Grande Dépression. Avec l’aide des régulateurs se met alors en place une forme de « répression financière » pour contenir le fardeau d’une dette qui n’a cessé de s’envoler, au grand dam des épargnants. Le bitcoin s’inscrit clairement en opposition à ce nouvel ordre monétaire, dans un mouvement de contestation des pouvoirs politiques et bancaires, jugés incapables d’offrir une monnaie de qualité. Le bitcoin, lui, ne dépend d’aucun Etat, d’aucune banque, ni d’aucune autorité centrale. Il n’y a aucune possibilité d’éroder sa valeur en menant une politique inflationniste ou en faisant tourner la « planche à billets », puisque les règles du jeu ont été fixées dès le départ et sont immuables. C’est un algorithme qui se charge d’organiser toutes les émissions, qui vont aller décroissant jusqu’en 2140. Il n’y aura donc jamais plus de 21 millions de bitcoins en circulation.La rareté de la monnaie est inscrite dans le « code » qui fait office de règle intangible de politique monétaire. Chaque bitcoin est unique. L’historique de tous ses propriétaires successifs est gardé en mémoire par la fameuse « chaîne de blocs », mais tous les propriétaires restent anonymes. Une monnaie qui peut s’échanger librement partout dans le monde, qui ne laisse pas de traces, qui ne réclame aucuns frais de transactions bancaires… C’est la pierre de touche d’un système où les individus sont enfin affranchis de tout arbitraire politique. Le moyen de se libérer de l’emprise de l’Etat et du contrôle que celui-ci exerce sur les informations relevant de la sphère privée.  Le rêve de la philosophe Ayn Rand et des libertariens qui devient réalité .  « Les préoccupations ne sont pas seulement d’ordre technique (sécurisation des données par le cryptage), elles sont aussi philosophiques et politiques : il s’agit de réfléchir aux moyens de contourner le monopole acquis par l’Etat pour le contrôle de l’offre de monnaie et de restituer les pleins pouvoirs d’utilisation de celle-ci à la communauté », résument les économistes Odile Lakomski-Laguerre et Ludovic Desmedt dans une  étude éclairante (1). Mais pour que le système perdure et s’étende, encore faut-il qu’il rencontre une forme d’adhésion collective. Le bitcoin était au départ curiosité de geeks. Puis il a séduit une communauté de libertariens qui honnit toute forme d’intervention de l’Etat ou des régulateurs publics, qui place la liberté individuelle au rang de ses valeurs suprêmes, qui accorde aux machines et aux codes informatiques davantage de légitimité qu’à l’intelligence humaine. Et qui rêve donc de faire des cryptodevises un véritable système financier alternatif. Ses défenseurs les plus enthousiastes le rêvent en secret : le bitcoin annonce un nouvel ordre monétaire et, donc, économique. Mais il peut aussi être étouffé ou stoppé net. Aux cours actuels, le bitcoin capitalise quelque 160 milliards de dollars. C’est à la fois beaucoup pour une devise si jeune – l’équivalent d’un groupe centenaire comme Coca-Cola. Et une goutte d’eau au regard des 80.000 milliards de liquidités dans le monde. Voilà sans doute pourquoi les Etats, les banquiers centraux ou les régulateurs regardent de haut cet ovni financier. Quand il prendra encore plus de valeur, quand les particuliers pourront acheter davantage de biens avec leurs bitcoins, autrement dit quand il commencera à menacer leur propre autorité, les gouvernements s’y intéresseront sûrement de plus près. Et chercheront alors des moyens de l’éradiquer, comme Washington cassa un Standard Oil un peu trop puissant à son goût au début du XXe siècle. Le bitcoin a déjà résisté à bien des secousses – krachs à répétition, faillites de plates-formes frauduleuses, vagues de piratage. Pourra-t-il résister au réveil des pouvoirs publics ?

(1)  « L’alternative monétaire bitcoin : une perspective institutionnaliste » (dans « La Revue de la régulation », automne

Bitcoin : attention à la correction

Bitcoin : attention à la correction   

 

“L’achat/vente et l’investissement en bitcoins s’effectuent à ce jour en dehors de tout marché réglementé. Les investisseurs s’exposent par conséquent à des risques de perte très élevés en cas de correction”, déclarent l‘Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), le superviseur des établissements financiers.  Vendredi, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, avait de même mis en garde contre tout investissement dans le bitcoin, qualifié d’“actif spéculatif”. Le bitcoin est retombé autour de 11.000 dollars lundi après avoir atteint la veille un nouveau record à près de 11.800, alors qu‘il s’échangeait autour de 10.000 dollars début 2017.Notons que le bitcoin valait seulement quelques centimes en 2009 ! le bitcoin constitue sans doute une crypto monnaie moderne qui permet de faire des économies de gestion sur les transactions financières  mais de tels rendements sont évidemment surréalistes.

Le créateur du Bitcoin : un australien

Le créateur du Bitcoin : un australien

 

 

L’entrepreneur australien Craig Wright a déclaré être « la cheville ouvrière » du Bitcoin, créé il y a sept ans. Son identité avait été percée à jour par des médias spécialisés alors qu’il opérait jusque-là sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto. La fin d’un mystère qui a débuté en 2009. Après des années de spéculations, le véritable créateur de la monnaie numérique bitcoin a révélé lundi son identité à la BBC, The Economist et au magazine GQ: il s’agit de l’entrepreneur australien Craig Wright. Il a précisé s’être senti contraint de dévoiler son identité pour préserver ses proches qui sont poursuivis par des journalistes depuis que le magazine américain Wired et le site spécialisé Gizmodo ont avancé en décembre 2015, après une enquête, que l’entrepreneur australien était un des possibles créateurs du Bitcoin. « J’en ai été la cheville ouvrière, mais d’autres personnes m’ont apporté une aide », a déclaré Craig Wright au micro de la BBC à propos de la monnaie numérique. Il a ajouté que Hal Finney, un cryptographe réputé, était un des ingénieurs ayant contribué à créer le Bitcoin. Pour prouver ses dires, Craig Wright a fourni des pièces connues comme étant seulement détenues par le créateur du Bitcoin pour prouver qu’il en était bien l’inventeur, précise la BBC. Lors d’une rencontre, il a ainsi signé numériquement des messages en utilisant des clés cryptographiques créées aux premiers jours du développement de cette crypto-monnaie. The Economist a dit cependant ne pas être entièrement convaincu. « Notre conclusion est que M. Wright pourrait bien être M. Nakamoto, mais des questions importantes demeurent », a nuancé l’hebdomadaire. Et d’ajouter : « De fait, il pourrait bien ne jamais être possible d’établir, au-delà du doute raisonnable, qui a véritablement créé le Bitcoin. » Les médias traquent depuis plusieurs années le ou les mystérieux informaticiens qui, derrière ce pseudonyme, ont conçu en 2009 le logiciel à l’origine du Bitcoin. Craig Wright a toutefois expliqué ne pas avoir révélé son identité  »parce qu’[il]le voulai[t]« . « Ce n’est pas mon choix. [...] Je ne veux vraiment pas être l’image publique de quoi que ce soit. [...] Je veux travailler, continuer de faire ce qui me plaît. Je ne veux pas d’argent. Je ne veux pas de gloire. Je ne veux pas d’adoration. Je veux juste qu’on me laisse tranquille. » Comme le rappelle la BBC, il y a environ 15,5 millions de bitcoins actuellement en circulation dans le monde et Satoshi Nakamoto serait en possession d’un million d’entre eux, auxquels personne n’aurait jamais accédé. Sachant qu’à ce jour la valeur du bitcoin est de 441,9 dollars (385 euros), cela laisserait donc Craig Wright à la tête d’une fortune de près de 450 millions de dollars. Nombreux sont toutefois ceux à penser que, la véritable valeur du bitcoin se trouve dans la technologie de cryptage utlisée : la Blockchain. Ce protocole cryptographique, en théorie inviolable et totalement privé, permet à des inconnus de réaliser des transactions dans un cadre totalement sécurisé, sans intermédiaire, chaque maillon de la chaîne étant le garant de l’ensemble dans un alignement des intérêts du tout et des parties. La technologie s’inspire du piratage de fichiers musicaux des années 1990, « de pair à pair » (peer-to-peer ou P2P), mais en beaucoup plus puissant. Après avoir donné naissance au Bitcoin, la Blockchain pourrait trouver des applications inédites dans tous les secteurs où intervient un « tiers de confiance » et engendrer ainsi une sorte d’économie « horizontale », complètement décentralisée.

> 

(La tribune avec Reuters et AFP)

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol