Archive pour le Tag '( Bilger)'

 » Taubira est une catastrophe » (Philippe Bilger)

 » Taubira est une catastrophe » (Philippe Bilger)

C’est un portrait au vitriol que dessine Philippe Bilger (qui a été l’un des premiers magistrats de France) de Christiane Taubira. Concernant sa politique, son constat est lapidaire : « Elle n’a rien fait » ajoutant, pour expliquer sa reconduction à son poste : « la compétence n’est pas une chance mais souvent un handicap pour les ministres… plus ils sont attaqués, plus ils sont défendus et plus ils sont maintenus. » Philippe Bilger se défend aussi de toute arrière-pensée partisane. Il admet avoir été sous le charme du candidat Sarkozy en 2007 mais, très vite déçu, il a voté Hollande en 2012 et rend aussi hommage à Elisabeth Guigou, une Garde des Sceaux qui fut une « ministre digne de ce nom« .  Comprendre les criminels, c’est aussi s’intéresser au rôle de la prison. Le magistrat avance, à contrecourant du gouvernement, que « la prison n’est pas la responsable exclusive de la récidive« . Des raisons qui entourent le problème mais ne suffisent pas selon lui. Christiane Taubira veut vider les prisons. Il n’est pas en désaccord total en ce qui concerne les courtes peines : « Je serais prêt à reconsidérer la nécessité d’enfermement pour cette majorité-là. » Depuis mai 2012 la marge de liberté du juge est « considérable« . Ce qui n’empêche pas Philippe Bilger de confier qu’il est « effaré par le degré d’ignorance judiciaire des politiques qui votent des lois qui concernent la justice« .

 

« on va faire de Dieudonné un persécuté »( Bilger)

« on va  faire de Dieudonné un persécuté »( Bilger)

 

Philippe Bilger, ancien avocat général, est magistrat honoraire. Il s’élève, au nom du droit, contre les interdictions administratives du spectacle de Dieudonné. Extraits de son interview à paraître dimanche dans le JDD.

L’interdiction des spectacles de Dieudonné constitue-t-elle une atteinte à la liberté d’expression ?
 Oui, à deux niveaux. L’interdiction administrative souhaitée par Manuel Valls est un processus attentatoire aux libertés publiques. C’est un scandale par rapport à l’Etat de droit : on revient sur le principe même de l’action judiciaire, qui relève d’abord l’infraction, la qualifie, entame des poursuites, condamne puis fait exécuter la sanction.

Quelles seront les conséquences de ces décisions?
On va continuer ce rouleau compresseur. Dieudonné ira sur Internet, difficile à contrôler. Il va bénéficier d’une aura agrandie, sombre, perverse. On va contrôler certains processus financiers illégaux, exécuter les sanctions. Cette stratégie d’étouffement va faire de ce personnage médiocre -quel qu’ait été son talent hier- un persécuté.

 

«Hollande, président par défaut » ( Bilger)

 

 «Hollande, un président  par défaut », ( Bilger)

 

 

(interview RMC)

 

Magistrat honoraire,ancien avocat général  Président de l’Institut de la Parole, Philippe Bilger sort le 17 avril La France en miettes (éditions Fayard). Dans cet essai, Philippe Bilger défend la thèse selon laquelle la droite française a été détruite par Nicolas Sarkozy alors que la gauche est déjà lessivée au bout de onze mois de pouvoir. Résultat : le pays est en décomposition. « Il est dur d’admettre que la normalité, le souci d’assumer une charge exceptionnelle mais à hauteur d’homme n’ont pas su dégriser un pays encore ivre de l’alcool trop brûlant injecté dans ses veines durant cinq ans », écrit-il.

Vous écrivez sur Ayrault « un honnête homme qui fait preuve d’estimables carences »

- Philippe Bilger : « Ayrault a mis du temps pour être à la hauteur de son poste de Premier ministre, il ne s’est pas transcendé ».

Sur l’action de la droite sous le mandat de Sarkozy. « Hollande a dû emprunter à Sarkozy tout ce qu’il détestait auparavant » écrivez-vous.

- Philippe Bilger : « Hollande a paradoxalement un excès d’intelligence, il commente remarquablement l’action qu’il prend, et même avant de l’accomplir, de sorte qu’il concède que la parole suffit. Je regrette profondément que le quinquennat Sarkozy, en mettant une droite non honorable au premer plan, nous ait conduit à voter Hollande uniquement par défaut. Si Sarkozy revenait au pouvoir ce serait une catastrophe et j’attends que quelqu’un d’autre à droite rende une droite honorable ».

Sur l’affaire Bettencourt :

- Philippe Bilger : « Si l’abus de faiblesse n’est pas caractérisé, je ne vois pas pourquoi Sarkozy ne peut pas bénéficier d’un non-lieu ».

Sur l’indépendance de la justice :

- Philippe Bilger : « C’est incontestablement le seul élément positif des premiers mois de François Hollande : la justice n’est plus troublée par l’arrivée du pouvoir dans les affaires sensibles ».

Sur la création d’un parquet financier :

- Philippe Bilger : « On ne sait pas comment va s’articuler l’action de ce procureur. Je rejoins Eva Joly ».

Sur le non cumul des activités :

- Philippe Bilger : « C’est intéressant, Wauquiez l’a proposé, mais Copé s’y oppose (ndlr il sera l’invité de JJ Bourdin lundi) ».

- Philippe Bilger : « La véritable réforme est intellectuelle et morale. Il est invraisemblable de ne plus pouvoir trouver de personnes insoupçonnable. On met la classe politique dans un gouffre nauséabond alors qu’il y a des gens remarquables ».

Imaginons ces élus en train de passer leur week-end à vérifier leur comptabilité. Que pensez-vous de cette exigence de transparence ?

8h36 – Philippe Bilger : « Le gouvernement n’avait pas d’autre choix pour faire oublier l’affaire Cahuzac, qui l’a choisit comme ministre du Budget alors que déjà 20 ans de rumeurs circulaient sur lui. Le plan de moralisation peut ensuite aboutir a des excès grotesques, et Mélenchon l’a démontré dans sa déclaration ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol