Archive pour le Tag 'Bigard ?'

«Gilets jaunes» : Bigard , un récupérateur opportuniste et pitoyable

 «Gilets jaunes» : Bigard , un  récupérateur opportuniste et pitoyable

Ce n’est pas la première fois que les gilets jaunes sont  l’objet  de récupération de la part de certains personnages qui tentent de se frayer un chemin vers une perspective politique lucrative et ou de relancer leur activité professionnelle. Ainsi on a vu quelques gilets jaunes réussir à se faire adouber par des organisations politiques et à entrer ainsi dans une carrière bien rémunérée au regard des prestations assurées. Francis Lalanne, chanteur très démodé, a aussi essayé de se faire le porte-parole des gilets jaunes et de se présenter lors d’élections en leur  nom. Bilan 0,6 % à ces  élections.

 Pour Bigard la perspective du  score sera voisine d’autant que l’intéressé cultive en plus un humour de beauf du caniveau. Alors qu’il était éjecté du cortège à Paris Bigard affichait  tout un programme sur sa casquette : « allez tous vous faire enculer ». Il est clair que l’intéressé récupère le reste de la notoriété des gilets jaunes pour relancer une carrière limitée à l’audience de beauf très attardés et d’une vulgarité sans nom ,  en plus sans humour. Notons aussi que Bigard sur le plan politique a évolué sur des positions très sulfureuses à l’image d’un humour très douteux où les mots « bite et cul » répétés à l’envi nourrissent la plupart de ses sketches.

 Bref un nouvel épisode ( ce n’est pas la première fois que les gilets jaunes éjectent des leaders auto proclamés ) assez pitoyables tout autant finalement qu’anecdotiques. Le dernier détournement du mouvement des gilets jaunes est celui de l’appropriation par les gauchistes qui dirigent ce qui reste des troupes, c’est-à-dire pas grand-chose.

2022–Bigard, la candidature d’un beauf !

2022–Bigard la candidature d’un beauf !

 

Il faut vraiment que la société soit particulièrement malade pour qu’émerge la candidature d’un humoriste aux présidentielles de 2022. On objectera que des personnages assez marginaux , humoristes ou pas,  sont apparus brusquement sur la scène politique ailleurs, en Italie notamment. L’exemple le plus significatif étant sans doute celui de Trump complètement inculte et irresponsable. Il faudrait ajouter tous les autres dictateurs à moitié fous qui dirigent  les pays;  en Chine bien sûr mais aussi en Russie, en Turquie, en Corée du Nord, au Venezuela, en Iran dans certains pays de l’est de l’Europe. Ces -dictateurs qui ont fleuri le plus souvent sur le pourrissement des systèmes traditionnels. En France après la candidature de Coluche c’est maintenant celle de Bigard dont on peut déjà discuter de la qualité de l’humour relativement vulgaire et qui s’adresse surtout aux beaufs. Il faut espérer que l’intéressé ne recueillera pas les signatures nécessaires car le système  politique français est déjà suffisamment discrédité et ce n’est pas la venue d’un saltimbanque grossier -et en plus peu drôle -qui sera de nature à le revaloriser.

On comprend évidemment cette montée anti système tellement la démocratie est appropriée et verrouillée par des professionnels qui ont transformé la politique en association corporatiste voire en business. La plupart sont incompétents et s’ils dirigeaient une épicerie il serait capable de la mettre en déficit au bout de six mois. Ils sont également un peu trop sensibles aux intérêts financiers, beaucoup ont un peu de difficulté à distinguer ce qui relève de l’intérêt général et de l’intérêt personnel. Bref une sorte de caste qui a professionnalisé la fonction. Est-ce une raison pour favoriser l’émergence de candidatures complètement fantaisistes qui au demeurant procèdent à  un mélange douteux entre promotion de leur activité professionnelle et perspectives politiques. On se souvient encore de la candidature du chanteur, aujourd’hui largement démodé, Francis Lalanne, représentant des gilets jaunes qui obtenu 0, 6 % des voix.

Il y a sans doute dans ce pays suffisamment de responsables  économiques et sociaux, d’intellectuels et même parfois de politiques efficaces et sincères pour que la France n’ait  pas à ce ridiculiser avec des candidatures à la magistrature suprême complètement anachroniques.  La « beaufitude » est déjà suffisamment partagée en France pour qu’elle ne bénéficie pas en plus d’une promotion politique

Présidentielle: Macron ou Bigard ?

Présidentielle: Macron ou  Bigard ?

Il faut vraiment que le climat médiatique politique français se situe dans une conjoncture particulièrement délétère que des grands médias se posent  la question de savoir si Jean Marie Bigard  sera opposé notamment à Macron lors des prochaines élections présidentielles. On aurait alors une confrontation entre un mondain  et un saltimbanque qui ne fait pas dans la dentelle. Pas sûr que la compétition électorale y gagne en qualité et la compétition risque de tourner à la farce. Le rejet des élites est telle qu’elle pourrait favoriser une candidature insolite de nature populiste. L’opposition aux orientations officielles rencontre de plus en plus de succès, c’est l’opposition des bistrots contre les cercles très fermés qui décident de manière souvent technocratiques . Depuis peu ,on a quand même choisi de sortir les parapluies en multipliant les comités d’experts hier de médecins aujourd’hui d’économiste, demain peut-être en démocratie. Il est clair que certaines remarques, certaines critiques  à l’égard du pouvoir sont  fondée mais elles sont aussi en général schématiques voire caricaturales L’addition de critiques  même justifiées ne constitue pas pour autant une analyse pertinente des facteurs explicatifs et encore moins une orientation voire un  programme. Il est vrai que face au désarroi de l’opinion publique , cela a permis  à n’importe quel aventurier de s’approcher du pouvoir voir se l’approprier. Certains même ont même réussi l’exploit de le confisquer ou envisagent de faire. La déliquescence de la démocratie dans les pays modernes est largement responsable de cette situation quand les partis sont essentiellement devenus des sortes de clubs d’élus, se reproduisant eux-mêmes. L’exemple le plus caricatural est sans doute celui du parti en marche qui n’a jamais été capable de s’implanter sur le terrain, n’autorise aucune critique et se trouve en fait, dirigé  par une poignée de courtisans de Macron. D’où  la catastrophe monumentale aux élections municipales et une autre qui va sans doute se profiler aux élections départementales et régionales. Cela n’hypothèque pas pour autant les chances de Macron d’être réélu en 2022 tant que dés orientation crédibles n’apparaîtront pas et qu’elles ne seront pas incarnées par des personnages – un peu- responsables.

Présidentielle: Macron ou Bigard ?

Présidentielle: Macron ou  Bigard ?

Il faut vraiment que le climat médiatique politique français se situe dans une conjoncture particulièrement délétère que des grands médias se posent  la question de savoir si Jean Marie Bigard  sera opposé notamment à Macron lors des prochaines élections présidentielles. On aurait alors une confrontation entre un mondain  et un saltimbanque qui ne fait pas dans la dentelle. Pas sûr que la compétition électorale y gagne en qualité et la compétition risque de tourner à la farce. Le rejet des élites est telle qu’elle pourrait favoriser une candidature insolite de nature populiste. L’opposition aux orientations officielles rencontre de plus en plus de succès, c’est l’opposition des bistrots contre les cercles très fermés qui décident de manière souvent technocratiques . Depuis peu ,on a quand même choisi de sortir les parapluies en multipliant les comités d’experts hier de médecins aujourd’hui d’économiste, demain peut-être en démocratie. Il est clair que certaines remarques, certaines critiques  à l’égard du pouvoir sont  fondée mais elles sont aussi en général schématiques voire caricaturales L’addition de critiques  même justifiées ne constitue pas pour autant une analyse pertinente des facteurs explicatifs et encore moins une orientation voire un  programme. Il est vrai que face au désarroi de l’opinion publique , cela a permis  à n’importe quel aventurier de s’approcher du pouvoir voir se l’approprier. Certains même ont même réussi l’exploit de le confisquer ou envisagent de faire. La déliquescence de la démocratie dans les pays modernes est largement responsable de cette situation quand les partis sont essentiellement devenus des sortes de clubs d’élus, se reproduisant eux-mêmes. L’exemple le plus caricatural est sans doute celui du parti en marche qui n’a jamais été capable de s’implanter sur le terrain, n’autorise aucune critique et se trouve en fait, dirigé  par une poignée de courtisans de Macron. D’où  catastrophe monumentale aux élections municipales et une autre qui va sans doute se profiler aux élections départementales et régionales. Cela n’hypothèque pas pour autant les chances de Macron d’être réélu en 2022 tant que dés orientation crédibles n’apparaîtront pas et qu’elles ne seront pas incarnées par des personnages – un peu- responsables.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol