Archive pour le Tag 'bientôt'

Page 15 sur 15

PSA : voitures peu chères bientôt

PSA :  voitures peu chères bientôt

 

PSA commence aussi à comprendre que le temps des voitures chères est terminé ;  à cause de la crise bien sûr mais aussi du changement de rapports à l’automobile, considérée désormais comme un simple moyen de transport et non comme un support d’expression identitaire. PSA mène d’autres efforts en matière de voitures peu chères. Citroën, comme Peugeot, prépare d’ici la fin de l’année le lancement de voitures conçues pour les pays émergents (et donc moins chères que le reste de sa gamme). Le constructeur table notamment sur la Citroën C-Élysée, tirée de la plate-forme de la 208 et de C3. Ce modèle fabriqué en Espagne évoluera dans l’univers de prix des marques Hyundai ou Chevrolet, mais sera plus onéreux que la Logan de Renault. Elle sortira prochainement en Turquie et en Europe de l’Est, puis au Maghreb, en Russie et en Chine. Peugeot commercialisera une voiture équivalente, la 301. Que ce soit en Europe ou à l’international, PSA cherche donc à capter une demande pour des voitures moins chères, sans se lancer dans le low-cost comme Renault. Un vrai challenge car le constructeur ne bénéficie pas sur le Vieux Continent des coûts de revient de ces Hyundai-Kia, Chevrolet, ou Dacia, dont les bases de production sont situées hors d’Europe de l’Ouest. PSA n’a pas non plus, contrairement à Renault, recréé de A à Z une plate-forme low-cost très frugale. Il lui sera donc très difficile d’atteindre les 9 à 14% de marges que son rival dégage avec sa gamme low-cost. Confronté à ces questions, Citroën va donc chercher à court terme à fidéliser sa clientèle actuelle avec le lancement de ses nouveaux monospaces C4 Picasso et Grand Picasso l’an prochain.

 

Bientôt des antivols sur la baguette de pain ?

Bientôt des antivols sur la baguette de pain ?

Signe des temps, du chômage et de la pauvreté, le vol dans les grands magasins se développe ; On met des antivols sur la viande, bientôt sur la baguette de pain ? Des clients d’un magasin Match ont découvert stupéfaits des antivols sous forme de macaron sur des emballages de viande de la marque Charal. Entre la baisse du pouvoir d’achat et la crise, le vol de denrées alimentaires augmente dans les magasins. La grande distribution se mettrait-elle à protéger ses rayons? Le sujet est délicat. Il s’agit de nourriture et non d’articles high-tech ou de cosmétique. D’ailleurs, les grandes enseignes n’aiment pas en parler.  Pourtant, «il y a des étiquettes antivol disposées sur quelques produits de grandes valeurs comme la viande, le foie gras et le saumon fumé à l’approche des fêtes», explique Cédric Brossard, responsable marketing chez Checkpoint, «Avec la crise, on voit de plus en plus de vols de produits de première nécessité et les supermarchés commencent à s’équiper», déclare Philippe Saragaco, le gérant de l’entreprise de sécurité qui compte parmi ses clients Carrefour, Match, Intermarché et Leclerc.  Même constat pour Philippe Lefèvre, directeur commercial chez Antivol Système EAS, qui enregistre une «demande importante» des supérettes et magasins de petite surface. «On protège surtout de la viande vendue à la découpe en disposant une étiquette antivol directement sur l’emballage», explique-t-il. De son côté, Alban Perreul, gérant d’Advanced Electronic System, vend surtout des antivols pour des produits surgelés. «On a aussi de nouveaux clients, les magasins bio se mettent aussi à protéger leurs articles alimentaires.»  Produits les plus volés : fromages (3,90%), devant les confiseries (2,45%), la viande fraîche (2,35%) et le poisson (2,70%). Dans d’autres rayons, les produits de rasage, les cosmétiques et les vêtements restent très convoités.

 

Bientôt un gouvernement allemand en France

Bientôt un gouvernement allemand en France

Il fallait s’y attendre, le gouvernement français est tellement discrédité que l’Allemagne pense à le remplacer ou tout au moins à lui indiquer la route à suivre. Selon l’agence Reuters, l’Allemagne, craignant un décrochage de l’économie de son principal partenaire, aurait demandé à ses experts économiques de réfléchir à des propositions de réforme pour la France. Le ministre des Finances Wolfgang Schäuble a demandé au Conseil des experts économiques du gouvernement, connus sous le nom des « sages », de réfléchir à un rapport susceptible de donner des pistes de réformes pour la France. Aucune requête formelle n’a toutefois été formulée et le ministère allemand des Finances a refusé de faire le moindre commentaire sur des « discussions non officielles ». Cet apport des allemands pourrait être utile voire urgent mais évidemment cela pourrait remettre notre susceptibilité et évidemment écorner notre « chère » souveraineté nationale.

 

La marque Lacoste : bientôt suisse

La marque Lacoste : bientôt suisse

Maus Frères, déjà détenteur de 35% du capital vient de racheter à la famille Lacoste 30% supplémentaires. De fait, cette transaction lui donne les clefs du groupe. Cela fait près de 15 ans que les Suisses, déjà propriétaires de la marque « Aigle », cherchent une occasion de racheter le célèbre fabricant de polo ; les querelles actuelles au sein de la famille fondatrice Lacoste permettent à Maus Frères de s’imposer. En embuscade depuis des années, le distributeur suisse Maus Frères a profité des dissensions minant la famille fondatrice de Lacoste pour prendre un avantage sans-doute décisif dans la prise de contrôle du célèbre fabricant de polos. Maus Frères, déjà détenteur depuis 14 ans de 35% du capital, a annoncé vendredi avoir signé un accord portant sur l’acquisition des 30,3% détenus par un groupe d’actionnaires familiaux, dont l’ex-président Michel Lacoste, qui lui donnerait de fait les clefs du groupe.  Le prix de la transaction valorise Lacoste à un montant compris « entre 1.000 et 1.250 millions d’euros », indique Maus Frère dans un communiqué. « La réalisation définitive de cette cession est soumise à la levée d’un certain nombre de conditions », ajoute cependant Maus Frères. « Il y a des droits de préemption qui peuvent être exercés par les autres actionnaires », a déclaré un porte-parole du groupe suisse, qui a possédé un temps les grands magasins parisien du Printemps et détient aujourd’hui la marque de vêtements de plein air Aigle.  Reste à savoir si les autres actionnaires familiaux auront les moyens ou la volonté de racheter les parts de Michel Lacoste et de ses alliés, ce qui implique de débourser au minimum 300 millions d’euros. Maus Frères a proposé de son côté à ces mêmes actionnaires de leur racheter leurs parts dans les mêmes conditions financières. Si cet accord se réalisait, Maus parviendrait enfin à prendre le contrôle d’un groupe qu’il convoite depuis longtemps.  Il était entré au capital de Lacoste en 1998, en rachetant 90% du groupe Devanlay, partenaire de la fabrication mondiale des vêtements frappés du célèbre crocodile vert, et s’était vu attribuer l’année suivante la licence mondiale de la marque pour les vêtements

 

Après Montebourg en marinière, bientôt Hollande en slip kangourou tricolore ?

Après Montebourg en marinière, bientôt Hollande en slip kangourou tricolore ?

 

A défaut de réponses aux plans sociaux et de politique industrielle (le rapport Gallois prend à revers le gouvernement-voir article), Montebourg s’affiche en (moule) marinière ; A quand Hollande en slip kangourou tricolore pour redresser la compétitivité de l’économie. Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a assumé vendredi son choix de poser en égérie du « Made in France », en couverture du « Parisien Magazine ». Lors d’une visite d’usine dans le Puy-de-Dôme, et habillé d’un costume gris clair plus conventionnel, il a appelé les Français à connecter « le cerveau du citoyen » et celui du « consommateur». Un appel utile mais qui ne suffit pas pour constituer une politique industrielle compétitive.

 

 

1...1112131415



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol