Archive pour le Tag 'bientôt'

Bientôt un euro numérique ?

Bientôt un euro numérique ?

 

 

Nombre de Banques Centrales s’interroge sur l’intérêt ou pas de réguler les cryptomonnaies y compris en créant une version numérique des monnaies classiques C’est le cas aussi de la Banque centrale européenne. Mais cette fois comme le ministre des finances allemand s’est prononcé pour la création d’un euro numérique la question pourrait avancer de façon significative et la BCE pourrait décider dès l’été de son principe.

 

L’Europe doit être « aux avant-postes » de la création d’une monnaie numérique commune et « activement » œuvrer pour que ce nouvel outil de paiement voit le jour, a plaidé vendredi 16 avril le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz.« Une Europe souveraine a besoin de solutions de paiement innovantes et compétitives », a-t-il déclaré en amont d’une visioconférence des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe), qui doit aborder cette question.

 

La BCE décidera cet été si elle se lance ou non dans la création d’un euro numérique, à l’issue d’une vaste consultation et d’études engagées ces derniers mois, a indiqué cette semaine l’un de ses responsables. Selon une enquête publique de l’institution de Francfort, également dévoilée cette semaine, les particuliers et les professionnels interrogés attendent en premier lieu de la monnaie numérique la confidentialité (43%), suivie de la sécurité (18%), la capacité de payer dans la zone euro (11 %), l’absence de frais supplémentaires (9%) et la possibilité de payer en dehors de l’internet (8%).

Bientôt un dollar numérique ?

Bientôt un dollar numérique ?

Comme d’autres zones, les États-Unis s’interrogent sur la nécessité de mettre sur le marché un dollar numérique. La décision semble déjà prise par la Chine et les États-Unis ne peuvent rester en marge du phénomène d’autant que les initiatives privées d’entreprise se proposent aussi d’attaquer les monnaies traditionnelles pour les remplacer par des monnaies virtuelles qui priveraient les Etats de leur souveraineté.

 

Il s’agit d’une question monétaire mais aussi politique surtout pour le delà monnaie américaine mais aussi monnaie d’échange international. Jerome Powell le président de la a confirmé que la banque centrale américaine étudiée la possibilité d’un dollar numérique américain, mais la décision finale de le rendre public ne sera prise qu’une fois son impact pleinement compris.

 

Le dollar est «la monnaie de réserve du monde. Le dollar est si important (…) Nous n’avons pas besoin d’être les premiers à le faire. Nous voulons bien faire les choses. Et c’est ce que nous allons faire», a-t-il insisté.

 

En octobre dernier, Jerome Powell avait déjà indiqué que les États-Unis réfléchissaient à l’émission de leur cryptomonnaie mais il avait alors prévenu que l’évaluation complète des avantages et des risques prendrait du temps. La création d’un dollar numérique pourrait être bénéfique à l’économie américaine, a estimé plus récemment la secrétaire au Trésor, Janet Yellen dans un entretien au New York Times publié le 22 février dernier. Elle avait alors évoqué la nécessité pour les Banques centrales de bien évaluer les problématiques associées, notamment la protection des consommateurs.

 

Covid-19 : bientôt 100 000 morts et un gouvernement impuissant

Covid-19 : bientôt 100 000 morts et un gouvernement impuissant

Malgré ce bilan humain, le gouvernement ne veut pas prendre de mesures trop strictes, et n’agit que dos au mur. Un consensus inavoué s’est instauré pour tolérer des centaines de décès quotidiens. (Le Monde)

Analyse.

 

C’est une sorte de mystère. Depuis le début du mois de décembre 2020, l’épidémie de Covid-19, qui s’était un peu calmée, est repartie de plus belle, en particulier en région parisienne. En trois mois et demi, le nombre de nouveaux cas recensés sur sept jours y est passé de 100 à 560 pour 100 000 habitants. Au fil des semaines, tous les seuils d’alerte ont été franchis. L’Ile-de-France est devenue la région où le virus circule le plus activement. Les hôpitaux sont saturés. Les services de réanimation débordent. Les morts s’accumulent. Bientôt près de 100 000 dans l’ensemble du pays depuis l’apparition du virus, selon les chiffres officiels.

Et pourtant, rien ne se passe, ou si peu. Le dos au mur, Jean Castex a fini par annoncer, jeudi 18 mars, de nouvelles mesures de freinage dans les 16 départements les plus touchés, dont toute l’Ile-de-France et les Hauts-de-France. Trois départements ont été ajoutés mercredi 24 mars. Mais à peine le premier ministre avait-il achevé sa déclaration au ton grave que les Français réalisaient à quel point le tour de vis était en réalité modeste.

Cette fois-ci, pas de « confinement », mot récusé par le gouvernement. Pas de télétravail obligatoire, pas de fermeture des écoles ni des lycées, pas d’obligation de rester chez soi, pas d’attestation nécessaire pour sortir dans la plupart des cas, ni de limitation de durée. Le couvre-feu est au contraire retardé d’une heure.

Au bout du compte, ce « confinement aéré » aboutit essentiellement à réduire les déplacements entre régions et à fermer des magasins supplémentaires. Relativement peu, en réalité, puisque les coiffeurs, les fleuristes, les chocolatiers, les libraires et les vendeurs de voitures ont été considérés comme de « première nécessité » et autorisés à rester ouverts. Résultat : le trafic automobile dans Paris, bon indicateur de l’activité, n’a reculé que d’environ 5 % par rapport à la période précédente. Freinage limité, donc.

Le gouvernement revendique lui-même cette « approche pragmatique », qui entend lutter contre le Covid-19 tout en évitant de trop peser sur l’économie et le moral des Français. Plutôt que de vouloir éradiquer l’épidémie, comme le premier confinement y était pratiquement parvenu, et comme de nombreux scientifiques le réclamaient, l’exécutif accepte depuis des mois de laisser circuler le virus. Misant sur une future vaccination de masse, il refuse les mesures trop dures, ne suit pas les recommandations du conseil scientifique, et ne muscle – mollement – son dispositif qu’en dernier recours, lorsque l’épidémie commence à échapper à tout contrôle.

 

Bac : bientôt 110 % de réussite ?

Bac : bientôt 110 % de réussite ?

 

Avec 95 % de taux de réussite, les résultats du bac 2020 ont été encore tout à fait exceptionnels. Notons aussi que 710 lycées notamment privés ont obtenu 100 % de réussite sur 2300 lycées. La conséquence sans doute du contrôle continu aussi de la volonté gouvernementale de ne pas contrarier élèves et parents.

 

Sur la tendance les résultats au bac pourraient atteindre 110 % d’ici quelques dizaines d’années et inclure y compris des candidats qui n’ont pas passé l’épreuve ou  qui ne sont même pas inscrits !

 

À noter qu’en 2019 environ 200 lycées avaient obtenu 100 % de réussite alors qu’ils sont 700 en 2020. Mais une réussite qui évidemment condamne le bac pour lui substituer un véritable mécanisme d’orientation au lieu de diriger nombre d’étudiants vers des voies de garage temporaire à l’université et finalement à terme vers pôle emploi.

Lula, blanchi, bientôt candidat à la présidence au Brésil

Lula, blanchi, bientôt candidat à la présidence au Brésil

En attendant des jugements définitifs, l’ex-président de gauche (2003-2010) est rétabli dans ses droits politiques à la suite de la décision d’un juge de la cour suprême.  »Lula innocent », pouvait-on lire sur le compte Twitter du Parti des Travailleurs (PT), formation fondée par Lula en 1980.

 

Lula, 75 ans, avait déjà purgé un an et demi de prison pour corruption, d’avril 2018 à novembre 2019, avant d’être libéré sur décision collégiale de la Cour suprême mais interdit d’élection. Au moment où il avait été incarcéré, l’ancien chef de l’Etat était donné favori des sondages pour la présidentielle d’octobre 2018.

Deux ans et demi plus tard, dans un sondage récent, Lula apparaît comme le seul capable de battre le président Jair Bolsonaro au prochain scrutin, en 2022 : 50% des personnes interrogées se disaient prêts à voter pour lui, contre 44% pour le président actuel.

 

FOIE GRAS bientôt interdit au Royaume-Uni « DANS LES PROCHAINS MOIS »

FOIE GRAS bientôt interdit au Royaume-Uni « DANS LES PROCHAINS MOIS »

Il est il est difficile de savoir si la possible interdiction du foie gras au Royaume-Uni correspond à une préoccupation environnementale notamment vis-à-vis du bien-être animal ou une sanction vis-à-vis de l’Europe notamment de la France. En effet le Royaume-Uni n’est pas très exemplaire en matière de respect écologique. L’interdiction britannique serait justifiée par les conditions jugées barbares des les animaux qui servent à fabriquer le foie gras.

 

Bac 2020 : niveau record de 95% , bientôt 110 % ?

Bac 2020 : niveau record de 95% , bientôt 110 % ?

 

Encore un record pour la réussite au Bac dont  l’évaluation a été troublée par la crise sanitaire. Un taux qui progresse en même temps que diminue le niveau général des élèves français mesuré par les classements internationaux. Sur ce rythme, le taux de réussite pourrait un jour atteindre 110 % !

 

 

C’est « un niveau jamais atteint ». Le taux de réussite du baccalauréat a atteint 95% en 2020, année pendant laquelle l’examen a été entièrement validé via le contrôle continu en raison de l’épidémie de Covid-19, selon les résultats définitifs publiés jeudi 4 mars. « C’est donc plus qu’en 2016, jusqu’ici l’année record avec 88,6% de succès », rapporte le journal Les Echos. Dans le détail, le taux de réussite a atteint 97,6% dans la voie générale, 95% dans la voie technologique et 90,4% dans la filière professionnelle.

La session 2020 de cet examen de fin de scolarité, qui ouvre l’accès aux études supérieures, comptait 760 800 candidats, dont 723 000 ont été reçus, précise le ministère de l’Education. Ces chiffres prennent en compte les résultats de la session de remplacement de septembre, ouverte à ceux qui n’ont pu faire valoir des résultats de contrôle continu.

 

L’épargne bientôt taxée ?

L’épargne bientôt taxée ?

 

L’épargne fait de nombreux envieux. Un surplus d’épargne de l’ordre  de 200 milliards qui serait lié à la crise sanitaire mais peut-être autant à des motifs structurels antérieurs au Coronavirus. Il y a d’abord les financiers qui considèrent que cette épargne est encore bien trop rémunérée alors que le rendement est déjà insignifiant si on prend en compte l’inflation réelle l’inflation est  actuellement sur un rythme annuel de 0,6 %.)

 

Les banques en particulier considèrent que cette épargne coûte cher à gérer et demande avec la Banque de France une réduction du taux de rémunération.

 

Le monde économique et  certain de ces lobbys militent  pour que cette épargne jugée et stérile soit orientée vers des investissements productifs avec des mesures d’incitation plus ou moins punitives

.

 Et comme d’habitude il y a les fiscalistes, notamment à gauche n’est pas seulement , qui proposent tout simplement de taxer non seulement l’épargne qui figure sur les comptes spécifiques mais aussi les comptes courants. Notons évidemment que la quasi-totalité des sommes qui figurent sur les comptes d’épargne n’appartient pas aux milliardaires mais aux couches moyennes  et que cette épargne a déjà fait l’objet d’un prélèvement fiscal.

 

Cette proposition vise sans doute à conforter encore la première place mondiale de la France en matière de prélèvements obligatoires .

 

Bientôt la fin de l’argent facile( Aurélien Véron)

Bientôt la fin de l’argent facile( Aurélien Véron)

 « Eviter le défaut sur la dette exigera une vision claire et une volonté de fer le moment venu, d’autant que le déni devant la menace nous promet une crise systémique dépassant largement l’Hexagone », met en garde le conseiller de Paris dans l’Opinion.

 

 

La France ne remboursera pas sa dette comme convenu. Ce n’est plus une question de volonté mais de lucidité. Notre dette publique a fait un bond de 98% à 120% du PIB en un an. C’est un point de non-retour à en croire l’étude historique des crises par Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff (« This time is different »). Ce « quoi qu’il en coûte » était sans doute nécessaire pour éviter l’effondrement économique et limiter le recul du PIB à -8.3% sur 2020. Revenir à un niveau soutenable de dette est dorénavant une chimère avec une économie exsangue, la pression fiscale la plus élevée au monde et une dépense publique déjà calée à 60% du PIB. Nous devons réfléchir à la séquence suivante, lorsque le virus sera derrière nous.

Entre 2008 et aujourd’hui, la dette publique de la zone euro a grimpé de 70% à plus de 100% du PIB. Dans le même temps, le bilan de la Banque centrale européenne est passé de 2000 milliards à plus de 7000 milliards d’euros, soit une hausse correspondant à 40% du PIB de la zone euro, destinée à monétiser de la dette publique et privée. Achats obligataires massifs et taux négatifs ont incité les pays comme le nôtre à faire du déficit budgétaire la norme.

Perte de souveraineté. C’est ainsi que la France a fait le choix de perdre sa souveraineté financière bien avant la pandémie, aveuglée par le mirage de l’argent gratuit. Ce n’est pas tout. En tirant le niveau de rentabilité attendu des investissements privés vers le bas, l’écrasement de la courbe des taux a découragé la source essentielle de croissance future. Les capitaux se sont tournés vers des placements plus risqués et spéculatifs (voire exotiques comme le Bitcoin) afin d’obtenir un meilleur rendement. Cette euphorie se traduit par une rémunération insuffisante de risques excessifs.

«Tous les signaux annonciateurs d’une crise majeure sont réunis. L’illusion serait de croire que cette fois, c’est différent. Si les nouveaux outils de politique monétaires achètent du temps, ils ne nous feront pas échapper aux lois de la gravité»

L’exubérance irrationnelle des marchés s’accompagne de prix immobiliers historiques, d’un niveau record d’endettement public et privé tandis que la production décroche dans un contexte de montée des incertitudes. Tous les signaux annonciateurs d’une crise majeure sont réunis. L’illusion serait de croire que cette fois, c’est différent. Si les nouveaux outils de politique monétaires achètent du temps, ils ne nous feront pas échapper aux lois de la gravité financière et monétaire.

La BCE devra cesser un jour de laisser dériver son bilan, à moins que sa croissance ne déclenche en premier la vague d’inflation tant attendue. Dans les deux cas, les taux d’intérêt remonteront significativement. Nous ne pourrons alors échapper à une cure brutale de désintoxication de notre addiction aux déficits, le seul coût du renouvellement de la dette devenant insoutenable.

Volonté de fer. Déjà, des voix suggèrent que la banque centrale abandonne ses créances sur la France, soit un quart de notre dette publique. S’il devait être mis en œuvre, ce principe devrait viser aussi d’autres pays surendettés de la zone euro par souci d’équité. Les fonds propres de la BCE sombreraient dans des zones négatives abyssales – rien d’illégal en soi. A défaut de pouvoir la recapitaliser dans l’hypothèse d’un abandon de créances pour une valeur de quelques milliers de milliards d’euros, difficile d’éviter une crise de change et des ventes obligataires massives d’investisseurs inquiets. Ce scénario suppose l’accord de l’Allemagne et des pays adeptes de la rigueur : peu crédible, compte tenu de la difficulté à leur faire accepter le principe bien moins transgressif des « coronabonds ».

Eviter le défaut sur la dette exigera une vision claire et une volonté de fer le moment venu, d’autant que le déni devant la menace nous promet une crise systémique dépassant largement l’Hexagone. Nous pourrons envisager de repousser l’échéance d’une partie de la dette française de quelques décennies, en particulier via l’assurance-vie. Ce cadeau empoisonné fait aux générations futures ne fera que renforcer l’inquiétude des investisseurs français et internationaux. Apaiser les créanciers de l’Etat français nécessitera conjointement un plan drastique de réduction de l’encours de la dette restante.

«La huitième et dernière fois que la France a fait défaut remonte à 1812. Nous avons la capacité d’affronter cette crise annoncée et d’éviter un neuvième défaut. Mais les années d’insouciance sont derrière nous»

Il y a trois manières d’y parvenir. L’hyper-croissance en est une, mais les exemples passés sont rares et notre modèle économique et social offre peu d’espoir dans ce sens. Une autre est l’inflation que les banques centrales ont tant de mal à susciter et dont la perte de contrôle peut se révéler dévastatrice. Reste enfin la baisse drastique de la dépense publique : allongement des durées de cotisation et baisse des pensions de retraite, des salaires de la fonction publique et des dépenses sociales. Cette dernière solution reste la plus fréquente dans l’histoire, non par choix idéologique mais tout simplement parce que les caisses de l’Etat sont vides à la fin du mois. C’est ce qui nous arrivera le jour où personne ne prendra le relais de la BCE pour financer à crédit un train de vie dépassant très largement nos revenus.

Au terme d’un demi-siècle de déficits budgétaires ininterrompus, notre pays doit se préparer à un atterrissage douloureux. La huitième et dernière fois que la France a fait défaut remonte à 1812. Nous avons la capacité d’affronter cette crise annoncée et d’éviter un neuvième défaut. Mais les années d’insouciance sont derrière nous. Tous ceux qui pensent pouvoir danser tant que la musique joue doivent être conscients des risques encourus. Nous surmonterons cette crise systémique si notre démocratie ainsi que la cohésion européenne résistent au choc de la douleur des mesures que nous repoussons en les sachant inévitables. En attendant ce jour, plus ou moins proche, attachons bien nos ceintures.

Aurélien Véron est conseiller de Paris, porte-parole du groupe Changer Paris (Républicains, centristes et indépendants), et conseiller métropolitain.

Spectacle vivant, théâtre etc. : sans spectateurs et bientôt sans artistes ?

Spectacle vivant, théâtre etc. : sans  spectateurs et bientôt sans artistes ?

Il  y a évidemment une énorme frustration dans le milieu artistique avec l’interdiction notamment du spectacle vivant. Du coup , nombre d’initiatives sont prises pour présenter des spectacles vivants retransmis à la télévision. Bref sans la participation de ce qui fait le sel et l’intérêt du spectacle vivant.

Sans spectateurs, la prestation artistique même appliquée n’est en fait une sorte de répétition auquel il manque l’essentiel à savoir l’interaction public- scène, cette espèce de communion, de sublimation voire de  catharsis .

 L’enregistrement et la diffusion même en direct reste  du spectacle en conserve. Certains pensent qu’il s’agit pourtant d’une forme d’expression nouvelle. Un spectacle vivant mais sans spectateurs et sans doute demain sans salle de spectacle ou de théâtre

 Pourquoi pas aussi un spectacle totalement virtuel qui permettrait d’économiser en plus les coûts de gestion et le paiement des comédiens et autres artistes. Le spectacle virtuel que permet sans doute le progrès numérique mais une sorte de spectacle artificiel voir congelé.

Le surplus d’épargne des Français bientôt taxé ?

Le surplus d’épargne des Français bientôt taxé ?

 

L’épargne fait de nombreux envieux. Un surplus d’épargne de l’ordre  de 200 milliards qui seraient liés à la crise sanitaire mais peut-être autant à des motifs peu structurels antérieurs au Coronavirus. Il y a d’abord les financiers qui considèrent que cette épargne est encore bien trop rémunérée alors que le rendement est déjà insignifiant si on prend en compte l’inflation réelle (  voir à ce sujet l’inflation actuellement sur un rythme annuel de 0,6 %.)

 

Les banques en particulier considèrent que cette épargne coûte cher à gérer et demande avec la Banque de France une réduction du taux de rémunération.

 

Le monde économique et  certain de ces lobbys militent  pour que cette épargne jugée inutile et stérile soit orientée vers des investissements productifs avec des mesures d’incitation plus ou moins punitives

.

 Et comme d’habitude il y a les fiscalistes, notamment à gauche n’est pas seulement qui proposent tout simplement de taxer non seulement l’épargne qui figure sur les comptes spécifiques mais aussi les comptes courants. Notons évidemment que la quasi-totalité des sommes qui figurent sur les comptes d’épargne n’appartient pas aux milliardaires et que cette épargne a déjà fait l’objet d’un prélèvement fiscal.

 

Cette proposition vise sans doute à conforter encore la première place mondiale de la France en matière de prélèvements obligatoires .

Vaccin de Novavax : bientôt plus d’un milliard de doses

Vaccin de Novavax : bientôt plus d’un milliard de doses

Dans le cadre du dispositif international Kovacs qui vise à assurer la fourniture de vaccin a 20 % de la population de 200 pays, l »entreprise de biotechnologie américaine Novavax s’est engagée à mettre à disposition du programme international de vaccination anti-Covid Covax 1,1 milliard de doses de son candidat vaccin, a indiqué vendredi Gavi.

L’objectif est donc de disposer d’un total de 1,1 milliard de doses de Novavax, produites par la société biotechnologique elle-même ou par le SII, a expliqué un porte-parole de Gavi. Ce vaccin américain en deux doses fait l’objet d’un examen continu par l’Agence européenne des médicaments (EMA), ce qui ouvre la voie à une demande prochaine d’autorisation dans l’UE. C’est un vaccin dit «sous-unitaire», à base de protéines qui déclenchent une réponse immunitaire, sans virus. Ses concepteurs affirment qu’il est efficace à 89,3%.

Foot français : bientôt américain ?

Foot français : bientôt américain ?

C’est l’interrogation du journaliste Christian Jeanpierre commentateur sur TF1. Et qui vient de publier le livre 2026, l’année où le football deviendra américain chez Solar éditions. « Quand j’ai écris ce livre il y a un an, je partais d’un principe philosophique qui me plaisait. C’est-à-dire, que c’était un sport qui est né en 1863 en Angleterre et qui allait s’imposer aux États-Unis ». Il a découvert cette année que « ce sport qui est né en Europe allait s’imposer aux États-Unis mais que les Américains qui sont les rois du business, débarquaient en Europe, et allaient en faire un business en Europe ».

Le journaliste est persuadé de la surpuissance américaine dans les années à venir puisqu’après un voyage aux États-Unis en 2019, il a découvert la Coupe du monde 1994 qui n’avait pas été suivie par les Américains à l’époque. Mais en 2019, à Manhattan tout était différent, Christian Jeanpierre a vu partout des publicités pour le soccer européen« Les Américains débarquent en Europe et vont faire de notre football, un business ».

 

Covid-19 : les hôpitaux bientôt débordés

Covid-19 : les hôpitaux bientôt débordés

Le  nombre de malades hospitalisés a encore augmenté ce dimanche, à 26.357 (+ 493 en 24 heures), soit un bon millier de plus qu’il y a une semaine. Les services de réanimation – où sont les cas les plus graves – comptent eux 2955 malades (+ 69 en 24 heures), contre 2766 sept jours auparavant.

 

Ces vingt-quatre dernières heures, la France a enregistré 172 décès à l’hôpital (contre 321 samedi, ce qui est pour le coup une baisse), portant le total à 73.049 depuis le début de l’épidémie. 18.436 personnes contaminées ont été dépistées, ce qui porte le nombre total de contaminations dépistées à 3.053.617. Le taux de positivité des tests, indicateur avancé très suivi, est de 7,1% (7,1% samedi, 7% vendredi), au plus haut depuis début décembre.

Bientôt un «certificat de vaccination» européen

Bientôt un «certificat de vaccination» européen

Ursula von der Leyen, s’est prononcé clairement pour un certificat de vaccination européen

«C’est un impératif médical d’avoir un certificat de vaccination. C’est pour cette raison que je me réjouis de l’initiative du Premier ministre grec (Kyriakos Mitsotakis, ndlr) pour un certificat de vaccination mutuellement reconnu», a-t-elle déclaré.

 

«Si cela donne priorité ou accès à certains biens, c’est une décision politique et juridique qui doit être discutée au niveau européen», a-t-elle ajouté, alors que les Vingt-Sept tiendront jeudi prochain un nouveau sommet sur leur coordination face à la crise sanitaire.

Le chef du gouvernement grec avait appelé mardi l’Union européenne à adopter un certificat «standardisé» de vaccination pour donner un coup de pouce à l’industrie du tourisme, terrassée par la pandémie du coronavirus.

«Il est urgent d’élaborer un accord commun sur la création d’un certificat de vaccination qui sera accepté par tous les pays membres», avait écrit Kyriakos Mitsotakis, soulignant qu’«un certificat standardisé sera la preuve qu’une personne a été vaccinée avec succès».

La République en marche : bientôt les funérailles

La République en marche : bientôt les funérailles

Rien ne va plus dans ce pseudo parti de la république en marche. Un pseudo parti puisqu’il ne compte pas de militants ou de responsables et que tout repose sur le référent départemental, sorte de préfet du parti. Les défaites succédant aux défaites électorales, le parti vient de changer 70 préfets sur 130 afin de tenter de renouveler ces responsables sortis de nulle part et recrutés pour la plupart sur Internet.

 

Ces « préfets » du mouvement, comme ils sont surnommés, sont désignés par le siège national pour une durée de trois ans. Ceux remplacés aujourd’hui étaient donc arrivés aux manettes au début du quinquennat, voire avant l’élection d’Emmanuel Macron, à une époque où les marcheurs imaginaient encore que la bienveillance pouvait changer à elle seule le pays.

A seize mois de la prochaine présidentielle, un changement de cap s’impose. « Les référents passent du rôle de moteur à celui d’exécutant », résume Philippe Peruchon, qui vient de passer la main en Indre-et-Loire.

À noter que la désignation des nouveaux responsables d’une structure à la fois baroque et centralisée. En effet cette tâche incombe aux 12 membres de la « commission nationale des talents », parmi lesquels l’ex-ministre Sibeth Ndiaye et Jean-Marc Borello, délégué général adjoint de LREM.

En fait les prochaines élections locales (départementales et régionales) devraient constituer une sorte de funérailles pour le parti en marche qui devra changer de nom, de contenus et de dynamique si Macron veut être réélu. Adieu donc le recrutement par Internet et vivent les accommodements avec les partis classiques pour réunir les forces !

Trump : bientôt en prison ?

Trump : bientôt en prison ?

 

Il est probable que Trump nourrisse  encore des ambitions pour se représenter encore un jour à l’élection présidentielle par exemple dans quatre ans. Pourtant, l’avenir politique de Trump pourrait bien être compromis par des poursuites judiciaires le concernant non seulement vis-à-vis de certaines décisions politiques qui frisent l’illégalité mais aussi pour d’anciennes affaires relatives à la gestion de son business propre.

 

L’intéressé a en effet entretenu des relations douteuses non seulement avec la fiscalité ( c’est pourquoi il n’a jamais voulu publier sa feuille d’impôt.) Mais aussi avec certains états notamment la Russie. Il pourrait aussi être accusé de certaines mesures anticonstitutionnelles et de déclarations favorisant l’insécurité du pays D’après le « Washington Post », les procès sur ses affaires et son comportement se multiplieront contre lui dès son départ de la Maison-Blanche.

Si certains dirigeants démocrates espèrent que le 45e président rende des comptes, Joe Biden n’a exprimé aucun désir de voir Trump passer devant la justice. Le président élu s’est contenté de dire qu’il n’avait pas à interférer avec la justice. Pour le moment, Donald Trump est surtout en train de perdre sa bataille judiciaire - coordonnée par son fidèle Rudy Giuliani - pour invalider la victoire du démocrate.

Bientôt 10 millions de pauvres

Bientôt 10 millions de pauvres

 

Comme souvent les statistiques de l’INSEE ont toujours un train de retard. Ainsi INSEE constate avec une certaine satisfaction que le nombre de pauvres a diminué en 2019 pour concerner environ 9 millions de personnes. Le problème c’est qu’avec la crise sanitaire nombre de spécialistes anticipent que ce nombre de pauvres devrait dépasser largement les 10 millions en 2020 du fait notamment de la crise sanitaire.

Selon une estimation avancée de l’Insee rendue publique ce mercredi 18 novembre, le taux de pauvreté en 2019 diminuerait de 0,3 point en 2019 pour atteindre 14,5% de la population.  En 2018, ce ratio avait atteint un pic à 14,8% avec une hausse importante par rapport à 2017 de 0,7 point alors que ce taux s’était stabilisé autour de 14% depuis 2014 après avoir grimpé en flèche à la suite des crises de 2008 et 2012. Au total, 9,1 millions de personnes étaient en situation de pauvreté avant l’arrivée de la pandémie sur le territoire français.

Du côté des inégalités, les indicateurs communiqués par l’organisme public illustrent une légère inflexion mais là encore la propagation du virus dans la population pourrait avoir des effets dévastateurs.  »Ces indicateurs sont à prendre avec prudence mais ils montrent une dynamique positive. Cette estimation montre que la pauvreté a baissé et les inégalités ont légèrement diminué. Ce concept de pauvreté monétaire ne prend pas en compte toutes les situations. Ce taux de pauvreté donne une indication. Il ne faut pas occulter l’année 2020″ explique-t-on dans l’entourage du ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

Il y a effectivement des raisons de ne pas occulter l’année 2020 qui va apporter au moins 1 million de pauvres supplémentaires.

Mobilité : « bientôt des bouchons de voitures propres ! « 

Mobilité : « bientôt des bouchons de voitures propres ! « 

Le spécialiste de la mobilité urbaine Jean Coldefy, dans une tribune au « Monde », enjoint les acteurs politiques et économiques à sortir des simplismes de la mobilité. Il explique que relier et décarboner devraient être les maîtres mots de la mobilité de la décennie qui s’ouvre.

Tribune. Pour contenir le réchauffement climatique à +1,5 °C, il nous faut réduire de 40 % nos émissions de CO2 d’ici dix ans. La voiture est en France l’un des premiers postes d’émissions. Les solutions qui sont aujourd’hui proposées paraissent simples : pour avoir moins de voitures, il faut plus de vélos et des transports collectifs gratuits. La réalité est plus complexe.

Le vélo représente l’objet cochant toutes les cases de la mobilité urbaine : il va plus vite que la voiture en heures de pointe, il occupe trois fois moins d’espace et n’émet pas de gaz à effet de serre (GES). Pour finir, il est économe en fonds publics. Malgré ces atouts indéniables, le principal défaut du vélo est sa « portée ».

Les flux de voitures entrants dans les centres-villes pèsent 50 % des émissions des agglomérations contre 2 % pour les flux internes aux villes, le reste se situant dans le périurbain. Ces déplacements font plus de 10 kilomètres et peuvent difficilement être réalisés à vélo.

 

Strasbourg, Copenhague et Amsterdam, les villes championnes du vélo, comptent jusqu’à dix fois plus de parts de déplacements en vélo qu’à Lyon. En revanche, la part de la voiture est plus forte dans ces villes qu’à Lyon parce qu’à Lyon la part du transport en commun est plus élevée. Les villes où le vélo est très développé sont celles où l’on marche le moins. L’efficacité du vélo sur le report modal [à un transport en commun par exemple] est une thèse qui n’est pas vérifiée en ville dans les proportions imaginées par ses supporters. Le vélo à assistance électrique pourra-t-il changer la donne pour certains déplacements ? 

Le problème : le manque d’offre de transports

La gratuité des transports collectifs repose aussi sur une équation simple : des transports gratuits = moins de voitures. La réalité montre que ce n’est pas le cas. Le problème, c’est le manque d’offre de transports pour ceux qui prennent la voiture pour aller travailler dans les centres-villes depuis l’extérieur. Les usagers demandent de l’offre et de la qualité, pas la gratuité. Ce sont des candidats aux élections qui la proposent. Il faudrait trois fois plus de transports en commun depuis les périphéries des grandes agglomérations pour pouvoir délaisser sa voiture.

La gratuité, c’est donc pénaliser le développement des alternatives à la voiture dont on a tant besoin aujourd’hui pour décarboner la mobilité. La gratuité met par ailleurs les piétons et les cyclistes dans les bus et les tramways et n’a quasiment aucun impact sur le trafic routier.

 

Royaume-Uni : le nucléaire chinois bientôt exclu ?

Royaume-Uni : le nucléaire chinois bientôt exclu ?

 

 

Après l’opérateur téléphonique chinois Huwei, c’est le nucléaire chinois qui pourrait bien être exclu du Royaume Uni. Or le nucléaire chinois, à travers la société CGN, est associée au groupe EDF  dans le développement d’Hinkley Point, la seule centrale nucléaire en cours de construction dans le pays, censée être livrée à partir de la fin 2025. Le chinois n’est que partenaire minoritaire aux côtés du français qui fournit les réacteurs de nouvelle génération EPR. Le modèle est le même pour le projet de centrale de Sizewell dans le Suffolk, sur la côte est anglaise, pour lequel EDF et CGN attendent une validation du gouvernement.

Les tensions entre la Chine et le Royaume-Uni prenne notamment leurs sources dans l’annexion de fait de Hong Kong en dépit des accords internationaux. En outre on estime que la Chine instrumentalise le Royaume-Uni pour valider sa technologie nucléaire.. « Tout ce que CGN attendait du Royaume-Uni c’était du prestige et le soutien à leur technologie – ce qu’il jugeait important afin de l’exporter vers d’autres pays », explique à l’AFP Steve Thomas, professeur à l’Université de Greenwich et spécialiste des questions énergétiques. Car la participation du groupe chinois à Hinkley et Sizewell est une contrepartie au développement de sa propre centrale, avec EDF comme partenaire minoritaire, celle de Bradwell dans l’Essex (sud-est).

Le chinois tente de faire valider sa technologie auprès de l’autorité de régulation du nucléaire qui mène la dernière phase d’examen avant une décision attendue fin 2021 ou début 2022.

L’atome compte pour environ 20% de l’électricité dans le pays, une part que les pouvoirs publics entendent donc maintenir.

12345...7



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol