Archive pour le Tag 'BFM)'

BFM et RMC : 380 suppressions de postes

BFM et RMC : 380 suppressions de postes

 

La restructuration de NextRadioTV, maison-mère de BFMTV et RMC, pourrait entraîner la suppression de 330 à 380 postes en CDI dans le cadre d’un «plan de transformation et de reconquête post-Covid», a annoncé l’intersyndicale de cette filiale du groupe Altice mercredi.

«Le chiffre est tombé : un salarié sur trois devra partir et c’est écœurant. La direction avance le nombre de 330 à 380 CDI et jusqu’à 200 pigistes et intermittents», affirme l’intersyndicale CFDT-CFTC-CGT-SNJ-UNSA dans un communiqué. «Cette coupe drastique est incompréhensible dans un groupe qui réalise structurellement des bénéfices», soulignent les représentants des salariés, qui organiseront une assemblée générale mardi 23 juin. Il est évident que les ressources publicitaires vont notoirement diminuer alors ce sont elles surtout  qui alimentent  les budgets des grands médias. S’ajoutent peut-être à cela une certaine confusion des lignes éditoriales de BFM, à la fois pointue sur certains sujets, populiste sur d’autres mais régulièrement soutien du pouvoir en place. Bref toute la difficulté de tenir une ligne éditoriale crédible.

Parmi les moyens envisagés pour rationaliser la gestion la mise en place d’un outil numérique. Avec ce virage stratégique, NextRadioTV entend accélérer dans le numérique, le replay et les «services associés», qui permettent aux chaînes de se faire rémunérer par les opérateurs de télécoms. Bref un peu comme si toute la gastronomie  française se mettait au concept McDo. Les versions numériques sont déjà copier coller et celle de BFM ne se distingue guère en mixant faits divers, problème de fond voire divertissement. Bref ce qui a conduit certains médias à devenir marginaux comme ceux de Lagardère ( Europe en 1 Paris-Match en particulier. Où les lignes éditoriales marient le showbiz, le people et l’annonce politique populiste. )

 

La maison-mère de BFMTV et RMC (groupe Altice) anticipe un écroulement des recettes publicitaires post-crise sanitaire et avait annoncé mi-mai une réduction de ses effectifs, dont l’ampleur a été précisée mardi au cours de négociations avec les syndicats.

Ce «plan de transformation et de reconquête post-Covid» avait été présenté le 19 mai aux représentants syndicaux. Le groupe, qui emploie plus de 1.600 personnes (ETP), avait souligné que ses effectifs avaient augmenté de plus de 50% ces six dernières années. Les négociations doivent se poursuivre pendant l’été.

NextRadioTV prévoit de diviser par deux le recours aux intermittents, aux pigistes et aux consultants et de «mutualiser les fonctions supports». Le groupe va également réduire la voilure dans le sport et le divertissement. Le plan social «débuterait par une phase de volontariat, les licenciements contraints n’interviendraient que si le nombre de volontaires était insuffisant», avait précisé la direction du groupe en mai.

«Notre objectif sera de limiter autant que possible l’impact sur les postes en CDI et de poursuivre l’excellence éditoriale, tout en développant les compétences technologiques et les forces commerciales, essentielles à NextRadioTV», avait précisé le groupe.

Avec ce virage stratégique, NextRadioTV entend accélérer dans le numérique, le replay et les «services associés», qui permettent aux chaînes de se faire rémunérer par les opérateurs de télécoms. Le groupe souhaite investir dans les podcasts, les données, et poursuivre son développement dans l’info locale.

Sondage popularité : Macron remonte….d’après BFM !!!

Sondage popularité : Macron  remonte….d’après BFM !!!

Selon un sondage Harris,  Macron baisse encore en ( 33%) en décembre, et ce, pour le troisième mois consécutif, avec un point en moins par rapport à novembre. Mais pour BFM champion du sensationnalisme et du soutien au pouvoir, c’est le contraire. BFM dont la   ligne éditoriale c une sorte cocktail de populisme, de pseudo technocratie et de coups médiatiques.  Pour BFM, Macron gagne (+2 points) en décembre, avec 29% d’opinions favorables, selon le baromètre Yougov pour le HuffPost publié ce vendredi.

Bref, des sondages à prendre de plus en plus avec des pincettes.

 

Pour le sondage  Harris, le chef de l’Etat, qui a cédé 4 points en 3 mois, voit sa cote s’étioler auprès des personnes de moins de 35 ans (-3) et dans la tranche de 50 à 64 ans (-1).

Au contraire, la confiance des Français dans le Premier ministre Edouard Philippe est stable à 40%, avec un recul de 2 points en trois mois. Le chef du gouvernement cède également du terrain auprès des moins de 35 ans (-7) et chez les 50 à 64 ans (-2), selon cette enquête pour LCI.

La plupart des récents sondages donnent le couple exécutif stable ou en légère baisse.

Par cette nouvelle enquête, on apprend également que trois ministres renforcent leur position en tête du classement des membres du gouvernement, avec 48% des personnes interrogées qui font confiance à Jean-Yves Le Drian (Affaires étrangères, +2), 36% à Jean-Michel Blanquer (Education, +3) et 35% à Florence Parly (Défense, +5).

Bien qu’en net recul (-3), Nicolas Hulot (44%) reste en tête des autres personnalités politiques comme  François Baroin (33%, +4) et Xavier Bertrand (33%, +2) .

 

BFM : la cible des gilets jaunes

BFM : la cible des gilets jaunes

 

En signe de protestation, les journalistes de BFM TV ont cessé lundi de suivre les “Gilets jaunes” sur le terrain. Il est clair qu’on doit condamner sans réserve les menaces dont font l’objet les journalistes mêmes si on peut être en désaccord avec une ligne éditoriale. Et pour BFM (comme pour d’autres télés d’info continue) il y a matière à discussion. Pourquoi BFM est-il la cible privilégiée de certains gilets jaunes ? Sans doute d’abord parce que dans le paysage des chaînes de télévision d’info continue BFM est en tête  même si par rapport aux chaînes généralistes l’audience reste assez marginale (autour de 2 % en moyenne). D’une certaine manière, BFM conjugue cependant le pire, aussi le meilleur. Le meilleur quand BFM se livre à  un vrai travail d’approfondissement avec des animateurs et des participants compétents  notamment dans la tranche de soirée. À l’inverse souvent de ce qui se passe sur ce news et LCI où les discussions de bistrot musclées et confuses  font office de débat. France Info de son côté parvient difficilement à faire son trou car la politique éditoriale de la version télé est un peu trop proche de ce qui se fait à la radio. Pour BFM peut surtout saluer le travail de plusieurs animateurs surtout de Ruth Elkrief, aussi de Thierry Arnaud, d’autres encore qui ont le mérite d’animer en connaissant leurs sujets et en évitant d’être partisan. À l’inverse certains animateurs se laissent entraîner par leurs idées préconçues nourries sans doute des discussions de salon. C’est le cas notamment Apolline de Malherbe, qui présente « Et en même temps »  et bien représentative de la gauche caviar et finalement de la bourgeoisie qui ne peut s’empêcher d’intervenir sur le fond malheureusement sans connaître les réalités économiques et sociales. Bref qui respire tellement le 16e arrondissement sur le fond comme sur la forme de ses interventions. D’autres animateurs ne peuvent s’empêcher aussi de prendre parti quand en fait, on leur demande surtout d’animer, de faire progresser le débat afin de contribuer  à une meilleure compréhension des enjeux. Enfin, cette chaîne, comme d’ailleurs les autres, recherche souvent le spectaculaire, l’accessoire et le buzz médiatique au détriment de l’essentiel. Bref les télés d’information continue ont encore des progrès à faire pour conquérir une audience plus large sur des bases plus pertinentes.

BFM : le meilleur…. et le pire

BFM : le meilleur…. et le pire

 

Dans le paysage des chaînes de télévision d’info continue BFM est en tête  même si par rapport aux chaînes généralistes l’audience reste assez marginale (autour de 2 % en moyenne). D’une certaine manière, BFM conjugue cependant le pire, aussi le meilleur. Le meilleur quand BFM se livre à  un vrai travail d’approfondissement avec des animateurs et des participants compétents  notamment dans la tranche de soirée. À l’inverse souvent de ce qui se passe sur ce news et LCI où les discussions de bistrot musclées et confuses  font office de débat. France Info de son côté parvient difficilement à faire son trou car la politique éditoriale de la version télé est un peu trop proche de ce qui se fait à la radio. Pour BFM peut surtout saluer le travail de plusieurs animateurs surtout de Ruth Elkrief, aussi Thierry Arnaud, d’autres encore qui ont le mérite d’animer en connaissant leurs sujets et en évitant d’être partisan. À l’inverse certains animateurs se laissent entraîner par leurs idées préconçues nourries sans doute des discussions de salon. C’est le cas notamment Apolline de Malherbe, qui présente « Et en même temps »  et bien représentative de la gauche caviar et finalement de la bourgeoisie qui ne peut s’empêcher d’intervenir sur le fond malheureusement sans connaître les réalités économiques et sociales. Bref qui respire le 16e arrondissement sur le fond comme sur la forme de ses interventions. D’autres animateurs ne peuvent s’empêcher aussi de prendre parti quand en fait, on leur demande surtout d’animer, de faire progresser le débat afin de contribuer  à une meilleure compréhension des enjeux. BFM est souvent la télé la plus critiquée par les gilets jaunes pour plusieurs raisons. La première sans doute c’est que FM est la première chaîne d’information continue. La seconde c’est que cette chaîne comme d’ailleurs les autres recherches souvent le spectaculaire, l’accessoire et le buzz médiatique au détriment de l’essentiel. Bref les télés d’information continue ont encore des progrès à faire pour conquérir une audience plus large sur des bases plus pertinentes.

BFM-TV –LCI : la guerre des télés d’information

BFM-TV –LCI : la guerre des télés d’information

 

La guerre des chaînes télévisées d’information est déclarée avec ce recours en justice de BFM contre LCI. Une guerre qu’il faut resituer aussi dans le contexte de la campagne électorale de 2017. Il y a d’abord Orange qui va devenir actionnaire de TF1 (et réciproquement) du coup TF1 sortir la tête de l’eau en termes d’audience en accédant à un va réseau beaucoup plus large d’auditeurs (nombre d’émissions télévisées sont regardés sur des iPhones et autres tablettes). Cette opération se produit aussi au moment où LCI propriétaire de propriété de TF1 va être diffusé sur la TNT ouvrant ainsi sur une cible beaucoup plus large. LCI(permettre va pouvoir s’appuyer pour sa diffusion sur le réseau d’Orange et cela d’autant plus facilement que l’accès à la chaîne d’information sera gratuit. Comme l’État est actionnaire d’Orange, le gouvernement espère disposer d’un certain pouvoir d’influence sur la ligne éditoriale du groupe télé. Il y a aussi la décision de créer une nouvelle chaîne d’information publique dépendant de France télévision sera et dont l’accès sera également gratuit. Du coup BFM (chaîne peu appréciée  le pouvoir en place)  qui dispose d’un quasi monopole de notoriété voit d’un mauvais œil cette nouvelle concurrence de chaînes gratuites NextRadioTV, propriétaire de BFMTV, a donc  et déposé un recours devant le Conseil d’État contre le passage de LCI sur la TNT gratuite, décidée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Cela avec un argument assez spécieux puisque BFM considère que l’accès gratuit de deux nouvelles chaînes télévisées d’information porterait un coup au pluralisme voir à la démocratie ! On sent bien que derrière ces mots au-delà de la restructuration audiovisuelle se joue aussi l’influence politique sur les grands médias d’information. Le groupe de médias, dans un communiqué, conteste cette décision prise mi-décembre en estimant notamment que les conséquences sur les deux chaînes d’information gratuites existantes, BFMTV et iTELE (propriété de Canal+, du groupe Vivendi), « ont largement été minimisées ». Il fait aussi valoir qu’il n’y avait « aucun risque de disparition de LCI » et que son passage en gratuit « ne permet pas de renforcer le pluralisme », arguments avancés par le groupe TF1 pour appuyer sa demande auprès du CSA.  NextRadioTV, qui a déposé un recours en référé et au fond, regrette plus largement le possible passage à quatre chaînes d’informations en France avec le projet annoncé pour septembre par France Télévisions. « Alors que les informations se multiplient sur l’arrivée du groupe Bouygues comme deuxième actionnaire d’Orange après l’État – de façon très opportune juste après l’annonce du CSA – et que se profile une chaîne d’information du service public, NextRadioTV considère que la décision du CSA est un mauvais coup porté au pluralisme et une régression démocratique », écrit le groupe. « Cette décision va permettre au groupe audiovisuel français le plus puissant, qui représente déjà 50% de l’audience de l’information sur les chaînes privées en France, d’avoir une cinquième fréquence gratuite sur la TNT. »  Le PDG de NextRadioTV, Alain Weill, dans une interview au quotidien Le Monde, reprend cet argumentaire. « BFMTV dérange le pouvoir, quel qu’il soit. Car BFMTV comme iTELE sont des chaînes indépendantes, qui parfois appuient là où ça fait mal », affirme-t-il, en évoquant la possibilité d’une reprise en main de l’information télévisée dans la perspective de l’élection présidentielle en 2017.  Bouygues et Orange sont en discussions en vue d’une reprise de Bouygues Telecom par l’opérateur télécoms historique, dont l’Etat est le premier actionnaire et, selon la presse, Bouygues pourrait entrer au capital d’Orange dans le cadre de l’opération. Alain Weill s’est allié l’an dernier à Altice, la holding de Patrick Drahi qui multiplie les acquisitions dans les médias et pourra prendre à terme le contrôle de NextRadioTV. Patrick Drahi, après avoir réalisé le rachat de SFR par Numericable en 2014, a vainement tenté en juin de mettre la main sur Bouygues Telecom.

Sondage : pour BFM les Français croient en l’inversion du chômage ! !!!

Sondage : pour BFM les Français croient en l’inversion du chômage ! !!!

 

C’est le titre d’un article de BFM alors que les chiffres du sondage font apparaitre seulement 26% de Français qui le pensent réellement.  Après l’annonce des chiffres en septembre, plus de Français croient en une inversion de la courbe de chômage (26%, contre 20% en août) avant la fin 2016. Mais malgré cet enthousiasme relatif, les sondés sont majoritairement pessimistes quant à une amélioration de la situation des chômeurs. Une très large majorité, 73%, ne pensent pas que leur sort va évoluer. En août, ils étaient 79%.  Le pessimisme est encore plus grand parmi les catégories populaires où 79% répondent que la situation pour les chômeurs ne va pas s’arranger avant la fin 2016. Ils ne sont « que » 68% parmi les catégories socioprofessionnelles supérieures. Le résultat varie, enfin, selon les opinions politiques des sondés. 81% des sympathisants de la droite et du centre estiment que la courbe du chômage s’inversera après 2016 et 88% parmi les partisans du Front national. Et parmi les proches de la gauche, la situation est inquiétante pour François Hollande, qui a conditionné sa possible candidature en 2017 à l’inversion de la courbe du chômage. Seuls 48% pensent que cela arrivera avant la fin 2016. Ce chiffre descend même à 33% pour les sympathisants du Front de gauche et 27% chez EELV.

Hollande est cramé (BFM)

Hollande est cramé (BFM)

 

Dans la très sérieuse émission de BFM sur l’actualité à 20 heures, les journalistes ont considéré hier que Hollande était désormais cramé. Jamais en effet un président de la république n’a atteint un tel niveau d’impopularité, par ailleurs l’écart entre Hollande et Valls est également historique  (de l’ordre de 40 points.. Deux hypothèses :  ou bien Valls réussit à redresser la croissance et l’emploi et là le bénéfice pourrait profiter uniquement à Valls ou bien le Premier ministre échoue et ils coulent tous les deux. Les sondages donnent actuellement 13% de soutien à Hollande pour 2017, un retard presqu’impossible à remonter. Ce qui est en cause c’est bien évidemment la politique économique et ses résultats catastrophiques, ses promesse non tenues, sa lamentable attitude vis-à-vis de Trierweiler mais auusi tout simplement la personne même du président de la république considéré comme désinvolte et inconséquent. Même si Valls parvient à limiter la déroute annoncée du PS aux européennes (le PS serait en troisième position derrière le FN, puis l’UMP°), le choc sera encore plus rude que pour les municipales. En outre, il faudra attendre des mois et des mois, voire un à deux ans pour d’éventuelles retombées positives des annonces de Valls. Certaines d’ailleurs ont très peu de chances d’aboutir comme la réforme territoriale puisque par exemple pour les départements il faudra les 3/5 ème du parlement pour voter, ce qui est impossible, quant aux régions c’est pour 2021 et Hollande ne sera plus là pour en tirer profit. La fameuse inversion de la courbe du chômage lui a coûté cher. Pas sûr que le pacte de responsabilité produise des effets significatifs avant 2017 ; sans doute va –t-il encore ressortir ses velléités de changer la politique européenne  mais il s’est déjà couché devant Merkel en 2012, sa parole est discréditée. En fait il ne lui reste qu’une arme celle de la dissolution de l’assemblée en cas d’échec de Valls. Une dissolution pour discréditer l’UMP avant 2017. Pas sûr cependant que cela soit suffisant pour revalider sa candidature en 2017, d’autres, Valls notamment,  pourraient plomber cette perspective.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol