Archive pour le Tag 'battue'

Sondage Municipales Paris : Anne Hidalgo battue

Sondage Municipales Paris : Anne Hidalgo battue

Un sondage BVA pour La Tribune, Orange, RTL et LCI révèle qu’aussi bien Benjamin Griveaux, Mounir Mahjoubi que Cédric Villani – les trois principaux candidats à l’investiture parisienne de LREM – termineraient devant la liste d’Anne Hidalgo au premier tour des prochaines élections municipales, qui auront lieu en mars prochain.

Entre l’ancien porte-parole du gouvernement et le mathématicien député de l’Essonne, les Parisiens n’ont pas de préférence: Benjamin Griveaux et Cédric Villani obtiendraient le même résultat, avec 25% des voix. L’ex-secrétaire d’État au numérique Mounir Mahjoubi, un peu moins connu du grand public, obtiendrait de son côté 22% des voix s’il était amené à mener la liste LREM dans la capitale. Dans les trois éventualités, la maire sortante Anne Hidalgo, dont seulement 37% des Parisiens souhaitent qu’elle réalise un second mandat, finirait à la seconde place du premier tour, avec 21%. Derrière elle, la liste LR menée par Rachida Dati terminerait troisième, obtenant entre 15 et 16% des voix selon les cas, tandis qu’EELV et son candidat David Belliard, intronisé au début du mois de juin, recueilleraient 13% des suffrages, en quatrième position.

 

Marine Le Pen nettement battue au second tour par Macron et Fillon

Marine Le Pen nettement battue au second tour par Macron et Fillon

 

Selon qu’elle serait opposée au second tour des élections présidentielles à Fillon ou Macron, Marine Le Pen n’obtiendrait respectivement que 35 ou 40 %. La défaite face à Macron serait la plus sévère. C’est le résultat d’un sondage Kantar Sofres-One Point pour Le Figaro, RTLet LCI «À trois mois de la présidentielle, on peut parler d’un écart entre Fillon et Macron qui n’est plus que de l’épaisseur du trait», constate Emmanuel Rivière, le directeur général France de Kantar Public. «Dans ce contexte particulier de la révélation de l’affaire des emplois fictifs, la qualification de Fillon au second tour n’est plus garantie», selon Emmanuel Rivière, qui précise que «le décrochage du candidat de la droite et du centre par rapport à sa position dominante au lendemain de sa victoire à la primaire n’est pas entièrement dû à ses ennuis judiciaires, mais à un tassement de sa dynamique de campagne». Autre signe d’inquiétude pour Fillon: il ne battrait Le Pen qu’à 60 % contre 40 % des suffrages, tandis que Macron, lui, creuserait l’écart à 65 % des voix contre 35 % pour la présidente du Front national. Emmanuel Rivière estime que ce différentiel «tient autant aux déboires récents de l’ex-premier ministre qu’au positionnement très rigide qu’il a adopté après la primaire à la fois sur les questions sociales et sociétales». «Le choix entre Fillon et Le Pen apparaît compliqué pour un électeur de gauche», résume le directeur général France de Kantar Public.

Autriche Présidentielle : l’extrême droite largement battue

Autriche Présidentielle : l’extrême droite largement battue

Alexander Van der Bellen, 72 ans, Le candidat indépendant, ex-dirigeant écologiste a recueilli 53,6% des voix, contre 46,4% pour Norbert Hofer , candidat de l’extr^me droite. . Ce dernier, âgé de 45 ans, avait été battu de justesse (avec un peu moins de 31.000 voix d’écart) le 22 mai dernier par Alexander Van der Bellen, 72 ans, qui l’avait emporté avec 50,3% des suffrages, mais le résultat du scrutin avait été annulé par la Cour constitutionnelle en raison d’irrégularités dans le dépouillement des votes par correspondance. Cette élection visait à trouver un successeur au social-démocrate Heinz Fischer, président depuis 2004 et qui ne pouvait briguer un troisième mandat. Bien que le rôle du chef de l’Etat autrichien soit essentiellement protocolaire, Norbert Hofer et le FPÖ voulaient faire de ce scrutin un symbole en prévisosn des législatives et engranger une nouvelle victoire pour le camp populiste, six mois après le Brexit et un mois après la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis. Le parti d’extrême droite entendait conforter son implantation dans le paysage politique autrichien et transformer ce scrutin en tremplin vers la Chancellerie, le coeur du pouvoir exécutif, lors des législatives prévues au plus tard en 2018.

Macron : la gauche est déjà battue

Macron : la gauche est déjà battue

 

 

Accusé d’être le diviseur de la gauche, Macron répond que cette gauche est déjà battue et dans l’incapacité d’accéder au second tour de 2017.  « Aucun candidat de la gauche, de gouvernement ou qu’elle ne soit pas de gouvernement, n’est en situation d’accéder au second tour, qu’on ne vienne pas nous raconter d’histoires », a déclaré Emmanuel Macron sur France 2.Effectivement Mélenchon, Valls (ou Hollande) peuvent espérer au mieux  10 à 15%.sans parler des scores insignifiants des écolos, des communistes ou des trotskistes. Au mieux toute cette gauche par ailleurs irréconciliable représente aujourd’hui 35 à 40 %  du corps électoral. Du coup on voit mal pourquoi Macron aurait accepté de s’engluer dans une candidature socialiste battue par avance ; Pire,  susceptible d’exploser, voire de disparaître totalement surtout après les législatives.  « La candidature qui est la mienne n’est pas une candidature socialiste, ça n’est pas une candidature qui a vocation à rentrer dans la primaire », a-t-il ajouté, rappelant qu’il n’était pas lui-même membre du PS. Le fondateur du mouvement « En marche! » a par ailleurs marqué sa distance par rapport au bilan du président. « J’ai conseillé François Hollande pendant deux ans, j’en suis fier, j’ai servi mon pays », a-t-il dit. « Lorsqu’on est conseiller, on produit des bons conseils, sans doute parfois des mauvais, on est parfois suivi, d’autres fois non. Il y a une chose, c’est qu’on n’a pas la responsabilité politique des décisions qui sont prises », a-t-il toutefois souligné. Macron aurait pu ajouter que Valls n’a cessé de lui mettre des bâtons dans les roues au seul motif qu’il craignait d’être dépossédé du titre héritier de Hollande. Notamment à propos de la loi travail dont Macron a été dépossédé.  Et d’ajouter qu’en tant que ministre de l’Economie sous la présidence de François Hollande, il avait exprimé ses « différences ». « Je suis resté cohérent et libre », a assuré Emmanuel Macron. Il a par ailleurs confirmé que sa candidature était « irrévocable », et que son maintien en cas de candidature du président de la République était une « évidence. »

2017 : Marine Le Pen « sera battue » (Jean-Marie Le Pen)

2017 : Marine Le Pen « sera battue » (Jean-Marie Le Pen)

Il est clair que Jean-Marie Le Pen ne prend pas beaucoup de risques en déclarant que sa fille, Marine, sera battue en 2017. Au second tour c’est absolument certain. Par contre elle a les plus grandes chances de se qualifier au premier tour encore qu’un dernier sondage montre qu’elle pourrait être battue par Macron  dès le premier tour. Il est évident que Jean-Marie Le Pen règle des comptes personnels avec sa fille mais qu’au demeurant ce pronostic relatif à 2017 est relativement pertinent. Même si le Front  national devient un parti très important, voire le premier parti de France, il demeurera encore pour longtemps un parti d’opposition. Parti réceptacle de toutes les déceptions,  légitimes ou non, toutes les frustrations démocratiques,  une sorte de syndicat politique contestataire n’ayant pas vocation à gouverner mais à exprimer les déceptions. Jean-Marie Le Pen n’a pas épargné sa fille, ce dimanche matin, dans son discours du 1er mai, aux pieds de la statue de Jeanne d’Arc, place des Pyramides, à Paris. Le co-fondateur du Front national estime que Marine Le Pen « sera battue » au deuxième tour de la présidentielle, peut-être même « au premier », à moins de changer de stratégie. Pour Jean-Marie Le Pen, la seule voie possible vers l’Elysée est « l’opposition au système » et « l’unité du FN  qui « peut être faible de ses divergences, de ses remontrances... » Le co-fondateur du parti propose l’aide des comités « Jeanne d’Arc, au secours » qu’il a lancés.  »Chacun où qu’il soit doit faire un effort pour ne retenir que ce qui nous unit contre la décadence et l’adversité. » Le cofondateur du FN était arrivé vers 10h40 devant la statue de Jeanne d’Arc, sous les acclamations et aux cris de « Merci Jean-Marie. » Dans son discours, qui a duré un peu plus d’une demi-heure, il n’a jamais nommé sa fille, Marine Le Pen, qu’il s’est contenté d’appeler « la nouvelle présidente ». Il a dénoncé la dérive politique du parti, symbolisée, selon lui, par son éviction du parti, qu’il compare à la décapitation de Louis XVI. Pour Jean-Marie Le Pen, la dédiabolisation du parti est un « leurre », une « sottise suicidaire. » Et sa fille sera battue à la présidentielle.

 

(Avec Reuters)

 

Régionales Nord-Pas-de-Calais-Picardie : Marine Le Pen nettement battue

Régionales Nord-Pas-de-Calais-Picardie : Marine Le Pen nettement battue

Selon une enquête TNS Sofres OnePoint, Xavier Bertrand, le candidat LR, recueillerait 53 % des suffrages.  Xavier Bertrand, la tête de liste de la droite et du centre en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, est donné pour la première fois largement gagnant au second tour avec 53 % des intentions de vote contre 47 % à Marine Le Pen, selon un sondage TNS Sofres OnePoint pour Le Figaro et LCI réalisé les 7 et 8 décembre et publié mercredi. Depuis l’annonce, dès dimanche soir, du retrait de sa liste par le socialiste Pierre de Saintignon, avec l’accord de la maire de Lille, Martine Aubry, les appels à voter Bertrand se sont multipliés à gauche. Arrivé au premier tour en troisième position avec 18,11 % des voix, largement derrière la liste de la présidente du Front national (40,64 %), et de celle du candidat les Républicains (24,96 %), Pierre de Saintignon avait annoncé dans la soirée de dimanche le retrait de sa liste pour faire «barrage au Front national».  76 % des électeurs du PS seraient prêts à voter pour le député LR de l’Aisne au second tour, 15 % faisant le choix de s’abstenir. Pour Emmanuel Rivière, le directeur de l’unité stratégique d’opinion de TNS Sofres, «cette nette avance (de l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy) est évidemment fragile. Les électeurs de gauche sont très décidés à faire barrage au FN et à voter pour lui. C’est un choix de raison plus que de cœur, qui n’est pas naturel. Les électeurs de gauche n’ont pas envie d’être dans la région qui aura permis à Marine Le Pen d’accéder à un grand pouvoir exécutif.» Rivière reconnaît qu’«un faux pas, une déclaration malencontreuse peuvent conduire ces électeurs à finalement s’abstenir».

PS : Aubry battue dans le nord

PS : Aubry battue dans le nord

Coup dur pour Martine Aubry qui perd la fédération du nord. Pas étonnant du fait de ses contorsions politiques, un coup du coté des frondeurs et finalement pour la motion molle de Cambadélis ; un coup pour un changement politique, un coup pour le soutien au gouvernement. Bref l’énarque ( qui n’est pas vraiment en politique la fille de Delors) a du mal à se situer et slalome comme tous les énarques entre l’ absence de convictions et l’opportunisme Elle paye légitimement son parcours tortueux. Le premier secrétaire sortant de la fédération socialiste du Nord, Gilles Pargneaux, proche de Martine Aubry, a en effet été battu lors de l’élection à la tête du PS du Nord par Martine Filleul, candidate soutenue par le ministre Patrick Kanner. Au premier tour, Martine Filleul a obtenu 47,91% des voix contre 41,6% à Gilles Pargneaux, a annoncé le parti lors d’un point presse vendredi. « J’ai décidé de ne pas me présenter au second tour de l’élection », a déclaré Gilles Pargneaux en retirant sa candidature. « Nous avons vécu des moments de division, c’est une responsabilité collective, je souhaite maintenant une fédération apaisée et rassemblée. » Martine Filleul sera seule en course lors du second tour de l’élection qui se tiendra vendredi soir.  Cette élection à la tête de la puissante fédération du Nord, l’une des plus importantes du Parti socialiste, est une surprise et un échec pour l’équipe sortante que soutient la maire de Lille, Martine Aubry.  Martine Filleul et Gilles Pargneaux ont tous les deux signé la motion A, majoritaire au congrès socialiste de Poitiers, tout comme d’ailleurs l’ancienne ministre de Lionel Jospin.

 

Sondage municipales : NKM battue à Paris

Sondage municipales  : NKM  battue à  Paris

Le 14e,  un arrondissement à ne surtout pas perdre pour NKM, si elle veut être élue maire de Paris. Mais dans le 14e, où elle est tête de liste, la candidate de l’UMP serait encore en retard sur sa rivale PS, selon un sondage CSA réalisé pour BFMTV, Le Figaro, Orange et Ricoh et publié jeudi. Nathalie Kosciusko-Morizet ne recueille que 46% d’intentions de vote au second tour, contre 54% pour la socialiste Carine Petit. L’étude précise que l’écart se resserre légèrement puisqu’il y a six semaines, NKM était créditée de 45%, Carine Petit de 55%, d’après un précédent sondage CSA. Lors du premier tour le 23 mars, Carine Petit, qui brigue la succession du maire PS sortant Pascal Cherki, avait recueilli 37,89% des voix, devançant de près de cinq points la candidate de l’UMP (33,10%) dans le 14e arrondissement. La candidate EELV qui s’est classée troisième (8,78%) a fusionné sa liste avec celle de la socialiste. Nathalie Kosciusko-Morizet, de son côté, s’est entendue avec la dissidente Marie-Claude Carrère-Gée (5,74%) qu’elle accueille sur sa liste. Le sondage CSA souligne qu’outre les électeurs écolos, ceux ayant voté au premier tour pour la liste du Parti de gauche (5,24% au premier tour) devraient très bien se reporter sur la liste PS au second tour (à hauteur de 85%). Mais l’institut CSA évoque également des « reports non négligeables des listes conduites par Marie-Claire Carrère-Gée (dissidente UMP) et Nicolas Mansier (divers) ». Le « potentiel de participation » serait de 60%, selon le sondage, soit un niveau presque identique à la participation au premier tour (60,9%). En outre, 68% des électeurs potentiels de la gauche se disent tout à fait certains d’aller voter, contre 58% de ceux de la droite, précise dans cette étude Yves-Marie Cann, directeur en charge de l’opinion à CSA. Enfin, 92% des personnes interrogées seraient « sûres » de leur choix. Une défaite dans cet arrondissement clé pour NKM rendrait quasiment impossible sa conquête de la ville. Le 14e envoie en effet 10 élus au Conseil de Paris, où il faut au minimum 82 conseillers pour avoir la majorité. Malgré une victoire de l’UMP dans les 12e (10 conseillers), 9e (4 conseillers), 5e (4 conseillers) et 4e (2 conseillers) – autres arrondissements stratégiques – les socialistes resteraient majoritaires. Nathalie Kosciusko-Morizet n’a donc d’autres choix que de donner tort à ce sondage.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol