Archive pour le Tag 'Batho'

Congrès PS : coup d’État» (Batho) ; populiste répond Lienemann

Congrès PS : coup d’État» (Batho) ;  populiste répond  Lienemann

Comme d’habitude ça vole bas au parti socialiste quand il s’agit de prendre le pouvoir de l’organisation. Le pire c’est quand deux oligarques comme Delphine Batho et Noël Lienemann s’interpellent. L’une comme l’autre n’ont pratiquement jamais travaillé et ont suivi le cursus classique organisation d’étudiante socialisante puis conseiller politique puis élu et membre de la direction du PS. L’une comme l’autre connaissent toutes les arcanes du fonctionnement du parti d’élus que constitue l’PS où ce n’est pas la démocratie qui domine. Delphine Batho considère que la direction du PS est une sorte de petite mafia qui veut lui interdire la candidature comme première secrétaire. Elle menace même de demander l’arbitrage de la justice. Ce à  quoi Lienemann qui soutient un autre candidat répond qu’il s’agit d’un déni de démocratie de la part de Batho qui en outre n’en fout pas la rame au bureau national. On se demande ce que peut bien faire Noël Lienemann aussi bien au bureau national qu’au Sénat. Usée par les travaux guerriers des tendances, elle n’est pas même capable de prononcer une seule phrase un peu structurée mais ses gazouillis demeurent toujours radicaux. Justement le populisme qu’elle reproche à Delphine Batho. En réalité elle a beaucoup évolué passant des rocardiens à la gauche du PS puis chez les frondeurs. Un slalom qui lui a permis d’exister politiquement pendant toute sa carrière politique avec tous les avantages qui sont liés. On peut être révolutionnaire savoir compter ses sous ! Renouveler comme sénatrice elle est assurée dans l’emploi jusqu’à près de 75 ans. On a les révolutions qu’on peut au parti socialiste. Et ces joutes entre oligarques témoignent de l’état de décomposition d’un parti de professionnels qui hormis leur discours entretiennent des relations approximatives avec les réalités économiques et sociales.

Delphine Batho candidate anti-mafia à la tête du PS

Delphine Batho candidate anti-mafia à la tête du PS

 

Delphine Batho ,. l’ex-ministre PS de l’Ecologie devient la cinquième candidate déclarée à la tête du PS, après l’ancien porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, le patron des députés PS, Olivier Faure, le député du Val-de-Marne Luc Carvounas et le député européen Emmanuel Maurel. Frondeuse, elle critique un parti dont elle espère « changer le système » et s’en prend déjà à l’organisation du congrès : « Je conteste de A à Z les modalités d’organisation de ce congrès de confiscation, dans ce qui n’est plus un parti mais une petite mafia politique avec ses parrains, ses lieutenants, ses exécutants. » La députée Nouvelle Gauche des Deux-Sèvres affirme être  »une candidate libre » qui se présente  »sans les parrains, sans les barons, sans les fausses cartes, en dehors de tout courant ».  »Que les choses soient claires, j’irai jusqu’au bout. Les liquidateurs de l’espérance, le verrouillage de l’appareil, ça suffit ! », assure Delphine Batho. Elle « lance un appel à la mobilisation, à tous ceux qui refusent ce système : venez-vous battre, forcez les portes ». Concernant les candidats annoncés, ce sont « ceux de la reconduction du même système », déplore l’ex-ministre avant de préciser : « En aucun cas, je n’aurais été candidate contre Najat Vallaud-Belkacem. » Cette dernière a annoncé le 3 janvier qu’elle ne briguerait pas la tête du parti lors de son congrès en avril.

La gauche menacée de destruction (Delphine Batho)

La gauche menacée de destruction (Delphine Batho)

Batho a raison Hollande a sûrement signé l’arrêt de mort de la gauche et même sans doute la disparation du PS qui risque d’éclater. Mitterrand, lui, à force de ruse était parvenu à donner l’impression d’une unité de façade mais là la fracture idéologique est irréparable d’autant que les français rejette complètement ce PS trop à gauche dans les discours et trop à droite dans ses pratiques et finalemenet confus, contradictoire et inefficace. En outre la crise a relativisé les clivages gauche-droite qui n’ont pas toujours un sens concret quant il s’agit de défendre l’emploi, l’ environnement ou encore la sécurité publique. D’une certaine manière les logiciels idéologiques des partis sont obsolètes car finalemenet il s font à peu près la même chose et mal. Une opération montée de toutes pièces, comme s’il avait été décidé à l’avance de se séparer d’Arnaud Montebourg dès que l’occasion de présenterait. Hier à Melle, Delphine Batho, députée PS des Deux-Sèvres, a pour la première fois livré sa vision de la crise gouvernementale et du remaniement qui a suivi. L’occasion pour elle « d’adresser un salut fraternel » aux ministres qui ont pris la porte, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti. La députée n’a pas manqué d’établir un parallèle avec sa propre éviction du gouvernement Ayrault : « Il y a un an et 53 jours », précise-t-elle, tenant manifestement un décompte précis du temps écoulé depuis sa chute. L’occasion aussi pour elle de brosser un tableau très sombre de l’état de la France à mi-mandat de François Hollande : « L’économie s’enfonce, l’extrême-droite poursuit sa progression et la gauche a subi deux défaites électorales d’ampleur historique. » Du temps où elle était ministre de l’Écologie, elle avait eu de sérieuses divergences avec Arnaud Montebourg, notamment sur le gaz de schiste. Elle n’est pas non plus partisan, comme l’est Benoît Hamon, d’une relance de la croissance pour la consommation. Pour autant, elle juge leur départ, en particulier celui d’Arnaud Montebourg « porteur d’un grand danger: celui de l’émiettement de la gauche qui conduira à sa destruction. » Delphine Batho s’en dit persuadée, Hollande et Valls ont offert la tête de Montebourg au monde de la finance : « Les milieux financiers et bancaires la voulaient, ils l’ont eue […] Il est significatif que la politique économique de la France ne soit plus dans les mains d’un élu du peuple mais d’un technocrate devenu banquier d’affaires qui ne s’est jamais confronté au suffrage universel », commente-t-elle, taclant le nouveau ministre de l’Économie, Emmanuel Macron. Faut-il comprendre qu’elle refusera de voter la confiance au gouvernement Valls 2 ? Non, finit-elle par lâcher quand on l’interroge : « Jamais je ne prendrai la responsabilité de provoquer une dissolution. Mais ce n’est pas une approbation de la politique gouvernementale. » Delphine Batho persiste à vouloir changer les lignes de l’intérieur. Elle annonce qu’elle va rencontrer sous peu ceux qui au sein de la gauche partagent ses désaccords en vue « d’un rassemblement ». A la mi-octobre, elle fera paraître chez Grasset « L’Insoumise » où elle témoigne de son expérience de ministre. Mais au fil des 220 pages, assure-t-elle, il ne s’agira pas juste de raconter un vécu : « Ce sera aussi un livre pour dire quoi faire. »

 

Ecologie: Batho veut un débat sur le budget « au sein de la majorité »

Ecologie: Batho veut un débat sur le budget « au sein de la majorité »

 

Batho ne désarme pas et s’exprime encore. Elle sans doute raison sur le fond , elle qui n’appartient pas à l’énarchie, n’a qu’un petit bac et de représente pas grand-chose encore en politique. Ce qui explique l’acte de courage et d’autorité de Hollande et Ayrault ! « Ce qui est important, c’est que le débat puisse avoir lieu, c’est ce que j’ai regretté: il n’a pas eu lieu au sein du gouvernement et donc j’espère qu’il aura lieu au sein de la majorité parlementaire, notamment sur le budget du ministère de l’Ecologie », a-t-elle plaidé sur France Info.  Avant cela, a-t-elle précisé, « il y aura un débat à l’intérieur du groupe socialiste », qu’elle réintégrera à la rentrée, après avoir retrouvé fin juillet son siège de députée des Deux-Sèvres.  Jugeant « assez évident » qu’une différence de traitement existe entre elle et son ancien collègue du Redressement productif, Arnaud Montebourg, elle dit douter « que la France puisse affronter les problèmes qui sont devant elle aujourd’hui avec une conception (…) disciplinaire du débat au sein du gouvernement et du débat au sein de la gauche ».  Pour Mme Batho, « il faut investir sur des politiques qui vont nous permettre de redresser le pays, de créer des emplois, principalement la transition énergétique », selon elle « un grand enjeu de politique industrielle » mais aussi de pouvoir d’achat.  Interrogée sur le recadrage de la Cour des comptes concernant le soutien de l’Etat aux énergies renouvelables, elle y voit la critique d’une « politique qui a été celle du passé, de développement (…) sans objectif d’ensemble, sans volonté forte de transition énergétique ».   »On a souffert d’avoir en France un certain confort avec le nucléaire et donc on a pris trop de retard concernant le développement des énergies renouvelables », a-t-elle estimé, appelant le gouvernement à « faire des réformes très importantes ».  Assurant n’avoir « pas dit » que François Hollande manquait de vision écologiste, elle a cependant souhaité « que les actes correspondent aux discours maintenant » et que l’exécutif ne joue pas « +petit bras+ en ce qui concerne la transition énergétique ».  Selon elle, « il faut y aller à fond, de façon très volontariste, très puissante, en mettant le paquet et donc en investissant ».

 

Royal blessée par Batho…. il faut porter plainte

Royal blessée par Batho…. il faut porter plainte

Royal n’en rate pas une : une occasion de faire parler delle ; là surtout pour montrer sa servilité à l’égard de Hollande et dans l’espoir d’un portefeuille. La présidente de la région Poitou-Charentes, Ségolène Royal, s’est dite blessée par le comportement à son égard de l’ex-ministre de l’Écologie, Delphine Batho, et a indiqué qu’une entrée au gouvernement «n’entre pas dans ses projets» dans une interview au Courrier de l’Ouest à paraître lundi. «Delphine Batho ne m’a plus adressé la parole depuis ma défaite aux primaires» du PS en 2011. «Elle n’a jamais décroché son téléphone, ni répondu aux messages que je lui envoyais. Cette attitude, je l’ai trouvée extrêmement blessante. C’est quand même moi qui lui ai offert une circonscription que j’avais prise à la droite en 1988 et que j’avais durablement installée à gauche», a déclaré Ségolène Royal au sujet de son ancienne porte-parole de la campagne présidentielle 2007. A propos des déclarations de l’ex-ministre de l’Écologie après son éviction du gouvernement Ayrault, Ségolène Royal a estimé que «si elle a eu si peu de soutien, c’est qu’elle s’est mal comportée sur le plan humain, vis-à-vis de Jean-Marc Ayrault, ce qui a beaucoup choqué». La «solidarité gouvernementale» était selon elle «nécessaire». Par ailleurs, la présidente de Poitou-Charentes a annoncé sa volonté de briguer un nouveau mandat lors des élections régionales de 2015. «Ma préoccupation actuelle, c’est la région. D’ailleurs, les élections régionales, c’est pour 2015. Il va falloir commencer à y songer, et je compte bien être candidate», a-t-elle annoncé. Quant à une éventuelle entrée au gouvernement «ça n’entre pas dans mes projets», a-t-elle répondu. «D’ailleurs, il n’y a pas de remaniement ministériel en vue», a-t-elle noté. Ségolène Royal a également dit qu’elle se rendrait à La Rochelle pour l’université d’été du PS «comme présidente de région». Elle était absente l’an dernier. Elle s’était rendue en Afrique du Sud pour préparer le congrès de l’Internationale socialiste, une organisation dont elle est vice-présidente. Ségolène Royal, qui visait un siège de députée à La Rochelle après avoir cédé en 2007 à Delphine Batho celui de Melles qu’elle détenait dans les Deux-Sèvres, avait été battue en 2012 par un dissident du PS, Olivier Falorni

 

Gouvernement: Batho dénonce un jugement de cour

Gouvernement: Batho dénonce un jugement de cour

 

Batho réagit encore à son licenciement sans ménagement du gouvernement ; Victime de l’oligarchie énarchique liée à la finances, victime aussi de la monarchie républicaine «  moi, je »), Batho se réveille sur la réalité du pouvoir actuel. Ses propos pourraient être ceux de l’opposition ou tout simplement du français moyen. « Malheureusement, depuis le 2 juillet, la preuve a été faite qu’il n’y a pas de jurisprudence Batho dans la gestion du gouvernement. J’ai en quelque sorte bénéficié d’un traitement de défaveur », a déclaré l’ex-ministre de l’Ecologie lors d’un pique-nique avec des sympathisants socialistes à Azay-le-Brûlé (Deux-Sèvres)   »Je le dénonce parce que j’y vois un problème de hiérarchie des valeurs lorsqu’il faut trois mois pour démissionner un ministre du Budget suspecté de fraude fiscale et moins de trois heures pour limoger la ministre le l’Ecologie qui dit la vérité sur le budget de son ministère », a déclaré la députée des Deux-Sèvres, émue, lors d’un discours d’une dizaine de minutes.  L’élue a aussi estimé avoir fait l’objet d’un « jugement de cour », reprenant en souriant la fable de La Fontaine: « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ».  Elle pense avoir déplu parce qu’elle a « défendu une conception de l?État fort face à un certain nombre d?intérêts particuliers et face à certaines puissances économiques ».   »La transition énergétique, malheureusement, n’est pas compatible avec la rigueur », a dit Delphine Batho qui s’est déclarée « pour le redressement des comptes publics sans sacrifier l’avenir ».   »J’ai dit ce que tout le monde pense. J’ai dit ce que disent les ministres en privé. Beaucoup de gens ont le sentiment de ne pas être entendus. Aujourd’hui, je ne me sens pas seule », a-t-elle lancé.   »Il y a un an, on était dans l’enthousiasme du lendemain des victoires électorales. Je ne veux pas qu’on soit aujourd’hui dans le temps des déceptions et désillusions parce je sais qui pourrait en profiter, et en profite déjà, en particulier en milieu rural », a affirmé Delphine Batho.  Mme Batho a ajouté qu’elle entendait « continuer (son) travail dans la seconde circonscription des Deux-Sèvres et à l’Assemblée nationale dans la majorité » et « continuer à se faire entendre dans la vie politique nationale ».

r

 

Limogeage -Batho: 54% désapprouvent Hollande

Limogeage -Batho: 54% désapprouvent Hollande

Dans cette étude, 54% des personnes interrogées désapprouvent la décision de François Hollande quand 43% l’approuvent. 3% ne se prononcent pas.  En détail, les sympathisants de gauche approuvent à une petite majorité (51%, contre 47%) le chef de l’Etat. Cette approbation atteint 65% (contre 32%) chez les sympathisants du PS. Mais chez les sympathisants des Verts la désapprobation s’élève à 74% (contre 22%).  Les sympathisants de droite désapprouvent à 61% (contre 36%) la décision présidentielle, mais note BVA, cette attitude « est au moins autant liée à une opposition de principe aux décisions de François Hollande ».  54% des sondés (-1 point par rapport à décembre dernier) estiment que « les écologistes peuvent très bien rester dans le gouvernement sans être d’accord sur tout ». 45% sont d’un avis contraire (+2 points) et 1% (-1) ne se prononcent pas.  Les sympathisants de gauche, à 71%, pensent que les écologistes peuvent rester au gouvernement. Ce pourcentage grimpe à 76% chez les sympathisants PS et à 82% chez les sympathisants des Verts.  A l’inverse, les sympathisants de droite estiment à 60% (contre 39%) que les écologistes devraient quitter l’équipe gouvernementale.  S’agissant de l’influence des écologistes sur la politique menée par le gouvernement, 46% des personnes interrogées la jugent « pas assez importante », 36% « juste comme il faut, ni trop, ni pas assez importante », et 17% « trop importante ». 1% ne se prononce pas.

 

Les lobbies qui ont coulé Batho

Les  lobbies  qui ont coulé Batho

Qui sont ces « forces économiques » que dénonce Delphine Batho? Jeudi après midi, lors d’une conférence de presse l’ancienne ministre de l’Ecologie à fustigé les « forces économiques qui ont eu ma tête ». À plusieurs reprises, elle a chargé le PDG de Vallourec. Cette société spécialisée dans les tubes pour l’industrie pétrolière et gazière, est très implantée dans le secteur du gaz de schiste aux États-Unis. « Comment se fait-il que le patron de Vallourec ait annoncé à l’avance ma marginalisation du gouvernement aux États-Unis? », s’est-elle interrogée de manière faussement naïve. La députée des Deux-Sèvres visait surtout ses liens avec l’Elysée. Car Philippe Crouzet est mariée depuis trente ans avec Sylvie Hubac, qui occupe le poste de directrice de cabinet de François Hollande. Si elle s’est violemment attaquée a lui, Delphine Batho s’est en revanche passée de charger le monde du nucléaire. Pourtant, Philippe Crouzet à été nommé administrateur d’EDF par son PDG Henri Proglio lors de son arrivée fin 2009. La frondeuse du PS a souligné que ces « forces économiques étaient discrètes dans le nucléaire », manière de dire qu’elles existaient. Pourtant, depuis plusieurs mois, le secteur ne cessait de critiquer la ministre de l’Écologie pour son « incompétence ». « Elle ne comprend rien à l’l'énergie », nous confiait il y a peu un de ses piliers. Elle a aussi épargné son administration, pourtant très hostile à sa fibre anti-nucléaire, truffée d’ingénieurs du Corps des Mines. Ils sont aussi présents à tous les étages d’EDF, Areva mais aussi dans plusieurs entreprises industrielles comme Total ou GDF Suez. Delphine Batho a aussi mentionné que ces mystérieuses « forces » avaient poussé son éviction lors du débat sur la taxation du diesel. Elle a désigné ainsi, sans le nommer, le groupe PSA Peugeot-Citroën, dont deux tiers des ventes sont diesel. La marque au lion subit une crise grave depuis un an. Bercy, par la voix d’Arnaud Montebourg, avait souligné qu’une fiscalité du diesel mettrait mal le groupe, déjà affecté. La logique voudrait que les pétroliers comme Total soient aussi la cible de l’ancienne porte-parole de François Hollande. Mais son PDG Christophe de Margerie s’était déjà prononcé en faveur de l’augmentation (progressive) de la fiscalité, car elle aurait favorisé l’essence, plus rentable pour lui. En revanche, Total a des engagements importants dans le gaz de schiste et s’est vu interdire deux permis d’exploration en France. Une décision prise sous la droite et sur laquelle l’ancienne ministre de l’Ecologie ne voulait pas revenir.

 

Delphine Batho : victime de groupes de pression anti-écolo

Delphine Batho : victime de groupes de pression anti-écolo

L’ex-ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, réglait ses comptes ce jeudi 4 juillet, deux jours après son éviction du gouvernement après qu’elle ait qualifié le budget 2014 de « mauvais ». Le plus haut niveau de l’Etat aurait selon elle « cédé à des groupes de pression » en la limogeant. Elle a, entre autres, mis nommément en cause Philippe Crouzet, le président du directoire de Vallourec. Ce dernier aurait « annoncé ma marginalisation à ses salariés des semaines à l’avance », a déclaré l’ancienne ministre. Une information que rapporte également Challenges ce jeudi. « Certaines puissances économiques n’acceptaient pas le niveau d’ambition que je fixais pour la transition énergétique », a expliqué Delphine Batho lors de sa conférence de presse. « Ce combat s’est cristallisé sur les gaz de schiste et, plus discrètement, sur la réduction de la part du nucléaire en France », a-t-elle ajouté. Parmi ses opposants, Philippe Crouzet, « directement intéressé par l’exploitation des gaz de schiste », a-t-elle assuré. Mais pourquoi une telle accusation?   Le groupe qu’il dirige, Vallourec, est le leader mondial des tubes en acier, destinés principalement au marché de l’énergie. Il construit notamment des pipe-line, des puits d’exploitation. Le groupe a beau être peu connu en France, c’est un géant à l’international. Son chiffre d’affaires, de 5,3 milliards d’euros en 2012, est issu à 78% de son activité hors Europe. Son patron, Philippe Crouzet, est à sa tête depuis 2009 et censé y rester jusqu’en 2016. Enarque de la promotion 1981, un an après le président français, il y rencontre sa femme, Sylvie Hubac. Son épouse devenue, aujourd’hui, directrice de cabinet de François Hollande. Passé au privé à la fin de ses études, il a fait presque toute sa carrière chez Saint-Gobain, dont il deviendra directeur général adjoint. Une entreprise dans laquelle François Hollande a été chercher son conseiller industrie et énergie, Olivier Lluansi, délégué général de l’entreprise de BTP à l’époque Crouzet. Il est, enfin, membre du conseil d’administration d’EDF et préside le comité de suivi des engagements nucléaires du groupe. L’énergéticien français qui annonce, le lendemain de l’éviction de Delphine Batho, avoir obtenu un avis favorable de l’Autorité de sureté nucléaire pour prolonger la durée de vie de ses centrales de 60 ans…

Batho:  » symbole dramatique », pour José Bové

Batho:  » symbole dramatique », pour José Bové 

Le député européen d’Europe Ecologie-Les Verts José Bové déclare dans une interview à Metronews devant paraître mercredi que l’éviction de Delphine Batho de son poste de ministre de l’Ecologie représente « un symbole dramatique ». « Je ne sais pas si cela a à voir avec le fait que (Nicole Brick et Delphine Batho) sont des femmes, mais le fait est qu’elles sont parties plus vite qu’un Arnaud Montebourg, qui lui peut se permettre de dire tout ce qu’il veut, y compris le pire. (…) Le symbole est absolument dramatique ! », estime José Bové.  A propos du maintien des écologistes au gouvernement, le député européen pense que « la suite va dépendre des engagements que le président de la République et le Premier ministre vont prendre sur le sujet (de l’écologie ndlr). Il faut qu’ils disent publiquement quelles orientations ils comptent suivre, sur la fiscalité écologique, les grands travaux arrêtés, la transition énergétique… Y a-t-il vraiment une volonté de changer la logique énergétique ou pas ? Il nous faut de la visibilité. Si c’est le cas, ça vaut la peine de continuer. » (AFP)

 

Batho virée pour l’exemple, pourquoi ?

Batho virée pour l’ exemple, pourquoi ?

 

La première raison du licenciement express de Batho c’est la fébrilité actuelle du gouvernement  dont la baisse de popularité atteint à nouveau des niveaux historiques. Hollande et Ayrault accusé de mollesse ont voulu faire un exemple sur une cible facile. En fait le ministère d’écologie est un ministère bidon, il l’a toujours été mais cette fois il a encore moins de pouvoirs depuis qu’on lui a retiré les affaires sensibles de pollution et le logement. Borloo grâce à sa personnalité avait fait l’illusion, il avait existé par son poids politique sans plus ; En fait le Grenelle de l’environnement avait constitué un gros coup de Pub car le contenu de cette discussion était d’une confusion extrême, une sorte d’auberge espagnole qui n’a pas débouché sur grand-chose. Un exemple le schéma national d’infrastructures, 70 projets retenus par Borloo pour 245 milliards à réaliser en 25 ans, balayés aujourd’hui par le rapport Duron qui annule tous les projets nouveaux de TGV. (Ce qui ne constitue pas non plus une orientation très pertinente). Un ministère fantôme donc et un parti écolo qui le devient aussi tellement embarqué dans une politique d’austérité qu’il est bien contraint de soutenir au parlement. En plus on tape sur une femme sans grand poids politique, les risques sont donc mesurés. En fait Hollande et Ayrault veulent faire preuve d’une autorité qu’ils n’ont pas ; A cet Egard Montebourg par exemple aurait du être viré dix fois. Enfin la cause écologique est étouffée par la priorité donnée par les français à l’emploi et à la croissance. Finalement une opération qui voulait marquer une autorité et qui met surtout en avant la lâcheté et l’inélégance. Pourquoi en effet tout ce cirque médiatique de Matignon, alors que d’ordinaire on se contente d’un communiqué indiquant que le ministre a mis fin à ses fonctions ; Y compris quand en faiat il est destitué. Dernier élément le cas Duflot qui de toute évidence fait de son maintien au gouvernement une priorité par rapport aux préoccupations écolos.

Batho : « l’heure d’été permet d’économiser » pas sûr et pas sur la santé

Batho : « l’heure d’été permet d’économiser » pas sûr et pas sur la santé

D’après Batho, le changement d’heure permet d’économiser l’énergie. En fait on n’en sait rein  Un rapport remis au Sénat français en 1997concluait : « Il ressort de l’ensemble de cette étude que les avantages annoncés ou attendus du changement semestriel de l’heure ne sont pas suffisamment importants pour compenser les inconvénients ressentis par les populations », en particulier en ce qui concerne la santé publique, les conditions de travail et les modes de vie, l’agriculture, la protection de l’environnement et la sécurité routière. La baisse de consommation d’éclairage pourrait être compensée par l’augmentation des besoins de chauffage le matin au début du printemps — un rapport de l’École des mines de 1992concluait cependant à un effet minime (< 0,1 TWh pour la France). Le chauffage est nettement plus énergétivore que l’éclairage notamment depuis la diffusion des lampes à basse consommation (surtout avec de températures comme actuellement). A noter également les effets du changement d’heure sur le sommeil et les accidents routiers

 

Batho-Neige : « il faudra tirer les leçons »; surtout les apprendre !

Batho-Neige : « il faudra tirer les leçons »; surtout les apprendre !

 

Le gouvernement ne peut évidemment commander à la météo, il pourrait pour le moins  informer à temps. Il faudra un retour d’expérience dit la ministre de l’écologie, comme pour l’économie dans 5 ans ? Interrogée mercredi matin sur Europe 1, Delphine Batho s’est refusé à émettre des critiques après l’épisode neigeux du début de semaine, qui sème encore la pagaille dans le Nord du pays. « Je n’ai pas de remontrances à faire », a assuré la ministre de l’Ecologie. « Ce n’est pas la question du jour, parce que nous avons encore des personnes bloquées loin de chez elles ». Delphine Batho a toutefois prévenu qu’ »il faudra un retour d’expérience. Il faut toujours tirer des leçons. »




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol