Archive pour le Tag 'Barroso'

Barroso chez Goldman Sachs : normal ! (union économique)

Barroso chez Goldman Sachs : normal ! (union économique)

 

 

 

Barroso n’a pas violé les règles européennes a déclaré la commission européenne qui ménage aussi sans doute les intérêts des technocrates qui voudront se recaser dans le privé. Barroso ancien président  de la commission européenne, ancien premier ministre portugais et ancien gauchiste Mao pourra donc utiliser son carnet d’adresses au service de Goldman Sachs. C’est  tout juste si on lui reproche un manque de jugement, un euphémisme ! Comme dessous beaucoup d’anciens responsables politiques de haut niveau Barroso veut gagner des sous. Pour cela il entend monnayer son carnet d’adresses européennes auprès de la sulfureuse banque Goldman Sachs. Notons que Sarkozy en France ne fait pas autre chose quand il fait payer ses conférences autour de 100 000 €. Mais juridiquement L’embauche de Barroso par Goldman Sachs n’a a priori violé aucune règle en étant recruté par la banque d’affaires américaine Goldman Sachs mais l’ancien président de la Commission européenne n’a pas fait preuve d’un « bon jugement », selon l’avis du comité d’éthique de l’exécutif de l’UE rendu public lundi. Son successeur Jean-Claude Juncker a ouvert en septembre une enquête sans précédent sur ce dossier dans le but de vérifier la conformité de cette embauche à la législation européenne. Goldman Sachs a annoncé début juillet avoir recruté José Manuel Barroso au poste de conseiller et président non exécutif de sa branche internationale basée à Londres. L’ex-chef du gouvernement portugais est chargé de conseiller la banque sur le Brexit, le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne. Dans une lettre à Jean-Claude Juncker, José Manuel Barroso affirme qu’il n’a pas été engagé par Goldman Sachs pour faire du lobbying et qu’il a été recruté avant le référendum britannique. Le comité d’éthique reconnaît tout d’abord que la « période de refroidissement » réglementaire de 18 mois pendant laquelle un commissaire ne peut accepter un travail portant sur des dossiers qu’il avait à connaître à Bruxelles a été respectée. Ses membres soulignent qu’ils n’auraient donc théoriquement même pas dû être consultés mais que Jean-Claude Juncker a saisi le comité de manière « exceptionnelle ». Le comité estime que tout cela est « insuffisant pour établir que M. Barroso a violé son devoir d’intégrité et de discrétion », et qu’ »aussi longtemps » que Goldman Sachs « respecte les règles de droit, il n’est pas en soi illégal d’accepter de travailler pour la banque ». L’affaire Barroso est d’autant plus sensible qu’elle intervient au moment où l’UE doit lutter contre la perception du public qui la voit comme une pièce du capital mondial après la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne. Le président français François Hollande avait jugé le 14 juillet dernier que le recrutement annoncé de José Manuel Barroso, était « moralement inacceptable ». Le comité d’éthique comprend trois membres : un ancien juge néerlandais à la Cour de justice de l’Union, un social-démocrate allemand ancien membre du Parlement européen et un ancien haut responsable autrichien à la Commission européenne.

(Avec Reuters)

Barroso : « moi aussi je veux gagner des sous » !

Barroso : «  moi aussi je veux gagner des sous » !

C’est en substance ce que dit Barroso ancien préside de la commission européenne, ancien premier ministre portugais et ancien gauchiste Mao. Comme dessous beaucoup d’anciens responsables politiques de haut niveau Barroso veut gagner des sous. Pour cela il entend monnayer son carnet d’adresses européennes auprès de la sulfureuse banque Goldman Sachs. Notons que Sarkozy en France ne fait pas autre chose quand il fait payer ses conférences autour de 100 000 €. Mais juridiquement L’embauche de Barroso par Goldman Sachs n’a a priori violé aucune règle : certains responsables politiques veulent donc modifier celle-ci. ) L’ancien président de la Commission européenne embauché par Goldman Sachs n’a pas apprécié les nouvelles mesures prises à son égard. Dans un courrier daté de mardi obtenu par l’AFP, José Manuel Barroso, ex-président de la Commission européenne (2004- 2014), et tout nouvel employé de Goldman Sachs, se plaint à Jean-Claude Juncker de la façon donc l’exécutif européen le traite. A l’en croire, les actions prises à son encontre seraient « discriminatoires » et « incompatibles avec des décisions prises concernant d’autres anciens membres de la Commission« . L’ancien membre de la Commission n’a sûrement pas apprécié la lettre qu’a envoyé son successeur à la médiatrice de l’UE le 9 septembre, et qui a été rendue publique lundi. Jean-Claude Juncker confirmait avoir demandé à José Manuel Barroso des « clarifications » sur son nouvel emploi, ajoutant que le comité d’éthique de Bruxelles se prononcerait sur son cas. Pire, il indiquait que ce dernier serait désormais « reçu à la Commission non pas comme ancien président, mais comme un représentant d’intérêts (privés) », autrement dit comme un lobbyiste. Une « dégradation » sûrement très mal vécue par l’intéressé.

Car l’embauche de Barroso par Goldman Sachs n’a a priori violé aucune règle. Il a en effet respecté le « délai de carence » ou « période de refroidissement » de 18 mois entre ses fonctions de président et son nouvel emploi, ce qui l’exonérait de demander une autorisation. Mais pour la médiatrice, Emilie O’Reilly, « Il n’est pas suffisant de dire qu’aucune règle n’a été enfreinte, il faut considérer l’esprit et l’intention que sous-entend l’article en question du traité et modifier le code pour refléter cela précisément » a-t-elle expliqué dans sa lettre à Jean-Claude Juncker. La France, par la voix de son secrétaire d’Etat aux affaires européennes, s’était déjà exprimée en ce sens mi-juillet. Harlem Désir expliquait alors que l’embauche était « particulièrement scandaleuse, compte tenu notamment du rôle joué par cette banque dans la crise financière de 2008 mais aussi du trucage des comptes publics de la Grèce (…) Moralement, politiquement, déontologiquement, c’est une faute de la part de M. Barroso ».

(Avec AFP)

Juncker veut des clarifications sur Barroso, ancien gauchiste, recasé chez Goldman Sachs

Juncker veut des clarifications sur  Barroso, ancien gauchiste, recasé chez Goldman Sachs

Jean-Claude Juncker exige maintenant des clarifications de la part de José Manuel Barroso sur « ses nouvelles responsabilités et les termes de son contrat avec chez Goldman Sachs. Celui qui fut Président des étudiants maoïstes (MRPP),  Premier ministre du Portugal et  président de la Commission européenne de 2004 à 2014 a été  embauché par une des banques les plus puissantes (et controversées) du monde, pour la conseiller sur l’ère post-Brexit.  Les relations troublent entre la politique et le monde de la finance ne sont pas nouvelles au plan européen. Il faut en effet notamment se souvenir que Draghi  l’actuel président de la banque centrale européenne à orienté l’adhésion de la Grèce à l’union européenne en tant que responsable pour l’Europe de Goldman Sachs (en tordant  les chiffres pour forcer cet adhésion). Notons aussi que Jean-Claude Juncker l’actuel président de la commission européenne était premier ministre luxembourgeois lorsqu’on a trouvé des petits arrangements fiscaux entre son pays d’origine et les grandes multinationales. Bref la politique et la finance entretiennent  parfois des liens consanguins. Du coup «Bras d’honneur», «conflit d’intérêt», «indécent»: une pluie de critiques, venant même du gouvernement, s’est abattue ce samedi en France sur l’ex-président de la Commission européenne, José Manuel Barroso qui va rejoindre la banque d’affaires américaine Goldman Sachs.

Barroso chez Goldman Sachs:  » inacceptable » (Hollande)

Barroso chez Goldman Sachs:  » inacceptable » (Hollande)

À l’occasion de son interview du 14 juillet François Hollande n’a pas manqué de condamner le recrutement de Barroso ancien président  de la commission européenne par Goldman Sachs.  Barroso, ancien gauchiste finira en effet  sa carrière chez Goldman Sachs. Celui qui fut Président des étudiants maoïstes (MRPP),  Premier ministre du Portugal et  président de la Commission européenne de 2004 à 2014 vient d’être embauché par une des banques les plus puissantes (et controversées) du monde, pour la conseiller sur l’ère post-Brexit.  Les relations troublent entre la politique et le monde de la finance ne sont pas nouvelles au plan européen. Il faut en effet notamment se souvenir que Draghi  l’actuel président de la banque centrale européenne à orienté l’adhésion de la Grèce à l’union européenne en tant que responsable pour l’Europe de Goldman Sachs (en tordant  les chiffres pour forcer cet adhésion). Notons aussi que Jean-Claude Juncker l’actuel président de la commission européenne était premier ministre luxembourgeois lorsqu’on a trouvé des petits arrangements fiscaux entre son pays d’origine et les grandes multinationales. Bref la politique et la finance entretiennent  parfois des liens consanguins. Du coup «Bras d’honneur», «conflit d’intérêt», «indécent»: une pluie de critiques, venant même du gouvernement, s’est abattue ce samedi en France sur l’ex-président de la Commission européenne, José Manuel Barroso qui va rejoindre la banque d’affaires américaine Goldman Sachs. « José Manuel Barroso, ce n’est pas moi qui l’ai choisi, hein, certains se reconnaîtront dans ce choix », a souligné le chef de l’Etat à l’adresse de ses prédécesseurs Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, qui ont contribué à la nomination à Bruxelles en 2004 puis à la reconduction en 2009 de l’ancien Premier ministre portugais. Ce dernier dirigeait la Commission « au moment où il y a eu cette crise provoquée par ce qu’on appelle les subprimes, dont Goldman Sachs était un des établissements-phares », a encore reproché François Hollande lors de son interview sur TF1 et France 2.  »Goldman Sachs qu’on retrouve dans l’affaire (de la dette) grecque, puisque c’est Goldman Sachs qui conseillait les Grecs et maquillait les chiffres (des comptes publics) que la Grèce il y a quelques années avait donnés à l’Union européenne », a-t-il encore pointé.   »Et on apprend quelques années plus tard que José Manuel Barroso va rejoindre Goldman Sachs ?

 

Barroso, ancien gauchiste, recasé chez Goldman Sachs

Barroso, ancien gauchiste, recasé chez Goldman Sachs

 

Barroso, ancien gauchiste finira donc sa carrière chez Goldman Sachs. Celui qui fut Président des étudiants maoïstes (MRPP),  Premier ministre du Portugal et  président de la Commission européenne de 2004 à 2014 vient d’être embauché par une des banques les plus puissantes (et controversées) du monde, pour la conseiller sur l’ère post-Brexit.  Les relations troublent entre la politique et le monde de la finance ne sont pas nouvelles au plan européen. Il faut en effet notamment se souvenir que Draghi  l’actuel président de la banque centrale européenne à orienté l’adhésion de la Grèce à l’union européenne en tant que responsable pour l’Europe de Goldman Sachs (en tordant  les chiffres pour forcer cet adhésion). Notons aussi que Jean-Claude Juncker l’actuel président de la commission européenne était premier ministre luxembourgeois lorsqu’on a trouvé des petits arrangements fiscaux entre son pays d’origine et les grandes multinationales. Bref la politique et la finance entretiennent  parfois des liens consanguins. Du coup «Bras d’honneur», «conflit d’intérêt», «indécent»: une pluie de critiques, venant même du gouvernement, s’est abattue ce samedi en France sur l’ex-président de la Commission européenne, José Manuel Barroso qui va rejoindre la banque d’affaires américaine Goldman Sachs. «Desservir les citoyens, se servir chez Goldman Sachs: #Barroso, représentant indécent d’une vieille Europe que notre génération va changer», a twitté le secrétaire d’Etat français au Commerce extérieur, Matthias Fekl. Comme le ministre socialiste, les eurodéputés PS français jugent «scandaleux» ce qu’ils qualifient de «nouveau pantouflage, qui ressemble fort à un conflit d’intérêt». «Nous exigeons une révision des règles pour empêcher de tels recrutements d’anciens Commissaires européens», écrivent-ils dans un communiqué intitulé «De quoi Barroso est-il le nom?».

(Avec Reuters)

 

Barroso : « La politique fiscale de la France atteint des limites »

Barroso : « La politique fiscale de la France atteint des limites »

 

« Aujourd’hui, la politique fiscale en France a atteint les limites de l’acceptabilité. La France est de loin le pays où les entreprises payent les impôts les plus élevés et ça c’est un problème pour la croissance et l’emploi en France », a affirmé M. Barroso sur la chaîne privée française LCI.   »Il faut réduire les dépenses publiques et d’ailleurs, pour être juste, le plan de budget pour cette année prévoit plus d’efforts pour la réduction des dépenses et pour l’augmentation des recettes et ça c’est positif », a-t-il ajouté.  Dans ces conditions, a-t-il souligné, « le budget présenté par la France est globalement positif ».  La Commission européenne doit pour la première fois vendredi donner son avis sur les budgets des Etats de la zone euro. Concernant la première économie européenne, l’Allemagne, M. Barroso a indiqué que la Commission va « en principe » lancer mercredi une analyse des déséquilibres économiques de l’Allemagne, qui affiche depuis 2007 un excédent courant supérieur à 6% de son PIB.   »Nous avons l’intention (…) de faire une analyse en profondeur, ce n’est pas une enquête dans le sens judiciaire du terme », a expliqué M. Barroso.   »Il y a des indicateurs sur les déséquilibres macro-économiques, c’est vrai que l’excédent de l’Allemagne est au-dessus de ce qui est normal », a-t-il dit.  Berlin est régulièrement attaqué pour sa dépendance envers les exportations et la faiblesse de sa demande intérieure. Comme avant eux le FMI et des pays européens, les Etats-Unis ont récemment repris le flambeau en fustigeant la politique économique allemande, sources de « déséquilibre.   »Il y a certains pays qui ont perdu des marchés d’exportation par exemple la France, l’Angleterre, l’Italie », a-t-il dit. « Il faut travailler ensemble pour nous rendre tous plus compétitifs ».  Interrogé par ailleurs sur un éventuel 3e mandat à la tête de la Commission européenne, M. Barroso a répondu: « 10 ans c’est assez ».   »Dix ans (à la tête de la Commission européenne) c’est déjà beaucoup. Mais je veux travailler jusqu’à la dernière minute pour l’Europe », a-t-il affirmé.  Le mandat de M. Barroso comme chef de l’exécutif européen se termine fin octobre 2014 après deux mandats successifs de cinq ans.  L’actuel président du Parlement européen, le social-démocrate allemand, Martin Schulz, a déjà fait savoir qu’il était prêt à succéder à l’ancien Premier ministre portugais.

 

Sommet européen: Hollande se couche devant Barroso

Sommet européen: Hollande se couche devant Barroso

Volonté d’apaisement devant Barroso ou tout simplement soumission ? La vérité c’est que la France ne peut pas se payer cette polémique depuis qu’on a appris il  y a deux jours que le déficit dérapait (4% au lieu de 3% du PIB). Or la France s’était engagée à rétablir ses comptes (avec un délai supplémentaire de deux ans).  Hollande n’est pas en position de force puisqu’en fait il soutient le pacte budgétaire européen. Hollande a aussi obtenu un mini plan pour le chômage des jeunes (en fait une meurette comme son fameux plan de croissance). Le président français François Hollande a affiché jeudi lors d’un sommet européen à Bruxelles sa volonté d’enterrer la hache de guerre avec la Commission européenne et son président José Manuel Barroso, mais les violentes passes d’armes de ces dernières semaines pourraient laisser des traces. La veille encore, la porte-parole du gouvernement français, Najat Vallaud-Belkacem, prenait le parti du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, qui avait accusé José Manuel Barroso d’être « le carburant du Front national », le parti d’extrême droite français qui multiplie les succès électoraux. Le gouvernement partage « sur le fond » ces propos, avait-elle assuré.  Jeudi, l’entourage du président français a fait savoir qu’il était animé d’une volonté d’ »apaisement », ce qu’il a confirmé dès son arrivée à Bruxelles. « Les questions de personnes sont secondaires », a assuré M. Hollande, « c’est sur les politiques européennes que nous nous déterminons ».  La tension était fortement montée ces derniers jours, notamment sur la question de l’exclusion de l’audiovisuel des négociations commerciales avec les Etats-Unis imposée par la France. M. Barroso avait ensuite qualifié de « réactionnaires » ceux qui refusent la mondialisation.   »Je ne veux pas croire que le président de la Commission européenne ait pu tenir des propos sur la France qui seraient ainsi formulés », avait répliqué François Hollande, qui s’en était expliqué avec l’intéressé en marge du G8.  Jeudi, José Manuel Barroso a jugé « ce conflit complètement artificiel », assurant que ses déclarations avaient été « délibérément déformées ».  Mais cette polémique est intervenue sur fond d’irritation entre Paris et Bruxelles, sur la réduction des déficits ou les réformes structurelles à mener. La France s’est élevée contre les prescriptions de Bruxelles en matière de retraites, M. Hollande répliquant que la Commission n’avait « pas à dicter » à la France ce qu’elle avait « à faire ».  L’exécutif européen a été prié de biffer la demande de relèvement de l’âge légal de départ à la retraite -un tabou à gauche que François Hollande n’entend pas briser- et de mentionner explicitement le rôle des partenaires sociaux dans l’élaboration de la réforme des retraites.  Le chef de l’Etat français s’est félicité à l’issue de la première journée du sommet que celui-ci ait posé deux « principes » que « la France souhaitait voir adoptés »: qu’ »une fois définis les objectifs », les « moyens pour les atteindre devaient être laissés aux Etats » et que « les réformes devaient se faire dans le dialogue social ».  Selon une source française, la Commission mentionne « un âge effectif de cessation d’activité » plutôt qu’un âge légal, formulation moins « prescriptive » qui laisserait « plus de marge de man?uvre à la France ».  Désireux de tourner la page, François Hollande a « salué » le travail de la Commission et de son président pour trouver un accord avec le Parlement européen sur le budget 2014-2020 de l’Union européenne, juste avant l’ouverture du sommet.   »L’Europe doit montrer ce qu’elle peut faire, mais je ne dirais pas que l’Europe peut tout », a-t-il noté, reconnaissant que ce serait « trop simple » pour la France de « s’exonérer » de ses propres responsabilités et même « coupable par rapport à l’enjeu de lutte contre le populisme ou l’extrémisme ».  Une réponse implicite au malaise ressenti à Bruxelles où les attaques de l’exécutif français, relayées par nombre de responsables socialistes, ont été très mal vécues. Jugées à la fois injustes et disproportionnées, les milieux européens estimaient qu’elles pouvaient alimenter la vague populiste en France, à un an d’élections européennes susceptibles de voir le Front national marquer encore des points.   »Lorsque le Front national s’est retrouvé au deuxième tour de la présidentielle française en 2002, était-ce la faute de la Commission que je ne présidais pas encore? », a lancé jeudi le président de la Commission, appelant les « forces politiques françaises, notamment le PS et l’UMP », à avoir « le courage de défendre l’Europe et à ne pas utiliser la Commission européenne comme un bouc émissaire ».

 

Mélenchon : »Si Mr Barroso est le carburant, Mr Hollande est le pompiste »

Mélenchon : »Si Mr Barroso est le carburant, Mr Hollande est le pompiste »

 

Jean-Luc Mélenchon, le co-président du Front de Gauche répond à la charge d’Arnaud Montebourg contre José Manuel Barroso. Le ministre français accuse le président de la Commission d’être « le carburant du Front national », pour Jean-Luc Mélenchon c’est le gouvernement « qui sème de la désespérance ».

 

Barroso : la gauche c’est comme l’extrême droite

Barroso : la gauche c’est comme  l’extrême droite

 

La Commission européenne emploie de curieux argument pour défendre son très libéral président , Barroso (par ailleurs ancien maoïste !) , elle a réagi avec virulence lundi aux dernières attaques contre son président, en assimilant une partie de la gauche française à l’ extrême droite, en pleine polémique en France sur une nouvelle poussée du Front national. « Quand il s’agit de réformes économiques, d’ouverture, de mondialisation, de l’Europe et de ses institutions, certains souverainistes de gauche ont exactement le même discours que l’extrême droite », a lancé le président de la Commission, José Manuel Barroso, au cours d’un point de presse.  Il réagissait à une offensive menée contre lui par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. Commentant dimanche la progression de l’extrême droite à l’issue d’une élection partielle dans le sud de la France, M. Montebourg avait accusé M. Barroso d’être « le carburant du Front national » pour avoir récemment qualifié la position française sur l’exception culturelle de « réactionnaire ».   »Il faudrait que certains responsables politiques français abandonnent certaines ambiguïtés vis-à-vis de l’Europe et la défendent davantage vis-à-vis du nationalisme, du populisme, voire du chauvinisme », a aussi déclaré un porte-parole, Frédéric Vincent.  M. Montebourg, qui s’était fait pendant la campagne présidentielle française le chantre de l’antimondialisation, a aussi accusé la Commission d’agir contre les peuples européens et de donner ainsi « raison à tous les partis souverainistes et anti-européens ». Une autre ministre, l’écologiste Cécile Duflot, a dénoncé lundi une Europe « gendarme qui regarde de haut les pays ».  Les critiques viennent également du propre camp de M. Barroso. Alain Juppé a ainsi qualifié l’attitude du président de l’exécutif européen de « totalement archaïque ». « Il faut exiger dans les relations commerciales la réciprocité (…) Voilà pourquoi je dis que le président de la Commission européenne date un peu du siècle dernier », a déclaré l’ancien Premier ministre de droite.  En mai, quelques jours après une visite à Bruxelles, le président François Hollande s’en était pris à la Commission en affirmant qu’elle n’avait « pas à dicter à la France » ce qu’elle avait à faire en matière de réforme des retraites.  Avec Paris, « on passe de la félicitation absolue à des mises en cause violentes », a commenté lundi une source européenne, ajoutant que la France était « le seul pays qui réagit comme un électrocardiogramme ».  Lundi, le centriste François Bayrou a pointé un « problème majeur de ligne gouvernementale », et le patron du principal parti de droite, Jean-François Copé (UMP), a dénoncé « l’incohérence » du gouvernement.  Ce nouvel accrochage survient sur fond de tensions persistantes entre Paris et Bruxelles sur la réduction des déficits français et les réformes structurelles. M. Barroso, qui verra M. Hollande jeudi lors du sommet européen, s’en est pris lundi à ceux qui « essaient de faire de la Commission le bouc émissaire de leurs propres difficultés ».  Mais les traditionnelles critiques contre la Commission se sont transformées récemment en attaques personnelles contre son président. Outre les charges de certains cinéastes et de M. Montebourg, très mal vécues à Bruxelles, des élus comme le socialiste Jean-Christophe Cambadélis ou l’ancienne ministre UMP Rachida Dati n’ont pas hésité à demander le départ de M. Barroso.  Derrière l’homme, c’est l’institution et l’UE qui sont visées, estime une source européenne. Fidèle à sa ligne anti-européenne, la présidente du FN, Marine Le Pen, a souligné lundi que le problème n’était pas M. Barroso. « José Manuel Barroso est une catastrophe pour notre pays et notre continent, mais il l’est d’abord et avant tout parce qu’il est l’homme d’un système européen devenu fou », a-t-elle dit.  De son côté, M. Barroso a une nouvelle fois tenté de relativiser ses déclarations sur l’exception culturelle. « Mes propos ont été mal compris », s’est-il défendu en s’élevant contre une « polémique absurde ». « J’ai toujours dit que l’exception culturelle, c’est sacré, qu’on ne doit pas faire de marchandage avec la culture. Comme si moi-même et la Commission étions contre la diversité culturelle, c’est faux, absolument faux », a-t-il martelé.

 

Montée du FN : Barroso responsable (Montebourg)

 

Montée du FN : Barroso responsable (Montebourg)

Montebourg ne dit pas clairement que Barroso est responsable de la montée du FN mais c’et tout comme. L’incapacité des institutions européennes à défendre l’intérêt des peuples européens explique la montée des souverainismes, a jugé dimanche Arnaud Montebourg, qualifiant le président de la Commission européenne de « carburant du Front national ». « Monsieur Barroso est le carburant du Front national, voilà la vérité ! Il est le carburant de Beppe Grillo », a dit le ministre du Redressement productif, lors de l’émission Tous politiques France Inter-Le Monde-AFP. Beppe Grillo est le créateur du mouvement politique 5 étoiles, arrivé en tête des élections législatives en Italie en février dernier. Le ministre du Redressement productif a plus largement critiqué « toute cette classe dirigeante européenne, qui ne voit pas que l’Union européenne est la seule région du monde qui a organisé en quelque sorte sa propre récession, alors que partout dans le monde c’est la croissance! » Dans sa critique de Jose Manuel Barroso, Arnaud Montebourg a en particulier cité ses propos qualifiant de « complètement réactionnaire » la volonté de la France d’exclure la culture des négociations de libre-échange entre l’Union européenne et les Etats-Unis. « Cette maladie de la bruxelloise va être fatale aux Européens », a jugé le ministre du Redressement productif.

Allemagne : Barroso « irresponsable »

Allemagne :  Barroso « irresponsable »

Le ministre allemand de l’Economie Philipp Rösler a accusé samedi le président de la Commission européenne José Manuel Barroso d’avoir remis en cause de manière « irresponsable » la politique de consolidation budgétaire en Europe.   »C’est irresponsable quand un président de la Commission européenne remet en cause la politique de consolidation budgétaire dans les pays de l’UE », a martelé M. Rösler à Nuremberg (sud) où son parti libéral FDP en congrès doit adopter d’ici dimanche son programme à cinq mois des législatives.  Crédités autour de 5%, les libéraux doivent dépasser ce seuil pour se maintenir au Parlement à l’issue du scrutin législatif du 22 septembre.  Plusieurs conservateurs et libéraux allemands, les deux partis de la coalition gouvernementale d’Angela Merkel, ont critiqué le délai accordé par Bruxelles à la France pour réduire ses déficits publics.  Afin de combattre « durablement » les causes de la crise de la dette, le ministre libéral a estimé qu’il est du devoir des Etats européens de consolider leurs budgets.   »Nous devons renforcer la croissance. Et consolider les budgets. Nous devons faire des économies », a martelé M. Rösler.   »L’Allemagne montre le bon exemple » vis-à-vis du reste de l’Europe en matière d’économie et de consolidation budgétaire, a affirmé M. Rösler.   »Nous ne dépensons pas plus. Mais moins », a souligné le chef des libéraux.  M. Rösler a rappelé que l’Allemagne entendait présenter en 2014 son premier budget à l’équilibre depuis 40 ans.  Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a lui défendu la décision de la Commission européenne vendredi d’accorder un délai de deux ans à la France pour atteindre ses objectifs budgétaires, dans une interview à paraître dimanche. M. Schäuble a souligné que le Pacte de stabilité autorisait « une certaine flexibilité dans l’application des règles ».

 

 

Barroso: non, non ça va bien en Europe ! Où ça ? Dans le mur !

Barroso: non, non ça va bien en Europe ! Où ça ? Dans le mur !

Inconscience, irresponsabilité, incompétence ? Les trois à la fois pour Barroso qui pense que ça ne va pas si mal en Europe. Lancien maoïste portugais, devenu ultra libéral, à la tâêe de la commission européenne confond sans doute sa situation personnelle avec celle de la plupart des européens confrontés au chômage, à l’austérité ; Les commissaires européens sont bien rémunérés, revenus de l’ordre de 30 000 euros par mois, plus 40 000 lors de leur nomination, plus 20 000 lors de leur départs, plu de nombreux autres avantages. « Nos fondamentaux économiques restent bons. L’Europe est toujours la plus grande économie mondiale » devant les Etats-Unis, a  indiqué Barroso, la voix de son maître de l’Allemagne,  lors d’une conférence organisée à New York par la chambre de commerce UE-USA (EACC) et l’agence Bloomberg.  En termes de finances publiques, même si l’Europe reste aux prises avec la crise de la dette, M. Barroso a souligné la « conclusion étonnante » à laquelle aboutissait la comparaison avec les Etats-Unis ou le Japon. « En termes de ratio dette/PIB, la moyenne européenne de 82,5%, même si elle est trop élevée, est résolument meilleure que celle des Etats-Unis, qui est de presque 103%, ou du Japon, dont la dette est proche de 230% du PIB », a-t-il relevé.   »L’euro n’était pas la raison de la crise » financière, a-t-il encore rappelé, insistant sur le fait que la monnaie européenne était « une devise très stable ».  Certains avaient prédit sa fin, mais « je crois que la crise existentielle de l’euro est derrière nous », a-t-il encore dit.  Ces remarques interviennent alors que le nouveau secrétaire d’Etat américain au Trésor, Jacob Lew, a fait lors d’une récente tournée en Europe des appels du pied aux dirigeants européens pour qu’ils infléchissent la cure d’austérité actuelle dans l’UE avec des mesures de relance de la demande, afin de soutenir la croissance.   »Il n’y a pas de désaccord fondamental » sur le besoin de croissance des deux côtés de l’Atlantique, a assuré M. Barroso.   »Mais nous ne pouvons pas le faire avec des stimulus budgétaires » en Europe, a-t-il estimé, soulignant qu’avec 27 Etats-membres, l’UE avait besoin de solutions « sur mesure ».  Il a reconnu que l’assainissement des finances pesait sur le PIB de certains pays, mais qu’y renoncer nuirait à la « confiance » et risquerait d’être contre-productif.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol