Archive pour le Tag 'banquier'

Privatisations : « Macron se comporte en banquier d’affaires »(Guillaume Peltier)

Privatisations : « Macron se comporte en banquier d’affaires »(Guillaume Peltier)

Guillaume Peltier, vice-président des Républicains et député du Loir-et-Cher dénonce les privatisations d’ADP et de la FDJ dans le JDD. .

Etes-vous favorable à la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) et de la Française des Jeux (FDJ), que le gouvernement veut engager?
Je ne suis pas opposé, par principe, à des privatisations. Certaines sont des succès : la fusion-privatisation de Suez-GDF a consolidé un grand champion français ; France Telecom, devenue Orange, a su se moderniser ; Renault, en s’alliant avec Nissan, s’est transformé en groupe mondial. Mais à titre personnel, je suis opposé à la privatisation d’Aéroports de Paris et de la Française des Jeux.

adikteev

Pourquoi?
Je m’inquiète de l’absence de stratégie industrielle d’Emmanuel Macron, qui se comporte davantage en banquier d’affaires sur ce sujet. Il a une vision à court terme. Le gouvernement ne veut pas réformer en profondeur. Il faut, par exemple, changer le régime de retraite de la SNCF qui coûte 3,3 milliards d’euros par an. Il préfère donc aller piocher l’argent dans l’urgence. Or, s’agissant de la FDJ, les traités européens eux-mêmes spécifient que la question des jeux relève de la souveraineté des États. Souvenons-nous du jeu Rapido, qui avait dû être retiré du marché en raison de son caractère addictif. Avec la privatisation, le risque existe que le résultat financier prévale sur la santé publique. Par ailleurs, savez-vous qu’un milliard de mises sont déjà passées ces dernières années des paris hippiques vers les jeux de grattage ? La privatisation risque d’accélérer ce phénomène, au détriment d’une filière cheval qui emploie 100.000 personnes en France et dont je mesure l’excellence, chez moi à Lamotte- Beuvron, siège national de la Fédération française d’équitation.

 

Pourquoi êtes-vous hostile à la privatisation d’ADP?
L’aéroport, c’est une frontière. Il est dangereux de privatiser une frontière. Même les États-Unis n’ont pas privatisé leurs 3.000 aéroports, au nom de l’intérêt stratégique et vital d’une nation. Regardons les exemples récents, comme la privatisation de l’aéroport de Toulouse décidée par Emmanuel Macron quand il était à Bercy. L’État l’a vendu à un groupe chinois, qui a d’abord disparu puis a transféré une bonne partie des bénéfices. Aujourd’hui, tout le monde s’accorde à dire que ce n’était pas une bonne idée.

 

Bruno Le Maire a promis que l’État garderait le contrôle de ses actifs stratégiques via des mécanismes de « régulation »…
La privatisation des autoroutes, à laquelle j’étais opposé il y a dix ans, est un précédent préoccupant. Je ne mets pas en cause la bonne foi de Bruno Le Maire. Mais à l’époque aussi, on nous avait garanti un contrôle strict des coûts des péages, de l’entretien des réseaux, etc. Or une fois la boîte de Pandore ouverte, elle ne fut jamais refermée. La privatisation s’est traduite par une hausse de 20 % des prix des péages en dix ans. Et aujourd’hui, quelques grandes sociétés d’autoroutes se répartissent 1,6 milliard d’euros de dividendes, privant l’État et les contribuables de ces recettes régulières. Pour ces raisons, les privatisations d’ADP et de la FDJ sont une mauvaise idée. Encore plus parce que ce sont des monopoles.

 

Macron : banquier, fonctionnaire ou ministre ?

Macron : banquier,  fonctionnaire ou ministre ?

 

Emmanuel Macron était-il fonctionnaire en étant banquier chez Rotchild, et question subsidiaire, depuis qu’il est ministre est-il ancien banquier ou encore fonctionnaire ; c’est toute l’ambigüité de l’oligarchie en France. La plupart des politiques sont des fonctionnaires mis en situation de détachement (avec ou sans maintien du salaire selon les cas) ; Macron lorsqu’il a été banquier chez Rotchild a-t-il conservé son statut de fonctionnaire ; personne ne le sait puisqu’on ne veut publier plus les listes de détachement ! Mais question tout auusi importante quel est son statut actuellement : a-t-il réintégré son statut de fonctionnaire depuis qu’i a été conseiller de Hollande et maintenant Ministre ? Personne ne le sait non plus. Et pour cause nombre de fonctionnaires sont simplement mis à disposition (avec maintien du salaire) dans les fonctions politiques. Une situation qui n’est pas prés d’évoluer car la plupart des politiques sont des fonctionnaires.  Emmanuel Macron a été inspecteur des finances avant de rentrer chez Rothschild en 2008. Rien n’indique qu’il a bien été mis en disponibilité de la fonction publique, selon « Marianne ». Son cabinet assure que les arrêtés existent mais que l’IGPN a décidé de ne pas les publier. Marianne remet les pendules d’Emmanuel Macron à l’heure ce matin. Non, on ne peut pas être fonctionnaire et banquier en même temps. Le magazine lève un lièvre : il n’existe aucune trace prouvant qu’Emmanuel Macron a été mis en disponibilité pour devenir banquier chez Rothschild en 2008. Auparavant il était inspecteur des finances, il est resté chez Rothschild de 2008 à 2012. Or tout fonctionnaire qui passe dans le privé doit faire l’objet d’une mise en disponibilité obligatoirement publiée dans le Journal Officiel (JO). Les journalistes de Marianne ont eu beau chercher, aucun arrêté au JO, et même le cabinet du ministre n’a pas été capable de fournir le document au journal. Emmanuel Macron était bien « en mobilité » selon son cabinet Le ministre serait donc resté fonctionnaire de sa sortie de l’ENA en 2006 jusqu’à aujourd’hui, même quand il était banquier. Et question subsidiaire : a-t-il continué à percevoir une rémunération de fonctionnaire en plus de son salaire chez Rothschild ? Marianne conclut que le ministre de l’Économie ne fera pas l’économie précisément d’une explication sur une éventuelle phobie administrative. Le cabinet du ministre de l’Économie précise à RTL que les arrêtés existent bien. Mais l’Inspection générale des finances a récemment décidé de ne pas les publier. L’entourage du ministre assure qu’il était donc « en mobilité » de la fonction publique lorsqu’il était chez Rothschild. Mais maintenant il est encore fonctionnaire ou pas ?

 

Ministère de l’économie : après le fantaisiste, le banquier !!

Ministère de l’économie : après le fantaisiste, le banquier !!

 

Changement complet de casting au ministère de l’économie où un ancien énarque banquier remplace le fantaisiste Montebourg. Montebourg qui n’a pas tort sur la politiques d’austérité mais qui par son amateurisme et ses vantardises un peu loufoques  s’est discrédité. A la place une jeune énarque qui s’est enrichi à occasion lors du rachat par Nestlé ( 9 milliards d’euros) de la division nutrition de Pfizer. Un nouveau ministre qu’on dit brillant parce qu’il a conseillé Hollande sur le CICE et sur le pacte de responsabilité ; Pourtant le CICE a surtout profité aux grosses entreprises de main d’oeuvre qui n’étaient   pas soumises à concurrence internationale (comme la Poste ou la grande distribution), quant au pacte de responsabilité, c’est l’arlésienne. Voilà donc est plus brillant des socialistes  à l’économie ; Manuel Valls avait déjà proposé son nom pour le poste de ministre des Finances lors de la préparation de son premier gouvernement en avril. Mais François Hollande avait refusé, estimant que ses ministres devaient d’abord avoir été élu par les Français avant d’occuper de telles fonctions.  Souvent classé comme le plus libéral des conseillers du Président, il aimait recevoir régulièrement les grands patrons, qu’il connaît bien. Il a aussi fait le lien entre Pierre Gattaz, le patron du Medef, et François Hollande. Auparavant, Emmanuel Macron a été inspecteur des Finances. Il a goûté à la banque d’affaires chez Rothschild, où il s’est forgé une bonne réputation dans les milieux d’affaires et où il a tissé un impressionnant réseau. Il se fait connaître dans la sphère politique en coordonnant le rapport Attali sur la croissance en 2008. Au Palais présidentiel, on dit de lui, selon l’AFP, qu’il a « fait ses preuves à l’Elysée. Il a joué un rôle-clé dans le dossier Alstom. Il a une très bonne connaissance de l’entreprise, de l’industrie. Il est jeune et, le plus important, il a toute la confiance du Président ». Aujourd’hui la presse presqu’unanime se félicite de cette nomination mais elle s’était félicitée de la même manière de la nomination de Cahuzac, un homme efficace, compétent…et intègre !

Fraude fiscale : un banquier suisse accuse des ministres français de l’actuelle et de la précédente majorité

Fraude fiscale : un banquier suisse accuse des ministres français de l’actuelle et de la précédente majorité

L’ex-associé gérant de la banque suisse Reyl Private Office de 2006 à 2010, un établissement qui a abrité le compte suisse de Jérôme Cahuzac, aurait fait des révélations surprenantes lors de son audition mercredi devant la commission d’enquête au Sénat sur le rôle des banques dans l’évasion des actifs financiers.  Selon le site internet du magazine Challenges, Pierre Condamin-Gerbier affirme être intervenu pour Reyl sur les dossiers d’une quinzaine de personnalités politiques ou proches de partis politiques ayant des comptes non déclarés en Suisse.  Le magazine Challenges rapporte les propos de Pierre Condamin-Berbier lors de son audition: «Je n’ai pas fourni de noms de fraudeurs aux enquêteurs pour des raisons de sécurité. Mais mes documents et mes notes sont consignés auprès d’une partie tierce et ils seront dévoilés quand mon environnement sera plus sûr. Il y a eu des menaces écrites et orales sur mon intégrité physique ainsi que celle de ma famille.» Pierre Condamin-Gerbier évoque une quinzaine de personnalités politiques impliquées dans une fraude fiscale en Suisse «dont des ministres de la précédente et de l’actuelle majorité». Ces déclarations feraient l’effet d’une véritable bombe si l’homme d’affaires dit la vérité et si les noms de ces personnalités sont dévoilés au grand public. Pierre Condamin-Gerbier doit être entendu de nouveau jeudi matin, à huit clos, par le député Yann Galut, rapporteur du projet de loi de lutte contre la fraude fiscale. Son témoignage intéresse d’autant plus les parlementaires que Condamin-Gerbier, installé à Lausanne, au bord du lac Léman, a été responsable de l’UMP en Suisse, notamment pendant la campagne électorale de 2007.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol