Archive pour le Tag 'baisse'

Page 4 sur 56

Covid France 18 février 2022 : baisse avec 92.345 nouveaux cas en 24 heures

Covid France 18 février 2022 : baisse avec 92.345 nouveaux cas en 24 heures

 

L’épidémie continue de reculer en France, où 259 personnes sont mortes du Covid ces dernières 24 heures, selon Santé publique France. 29.843 malades étaient hospitalisés ce jeudi, contre 30.578 mercredi. 1975 patients ont été admis lors des dernières 24 heures. 3055 patients sont actuellement en soins critiques, dont 228 depuis la veille. 92.345 nouveaux cas ont été détectés lors des dernières 24 heures, en baisse par rapport à la veille (98.735).

Sur le front des vaccinations, 38.287.430 personnes ont reçu une dose de rappel en France. 80,3% de la population a également reçu au moins une injection et 78,8% de la population a désormais un schéma vaccinal complet, selon les données publiées par la Direction générale de la Santé ce jeudi.

Baisse du niveau scolaire : une véritable catastrophe économique notamment à cause des maths

Baisse du niveau scolaire : une véritable catastrophe économique notamment à cause des maths

 

À l’occasion du classement Timms, le classement international qui mesure les performances des élèves de quatrième et de CM1, la France arrive en dernière position de tous les pays de l’Union européenne en CM1 et en avant dernière position pour le niveau des élèves de quatrième, juste devant la Roumanie.

 

La baisse en mathématiques au lycée constitue véritable catastrophe scolaire pour l’économiste Nicolas Bouzou.

 

Tribune

Alors qu’elles sont la voie royale vers des écoles prestigieuses comme HEC ou l’Essec, les classes préparatoires économiques et commerciales ont perdu 9% de leurs effectifs l’an passé selon l’association des professeurs de la filière. C’est très inquiétant, si l’on comprend les causes de cette baisse et cela devrait même faire l’objet d’une vraie prise de conscience politique.

Que les effectifs en classe prépa diminuent en soi, ce n’est pas forcément un drame. Mais si on regarde pourquoi ça baisse, on se rend compte que c’est lié au tarissement du nombre d’élèves qui étudient les mathématiques au lycée, conséquence directe de la réforme du baccalauréat qui a abouti à une diminution du nombre d’élèves formés en mathématiques. Les maths étant sortis du tronc commun, il y a des élèves qui arrêtent les maths en seconde.

L’effet est doublement négatif. On a à la fois de moins en moins d’élèves en mathématiques, mais on a également une diminution du niveau des élèves en mathématiques. Et là, les chiffres sont absolument catastrophiques. Dans le dernier classement Timms, le classement international qui mesure les performances des élèves de quatrième et de CM1, la France arrive en dernière position de tous les pays de l’Union européenne en CM1 et en avant dernière position pour le niveau des élèves de quatrième, juste devant la Roumanie.

Si on regarde le fameux classement Pisa, qui est lui aussi très connu, on voit également une baisse très forte du niveau de nos élèves, y compris celui des meilleurs, dont la situation devient incroyablement inégalitaire et critique en maths.

Cette raréfaction des talents en mathématiques est un drame absolu, parce que l’on est au cœur de la troisième révolution industrielle, celle du numérique, de la robotique, de l’intelligence artificielle… Ce que l’on veut en France, c’est essayer de produire des innovations dans ces secteurs. D’ailleurs, c’est tout l’objet du programme France 2030 qui a été présenté il y a quelques semaines par le président de la République.

Le problème, c’est qu’on ne peut pas produire des innovations radicales sans avoir des scientifiques. On ne peut pas être bon dans le domaine de l’innovation si on n’a pas des gens qui sont très bien formés en mathématiques. Cela a été le cas en France il y a quelques années, mais ça ne l’est plus aujourd’hui. Il faut malheureusement regarder la réalité en face.

La réalité, c’est que la France est devenue un pays sous-développé en mathématiques et que cela pourrait se traduire par une économie elle-même sous-développée. La baisse du niveau en maths est aggravée par les écarts de dotation entre l’université et les classes préparatoires. La diminution des budgets dans l’enseignement supérieur, qui est catastrophique en France, a abouti à une dégradation du niveau de nos universités, y compris en sciences.

Covid France 17 février 2022 : baisse avec 99 000 contaminations en 24 heures

Covid France 17 février 2022 : baisse avec 99 000 contaminations en 24 heures

. Le nombre de cas est toujours en baisse puisque 98.735 contaminations ont été détectés lors des dernières 24 heures contre 142.253 la veille et 179.614 mercredi dernier.

L’épidémie continue de refluer en France, où 244 personnes sont mortes du Covid ces dernières 24 heures, selon Santé publique France. 30.578 malades étaient hospitalisés ce mercredi, contre 31.091 mardi. 1975 patients ont été admis lors des dernières 24 heures. 3126 patients sont actuellement en soins critiques, dont 207 depuis la veille. Sur le front des vaccinations, 38.187.820 personnes ont reçu une dose de rappel en France. 54.176.336 personnes ont également reçu au moins une injection (soit 80,4 % de la population totale) et 53.110.247 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 78,8 % de la population totale), depuis le début de la campagne vaccinale, selon les chiffres publiés ce mercredi par Santé publique France.

 

Consommation bio en baisse

Consommation bio en baisse

 

En 2021, pour la première fois après des années de croissance à deux chiffres, le marché des produits bio a fléchi, avec une baisse des ventes de 3,1% en valeur par rapport à 2020, selon l’Institut de recherche et d’innovation (IRI), cité par l’AFP.

Un recul du bio assez net est sans doute lié à la crise sanitaire mais aussi à une modification des comportements. Il y a sans doute d’abord la crise du pouvoir d’achat que provoque l’inflation et qui réduit les marges de manœuvre des ménages pour des produits bio en général plus chers.

Il y a enfin le maquis des labels qui découragent les consommateurs.
Des interrogations aussi sur le caractère réellement bio de certains produits dont on sait que plus de la moitié provient de l’étranger sans nécessairement les mêmes garanties que celles imposées en France. Un autre phénomène serait celui de la préférence des produits locaux pas forcément référés bio par rapport à des produits bio dont on connaît mal l’origine.

La baisse et parfois très importante importante pour certains produits: -18% pour la farine, -12% pour le beurre, -7% pour le lait et -6% pour les œufs, précise la même source, alors que le chiffre d’affaires global de la grande consommation alimentaire n’a perdu que 0,3% par rapport à l’année précédente, selon le groupe Nielsen.

L’écroulement des prix remet évidemment en est en cause l’équilibre économique des filières.Du coup certains producteurs risquent de revenir au conventionnel ou tout simplement de disparaître.

 

Trump dénoncé par ses comptables !

Trump dénoncé par ses comptables !

 

 

La société comptable de Trump  ,le cabinet Maszars, a dénoncé l’insincérité des comptes des entreprises de l’ancien président américain.

La semaine dernière, le groupe Mazars a informé la Trump Organization dans une lettre qu’il ne travaillerait plus pour l’entreprise, qui fait l’objet d’une enquête pour une possible fraude fiscale. Le document a été présenté au tribunal par la procureure de l’État, Letitia James, qui demandait à un juge d’obliger Donald Trump à se plier aux invitations à témoigner dans le cadre de l’investigation. Letitia James a annoncé le mois dernier que son équipe avait découvert des preuves de fraude, notamment de l’évaluation frauduleuse d’actifs.

Selon Mazars, les découvertes de la procureure l’ont conduit à considérer que la comptabilité de Trump de l’année terminant le 30 juin 2011 à celle s’achevant le 30 juin 2020 «ne devrait plus être jugée fiable». Le cabinet a ajouté que sa propre enquête et «des informations reçues de sources interne et externe» ont également pesé dans son choix. «Bien que nous n’ayons pas conclu que les différents bilans, dans leur ensemble, contenaient des irrégularités notables, étant donné les circonstances, nous pensons que notre conseil de ne plus vous fier à ces documents financiers est justifié», indique la lettre. En partie à cause de cette décision, Mazars «n’est plus en mesure de fournir un nouveau produit à la Trump Organization», lit-on encore.

Covid France 15 février 2022 : baisse

Covid France 15 février 2022 : baisse 

L’épidémie recule toujours en France, où 388 personnes sont mortes du Covid ces dernières 24 heures, selon Santé publique France. 31.532 malades sont actuellement hospitalisés, contre 31.621 dimanche. 2215 patients sont traités depuis ce lundi. 3296 patients sont en soins critiques, dont 311 depuis la veille.

À partir de mardi, pour conserver un passe vaccinal valide, la dose de rappel des vaccins contre le Covid-19 devra être réalisée au plus tard quatre mois après la fin du schéma vaccinal initial, sauf pour ceux qui ont contracté la maladie depuis lors. Le délai maximal pour le rappel était jusqu’ici de sept mois.

Covid France 14 février 2022 : baisse des contaminés et hausse des hospitalisés

Covid France 14 février 2022 : baisse des contaminés et hausse des hospitalisés

. En 24 heures, 86.562 cas positifs ont été enregistrés, contre 118.611 samedi. En moyenne sur les sept derniers jours, cet indicateur s’élève à 135.779 contre 242.899 le dimanche précédent. En 24 heures, 107 personnes ont été tuées par la maladie à l’hôpital, après 161 la veille. Depuis le début de l’épidémie, le Covid-19 a fait 134.804 morts.

Les hôpitaux français comptent actuellement 31.621 patients atteints du Covid (dont 697 arrivés en 24 heures), en hausse par rapport à samedi (31.522), mais en recul par rapport à la semaine dernière (33.027). Ces chiffres n’avaient pas cessé de reculer quotidiennement depuis mardi . Le nombre de personnes hospitalisées dans les services de soins critiques, qui soignent les cas les plus graves, notamment en réanimation, est en revanche en recul, avec 3.305 malades (dont 90 admissions quotidiennes) contre 3.324 la veille, et 3.577 il y a une semaine. Ce chiffre est en baisse chaque jour depuis lundi.

Covid: après la baisse une reprise en automne ?

Covid: après la baisse une reprise en automne ?

 

Indiscutablement, la pandémie s’affaiblit de manière très significative même si les hôpitaux sont encore mobilisés. En 24 heures, 118.611 cas positifs ont été enregistrés, contre 131.376 vendredi. En moyenne sur les sept derniers jours, cet indicateur s’élève à 145.619 contre 256.329 le samedi précédent.

Le  taux d’incidence repasse sous les 1 800 nouveaux cas quotidiens pour 100 000 habitants et, même si les services restent sous tension (environ 31 900 patients pris en charge en lien avec le Covid-19), le pic hospitalier a été franchi.

Même les épidémiologistes les plus mesurés font une lecture optimiste de la météo du Covid-19 : « Les indicateurs sont au vert, note Mahmoud Zureik. Une accalmie est très probable dans les semaines à venir, au moins semblable à celles que nous avons connues entre les vagues précédentes. » Et après ? « Après, c’est l’inconnu. »

On pourrait esquisser le scénario soit une transformation de la pandémie covid en une sorte de grippe sans conséquence grave pour les vaccinés. Soit l’émergence d’un nouveau variant . La question étant de savoir s’il serait plus contaminant, plus dangereux ou les deux à la fois. Pas question donc de baisser la garde pour nombre d’épidémiologistes qui conseillent de conserver des mesures d’hygiène.

Dans une note récente, le groupe d’experts Sage, chargé de conseiller le gouvernement britannique, esquisse plusieurs scénarios pour les mois à venir. Deux lui semblent plus plausibles, en écho à ceux imaginés par les vigies françaises du virus. Le premier consisterait en une future vague à l’automne-hiver 2022-2023, concomitante à l’épidémie de grippe. Le second prendrait la forme d’un rebond plus précoce, à cause de « l’émergence de nouveaux variants », « très rapidement », « possiblement dans quelques semaines ».

 

Covid France 13 février 2022 : baisse confirmée avec 118 611 cas en 24 heures

Covid France 13 février 2022 : baisse confirmée avec 118 611 cas en 24 heures

En 24 heures, 118.611 cas positifs ont été enregistrés, contre 131.376 vendredi. En moyenne sur les sept derniers jours, cet indicateur s’élève à 145.619 contre 256.329 le samedi précédent.

 

Les hôpitaux français accueillent actuellement 31.522 patients atteints du Covid (dont 1329 arrivés en 24 heures), en recul par rapport à vendredi (31.939) et à la semaine dernière (32.867). La baisse se poursuit aussi dans les services de soins critiques qui soignent les cas les plus graves, notamment en réanimation, avec 3324 malades (dont 156 admissions quotidiennes) contre 3371 la veille, et 3606 il y a une semaine.

Les décès restent, eux, à un niveau élevé, essentiellement chez des non vaccinés et des immunodéprimés: 161 personnes ont été tuées par la maladie en 24 heures, après 269 la veille.

Covid : nette de tendance à la baisse mais à des niveaux encore importants

Covid : nette de tendance à la baisse mais à des niveaux encore importants

 

La plupart des indicateurs indiquent  une très nette tendance à la baisse. Ainsi par exemple pour les contaminations, le chiffre a diminué de 100 000 en quelques jours (autour de 130 000 vendredis 11 février).

Une  baisse semble aussi  s’amorcer pour les hospitalisations (-15% sur la semaine écoulée), la pression reste encore forte à l’hôpital car le nombre de contaminations est encore important. Les décès, qui ont fortement augmenté depuis novembre, restent pour l’instant à un niveau très élevé, essentiellement chez des non vaccinés et des immunodéprimés. «Sur les sept derniers jours, l’épidémie a tué 2000 personnes», a relevé vendredi le premier ministre Jean Castex.

Covid France 12 de février 2022 : baisse, 131 376 nouveaux cas en 24 h

Covid France 12 de février 2022 : baisse, 131 376 nouveaux cas en 24 h

La baisse se confirme surtout pour les nouveaux cas. Les hospitalisations refluent aussi encore ce vendredi, avec 31.939 malades du Covid actuellement soignés, contre 32.415 jeudi et 32.878 mercredi, selon Santé publique France. 2377 personnes ont été hospitalisées ces dernières 24 heures.

Au total, 3371 patients sont traités dans les services de soins critiques, contre 3416 jeudi. 245 d’entre eux y sont arrivés ce jour. 269 personnes sont mortes du Covid ce vendredi. 131.376 nouveaux cas ont été détectés.

Covid France 11 février 2022 : en baisse, 153 000 nouveaux cas en 24 heures

Covid France 11 février 2022 : en baisse, 153 000 nouveaux cas en 24 heures

Nette baisse des nouveaux cas avec 153 024.

 

Les hospitalisations sont toujours en reflux ce jeudi, avec 32.415 malades du Covid actuellement soignés, contre 32.878 mercredi et 33.352 mardi, selon Santé publique France. 2420 personnes ont été hospitalisées ces dernières 24 heures.

Au total, 3416 patients sont traités dans les services de soins critiques, contre 3503 mercredi. 288 d’entre eux y sont arrivés ce jour. 310 personnes sont mortes du Covid ce jeudi. 153.025 nouveaux cas ont été détectés.

 

Covid FRANCE 8 FÉVRIER: tendance à la baisse sauf pour les hospitalisations

Covid FRANCE 8 FÉVRIER: tendance à la baisse sauf pour les hospitalisations

La moyenne des cas sur les sept dernières jours s’établit ce lundi à 237.663. La moyenne était de 242.899 la veille et de 334.363 il y a sept jours.

33.447 malades du Covid sont hospitalisés actuellement (contre 32.374 il y a sept jours et 33.027 la veille).

Dans les services de soins critiques, on comptait ce lundi 3.622 patients. C’est moins qu’il y a une semaine (3.700).

417 personnes sont décédées à l’hôpital ces dernières 24 heures, contre 348 il y a sept jours. Depuis le début de l’épidémie, 132.923 personnes sont décédées du Covid.

54.050.765 personnes ont reçu au moins une injection (80,2% de la population totale) et 32.911.019 ont reçu trois doses.

 

Sondage popularité Macron : en baisse

Sondage popularité Macron : en baisse

Selon une étude Ifop pour Paris Match, LCI et Sud Radio qui questionne les Français sur leurs pronostics de victoire à 66 jours du scrutin, Emmanuel Macron chute de 6 points à 21% en l’espace d’une semaine.Il reste cependant encore largement le favori pour l’élection présidentielle ( Un score supérieur à 20 %)

 

Souvent donnée qualifiée au second tour, la candidate du RN Marine Le Pen ne peut l’emporter que pour 14% (=) des Français. Un chiffre qui tombe à 11% pour son concurrent direct Éric Zemmour, mais qui est en hausse de 4 points depuis le 28 janvier dernier – date de la dernière vague. Accumulant les ralliements en quelques jours, le leader de Reconquête a probablement convaincu certains électeurs qu’il pouvait constituer une petite équipe pour conquérir le pouvoir. Enfin, la prétendante de la droite Valérie Pécresse ne persuade de sa victoire que 10% de Français.

Du côté de la gauche enfin, le tableau est encore moins réjouissant. Si 8% (+2) des sondés croient en l’accession de Jean-Luc Mélenchon à l’Élysée, 4% misent sur celle de Christiane Taubira – en baisse de 1 point malgré sa récente victoire à la Primaire populaire la semaine dernière. Un chiffre équivalent pour l’écologiste Yannick Jadot, en hausse, lui, de 1 point. Dernière du classement: Anne Hidalgo. La socialiste n’est vue gagnante que par 1% (-1) des Français.

Si ces données sont une première indication de l’état de l’opinion à un instant T, elles sont à prendre avec des pincettes. 9% des citoyens font le pari d’une victoire d’un autre prétendant et 18% ne se prononcent pas. Des incertitudes qui sont en partie liées au non-choix d’un bon tiers de l’électorat entre tous les impétrants. Autre élément à prendre en compte dans le sondage Ifop: 68% des Français se déclarent intéressés par la campagne. Un intérêt qui monte à 86% chez ceux d’Éric Zemmour et à 80% pour Jean-Luc Mélenchon. En d’autres termes, ceux qui sont les plus radicaux.

COVID France 7 février 2022 : baisse avec 155 439 nouveaux cas en 24 h

COVID France 7 février 2022 : baisse avec 155 439 nouveaux cas en 24 h

 

La vague Omicron a commencé sa décrue ces derniers jours. Ce dimanche 6 février 2022, Santé publique France dénombre un total de 33 027 (32 867 la veille) malades pris en charge à l’hôpital, ainsi que 129 (172 hier) nouveaux décès. Au total, plus de 132 000 personnes sont décédées du Covid depuis le début de l’épidémie.

L’agence de santé rapporte par ailleurs 155 439 cas de contaminations en 24h, il y en a eu 214 542 la veille.

Au total, la moyenne de la semaine écoulée est de 268 477 cas chaque jour, une baisse de 23% sur les sept derniers jours.

« Le nombre de cas publié aujourd’hui est en baisse de 33% par rapport à dimanche dernier », indique Guillaume Rozier, fondateur de Covid Tracker.

Le taux d’incidence national est lui aussi à la baisse. Hier soir il est repassé en dessous des 3000 cas pour 100 000 habitants, même en Nouvelle-Aquitaine, dernière région a avoir atteint son pic épidémique concernant les contaminations.

 

Covid FRANCE 6 février 2022 : 214 542 nouveaux cas en 24 h , baisse

Covid FRANCE 6 février 2022 : 214 542 nouveaux cas en 24 h , baisse

.

Tendance en baisse avec Samedi 5 février, 214.542 nouveaux cas s en 24 heures selon Santé Publique France (contre 241.049 la veille). La décrue des contaminations se confirme.

Les hospitalisations pour Covid restent stables avec un total de 32.867 malades actuellement à l’hôpital (contre 32.988 la veille).

Dans les services de soins critiques, on comptait ce vendredi 3.606 patients (contre 3.618 la veille).

170 personnes sont décédées à l’hôpital ces dernières 24 heures, ce qui porte à 132.377 le nombre total de personnes décédées du Covid depuis le début de la pandémie.

Par ailleurs, 54.083.440 personnes ont reçu au moins une injection (80,2% de la population totale) et 52.894.949 sont complètement vaccinées (78,5% de la population). Depuis le début de la campagne de rappel, 36.531.185 personnes ont reçu une dose de rappel.

 

Covid 5 février 2022 : baisse mais encore 241 000 zéro 49 nouveaux cas en 24 heures

Covid 5 février 2022 : baisse mais encore 241 000 zéro 49 nouveaux cas en 24 heures 

vendredi 4 février : contaminations en baisse et des hospitalisations stables. Le point quotidien sur l’épidémie de Covid-19 en France, avec les chiffres de Santé Publique France et du ministère de la Santé.

Ce vendredi 4 février, 241.049 nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures selon Santé Publique France (contre 274.352 la veille). La décrue des contaminations se confirme.

Les hospitalisations pour Covid restent stables avec un total de 32.988 malades actuellement à l’hôpital (contre 32.852 la veille).

Dans les services de soins critiques, on comptait ce vendredi 3.618 patients (contre 3.643 la veille).

355 personnes sont décédées à l’hôpital ces dernières 24 heures, ce qui porte à 132.207 le nombre total de personnes décédées du Covid depuis le début de la pandémie.

54.063.534 personnes ont reçu au moins une injection (80,2% de la population totale) et 52.856.243 sont complètement vaccinées (78,4% de la population). 36.313.068 personnes ont reçu une dose de rappel

 

Contaminations Covid France: légère baisse à un très haut niveau en moyenne sur une semaine

Contaminations Covid France: légère baisse à un très haut niveau en moyenne sur une semaine

Une légère baisse un très haut niveau a été constatée  en moyenne sur une semaine Depuis vendredi, 332.398 nouveaux cas ont été diagnostiqués en France, selon Santé publique France. Ce chiffre est légèrement moins élevé qu’une semaine plus tôt (389.320 il y a sept jours).

La moyenne des cas sur les sept dernières jours, témoin le plus fidèle de la tendance réelle des contaminations enregistrées, s’établit à 345.391, un chiffre qui décline légèrement chaque jour depuis le milieu de semaine.

Politique-Sondage Macron : forte baisse

Politique-Sondage Macron : forte baisse

 

Selon un sondage Ifop pour le JDD paru ce samedi soir, 37% des Français se disent satisfaits de son action, contre 41% il y a un mois.

Il s’agit ainsi de la plus grosse baisse depuis mars 2021. « C’est un tournant », déclare à l’hebdomadaire Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop, pointant également que le président était jusqu’alors épargné en raison de la pandémie de Covid-19. Les chutes les plus importantes se situent chez les ouvriers et les 18-24 ans, puisque le président sortant perd respectivement 11 et 7 points dans ces catégories.

 Parmi les raisons avancées, l’on retrouve notamment la phrase polémique sur la volonté d’ »emmerder » les non-vaccinés. Le pouvoir d’achat est également cité comme critique.

Emmanuel Macron, qui n’a toujours pas officialisé sa candidature pour sa propre succession, pourra cependant se rassurer en regardant les autres enquêtes d’opinion. Selon notre baromètre des sondages présidentiels Élyséemètre, il est ainsi crédité de 25,3% des intentions de vote. Un chiffre relativement stable depuis le début de la campagne. Ses deux principales rivales, Valérie Pécresse et Marine Le Pen, sont, elles, toutes les deux aux alentours des 17%.

Sondage réalisé par l’Ifop pour le JDD entre le 14 et le 20 janvier 2022 auprès d’un échantillon représentatif de 1952 personnes âgées de 18 ans et plus en respectant la méthode des quotas. Les interrogations ont eu lieu par téléphone et sur Internet. La marge d’erreur est située entre 1 et 2,3 points.

Sondage popularité Macron : forte baisse

Sondage popularité Macron : forte baisse

 

Selon un sondage Ifop pour le JDD paru ce samedi soir, 37% des Français se disent satisfaits de son action, contre 41% il y a un mois.

Il s’agit ainsi de la plus grosse baisse depuis mars 2021. « C’est un tournant », déclare à l’hebdomadaire Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop, pointant également que le président était jusqu’alors épargné en raison de la pandémie de Covid-19. Les chutes les plus importantes se situent chez les ouvriers et les 18-24 ans, puisque le président sortant perd respectivement 11 et 7 points dans ces catégories.

 Parmi les raisons avancées, l’on retrouve notamment la phrase polémique sur la volonté d’ »emmerder » les non-vaccinés. Le pouvoir d’achat est également cité comme critique.

Emmanuel Macron, qui n’a toujours pas officialisé sa candidature pour sa propre succession, pourra cependant se rassurer en regardant les autres enquêtes d’opinion. Selon notre baromètre des sondages présidentiels Élyséemètre, il est ainsi crédité de 25,3% des intentions de vote. Un chiffre relativement stable depuis le début de la campagne. Ses deux principales rivales, Valérie Pécresse et Marine Le Pen, sont, elles, toutes les deux aux alentours des 17%.

Sondage réalisé par l’Ifop pour le JDD entre le 14 et le 20 janvier 2022 auprès d’un échantillon représentatif de 1952 personnes âgées de 18 ans et plus en respectant la méthode des quotas. Les interrogations ont eu lieu par téléphone et sur Internet. La marge d’erreur est située entre 1 et 2,3 points.

123456...56



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol