Archive pour le Tag 'baisse'

Page 2 sur 45

Croissance européenne : la commission revoit en nette baisse les perspectives

Croissance européenne : la commission revoit en nette baisse les perspectives

 

 

La commission -comme tous les autres instituts- ne cesse de modifier ses perspectives économiques. Elle diminue un tout petit peu de 1 % la baisse attendue pour 2020. Une prévision qui sans doute sera d’ailleurs remise en cause avec l’accélération de la crise actuelle et le recours au confinement qui se met en place. Les deux derniers mois de l’année risquent d’être très affectés en matière d’activité.

Ce qui est important, c’est la tendance et cette tendance est mauvaise. En effet, après la contraction de l’économie de près de 8 % pour l’union économique en 2020, la commission a seulement prévu une reprise de 4,2 % en 2021 est de 3 % en 2022. Dans ses précédentes prévisions publiées en juillet, la Commission avait dit tabler sur une contraction de 8,7% cette année et sur une croissance de 6,1% l’an prochain.

Des prévisions tout à fait aléatoires d’où les précautions oratoires prises par la commission pour ces nouvelles annonces. « La Commission européenne prévient toutefois qu’en raison de la dégradation de la situation sanitaire liée à la pandémie de coronavirus, qui a obligé plusieurs pays européens à réinstaurer des mesures de confinement, les incertitudes et les risques sur la fiabilité de ses dernières prévisions automnales sont “exceptionnellement importants”.

Pour la France, la Commission table sur une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 9,4% en 2020 avant un rebond de 5,8% en 2021 puis de 3,1% en 2022.

De son côté, le gouvernement français prévoit une baisse de l’ordre de 11% de l’activité économique du pays cette année.

L’Allemagne devrait connaître une contraction de 5,6% de son PIB cette année, selon les projections de la Commission, puis une croissance de 3,5% en 2021 et de 2,6% en 2022.

L’Espagne devrait être le pays européen le plus fortement impacté par la crise du coronavirus avec une contraction de 12,4% de son PIB cette année.

L’inflation en zone euro – que la Banque centrale européenne souhaite maintenir en deçà, mais proche, de 2% à moyen terme – devrait atteindre 0,3% cette année, puis grimper à 1,1% en 2021 et 1,3% en 2022.

Malgré l’ampleur de la récession, le chômage dans la zone euro n’augmentera qu’à 8,3% cette année contre 7,5% en 2019 grâce aux mesures de chômage partiel mises en oeuvre au début de la crise sanitaire.

Il s’élèvera à 9,3% en 2021, avant de retomber à 8,9% en 2022.

Selon les prévisions de la Commission, la pandémie devrait néanmoins peser lourdement sur les finances publiques. Le déficit budgétaire agrégé de la zone euro atteindra 8,8% du PIB en 2020, après un excédent de 0,6% en 2019, pour se réduire à 6,4% en 2021 et 4,7% en 2022.

La dette de la zone euro devrait être ainsi portée à 101,7% du PIB cette année contre 85,9% l’an dernier. Elle continuera d’augmenter pour atteindre 102,3% en 2021 et 102,6% en 2022.

Vente voitures : une baisse de 10 % en octobre

Vente voitures : une baisse de 10 % en octobre

Le secteur automobile accuse encore le coup à travers la vente de voitures neuves avec une baisse des immatriculations de 9,49 %. Au total sur l’ensemble de l’année la diminution des ventes pourrait être de l’ordre de 25 %

Les immatriculations de voitures neuves en France ont diminué de 9,49% en octobre, selon les données communiquées dimanche par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), marquant un recul en rythme annuel pour un troisième mois consécutif.

Il s’est immatriculé dans l’Hexagone 171.049 véhicules particuliers le mois dernier, a rapporté le CCFA. Octobre a compté cette année 22 jours ouvrables, contre 23 l’an dernier.

Sur les dix premiers mois de l’année, les ventes de véhicules neufs affichent une baisse de 26,91% sur un an.

Les immatriculations de voitures neuves du groupe PSA PEUP.PA, qui regroupe les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall, ont diminué le mois dernier de 2,78% par rapport à la même période en 2019.

Le groupe Renault (marques Renault, Dacia et Alpine) RENA.PA a vu quant à lui ses immatriculations en France reculer de 9,69% en octobre.

Croissance Allemagne : relèvement de la baisse de croissance

Croissance Allemagne : relèvement de la baisse de croissance

 

Avec la deuxième vague sanitaire l’Allemagne se montre moins pessimiste que précédemment concernant sa croissance. Le gouvernement allemand prévoit une contraction de son économie un peu moins forte que prévu initialement cette année, a déclaré lundi à Reuters une source proche des services de prévision du gouvernement.

La plus grande économie d’Europe, qui doit publier mercredi sa prévision économique d’automne, s’attend désormais à un déclin de son produit intérieur brut (PIB) de 5,5% en 2020 contre à une estimation précédente de 5,8%, a indiqué cette source.( -10 % pour la France)

Pour l’année 2021, le gouvernement confirmera un prévision de rebond du PIB de 4,4%.

Le ministère de l’Economie a refusé de commenter ces informations, ajoutant toutefois que le ministre Peter Altmaier présenterait mercredi des prévisions économiques actualisées.

SONDAGE popularité: Nouvelle baisse de Castex

SONDAGE popularité: Nouvelle baisse de Castex

D’après le sondage IFOP pour le JDD, Castex baisse de six points par rapport à septembre et chute à 39 %. 9% des Français ne se prononcent pas et 52 % se disent mécontents.  C e premier ministre ne protège plus le pouvoir exécutif. D’une certaine manière, politiquement il ne sert plus à rien et son remplacement sera sans doute envisagé après les élections départementales et régionales.

Visiblement le costume est trop vaste pour l’intéressé. Pour preuve, le chef de l’État est contraint de s’expliquer à la télévision le lendemain de l’intervention du Premier ministre sur la situation sanitaire. Un doublon qui n’est pas le premier et qui traduit le fait que le premier ministre actuel n’arrive pas à percuter dans l’opinion publique

Emmanuel Macron, avec 38% de Français satisfaits, garde une cote de popularité stable depuis 7 mois. « Une stabilité quasiment jamais vue », relève Frédéric Dabi. « Les Français font les mêmes critiques à Emmanuel Macron et à Jean Castex mais c’est Castex qui paie l’addition, remarque Dabi. Peut-être assiste-t-on au retour d’un Premier ministre fusible, ce qu’on n’avait pas vu depuis Raffarin? »

 

Coronavirus : baisse consommation mondiale d’énergie

 Coronavirus : baisse  consommation mondiale d’énergie

La crise sanitaire a mécaniquement provoqué une réduction sans précédent de la consommation mondiale d’énergie. Mais le fait le plus significatif est sans doute l’installation de tendances structurelles de consommation. Le résultat d’une modification assez durable du rapport de l’usager notamment à la mobilité.

Selon l’agence internationale de l’énergie, la demande mondiale d’énergie doit baisser de 5% en 2020 par rapport à 2019. Cette baisse devrait être plus ou moins marquée selon les combustibles, mais touche davantage les énergies fossiles. La consommation de pétrole, fortement pénalisée par la quasi mise à l’arrêt du trafic aérien, doit chuter de 8% cette année. Celle du charbon de 7% par rapport à 2019.

Le déclin pour le gaz naturel est moins marqué avec une demande en recul de 3%. Même tendance pour la demande d’électricité, avec une baisse attendue de 2% tandis que seules les énergies renouvelables affichent une légère croissance.

États-Unis : plan de relance économique réactualisé…en baisse

États-Unis : plan de relance économique réactualisé…en baisse

 

La deuxième phase du plan de relance économique très soutenu par les démocrates a longtemps été contesté par les Républicains et par le président américain. Ce dernier, comme sur de nombreux sujets, a changé plusieurs fois de position. En réalité, il ne s’agit pas vraiment d’un deuxième plan de relance mais d’affecter les fonds non utilisés du premier plan. Les démocrates réclamaient, eux, un véritable plan de 1800 millions de  $ auquel se sont opposés les Républicains. Pour ne pas donner l’impression d’immobilisme économique, le président américain vient donc décider d’un mini plan de 180 milliards. Une aide principalement destinée aux PME en attendant un éventuel plan plus large très hypothétique. Ce mini plan de Trump  risque d’être rejeté par les démocrates qui voient là  une opération de communication alors  que dans les sondages le président actuel accuse un retard d’une dizaine  de points  sur son concurrent Biden. Au-delà de la dimension politique, l’enjeu est économique et surtout social avec actuellement environ 11 millions de chômeurs et la perspective surtout de nombreux plans de licenciement non seulement dans les PME mais aussi dans les très grandes entreprises. Seul un plan à la hauteur permettrait de relancer l’économie et d’éviter une catastrophe sociale.

 

Radars routiers : baisse des amendes

Radars routiers : baisse des amendes

 

Contrairement à ce qu’avait affirmé le délégué interministériel à la sécurité routière, la baisse des recettes des radars routiers n’est pas liée au mouvement de destruction provoquée par les gilets jaunes. Cette appréciation de la diminution des amendes avait été portée après les baisses 2018. Or cette baisse a continué en 2019. Ainsi les recettes qui avaient dépassé le milliard d’euros n’atteignent plus que 760 millions. En cause une réduction effective de la vitesse.

Par ailleurs la baisse à 80 km/h décidée par le précédent Premier ministre a pu influencer les conditions générales de conduite. Pour 2020,  évidemment les résultats seront relativement faussés en raison tassement de la mobilité. La vérité sans doute c’est que comme d’habitude la délégation interministérielle à la sécurité routière ne peut rien expliquer faute de compétences.

Coronavirus France : 5.084 contaminés en 24 heures, baisse

Coronavirus France : 5.084 contaminés en 24 heures, baisse

 

5.084 nouvelles contaminations lundi dues au coronavirus en 24 heures, soit près de 7.500 de moins que la veille, mais les chiffres du lundi sont souvent inférieurs à ceux du reste de la semaine.

Le nombre de patients hospitalisés au cours des sept derniers jours s’élève selon elle à 7.294 et, parmi eux, 1.415 ont été admis en réanimation.

Le taux de positivité des tests est passé en 24 heures de 8,2% à 8,6% et 47 nouveaux foyers d’infection ont été dénombrés, ce qui porte le total à 1.340 “clusters”.

Soixante-dix décès supplémentaires ont par ailleurs été recensés, ce qui porte le bilan français à 32.299 morts depuis le début de l’épidémie.

Croissance Chine : révision nettement en baisse Chine envisage un objectif de croissance moins élevé pour 2021-2025

Croissance Chine : révision nettement en baisse Chine envisage un objectif de croissance moins élevé pour 2021-2025

En apparence la baisse de prévisions de la croissance paraît faible entre la période 2016–2020 st la période qui couvre  2021 2025. Pour la période en cours,  l’objectif d’ailleurs pratiquement atteint sans l’incident de 2020 ( pour 2020 on atteindra péniblement 2 %) était un taux de croissance de 6,5 %. Pour l’avenir c’est-à-dire sur la période 2021 2025, La Chine retient une croissance moyenne de 5 %.

Comme d’habitude, cette prévision aura besoin de la bénédiction du parti communiste qui en dernier ressort définit l’objectif de l’économie. Même en Chine des interrogations naissent sur la pertinence de ses prévisions économiques pour de nombreuses raisons. La Chine sera en effet affecté par la guerre économique déclenchée par les États-Unis mais aussi par les réactions d’autres pays face au développement un peu incontrôlé des exportations chinoises. Pour la période à venir,  les pays destinataires de ces exportations auront tendance à davantage se protéger.

Pour l’instant on ne constate pas encore d’effet  négatif hormis l’impact de la crise sanitaire. Mais pour l’avenir nombre de pays seront sans doute conduit à diversifier voire partiellement à relocaliser leurs sources d’approvisionnement. La Chine a déjà commencé son recentrage de la croissance sur le marché intérieur mais elle va souffrir d’une démographie relativement vieillissante. Son taux de croissance pourrait avoir atteint son maximum avec six 6.5%. Même la perspective de 5 % paraît un peu excessive.

Certains conseillers du gouvernement estiment que la Chine devrait mettre fin aux objectifs officiels de croissance afin d’encourager des investissements davantage productifs et ne plus dépendre des mesures de relance alimentées par la dette.

En mai, la Chine s’est abstenue pour la première fois en 18 ans de fixer un objectif de croissance annuelle en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus. Certains économistes suspectent cependant le gouvernement d’avoir maintenu un objectif implicite d’environ 3%.

“Nous nous attendons à ce que le gouvernement ne fixe pas d’objectif de croissance explicite ou fixe un objectif de croissance plus bas et plus souple (par exemple autour de 5%)” pour 2021-2025, écrivent dans une note les analystes d’UBS.

SONDAGE gouvernement: Baisse de crédibilité sanitaire et économique

SONDAGE gouvernement: Baisse de crédibilité sanitaire et économique

D’après un sondage de l’IFOP, la part de la population qui se fie au gouvernement pour résoudre la double crise sanitaire et économique devient nettement minoritaire. 44% des sondés font confiance à l’exécutif pour aider les entreprises en difficulté et 36% pour faire face efficacement au coronavirus.

Début septembre, ces proportions s’établissaient respectivement à 49% et 41%. Lors du déconfinement, mi-mai, 52% des Français accordaient leur confiance au gouvernement pour soutenir les entreprises, et 44% pour gérer l’épidémie.  »C’est sans doute le hiatus entre une inquiétude forte mais stable et la sévérité des mesures annoncées cette semaine qui explique la virulence des réactions », analyse Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Cependant 83% des sondés se disent prêts à diminuer leur nombre de sorties de loisirs, 80% à voir moins souvent leurs aînés et 75% à voir moins leurs amis. Enfin, 72% affirment qu’ils respecteraient un reconfinement pour une période d’au moins 15 jours. Le télétravail, lui, divise davantage : seuls six Français sur dix y sont favorables.

 

* Enquête menée en ligne le 25 septembre 2020 auprès d’un échantillon de 1.033 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 et plus (méthode des quotas). 

Aide financière au photovoltaïque : révision en baisse

Aide financière au photovoltaïque : révision en baisse

 

Certaines énergies nouvelles n’ont pas encore vraiment démontré leur pertinence technologique et surtout économique. C’est vrai pour les très coûteuses éoliennes dans le financement est porté à bout de bras par les pouvoirs publics. A un  moindre degré, c’est aussi vrai pour le photovoltaïque largement aidé puis progressivement un peu lâché. Le gouvernement français veut prendre encore du recul avec les aides financières du voltaïque en réduisant encore le soutien financier considéré comme beaucoup trop coûteux. En fait pour le voltaïque comme pour les éoliennes c’est EDF qui paye des tarifs exorbitants mais au final c’est le consommateur qui règle la facture.

Un mécanisme d’obligation d’achat par EDF au bénéfice de personnes installant des panneaux photovoltaïques a été instauré en 2000, via des contrats pouvant aller jusqu’à 20 ans, précise le journal économique. Or ces contrats ont été assortis de tarifs très élevés et certains, ceux passés avant l’imposition d’un moratoire fin 2010, sont toujours en vigueur aujourd’hui.

La mesure de renégociation, si elle était menée, pourrait permettre d’économiser jusqu’à 600 millions d’euros en régime de croisière étant entendus que les particuliers ne seraient pas concernés par cette mesure.

Chômage : encore une baisse artificielle au mois d’août

Chômage : encore une baisse artificielle au mois d’août

 

Une évaluation assez surréaliste du nombre de formats qu’on constate en baisse pour le quatrième mois consécutif en août. Le nombre de chômeurs aurait de nouveau diminué (-4,3%) en août, soit 174.800 inscrits en catégorie A en moins, une baisse due comme les mois précédents au retour de demandeurs d’emploi vers l’activité réduite (catégories B et C) avec la reprise de l’économie qui a suivi le confinement, selon les chiffres de la Dares publiés vendredi. En fait un assiste à un transfert de catégorie. Par ailleurs le plan général de soutien du chômage partiel pousse complètement les chiffres. Il paraît pour le moins surprenant d’annoncer une baisse du nombre de chômeurs qu’en 800 000 emplois ont été supprimé depuis le début de l’année et que se succèdent les annonces des plans de licenciement un peu partout.

SONDAGE Macron-Castex : en hausse ou en baisse?

SONDAGE Macron-Castex : en hausse ou en baisse?

 

 

Comme souvent le JDD qui supporte ouvertement le parti en marche annonce une remontée de macron et Castex. L’objectif est évidemment que ce sondage soit repris largement par les médias. En mal de copie pendant les week-ends, la plupart des médias recopie bêtement ce sondage sans aucune analyse.

 

Selon le baromètre Ifop-JDD, le  chef de l’Etat totalise 38% de Français satisfaits de son action – contre 23% pour le socialiste et 32% pour le Républicain à la même époque de leur mandat. « Il remobilise son socle », note Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop, qui note une progression par rapport à août dernier (+2 points), principalement chez les personnes âgées, les retraités, professions libérales et cadres. Et de faire la comparaison avec Sarkozy et Hollande en particulier dans la perspective des élections présidentielles. Le sondage montre cependant

. Cependant, les mécontents de son action, qui restent majoritaires, fustigent même son « inaction », une critique à laquelle Macron échappait jusqu’alors.

Pourtant un autre sondage, le baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, 34 % des Français, soit 4 points de moins que le mois précédent, font confiance en Emmanuel Macron « pour affronter efficacement les problèmes du pays ». Le chef de l’Etat, après une embellie en août , retrouve ainsi son niveau du mois de juillet. Plus grave, la cote de confiance de son nouveau Premier ministre, Jean Castex, enregistre, elle, une baisse de 4 points, à 32 %. C’est 11 points en dessous du niveau atteint par son prédécesseur Edouard Philippe lors de son dernier mois à Matignon.

.Une baisse qui se joue, selon Bernard Sananès, sur la sécurité. Le chef de l’Etat a de la difficulté à « avoir une parole forte sur le sujet », en dépit de son discours au Panthéon la semaine dernière sur la République. La confiance de l’électorat de droite reste « friable », note le sondeur.

Quant au Premier ministre Jean Castex, il  n’a pas encore, note Bernard Sananès, « installé sa stature de Premier ministre dans l’opinion ».

Le JDD, propriété de Lagardère, s’affiche ouvertement en soutien de macron et les sondages de ce journal méritent pour le moins discussion. Ce soutien un peu inconditionnel de macron pèse sans doute d’ailleurs la diffusion du média qui ne cesse de perdre des lecteurs.: Autour de 140 000 actuellement, 145 000 en 2019,100 56 000 en 2000 1860 17 000 en 2017 180 000 en 2016. On objectera que la tendance baissière affecte la plupart des médias notamment ceux appartenant aux groupex financierx. Mais la ligne éditoriale très ambiguë du JDD pèse évidemment dans l’audience. Par ailleurs le groupe Lagardère est bousculé jusque dans son existence même notamment par Bolloré.

 

SONDAGE Macron-Castex : en hausse ou en baisse?

SONDAGE Macron-Castex : en hausse ou en baisse?

 

 

Comme souvent le JDD qui supporte ouvertement le parti en marche annonce une remontée de macron et Castex. L’objectif est évidemment que ce sondage soit repris largement par les médias. En mal de copie pendant les week-ends, la plupart des médias recopie bêtement ce sondage sans aucune analyse.

 

Selon le baromètre Ifop-JDD, le  chef de l’Etat totalise 38% de Français satisfaits de son action – contre 23% pour le socialiste et 32% pour le Républicain à la même époque de leur mandat. « Il remobilise son socle », note Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop, qui note une progression par rapport à août dernier (+2 points), principalement chez les personnes âgées, les retraités, professions libérales et cadres. Et de faire la comparaison avec Sarkozy et Hollande en particulier dans la perspective des élections présidentielles. Le sondage montre cependant

. Cependant, les mécontents de son action, qui restent majoritaires, fustigent même son « inaction », une critique à laquelle Macron échappait jusqu’alors.

Pourtant un autre sondage, le baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, 34 % des Français, soit 4 points de moins que le mois précédent, font confiance en Emmanuel Macron « pour affronter efficacement les problèmes du pays ». Le chef de l’Etat, après une embellie en août , retrouve ainsi son niveau du mois de juillet. Plus grave, la cote de confiance de son nouveau Premier ministre, Jean Castex, enregistre, elle, une baisse de 4 points, à 32 %. C’est 11 points en dessous du niveau atteint par son prédécesseur Edouard Philippe lors de son dernier mois à Matignon.

.Une baisse qui se joue, selon Bernard Sananès, sur la sécurité. Le chef de l’Etat a de la difficulté à « avoir une parole forte sur le sujet », en dépit de son discours au Panthéon la semaine dernière sur la République. La confiance de l’électorat de droite reste « friable », note le sondeur.

Quant au Premier ministre Jean Castex, il  n’a pas encore, note Bernard Sananès, « installé sa stature de Premier ministre dans l’opinion ».

Le JDD, propriété de Lagardère, s’affiche ouvertement en soutien de macron et les sondages de ce journal méritent pour le moins discussion. Ce soutien un peu inconditionnel de macron pèse sans doute d’ailleurs la diffusion du média qui ne cesse de perdre des lecteurs.: Autour de 140 000 actuellement, 145 000 en 2019,100 56 000 en 2000 1860 17 000 en 2017 180 000 en 2016. On objectera que la tendance baissière affecte la plupart des médias notamment ceux appartenant aux groupex financierx. Mais la ligne éditoriale très ambiguë du JDD pèse évidemment dans l’audience. Par ailleurs le groupe Lagardère est bousculé jusque dans son existence même notamment par Bolloré.

Alstom-Bombardier : baisse du prix de la fusion

Alstom-Bombardier : baisse du prix de la fusion

 

Le coût de la fusion avait été évalué entre 5,8 et 6,2 milliards d’euros mais compte tenu de la conjoncture d’une part d’autre part de la situation particulière de bombardier la facture pourrait être ramenée à 5,3 milliards d’euros.

 

« Le prix d’acquisition devrait atteindre jusqu’à 5,3 milliards d’euros, après prise en compte des estimés potentiels ajustements et obligations à la date de la réalisation de l’opération« , a expliqué le constructeur français. Le prix final dépendra notamment de la situation de trésorerie de Bombardier Transport lors de la conclusion du rachat.

Alstom a affirmé mercredi qu’il était « confiant dans sa capacité à rétablir (…) la rentabilité de Bombardier Transport » et a confirmé son « objectif de générer 400 millions d’euros de synergies de coûts par an ».

La commission européenne avait autorisé sous condition fin juillet ce rachat qui intervient un an et demi après le mariage avorté entre Alstom et Siemens.

Le nouvel ensemble emploie -sans déduire les cessions concédées pour satisfaire Bruxelles- environ 76.000 salariés pour un chiffre d’affaires de 15,5 milliards d’euros.

Il veut pouvoir concurrencer le chinois CRRC, de loin le numéro un mondial du secteur.

Basé à Berlin, Bombardier Transport a réalisé en 2019 un chiffre d’affaires de 8,3 milliards de dollars américains (7 milliards d’euros), terminant l’année avec un carnet de commandes de 35,8 milliards de dollars (30,1 milliards d’euros). Le groupe dispose à Crespin (Nord) de la plus grosse usine ferroviaire de France, avec 2.000 employés.

De son côté, Alstom a bouclé son exercice 2019-20 (clos fin mars) avec un chiffre d’affaires en légère progression, à 8,2 milliards d’euros. Son carnet de commandes culmine à 40,9 milliards d’euros. Il exploite en France de nombreux sites plus petits, dont l’usine de Reichshoffen, en Alsace, qui emploie 780 salariés et devra être cédée pour satisfaire les exigences des autorités européennes de la concurrence.

En cédant sa branche ferroviaire, Bombardier se recentre sur son autre grande activité: la construction aéronautique.

Trafic aérien : l’hécatombe avec une baisse de 80 %

Trafic aérien : l’hécatombe avec une baisse de 80 %

 

C’est évidemment une véritable hécatombe qui frappe économiquement le transport aérien et qui inéluctablement va se traduire par d’impressionnantes vagues de licenciements. En dépit du soutien de leur pays respectif, les grandes compagnies ne pourront pas tenir longtemps dans ces conditions. Par exemple concernant Air France, le ministre de l’économie néerlandais a estimé que l’apport d’une dizaine de milliards au groupe était insuffisant et qu’il faudrait prendre de douloureuses mesures structurelles pour sauver la compagnie. Le nombre de passagers a chuté de 81 % entre le 1er mars et le 31 août par rapport à la même période en 2019, selon les chiffres de l’Union des Aéroports Français dévoilés par franceinfo mardi 15 septembre.
Les aéroports français sont toujours en plein trou d’air, frappés de plein fouet par la crise du coronavirus. Le rebond espéré au mois d’août n’a pas eu lieu, notamment sur les liaisons internationales. On attend pas un redressement avant 2025 2027 une activités comparables à 2019. En attendant des milliers et des milliers d’emplois devraient être supprimés

SONDAGE popularité Macron-Castex : une baisse de 4 points

SONDAGE popularité Macron-Castex : une baisse de  4 points

 

La baisse de popularité aussi bien de macron que de Castex provient sans doute d’un certain flou des positions dans plusieurs domaines notamment sur l’insécurité, la laïcité, l’économie et la crise sanitaire. D’une certaine manière, la posture de Macron  du en même temps semble atteindre ses limites quand se manifeste un urgent besoin de clarté et d’action .  Dans le baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, 34 % des Français, soit 4 points de moins que le mois précédent, font confiance en Emmanuel Macron « pour affronter efficacement les problèmes du pays ». Le chef de l’Etat, après une embellie en août , retrouve ainsi son niveau du mois de juillet. Plus grave, la cote de confiance de son nouveau Premier ministre, Jean Castex, enregistre, elle, une baisse de 4 points, à 32 %. C’est 11 points en dessous du niveau atteint par son prédécesseur Edouard Philippe lors de son dernier mois à Matignon.

 

.Une baisse qui se joue, selon Bernard Sananès, sur la sécurité. Le chef de l’Etat a de la difficulté à « avoir une parole forte sur le sujet », en dépit de son discours au Panthéon la semaine dernière sur la République. La confiance de l’électorat de droite reste « friable », note le sondeur.

Quant au Premier ministre Jean Castex, il  n’a pas encore, note Bernard Sananès, « installé sa stature de Premier ministre dans l’opinion ».

 

Sondage effectué les 8 et 9 septembre 2020 auprès d’un échantillon de 1.001 personnes selon la méthode des quotas.

Suivez tous les mois, avec le baromètre réalisé par Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, l’évolution de la cote de confiance d’Emmanuel Macron et de Jean Castex et le classement de popularité des personnalités politiques.

SONDAGE Yannick Jadot : grosse baisse de popularité

SONDAGE Yannick Jadot : grosse baisse de popularité

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que Yannick Jadot peine à incarner le futur leader incontestable des écologistes. D’une certaine manière,  plus les écolos progressent et plus Yannick Jadot tend à se marginaliser. A peine 16 % des Français disent avoir une « bonne image » de la figure de proue des écologistes, dans le baromètre politique Elabe pour « Les Echos » et Radio classique. Son point de plus bas depuis plus d’un an.

 

Il faut dire que Yannick Jadot est difficilement identifiable en matière de positionnement politique écartelé entre le radicalisme des verts et ses positions personnelles relativement modérées voir même assez proches de la politique du pouvoir. Sans doute plus proche par exemple  du MoDem que des gauchistes qui contrôlent les verts. En plus Yannick Jadot cultive une politique de médiatisation très personnelle mettant même en scène sa vie familiale, ce qui déplaît fondamentalement aux écolos purs et durs.

L’eurodéputé n’avait gagné que 4 points dans la foulée des municipales, fin juin. Depuis, sur deux mois, il en a perdu 6. Et se retrouve même 9 points plus bas qu’après les européennes de mai 2019. L’ancien activiste de Greenpeace n’occupe que la 27e marche du classement des personnalités politiques (qui en compte 33), quand Nicolas Hulot, retiré de la vie politique, est troisième avec 46 % de bonnes opinions.

SONDAGE Macron-Castex : une baisse de 4 points

SONDAGE Macron-Castex : une baisse de  4 points

 

Dans le baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, 34 % des Français, soit 4 points de moins que le mois précédent, font confiance en Emmanuel Macron « pour affronter efficacement les problèmes du pays ». Le chef de l’Etat, après une embellie en août , retrouve ainsi son niveau du mois de juillet. Plus grave, la cote de confiance de son nouveau Premier ministre, Jean Castex, enregistre, elle, une baisse de 4 points, à 32 %. C’est 11 points en dessous du niveau atteint par son prédécesseur Edouard Philippe lors de son dernier mois à Matignon.

.Une baisse qui se joue, selon Bernard Sananès, sur la sécurité. Le chef de l’Etat a de la difficulté à « avoir une parole forte sur le sujet », en dépit de son discours au Panthéon la semaine dernière sur la République. La confiance de l’électorat de droite reste « friable », note le sondeur.

Quant au Premier ministre Jean Castex, il  n’a pas encore, note Bernard Sananès, « installé sa stature de Premier ministre dans l’opinion ».

Sondage effectué les 8 et 9 septembre 2020 auprès d’un échantillon de 1.001 personnes selon la méthode des quotas.

Suivez tous les mois, avec le baromètre réalisé par Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, l’évolution de la cote de confiance d’Emmanuel Macron et de Jean Castex et le classement de popularité des personnalités politiques.

Salaires des cadres : baisse en perspective (APEC)

Salaires des cadres : baisse en perspective (APEC)

La perspective d’une baisse du salaire médian des cadres en 2020 constitue une première, en tout cas depuis 2009 -et caractérise la tendance

Selon une enquête de l’APEC, a près deux années très dynamiques, en 2017 et 2018, le salaire médian s’est « stabilisé à 50.000 euros » à la fin de l’an dernier (fixe + variables. La rémunération moyenne a, elle, progressé de 2,5 % en 2019 pour atteindre 57.100 euros. Un seul secteur – banque assurance et immobilier – a connu une baisse de sa rémunération médiane, après cependant une forte progression les deux années précédentes. Le secteur des équipements électriques et électroniques est celui qui a connu la plus forte progression (+5,8 %), suivi par les industries chimiques à +4,4 %. Si bien que la progression globale de l’industrie a talonné celle des services, premier secteur employeur de cadres (+1,9 % contre +2,1 %).

 

12345...45



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol