Archive pour le Tag 'bac'

La mort du BAC !

La mort  du BAC !

 

Le taux de réussite au baccalauréat s’élève à 91,1 % en 2022, ce qui confirme la démocratisation de l’examen. Pour les lycéens, Parcoursup devient désormais le véritable objectif des années lycée. Problème, ce processus d’accès à l’enseignement supérieur est particulièrement opaque.( papier du Monde)

En réalité, le bac est surtout victime de son taux de réussite exceptionnel en contradiction avec l’abaissement général du niveau NDLR

 

La complainte est aussi ancienne que la massification de l’enseignement secondaire, amorcée dans les années 1970 : « Le bac ne vaut plus rien », « On le donne à tout le monde ». La publication, début juillet, de statistiques avantageuses a relancé mécaniquement ces lamentations nostalgiques. Le taux de réussite de 91,1 % enregistré cette année, selon les chiffres rendus publics, samedi 9 juillet, par le ministère de l’éducation nationale, ne fait pas exception, même s’il marque une baisse de 2,8 points par rapport à la session de 2021, désorganisée par le Covid-19.

Sur le temps long, l’augmentation est indéniable. Jusqu’aux années 1980, seuls 65 % environ des candidats obtenaient leur « bachot ». Mais l’examen, longtemps réservé aux enfants des familles aisées, s’est démocratisé. Aujourd’hui, toutes séries confondues, il est passé par 83 % d’une classe d’âge. Cette politique, poursuivie par les gouvernements de droite comme de gauche, a rendu obsolète le baccalauréat d’antan, injuste, coûteux et inLa mort du bacadapté à sa fonction de porte d’entrée dans l’enseignement supérieur, car trop décalé par rapport aux exigences des différentes filières universitaires. Les principales innovations du « nouveau bac » introduit depuis 2020 – enseignement de spécialités, contrôle continu, grand oral, etc. – doivent permettre de mieux articuler le lycée et l’université et de réduire les échecs en premier cycle.

L’une des conséquences assumées de cette organisation est de faire de Parcoursup, processus de déclaration des vœux d’orientation et d’affectation dans l’enseignement supérieur, le véritable objectif des années de lycée. Connue en principe avant les résultats du bac, l’admission dans les différents cursus – décidée sur des critères plus larges que quelques notes à un examen final – régit ainsi désormais le travail scolaire.

Admettre que le bac n’est plus un objectif en soi, puisqu’il n’est plus seul à commander le passage dans l’enseignement supérieur, ne revient pas à en nier la valeur. La perpétuation du rituel d’affichage des notes dans les lycées et l’émotion des élèves qui s’y pressent l’illustrent : comme dans beaucoup d’autres pays, le bac sanctionne la fin des études secondaires. Rite de passage vers l’âge adulte, il demeure populaire tant chez les élèves que dans les familles, et indispensable comme reconnaissance par la République des efforts de chacun.

Dresser ce constat ne doit pas empêcher de dénoncer le poids des « non-dits » qui continuent de peser sur la transparence et l’équité du processus de passage du secondaire au supérieur. Alors que les responsables politiques peinent à assumer la réalité de la sélection dans de nombreuses filières de l’enseignement supérieur, celle-ci s’opère souvent brutalement, via Parcoursup, selon des principes et des critères incompréhensibles. Quant à l’inégalité entre lycées, masquée sous couvert de principes nationaux, elle peine à être prise en compte dans les mécanismes d’affectation. Ces angles morts et ces opacités tendent à perpétuer des privilèges, tout comme les graves faiblesses de l’information sur l’orientation, dont manquent les lycéens de milieux défavorisés.

Loin de la nostalgie pour le bac d’antan, Pap Ndiaye, le nouveau ministre de l’éducation nationale, qui dit avoir comme priorité majeure la lutte contre les inégalités sociales, sera observé sur sa capacité à agir sur ces points cruciaux.

Bac: niveau moyen ou même médiocre en maths

Bac:  niveau moyen ou même médiocre en maths 

 

Pour Martin Andler, professeur émérite de mathématiques à l’université de Versailles Saint-Quentin, interrogé ce mercredi sur franceinfo, « il y a lieu de s’inquiéter ». Il s’appuie sur des études internationales qui montrent que « nos élèves ont un niveau moyen ou même médiocre ». L’étude internationale consacrée aux mathématiques et aux sciences (TIMMS) place la France  »en queue de tous les pays avancés. C’est une très, très, très mauvaise nouvelle », s’inquiète-t-il.

 Le taux de réussite au bac a beaucoup augmenté, cependant…

Martin Andler : Le bac était avant un diplôme d’accès à l’enseignement supérieur qui qualifiait, maintenant c’est plutôt un diplôme de fin d’études qui certifie que les gens ont atteint un niveau correct à la fin de leurs études secondaires. On est passé quand même de 60%-65% de réussite au baccalauréat à 90% de réussite. Ce n’est pas parce que brusquement le niveau a beaucoup augmenté, c’est que la nature de l’examen a changé. On a quand même des indications par des études internationales. Selon l’étude du Programme International pour le Suivi des Acquis des Élèves (PISA) et l’étude internationale consacrée aux mathématiques et aux sciences (TIMMS), montrent que nos élèves ont un niveau moyen ou même médiocre. L’étude TIMMS nous met tout à fait en queue de tous les pays avancés. C’est une très, très, très mauvaise nouvelle. On considère en général que ces études sont plutôt fiables. Mais quand on voit qu’on est placé en avant-dernière ou dernière position de tous les pays riches dans l’étude TIMMS, il y a lieu de s’inquiéter.

Le niveau s’est-il écroulé ces dernières années ?

Il y a eu une étude TIMMS au niveau de la terminale que la France à faite il y a 20 ans. Et puis, elle l’a fait de nouveau il y a deux ans. En vingt ans, nos élèves avaient perdu 100 points sur à peu près 600. Donc, c’est une très, très grosse diminution du niveau de nos élèves en terminale scientifique.

Le retour des mathématiques dans le tronc commun est donc une bonne nouvelle ?

Remettre une heure trente dans le tronc commun, de mon point de vue, c’est du bricolage, un sparadrap qui ne va pas vraiment changer la situation. Ensuite, quand on parle du niveau moyen, il faut s’entendre sur ce qu’on dit. Est-ce qu’on a besoin de former des scientifiques de haut niveau ? On a besoin de cadres scientifiques, d’ingénieurs. On a besoin de professeurs de mathématiques. Puis on a besoin de gens qui vont faire des études dans lesquelles les mathématiques jouent un rôle, mais pas un rôle central, comme en médecine ou en économie. Et puis, on a besoin que tout le monde ait un niveau de mathématique qui leur permette d’être des citoyens efficaces. Ce n’est pas les mêmes questions. En ce moment, à tous les niveaux, il y a une inquiétude. Par exemple, l’étude TIMMS montre que nous avons très, très peu de bons étudiants, de bons élèves qui sont capables de suivre des études scientifiques.

Pourtant, le Français Hugo Duminil-Copin est lauréat 2022 de la médaille Fields. Comment expliquer ce paradoxe ?

La France produit efficacement des mathématiciens et chercheurs de premier plan. On produit plusieurs dizaines, peut-être une petite centaine de très, très bons mathématiciens chaque année, qui font des doctorats. Là, c’est une question qui concerne 800 000 élèves d’une classe d’âge. Ce n’est pas la même question.

Bac : la mort de l’examen ?

Bac : la mort de l’examen ?

Par Maud Kenigswald  dans le Figaro•

 

Les polémiques se succèdent au fil des éditions, renforçant l’impression d’une mort imminente du diplôme.

Le bac est mort, vive le bac, pourrait-on philosopher. Avec ou sans Covid, les taux de réussite tutoient les sommets. On pourrait penser que le niveau monte, mais personne n’est plus dupe. Les enseignants se plaignent qu’on leur demande de se montrer bienveillants dans les corrections. Les inspecteurs pédagogiques eux-mêmes sont inquiets de cette dérive, quand les rectorats leur demandent de remonter les notes. Dans ce contexte, reste à savoir quelle valeur possède encore l’examen, récemment réformé par l’ancien ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. La suppression des filières, le recours majoritaire au contrôle continu et l’instauration d’épreuves de spécialité ne suffisent pas à contenter les observateurs. Les plus pessimistes réclament la fin de la mascarade.

● Oui, le bac ne présente plus vraiment d’utilité

■ Des taux de réussite alarmants

Jusqu’à 95,7% en 2020, 93,7% en 2021: ces deux dernières années ont été marquées par d’extraordinaires taux d’obtention. La raison: à cause de la pandémie, ni les épreuves finales ni les épreuves de spécialités n’ont été maintenues en 2020, et l’année suivante, seule la philo avait été sauvée. En 2020, un professeur déclarait au Figaro Étudiant que «cette année, le bac est une blague, il a été distribué gratuitement à tous les élèves, c’est scandaleux». L’expression «diplôme en chocolat» a même vu le jour, de la bouche d’Emmanuel Macron. S’il jurait qu’il n’en existerait pas dans la République, les bilans l’ont immédiatement contredit. Le taux de réussite au bac est même plus élevé que celui du brevet (88 % en 2021), un comble. Pour mémoire, en 1990, le taux de réussite au bac était de 73,1%, avec 0,8 % de mentions très bien seulement (contre 13,6 % en 2021).

■ Une bienveillance exigée des professeurs

Là encore, le terme de «bienveillance» provient du gouvernement lui-même. En 2021, Jean-Michel Blanquer indique que les examens devaient se produire cette année «dans la plus extrême bienveillance». Et de renchérir: «l’objectif est de ne pas faire rater les gens mais de les faire réussir sur des bases réelles et sérieuses». La pression devient par conséquent écrasante pour les enseignants. Les parents d’élèves et la hiérarchie les encouragent fortement à lâcher du lest. Un phénomène accentué depuis que le contrôle continu constitue la part majoritaire dans le calcul des points du bac. L’année dernière, dans nos colonnes, Laurence, professeur d’histoire-géographie dans les Hauts-de-Seine, témoignait: «Dès qu’un élève a une mauvaise note, il me réclame un devoir maison pour améliorer sa moyenne.» Guillaume, professeur de physique chimie à Paris, évoquait quant à lui le «secret de polichinelle» qui consiste à gonfler les notes pour afficher une réussite exceptionnelle. «Le problème est là: un niveau de plus en plus faible mais une nécessité de faire croire que les enfants sont toujours aussi géniaux d’année en année.», tranchait-il.

■ Des notes rehaussées dans le dos des correcteurs

Au Figaro Étudiant , Eric Nicollet, secrétaire général du principal syndicat d’inspecteurs pédagogiques (SUI-FSU), s’élève contre le logiciel Santorin, instauré en 2020, qui permet aux inspecteurs de revoir les notes à la hausse après la correction. «Nous redoutons les dérives que cela pourrait engendrer dans le futur: rupture de la relation de confiance avec les enseignants, mépris pour la valeur de l’examen et ajustement des résultats en fonction des volontés du ministère. Demain, le bac n’aura plus aucune signification dans ces circonstances, les résultats seront dictés par des décisions gouvernementales», dénonce-t-il.

■ L’accès aux études n’est plus déterminé par les résultats du bac

Enfin, la plupart des élèves obtiennent les résultats des admissions dans le supérieur avant même les résultats du bac, soit le 2 juin, plus d’un mois avant. Seuls les bulletins comptent.

● Non, le diplôme ne sert plus vraiment

● Un rite initiatique

«Il s’agit d’un marqueur social de nos jours», estime ce mardi 5 juillet Enzo, fraîchement bachelier. «Dans un dîner, dans 20 ans, celui qui n’aura pas le bac sera perçu comme un idiot», poursuit-il. Plus que cela, d’autres avancent même la course à la mention, à l’instar d’Estelle qui raconte dans nos colonnes : «Sur mes six cousins, seuls deux n’ont pas eu de mention très bien». Le diplôme continue de représenter un repère, et même, un rite initiatique. «Passe ton bac d’abord», titrait un film de 1978, preuve que l’examen signe d’une certaine façon, l’entrée dans l’âge adulte.

● Une référence à l’étranger

En France, le modèle est taxé de ringardise mais partout ailleurs, il se développe. Le nombre de pays organisant un examen national à la fin du secondaire ne cesse de croître. Concernant ceux de l’OCDE, ils étaient seulement 14 sur 37 en 1995, et sont 27 en 2015, soit quasiment le double. Un phénomène qu’on peut attribuer à la multiplication des mobilités dans les études, qui pousse les établissements du supérieur à exiger des indicateurs de niveaux reconnus à l’échelle nationale. Les pays doivent ainsi s’adapter.

● Un sésame pour certaines études

Malgré tout, le diplôme demeure un prérequis pour l’inscription dans le supérieur. Pas de bac, pas d’études ni à l’université, ni en prépa. De plus, Si la mention«très bien» n’offre plus les mêmes privilèges qu’avant, il subsiste encore quelques exceptions. Le dispositif «meilleur bachelier» permet «à ceux qui ont obtenu une mention très bien, bien ou assez bien et les meilleurs résultats dans chaque série ou spécialité du baccalauréat dans la limite de 10 % de disposer d’un accès prioritaire dans une formation publique de l’enseignement supérieur (classes préparatoires aux grandes écoles, BTS, IUT, IEP non parisiens …)». Ils peuvent ainsi doubler leurs camarades dans la file d’attente. Certains IEP de province, tels Saint-Germain-en-Laye, Toulouse, Strasbourg, Aix-en-Provence ou encore Rennes, ouvrent également une procédure réservée aux titulaires d’une mention très bien. Un pareil dispositif existe aussi à l’université Panthéon-Assas qui permet d’intégrer le collège de droit. De plus, selon un décret datant de 2007, les élèves ou apprentis ayant décroché une mention bien ou très bien au bac professionnel ou technologique sont admis de droit dans un BTS (brevet de technicien supérieur) dont le champ professionnel correspond à celui de la section demandée. Cela vaut de même pour les IUT.

Bac: «Jusqu’où la médiocrité ?»

Bac: «Jusqu’où  la médiocrité ?»

 

En 1995, il y avait 75% de réussite et dix ans plus tard quasiment 80%, puis 88% en 2015, et plus de 90% en 2020 et 2021.

Dans les années 50 ont comptait 5 % de bacheliers dans une génération pour plus de 80 % dans les années 2020.Le problème, c’est qu’on a perdu en qualité ce qu’on a gagné en quantité. La romancière Sylvie Germain s’interroge pour savoir jusqu’où ira la médiocrité

«On n’élabore pas grand-chose intellectuellement quand on a une mauvaise maîtrise de sa langue, de sa structure et de son vocabulaire», déclare Sylvie Germain.  dans le Figaro. 

ENTRETIEN - La romancière Sylvie Germain, menacée de mort par des élèves après une épreuve du bac de français sur l’une de ses œuvres, défend l’importance d’«éveiller leur intérêt pour le vocabulaire, la saveur et la force des mots».

En juin dernier, un extrait du roman Jours de colère (Gallimard) de Sylvie Germain a été proposé aux candidats du bac de français. Un texte «trop difficile» à analyser selon certains élèves, qui se sont déchaînés sur les réseaux sociaux au point de menacer de mort la romancière.

- Certains lycéens ont considéré que votre texte (tombé au bac français général) et celui de Leïla Slimani (au bac professionnel) étaient «trop difficiles». L’étaient-ils?

Sylvie GERMAIN. - Je reste dubitative, ces textes ne présentent pas de difficultés, ils n’ont rien d’hermétique. Faudrait-il désormais proposer au bac des extraits de livres pour enfants? Et ensuite, au bac de philosophie, que feront-ils devant un texte de Platon, Kant ou Sartre? Faut-il baisser les bras à mesure que baisse le niveau de certains élèves? Jusqu’où ira-t-on dans la facilité, la médiocrité?

Il vaudrait mieux donner tôt le goût et l’intelligence de la lecture aux élèves, éveiller leur curiosité et leur intérêt pour le vocabulaire…

Des taux de réussite à 95 % et plus vont tuer le Bac

Des taux de réussite à 95 % et plus vont tuer le Bac

L’augmentation globale des notes a abouti à un taux record de réussite peu compatible avec la restauration de la valeur du baccalauréat, pourtant un des objectifs de sa réforme. ( papier du Monde)

 

Analyse.

 

La réforme du baccalauréat, annoncée au début de 2018 par Jean-Michel Blanquer, alors ministre de l’éducation nationale, poursuivait plusieurs objectifs. Le premier était la « reconquête du mois de juin » permise, espérait-on, par la simplification de l’examen. Le deuxième objectif, sans doute le plus ambitieux, était d’améliorer le « moins trois, plus trois », c’est-à-dire la transition entre l’enseignement secondaire (trois ans avant le bac) et l’université (trois ans après). Le baccalauréat devait être plus « tourné » vers le supérieur, dont il est officiellement le premier diplôme. La prise en compte des notes de spécialité dans Parcoursup devait y concourir. Le dernier objectif était « la restauration de la valeur de l’examen ».

Sur le premier objectif, le résultat est limité : entre 30 % et 40 % des élèves de collège et de lycée ont été libérés bien avant la date officielle du 7 juillet, selon le syndicat SNES-FSU. Sur les deux derniers points, la réforme du baccalauréat s’est pris les pieds dans le tapis : l’inflation généralisée des notes, sous l’effet combiné de l’introduction du contrôle continu pour 40 % de la note finale, du Covid-19 et de Parcoursup, a abouti à un taux record de réussite peu compatible avec la « restauration » de sa valeur.

 

En 2020, il s’agissait d’éviter le crash collectif d’une cohorte d’élèves à peine sortie de confinement. En l’absence de copies d’examen, les bulletins scolaires – forcément disparates – ont été harmonisés en masse, toujours à la hausse. Un an plus tard, alors que quelques épreuves avaient pu se tenir, la bienveillance est restée de mise et le taux de réussite au bac général s’est stabilisé au-dessus de 95 %.

Le taux d’admis pour 2022 n’est pas encore connu. Mais sur le terrain, l’inflation des notes semble parfois irréversible. Une partie des enseignants considère qu’il ne lui revient pas de limiter l’avenir de ses élèves, alors que le dossier scolaire des deux dernières années de scolarité compte dans Parcoursup. Les notes aux épreuves de spécialité de la mi-mai, elles, ont aussi, semble-t-il, été harmonisées à la hausse pour éviter de pérenniser des réputations de « spécialité difficile ».

Quant à l’effet Covid-19, il laisse des traces même s’il devrait s’estomper avec le temps. Acceptera-t-on, d’ici deux ou trois ans, alors que les candidats marqués par la pandémie ne seront plus là, de faire redescendre le taux d’admission de cinq points ?

 

Le système français, friand de concours en tout genre à l’aune desquels il aime mesurer son attachement au mérite républicain, pourrait trouver ici l’occasion de faire son aggiornamento. En effet, nul n’a besoin que d’autres aient échoué pour donner de la valeur à ce qu’il a réussi.

Bac 2022 : Des notes remontées artificiellement !

Bac 2022 : Des notes remontées artificiellement !

Comme souvent en période électorale, on pourrait atteindre un nouveau record en matière de réussite au bac. Des enseignants dénoncent en effet le rehaussement de notes pour parvenir à ce résultat.

Le représentant du SUI-FSU craint que ce procédé puisse  »ensuite permettre des dérives, peut-être vers des consignes d’affichage de notes qui dépendraient de choix stratégiques, de choix plus politiques. Nous voulons absolument nous préserver de ces éventuelles dérives. »

Le SUI-FSU a fait publiquement part de son inquiétude – ce qui est assez rare –de même que les syndicats enseignants au sujet de ce phénomène de notes augmentées sans l’accord des correcteurs. Les inspecteurs demandent des explications au ministère de l’Education nationale. « On n’a pas changé le processus », ont déjà répondu les équipes de Pap NDiaye ». Selon elles, seul « l’affichage » a été modifié, « mais il n’y a pas eu de consignes nationales « . 

Philo : Maintenir la symbolique du Bac ?

Philo :  Maintenir la symbolique du Bac

L’épreuve de philosophie, qui a lieu mercredi 15 juin, est désormais l’unique épreuve sur laquelle tous les élèves de terminale des filières générale et technologique plancheront en même temps. La philosophie, présentée comme une matière « universelle » par le ministère de l’éducation à l’annonce des réformes du baccalauréat et du lycée en 2018, a gardé son épreuve sanctuarisée, qui aura lieu mercredi 15 juin. Une position qui réaffirme l’attachement très singulier en France pour cette discipline, même si son enseignement sort en réalité perdant de cette réforme du lycée, estime Thomas Schauder, professeur de philosophie au lycée Chrestien-de-Troyes, à Troyes.

Une interrogation sans doute justifiée mais qui ne remettra pas sans doute en cause l’obsolescence des conditions de passage du Bac aujourd’hui dans de nombreuses filières et l’évolution vers une évaluation sur dossier scolaire. ( voir parcoursusp)  NDLR

 

Depuis la réforme qui a mis en place le contrôle continu et de multiples spécialités, la philosophie est la dernière épreuve commune maintenue pour le baccalauréat en terminale. Quelle place occupe-t-elle dans l’imaginaire collectif français ?

Ce maintien conforte le statut symbolique de cette épreuve, associée en France à une espèce de rite initiatique. Il se prolonge depuis le XIXe siècle, avec des racines certainement encore plus anciennes d’un attachement à la philosophie qui remonte à la disputatio du Moyen Age. L’épreuve de « philo » est celle dont on se souvient une fois adulte : l’appréhension de la découverte en terminale, le sujet de dissertation et la note reçue restent chez beaucoup de Français, même des dizaines d’années après, un souvenir gravé. C’est pour l’opinion commune une matière de citoyenneté, qui apprend aux élèves à réfléchir.

Il y a une vraie singularité française dans la manière dont cette discipline est considérée mais aussi enseignée. Dans les pays comme l’Espagne ou l’Italie, la philosophie est une matière historique, centrée autour de l’histoire des idées ; dans les pays anglo-saxons, c’est un art de l’argument. En France, il s’agit d’un exercice de style à part, qui mêle l’élégance du raisonnement, l’habileté rhétorique, l’érudition… Un mélange de toutes les compétences de l’école dans ce qu’elle a en réalité de plus élitiste. D’ailleurs, la philosophie telle qu’elle est notée au bac est un miroir des inégalités sociales : ceux qui la réussissent le mieux sont ceux qui arrivent à l’école avec un capital culturel et symbolique déjà acquis.

Elle n’ouvre cependant plus le bal, mais ferme les épreuves avec le grand oral. Est-ce que cela change la manière de l’aborder ?

La positionner ainsi en fin de baccalauréat et aussi loin des épreuves de spécialité a des conséquences très fortes sur la perception de la matière par les élèves. Depuis le passage de ces fameuses nouvelles épreuves de spécialité, en mai, nous avons assisté dans nos classes à une déperdition d’élèves : dans mes meilleures classes, j’étais à 60 % des effectifs en filière générale, et en terminale technologique, j’ai fait cours devant huit élèves sur trente. Pour beaucoup d’élèves, ces épreuves étant passées, l’année est finie. Le poids de la philosophie n’est pas négligeable, avec un peu moins de 10 % de la note finale, mais pas suffisant pour pousser un élève tangent à s’investir sur les dernières semaines.

Enseignement Bientôt un Bac sans math … et sans Français ?

Enseignement Bientôt un Bac sans  math … et sans Français  ?

 

En première dès la rentrée de septembre,  il y aura toujours la spécialité maths, mais il y aura la possibilité offerte à tous les élèves de choisir hors de la spécialité l’heure et demie de mathématiques qui avait été sortie du tronc commun », a déclaré macron.

Une option qui ne sera donc « pas obligatoire ».

Depuis l’entrée en vigueur de la réforme du bac, les mathématiques étaient devenues un enseignement de spécialité en première et en terminale.

La question des maths -et de sa place dans l’enseignement- a donné lieu à de nombreuses polémiques ces derniers temps. Pourtant les derniers classements internationaux montraient la place indigente de la France dans l’enseignement des mathématiques mais tout autant en Français.

Du coup pour remonter peut-être dans les classements, serait-il possible d’envisager la suppression aussi bien des maths que du Français lors du bac ?

Il est clair que la détérioration globale de l’enseignement n’est pas nouvelle;  elle est en quelque sorte le résultat du triomphe des pédagogistes pour affaiblir le contenu des matières enseignées. Un professeur d’université déclarait récemment sur une chaîne d’info que ses propres élèves de Bac plus cinq seraient bien incapables de réaliser des exercices qui étaient demandés il y a environ 150 ans en CM1 ! En français par exemple, l’enquête de terrain effectué par la chaîne d’info montrait qu’en moyenne les étudiants interrogés effectuaient en moyenne une faute par ligne. Avec un tel niveau se pose effectivement la question de la suppression des matières qui permettraient alors d’atteindre le symbolique taux de 100 % de réussite au bac !

BIENTOT UN BAC SANS MATH … ET SANS FRANÇAIS ?

bientôt un bac sans  math … et sans français  ?

 

En première dès la rentrée de septembre,  il y aura toujours la spécialité maths, mais il y aura la possibilité offerte à tous les élèves de choisir hors de la spécialité l’heure et demie de mathématiques qui avait été sortie du tronc commun », a déclaré macron.

Une option qui ne sera donc « pas obligatoire ».

Depuis l’entrée en vigueur de la réforme du bac, les mathématiques étaient devenues un enseignement de spécialité en première et en terminale.

La question des maths -et de sa place dans l’enseignement- a donné lieu à de nombreuses polémiques ces derniers temps. Pourtant les derniers classements internationaux montraient la place indigente de la France dans l’enseignement des mathématiques mais tout autant en français.

Du coup pour remonter peut-être dans les classements, serait-il possible d’envisager la suppression aussi bien des maths que du français lors du bac ?

Il est clair que la détérioration globale de l’enseignement n’est pas nouvelle;  elle est en quelque sorte le résultat du triomphe des pédagogistes pour affaiblir le contenu des matières enseignées. Un professeur d’université déclarait récemment sur une chaîne d’info que ses propres élèves de bac plus cinq seraient bien incapables de réaliser des exercices qui étaient demandés il y a environ 150 ans en CM1 ! En français par exemple, l’enquête de terrain effectué par la chaîne d’info montrait qu’en moyenne les étudiants interrogés effectuaient en moyenne une faute par ligne. Avec un tel niva,u se pose effectivement la question de la suppression des matières qui permettraient alors d’atteindre le symbolique taux de 100 % de réussite au bac !

Bac : le retour des maths ? (Jean-Michel Blanquer )

Bac : le retour des maths ? (Jean-Michel Blanquer )

 

 

Accusé par certains experts et enseignants d’avoir sacrifié les maths au bac au profit de matières plus discutables voir ésotériques, le ministre de l’éducation nationale fait en quelque sorte Mea culpa et se dit prêt à revoir le renforcement des mathématiques dans les programmes.

Pour justifier la baisse des mathématiques certains soulignent par exemple que l’informatique devient un enjeu autrement plus important. Ce qui par parenthèse n’est pas contradictoire. Mais il convient aussi de prendre en compte le fait que la dernière réforme a réduit les moyens globaux dont les mathématiques sont aussi les victimes.

 

«Je ne dis pas que c’est un faux problème. C’est un sujet sérieux, et je suis très ouvert aux propositions pour améliorer», a dit Jean-Michel Blanquer. «On a mis dans le tronc commun de Première et de Terminale un enseignement scientifique de deux heures» hebdomadaires. «Il faut probablement le faire évoluer pour qu’il y ait plus de mathématiques en son sein, pour la culture mathématique de l’ensemble des élèves», a-t-il ajouté.

Bac 2022 : spécialités reportées

Bac 2022 : spécialités reportées

Il ira sans doute une nouvelle édition de BAC  Covid en 2022 avec le report des spécialités. Les  deux épreuves de spécialité, qui comptent pour 32% du nouveau bac, prévues du 14 au 16 mars, sont reportées aux 11, 12 et 13 mai. Les épreuves dites « d’évaluation des capacités expérimentales » se dérouleront quant à elles dans les jours qui suivront. « Compte tenu des nombreuses et successives absences pour maladie, les élèves se trouvent dans des situations très différentes en termes de préparation », analyse la rue Grenelle. Conséquence : « maintenir les épreuves inchangées au mois de mars aurait donc conduit à des ruptures d’égalité entre candidats selon les territoires ou les situations personnelles ».

Mais concernant  Parcoursup,   ce seront les moyennes des enseignements de spécialité des trois bulletins de première et des deux premiers de terminale qui seront pris en compte dans le dossier des candidats, et non celles des épreuves écrites.

RÉFORME DU BAC: PÉCRESSE CRITIQUE LA MARGINALISATION DES MATHÉMATIQUES

RÉFORME DU BAC: PÉCRESSE CRITIQUE LA MARGINALISATION DES MATHÉMATIQUES

 

Valérie Pécresse a fortement critiqué la baisse constatée des mathématiques dans la réforme du bac: les trois anciennes filières du bac général (L, ES, S) ont été supprimées et les lycéens ont désormais le choix entre plusieurs enseignements de spécialité.

« La réforme Blanquer a eu malheureusement un effet pervers », a commenté Valérie Pécresse. « C’est qu’on a enlevé beaucoup de mathématiques. On a enlevé beaucoup de matières scientifiques dans les lycées parce qu’on a fermé les filières S qui étaient les filières des bons élèves ».

La première conséquence de la réforme porte sur le nombre d’heures par discipline. En deux ans, le nombre d’heures dispensées par les professeurs de mathématiques a baissé de plus de 18 % en première et terminale générale et technologique. La baisse résulte en partie de la disparition des mathématiques du tronc commun d’enseignement, mais aussi du choix des élèves, souligne l’étude.D’autres disciplines ont souffert, comme la technologie (-27 % du volume d’heures en deux ans) ou les sciences économiques et sociales (-14 %).

Pour les mathématiques, « bien sûr, le volume horaire est problématique », admet Pierre Mathiot, grand inspirateur de la réforme du lycée. Pas étonnant les mathématiques ont perdu environ 20 % d’heures d’enseignement tandis que la matière Science et Vie (écologie notamment ) en gagnait  au moins autant. Les pertes sont aussi importants dans la filière technologie.

 

Bref la France formera sans doute davantage de « poètes » à l’avenir mais encore moins d’ingénieurs et de techniciens dont elle a cruellement besoin;

autant de poètes qui iront aussi nourrir les effectifs de la fonction publique  ! NDLR

Ecole: pagaille confirmée , grèves et demandes de report du bac

Ecole: pagaille confirmée , grèves et demandes de report du bac

 

La pagaille prévue se confirme avec d’une part une rentrée qui n’a pas été décalée dans le calendrier, d’autre part un protocole invraisemblable et inapplicable qui rend fou les enseignants et les parents.

 

Rien d’étonnant à tout cela dans la mesure où comme le rappelle certains membres du conseil scientifique, c’est délibérément que le gouvernement a décidé de laisser circuler librement le virus espérant ainsi une immunité collective. Or précisément il se confirme que les enfants sont des vecteurs privilégiés de transmission de la maladie.

 

La  « pagaille » décrite par les enseignants et directeurs d’écoles a conduit plusieurs syndicats d’enseignants (SNUipp, SNES, SE-Unsa, FO, CGT, SUD, Snalc) à annoncer, ce vendredi, un appel à la grève pour le 13 janvier, dans le premier comme dans le second degré.

Dans le premier degré, les syndicats réclament un retour à l’ancien protocole qui prévoyait la fermeture d’une classe dès le premier cas de Covid, une règle jugée « protectrice » par le principal syndicat du primaire.

Du côté des parents la situation est aussi ingérable puisqu’il est imposé de tester les enfants tous les jours. Un acte difficile à réaliser dans certaines familles en raison des conditions difficiles d’accès au laboratoire ainsi comment auto teste dans les pharmacies.

Dans le second degré, le principal syndicat, le SNES-FSU, appelle à la grève et réclame de recruter des adultes pour assurer les remplacements, à un protocole renforcé dans les collèges et lycées. Il estime aussi que les enseignants ne sont pas en mesure de bien préparer les élèves aux épreuves de spécialité du bac qui doivent avoir lieu dans deux mois, alors que beaucoup d’élèves sont absents. Le syndicat souhaite un report des épreuves du bac de mars à juin.

 

BAC 2021: Encore un très bon cru avec quatre 94 % de réussite !

BAC 2021: Encore un très bon cru avec quatre 94 % de réussite ! 

 

Près de 94% des 732.800 candidats au baccalauréat 2021 ont été reçus au terme de la première session de rattrapage, en légère baisse par rapport à 2020, a annoncé ce samedi le ministère de l’Éducation nationale.

La session de juin permet à 687.200 candidats de devenir bacheliers, indique le ministère dans un communiqué. « Le taux de réussite global à cette session est en baisse par rapport à 2020 (-1,9 point) », qui avait été une année record, précise-t-il.

Ces résultats tombent au terme d’une seconde année scolaire fortement perturbée par la crise sanitaire. Le contrôle continu représente au minimum 82% de la note finale au bac général et technologique lors de cette session car des épreuves sur table ont été annulées.

Le taux de réussite dans la voie générale s’élève à 97,6%. Dans le détail, il s’établit à 94% dans les séries technologiques et 86,7% pour le baccalauréat professionnel.

Le pourcentage de bacheliers dans une génération s’élève cette année à 83,1%.

En 2020, 95,7% des candidats avaient décroché le bac à l’issue du rattrapage, Mais une statistique mais qui ne rend  absolument pas compte de l’évolution du niveau des élèves.Pour preuve, une grosse majorité de bacheliers vont se diriger vers l’université d’où ils seront ensuite éjectés faute de niveau suffisant.

Conséquences de la mutation du Bac

 La mutation du Bac

 

Directeur de Sciences-Po Lille, Pierre Mathiot avait été missionné dès 2017 par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, pour réformer lycée et bac. La première édition de cet examen intervient cette année. Y est maintenue la traditionnelle épreuve de philosophie qui a lieu ce jeudi. Pierre Mathiot copilote désormais le comité de suivi de la réforme.

En présentant la réforme du lycée en 2018, vous vouliez « restaurer la crédibilité » du bac. L’édition 2021, certes touchée par la Covid, n’est-elle pas dévalorisée ? Notes et appréciations surévaluées, épreuves de philo et du grand oral allégées : le taux de réussite va s’approcher des 100 %…

Le bac cette année ne correspond effectivement pas à ce qui était prévu par la réforme, mais il n’est pas dévalorisé. Il faudra cependant attendre 2023 (année du bac pour les élèves en première à la prochaine rentrée) pour avoir une vision plus complète. Il faut comprendre que le bac n’est plus cet examen qui a longtemps mis fin à un cursus. En 1985, 30 % d’une génération avait le niveau bac, avec un taux de réussite de 66 %. Aujourd’hui, c’est 80 % d’une classe d’âge et 95 % de réussite en 2020. La place du bac a changé, il faut l’accepter.

Le bac arrive après Parcoursup. Beaucoup de lycéens sont admis dans le supérieur avant même de passer l’examen. N’est-il pas en voie de marginalisation ?

Parcoursup a effectivement de plus en plus d’importance en terminale. Le moment clé de l’année, ce n’est plus la philo en juin mais la mi-mars, moment où les lycéens déposent leurs vœux sur la plateforme. La réforme a justement pour but qu’au moment de ces vœux, deux tiers des notes entrant dans le calcul du bac soient déjà prises en compte dans l’application. Avec Jean-Michel Blanquer, nous pensons que c’est le meilleur moyen de restaurer la centralité du bac dans le cursus du lycée. Cursus qui doit s’inscrire dans un continuum : de bac – 3 à bac +3, voire bac + 5, au moins pour les bacheliers généraux.

Parmi les objectifs de la réforme du lycée, il y avait la volonté d’élargir l’éventail des cursus ouverts aux élèves, de sortir des couloirs tracés par les filières S (maths, physique-chimie), ES (sciences éco + maths), L (littéraire)… Est-ce atteint ?

Le « nouveau » lycée offre effectivement une plus grande liberté de choix avec des enseignements de spécialité (trois à choisir en première, deux à conserver en terminale) qui s’ajoutent au tronc commun. Déjà, plus de la moitié des « triplettes » formées par les élèves ne correspondent pas aux anciennes séries. La discipline privilégiée reste les maths, mais ensuite les choix sont équilibrés entre plusieurs matières. Et c’est la spécialité Sciences économiques et sociales qui est la plus conservée en terminale. La spécialité Humanités, littérature et philosophie est suivie par 23 % des lycéens alors qu’ils n’étaient que 15 % à faire L. Un rééquilibrage est donc en train de s’opérer.

Mais la spécialité « Maths » semble rester la voie royale…

Elle est choisie par 62 % des lycéens mais, auparavant, la filière S était suivie par 52 % d’entre eux, dont une grande partie ne poursuivaient pas leur cursus par des études scientifiques. S et ES regroupaient 85 % des élèves. Le vrai enjeu sera celui des critères appliqués par les formations de l’enseignement supérieur pour choisir leurs élèves. Il faut que le supérieur joue le jeu et valorise la diversité des parcours lycéens.

Quelles réticences se manifestent ?

On va regarder lors des résultats de Parcoursup. Mais il est vrai que les prépas scientifiques ont l’habitude de privilégier trois matières scientifiques. Les études de santé aussi. Il sera intéressant de voir si à l’avenir, elles préfèrent récupérer de très bons élèves ou des scientifiques moyens. C’est vraiment l’enseignement supérieur qui va façonner la réforme.

Quelles améliorations sont envisagées ?

Il faut tirer les leçons du contrôle continu quasi intégral imposé par la Covid. Il convient de savoir ce que l’on doit entendre par contrôle continu, quelles règles collectives on doit instaurer, quels effets celui-ci a sur l’organisation des lycées, quels effets aussi sur les relations professeurs/élèves/familles, quel rôle donner à l’harmonisation académique… Donner plus de place au contrôle continu, aujourd’hui fixée à 40 %, peut être une piste de réflexion.

Au risque de braquer les enseignants qui y sont souvent hostiles ?

Les enseignants expriment des craintes qu’il faut entendre sur un contrôle continu « intégral » car la note en France est une sorte d’institution et comme le contrôle continu est pris en compte dans le calcul du bac et dans Parcoursup, les réactions des élèves et de leurs familles face à des notes moyennes ou médiocres peuvent rendre leur métier difficile.

Pour les enseignants, le contrôle continu est source d’inégalités. Et les harmonisations de notes sont souvent vues comme des « magouilles »…

Il est faux de parler de magouilles. Il est tout à fait normal de regarder au niveau académique les écarts aberrants à la moyenne dans la notation d’un lycée ou d’un professeur. Il faut donc travailler le sujet de l’harmonisation. En fait, il faut dépassionner le débat et rendre routinier le contrôle continu !

Combien de temps faudra-t-il à la réforme pour s’installer ?

Il faudra sans doute cinq ans pour qu’elle se déploie, prendre de nouvelles habitudes, permettre aussi à l’enseignement supérieur de se l’approprier afin de diversifier ses profils de recrutement. Un gros effort doit aussi être mené sur l’orientation pour mieux accompagner les élèves, depuis le choix de leurs spécialités dès la fin de la seconde jusqu’à l’expression de leurs vœux sur Parcoursup, en terminale.

Bac 2021: réussite en hausse pour le bac général

Bac 2021: réussite en hausse pour le bac général

Parmi les candidats, 54 % étaient en voie générale, 20 % en séries technologiques et 26 % en voie professionnelle. Le nombre de candidats présents est en baisse de 10 300 par rapport à juin 2020. Au total, 637 000 candidats sont reçus à l’issue du premier groupe, soit 20 700 de moins qu’en juin 2020.

Et 30 0 00 candidats sont ajournés (4,3 %), soit 1,6 point de plus qu’en juin 2020. Ce sont 36 700 candidats qui pourront se présenter au second groupe d’épreuves à partir de demain. Leur proportion parmi les candidats présents à l’examen (5,2 %) est stable. Le taux d’admis à l’issue du premier groupe d’épreuves du baccalauréat général est de 95,2 %, en hausse de 0,4 point par rapport à celui de 2020. Le taux d’admis à l’issue du premier groupe d’épreuves du baccalauréat technologique est de 89,0 %, en baisse de 1,2 point par rapport à la session 2020. La baisse dépasse 2 points en STL, ST2S, S2TMD et STHR, avec respectivement 88,9 %, 90,3 %, 97,3 % et 92,9 % de réussite. Elle est inférieure à 1 point dans les séries STI2D, STMG et STD2A qui atteignent respectivement 91,0 %, 87,2 % et 97,6 % de réussite à l’issue du premier groupe du bac. Le taux d’admis à l’issue du premier groupe d’épreuves du bac professionnel atteint 82,0 %, soit 5,9 points de moins qu’à la session 2020

BAC: La dévalorisation de l’épreuve de philo

BAC: La dévalorisation de l’épreuve de philo

Sous le couvert d’une missive ironique à un candidat au bac, Francis Métivier, professeur de philosophie, dénonce les changements de règles de notation qui conduisent à une dévaluation désastreuse de l’épreuve de philosophie.(extrait)

 

Tribune. A toi, l’élève inconnu du bac philo, puisque ta copie est anonyme, je t’envoie une réponse en faisant un usage public et non anonyme de ma raison. J’espère ainsi qu’elle te parviendra. Ta copie traduit de façon édifiante l’ensemble des problèmes devant lesquels l’institution a mis les professeurs de philosophie, durant cette année scolaire et en particulier pour la correction de l’épreuve de philosophie.

Je vais donc me servir de ton « travail » pour illustrer comment le système lui-même a fait du bac philo un désastre institutionnel, désastre dans lequel tu as sauté à pieds joints. Dans ta copie, tu me fais rapidement comprendre que ta priorité du jour n’est pas de réussir l’épreuve mais de sortir de la salle à l’issue du temps réglementaire : une heure. Pour passer le temps, tu commences à traiter le sujet que tu as choisi (« Discuter, est-ce renoncer à la violence ? ») par quelques réflexions.


Tu me parles de « bastons » dans les cours de collège, de « castagne » et des « gens qui ne se maravent pas la gueule pour le plaisir ». Après cette idée géniale, tu me mets au courant du temps qui passe : « J’ai encore 45 minutes à tuer. » Puis tu te soucies de mon sort (merci) : tu envisages trois hypothèses expliquant pourquoi je n’ai pas abandonné la lecture de ton propos au bout de quinze lignes.

1 - « Si vous lisez encore ce que je dis, c’est soit parce que c’est intéressant… » : oui, je suis curieux de voir jusqu’où tu vas aller.

2 - « (…) soit parce que vous êtes obligé par les directives de notre cher Blanquer (ou “Blanquette” pour les intimes) » : en fait, le métier de professeur de philosophie consiste notamment à évaluer des copies du bac. Je ne te fais donc pas une fleur en te lisant, mais mon travail normal.

3- « (…) soit parce que vous avez du temps à tuer. » Ce n’est pas grand-chose mais sache que, grâce à ta copie, tu m’as fait gagner 5 euros (enfin, « tu me feras gagner » car il faut cinq mois à l’administration pour s’acquitter de son dû).

Ensuite, tu me souhaites « bonne chance pour cette année » (l’année est finie, non ?), « vous devez être désespéré de voir des copies comme les miennes ». Désespéré, non. Ton propos est tellement convenu, tellement téléphoné. Il est le fruit de la mesure-phare de notre ministre de l’éducation nationale, qui a scandaleusement cédé à la pression de quelques lycéens : t’offrir de deux notes, l’une, la meilleure entre ta moyenne annuelle et la note de l’épreuve finale.

Bac: pour le contrôle continu

Bac: pour le contrôle continu

En pleine session du baccalauréat aménagée, Philippe Delorme, secrétaire général d’un réseau d’établissements privés sous contrat, plaide pour « le renforcement du contrôle continu » et rappelle son soutien à la réforme du lycée engagée par le gouvernement.

 

Philippe Delorme est secrétaire général de l’enseignement catholique, un réseau de 7 300 écoles, collèges et lycées privés sous contrat avec l’Etat scolarisant un peu plus de 2 millions d’élèves, soit un cinquième de l’effectif total. En pleine session du baccalauréat aménagée du fait du Covid-19, il reconnaît que la « souplesse d’adaptation » du privé a permis de privilégier les cours en présentiel pour les lycéens de terminale.

Nous sommes en pleine session du premier « bac Blanquer », au terme d’une année marquée par la crise sanitaire. Vos lycéens ont-ils bénéficié d’un temps de préparation plus important que dans le public, comme on l’entend dire ?

Les chefs d’établissement ont essayé de respecter pleinement les consignes sanitaires. Ce qui était demandé, c’était une demi-jauge globale dans les lycées, non pas par niveau ou par classe. Notre souplesse d’adaptation nous a permis de privilégier le 100 % présentiel pour les terminales.


Les chefs d’établissement ont une pleine autonomie et une grande liberté pour s’organiser, mobiliser leurs équipes rapidement. Il n’a pas fallu attendre 50 réglementations ou que la collectivité investisse pour, par exemple, poser des Plexiglas. S’il en a besoin, un chef d’établissement prend son téléphone et trouve un fournisseur ou un parent d’élève qui va l’aider. Cela nous a permis de maintenir le plus possible les cours.

Comment la préparation du grand oral s’est-elle déroulée  ?

Il n’y a pas de crise chez nous sur cette question ! Au contraire, il y a une vraie mobilisation des professeurs. Ceux qui réclamaient la suppression de cette épreuve ne se sont pas mis à la place des élèves. On aurait pénalisé les plus fragiles, qui ne sont pas forcément les plus à l’aise à l’écrit.


En outre, un bac donné sur tapis vert, c’est décourageant pour nos jeunes. Le fait de passer deux épreuves [la philosophie et le grand oral] mobilise. Cela aurait été dommage de ne pas aller jusqu’au bout. Il y a une fragilisation des jeunes qu’il faudra prendre en compte à la rentrée.

Bac : Encore une réforme Blanquer ?

Bac : Encore une réforme   Blanquer ?

Avec la crise sanitaire, la part du contrôle continu de l’examen a grimpé à 82 %, au lieu des 40 % prévus initialement. La philosophie et le grand oral ne représenteront que 18 % des épreuves terminales. 

La part de contrôle continu devrait rester de 40 %. C’est ce qu’a indiqué Pierre Mathiot, copilote du comité de suivi du bac, ce mercredi, lors d’une audition au Sénat. Mais cette part de 40 % serait alimentée par « un contrôle continu intégral », et non plus par des épreuves communes organisées pendant l’année de première et de terminale. Ces dernières « risqueraient de mettre en péril l’organisation dans les lycées », selon Pierre Mathiot.

 

.

BAC: Un changement assez fondamental

BAC: Un changement assez fondamental 

Directeur de Sciences-Po Lille, Pierre Mathiot avait été missionné dès 2017 par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, pour réformer lycée et bac. La première édition de cet examen intervient cette année. Y est maintenue la traditionnelle épreuve de philosophie qui a lieu ce jeudi. Pierre Mathiot copilote désormais le comité de suivi de la réforme.(Interview dans l’Opinion)

En présentant la réforme du lycée en 2018, vous vouliez « restaurer la crédibilité » du bac. L’édition 2021, certes touchée par la Covid, n’est-elle pas dévalorisée ? Notes et appréciations surévaluées, épreuves de philo et du grand oral allégées : le taux de réussite va s’approcher des 100 %…

Le bac cette année ne correspond effectivement pas à ce qui était prévu par la réforme, mais il n’est pas dévalorisé. Il faudra cependant attendre 2023 (année du bac pour les élèves en première à la prochaine rentrée) pour avoir une vision plus complète. Il faut comprendre que le bac n’est plus cet examen qui a longtemps mis fin à un cursus. En 1985, 30 % d’une génération avait le niveau bac, avec un taux de réussite de 66 %. Aujourd’hui, c’est 80 % d’une classe d’âge et 95 % de réussite en 2020. La place du bac a changé, il faut l’accepter.

Le bac arrive après Parcoursup. Beaucoup de lycéens sont admis dans le supérieur avant même de passer l’examen. N’est-il pas en voie de marginalisation ?

Parcoursup a effectivement de plus en plus d’importance en terminale. Le moment clé de l’année, ce n’est plus la philo en juin mais la mi-mars, moment où les lycéens déposent leurs vœux sur la plateforme. La réforme a justement pour but qu’au moment de ces vœux, deux tiers des notes entrant dans le calcul du bac soient déjà prises en compte dans l’application. Avec Jean-Michel Blanquer, nous pensons que c’est le meilleur moyen de restaurer la centralité du bac dans le cursus du lycée. Cursus qui doit s’inscrire dans un continuum : de bac – 3 à bac +3, voire bac + 5, au moins pour les bacheliers généraux.

Parmi les objectifs de la réforme du lycée, il y avait la volonté d’élargir l’éventail des cursus ouverts aux élèves, de sortir des couloirs tracés par les filières S (maths, physique-chimie), ES (sciences éco + maths), L (littéraire)… Est-ce atteint ?

Le « nouveau » lycée offre effectivement une plus grande liberté de choix avec des enseignements de spécialité (trois à choisir en première, deux à conserver en terminale) qui s’ajoutent au tronc commun. Déjà, plus de la moitié des « triplettes » formées par les élèves ne correspondent pas aux anciennes séries. La discipline privilégiée reste les maths, mais ensuite les choix sont équilibrés entre plusieurs matières. Et c’est la spécialité Sciences économiques et sociales qui est la plus conservée en terminale. La spécialité Humanités, littérature et philosophie est suivie par 23 % des lycéens alors qu’ils n’étaient que 15 % à faire L. Un rééquilibrage est donc en train de s’opérer.

Mais la spécialité « Maths » semble rester la voie royale…

Elle est choisie par 62 % des lycéens mais, auparavant, la filière S était suivie par 52 % d’entre eux, dont une grande partie ne poursuivaient pas leur cursus par des études scientifiques. S et ES regroupaient 85 % des élèves. Le vrai enjeu sera celui des critères appliqués par les formations de l’enseignement supérieur pour choisir leurs élèves. Il faut que le supérieur joue le jeu et valorise la diversité des parcours lycéens.

Quelles réticences se manifestent ?

On va regarder lors des résultats de Parcoursup. Mais il est vrai que les prépas scientifiques ont l’habitude de privilégier trois matières scientifiques. Les études de santé aussi. Il sera intéressant de voir si à l’avenir, elles préfèrent récupérer de très bons élèves ou des scientifiques moyens. C’est vraiment l’enseignement supérieur qui va façonner la réforme.

Quelles améliorations sont envisagées ?

Il faut tirer les leçons du contrôle continu quasi intégral imposé par la Covid. Il convient de savoir ce que l’on doit entendre par contrôle continu, quelles règles collectives on doit instaurer, quels effets celui-ci a sur l’organisation des lycées, quels effets aussi sur les relations professeurs/élèves/familles, quel rôle donner à l’harmonisation académique… Donner plus de place au contrôle continu, aujourd’hui fixée à 40 %, peut être une piste de réflexion.

Au risque de braquer les enseignants qui y sont souvent hostiles ?

Les enseignants expriment des craintes qu’il faut entendre sur un contrôle continu « intégral » car la note en France est une sorte d’institution et comme le contrôle continu est pris en compte dans le calcul du bac et dans Parcoursup, les réactions des élèves et de leurs familles face à des notes moyennes ou médiocres peuvent rendre leur métier difficile.

Pour les enseignants, le contrôle continu est source d’inégalités. Et les harmonisations de notes sont souvent vues comme des « magouilles »…

Il est faux de parler de magouilles. Il est tout à fait normal de regarder au niveau académique les écarts aberrants à la moyenne dans la notation d’un lycée ou d’un professeur. Il faut donc travailler le sujet de l’harmonisation. En fait, il faut dépassionner le débat et rendre routinier le contrôle continu !

Combien de temps faudra-t-il à la réforme pour s’installer ?

Il faudra sans doute cinq ans pour qu’elle se déploie, prendre de nouvelles habitudes, permettre aussi à l’enseignement supérieur de se l’approprier afin de diversifier ses profils de recrutement. Un gros effort doit aussi être mené sur l’orientation pour mieux accompagner les élèves, depuis le choix de leurs spécialités dès la fin de la seconde jusqu’à l’expression de leurs vœux sur Parcoursup, en terminale.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol