Archive pour le Tag 'avenir'

Page 7 sur 7

Buisson voulait « se ménager l’avenir »

Buisson voulait « se ménager l’avenir »

 

Pour Georges Buisson, le fils de Patrick Buisson, l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy qui enregistrait des conversations privées à l’Elysée, les motivations de son père ne font guère de doute. Il voulait « se ménager l’avenir », a-t-il affirmé lundi soir au Grand Journal de Canal Plus. Georges Buisson affirme avoir été au courant des enregistrements depuis fin 2007-début 2008, date où son père lui a demandé de copier des fichiers contenus dans son dictaphone. « Je lui ai posé la question. Il m’a d’abord dit qu’il comptait écrire un livre sur la période, ce qui est assez étrange parce qu’à ma connaissance il n’avait pas été engagé pour être mémorialiste des années Sarkozy. Et puis il a ajouté ‘cela peut toujours servir’, ce qui est plus clair et plausible », a ajouté le fils de l’ancien conseiller officieux de Nicolas Sarkozy. Et le fils de Patrick Buisson ne serait pas étonné que d’autres que Nicolas Sarkozy aient été victimes d’enregistrements à leur insu. « S’il a enregistré Nicolas Sarkozy, il a dû enregistrer d’autres personnes », a-t-il affirmé. Se disant « choqué » par ces enregistrements car Patrick Buisson « a trahi la confiance de quelqu’un », Georges Buisson a ajouté n’être « plus étonné » et avoir « mis du temps à ouvrir les yeux sur (s)on père ». « Patrick Buisson a fait beaucoup de mal à beaucoup de gens » et « tout se finit mal » avec lui, a aussi dit son fils, faisant état de rapports « inexistants » actuellement avec son père, avec lequel il avait travaillé par le passé sur la chaîne Histoire. « On ne se parle plus depuis un an et demi et on est fâchés depuis plus de deux ans », a dit Georges Buisson.

 

Livret A : l’épargne remonte par crainte de l’avenir

Livret A : l’épargne remonte par crainte de l’avenir

La collecte du livret A remonte, c’est le signe de la prudence des ménages qui se méfient de l’avenir. Des chiffres cependant un peu tronqués qui ne témoignent pas de la véritable épargne car les taux du livret A sont très peu incitatifs. Le Livret A ne commence cependant pas trop mal l’année. Le placement a enregistré pour le mois de janvier une collecte nette de 1,6 milliard d’euros, selon les chiffres de la Caisse des dépôts publiés ce vendredi 21 février. C’est le meilleur niveau de collecte mensuelle depuis avril 2013. Mais cela reste nettement inférieur à la collecte record de janvier 2013 qui avait atteint 8,21 milliards d’euros. En ce mois de janvier, les Français étaient dans l’incertitude quant au taux de rémunération de ce placement. Le gouverneur de la Banque de France avait proposé, mi-janvier, de le ramener à 1% en février. Le gouvernement a finalement choisi de le laisser à 1,25%. En décembre dernier, il a déjà réussi à sauver son honneur. Après trois mois consécutifs de décollecte, le placement avait finalement enregistré une collecte nette de 350 millions d’euros. Sur l’ensemble de l’année 2013, si la collecte nette sur le livret A est ressorti positivement, elle n’a atteint que 12,14 milliards d’euros, une somme plus que divisée par deux par rapport à 2012.

Sondage avenir économique : 70% pas confiants dans l’avenir et pas convaincus des effets du pacte de responsabilité

Sondage avenir économique  : 70% pas confiants dans l’avenir et pas convaincus des effets du pacte de responsabilité

Recul  du moral des Français en ce début février, selon le baromètre BVA pour BFM, Challenges et Axys Consultants. 70% des personnes interrogées se disent moins confiantes quant à l’avenir de la situation économique en France. C’est 3 points de plus qu’en janvier. Ils ne sont plus que 26% à se déclarer plus confiants (-4 points). Visiblement, le pacte de responsabilité de François Hollande ne convainc pas -encore- de la possibilité de créer des emplois en nombre. Quatre Français sur dix seulement estiment qu’il aura rôle positif en la matière. Les sympathisants de droite, pourtant à priori favorables aux mesures d’allégement des charges qu’il prévoit, sont les plus nombreux à douter de l’effet du pacte présidentiel.  La réforme fiscale promise par François Hollande et Jean-Marc Ayrault suscite des avis plus clairs. Pour 62% des Français, la priorité est de diminuer les impôts des particuliers alors que seulement 35% affirment qu’il faut réduire d’abord ceux des entreprises, comme l’a annoncé l’exécutif. Même les sympathisants de droite sont majoritairement favorables à cette priorité. Mais pour baisser les impôts, l’Elysée comme Matignon ont mis l’accent sur la réduction des dépenses publiques. La moitié tout juste des Français se dit inquiet par cet objectif, contre 48% qui s’estiment rassurés. Les sympathisants de gauche sont logiquement plus inquiets que ceux d’opposition sur ce point (respectivement à 45% et 52%).

Sondage-avenir de la société française : 72% pessimistes

Sondage-avenir de la société française : 72% pessimistes

Plus de sept Français sur dix se disent pessimistes pour l’ »avenir de la société française » et ils sont près d’un Français sur deux (47%) à l’être pour leur avenir personnel, selon un sondage CSA pour BFMTV publié ce samedi 30 novembre.  Selon l’étude, seuls 26% des personnes interrogées sont « optimistes » sur l’avenir de la société française, un chiffre en baisse de dix points par rapport à octobre. Le pessimisme est élevé dans toutes les catégories d’âge, particulièrement marqué chez les ouvriers et employés que chez les cadres et professions libérales. Interrogés sur leur propre avenir, les Français se partagent assez équitablement. 49% se disent optimistes, mais ils sont en baisse de neuf points. Le niveau de pessimisme pour l’avenir personnel atteint son niveau le plus bas depuis février 2011, précise CSA.

 

Sondage BVA-BFM: 71% pessimistes sur l’avenir économique

Sondage  BVA-BFM: 71% pessimistes

Certes, le pessimisme est toujours bien présent en France, avec 71% des personnes interrogées se déclarant « plutôt moins confiantes » dans l’avenir de la situation économique. Mais ces chats noirs sont moins nombreux qu’au mois précédent, tandis que le nombre d’optimistes augmente un peu. Sans surprise, les sympathisants de gauche sont les plus optimistes, à 53%, tandis que, seuls 4% des sensibilités de droite ont confiance dans l’avenir économique de la France.  Parmi les mesures jugées les plus efficaces pour l’emploi, les Français plaident pour un allègement des charges patronales sur les salaires, à 54%, et un « Small Business Act » pour favoriser les PME, à 52%. Cette dernière mesure est évoquée par les sympathisants de gauche, tandis que ceux de droite plébiscitent plutôt la baisse des charges patronales sur les salaires. Globalement, les personnes interrogées rejettent des réformes sociales à la Schröder, pourtant louées par François Hollande voici quelques jours, et une réforme du contrat de travail. Seul 7% des sondés sont en faveur de la baisse du Smic. En résumé, les Français préfèreraient des mesures favorisant les entreprises à celles pénalisant les salariés.  Une personne sur trois estime que François Hollande a une attitude plus favorable à l’encontre des entreprises ces derniers temps. Les classes supérieures « CSP+ » et les inactifs sont les plus convaincus de cela, tandis que la catégorie « CSP- », ouvriers et employés, adhèrent moins aux propos du Président. Mais un peu plus de la moitié des Français ne voit toujours pas de changement. Encore une fois, sans surprise, les sympathisants de gauche sont les plus convaincus, à 50%. A droite, en revanche, la cote du Président a baissé de 10 points concernant son attitude vis-à-vis des entreprises.  Près de sept sondés sur dix étaient favorables au versement des allocations familiales sous condition de ressources, une mesure que le gouvernement a pourtant rejeté dans sa réforme de la politique familiale au profit du plafonnement du quotient familial. Dans le détail, 85% des sympathisants de gauche étaient favorables à la mesure, contre seulement 52% à droite. Mais plus surprenant, plus de deux tiers des ménages aisés, pourtant les plus concernés par cette réforme, y étaient favorables.

Sondage avenir économique : 73% pas confiants

Sondage avenir économique :73%   pas confiants   

C’est un anniversaire au goût amer pour François Hollande. Ce lundi 6 mai, soit un an après son élection à la tête de l’Etat, le baromètre BVA Axys consultants pour BFMBusiness, BFMTV et Challenges démontre qu’une large majorité de Français ne croit pas à l’action économique du président de la République.73% des sondés n’ont ainsi pas confiance dans l’avenir de la situation économique de la France. Un chiffre en légère augmentation, de 3 points. Selon BVA, François Hollande et son Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ne vont pas assez loin dans les réformes pour 54% des Français. Même dans le camp des sympathisants de gauche, ce constat prédomine (48%). Seuls 22% des Français estiment, a contrario, que les deux dirigeants vont « trop loin dans le domaine des réformes ».  La même question avait été posée pour Nicolas Sarkozy moins de six mois après son arrivée à l’Elysée. A l’époque, 40% des Français estimaient que l’équipe précédente menait les réformes à un bon rythme, contre 31% qui jugeaient qu’elle n’allait pas assez loin. Seulement 1 Français sur 5 (19%), soit pas plus que pour François Hollande aujourd’hui, reprochait à l’hyper-Président d’aller « trop loin dans le domaine des réformes ». L’audace réformatrice est donc la clé d’un éventuel rebond de popularité pour François Hollande, en attendant un éventuel retournement de tendance économique.  Ce baromètre montre aussi que les Français estiment que plusieurs grandes réformes auraient un impact plutôt important pour aider le pays de la crise, même celles qui semblent « impopulaire ». La fusion des régions et des départements récolte ainsi 62% de réponses positives, tout comme l’exonération de la totalité des charges sociales sur les salaires jusqu’au niveau du SMIC. L’augmentation progressive de la durée de cotisations des retraites à 44 ans d’ici à 2030 recueille, elle 61% d’avis favorables. La réduction du champ d’intervention de l’Etat dans l’économie, qui à réduit le nombre de fonctionnaires, reçoit également un bon score (59% d’opinions favorables). En revanche, les Français doutent de l’efficacité d’un chèque formation aux chômeurs, qui serait plus important pour les chômeurs de longue durée (54% de réponses négatives).

 

Grèce: contradiction au FMI sur l’avenir

Grèce: contradiction au FMI sur l’avenir

Lagarde affirme que les mesures déjà prises suffiront pour sortir la Grèce de la crise. Pourtant, Poul Thomsen, l’expert pour la Grèce du FMI, avait estimé vendredi que la dette de la Grèce « n’est pas viable » sans de nouveaux « transferts directs » de fonds dans le budget grec par l’Union européenne, qui « s’est engagée » en ce sens en décembre.   »Nous voyons qu’il y a un écart » par rapport aux objectifs à atteindre par la Grèce et « les Européens doivent le combler », avait dit M. Thomsen Pour Lagarde, La Grèce n’aura pas besoin de prendre des mesures supplémentaires si les réformes déjà décidées dans le cadre du plan de sauvetage sont appliquées, a estimé la directrice-générale du FMI Christine Lagarde dans un entretien publié dimanche par le quotidien Kathimerini. Prudente, elle ajoute que si le plan n’est pas appliqué, il faudra d’autres mesures d’austérité.   La Grèce entre dans sa sixième année consécutive de récession et a besoin de l’assistance financière du Fonds monétaire international (FMI) et de l’UE pour ne pas faire faillite. Depuis 2010, l’UE et le FMI ont engagé 240 milliards d’euros d’assistance financière à la Grèce, le FMI débloquant la semaine dernière une nouvelle tranche de 3,2 milliards d’euro dans le cadre de son programme en cours. En fait personne ne sait exactement où va la Grèce et comme l’indique l’expert du FMI d’autres mesures de soutien risquent d’être nécessaires en l’Etat actuel de sa croissance (donc de ses ressources fiscales).  

 

Florange: pas de nationalisation et avenir très incertain

Florange: pas de nationalisation et avenir très incertain

Comme souvent Hollande a choisi de ne pas choisir en se fiant à Mittal pour l’avenir du site. ; Le gouvernement aurait  obtenu d’ArcelorMittal qu’il s’engage à préserver l’emploi à Florange (Moselle) et investisse 180 millions d’euros en cinq ans dans le site, suscitant pourtant des réactions mitigées de la part des syndicats et des politiques.   »Il n’y aura pas de plan social à Florange. Le groupe Mittal s’est engagé à investir au moins 180 millions dans les cinq prochaines années », a déclaré Jean-Marc Ayrault vendredi soir. Il a en outre annoncé que la nationalisation des hauts-fourneaux était écartée.  Le site de Florange emploie 2.700 personnes, dont 629 étaient concernées par une possible fermeture.  Une source à Matignon a précisé qu’il y aurait cependant des suppressions de postes induites par les départs à la retraite, qui se feront « au fur et à mesure » mais a assuré qu’il n’y aura ni licenciements, ni mobilités forcées.  Le groupe, qui souhaitait fermer la filière chaude (production d’acier brut, comprenant les hauts-fourneaux), s’est finalement engagé à « maintenir les hauts-fourneaux » de Florange « en l’état » dans l’attente de la réalisation d’un projet européen de captage et de stockage de CO2, baptisé Ulcos, a expliqué le Premier ministre.  Ulcos(Ultra-Low Carbon Dioxide Steelmaking), proposé pour un des hauts-fourneaux de Florange, est un prototype de captage stockage du CO2 qui doit permettre de réduire considérablement la pollution de l’air par la fabrication de l’acier.  Ce projet, dans lequel l’Etat pourrait augmenter sa participation, est en attente de financements européens prévus d’ici fin décembre.   »Le gouvernement n’a pas retenu l’hypothèse d’une nationalisation transitoire (..) au vu des engagements qu’il a obtenus d’ArcelorMittal », des engagements « inconditionnels », a souligné Jean-Marc Ayrault.   »La nationalisation (…) peut certes être nécessaire dans des circonstances historiques particulières ou pour sauvegarder des intérêts supérieurs de la nation », a dit M. Ayrault. « Mais elle n’est pas efficace face à un problème de débouchés pour une entreprise ou face à un problème de compétitivité », a-t-il ajouté, dans une allusion au marché de l’acier en Europe, très déprimé.  La menace d’une nationalisation temporaire avait été brandie par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg et avait rallié une part importante de la classe politique, de droite comme de gauche. .A Florange, les syndicats ont accueilli froidement les annonces du gouvernement, la CFDT jugeant même que les salariés étaient « une nouvelle fois trahis » et exigeant une réunion tripartite entre gouvernement, syndicats et direction. « Nous avons été le cauchemar de (Nicolas) Sarkozy, on pourrait être celui de ce gouvernement », a menacé vendredi son représentant Edouard Martin. « Les rénovations et les investissements, c’est maintenant que nous les voulons, pas dans cinq ans. Nous exigeons que les travaux de rénovation démarrent tout de suite », a-t-il ajouté.

.

 

Quel avenir pour l’automobile en France ?

Quel avenir pour l’automobile en France ?

C’est en général la question posée et les réponses tournent autour des voitures plus propres notamment électriques, des voitures à haute valeur ajoutée ou encore des voitures citadines. Des solutions partielles pour le court et moyen terme mais qui ne pose pas du tout la question fondamentale de l’avenir tout court de l’automobile en France et ailleurs. Or à long terme la voiture classique, même plus propre, plus économe n’a sans doute pas d’avenir. Trop chère, trop lourde, trop encombrante. Trop chère d’abord car compte tenu de la crise durable que vivent les pays développés, les acheteurs potentiels ne voudront et ne pourront payer des véhicules de 10 000 à 20 000 euros (moyen et bas de gammes). L’investissement est trop important et le coût même de fonctionnement tout autant. Trop lourde et trop encombrante, la voiture n’est pas dimensionnée à l’usage moyen courant. En moyenne, le taux d’occupation d’une voiture este de 1,2 passager (conducteur compris) pour un poids d’un peu plus de 100kgs. L’essentiel des parcours est effectué en zone urbaine à des vitesses moyenne très faibles du fait d’une part de la congestion, d’autre part des limitations de vitesses. La voiture du futur doit donc être entièrement repensée en fonction de son usage (incluant la question du stationnement). La problématique est différentes sur les matchés émergents mais la question du coût économique est identique sinon plus difficile encore. Pour illustrer l’inadaptation de la voiture individuelle, il suffit de comparer son rendement avec celui d’un camion. En moyenne un camion transporte 1 tonne (cu)  avec 1 litre d’essence ; disproportion aussi de la surface d’une voiture par rapport à son utilisation si on compare à un car ou un camion. Bref la voiture actuelle est obsolète sur le plan technique, économique, environnemental et même social aussi sens large si long tient compte de son impact sur l’urbanisme et la qualité de vie. Penser l’avenir de la voiture c’est aussi penser la politique de transport afin de rationaliser l’usage des différentes  techniques via l’ intermodalité. La question n’est donc pas seulement d’imaginer des véhicules plus propres  ; c’est le concept même qui est à mettre en question, un concept qui pourrait par ailleurs être mieux adaptés aux pays émergents. Aujourd’hui PSA Peugeot Citroën et Renault privilégient leurs usines françaises pour leurs véhicules « propres » et à haute valeur ajoutée, une politique jugée utile mais insuffisante pour maintenir la production automobile dans l’Hexagone.  Renault, dans son plan à moyen terme présenté début 2011, assurait que « 80% de (ses) véhicules électriques vendus dans le monde seront produits en France en 2015″. A cela doit s’ajouter la production de batteries et de moteurs électriques, dévolus respectivement aux usines de Flins (Yvelines) et de Cléon (Seine-Maritime).  Ses voitures haut de gamme seront produites à Douai (Nord).  PSA mise beaucoup, pour sa part, sur la « montée en gamme » de ses deux marques, avec des modèles plus équipés, vendus plus chers et donc plus rentables. L’exemple le plus révélateur est la ligne Citroën DS, pour l’instant uniquement produite en France.  Mais Flavien Neuvy, de l’Observatoire spécialisé Cetelem, met en garde contre la tentation du « premium », « un petit bout du marché sur lequel les allemands sont présents depuis longtemps et où la concurrence est féroce ». L nouveau gouvernement veut des véhicules plus propres et plus innovants. Mais si les mesures gouvernementales s’en tiennent là, elles seront insuffisantes pour répondre à la question de l’avenir de l’industrie automobile française, avertissent les experts.

1...34567



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol