Archive pour le Tag 'autorisés'

Santé–UE : le colorant E171 interdit…. il en reste 300 autorisés

Santé--UE : le  colorant E171 interdit…. il en reste 300 autorisés

Le E171, composé de particules de dioxyde de titane sous forme de poudre, est utilisé dans de nombreux produits alimentaires -confiseries, chewing-gums, pâtisseries, soupes ou plats cuisinés- pour ses propriétés colorantes (pigment blanc) et opacifiantes. Il sera interdit par l’union économique. Le problème c’est qu’il y en a encore 300 autres qui sont autorisés sur 7à 800 possibles.

Plus de 300 additifs alimentaires sont en effet autorisés dans l’Union européenne. Tous font l’objet d’une évaluation de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (Efsa). Pourtant, des publications scientifiques jettent régulièrement le doute sur certains d’entre eux.

Le Conseil supérieur de la Santé belge considère le dioxyde de titane comme «cancérigène possible», et la France l’avait interdit l’année dernière comme additif alimentaire pour un an. Des chercheurs avaient établi qu’il pouvait provoquer des lésions pré-cancéreuses chez des rats. En France, l’UFC-Que Choisir avait regretté que cette interdiction ne concerne pas la présence du dioxyde de titane dans les médicaments mais aussi les cosmétiques, où il est également employé.

UE : le colorant E171 interdit…. il en reste 300 autorisés

 

Le E171, composé de particules de dioxyde de titane sous forme de poudre, est utilisé dans de nombreux produits alimentaires -confiseries, chewing-gums, pâtisseries, soupes ou plats cuisinés- pour ses propriétés colorantes (pigment blanc) et opacifiantes. Il sera interdit par l’union économique. Le problème c’est qu’il y en a encore 300 autres qui sont autorisés sur 7à 800 possibles.

Plus de 300 additifs alimentaires sont en effet autorisés dans l’Union européenne. Tous font l’objet d’une évaluation de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (Efsa). Pourtant, des publications scientifiques jettent régulièrement le doute sur certains d’entre eux.

Le Conseil supérieur de la Santé belge considère le dioxyde de titane comme «cancérigène possible», et la France l’avait interdit l’année dernière comme additif alimentaire pour un an. Des chercheurs avaient établi qu’il pouvait provoquer des lésions pré-cancéreuses chez des rats. En France, l’UFC-Que Choisir avait regretté que cette interdiction ne concerne pas la présence du dioxyde de titane dans les médicaments mais aussi les cosmétiques, où il est également employé.

Autotests autorisés lundi mais absents des pharmacies !

 Autotests autorisés lundi mais absents des pharmacies !

 

Comme pour les masques, comme pour les tests, la France va cruellement manquer d’auto tests qui devraient être autorisés à la vente publique dans les pharmacies. Gilles Bonnefond, le président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), craint que cette autorisation de dernière minute ne suffise pas pour permettre aux pharmaciens d’être prêts au coup d’envoi. «On ne sera pas prêts demain [lundi] à 8 heures», s’est-il inquiété au micro de franceinfo ce dimanche 11 avril.

En faite lundi seul quelques pharmacies seront approvisionnées .

D’autant que les officines ne sont pas les seules à avoir passé d’importantes commandes. L’État a d’ores et déjà réservé 5 millions de doses (2,5 millions auprès d’AAZ et le même nombre auprès de Biosynex un des deux labos qui fabriquent ces tests en France) en vue de la réouverture des établissements scolaires. Toutefois, Santé Public France a consenti à libérer un certain nombre de ces tests pour que les pharmacies puissent être livrées la semaine prochaine, précise Philippe Besset, président de la Fédération des pharmaciens d’officine (FSPF).

Biosynex fait également face à une forte demande venue de l’étranger. Mais il l’assure, «nous avons mis les bouchées doubles et renforcé nos équipes pour répondre à toutes ces commandes». 300 intérimaires ont été recrutés à cet effet.

Vaccination Covid-19: les généralistes autorisés mais sans vaccin !

Vaccination Covid-19: les généralistes autorisés mais sans vaccin !

Officiellement à partir de jeudi, certains généralistes, un peu plus de la moitié, seront théoriquement autorisés à vacciner contre le Coronavirus. Le seul problème c’est qu’ils ne disposeront pas de vaccin. Une annonce complètement ridicule du même type que celle de tous les vaccinodromes ouverts quelques jours et rapidement fermés faute de vaccin. Les médecins heureux bénéficiaires pourraient recevoir chacun un flacon (de quoi vacciner 10 personnes maximum )  et vont devoir arbitrer entre leurs patients. Pendant que les annonces se succèdent, les vaccinations, elles, progressent au pas d’escargot. 2,5 millions de personnes vaccinées depuis le début de l’année quand il y en a déjà plus de 15 millions au Royaume-Uni par exemple. La campagne de vaccination française révèle un véritable fiasco de la politique sanitaire.

 

Ce que confirme sur franceinfo Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF).

 

franceinfo : Comment cela va se passer avec les médecins ?

 

Jean-Paul Ortiz : Les médecins généralistes peuvent s’inscrire auprès des pharmaciens ce soir. On le sait depuis vendredi soir seulement par une circulaire de la Direction générale de la santé, on a été avertis très tardivement. On va avoir le flacon de 10 doses, a priori, en début de semaine prochaine et on conseille aux médecins généralistes de prévoir les vaccinations à partir de jeudi prochain, 25 février. Il faut que le médecin vaccine les patients entre 50 ans et 64 ans qui ont des comorbidités. Il faut qu’il prévoie à l’avance dans sa clientèle celles et ceux qui sont le plus à risque.

Pourquoi faut-il prévoir à l’avance ?

 

Les patients sont très demandeurs, c’est très bien, les Français veulent se faire vacciner. On a des patients presque en pleurs qui nous disent qu’ils veulent se faire vacciner, qu’ils n’arrivent pas à obtenir de rendez-vous, que sur la plateforme il n’y a aucun rendez-vous possible. Nos patients sont demandeurs donc cela veut dire que l’on va pouvoir très vite vacciner les dix premiers patients. Mais il faut l’organiser à l’avance. Quand on est seul dans un cabinet c’est un petit peu plus compliqué, c’est plus facile quand on est dans un cabinet de groupe ou dans un centre de vaccination organisé par les médecins libéraux. L’offre de vaccination est importante mais il manque des vaccins parce que dix doses ce n’est vraiment pas beaucoup pour la semaine prochaine.

Comment vont être choisis les patients ?

Il faut laisser les médecins s’organiser. Ils connaissent leur patientèle, ils savent qui est le plus à risque. Ils pourront en vacciner 10 la semaine prochaine, la semaine d’après, celle du 1er mars, on nous annonce deux à trois flacons, c’est-à-dire 20 à 30 doses par médecins. C’est ce que l’on espère. En moyenne nationale, on pense qu’il y a par médecin généraliste entre 60 et 80 personnes à vacciner dans les critères du vaccin AstraZeneca. D’ici fin mars, on devrait avoir terminé cette tranche de population, 50-64 ans avec comorbidité.

Craignez-vous un afflux de demandes ?

La demande est forte mais elle va au-delà de ça. Les patients de plus de 75 ans, on n’a pas terminé de les vacciner avec le vaccin Pfizer. Pour l’instant on a un trou, ce sont les 65-75 ans qui n’ont pas le droit à une vaccination. Il faut vite vacciner toutes ces personnes à risques parce que c’est comme ça qu’on va diminuer les tensions hospitalières. On le voit dans d’autres pays, comme Israël qui a beaucoup développé la vaccination et où la tension hospitalière a diminué de 40% en quelques semaines.

 

Vaccination : Les pharmaciens enfin autorisés

Vaccination : Les pharmaciens enfin autorisés

 

Le pouvoir central se résout enfin à autoriser les filières habituelles comme les pharmaciens à procéder aux vaccinations sitôt que les doses seront suffisantes. On commencera sans doute par le vaccin AstraZeneca  ( il y en a d’autres en cours d’essai ou d’homologation) beaucoup moins complexe à transporter et à utiliser sur le plan de la température.

 

Du coup,  les fameux centres de vaccination qui se sont multipliés un peu partout mais qui ont  arrêté leurs activités au bout de quelques jours faute de vaccins devront sans doute être définitivement fermés. On a compté jusqu’à 700 centres de vaccination qui ne sont en réalité que de rapides aménagements de locaux publics.

 

«Ils vont pouvoir vacciner, évidemment, parce qu’on a besoin d’eux, parce qu’on a un maillage d’officines sur notre territoire qui est extrêmement dense», a-t-il déclaré dans l’émission «C à vous» sur France 5, expliquant que «s’ils ne pouvaient pas le faire jusqu’à maintenant, c’est parce qu’on a des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna qui ont des nécessités de conservation […] qui objectivement rendent très difficile pour un pharmacien de le faire dans son officine, ce qui n’est pas le cas pour AstraZeneca ».

Les pharmaciens ont rappelé, à plusieurs reprises, leur volonté de participer au déploiement de la vaccination en France.

 

«Il faut étendre les compétences de la vaccination aux pharmaciens et aux infirmiers», a ainsi défendu Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine auprès du Figaro , début janvier. «Nous avons pris 15 jours de retard, mais maintenant il faut commencer la vaccination des populations en ville et notamment dans les pharmacies. Nous sommes prêts», ajoutait-il. «Il serait important d’envisager la vaccination dans les officines et les cabinets médicaux pour toucher ceux qui n’iront pas dans les centres de vaccination»a également estimé Philippe Besset, président de la Fédération des pharmaciens de France (FSPF), assurant être «à disposition des pouvoirs publics pour vacciner».

Facultés: 50 % seulement d’étudiants autorisés !

Facultés: 50 % seulement d’étudiants autorisés !

 

 

Encore une belle pagaille en perspective avec cette décision subite de limiter le nombre d’étudiants à 50 % des capacités DES AMPHITHEATRES.  On se demande comment sera régulée la participation désormais CONTRAINTE.

Les salles de classe ou amphithéâtres des universités ne pourront être remplis qu’à 50% de leur capacité au maximum en zones d’alerte renforcée et maximale, a annoncé ce dimanche Matignon, en précisant que cette mesure s’appliquait à partir de mardi. Par ailleurs le nombre de clusters est particulièrement inquiétant avec un tiers dans le milieu scolaire et universitaire. Mais comme pour les métiers de l’hôtellerie, on aurait sans doute souhaité une concertation plus large et une période de transition éventuelle. En effet si l’on peut considérer que des règles strictes peuvent s’appliquer dans le sport ou  le spectacle ( avec des conséquences toutefois économiques et sociales dramatiques) il en va différemment pour des activités aussi essentielles que la formation.

La sur-occupation des amphithéâtres universitaires provient pour une part de la sous-évaluation des conséquences du bac largement distribués cette année.

Zone protégée de l’Alaska : des forages autorisés

Zone protégée de l’Alaska : des forages autorisés

L’administration Trump a publié ce lundi une autorisation définitive des forages pétroliers et gaziers au sein du refuge national de la faune arctique (Arctic National Wildlife Refuge), une aire naturelle où ils étaient bannis depuis plusieurs décennies.

Cette immense étendue sauvage située au nord-est de l’Alaska, peuplée d’ours polaires et de caribous, est le plus grand refuge faunique des Etats-Unis. Le document signé par le secrétaire à l’Intérieur David Bernhardt ouvre la voie à des forages sur une bande de 6.300 kilomètres carrés, sur les 77.000 kilomètres carrés que comprend la zone. La vente aux enchères des baux pétroliers pourrait avoir lieu ​« aux alentours de la fin de l’année », d’après le secrétaire à l’Intérieur.

Le secteur choisi, connu sous le nom de zone 1002, contiendrait les plus grandes réserves de pétrole d’origine terrestre d’Amérique du Nord encore inexploitées.

Coronavirus: les pharmaciens autorisés à vendre des masques ….. qu’ils n’ont pas

Coronavirus: les pharmaciens autorisés à vendre des masques ….. qu’ils n’ont pas

Désormais les pharmacies seront autorisées à la vente « des masques non sanitaires fabriqués selon un processus industriel et répondant aux spécifications techniques applicables ». D’abord notons le flou de la recommandation quant à la qualité des masques . Ensuite surtout la grande difficulté pour les pharmaciens sera de trouver les fameux masques. En effet en vitesse de croisière c’est-à-dire en déconfinement, les besoins de masques se situent à 600 millions par semaine. Alors que la France en tout état de cause ne sera capable de fabriquer que 20 millions. C’est le résultat l’incompétence du gouvernement qui a été incapable de réquisitionner les usines dont pourtant les salariés sont financés à 85 % par le chômage partiel.

Dès aujourd’hui, les pharmaciens ont le droit de s’approvisionner mais devront attendre lundi pour passer des commandes. « Ce n’est donc pas la peine d’aller en pharmacies dès lundi pour acheter des masques », a prévenu sur BFMTV Philippe Besset, président de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France.

Jusqu’à présent, les officines n’avaient le droit de distribuer des masques destinés qu’aux professionnels de santé ou aux personnes fragiles, soit les FFP2 ou les masques chirurgicaux. Elles pourront donc vendre des masques en tissus fabriqués par des entreprises classiques.

Depuis dimanche 26 avril, les pharmaciens ont l’autorisation de vendre des masques dits « non-sanitaires » après la publication d’un arrêté au Journal Officiel, mais « la moitié des officines n’en auront pas à disposition » lundi, faute de temps pour s’approvisionner, déclare le 26 avril sur franceinfo le président de la section A de l’Ordre des pharmaciens Pierre Béguerie, qui représente les pharmaciens titulaires d’officines.

« L’arrêté est sorti un dimanche. Vous pensez bien qu’entre le dimanche et le lundi, les pharmaciens n’auront pas pu se procurer ces masques », commente le pharmacien, mais « vous pouvez faire confiance au réseau des pharmaciens pour faire tout ce qu’il faut pour pouvoir équiper les patients qui leur demanderont d’ici une ou deux semaines ». Pierre Béguerie se dit d’ailleurs « très confiant dans l’essor et l’élan de toutes les entreprises qui se sont mises à fabriquer » des masques.

Les pharmaciens réclamaient cette autorisation depuis le début du mois d’avril mais tous n’ont pas pu anticiper car, « comme ça a mis beaucoup de temps et que dans cette période de pandémie, les choses changent du jour au lendemain, on n’avait aucune certitude. Maintenant, c’est acté », se félicite le président de la section A.

 

Automobile : pastilles vertes pour véhicules peu polluants seuls autorisés à circuler certains jours

 

Automobile : pastilles vertes pour véhicules peu polluants seuls autorisés à circuler certains jours

 

Le gouvernement envisage de relancer la pastille de couleur verte pour identifier les véhicules les moins polluants, selon Le Parisien. « Les villes ont besoin d’outils pour contrôler les véhicules et mieux les réguler, et grâce à la pastille elles pourront, en cas de pic de pollution et selon leurs besoins, instaurer plus facilement des limitations de circulation ou des régulations de vitesse », explique au journal une source au ministère des Transports. Le dispositif avait été lancé à l’été 1998 et la pastille était décernée aux véhicules électriques, au gaz, ainsi que les véhicules d’essence vendus après 1993 et les Diesel vendus après 1997. Ces voitures sur lesquelles étaient apposées une petite étiquette verte étaient alors autorisées à circuler lors des jours de forte pollution, un système qui s’ajoutait au dispositif de circulation alternée suivant le dernier chiffre, pair ou impair, de la plaque d’immatriculation. Le dispositif a toutefois été abandonné en 2003. L’association « 40 millions d’automobiliste » est aussitôt montée au créneau contre une « mesure discriminatoire ». « Si on souhaitait chasser des villes les foyers les plus modestes, on ne s’y prendrait pas mieux », déplore Daniel Quéro, président de l’association, dans un communiqué. « La pastille verte est une mesure discriminatoire qui renforce l’idée d’une exclusion sociale des plus modestes qui n’ont pas les moyens financiers de renouveler leur véhicule ». Pour l’association, « il serait préférable de mettre en place une politique d’incitation au renouvellement des véhicules par le biais d’une prime à l’achat d’une auto d’occasion plus récente et moins polluante. »




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol