Archive pour le Tag 'Automobiles'

Page 3 sur 6

Automobiles États-Unis : baisse des ventes

Automobiles États-Unis : baisse des ventes

 

 

Une chute de des ventes liées essentiellement à un phénomène de saturation du marché. Environ 1,42 million de voitures neuves ont été écoulées aux Etats-Unis en juillet, en baisse de 7%, soit le cinquième mois de baisse d’affilée, a indiqué le cabinet Autodata. En rythme annuel corrigé des variations saisonnières (SAAR), au total 16,73 millions de voitures ont été vendues, en baisse de 6%% sur un an. Les trois grands constructeurs automobiles américains ont annoncé mardi une chute de leurs ventes de voitures en juillet en dépit des incitations financières, confirmant la saturation du marché. « Le marché continue à faiblir », avance GM, qui a enregistré 226.107 nouvelles immatriculations, en baisse de 15,4% contre un recul de seulement 10,8% anticipé. Le premier constructeur américain en termes de ventes se retrouve en outre avec un stock important et a par conséquent annoncé de nombreuses mesures, dont la fermeture temporaire de certaines usines et du chômage technique pour des salariés, pour le diminuer. « Nous avons décidé stratégiquement de réduire la production de voitures plutôt que d’accroître les promotions ou de brader les véhicules aux loueurs comme certains de nos rivaux », explique Kurt McNeil, le vice-président en charge des ventes. En attendant, GM n’est plus le troisième constructeur mondial, poussé hors du podium par l’arrivée tonitruante de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, qui s’installe au deuxième rang derrière Volkswagen et devant Toyota. Chez Ford, les ventes de voitures neuves ont diminué en juillet de 7,5% à 200.212 unités, et de 10% pour Fiat Chrysler à 161.477 voitures écoulées. Les attentes étaient d’un recul de respectivement 5% et 7%.

Automobiles France : hausse

Automobiles France : hausse

En juillet, avec 147.523 immatriculations de voitures particulières, les ventes de voitures neuves ont progressé de près de 11% sur un an (10,93%). Renault et Peugeot tirent ces ventes: le premier a vu ses ventes croître 13,08% et le second de 12,71% par rapport à juillet 2016. De son côté, le CCFA a revu ses prévisions de croissance sur l’année: les ventes devraient désormais augmenter de 3 à 4%, contre 2% initialement envisagés.

Pollution automobiles : BMW dément

Pollution automobiles : BMW dément

 

Le magazine Der Spiegel avait rapporté vendredi que BMW, Volkswagen, Audi et Porsche s’étaient peut-être entendus pour fixer les prix des systèmes de traitement des émissions de moteurs diesel. « Les voitures du groupe BMW n’ont pas été manipulées et sont conformes aux dispositions légales réglementaires », déclare le constructeur dans un communiqué. La Commission européenne a annoncé samedi que les autorités de la concurrence européennes enquêtaient sur ces allégations. De leur côté, les autorités allemandes ont appelé à la transparence et à des sanctions si les faits étaient avérés. Un porte-parole de BMW s’est refusé à tout commentaire. « Nous ne sommes pas au courant d’une enquête contre nous », a-t-il dit. Plusieurs constructeurs automobiles sont soupçonnés d’avoir triché sur les rejets polluants, depuis que Volkswagen a reconnu en 2015 avoir installé un logiciel truqueur sur ses véhicules aux Etats-Unis. BMW a rejeté les accusations selon lesquelles le système de traitement des émissions de ses diesels à la norme Euro 6 était inadéquat parce que les réservoirs d’AdBlue de ses véhicules – un additif qui permet de réduire les rejets polluants – étaient trop petits. Le constructeur bavarois a assuré que sa technologie pour les réservoirs Adblue, associée aux pots catalytiques, répondait à toutes les réglementations, ajoutant qu’aucun rappel ni mise à jour des logiciels pour les moteurs Euro 6 n’étaient nécessaires.

 

Émissions polluantes automobiles : Mercedes désigne aussi un bouc émissaire

Émissions polluantes automobiles : Mercedes désigne aussi un bouc émissaire

 

 

On sait que nombre  de constructeurs ont installé des logiciels afin de limiter l’ampleur des émissions polluantes lors des contrôles. Mercedes est aujourd’hui dans l’œil de la justice mais comme Volkswagen,  Ford aux États-Unis, Mercedes a décidé de s’en tirer en désignant des boucs émissaires. En fait on accuse un ou deux techniciens qui seraient seuls responsables de la manipulation alors que de toute évidence la direction non seulement était  au courant mais a encouragé le système truqueur. D’une certaine manière c’est le système classique de défense des grandes sociétés comme par exemple la Société générale qui a désigné un lampiste Jérôme Kerviel comme responsable de toutes les dérives spéculatives. Un système de défense évidemment scandaleux qui bénéficie en outre de la complicité de la justice qui accepte de faire porter le chapeau à quelques individus quand toutes les directions sont en réalité impliquées  Les constructeurs automobiles ont en fait misé une ambiguïté du droit européen pour neutraliser les systèmes à basse température. Dès lors, les ingénieurs ont dû installer un logiciel afin d’enclencher ou non les systèmes de dépollution, ce qui n’est pas sans rappeler la triche fomentée par le groupe Volkswagen. À ceci près que dans ce dernier cas, le logiciel servait à activer les systèmes de dépollution uniquement en cas de contrôle extérieur. « L’entreprise de Stuttgart aurait pendant presque une décennie, de 2008 à 2016, vendu en Europe et aux États-Unis des voitures avec un niveau d’émissions polluantes élevé et non autorisé », écrit le quotidien Süddeutsche Zeitung, qui a collaboré avec les chaînes régionales NDR et WDR. Selon le document que se sont procuré ces journaux, environ un million de véhicules pourraient être concernés. Sans entrer dans le détail, le parquet de Stuttgart avait déclaré le juillet avoir « toujours dit que le soupçon initial reposait sur une manipulation du traitement des émissions polluantes sur des véhicules diesel de Daimler ». Deux personnes seulement seraient dans le collimateur de la justice allemande. Il s’agirait de deux ingénieurs qui auraient travaillé sur le développement logiciel pour la motorisation diesel.

Automobiles Allemagne : fin du moteur à combustion en 2030 ?

Automobiles Allemagne : fin du moteur à combustion en 2030 ?

 

 

On sait que Nicolas Hulot en France a souhaité l’interdiction du moteur à combustion (essence ou diesel) à partir de 2040. De leur côté les écologistes allemandes demandent que cette fin intervienne dans leur pays dès 2030, une demande appuyée par les Länder. Une proposition très contestée par le lobby automobile et qui aura peut-être du mal à passer compte tenu du poids économique du secteur sur l’ensemble de l’économie. On comprend évidemment que l’industrie automobile allemande s’inquiète des conséquences sur la restructuration de son appareil de production. Le délai peut en effet paraître court surtout si l’on tient compte que l’Allemagne satisfait des besoins sur le marché intérieur mais aussi international. En cause sans doute aussi le fait que les véhicules électriques et éventuellement hybrides qui remplaceraient les moteurs à combustion classique connaîtraient une plus grande longueur de vie. Par conséquent le renouvellement du parc serait ralenti comme la  production sauf dans les premières années.  «Prendre la décision politique d’éliminer les moteurs à combustion serait une grave erreur stratégique», martèle Matthias Wissmann, président de l’association de l’industrie automobile allemande, la VDA. Son principal argument: l’emploi. En attendant cette éventuelle suppression le débat fait rage en Allemagne pour limiter l’utilisation des véhicules diesels dont les émissions polluantes ont été d’ailleurs très critiquées dans le monde entier Quelque 426.000 postes dans l’industrie automobile allemande et ses sous-traitants seraient concernés par une telle interdiction, soit 10 % des emplois industriels, évalue une étude de l’institut Ifo de Munich, commanditée par le VDA et présentée mardi à Berlin. Les PME seraient les plus «menacées», prévient Clemens Fuest, président de l’Ifo. En attendant cette éventuelle suppression le débat fait rage en Allemagne pour limiter l’utilisation des véhicules diesels dont les émissions polluantes ont été d’ailleurs très critiquées dans le monde entier.

Automobiles : hausse en mai

Automobiles : hausse en mai

Nouveau signe de l’amélioration de la conjoncture, le marché automobile français a repris des couleurs en mai et enregistré une croissance de 8,9% qui a en particulier profité au groupe Renault, dont les immatriculations de voitures particulières neuves ont bondi de 12,5%, selon les chiffres officiels publiés jeudi. PSA a néanmoins gardé la tête en volume d’un marché qui a absorbé au total 191.427 unités, les immatriculations de Peugeot, Citroën et DS progressant à un rythme moins élevé (+4,3%) que celles de la firme au Losange, a précisé le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) dans un communiqué. La nette hausse du marché par rapport au mois de mai 2016, après une chute technique due à deux jours ouvrés de moins en avril, permet de remonter la moyenne depuis le début de l’année: 904.352 automobiles neuves ont été mises en circulation dans l’Hexagone, une hausse de 3,35%, a noté le CCFA. Entre PSA et Renault, les groupes automobiles français ont régné en mai sur 54% de leur marché national, le premier importateur restant Volkswagen, qui en détient 13,25%. Les immatriculations du géant allemand ont crû de 11,4% le mois dernier mais restent dans le rouge sur cinq mois (-1%).

Automobiles Renault-Nissan numéro un mondial

Automobiles Renault-Nissan numéro un mondial

Selon le classement de Jato Dynamics, l’alliance Renault-Nissan a dépassé le géant allemand lors du 1er trimestre 2017 et talonne Toyota. Carlos Ghosn est bien parti pour gagner son pari d’entrer dans le Top 3 des constructeurs. L’Alliance Renault-Nissan, qui a vendu 8,53 millions de véhicules l’an dernier (+1%), pèsera avec MMC autour de 9,5 millions, se rapproche ainsi des ténors Toyota et Volkswagen (autour de 10 millions chacun) qui se disputent la première place mondiale et de l’américain GM. Lors du premier trimestre 2017, Renault-Nissan a réussi une remontée impressionnante en doublant à la fois General Motors et Volkswagen et en s’approchant très près du leader mondial qu’est Toyota. C’est ce que révèle Daprès un classement de Jato Dynamics publié par Forbes jeudi 27 avril, Renault pourraiat devenir premeier constructeur mondial.  Sur les trois premiers mois de l’année, le consortium dirigé par Carlos Ghosn a produit 2.658.019 voitures, soit une croissance de 13,1% alors que le géant allemand affiche 2.495.100 véhicules avec une baisse de 0,5%. Toyota reste en tête avec 2.707.251 véhicules, mais sa progression de 7.5% est très inférieure à celle de Renault-Nissan. Comme le note Forbes, l’alliance est le seul constructeur à afficher une progression à deux chiffres. l’alliance Renault, Nissan Mitsubishi pourrait bien devenir numéro un mondial en tout cas talonner sérieusement Toyota.. C’est donc une nouvelle opportunité qu’a saisie Carlos Ghosn de renforcer l’Alliance Renault-Nissan, laquelle contrôle également le premier constructeur auto russe Avtovaz (Lada). Renault détient 43,4% de Nissan, qui détient à son tour 15% (sans droits de vote) de son actionnaire tricolore.

Automobiles : + 8,5% en novembre

Automobiles : + 8,5% en novembre

 

 

Avec le bon chiffre de novembre la progression sur un an pourrait atteindre 5%. La progression est très sensible chez Renault mais en baisse chez Peugeot en novembre. Les immatriculations de voitures neuves en France ont augmenté de 8,5% en novembre en données brutes par rapport au même mois de 2015, a annoncé jeudi le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). Il s’est immatriculé 163.139 voitures particulières neuves le mois dernier en France. Sur 11 mois, la hausse du marché automobile français est de 5% en données brutes, avec 1.820.783 immatriculations, précise le CCFA. Sur le seul mois de novembre, les immatriculations du groupe PSA se sont contractées de 2,8%, avec des replis de 5,6% pour la marque Citroën et de 24,9% pour la marque DS alors que la marque Peugeot a progressé de 0,7%. Celles du groupe Renault ont en revanche bondi de 23,3%, avec une hausse de 16,8% pour la marque Renault et une envolée de 60,4% pour la marque low cost Dacia.

Croissance Etats Unis : baisse des ventes automobiles

Croissance Etats Unis : baisse des ventes automobiles

Un marché automobile en recul au mois de septembre qui confirme le ralentissemenet économique. La plupart des grands constructeurs automobiles ont fait état lundi de ventes en baisse aux Etats-Unis au mois de septembre malgré d’importantes remises consenties pour tenter de relancer la demande. Après la publication de leurs chiffres par les six leaders du marché, les livraisons du mois dernier apparaissent en baisse de 0,6% sur un an. Ford a particulièrement souffert avec des ventes en recul de 8% sur un an, à 204.447 unités. Fiat Chrysler a annoncé pour sa part un repli de 1% à 192.883 et General Motors une baisse de 0,6%, à 249.795. Contre la tendance, Nissan a vu ses ventes progresser de 5%, à 127.797, grâce notamment à une forte demande pour ses SUV et ses pick-up. Toyota affiche également une hausse, de 1,5%. Les ventes de Honda, par contre, sont pratiquement stables (-0,1%).  Les 24 économistes interrogés par Thomson Reuters s’attendent pour le mois de septembre à un chiffre global de 17,3 millions de véhicules vendus en rythme annualisé, en données corrigées des variations saisonnières, leurs estimations variant entre -0,8% et -2,5%. La plupart des analystes s’attendent à voir les ventes baisser sur l’ensemble de l’année après avoir battu leur record en 2015 avec près de 17,5 millions de véhicules écoulés. Pour faire face au rétrécissement du marché, les constructeurs ont de plus en plus recours à des primes à l’achat. Ils auraient dépensé en moyenne le mois dernier 3.923 dollars (3.448 euros) par véhicule neuf, battant ainsi le record de 3.753 dollars, qui date de décembre 2008.

Automobiles : en hausse…ralentie

Automobiles : en hausse…ralentie

Ralentissemenet du rythme de croissance en septembre. Les immatriculations de voitures neuves n’ ont augmenté de 2,5% au mois de septembre en données brutes par rapport à septembre 2015, a annoncé samedi le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) alors que la tendance sur 9 mois était de 5.7% la manifestation sans doute du tassement de la demande des ménages et donc aussi de la croissance.  Il s’est immatriculé 168.832 voitures particulières neuves le mois dernier. Les immatriculations du groupe PSA Peugeot Citroën affichent une baisse de 6,8% (à 44.833). Le groupe Renault affiche pour sa part une progression de 8,2% (45.343). Le groupe Nissan, affilié à Renault, affiche un déclin de 6,6% à 6.605. Dans ce marché en hausse, le diesel continue à perdre de la vitesse. Sa part de marché est tombée à 52,53% sur la période janvier-septembre, alors qu’elle était de 58,15% sur les neuf premiers mois de 2015, selon les données de la société Dataneo. Dans le même temps, la part des véhicules à essence est passée de 37,84% sur neuf mois en 2015, à 43,58% sur la période janvier-septembre 2016.

(Avec Reuters)

Automobiles d’occasion : près de la moitié de fraudes

Automobiles  d’occasion : près de la moitié de fraudes

Dans une enquête publiée auprès de 1 471 commerces, la DGCCRF a constaté 860 avertissements, 33 procès-verbaux pénaux et 114 dossiers contentieux. Parmi les manquements remarqués, les vendeurs ont notamment fait croire à leur client que le véhicule était une première main, en mettant en exergue la première immatriculation. Les infractions les plus courantes portent sur le kilométrage. Les spécifications et les catégories sont également l’occasion pour les commerçants de frauder. Acheter à une grande enseigne serait moins risqué pour le consommateur. « Les infractions majeures sont relevées chez les marchands et négociants indépendants », estime la DGCCRF. Les dérives constatées proviennent en majorité des commerçants indépendants mais les grandes marques comme les sites internet de vente de véhicules d’occasion en ligne ne respectent pas, eux non plus, la législation sur le commerce des véhicules de seconde main. Pour la DGCCRF, internet est souvent « le repaire de faux particuliers qui procèdent à un négoce clandestin de revente de véhicules d’occasion». En 2015, 5,56 millions de voitures d’occasion ont été vendues en France, soit trois fois plus que les véhicules neufs.

Automobiles États-Unis : tassement

Automobiles États-Unis : tassement

Après la chute des immatriculations constatée en zone euro et en particulier en France, ce sont les États-Unis qui sont touchés avec une nette dégradation de la croissance. Tassement qui s’inscrit dans la tendance générale de l’activité économique. On attendait 2, 6 % mais selon des données publiées vendredi par le département du Commerce, le produit intérieur brut (PIB) a augmenté seulement de 1,2% en rythme annualisé sur la période avril-juin.  la croissance de l’activité manufacturière dans la région de Chicago a ralenti moins que prévu en juillet après avoir progressé le mois précédent à son rythme le plus soutenu depuis 18 mois, montre l’enquête mensuelle auprès des directeurs d’achat. L’indice PMI de Chicago est resté pour le deuxième mois de suite au-dessus de la barre des 50, qui sépare la croissance de la contraction de l’activité économique, en ressortant à 55,8 ce mois-ci contre 56,8 en juin et 49,3 en mai. Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé un indice à 54,0.Les ventes automobiles aux Etats-Unis, elles,  sont restées soutenues en juillet, les ménages ayant continué à acheter des pickups et des SUV, mais les deux leaders du marché, General Motors et Ford, ont moins bien performé que prévu. Les titres GM et Ford perdaient respectivement 4,6% et 4,3% vers 19h20 GMT à Wall Street, plus gros volumes du marché, et Fiat Chrysler Automobiles (FCA) reculait de 4%, alors que le S&P 500 accusait une perte de 0,7%. Les trois constructeurs ont annoncé mardi des ventes inférieures aux attentes des analystes du secteur, alors que le N°3 du marché, Toyota Motor a fait mieux que prévu malgré un repli de 1,4% de ses ventes sur le mois. Les livraisons de General Motors, numéro un du marché américain, ont reculé de 2% à 267.258 unités, et celles de Ford, le numéro deux, ont baissé de 3% à 216,479 véhicules. Chacun des quatre modèles les plus vendus de Ford a perdu du terrain, y compris la SUV Explorer, dont les ventes ont chuté de 22%. Les ventes de FCA, le plus petit des « Big Three de Detroit » et le numéro quatre du secteur aux Etats-Unis, ont pour leur part augmenté de 0,3%. Ces données semblent confirmer la prévision faite la semaine dernière par le directeur financier de Ford, Robert Shanks, (avec Reuters)

Automobiles : les ventes plongent de près de 10 % en juillet

Automobiles : les ventes plongent de près de 10 % en juillet

Alors que les ventes s’étaient montrées particulièrement dynamiques depuis le début de l’année, elle chute dangereusement en juillet. Une baisse imputable à une différence de jours ouvrables mais aussi aux interrogations des consommateurs compte tenu des les incertitudes de la conjoncture. Les immatriculations de voitures neuves en France ont en effet reculé de 9,6% le mois dernier en données brutes par rapport à juillet 2015 mais affichent une progression de 6,1% sur les sept premiers mois de l’année 2016. A nombre de jours ouvrables comparable, les immatriculations automobiles ne ressortent qu’en légère baisse de 0,6% le mois dernier, selon les chiffres diffusés lundi par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).Parmi les groupes français, PSA voit ses immatriculations de voitures neuves baisser de 17,4% tandis que le groupe Renault limite son repli à 4,2%.  Parmi les constructeurs étrangers, le groupe Volkswagen, notamment, accuse un recul de 17,3% de ses immatriculations de voitures neuves en France et Nissan un recul de 23,1%. A l’inverse, les immatriculations du groupe BMW ont augmenté de 10,3%. Le CCFA espère finir l’année avec une progression globale de 5 %.

(Avec Reuters)

Automobiles : une consommation réelle supérieure de près de 2 l

Automobiles : une consommation réelle supérieure de près de 2 l

 

Opération vérité pour PSA qui a décidé d’avouer d’après ses propres essais que  la consommation moyenne de ses véhicules était en réalité supérieure en moyenne de 1,8 l par rapport à la consommation annoncée dans les brochures commerciales. Une révélation qui évidemment ne concerne pas seulement PSA. En moyenne la plupart des véhicules de toutes les marques consomment  en effet autour de 2 l en plus que prévu compte tenu des conditions réelles de circulation. Du coup avec cette révélation officielle il conviendra sans doute de revoir aussi la quantification des émissions polluantes. PSA Peugeot Citroën joue donc la transparence sur la consommation en carburant de ses véhicules. Fini les essais dans des conditions complètement déconnectées de la réalité, en laboratoire, avec des vitesses de pointe d’escargot. Le constructeur français a décidé de mener lui même ses propres essais, en collaboration avec des ONG comme France Nature Environnement.
Pour mesurer cette consommation, les voitures roulent sur une quarantaine de kilomètre, sur autoroutes, nationales, départementales ou en plein centre-ville. PSA prend aussi en compte le nombre de passagers, les bagages et l’utilisation de la climatisation par exemple. Et c’est le grand écart avec les tests en laboratoire, c’est à dire ce qui font office d’homologation en Europe. En moyenne, la différence entre la consommation homologuée avec le test actuel est de 1,8 litre aux 100. La palme plus petit écart revient à la Peugeot 208 diesel qui consomme 4,7 litres en réel. Soit un 1,2 litre de différences. La plus grande différence est de 2,7 litres sur une 3008 essence. Alors le constructeur va tester une vingtaine d’autres modèles d’ici à la fin de l’année. Et va ensuite analyser les émissions d’oxyde d’azote dès l’an prochain. Légalement PSA ne peut pas afficher les résultats de ces tests à côté de ses modèles en concession ; seule la norme actuelle est légale et officielle. Néanmoins, le constructeur va divulguer ses infos sur internet.

 

RTL

Les ventes automobiles confirment le tassement économique aux États-Unis

Les ventes automobiles confirment le tassement économique aux États-Unis

 

En rythme annuel les ventes d’automobiles aux États-Unis sont inférieures à celles de l’année précédente. Quand on connaît l’importance du secteur automobile dans l’économie américaine cela confirme l’assez net  tassement de la croissance outre atlantique. Les grands constructeurs ont écoulé des nouveaux véhicules au rythme annualisé, ajusté des variations saisonnières, de 16,66 millions d’unités, selon le cabinet Autodata, après 17,45 millions en mai et 17,47 millions en juin 2015. Ce chiffre est également inférieur au consensus qui était à 17,2 millions. Toyota Motor, General Motors et Volkswagen ont vu leurs ventes baisser le mois dernier. GM, le numéro un américain du secteur, a vu ses ventes chuter de 6,1% en juin à 255.210 véhicules, conséquence de la baisse de ses marques Buick et GMC. Mais l’économiste en chef du groupe, Mustafa Mohatarem, a déclaré que les taux d’intérêt historiquement bas, la stabilité des prix des carburants, la hausse des salaires et la situation de quasi-plein emploi devraient favoriser la hausse des ventes au second semestre. Les ventes de Volkswagen aux Etats-Unis, qui restent affectées par le scandale de trucage des tests de pollution de ses voitures diesel, ont chuté de 21,8% à 23.809 unités. Toyota a vu les siennes reculer de 5,6% à 198.257 unités, en raison notamment d’un recul de ses ventes de berlines de luxe.

(Avec Reuters)

Immatriculations automobiles : première augmentation depuis quatre ans

Immatriculations automobiles : première augmentation depuis quatre ans

Les immatriculations de voitures neuves ont augmenté de 12,5% en données brutes le mois dernier en France par rapport à décembre 2014, permettant au marché automobile français de signer sa première véritable hausse annuelle depuis quatre ans. Il s’est immatriculé le mois dernier dans l’Hexagone 183.726 voitures particulières neuves, selon des chiffres publiés vendredi par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). Décembre 2014 et décembre 2015 ont eu chacun 22 jours. Sur l’ensemble de 2015, le marché automobile français ressort en hausse de 6,8% avec 1.917.232 immatriculations de voitures particulières. Le CCFA tablait depuis l’automne sur une progression de 4 à 5%. (Reuters)

Automobiles : 40% en moins dans 20 ans ?

Automobiles : 40% en moins dans 20 ans ?

 

(Patrick Pelata,ancien numéro 2 de Renault interview dans challenges)

« L’auto est sous pression. Paris est l’une dix villes les plus polluées du monde.  Il faut savoir que l’auto, c’est 16% des émissions dans le monde, 20% si l’on ajoute les utilitaires légers. 50% des particules, 27% des oxydes d’azote, proviennent à Paris des voitures et utilitaires. La France ne suit pas les règles européennes avec les oxydes d’azote, notamment le dioxyde d’azote très polluant.  Certes, des progrès énormes ont été enregistrés. Les voitures neuves émettent 10 à 12 fois moins d’oxydes d’azote qu’avant 2000.  Mais ce n’est pas suffisant, clairement. Et les voitures de demain devront être beaucoup plus propres.  Toyota s’est ainsi engagé à diviser par dix les émissions de ses véhicules d’ici à 2050. Avec une extinction à terme des moteurs classiques Alors, quelles motorisations pour demain ? Sur les neuf premiers mois 2015, il s’est déjà écoulé 137 000 véhicules électriques en Chine, 120 000 en Europe dont 18.000 en France, 82 000 aux Etats-Unis. En Chine, c’est parti. Je suis toutefois malheureux de voir la France prendre du retard à cause de l’absence de bornes de recharges. La France est derrière la Suède, la Norvège, les Pays-Bas, pourtant bien plus petits. Les batteries s’améliorent à grande vitesse. Elles coûtaient 5 à  600 dollars par kW/h quand j’étais chez Renault. On est descendu à 145 dollars, selon GM, 100 dollars d’après Tesla. Avec une multiplication par dix de la densité de l’énergie à l’horizon. Ca éliminera dans les 5 à 10 ans le problème de l’autonomie des voitures électriques. Si cette tendance se confirme, les prix vont encore baisser. Si  la capacité des batteries augmente si vite, ça peut rendre l’hydrogène non nécessaire.  C’est une nécessité. Si la Chine continue de se développer même à + 6% par an, elle rejettera trois fois plus de CO2,  nécessitera trois fois plus de surface de routes, de rues. Il faut donc également un nouveau modèle de transport. Ce n’est pas seulement le problème des motorisations des véhicules.  GM, Mercedes, Nissan sont très avancés dans la conduite autonome. Mais l’approche de Google et Uber est différente. Ils ont déjà fait 2 millions de kilomètres de tests (Google). Certes, les nouvelles technologies vont coûter cher. Mais, pour un Uber, ce n’est pas grave, car le coût d’automatisation sera inférieur à celui d’un chauffeur. Dans cinq ans, on y sera à la conduite autonome. Et il y aura des nouveaux entrants qui vont transformer le mode d’utilisation de l’auto. Les nouveaux entrants qui viennent du monde extra-automobile amènent  une pression forte, pour la première fois dans l’histoire de l’automobile. Tesla, qui vient du monde des nouvelles technologies,  Apple, Google, Uber sont ces nouveaux entrants. Si le prix des batteries baisse, Uber et Google réussiront leur pari. Ca devient quoi ? On gardera sans doute l’automobile particulière pour un usage en famille. Pour le reste, il y aura une application mobile.  On pourrait même imaginer des applications où on se retrouverait à 5 ou 6 par voiture. Alors, le coût de ces applications sera inférieur à celui des transports en commun.  Du coup, la demande et donc la production de voitures commencera à baisser en 2020 dans le monde. Elle pourrait chuter d’ici à 2035 de 40%, selon Barclay’s. Il y aura de moins en moins de voitures, et donc d’usines automobiles ».

 

 

Automobiles : le truquage de la consommation et de la pollution

Automobiles : le truquage de la consommation et de la pollution

 

 

 

Pour la pollution le truquage concerne toutes les marques de diesel puisque l’Europe vient d’autoriser le doublement des normes. S’y ajoutait la manipulation de Volkswagen avec un logiciel destiné à faire baisser les émissions polluantes pendant les contrôles. Mais comme pour la pollution, les chiffres de  consommation en carburant annoncés par les constructeurs sont bidon. Le dépassement en matière de consommation est en moyenne de près de 40%. D’après auto-plus, il faut ajouter près de 2 litres au cent à la valeur annoncée par le constructeur. Les nouveaux moteurs diesels sont les plus épinglés, que ce soit du côté de BMW, de Renault, de Volkswagen ou encore de PSA. L’écart vient donc des tests et de la vraie vie. Une différence qui n’épargne pas les essences.  Mais le pire concerne les moteurs hybrides. Elles profitent des kilomètres parcourus en mode tout électrique pour abaisser artificiellement le chiffre de leur consommation moyenne. L’écart peut grimper jusqu’à 275%, ce qui est le cas, selon Auto Plus, pour l’Opel Ampera. Les marques japonaises marquent un bon point tout de même, puisque 1 modèle sur 5 affiche un écart inférieur à 25%.

 

 

 

automobiles : Consommation carburant : compter deux litres en plus qu’annoncés par les constructeurs

Comme pour la pollution, les chiffres de  consommation en carburant annoncés par les constructeurs sont bidon.  D’après auto-plus, il faut ajouter près de 2 litres au cent à la valeur annoncée par le constructeur. Les nouveaux moteurs diesels sont les plus épinglés, que ce soit du côté de BMW, de Renault, de Volkswagen ou encore de PSA. L’écart vient donc des tests et de la vraie vie. Une différence qui n’épargne pas les essences.  Mais le pire concerne les moteurs hybrides. Elles profitent des kilomètres parcourus en mode tout électrique pour abaisser artificiellement le chiffre de leur consommation moyenne. L’écart peut grimper jusqu’à 275%, ce qui est le cas, selon Auto Plus, pour l’Opel Ampera. Les marques japonaises marquent un bon point tout de même, puisque 1 modèle sur 5 affiche un écart inférieur à 25%.

 

Consommation automobiles : compter deux litres en plus qu’annoncés par les constructeurs

Consommation automobiles : compter deux litres en plus qu’annoncés par les constructeurs

Comme pour la pollution, les chiffres de  consommation en carburant annoncés par les constructeurs sont bidon.  D’après auto-plus, il faut ajouter près de 2 litres au cent à la valeur annoncée par le constructeur. Les nouveaux moteurs diesels sont les plus épinglés, que ce soit du côté de BMW, de Renault, de Volkswagen ou encore de PSA. L’écart vient donc des tests et de la vraie vie. Une différence qui n’épargne pas les essences.  Mais le pire concerne les moteurs hybrides. Elles profitent des kilomètres parcourus en mode tout électrique pour abaisser artificiellement le chiffre de leur consommation moyenne. L’écart peut grimper jusqu’à 275%, ce qui est le cas, selon Auto Plus, pour l’Opel Ampera. Les marques japonaises marquent un bon point tout de même, puisque 1 modèle sur 5 affiche un écart inférieur à 25%.

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol