Archive pour le Tag 'aussi'

Page 3 sur 19

Ukraine : pour un boycott aussi de la Chine !

Ukraine : pour un boycott aussi de la Chine !

 

Aujourd’hui doit se tenir vendredi 1er avril un sommet entre la Chine et l’union européenne. Au menu des discussions notamment la situation de guerre en Ukraine. L’union économique tentera de persuader la Chine de ne pas soutenir Poutine dans son entreprise de destruction de l’Ukraine. Jusque-là en effet la Chine a adopté une position très ambiguë en refusant de condamner Poutine et en même temps en défendant sa conception très étriquée de la démocratie. Peut-être même la Chine pourrait s’inspirer de Poutine pour annexer prochainement Taiwan.

De leur côté , les responsables de l’union économique européenne ont fait preuve de beaucoup trop de bienveillance vis-à-vis de la puissance chinoise qui s’assoit allègrement sur les règles de concurrence internationale et qui comme Poutine méprise la démocratie.

La seule réponse à terme de l’union européenne est de s’abstenir de tout commerce international avec ce pays aussi hors  la loi que la Russie. L’occasion aussi de relocaliser des productions qui n’ont rien à faire à des milliers de kilomètres des zones de consommation. Charles Michel et d’Ursula von der Leyen, par écrans interposés, ce vendredi 1er avril. Le président de la seconde économie mondiale tentera d’amadouer les dirigeants de son premier partenaire commercial en promettant un rôle «constructif» dans la crise ukrainienne, afin de dissiper le malaise provoqué par son soutien tacite à Vladimir Poutine, et de prévenir un repli des investisseurs européens du marché chinois.

Le premier ministre Li Keqiang entonnera la chanson du «gagnant-gagnant», plaidant pour une relance des relations commerciales, en appelant les Vingt-Sept à affirmer leur «autonomie stratégique» face aux États-Unis, alors que la guerre en Ukraine resserre la relation transatlantique et attise le complexe d’encerclement à Pékin. Le Vieux Continent doit «abandonner la mentalité de guerre froide» en vigueur à Washington. Mais on pourrait reprocher à Pékin d’entretenir en permanence un climat de guerre tiède

Total doit-il aussi quitter l’Ouganda ?

Total doit-il aussi quitter l’Ouganda ?

 

Collectif

Le député Matthieu Orphelin, rejoint par dix-sept autres députés issus de sept groupes parlementaires, dénonce, dans une tribune au « Monde », le fait qu’en Afrique, TotalEnergies continue comme en Russie, à favoriser l’exploitation des énergies fossiles au détriment des droits humains et de l’environnement.

 

Tribune.

 

Alors que Vladimir Poutine a déclenché une guerre aux portes de l’Europe, TotalEnergies garde la majeure partie de ses activités et investissements en Russie. Pour la multinationale française, les profits issus des énergies fossiles, et notamment des projets Yamal LNG et Arctic LNG 2 dans lesquels elle est impliquée semblent plus importants que de contribuer à arrêter la guerre et sauver des vies en Ukraine.

Pour la multinationale française, les profits passent avant la paix. En Afrique, de la même manière qu’en Russie, TotalEnergies persiste à favoriser l’exploitation des énergies fossiles au détriment des droits humains et de l’environnement, particulièrement en Ouganda et en Tanzanie à travers les projets Tilenga et EACOP.

Les projets Tilenga et EACOP, c’est 190 000 barils par jour et le plus grand oléoduc chauffé au monde (1 443 km). Il traversera deux pays, de nombreuses réserves et aires protégées, il menace d’extinctions des espèces classées sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et menace de contamination les deux plus grandes réserves d’eau douce d’Afrique de l’Est, les lacs Victoria et Albert, menaçant ainsi l’accès à l’eau potable et à la nourriture pour plus de 40 millions de personnes.

C’est pourquoi, avec des députés de différents groupes politiques, nous avons reçu et écouté à l’Assemblée nationale, celles et ceux qui là-bas luttent chaque jour pour protéger leur droit à vivre dignement, et notamment leurs droits à un environnement sain, à l’eau potable et à vivre sur leurs terres. Cette délégation de la société civile ougandaise nous raconte que plus de 100 000 personnes ne peuvent plus cultiver leur terre librement, et ce depuis trois ans, alors qu’elles n’ont même pas encore reçu de compensations de la part de la multinationale.

De plus, des journalistes subissent des pressions et sont entravés dans leur travail par des personnes associées à la major pétrolière, ainsi que des Etats ougandais et tanzanien. Des activistes et des leaders communautaires défendant leurs droits et ceux des communautés dont ils font partie sont menacés, intimidés, arrêtés et harcelés au quotidien.

En 2020 et 2021, plusieurs rapporteurs spéciaux des Nations unies ont interpellé l’entreprise ainsi que les gouvernements français et ougandais au sujet des atteintes et risques d’atteintes graves aux droits humains et à l’environnement engendrés par ce méga-projet pétrolier de la multinationale française. Le gouvernement français n’a pas daigné répondre sur le fond, alors que les violations continuent, s’aggravent et se multiplient.

Poutine: criminel de guerre pour les Croates aussi

Poutine: criminel de guerre pour les Croates aussi

 

Pendant que certains pays occidentaux comme la France ne cessent de manifester une bienveillance complice vis-à-vis de Poutine, le président américain a mit les pieds dans le plat en considérant Poutine comme un criminel et en souhaitant son départ. Même chose pour la Croatie. Du coup Moscou dénonce les propos « absolument inacceptables » du chef de la diplomatie croate, Gordan Grlic Radman, qui a affirmé que le président russe Vladimir Poutine avait « commis des crimes de guerre » en Ukraine. Dans un communiqué, l’ambassade russe en Croatie déplore un « comportement irresponsable » du dirigeant croate, « dévastateur » pour les relations entre deux pays.

Dans les milieux d’affaires et chez les experts politiques auto proclamés en milite en faveur d’un langage très châtié vis-à-vis de Poutine afin de ne pas rompre les relations et accessoirement favoriser le moment venu la reprise du business.

Macron se fait le champion des relations privilégiées avec Poutine alors que ces derniers le considèrent comme quantité négligeable et qu’il n’a jamais accepté la moindre négociation avec qui que ce soit. Pour preuve le criminel Poutine agit de la même manière en Afrique, au Moyen-Orient en Europe. Il ne négocie jamais, écrase la population y compris les siennes s’il le faut.

Comme l’indique Biden, Poutine mérite bien le titre de boucher en même temps que de dictateur fou. Il faut en effet être dément affamé ainsi est tué des populations. Et ceci vaut même en Russie ou la dictature écrase toute opposition en même temps qu’elle tue l’économie et le niveau de vie .

L’invasion russe en Ukraine est une « répétition » de la Syrie avec une « multiplication des crimes de guerre » depuis plus d’un mois de conflit, a alerté Amnesty International lors de la présentation ce mardi à Johannesburg de son rapport 2021-2022.

« Ce qui se passe en Ukraine est la répétition de ce qu’on a pu voir en Syrie », a déclaré la secrétaire générale de l’ONG, Agnès Callamard. « Nous sommes dans des attaques intentionnelles d’infrastructures civiles, d’habitations », des bombardements d’écoles, a-t-elle fustigé, accusant la Russie de permettre des couloirs humanitaires pour les transformer en un « piège mortel ».

Mali: la dérive de Poutine aussi

Mali: la dérive de Poutine aussi

 

Les autorités maliennes ont annoncé le 18 mars « suspendre » la diffusion des programmes de Radio France internationale (RFI) et de France 24. Au moment où des mercenaires russes défendent le pouvoir en place à Bamako, cette censure des médias français laisse le champ libre à Moscou pour investir l’espace médiatique et continuer de déstabiliser l’Afrique.(papier du « Monde »).

 

 

Vitrine de la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest après la fin d’une longue dictature en 1991, le Mali a commencé à se décomposer dans les années 2010, affaibli par la corruption de son régime et ébranlé par une rébellion touareg alliée aux islamistes, renforcée par les combattants et les armes « libérés » par la chute du colonel Kadhafi en Libye. L’intervention militaire française, déclenchée en 2013 à la demande de Bamako, a sans doute empêché le pays de tomber, jusqu’à présent, entre les mains des djihadistes.

Mais son échec, sanctionné par la décision de retrait annoncée le 17 février par Emmanuel Macron, accélère le raidissement de la junte qui a pris le pouvoir en mai 2021, dans le sens d’une rupture brutale avec la France, d’un rapprochement avec la Russie et d’un écrasement des libertés.

La décision, annoncée le 18 mars par les autorités maliennes, de « suspendre » la diffusion des programmes de Radio France internationale (RFI) et de la chaîne France 24 est la dernière en date des manifestations de cette inquiétante dérive. Le motif invoqué par les militaires maliens est la retransmission de reportages où s’expriment des victimes d’exactions commises par l’armée malienne et, probablement, par des mercenaires du groupe privé russe Wagner. Or ces actes de torture et ces meurtres visant des civils sont documentés tant par le Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations unies, qui les a qualifiés de « graves violations du droit international », que par des enquêtes du Monde et de Jeune Afrique.

La coupure des émissions des chaînes françaises accusées par la junte de chercher à la « déstabiliser » s’inscrit dans un climat marqué par la multiplication des menaces visant à faire taire toutes les voix critiques et les opposants. Les militaires au pouvoir, qui ont privé d’accès aux soins l’ancien premier ministre Boubèye Maïga qu’ils avaient fait incarcérer, ont une part de responsabilité dans son décès, lundi 21 mars.

Alarmante, l’atteinte à la liberté d’information cible aussi les médias maliens, auxquels les militaires interdisent de relayer les enquêtes de RFI et de France 24. Le silence imposé à ces médias très populaires vise à priver les Maliens d’informations fiables, pour mieux imposer la propagande antifrançaise des militaires et leur alliance avec Moscou.

De fait, la censure des programmes français marque une nouvelle avancée de l’influence russe en Afrique de l’Ouest. La junte malienne joue sur la frange de l’opinion prompte à justifier sa décision par le « précédent » que constituerait l’interdiction par l’Union européenne des outils de propagande russes que sont RT et Sputnik, au titre de sanction contre l’agression de l’Ukraine. Alors que des mercenaires russes défendent le pouvoir en place à Bamako, la coupure de RFI et de France 24 laisse le champ libre à Moscou pour investir l’espace médiatique laissé vacant.

Le refus de certains pays africains de condamner la guerre en Ukraine à l’ONU encourage la Russie à pousser ses pions en Afrique en cherchant à attiser la colère contre l’ex-colonisateur. Dans les années 1950-1990, la guerre froide Est-Ouest a alimenté les conflits en Afrique. Le retour d’un climat comparable ne fait que compliquer l’équation de la politique de la France à l’égard de l’Afrique. S’ajoutant aux appétits chinois et à l’agressivité des djihadistes, les ambitions de Vladimir Poutine, accueillies avec bienveillance par certains Africains, pèsent désormais aussi sur le continent.

Acier et minerai : les prix s’envolent aussi

Acier et minerai  : les prix s’envolent aussi

 

Du fait de la guerre en Ukraine notamment, nouveau record du prix de l’acier.  Le cours de la bobine d’acier laminé à chaud s’est affiché lundi dans la journée à 1.400 dollars la tonne sur le marché au comptant, conséquence des incertitudes liées à l’évolution de la guerre en  Ukraine.

« Sur les 8,39 millions de tonnes d’acier semi-fini importées dans l’UE et au Royaume-Uni, au cours des onze premiers mois de l’année dernière, plus de 85% provenaient de Russie, d’Ukraine et de Biélorussie », soulignait récemment le cabinet d’études britannique spécialisé sur le marché de l’acier, MPES International.

Quant au minerai de fer, il pourrait lui aussi voir son marché à nouveau sous tension. Les prix s’étaient hissés à un record de près de 213 dollars la tonne en juillet 2021 avant de chuter pour évoluer ce lundi à 145 dollars la tonne sur le marché chinois. « Les mineurs russes et ukrainiens occupent les 5e et 7e places en termes de production mondiale de minerai de fer. La valeur du minerai de fer a augmenté d’environ 20 dollars la tonne depuis le début de la guerre. » 

Enfin, il y a la hausse des coûts de fret maritime qui devrait exercer une pression supplémentaire, en raison de la flambée des prix du pétrole, mais aussi par la diminution des destinations, les compagnies maritimes se préparant elles aussi à réduire aussi l’acheminement des matières premières en provenance de pays sanctionnés.

Rachida Dati assassine aussi la maire de Paris

Rachida Dati assassine la maire de Paris

Rachida Dati n’a cessé depuis le début de la campagne présidentielle d’assassiner la candidate de son parti Valérie Pécresse. Désormais elle s’attaque même à la maire  de Paris Anne Hidalgo. En fait elle revendique cette place de maire de Paris tout autant que celle de responsable du parti républicain. La mondaine parvenue par les chemins de la courtisanerie oligarchique n’a guère de complexes pour assurer sa propre promotion y compris en dépit de ses gamelles judiciaires relatives par exemple au financement indu reçu de Renault !

 

Quel dossier vous semble prioritaire pour la capitale?

Tous, car cette mandature, c’est le chaos dans tous les secteurs. La justice est même saisie sur des dossiers municipaux douteux. Circuler à Paris à vélo, à pied ou en voiture, est devenu un enfer. Les Parisiens sont dépossédés de leur qualité de vie. Près de 10% de la voirie est inaccessible de manière permanente en raison des chantiers menés sans contrôle ou par des occupations illégales.

 

Quel bilan faites-vous de l’action d’Anne Hidalgo sur la sécurité, la propreté et la gestion de l’espace?

Comme la grande majorité des Parisiens, négatif! Paris c’est la bétonisation à outrance, c’est le département le plus criminogène de la France métropolitaine, c’est la saleté et les embouteillages. 

La confiance dans la monnaie dépend aussi de l’état démocratique

La  confiance dans la monnaie dépend aussi de l’état démocratique 

Les mesures prises à l’encontre de la Russie vont, à terme, réorienter les flux de devises sur le marché des changes, analyse l’économiste Barry Eichengreen dans sa chronique.

 

Chronique. 

 

Les sanctions contre la Russie en réaction à l’invasion de l’Ukraine ont interdit aux banques russes de faire des affaires en Occident ; certaines d’entre elles ont été coupées de Swift, le système de messagerie bancaire pour les paiements internationaux. Les titres et les dépôts de la Banque centrale russe ont été gelés, ce qui la rend incapable d’enrayer la chute du rouble. Elle n’est pas non plus en mesure d’agir en tant que prêteur en dernier ressort pour les institutions financières qui, comme la Sberbank, ont des obligations en devises étrangères. Ces mesures sont financièrement et économiquement dévastatrices, ce qui est précisément leur but.

Mais elles vont affecter à plus long terme le système monétaire international, en particulier le mode de détention des actifs étrangers par les Etats. Vont-ils chercher refuge en Chine, qui n’a pas sanctionné la Russie, et dans sa monnaie, le yuan ?

L’expérience récente suggère que non. Au cours des deux dernières décennies, la part du dollar dans les réserves de change identifiées dans le monde a certes diminué d’environ 10 %. Mais cette diversification n’a bénéficié que pour un quart au yuan et pour trois quarts à des monnaies telles que le dollar australien, le dollar canadien, la couronne suédoise et le franc suisse, facilement négociables. Combinées, elles constituent un agrégat de taille raisonnable et souple, car elles n’évoluent pas au même rythme que le dollar. Or tous leurs émetteurs, y compris la Suisse, soutiennent les sanctions contre la Russie : aucune d’elles n’est susceptible de servir de refuge aux gouvernements qui violent les normes internationales.

 

Si le recours au yuan est resté limité, c’est en partie parce que les obligations et les dépôts bancaires libellés dans la monnaie chinoise ne sont pas facilement accessibles aux investisseurs officiels étrangers, du moins dans les quantités appropriées. Les obligations « dim sum » (libellées en yuans et négociées à l’étranger et à Hongkong) et les dépôts bancaires en yuans à l’étranger sont accessibles, mais d’autres instruments le sont moins. Bien que les Bourses de Hongkong et de Shanghaï aient mis en place un système (Bond Connect) permettant aux investisseurs étrangers d’investir sur le marché obligataire interbancaire chinois, peu de banques centrales, voire aucune, figurent sur la liste des investisseurs autorisés à y participer.

Toutes les principales devises internationales et de réserve de l’histoire ont été la monnaie d’une démocratie ou d’une république où il existe des limites institutionnelles crédibles à l’action arbitraire de l’exécutif. Peu de gestionnaires de réserve seront enclins à mettre leurs portefeuilles d’actifs à la merci de Xi Jinping.

L’ Azerbaïdjan s’oppose aussi à Moscou

L’ Azerbaïdjan s’oppose aussi à Moscou

 

Bien avant que la Russie n’envahisse militairement l’Ukraine, l’Azerbaïdjan s’était rapprochée de cette dernière. Bakou est non seulement devenu un partenaire économique mais aussi un allié de Kiev, et le manifeste ces derniers jours. Par Sébastien Boussois, chercheur spécialiste du Moyen-Orient au CECID (Université Libre de Bruxelles) et l’OMAN (UQAM Montréal). ( dans la Tribune)

Tribune

Depuis le début de la guerre en Ukraine menée par la Russie, la communauté internationale fait front commun pour venir en aide au peuple et au gouvernement ukrainien. L’aide internationale commence à affluer de toutes parts aussi bien en termes humanitaires que militaires. Si l’Union européenne comme les Etats-Unis se sont engagés par milliards de dollars et d’euros et envoient déjà du matériel et des armes, d’autres pays de la région ou plus éloignés s’engagent fermement en faveur du pays agressé. Des pays comme la Pologne se sont engagés à accueillir des réfugiés. Quant à un pays plus éloigné comme l’Azerbaïdjan, dans la zone d’influence russe également, il est l’un des plus importants et parmi les premiers du Caucase à avoir promis de l’aide et déjà contribué à ce soutien. Car il y a une amitié forte entre les deux pays mais surtout des accords de coopération et de solidarité.

Cela confirme bien la bonne santé des relations aussi économiques de Kiev avec Bakou, qui s’élevaient en janvier dernier à plus d’un milliard de dollars. Objectif non dissimulé pour 2024 : les doubler, si le pays sort de la guerre évidemment. Si nous avons déjà basculé dans une autre dimension, il faut rappeler que lors d’une conférence de presse tenue entre le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev, il y a à peine un mois et demi, les deux dirigeants avaient heureusement aussi annoncé le renforcement de leurs accords de coopération. Notamment dans les secteurs de l’agriculture mais aussi de l’énergie.

A cette occasion, Zelensky en avait profité pour renouveler son soutien au partenariat stratégique entre les deux pays, qui garantissait protection et assistance mutuelle en cas d’agression extérieure ou d’atteinte à l’intégrité territoriale d’une des deux parties. Ce dernier ne pensait sûrement pas avoir à y faire appel aussi rapidement. Logiquement, Bakou a répondu rapidement présent à l’appel depuis le début de la guerre il y a cinq jours.

L’énergie faisant partie des priorités dans cet accord, l’action suivit rapidement le mot puisque le 26 février dernier, Zelensky tweetait en remerciant déjà l’Azerbaïdjan, d’avoir donné la consigne aux stations d’essence SOCAR (azerbaïdjanaises) présentes sur le sol ukrainien de fournir gratuitement les ambulances du pays en carburant. Mais ce n’est pas tout : des médicaments étaient également en cours d’acheminement ces derniers jours par avion depuis Bakou vers Kiev[1]. Le 27 février finalement, les premiers avions militaires azerbaïdjanais atterrissaient dans la capitale ukrainienne pour apporter non seulement des médicaments, comme prévu, mais également du matériel médical pour soigner les blessés[2].

Dans la capitale azerbaïdjanaise, le complexe immobilier symbolique des Flame Towers brille chaque soir aux couleurs du drapeau ukrainien jaune et bleu. Parallèlement, de nombreuses manifestations de solidarité à l’égard des Ukrainiens ont eu lieu ces derniers jours. Bien que les Ukrainiens soit chrétiens, les Azerbaïdjanais ont toujours eu pour tradition la tolérance religieuse et le soutien aux communautés nationales en difficulté. Il n’y a pas donc pas pour Bakou de soutien tacite à un pays par affinité religieuse en situation de crise, mais bien un soutien en fonction d’accords et de relations politiques fortes déjà préexistantes avec un pays tiers. Sous influence et emprise soviétique pendant des décennies, l’Azerbaïdjan a toujours cherché à garder sa liberté face à Moscou. Il y a probablement aussi de cela dans le soutien de Bakou à Kiev : délivrer un message à l’égard de la Russie et soutenir l’indépendance de tous les anciens satellites de l’ex-URSS.

Ukraine : le dictateur nord-coréen se réveille aussi

Ukraine : le dictateur nord-coréen se réveille aussi

L’autre dictateur fou de Corée du Nord ajoute sa touche personnelle au climat de guerre avec la reprise de tirs.

En janvier, la Corée du Nord avait effectué sept tirs, un nombre record en un mois, y compris celui de son plus puissant missile depuis 2017, alors que les négociations avec les États-Unis sont au point mort.

 

«Ils relancent la machine», a déclaré à l’AFP Shin Beom-chul, chercheur au Research Institute for Economy and Society.

«Ils se sont retenus de toute provocation pendant les Jeux de Pékin pour ménager leurs relations avec la Chine. Mais alors que l’intérêt des États-Unis s’est tourné vers l’Europe avec la crise en Ukraine et que le Conseil de sécurité s’avère incapable de fonctionner, Pyongyang a saisi l’occasion», a expliqué cet analyste.

Samedi, la Corée du Nord a jugé les États-Unis responsables de la guerre en Ukraine, dans sa première réaction officielle après l’invasion russe. «La cause profonde de la crise ukrainienne réside (…) dans l’autoritarisme et l’arbitraire des États-Unis», a affirmé un message publié sur le site du ministère nord-coréen des Affaires étrangères.

 

Du lithium aussi dans l’Allier

Du lithium aussi dans l’Allier 

Le lithium indispensable à l’électrification provient essentiellement de l’étranger pour des questions économiques mais aussi environnementales. En clair , les pays riches ont délocalisé aussi les effets externes négatifs. Pourtant il existe du lithium le plus généralement des terres et métaux rares un peu partout à condition d’en accepter les conditions économiques et les contraintes environnementales. C’est vrai en particulier pour le lithium présent notamment en Alsace mais aussi dans l’Allier.

 

L’enjeu est considérable puisqu’en l’état des technologies on ne peut se passer du lithium. Son prix a augmenté de 300 % sur un an !

 

Mais  leader mondial des minéraux industriels Imerys s’est montré extrêmement prudent quant à la possibilité d’exploiter rapidement son gisement minier de lithium situé à Beauvoir dans l’Allier. « Nous avons un projet en phase exploratoire minière et technique et, en 2022, nous avons l’intention de travailler sur le projet pour voir s’il peut avoir un sens économique et environnemental », a expliqué Sébastien Rouge, le directeur financier du groupe lors de la présentation des résultats 2021, cité par l’AFP, tout en précisant : « mais il n’y aura pas d’activité commerciale du lithium en 2022, nous devrons d’abord valider scientifiquement la présence et la quantité de lithium dans le gisement de kaolin. »

Le groupe s’est vu accordé par le gouvernement en 2021 une première prolongation jusqu’au 23 mai 2025 du permis exclusif de recherches de mines de lithium, étain, tantale, niobium, tungstène et béryllium dans le cadre du « Permis de Beauvoir ». Il a par ailleurs reçu l’année dernière « quelques centaines de milliers d’euros » de subventions publiques dans le cadre du plan de France Relance pour l’aider à exploiter ce gisement.

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a d’ailleurs confirmé cette orientation gouvernementale en déclarant ce jour dans Les Echos que  »lorsque nous avons du lithium sur place, il faut assumer de pouvoir l’extraire sur notre territoire parce qu’on va le faire dans de bonnes conditions. »

Les rivières aussi polluées les médicaments

Les rivières aussi polluées les médicaments

 Une étude publiée lundi 14 février dans la revue de l’Académie des sciences américaine ( PNAS ), permet de prendre conscience de l’ ampleur du phénomène. Selon elle, l’écrasante majorité des rivières étudiées sont contaminées par des résidus médicamenteux , et un quart des sites échantillonnés présentent même des niveaux de pollution supérieurs à ceux considérés comme sans danger pour les humains et les organismes aquatiques.

L’analyse des échantillons a porté sur 61 substances médicamenteuses parmi les plus couramment utilisées : antibiotiques , analgésiques, anti-inflammatoires, antihistaminiques, antidiabétiques, antidépresseurs, stimulants (comme la caféine). Et ces médicaments, consommés à travers le globe, ont pollué les rivières du monde entier, représentant « une menace mondiale pour l’environnement et la santé humaine », selon les auteurs de l’étude.

Agrégation Droit: Pour l’enseignement mais aussi la recherche

Agrégation Droit: Pour l’enseignement mais aussi la recherche

 

La leçon en vingt-quatre heures, épreuve du concours d’agrégation de droit défendue par certains juristes et qu’un projet d’arrêté gouvernemental veut supprimer, renforce les inégalités et méconnaît la juste place du droit, affirme, dans une tribune au « Monde », le professeur de droit public Antoine Corre-Basset.

 

Tribune

 

Les unités de formation et de recherche (UFR) de droit et de gestion sont-elles tombées bien bas, si leur éclat ne tient qu’à la persistance, comme ces étoiles déjà mortes mais qu’on voit encore, de la leçon de vingt-quatre heures ! On s’excuserait presque de porter sur la place publique un débat récurrent parmi les juristes (dont certains, et même les présidents de récents jurys d’agrégation, ont déjà mis en doute la pertinence de cette épreuve) : nous ne faisons cependant que répondre, et l’argumentation avancée par Jean-François Cesaro et Pierre-Yves Gauthier dans la tribune « L’amélioration du concours d’agrégation ne passe pas par son édulcoration » (Le Monde du 17 janvier) nous paraît, bien malgré eux sans doute, plutôt de nature à remettre en cause le système même du concours d’agrégation du supérieur.

Ramassons ces arguments : la leçon en vingt-quatre heures permettrait de vérifier que les candidats possèdent les qualités qui font un bon professeur. Celui-ci devrait savoir faire ressortir les enjeux juridiques de toute notion de manière pédagogique, sélectionner et animer une équipe et, accessoirement, terminer sa journée de travail après 16 h 30. Cependant, et contrairement à ce qu’affirment MM. Cesaro et Gauthier, l’épreuve est tout à fait impropre – ou, en tout cas, pas plus propre qu’une autre – à cette tâche.

Passons sur la résistance physique, qui n’est d’ailleurs pas réservée aux professions intellectuelles évoquées par nos auteurs. L’argument est si peu spécifique qu’on ose à peine l’évoquer : faut-il donc croire que, seuls parmi leurs pairs, les étudiants en droit, avant de passer l’agrégation (donc en particulier au moment de rendre leur mémoire de M2 puis leur thèse) n’ont jamais passé de nuit blanche à travailler et qu’il faille donc vérifier à l’article de la titularisation qu’ils ont bien cette capacité ?Ou bien doit-on comprendre que l’image idéale d’un enseignant en droit est celle d’un individu si mal organisé qu’il se rend systématiquement compte la veille au soir qu’il doit préparer un cours pour le lendemain ? Et lui saura-t-on gré, donc, de livrer à ses étudiants un résumé hâtif de lectures rapides plutôt que le fruit d’une réflexion de long terme sur un champ longtemps labouré ?

C’est que le rendu de la leçon en vingt-quatre heures n’est pas digne d’un cours en amphithéâtre. Il n’est rien d’autre qu’un exercice rhétorique, comme le sont toutes les leçons d’agrégations, qu’elles soient ou non, d’ailleurs, du supérieur. On y chercherait en vain le résultat d’une recherche, alors même que ce qui fait la spécificité des universitaires est d’être à la fois enseignants et chercheurs, et enseignants parce que chercheurs.

Hausse de fiscalité sur les carburants : les collectivités vont aussi se gaver

Hausse de fiscalité sur les carburants : les collectivités vont aussi se gaver

 

L’État profite largement de la hausse du prix des carburants grâce notamment aux taxes proportionnelles. Cependant une partie de la manne  revient aussi au collectivités publiques note un article de l’opinion.

L’accélération de la croissance a drainé une quinzaine de milliards d’euros de recettes supplémentaires : cinq milliards sur les ménages et 10 milliards sur l’impôt sur les sociétés. « On attendait 11 % à 13 % de hausse des bénéfices en 2021. Au final on sera plutôt sur +22 % ou +23 % », se félicite le ministre délégué aux Comptes publics, Olivier Dussopt.

Mais l’Etat n’est pas le seul à profiter de ce rebond. Grâce, notamment, au dynamisme de la TVA dont une partie est redistribuée aux collectivités, les recettes des régions devraient bondir d’un peu plus de 800 millions d’euros cette année, d’un peu moins de 800 millions pour les départements et de 400 millions d’euros pour les intercommunalités. A cela s’ajoute une revalorisation exceptionnelle de 3,4 % des valeurs cadastrales votée dans le projet de loi de finances pour 2022. Ces valeurs servent de base de calcul à la taxe foncière et la taxe d’habitation. La hausse, inédite depuis 1989, rapportera aux communes et aux intercommunalités plus d’un milliard d’euros supplémentaires. « La seule chose vraiment compliquée pour les collectivités en 2022 sera la baisse de 4 % de la CVAE », reconnaît Olivier Dussopt. Voir. La baisse ne dépassera 200 millions d’euros, loin des -10 % ou -15 % évoqués par certains l’année dernière.

Cette bonne fortune devrait permettre aux collectivités reconstituer un peu leur épargne brute, nécessaire à l’investissement. Elle permettra aussi de faire face à la hausse des coûts de l’énergie, qui inquiète les administrations publiques locales. La semaine dernière, Olivier Dussopt leur a assuré « suivre avec une attention toute particulière » la question. Mais il a écarté toute compensation, le temps « d’y voir plus clair ». Dans les couloirs de Bercy, on est plus cash. « Les collectivités vont se gaver en 2022 », résument certains. Peu probable donc qu’elles touchent quoi que ce soit de plus.

Crise ukrainienne : crise aussi de la faiblesse de l’union européenne

Crise ukrainienne : crise aussi de la faiblesse de l’union européenne

Confrontée à l’escalade des tensions entre Kiev et Moscou, l’Union européenne se repose sur les Etats-Unis tout en subissant un chantage au gaz de la part de la Russie. Il est indispensable de sortir de cette double dépendance, analyse la politiste Alexandra de Hoop Scheffer, dans une tribune au « Monde ».

Tribune.

Le président Biden se trouve aujourd’hui face au même dilemme que son prédécesseur Barack Obama en 2014 : il est arrivé à la Maison Blanche avec l’ambition de se concentrer sur la Chine, perçue comme le plus grand défi géopolitique pour les Etats-Unis, mais ce sont une nouvelle fois les enjeux de sécurité européenne et la Russie qui remobilisent Washington dans son rôle de « gendarme de l’Europe ».

Tirant les leçons de l’époque Obama, Joe Biden a accepté d’entamer des négociations sans précédent avec Vladimir Poutine. En associant les partenaires européens au processus de négociation, il cherche avant tout à les « responsabiliser » dans une crise qui menace leur sécurité avant tout, à défaut de pouvoir leur sous-traiter le rôle de médiateur – comme Barack Obama l’avait fait en 2014 en le déléguant à l’Allemagne. Washington réclame un partage du fardeau sur la défense collective et donc une prise en charge plus importante par les Européens de leur propre dissuasion.

C’est la proposition faite par le président Emmanuel Macron devant le Parlement européen le 19 janvier : « L’Europe doit enfin construire un ordre de sécurité collective sur notre continent. » Cela est d’autant plus important que la capacité de dissuasion américaine convainc de moins en moins. La volte-face du président Obama en Syrie, qui avait renoncé aux frappes contre les armes chimiques du régime à l’été 2013, marque un tournant géopolitique difficilement réversible. Les rivaux craignent moins les Etats-Unis et les alliés doutent de leurs engagements. La décision, poussée par le Pentagone, d’envisager parmi les options le déploiement de troupes américaines en Europe de l’Est et dans les pays baltes est une réponse à ces craintes.

La crise ukrainienne renvoie aussi les Européens à leurs vulnérabilités, lesquelles proviennent de leur double addiction, au leadership américain d’une part et au gaz russe d’autre part. L’Europe continue d’attendre tout des négociateurs américains, renforçant le mépris de Moscou à son égard, et subit le chantage énergétique de la Russie. Une stratégie de sortie de cette double dépendance est vitale pour l’Europe si elle veut pouvoir maîtriser ses frontières et son avenir politique. Cela dépendra en grande partie de l’Allemagne, dont les tergiversations de la nouvelle coalition gouvernementale nuisent, pour l’instant, à l’unité déjà fragile de l’Union européenne (UE) face à la Russie.La crise ukrainienne est un conflit asymétrique où, face aux lignes rouges de Vladimir Poutine, celles des Etats-Unis et des Européens paraissent rose pâle. La distinction ambivalente de Joe Biden entre « incursion mineure » et « attaque » russe en Ukraine et la réticence de l’UE à discuter de sanctions spécifiques à l’encontre de Moscou créent un flou stratégique peu convaincant et enhardissent Vladimir Poutine.

Covid France 26 janvier 2022 : hausse aussi des morts

Covid France 26 janvier 2022 : hausse aussi des morts

 

 

Des records ont été battus ce mardi 25 janvier avec le nombre de contaminations de plus de 500 000 en 24 heures, le nombre d’hospitalisés de plus de 30 000 et un nombres de décès toujours très important.

 

Concernant les décès à l’hôpital, la courbe ne cesse de grimper ces dernières semaines. Santé publique France rapporte 364 nouveaux décès liés au coronavirus recensés à l’hôpital pendant les dernières 24 heures.

 

En moyenne, les hôpitaux enregistrent maintenant 251 nouvelles victimes de l’épidémie chaque jour, contre une moyenne de 218 nouveaux décès par jour il y a une semaine. Au total, le bilan humain de la France s’établit à 129 386 morts au coronavirus depuis début 2020.

Covid France 26 janvier 2022 : record aussi d’hospitalisations

Covid France 26 janvier 2022 : record aussi d’hospitalisations

 

mardi 25 janvier 2022 deux  records notamment auront été battu:  celui des contaminations avec plus de 500 000 mais aussi le nombres d’hospitalisés qui dépassent les 30 000.

 

Le nombre de patients atteints par le Covid-19 hospitalisés repasse de nouveau au-dessus du plateau de 30 000. C’est la première fois depuis avril 2021. Précisément, 30 189 patients diagnostiqués Covid-19 sont hospitalisés en France ce mardi 25 janvier, soit 441 patients de plus que lundi. En revanche, tous ces patients ne sont pas forcément hospitalisés pour un traitement du Covid-19. Santé publique France ne dévoile pas encore quotidiennement la part précise des patients avec le Covid-19 à l’hôpital mais pour d’autres motifs.

 

Par contre du côté des services de soins critiques, la baisse se poursuit. 3 741 patients atteints par les formes les plus graves se trouvent dans ces services ce mardi, ils sont 35 de moins par rapport à la veille.

 

Parmi les pays les plus touchés la France dans le peloton de tête

 

Parmi les pays les plus touchés la France dans le peloton de tête 

Avec l’envolée des contaminations au cours des dernières semaines, la France se situe dans le polo donc de tête des décès  provenant du covid. Bien entendu ces statistiques peuvent être soumises à discussion tellement sont différents les systèmes statistiques et de santé dans chaque pays sans parler des considérations politiques .

Au 22 janvier la France a  enregistrée de l’ordre de 2000 décès pour 1 million d’habitants inférieurs à celui des États-Unis avec 2600, à celui du Brésil avec 2900, à celui du Royaume-Uni avec 2300 , à celui de l’Argentine avec 2600, inférieurs à la Colombie 2600, inférieurs à l’Ukraine avec 2400, inférieurs à la Belgique avec 2500 mais très supérieurs à celui de l’Allemagne, un pays comparable, avec 1300 décès par million d’habitants.

En cause sans doute ,les tergiversations sur la politique de prévention avec de nombreuses contradictions en France. Une politique sanitaire caractérisée d’une part par sa complexité d’autre part par son ambiguïté puisque le pouvoir en même temps annonce la fin prochaine de la pandémie et la levée des mesures au même moment où les statistiques s’envolent. Des annonces sans doute trop optimistes et la levée de mesures de protection trop prématurée.Le même phénomène qu’on a connu au cours de l’été 2021 !

Après le Mali, le chaos militaire aussi au Burkina Faso

Après le Mali, le chaos militaire aussi au Burkina Faso

Le coup d’État au Mali fait école et le chaos va aussi s’installer maintenant au Burkina Faso. Un pays également travaillé par des pays étrangers tout autant que par des rebelles islamistes. Et des militaires qui profitent de l’occasion pour s’approprier le pouvoir et l’argent qui va avec. Avec sans doute comme d’habitude, une promesse d’élections un jour ou l’autre. Bref des militaires au Burkina Faso comme au Mali ou ailleurs plus efficaces pour faire un coup d’État que pour combattre le terrorisme et rétablir l’État de droit dans le pays.Notons que la position de la France et de la force barkhane va s’en trouver encore davantage déstabilisée, de quoi plaire à certains pays étrangers comme la Chine, la Russie voir d’autres.

 

Des militaires en uniforme ont annoncé, lundi 24 janvier, avoir pris le pouvoir au Burkina Faso. Le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) « qui regroupe toutes les composantes des forces de défense et de sécurité, a ainsi décidé de mettre fin au pouvoir de M. Marc Roch Christian Kaboré ce 24 janvier 2022″, a annoncé le capitaine Kader Ouedraogo, entouré d’une quinzaine de militaires à la télévision publique.

Conséquence de ce coup de force initié dimanche par des mutineries dans des casernes du pays, les frontières terrestres et aériennes seront fermées à partir de minuit, le gouvernement et l’Assemblée nationale dissous et la constitution « suspendue ». Un couvre-feu est instauré de 21 heures à 5 heures sur le tout le territoire, a poursuivi Kader Ouedraogo qui lisait un communiqué signé du leader du MPSR, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, qui apparaît comme le nouvel homme fort du pays. Les militaires ont ajouté que « les opérations se sont déroulées sans effusion de sang et sans aucune violence physique sur les personnes arrêtées qui sont détenues dans un lieu sur dans le respect de leur dignité », sans mentionner de noms. Le MPSR s’est également engagé « à proposer dans un délai raisonnable (…) un calendrier de retour à un ordre constitutionnel accepté de tous ».

Entreprises : de nombreuses créations mais aussi de radiations

Entreprises : de nombreuses créations mais aussi de radiations

On se félicite en général et à juste titre du nombre de créations d’entreprises qui témoignent de la dynamique économique du pays. Le problème c’est qu’on est rarement en perspective le nombre de créations notamment vis-à-vis des entreprises qui disparaissent. Or en 2021 si un très grand nombre d’entreprises ont été créées, autour de 900 000 , dans le même temps 300 000 ont été radiées.

 

.Rien d’étonnant à cela car près de 75 % des nouvelles entreprises sont constituées de micros sociétés très fragiles dont beaucoup ne passent pas les deux ans d’existence. Le  conseil national des tribunaux de commerce a révélé ce vendredi 20 janvier lors d’un point presse que les radiations d’entreprises s’étaient envolées de 30% l’année dernière. Au total, plus de 310.000 entreprises ont été rayées du registre du commerce en 2021, soit 75.000 de plus qu’en 2020. Pour rappel, une entreprise peut être soit radiée « d’office » par le tribunal de commerce, soit à la suite d’une procédure collective ou alors de manière volontaire.

« L’explosion des radiations laisse à penser que les dirigeants ont pris la décision d’arrêter leur activité sans même avoir recours aux procédures de prévention ou de traitement des difficultés des entreprises à leur disposition, nous le regrettons » a déclaré la président du conseil national des greffiers des tribunaux de commerce, Sophie Jonval dans un communiqué.

Covid Europe: la France figure aussi en tête

Covid Europe: la France figure aussi en tête

  • En Europe, la France domine nettement en matière de contamination avec plus de 300 000 par 24 heures

 

  • Au Royaume-Uni, on compte 0 nouveaux cas en 24h, soit 15.106.910 cas au total depuis le début de l’épidémie. Le pays enregistre, ce vendredi 14 janvier 2022, 0 morts en 24h soit 151.804 morts au total. 99.938.136 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Allemagne, on comptabilise +92.223 nouveaux cas en 24h. Le pays compte, ce mercredi 12 janvier 2022, 7.835.451 cas recensés pour 115.337 décès (+286). 157.883.798 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Italie, on note +192.936 nouveaux cas ces dernières 24h. On compte +308 décès en 24h ce samedi 15 janvier 2022. Le nombre de décès est désormais de 140.856 au total depuis le début de l’épidémie. Le nombre total de cas recensés est de 8.549.450. 119.568.153 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Allemagne, on comptabilise +92.223 nouveaux cas en 24h. Le pays compte, ce mercredi 12 janvier 2022, 7.835.451 cas recensés pour 115.337 décès (+286). 157.883.798 doses de vaccin ont été administrées.
  • Au Danemark, on compte +25.751 nouveaux cas de contamination en 24h ce qui fait un au total de 1.056.389 cas. Le pays comptabilise 3.453 décès dont +20 ces dernières 24h. 12.736.242 doses de vaccin ont été administrées.
  • La Grèce enregistre +20.409 nouveaux cas en 24h soit 1.612.869 au total depuis le début de la pandémie. Le pays, qui comptabilise 21.732 morts dont +95 ces dernières 24h. 18.262.617 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Suède on compte, ce jeudi 13 janvier 2022, +25.079 nouveaux cas de contamination, soit au total 1.560.363 infectés et 15.482 décès dont 0 depuis le dernier bilan. 18.201.017 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Suisse, on compte +86 nouveaux cas en 24h pour un total de 1.659.306 cas. Le pays comptabilise 12.058 morts, dont 0 depuis la veille. 14.642.489 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Autriche, on compte +16.221 nouveaux cas soit 1.427.505 au total et +4 décès en 24h pour 13.463 décès au total ce vendredi 14 janvier 2022. 17.044.367 doses de vaccin ont été administrées.
  • Aux Pays-Bas on compte +31.853 nouveaux cas en 24h soit 3.532.768 cas au total. Le pays dénombre 21.148 décès dont +6 ces dernières 24h. 31.377.028 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Belgique, on compte +15 nouveaux cas de contamination en 24h ce qui fait un total de 2.410.731 cas ce vendredi 14 janvier 2022. Il y a eu +2 nouveaux décès ces dernières 24h soit désormais 28.589 morts au total. 16.944.977 doses de vaccin ont été administrées.
  • La Pologne compte actuellement 4.281.482 (+16.049) cas de contaminations et 101.841 (+422) morts dues au Covid-19. 49.362.965 doses de vaccin ont été administrées.
12345...19



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol