Archive pour le Tag 'aussi'

Page 19 sur 19

UMP : Copé le boutiquier veut aussi faire l’inventaire

UMP : Copé le boutiquier veut aussi faire l’inventaire

 

Copé ne veut pas laisser les ambitieux quadras faire seuls leur inventaire de l’EMP et de l’action de Sarkozy ; lui aussi veuet faire l’inventaire (sérieux, lui, à la différence  des autres et sans langue de bois ; de la part de Copé une vraie garantie !). Il faut se dépêcher car bientôt il ne demeurer pas grand-chose dans la boutique de l’UMP où les boutiquiers seront bientôt plus nombreux que les clients. Un inventaire d’un parti politique pourquoi pas ? Mais celui qui reste à faire est celui de la France et de son déclin (un thème peut-être pas trop porteur pour être élu ?).  Dans une interview à paraître samedi dans les journaux du groupe Nice-Matin, M. Copé, sans prononcer lui-même les mots « droit d’inventaire », pose deux règles « pour que ce débat se déroule dans la sérénité ».  Il demande d’une part qu’il ne se transforme pas « en procès personnel contre Nicolas Sarkozy et François Fillon qui ont ensemble gouverné la France pendant cinq ans ». Une façon de ménager celui qui reste la figure la plus populaire à droite, mais aussi celui qui fut son rival pour la présidence de l’UMP à l’automne dernier. : « Même si ce débat tire les enseignements du passé, il faut qu’il serve exclusivement l’avenir. C’est un point de départ incontournable pour retrouver la confiance des Français d’ici 2017″, ajoute M. Copé.  Alors qu’on lui demande s’il est frileux quant à un « droit d’inventaire » réclamé par plusieurs responsables de l’UMP, M. Copé répond : « Au contraire! Je considère qu’aujourd’hui les conditions sont réunies pour faire un travail sérieux et objectif : l’UMP ayant désormais une équipe dirigeante définitivement confortée par le vote massif des militants au mois de juin dernier, elle est en ordre de marche pour un dialogue sincère et sans langue de bois avec les Français ».  Le député-maire de Meaux « propose que ce débat ait lieu à l’UMP avec tous ceux qui le souhaitent et qu’il soit conclu au plus tard mi-octobre, afin de ne pas empiéter sur la campagne des municipales ».  Nous devons pointer du doigt ce que nous n’avons  pas osé faire et en tirer les conséquences. Mais nous dirons aussi aux Français : voilà ce que nous avions fait, les socialistes l’ont défait, regardez le résultat », ajoute-t-il.  Hervé Mariton, Gérald Darmanin, Patrick Devedjian ou Laurent Wauquiez sont sortis du bois au cœur  de l’été avec une préoccupation : dire haut et fort qu’il était temps de procéder à « l’inventaire » du précédent quinquennat pour mieux préparer le prochain.  Le plus virulent en ce mois d’août fut l’ancien ministre Laurent Wauquiez, fondateur du courant de la Droite sociale à l’UMP, qui dans une interview au Point a dressé un bilan quasi exhaustif de ce qui, à ses yeux, est à mettre à l’actif ou au passif de la décennie écoulée durant laquelle la droite a exercé le pouvoir. « En dix ans, on a sans doute amélioré le fonctionnement du pays mais on n’a pas redonné un vrai souffle ni interrompu la menace du déclin », y affirme-t-il notamment.  D’autres, comme Roger Karoutchi, ont mis en garde contre les risques de divisions supplémentaires au sein du parti. « L’inventaire divise, ne nous trompons pas de débat », a fait valoir le sénateur des Hauts-de-Seine.  Le 11 juillet, soit trois jours après la prestation très commentée de Nicolas Sarkozy devant le bureau politique de l’UMP, François Fillon avait invité ses troupes à « méditer le passé ». L’ancien Premier ministre doit faire sa rentrée le 28 août dans la Sarthe.

 

Politique business : le PS aussi

Politique business : le PS aussi

 

Le numéro un du Parti socialiste, Harlem Désir a dénoncé la « politique business » et le « mélange des genres » pratiqués par Jean-François Copé. Ce dernier avait participé à un forum international organisé le 23 juillet par le magazine Forbes au Congo. Lundi, c’est le ministre écologiste Pascal Canfin qui se disait « choqué », après les révélations publiées par Le Journal du dimanche sur la conférence rémunérée dans un forum économique privé à Brazzaville.  Ces critiquent pourraient bien avoir un effet boomerang contre le PS, comme le souligne le site de Challenges. L’hebdomadaire remarque que les noms de plusieurs personnalités PS apparaissent sur le site Speakers Academy, se tenant ainsi prêtes à monter sur scène, moyennant finance.  Le site présente ainsi cinq photos de personnalités encartées au Parti socialiste prêtes, selon cette société, à se livrer à cet exercice. Notamment Laurent Fabius, actuel ministre des Affaires étrangères, et Yamina Benguigui, ministre déléguée à la Francophonie. La société se propose d’établir un devis en fonction de la prestation souhaitée : séminaire, conférence, formation. Sous un grand bandeau titré « Les conférenciers les plus demandés » figurent aussi parmi bien d’autres personnalités du monde de la finance, du sport et de la politique, Ségolène Royal, vice-présidente de la Banque publique d’investissement (BPI), et d’anciens ministres socialistes très réputés, comme Jack Lang et Hubert Védrine.  En mai 2010, le journal L’Expansion, relayé par un article de L’Express, révélait que l’ex-candidate de la présidentielle de 2007 s’apprêtait à tarifer des conférences pour un montant compris entre 7 500 euros et 14 990 euros par l’intermédiaire de cette agence néerlandaise. Quelques heures plus tard, Ségolène Royal publiait un communiqué sur son site Désirs d’avenir indiquant qu’elle « n’avait jamais donné de conférence rémunérée pour Speakers Academy et qu’elle n’avait pas l’attention de le faire ». Depuis cette date, son profil reste néanmoins toujours actif sur le site de la société.

 

Trappes : « inacceptable » aussi pour Ayrault….. c’est tout ?

Trappes : « inacceptable » aussi pour Ayrault….. c’est tout ?

« Inacceptable », c’est le mot employé par les membres du gouvernement y compris hier par Ayrault. Il n’est sans doute pas besoin d’être membre du gouvernement pour porter ce jugement, on attend beaucoup plus de gouvernants  qui comme face au chômage semblent aussi tétanisés par l’éclatement des valeurs de la république et les atteintes qui y sont portées. La gauche si prompte à légiférer sur tout et sur rien ne sait pas répondre à e déni de légalité qui met en cause la république.    »Nous sommes dans un État de droit, dans une République et la loi doit être respectée par tous (…) C’est le rôle de la police, c’est le rôle de la justice d’y veiller. Les choses ne se règlent pas simplement d’un coup de baguette magique », a déclaré le Premier ministre, en marge d’un déplacement à Crolles, près de Grenoble, en ajoutant: « Et ce qui s’est passé ces derniers jours à Trappes, c’est inacceptable. »  Rappelant que « nous (étions) dans un État de droit », il a souligné que « la République doit rappeler sans cesse les règles, les faire appliquer, quand il le faut avec la plus grande sévérité ». « Mais, en même temps, la République doit tenir ses promesses et n’abandonner personne », a poursuivi le Premier ministre.   »Parfois, a-t-il dit, certains ont le sentiment d’abandon. Je ne cherche pas des excuses. Je dis simplement à ceux qui, à droite, se laissent aller à des slogans qu’ils ont été dix ans au gouvernement, confrontés à des problèmes beaucoup plus graves encore et qu’ils ont laissé des situations se dégrader encore plus dans certains quartiers dans certains villes. »  Jean-Marc Ayrault a « conseillé à la droite d’éviter de caricaturer et d’éviter de polémiquer sans cesse ».  Il a rappelé que, lors des émeutes de 2005, quand il était « dans l’opposition », en tant que président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, il avait « eu une attitude responsable ».   »Le ministre de l’Intérieur de l’époque a pris des décisions difficiles, il s’appelait Nicolas Sarkozy », a enchaîné le Premier ministre, ajoutant: « Je n’ai pas fait comme ceux aujourd’hui qui sont dans l’opposition en me laissant aller. »   »J’ai parlé pour apaiser, j’ai parlé pour soutenir quand c’était nécessaire. J’aimerais que l’opposition d’aujourd’hui soit aussi responsable que ce que nous étions hier », a conclu M. Ayrault.  Vendredi soir, des violences ont eu lieu à Trappes (Yvelines), à la suite d’un contrôle qui a dégénéré jeudi d’une femme portant un voile intégral sur la voie publique, ce qui est interdit depuis 2011.  Les nuits suivantes ont été émaillées de violences à Trappes et dans d’autres villes proches.  Lundi, le « calme (était) en train de revenir » à Trappes, selon le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls.

 

Budget 2014 : des économies mais aussi des impôts aussi en plus

Budget 2014 : des économies mais aussi des impôts aussi en plus

 

Les économies annoncées ne suffiront pas, il y aura aussi des impôts en plus. Le gouvernement défendra mardi lors du débat d’orientation budgétaire une réduction sans précédent des dépenses de l’Etat en 2014, une réponse aux critiques sur le flou présumé de sa stratégie qui risque de faire grincer des dents dans la majorité sans convaincre l’opposition. Le document préalable transmis aux parlementaires en vue du débat à l’Assemblée nationale détaille les 9 milliards d’euros qui seront économisés l’an prochain, cinq milliards restant à trouver dans les collectivités locales et le système de protection sociale pour tenir les engagements pris par Paris vis-à-vis de ses partenaires européens. Face aux moindres rentrées fiscales dues à une croissance défaillante, le chef de l’Etat s’est engagé à ne pas augmenter les impôts en 2013 et à de nouvelles mesures d’économies sur les deux années à venir. « La récession de ces derniers mois nous prive de toutes les rentrées fiscales espérées », a rappelé François Hollande dans une interview à Ouest France publiée lundi. Estimant qu’alourdir la pression fiscale en cours d’année « serait contradictoire avec la volonté d’accélérer la reprise », il ajoute : « Alors, nous prendrons de nouvelles mesures d’économies en 2014-2015″. La Commission européenne a accordé un délai de deux ans supplémentaires à la France jusqu’en 2015 pour ramener son déficit public sous les 3% du PIB tout en l’appelant à identifier des coupes dans les dépenses. La France avait auparavant présenté un programme de stabilité révisé prévoyant un net ralentissement de la progression des dépenses sur la période 2013-2017, dont un effort budgétaire de 20 milliards d’euros l’an prochain, concentré aux deux tiers sur les dépenses. La Cour des Comptes, qui a prévenu la semaine dernière que le déficit public serait cette année plus proche de 4% du PIB que des 3,7% prévus a mis en garde contre tout relâchement de l’effort prévu en 2014 et 2015, en particulier sur les dépenses.

 

Ayrault-TGV : « la droite a menti » ; la gauche aussi !

Ayrault-TGV : « la droite a menti » ; la gauche aussi !

Ayrault accuse la droite d’avoir menti sur la faisabilité du schéma d’infrastructure d’un montant de 250 milliards ; il a raison mais la gauche a fait la même chose. Jusque là le schéma d’infrastructure n’a été que l’addition de projets rajoutés par tous les gouvernements, sans programmation et sans financement ; Avec le rapport Duron, on tente de programmer ; en fait en reculant les nouvelles lignes TGV au-delà de 2030. Même pour un programme rétréci, il n’est du tout certain qu’on dispose du financement en raison des ressources de l’agence infrastructures (AFIT) et de l’endettement non réglé de RFF (en dépit de la réforme du ferroviaire). Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault déclare, dans une interview à L’Usine nouvelle publiée jeudi, partager le diagnostic du rapport Duron sur les transports, qui propose notamment de différer la construction de plusieurs lignes de train à grande vitesse (LGV). Accusant le précédent gouvernement d’avoir commis « une erreur et un mensonge » en laissant croire que le secteur pourrait bénéficier de 250 milliards d’euros en vingt ans, M. Ayrault assure que le rapport Duron « sort de ce mensonge et fait un diagnostic précis, que je partage, de nos besoins de transport ».  Ce rapport de la commission Mobilité 21, dirigée par le député PS Philippe Duron et qui doit être remis officiellement le 27 juin au gouvernement, ne retient qu’une seule LGV (Bordeaux-Toulouse) à l’horizon 2030. Il privilégie la desserte ferroviaire de proximité au lieu de la grande vitesse.   »Le précédent gouvernement a fait une erreur et a commis un mensonge », déclare le chef de gouvernement à L’usine Nouvelle, en expliquant pourquoi il a voulu cet état des lieux. « L’erreur, c’est qu’il s’est concentré sur les infrastructures en oubliant la qualité des services! Le mensonge est d’avoir laissé entendre qu’on pourrait faire plus de 250 milliards d’investissements dans les vingt prochaines années! C’est irréaliste financièrement et techniquement ».   »Le rapport de la commission sort de ce mensonge et fait un diagnostic précis, que je partage, de nos besoins de transport », se félicite M. Ayrault.  Il propose de « reprendre à notre compte ses recommandations préalables: continuer à investir, axer nos interventions sur la qualité de service, investir là où c’est le plus utile pour la croissance du pays ».  Aux élus regrettant de voir leurs projets de grande vitesse reportés à après 2030, il répond que « le pays est largement maillé, par des voies ferrées et des autoroutes qu’il faut rénover. Je sais que ce grand maillage est imparfait et nous le corrigerons. Je leur réponds aussi que les grandes métropoles dont ils sont souvent élus doivent tirer la croissance de la France. Je leur dis que les nouveaux projets ne sont que la partie émergée d’un iceberg dont le reste est constitué des réseaux qui doivent être profondément rénovés, tant pour les infrastructures que pour le matériel roulant ».   »Les choix que nous aurons à faire avec les élus, dans la concertation, ne consistent pas à se demander si nous mettrons des moyens dans les transports. Nous les mettrons. La question est de savoir de quels types d’investissements nos territoires ont le plus besoin à court et moyen terme », ajoute le Premier ministre.

 

L’Allemagne dénonce aussi les salaires des fonctionnaires européens

L’Allemagne dénonce aussi les salaires des fonctionnaires européens

 «4.365 fonctionnaires européens gagnent plus d’argent que la chancelière », Cette révélation publiée lundi par le quotidien allemand Die Welt  a blessé les fonctionnaires européens. Habitués à être vilipendés par la presse tabloid britannique, ils se demandent pourquoi le coup part cette fois de Berlin. Et d’un quotidien réputé sérieux et conservateur. Piqué au vif, le porte-parole du Commissaire en charge de l’Administration, Maros Sefcovic a ainsi répliqué qu’aucun fonctionnaire ne gagnait davantage qu’Angela Merkel, dont le revenu mensuel est évalué à 21.000 euros. Seuls les Commissaires européens perçoivent un salaire équivalent, et même supérieur (plus de 23.000 euros) pour les présidents de la Commission, du Conseil, du Parlement et la haute représentante aux affaires extérieures.  Accusés par le premier ministre britannique David Cameron de vivre « dans un monde parallèle », les fonctionnaires européens ont pourtant consentis des efforts pour se mettre au diapason de l’austérité avec une chute de leur pouvoir d’achat de 7,6 % entre 2004 et 2011. En outre, depuis une réforme menée en 2004, avec une baisse de quelque 20% des salaires de début et de fin de carrière, la carrière européenne a perdu du lustre. La Commission européenne propose de la compléter par d’importantes mesures d’économies sur les cinq prochaines années : diminution de 5% du personnel, augmentation de la durée du travail de 37 à 40 heures hebdomadaire sans compensation salariale, relèvement de l’âge de la retraite de 63 à 65 ans, baisse sensible des salaires pour certaines fonctions. Toutes ces propositions représentent un milliard d’économies sur sept ans. Mais les gouvernements des Vingt-Sept réclament encore davantage de sacrifices. David Cameron en a fait son cheval de bataille.  Reste que les salaires de l’administration représentent à peine 3 % du budget de l’Union. Aussi hors démagogie, les seules possibilités de réellement diminuer les frais de fonctionnement européens portent sur l’élimination du double siège du Parlement européen (Bruxelles et Strasbourg) ou un abandon des frais de traduction dans les 23 langues officielles de l’Union ; toujours est-il que le nombre de fonctionnaires (55 000) donnent des armes à Londres et à Berlin pour dénoncer les gâchis financiers

 

Chine : aussi pour une politique monétaire plus accommodante

Chine : aussi pour une politique monétaire plus accommodante

Après les Etats-Unis (qui ont commencé depuis longtemps), le Japon, la Chine souhaite une politique monétaire plus accommandante. Autrement dit la guerre des monnaies pour redonner de la compétitivité est bien déclarée même si l’Europe refuse de s’y engager. Le premier ministre chinois Wen Jiabao a appelé la banque centrale à soutenir l’activité dans la deuxième économie mondiale, qui a commencé à rebondir depuis l’automne après avoir enregistré en 2012 sa plus faible croissance en 13 ans. « Le secteur financier reste confronté à un environnement difficile au plan intérieur comme extérieur », a déclaré M. Wen selon un communiqué diffusé hier soir par le gouvernement chinois. « Nous devons utiliser pleinement les outils monétaires pour arriver à un développement sain et durable », a ajouté le chef du gouvernement. La semaine dernière, la banque centrale a annoncé des opérations à court terme sur le marché monétaire, une mesure qui lui permet d’augmenter la quantité de monnaie en circulation.

 

La croissance allemande plonge aussi ; une bonne nouvelle ?

La croissance allemande plonge aussi ; une bonne nouvelle ?  

Une bonne nouvelle peut-être pour l’Europe, la croissance de l’Allemagne plonge. De quoi faire réfléchir Merkel sur les effets de l’austérité en Europe. L’Allemagne est certes rigoureuse et  compétitive mais elle subit logiquement les conséquences de la crise en Europe (qui absorbe 60% de ses exportations). En fait l’Allemagne ( et les autorité européennes qui la suivent docilement ) sont victimes de leur aveuglement en imposant trop brutalement  des critères budgétaires qui tuent la croissance à l’inverse de ce qui se passe notamment aux Etats-Unis ou au japon qui font de la croissance objectif numéro 1 . Le Produit intérieur brut (PIB) du pays a progressé de 0,7% en données ajustées des variations calendaires, selon des chiffres provisoires annoncés mardi par l’office fédéral des statistiques Destatis lors d’une conférence de presse à Wiesbaden (ouest).  C’est bien moins qu’en 2011 (+3%) et 2010 (+4,2%) et moins aussi que la dernière prévision du gouvernement allemand qui attendait +0,8%.  L’économie allemande a été graduellement rattrapée par la crise qui frappe durement certains de ses partenaires comme l’Italie et l’Espagne au sein de l’Union monétaire. Au premier trimestre, elle avait enregistré une croissance de 0,5%, puis de 0,3% au deuxième et de 0,2% au troisième.  Au quatrième trimestre, le PIB s’est sans surprise contracté, de 0,5% par rapport au troisième trimestre. Mais au regard des derniers indicateurs d’activité et de confiance, les économistes s’attendent à ce qu’il progresse à nouveau au cours du premier trimestre 2013, évitant au pays une récession technique (deux mois d’affilée de recul du PIB).  Prudent, le gouvernement allemand a préféré abaisser sa prévision de croissance pour 2013, tablant désormais sur une progression de seulement 0,4% contre 1% jusqu’ici, a-t-on appris mardi de source ministérielle.  Pour 2014 un rebond de la croissance est en revanche attendu, avec une hausse du PIB de 1,6%, a-t-on indiqué de même source.  Le ministère de l’Economie doit révéler officiellement mercredi les nouvelles prévisions de croissance de Berlin à l’occasion de la publication de son rapport annuel.  Côté économistes, Christian Ott de Natixis a prédit une « croissance poussive » en Allemagne en 2013, tandis que Carsten Brzeski d’ING, plus optimiste, a estimé que le pays avait les « fondamentaux économiques pour signer une nouvelle année de croissance solide en 2013″ et qu’il devrait être « l’un des premiers bénéficiaires de la reprise de l’économie mondiale ».  Selon Andreas Rees d’UniCredit « la performance de l’économie allemande l’an dernier a été remarquable » vu le contexte actuel de récession en zone euro et la faiblesse du quatrième trimestre.  C’est aussi l’avis du directeur de Destatis Roderich Egeler, qui a estimé que l’économie allemande s’était montrée « résistante en 2012, en dépit d’un environnement difficile », même si la conjoncture dans le pays s’est « nettement rafraîchie » au deuxième semestre.  Les exportations, fer de lance de l’économie allemande, ont progressé de 4,1% l’an passé, davantage que les importations (+2,3%), selon Destatis, qui note que « le recul des exportations vers les pays de l’Union européenne a été plus que compensé par la hausse des exportations hors d’Europe ».  Le tableau est plus contrasté du côté de la demande intérieure. La consommation privée, soutenue notamment par la bonne santé du marché de l’emploi, a augmenté de 0,8% l’an dernier, mais devant la montée des incertitudes les investissements ont fortement reculé, en particulier dans les biens d’équipement (-4,4%).  Bonne nouvelle pour la chancelière allemande Angela Merkel, chantre de l’assainissement des finances publiques en zone euro: pour la première fois depuis 2007, l’Allemagne a dégagé l’an dernier un excédent public de 2,2 milliards d’euros, soit 0,1% du PIB, contre un déficit de 0,8% en 2011 et de 4,1% en 2010, selon Destatis.  Ce résultat s’explique par la bonne tenue du marché du travail allemand, qui a profité aux recettes fiscales, mais également par les efforts de consolidation budgétaire menés par « toutes les collectivités territoriales », s’est félicité le ministère des Finances à Berlin.  Le déficit budgétaire de l’Etat fédéral, l’une des composantes des finances publiques du pays avec les Etats régionaux, les communes et les caisses de sécurité sociale, est par ailleurs ressorti inférieur de 5,6 milliards d’euros aux prévisions en 2012, à 22,5 milliards , selon le ministère des Finances.  La dette publique du pays a en revanche augmenté, atteignant 81,7% du PIB contre 80,5% en 2011, soit bien au-delà de la limite de 60% fixée par le Traité de Maastricht.

 

Valérie Debord, ex égérie de l’UMP et ex députée choisit aussi Depardieu

 

Valérie Debord, ex égérie de l’UMP et ex députée choisit aussi Depardieu

 

Qui se ressemble s’assemble ; l’ex égérie de l’UMP soutient Depardieu avec des propos pour le moins contestables. Sous prétexte de liberté, les artistes seraient intouchables fiscalement ? C’et ça ? Valérie Debord, ex-députée UMP, est revenue pour Europe 1 sur l’étrange tweet de soutien de Johnny Hallyday pour Gérard Depardieu : « quand on vous prend trois quart de ce que vous gagnez, il faut aussi comprendre qu’à un moment les gens s’en vont, se révoltent. Quand on s’attaque aux artistes, on ne maîtrise rien car ce sont des gens libres, iconoclastes. A titre personnel, je n’aurais évidemment jamais fait ça », a-t-elle déclaré. Et si Nicolas Sarkozy avait été la place de François Hollande sur la photo du tweet de Johnny Hallyday, aurait-elle réagi de la même façon ? « Oui, Sarkozy a été la cible de caricatures largement plus odieuses que celle là et on a toujours dit qu’il fallait laisser à chacun la possibilité de s’exprimer », a-t-elle assuré.

Leclerc soutient aussi Depardieu ; ou la révolte des nantis

Leclerc soutient aussi  Depardieu ; ou la révolte des nantis

 

Michel Edouard Leclerc se sent visé (c’est une grande fortune et il est soumis à l’ISF°) le « problème en France ce n’est pas la richesse, c’est la pauvreté ». Ben voyons, autrement dit « si tout monde était riche, il n’ya aurait plus de pauvres ». Belle hypocrisie de celui qui écrase aussi bien ses fournisseurs et ses employés et avec un habile amalgame mélange la fiscalité générale qui pèse dur la compétitivité et la fiscalité sur le patrimoine, capital mort qui ne sert pratiquement pas l’économie. Lamentable attitude des riches actuellement qui n’ont pour seule valeur que le fric ; le fils du séminariste qui voulait changer la société, s’est converti à la religion de l’argent ;   Michel-Edouard Leclerc a soutenu mercredi la démarche de Gérard Depardieu d’aller s’installer en Belgique pour des raisons fiscales. « Il le dit à sa manière, il gueule, mais oui il a raison », a jugé le président des supermarchés du même nom sur Europe 1. « On a une fiscalité qui n’est pas solidariste, qui est revancharde. Il le dit peut-être mal, Depardieu, mais il en a plein sur la patate. C’est quelqu’un dont les adversaires ont besoin de dire que c’est un médiocre alors que c’est le deuxième acteur français à avoir rapporté de l’argent à la France après Louis de Funès », a-t-il poursuivi. Michel-Edouard Leclerc en a profité pour critiquer les mesures fiscales du gouvernement. « On annonce une fiscalité, on tient un discours à l’égard des gens qui ont de l’argent qui font que, même si ce n’est pas 1789, il y en a plein vont se barrer », a-t-il prévenu, pointant le « populisme qui règne». Drôle d’acception du terme populisme quand on connait les fortunes des héritiers du système Leclerc. Chez Leclerc, côté face, la défense du consommateur et de son pouvoir d’achat, côté pile l’enrichissement spectaculaire de quelques-uns et une politique sociale musclée.

 

Le cynisme des hauts salaires, aussi facteur explicatif de la crise

Le cynisme des hauts salaires, aussi facteur explicatif de la crise

 

Le mérite justifie évidemment un salaire plus élevé que celui qui n’exerce pas de haute responsabilité ; mais qui peut justifier des salaires de 2 à3 millions pour les comédiens, de 5 millions pour les grands patrons, de 20 millions (et plus) pour les footballeurs (et autres sportifs). Rien sinon la dérive du système et des valeurs ; Des patrons, des comédiens, il y en avait hier( Louis Renault, Jouvet, Kopa etc ). mais qui touchaient des milliers de fois  moins que leurs successeurs. Ils avaient autant de talent, d’énergie, de responsabilités.  Non seulement ces revenus sont scandaleux car ils ne peuvent être justifiés par une réelle valeur ajoutée mais ils atteignent des proportions inadmissibles au regard du salaire moyen et des plus démunis. Le système est devenu fou ; On ne peut l’expliquer non plus par la précarité de certaines fonctions car l’accumulation de capitaux déjà réalisée est telle qu’elle peut assurer la survie des intéressés pour des milliers d’années. En outre, on peut aussi contester le talent des intéressés car des milliers  d’individus seraient capables de faire la même chose pour des prix relativement raisonnables. Le pire, c’est le cynisme de ces hauts revenus qui se plaignent d’être trop taxés sans s’interroger un instant sur la légitimité de cette rémunération. Et encore moins sans prendre en compte un minimum de solidarité  et de justice sociale. Il est clair que le pouvoir et  les pouvoirs en général sont complices de cette dérive financière et morale. On objectera que cette situation ne concerne pas seulement la France mais tous les pays occidentaux et parfois encore davantage les pays développés (où les apparatchiks pillent les ressources comme en Russie, en Chine, pays arabes). Fausse  excuse, il est possible de remettre un peu de régulation dans cette dérive que finalement le consommateur moyen,  le contribuable moyen, le producteur moyen paye. C’est aussi ce qu’on appelle la crise même si elle ne se résume pas à cette seule dimension.

1...1516171819



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol