Archive pour le Tag 'aussi'

Page 29 sur 34

Euro foot 2016 : espoir, déception mais aussi ennui

Euro foot 2016 : espoir, déception mais aussi ennui

Du fait notamment des résultats de l’équipe de France l’euro foot 2016 a suscité un grand enthousiasme populaire. La France avait de sérieux chances de l’emporter face au Portugal d’où l’immense déception après la défaite. Un manque de chance sans doute, aussi peut-être aussi en cause un physique atteint sauf pour un joueur, Sissoko qui a surnagé au cours de cette rencontre particulièrement stressante mais aussi ennuyeuse. À noter encore une fois l’excellente  prestation du gardien de but français. Cet euro foot 2016 ne restera sans doute pas dans les annales concernant la qualité du jeu. La plupart du temps les matchs ont été cadenassés par les défenses, de ce fait ce ne sont pas toujours ceux qui ont produit le meilleur jeu qui l’ont emporté. D’une certaine manière, c’est la caractéristique du foot moderne, les défenses prennent le pas sur les attaques. Bref hormis le suspense le spectacle est ennuyeux. Les tirs au but deviennent de plus en plus rares, les contre-attaques aussi et on passe la plupart du temps à transmettre la balle en arrière ou à faire circuler le ballon de manière latérale. Bref c’est le foot des défenses qui triomphent. La meilleure preuve c’est cette victoire du Portugal qui certes mérite d’avoir remporté la victoire finale mais dont le jeu insipide tout au long de cet euro foot témoigne de ce qu’est le plus souvent le foot moderne. Pour ce match France Portugal la France n’a pas suffisamment imposé sa vitesse et son engagement et s’est englué dans le faux rythme imposé par les Portugais. Reste cependant que cette équipe de France a quand même fait rêver le pays en dépit de son parcours souvent très accroché. Le bilan reste de positif car cette compétition européenne aura fait émerger une nouvelle génération de jeunes joueurs très talentueux.

Macron préconise aussi un référendum, ben voyons !

Macron préconise aussi un référendum, ben voyons !

 

C’est le nec plus ultra en matière de démocratie actuellement dans une France en pleine période électorale. Après les extrêmes de gauche et de droite, après Lemaire, après Sarkozy Macron fait aussi entendre sa petite musique démago et propose aussi son petit référendum mais celui-là à l’échelle de l’Europe. Comme si c’était la priorité du moment. Comme si dire oui ou non été la forme de démocratie suprême. Comme si la priorité n’était pas d’abord et d’engager une analyse sur l’état de l’union économique européenne et sur les scénarios possibles pour lui redonner sens et efficacité. Bref faire du Rocard pas du Le Pen ou du Sarkozy. Pas étonnant si dans une interview très récente au Point Rocard dans sa grande lucidité considérait  que ni Valls ni Macron  était dans l’histoire. Malheureusement Macron depuis quelques semaines se laisse aussi séduire par des démarches populistes ;  de ce point de vue, les Français ne sont pas dupes  de ceux  qui tentent de les séduire avec l’appât de la démocratie directe. Dans un sondage récent une majorité de Français se sont exprimés pour considérer que le référendum n’était pas la priorité du moment sur l’Europe. Emmanuel Macron, qui tiendra le 12 juillet, à deux jours de l’intervention présidentielle, le premier meeting de son mouvement, défend bien sûr l’idée, largement partagée depuis le Brexit d’une refonte de l’Europe.  Mais comment ? Il préconise à la fois une action de court  et de long terme. Avec l’idée d’une nécessaire régénération démocratique, qui passerait par un référendum sur l’avenir du vieux continent, non pas au niveau de chaque pays, mais via la consultation en même temps de tous les européens.

Primaire: Nicolas Sarkozy battu par Juppé mais aussi Fillon et Lemaire

 Primaire: Nicolas Sarkozy battu par Juppé mais aussi Fillon et Lemaire

 

Peut-être le coup de grâce pour Nicolas Sarkozy puisqu’une enquête du 26 mai démontre que Nicolas Sarkozy serait battu au second tour des primaires de la droite non seulement par Juppé mais aussi par François Fillon et même Bruno Lemaire. Une enquête catastrophique pour l’ancien président de la république qui s’ajoute à celle très récente qui montré que plus de 70 % de la population ne souhaitent pas que Nicolas Sarkozy ce représente en 2017. Un nouveau sondage Opinionway montre que Nicolas Sarkozy n’est pas en bonne posture en vue de la primaire de la droite et du centre qui se déroulera en novembre. Le président de Les Républicains est très en retard sur son rival Alain Juppé dans tous les enquêtes d’opinion, mais un dernier sondage montre qu’il serait même battu par Bruno Le Maire et François Fillon, qui sont traditionnellement troisième et quatrième dans les sondages du premier tour. Une enquête Opinionway pour Marianne publié jeudi 26 mai, montre que l’ancien président de la République perdrait face à Alain Juppé par une marge conséquente (63%-37%), mais également par son ancien Premier ministre François Fillon (53%-47%) et Bruno Le Maire (54%-46%). Pour le premier tour, le maire de Bordeaux est toujours largement en tête des intentions de vote (des personnes certaines d’aller voter aux primaires) avec 39%, suivi par Nicolas Sarkozy (27%). François Fillon et Bruno Le Maire sont au coude à coude pour la troisième place avec 13% chacun.

Biodiversité : la guerre aussi entre le sénat et l’assemblée nationale

Biodiversité : la guerre aussi entre le sénat et l’assemblée nationale

Le sénat et l’assemblée nationale sont en désaccord à peu près sur tout concernant la future loi sur la bio diversité. Le sénat veut une loi molle et floue tandis que l’assemblée souhaite une  loi préservant réellement la flore et la faune.  Sur les 170 articles de ce vaste texte, 58 faisaient l’objet d’un désaccord et étaient donc à l’agenda des sept sénateurs et sept députés réunis en commission. Mais l’échec a été constaté dès l’article 2 qui posait le « principe de non-régression du droit de l’environnement », supprimé par les sénateurs mais jugé « fondamental » par le président de la commission du Développement durable à l’Assemblée Jean-Paul Chanteguet (PS). Son homologue au Sénat Hervé Maurey (UDI-UC) a affirmé lors d’une conférence de presse avoir « eu le sentiment que les députés avaient la volonté de ne pas arriver à un accord ». « Il y a une vraie frustration car si on a fait ce travail ce n’est pas pour aboutir à un échec », a déploré de son côté le rapporteur LR au Sénat Jérôme Bignon. Jean-Paul Chanteguet considère pour sa part que les désaccords étaient « trop nombreux ». Selon lui,  »l’échec de ce matin permettra à l’Assemblée d’avoir le dernier mot et d’aboutir à un véritable texte de reconquête de la biodiversité ».  »Nous étions confrontés à une vision anthropomorphique et utilitariste de la biodiversité pour répondre à des besoins de loisirs comme la chasse », a déploré à ses côtés la rapporteure à l’Assemblée, Geneniève Gaillard (PS), devant la presse.  Autre point de désaccord, l’interdiction totale des pesticides néonicotinoïdes (dits « tueurs d’abeilles ») votée par l’Assemblée pour septembre 2018. Alors que le gouvernement militait pour 2020, le Sénat n’a pas voulu fixer de date. Jean-Paul Chanteguet espère que ce terme de septembre 2018 sera bien revoté par l’Assemblée, mais il s’en était fallu « de deux voix » lors de la précédente lecture, a-t-il rappelé.

 

(La tribune)

Sondage: Valls au plus bas, Sarko aussi

Sondage: Valls au plus bas, Sarko aussi

 

Nouvelle baisse de la popularité de Valls qui paye sans doute la gestion pitoyable de la loi travail. Selon le baromètre Ipsos-Le Point  seulement 25% (-2 en un mois) des personnes interrogées jugent favorablement l’action du Premier ministre, contre 70% (+1) d’un avis contraire. Manuel Valls, qui a perdu 14 points depuis janvier, atteint son plus bas niveau dans ce baromètre depuis son entrée en fonction, en avril 2014. Il perd notamment 5 points auprès des sympathisants socialistes, après le recours du gouvernement à l’article 49-3 de la constitution pour faire passer le projet de loi travail à l’Assemblée nationale.  Inversement, la cote de François Hollande connait un regain de popularité en mai à 18% (+2). Le chef de l’État, qui avait atteint son plus bas niveau en mars (15%), progresse légèrement auprès de l’électorat de gauche (+2).  Statu quo en revanche en tête du classement des personnalités sur lesquelles les Français portent un jugement positif, avec Alain Juppé (52%, +1) devant Christine Lagarde (47%, +5) et Emmanuel Macron (44%, +1).  A six mois de la primaire de la droite pour la présidentielle 2017, le maire de Bordeaux devance François Fillon (38%, +2), Bruno Le Maire (31%, stable) et Nicolas Sarkozy, seul candidat potentiel en baisse à 26% (-3). Auprès des seuls sympathisants des Républicains, Alain Juppé pointe également en tête avec 73% (+3) d’avis favorables, mais l’ancien chef de l’État (+7) regagne du terrain à 62%, désormais à égalité avec François Fillon (-3).  Jean-Luc Mélenchon gagne trois points à 34% auprès de l’ensemble des Français, et Marine Le Pen en perd deux à 22%. 

Salaire : ça baigne aussi pour le patron de Carrefour

Salaire : ça baigne aussi pour le patron de Carrefour

 

Chaque jour ou presque on prend connaissance de l’augmentation démentielle des revenus d’un patron du CAC. Cette fois il s’agit du patron de Carrefour qui augmente encore son revenu de près de 75 %, soit la même augmentation que l’année précédente. À comparer évidemment au salaire par exemple des caissières, la plupart au SMIC et encore à temps partiel, soit encore 600 000 € par mois pour le patron à comparer aux 600 à 1000 € par mois pour une caissière. On peut vraiment se demander si les patrons ne sont pas devenus à la fois complètement fous et irresponsables. Fous car de telles sommes pour leurs rémunérations sont impossibles à dépenser, irresponsable parce qu’on ne peut à la fois demander des efforts sans doute d’ailleurs nécessaires aux salariés et dans le même temps se gaver  des résultats financiers de l’entreprise. Lors de l’assemblée générale de Carrefour, qui se tenait ce mardi 17 mai, les actionnaires ont validé à 75,04% les éléments de rémunération due ou attribuée au PDG, soit sensiblement la même proportion que l’an dernier (74%). Pourtant, à raison d’une rémunération fixe annuelle de 1,5 million d’euros, d’une rémunération variable annuelle de 2,25 millions et d’une part actionnariale de 3,252 millions (accordée par le conseil d’administration en mars au titre de l’exercice 2014-2015), ces éléments cumulés atteignent… 7 millions d’euros! C’est bien plus que les 480.000 euros touchés par Jean-Charles Naouri, PDG de Casino, qui n’a pas atteint les objectifs prévus en 2015, à ceci près qu’il est actionnaire de son entreprise. Mais surtout, ce montant de 7 millions place Georges Plassat au quatrième rang parmi les patrons du CAC 40, derrière Bernard Arnault (LVMH, 9,41 millions d’euros), Jean-Paul Agon (L’Oréal, 9,15 millions) et le fameux Carlos Ghosn (Renault, 7,25 millions). Mieux encore, c’est la deuxième plus forte augmentation sur un an pour un patron du CAC 40, de 87,9%, derrière celle de Carlos Tavares (PSA, 90,7%). Ce bond est d’autant plus surprenant qu’en 2015, Georges Plassat s’est absenté quasiment deux mois pour des raisons de santé. Mais la présentation habile de ce pactole sous forme de tableau décomposant la rémunération en plusieurs lignes, en se gardant bien d’afficher le total, et le peu de temps laissé aux actionnaires pour voter chaque résolution (15 secondes) les ont peut-être empêché de sortir les calculettes et de faire les comptes. En tout cas, aucun actionnaire individuel ne s’est risqué à poser la question lorsque la parole a été donnée à la salle. Même la CFDT n’a pas évoqué les émoluments du patron. Pourtant, un responsable du syndicat, accompagné de nombreux salariés habillés en orange, tous debout, s’est exprimé pendant plusieurs minutes sur un sujet proche: « C’est la notion de partage des bénéfices qui nous préoccupe », a-t-il déclaré. « L’entreprise a décidé de limiter le montant de la prime de participation à un niveau historiquement bas ». La comparaison avec le salaire du patron aurait été logique, mais elle n’a pas été faite. En réponse, Georges Plassat a souligné que le montant de la participation avait atteint 102 millions d’euros en 2015, contre 92 en 2014 et 89 en 2013. Il a ensuite reconnu: « Je suis conscient que la participation n’a pas retrouvé le niveau d’il y a dix ans. »

Si les actionnaires sont cléments avec Georges Plassat, c’est sans doute parce qu’ils savent qu’il a été l’artisan du redressement de Carrefour depuis son arrivée en 2012. En introduction, le PDG s’est d’ailleurs félicité:  »cette année 2015 a été une bonne année: le chiffre d’affaires est en croissance pour la quatrième année consécutive, tous les pays sont en progression, tous les formats aussi. » Le chiffre d’affaires a crû de 3% en organique, à 76,9 milliards d’euros. La dette a baissé, le résultat augmenté. « Le modèle de Carrefour est désormais solide et prometteur », a résumé le patron. Alors, pourquoi le cours de Bourse de Carrefour dégringole-t-il, passant de 30 euros à 24 en un an? « Le cours est bas car les performances en France se détériorent et il manque des catalyseurs, suite au report de l’entrée en Bourse de la foncière Carmila », considère Nicolas Champ, analyste à Barclays. Plusieurs analystes déplorent le manque de détails sur la stratégie de Carrefour. Cela n’empêche pas Georges Plassat de préparer l’avenir. Vendredi 13 mai, il a annoncé une nouvelle organisation pour Carrefour France.  »Ce sont des quadras qui arrivent à ces postes », insiste-t-il. « Carrefour renouvelle ses générations pour prolonger ses magnifiques racines. Cela concerna tous les niveaux, y compris sans doute le mien. » Une allusion guère dissimulée à sa succession sans doute prochaine. Son mandat prendra fin dans deux ans, en 2018, l’année précédant ses 70 ans. Autant dire que les 7 millions de rémunération annuelles ont presque des airs de « golden goodbye » anticipé.

 

(‘Avec  challenges)

Michelin : ça baigne aussi pour le patron, 28% d’augmentation !

Michelin : ça baigne aussi pour le patron 28% d’augmentation

Grâce notamment à des suppressions d’effectifs (environ 500 à Clermont-Ferrand), le patron de Michelin a pu augmenter son salaire de 28 %. Décidément ça baigne pour les patrons du CAC. 40. À la décharge de Michelin l’entreprise est par ailleurs relativement bien gérée et le patron n’est pas le plus rémunéré du CAC, mais quand même ! Michelin s’est en effet montré généreux pour son dirigeant, Jean-Dominique Senardet ses actionnaires. A l’issue de l’assemblée générale annuelle des actionnaires à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), les 1.500 actionnaires présents ont approuvé la rémunération annuelle de Jean-Dominique Senard à 2,384 millions d’euros contre 1,857 millions en 2014, soit 28% de progression. Ce satisfecit contraste avec « l’affront » qu’a subi Carlos Ghosn dont la rémunération de 7 millions d’euros n’avait pas été approuvée par l’assemblée générale des actionnaires de Renault, bien que ce vote n’ait été que consultatif. Le bond du salaire du président de Michelin est exclusivement dû à la progression de la part variable de sa rémunération qui a atteint 1,277 millions d’euros, la part fixe restant inchangée (1,1 million d’euros) ainsi que l’avantage en nature lié à sa voiture de fonction (7.000 euros). Le président de Michelin a bénéficié à plein des bons résultats de Michelin en 2015. L’année passée fut marquée par un résultat opérationnel de 2,577 milliards d’euros (+19%) et un flux libre positif de trésorerie de 833 millions d’euros, deux indicateurs présentés comme « historiques » par l’industriel. Sa part variable étant indexée à la fois sur le bénéfice consolidé du groupe et sur la réalisation de plusieurs objectifs, Jean-Dominique Senard a perçu à ce titre respectivement 508.000 euros et 769.000 euros. Au cours de cette assemblée annuelle, le dividende par action, proposé à 2,85 euros, a par ailleurs été approuvé, de même que le renouvellement de l’autorisation d’un programme de rachat d’actions limité à 10% du capital et à140 euros par action Michelin a par ailleurs confirmé pour 2016 son objectif d’une croissance de ses ventes supérieure à celle des marchés sur lesquels il opère, aidé par les ventes en hausse de pneus destinés aux voitures de tourisme et aux camionnettes. Ces perspectives optimistes sont encouragées par les bons résultats du premier trimestre 2016 avec un chiffre d’affaires en légère hausse de 0,9%. La principale activité de la firme au Bibendum, les ventes de pneus destinés aux voitures de tourisme et aux camionnettes, a notamment connu une progression de 4,3% sur la période à 2,9 milliards d’euros. De bonnes perspectives encouragées par le succès du « CrossClimate », un pneu été, également certifié comme pneu hiver. « C’est un peu un changement culturel. Je ne pensais pas que nous vendrions autant de (ces) pneus. C’est 30% de plus de nos scenarii les plus roses. Donc, on ne va pas bouder notre plaisir », a ajouté le gérant associé commandité de Michelin, pour qui ce produit représente une « révolution » en Europe. La firme a toutefois annoncé il y a quelques semaines la suppression de 495 postes dans son berceau historique de Clermont-Ferrand, liée à la fermeture d’un atelier de rechapage de pneus.

 

(Reuters-AFP)

2017 : et Montebourg……. Aussi !

2017 : et Montebourg……. Aussi !

Après Duflot, après les 30 ou 40 candidats déjà déclarés, Montebourg devrait aussi annoncer sa participation au marathon de 2017. Pas vraiment une annonce officielle dans l’émission télé à laquelle il participera dimanche mais plutôt une option de candidature, pour le cas où ! Histoire aussi de se tester dans les sondages dont il a disparu. Vraisemblablement il faudra qu’il en fasse beaucoup pour crédibiliser son éventuelle ambition présidentielle et porter un slip tricolore ne suffira pas? Alors candidat Montebourg ?   »Pas encore », répond un intime en souriant.  » Il n’annonce pas sa candidature, mais il fait un pas. C’est une émission importante, surtout à une semaine de Beuvray », abonde un des rares autres mis dans la confidence. Car, à moins d’un an du premier tour, il se rappelle aux bons (ou aux moins bons) souvenirs des Français. L’ancien ministre se confie dimanche midi à Laurent Delahousse. L’entretien de 17 minutes que le JDD a vu a été enregistré mercredi au musée des Arts et Métiers à Paris, ce « temple du Made in France » comme le qualifie Montebourg.  »S’il y a des responsabilités à prendre dans une période où le pays s’interroge – où est-ce que nous allons? Qu’est-ce qu’on fait? – s’il y a des responsabilités à prendre, je les prendrais ». La phrase a le mérite de la clarté. Montebourg pense bien à la présidentielle de 2017. Et il s’y prépare. Il attend encore pour l’annoncer : « C’est une décision difficile à prendre, elle ne se prend pas un an avant les échéances, elle demande de la réflexion et du travail, je n’en suis pas là. Nous n’en sommes pas là, le moment n’est pas venu ».  Pour la première fois, Montebourg revient sur ce qui fait désormais figure de pêché originel, son choix de soutenir Hollande dans l’entre-deux-tours de la primaire de 2011. Regrette-t-il de lui avoir apporté ses 17% « Parfois ». Et il torpille : « Il faut savoir reconnaître ses erreurs ». L’ »erreur » appréciera! Comme une majorité de Français, Montebourg défend l’organisation d’une primaire en 2017 : « La primaire, c’est l’airbag anti 21 avril, la chronique d’une élimination annoncée dont la seule solution est la primaire. »

 

(Avec Reuters)

EDF: un prolongement des centrales qui va aussi améliorer les comptes

P

EDF un prolongement des centrales qui va aussi améliorer les comptes

Avec la probable décision de prolonger la durée de vie des centrales d’une dizaine d’années, mécaniquement sur le plan comptable on va aussi allonger la durée d’amortissement de ces installations. Du coup la situation financière très délicate de l’entreprise va s’en trouver améliorer. Il faut cependant intégrer le coût de prolongement des centrales et l’opération grand carénage dont le montant pourrait se situer entre 50 et 100 milliards. Aussi intégrer les coûts d’enfouissement des déchets dont le montant pourrait atteindre 50 milliards. De ce point de vue l’augmentation de capital de 4 milliards annoncés par le gouvernement ne suffira pas. EDF sera donc condamnée à recourir massivement à l’emprunt alors  que l’entreprise traîne déjà une dette de 40 milliards, l’équation financière est donc loin d’être résolue même si l’Etat abandonne pendant encore plusieurs années les dividendes attendus  de l’entreprise. EDF va donc intégrer dès cette année dans ses comptes le scénario d’un prolongement de la durée de vie de ses centrales nucléaires françaises au-delà de 40 ans, a déclaré le PDG du groupe, Jean-Bernard Lévy, dans une interview parue samedi. L’enjeu est considérable pour l’électricien public, qui traverse une zone de turbulences financières, dans la mesure où un amortissement de son parc nucléaire français sur une durée plus longue aurait pour effet mécanique d’améliorer ses comptes. « D’ici l’arrêté de nos comptes semestriels, nous tirerons les conséquences comptables de notre intention de prolonger la durée de vie de nos centrales existantes, au-delà de 40 ans, et dans le respect des exigences de sûreté », a affirmé Jean-Bernard Lévy au Figaro. La ministre de l’Energie, Ségolène Royal, s’était dite prête, fin février, à donner son feu vert à un prolongement de l0 ans de la durée de vie des centrales, sous réserve d’un avis favorable de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). L’ASN devrait se prononcer sur la question d’ici 2018 ou 2019. EDF peut anticiper cet avis comme il l’avait fait en 2003 en allongeant l’amortissement de ses réacteurs de 30 à 40 ans. L’accord de principe de l’autorité n’était intervenu qu’en 2009.bLe groupe a annoncé vendredi une série de mesures pour renforcer sa structure financière, dont une augmentation de capital de quatre milliards d’euros, financée aux trois quarts par l’Etat, actionnaire à 85%.Ces décisions ont été dévoilées à l’issue d’un conseil d’administration qui a également reporté la décision de mener à bien un investissement de 23 milliards d’euros dans le projet d’EPR britannique d’Hinkley Point

(Avec Reuters)

Présidentielle 2017 : Rama Yade aussi !!

Présidentielle 2017 : Rama Yade aussi

Et une candidature de plus à droite, celle de Rama Yade sans doute pour faire un peu entendre une voix un peu éteinte depuis qu’elle  a quitté l’UMP et qu’en plus elle a été exclue du parti radical. Ce n’est sans doute pas moins d’une vingtaine de candidats déclarés ou prêts à le faire qui veulent ainsi s’engager pour 2017. La plupart n’ont pas forcément pour ambition de triompher lors des élections présidentielles mais simplement de se rappeler auprès de l’opinion publique et faire un petit tour médiatique. Un petit tour médiatique qu’il faut faire des maintenant dans la mesure où les règles relatives au système de parrainage et le temps de parole aux candidats seront très resserrés. . Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution la loi modifiant les règles de la présidentielle, y compris celles portant sur le système des parrainages et du temps de parole des candidats. En Clair il sera plus difficile d’obtenir ces  parrainages et le temps de parole dans les médias sera fonction de la représentativité des candidats. Autant dire que nombre de petits candidats ne pourront même pas se présenter et que d’autres seront marginalisés sur la scène médiatique. Reste à savoir si la démocratie y perdra beaucoup notamment si Rama Yade comme c’est possible est empêchée de se présenter. Ce ne sont pas ses propos très généraux et un peu racoleur qui sont susceptibles de rassurer sur ce point.  . « Je prends acte de la crise démocratique profonde que nous vivons dans ce pays », a-t-elle expliqué. Car elle se souvient d’un autre 21 avril, celui de 2002 avec l’arrivée de Jean-Marie Le Pen au second tour face à Jacques Chirac.  »Depuis, rien n’a changé », d’après elle. « On rejoue toujours la même pièce de théâtre avec les mêmes mauvais acteurs. Il est important, pour moi qui ai rêvé la France avant de la connaître, de retrouver la France que j’aime, celle qui ose » Sa solution pour porter changer les chose ? »Je propose que nous rendions le pouvoir aux Français et à la France. » Pour ce faire, Rama Yade prône « une révolution démocratique » qui ne passerait pas seulement par l’abolition des « privilèges de ceux qui nous gouvernent et des partis politiques », mais aussi par la création « de nouveaux outils d’expression. » !!! Lesquels ? C’est toute la question, sans  la réponse! 

Popularité : la descente aussi aux enfers pour Valls

Popularité : la descente aussi aux enfers pour Valls

Coincé entre François Hollande et Emmanuelle Macon, Manuel Valls ne parvient plus à se distinguer. Pendant longtemps Manuel Valls a incarné le changement et la détermination ; cependant depuis l’arrivée d’Emmanuelle Macon ; il a été dépossédé de l’étendard de la réforme. En outre il a usé et abusé d’un autoritarisme de façade illustré notamment avec le dernier avatar concernant la loi travail.  il y a encore quelques semaines il annonçait que la réforme passerait intégralement, sans modification et même sans débat au Parlement. Progressivement il s’est enlisé dans les marais de la concertation suite aux différentes réactions notamment dans son camp. Du coup Manuel Valls ne joue plus du tout le rôle de fusible pour François Hollande qui plonge au même rythme que son premier ministre. La question qui se pose est de savoir si le pays pourra encore survivre avec un tel discrédit de l’exécutif. Ou s’il il faut s’habituer à cette lente agonie du pouvoir politique en place.  Avec 25% seulement de Français satisfaits de son action (- 2 points), Manuel Valls, qui a perdu 14 points en quatre mois dans le baromètre Ifop-JDD, enregistre son plus mauvais score depuis son entrée à Matignon. 74% des sondés (+ 2 points) se disent aujourd’hui mécontents de son action. Le Premier ministre est désormais irrésistiblement entraîné dans la même spirale descendante que le Président. Il ne parvient plus à faire entendre sa différence. Par rapport à son entrée à l’hôtel Matignon en avril? 2014, Manuel Valls est passé de 58% de satisfaits à 25% (- 33 points). En novembre 2015, 39% des sondés lui faisaient encore confiance. La descente est devenue glissade avec l’affaire de la déchéance de nationalité, puis maintenant avec le projet de loi El Khomri. La loi Travail en effet a  aggravé, ce que confirment toutes les réactions enregistrées par l’Ifop, le divorce engagé entre l’exécutif (Président et Premier ministre réunis) et le « peuple de gauche ». La phrase qui revient : « On n’avait pas voté pour ça. »

 

(Avec JDD)

La France touchée aussi la progression du salafisme (Valls)

La France touchée aussi  la progression du salafisme (Valls)

 

Manuel Valls se réveille et convient que la France elle aussi est gangrénée par le salafisme  et le radicalisme. Une nuance avec Sapin qui lui ne voit le danger qu’en Belgique !  Comme si la France avait réussi quoi que ce soit dans la lutte contre l’intégrisme. Or dans la plupart des villes françaises des banlieues entières se sont communautarisées. Un Communautarisme véritable terreau du radicalisme. Des zones de non-droit abandonnées autant par l’État que par les collectivités locales. Des quartiers où la paix sociale a été achetée contre l’autorisation tacite de mettre en place des économies parallèles reposant sur des trafics en tout genre en particulier sur le trafic de drogue. La Belgique a sans doute des responsabilités mais la France tout autant sinon davantage. Pratiquement aucune grande ville en France n’échappe à ce phénomène de concentration des communautés autorisées, suscitées  et même soutenues  financièrement. Pour Michel sapin exemple type de l’oligarchie  incompétent et  irresponsable, plus c’est gros plus ça passe. Comme la version du chômage qu’il n’a cessé de pronostiquer pendant des années. Il y a sans doute longtemps que Michel sapin n’a pas mis les pieds dans une banlieue sensible. C’est tout le drame de petits bourgeois du parti socialiste coupés depuis longtemps de toutes les réalités économiques, sociales et sociétales. De tels propos scandaleux font évidemment le lit du front national qui se nourrit surtout du déni de réalisme du gouvernement et surfe sur la vague du populisme.  Heureusement Valls est un peu plus lucide que Sapin mais cependant guère plus efficace. . «Je ne veux pas donner des leçons à nos amis belges, nous aussi en France nous avons des quartiers sous l’emprise des trafiquants de drogues et des salafistes». Selon lui, «dans des quartiers, ce mélange de trafics de drogues et d’islamisme radical ont perverti (…) une partie de la jeunesse».  Le Premier ministre a également insisté sur l’intensité de la menace terroriste. «Nous allons vivre longtemps avec cette menace terroriste, a-t-il prévenu. C’est une guerre que le terrorisme nous a déclarée, pas seulement à la France, à l’Europe, mais aux valeurs universelles. C’est le monde entier qui doit réagir». «C’est un combat de longue haleine, a-t-il ajouté. C’est une affaire d’une génération».

 

Attentats de Bruxelles : la France aussi visée (Mathieu Guidère)

Attentats de Bruxelles : la France aussi visée (Mathieu Guidère)

 

 

Analyse de Mathieu Guidère, islamologue et spécialiste du monde arabe et musulman dans le Figaro

 

Comment analysez-vous cette nouvelle attaque perpétrée par Daech en Europe?

Mathieu Guidère. - On est sur une copie des attentats de Paris avec des attaques coordonnées, dans des lieux publics emblématiques. C’est le même mode opératoire, le même type de cibles qu’à Paris, la même signature. Repérages des lieux, mise au point des explosifs, location de voiture… Ce sont des attaques très préparées, avec beaucoup de logistique mais pas nécessairement beaucoup de monde pour les passages à l’acte. Comme à Paris, il est probable qu’on soit sur des commandos de deux à trois personnes. Et ça, c’est une marque de fabrique de Daech. Avant, on avait peu de monde pour la logistique mais beaucoup de monde pour le passage à l’acte. Eux préparent très bien leurs attentats et mobilisent beaucoup d’individus en amont.

 

Pensez-vous que l’arrestation de Salah Abdeslam la semaine dernière ait un lien avec ces attentats?

Son arrestation a sûrement précipité les opérations qui étaient prévues de longue date. Il est tout à fait possible que l’interpellation ait donné le top départ: «Si je tombe, allez-y.» Mais je pense surtout que c’est un pied de nez fait à la France et à la Belgique qui avaient crié victoire après sa capture. Selon moi, le message envoyé par Daech, c’est: «Vous n’avez attrapé qu’un second couteau. Vous allez voir les professionnels maintenant.» Ce qui est certain, c’est que les responsables politiques, belges comme français, en ont trop fait. Tout comme les médias. Les services franco-belges se sont concentrés sur Salah Abdeslam qui n’est qu’un kamikaze raté, menacé de mort par l’État islamique. On en a fait une star alors que ce n’est qu’un adjudant de la logistique. Et pendant ce temps-là, un attentat coordonné se préparait, alors même que la vigilance était à un très haut niveau.

Selon vous, s’agit-il de terroristes qui étaient dans l’entourage de Salah Abdeslam?

Pour moi, ce sont d’autres cellules qui ont été activées à Bruxelles. Ces commandos ont été armés, entraînés dans une logique militaire. Le cerveau des opérations a sûrement fait un séjour en Irak. Quant aux exécutants, il est possible que certains n’aient jamais quitté la Belgique ou la France. À l’inverse, il ne serait pas surprenant que d’autres aient infiltré des flux de migrants pour rejoindre l’Europe et participer à ces attaques. On sait que l’État islamique en a les capacités. Cette menace est d’autant plus réelle que l’EI a pris le contrôle de Mossoul, abritant une annexe qui fabriquait des passeports vierges à la demande.

 

Les explosions ont eu lieu dans un aéroport et à la station de métro Maelbeek située rue de la Loi, non loin des institutions européennes. Quelle est, selon vous, la portée symbolique de ces cibles?

L’aéroport est une sorte de clin d’œil à Ben Laden et un appel aux combattants d’Al Qaida à rejoindre l’État islamique, sur fond de rivalités entre les deux organisations terroristes. En résumé, Daech veut montrer qu’il fait comme al-Qaïda mais en mieux. L’idée est aussi d’abattre le pays économiquement. On sait qu’un attentat peut représenter entre 0,1 et 0,3% du PIB à un pays. En visant Bruxelles, les auteurs de ces attaques punissent également les Belges de leur coopération avec la France et envoient un signal à l’Europe. Le message est le même qu’en novembre 2015: «Puisque vous êtes passés des frappes chirurgicales à des frappes de masse, nous allons en faire de même et perpétrer des attentats de masse.»

 

Existe-t-il un «Bruxellistan» comme on a connu naguère un «Londonistan»?

 

Il est vrai que la Belgique apparaît aujourd’hui comme une base arrière du djihadisme comme l’était hier l’Angleterre. Ne pouvant plus s’installer à Londres, où les islamistes algériens avaient trouvé refuge dans les années 1990, des filières marocaines se sont établies à Bruxelles dans le courant des années 2000. Des petites communautés se sont formées et ont prospéré pendant plusieurs années. Durant cette période, la Belgique a regardé ailleurs, estimant que ces islamistes marocains ne représentaient pas un danger immédiat pour le pays. Sauf qu’après les attentats deCharlie Hebdo, la donne a changé: la France a commencé à faire pression sur la Belgique, qui a dû réagir et «faire le ménage». D’ailleurs, le «Bruxellistan» va sûrement disparaître et renaître ailleurs, peut-être dans le sud de l’Italie, point de passage des migrants en provenance de la Libye, où l’État islamique gagne du terrain.

 

Comment réduire la menace?

Cela fait quinze ans que nous essayons d’éradiquer le terrorisme, sans grand succès. Depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, le monde libre a tout essayé dans sa guerre contre le terrorisme. S’il éprouve des difficultés, c’est parce que la solution est davantage politique que militaire. Certes, il faut réduire les groupes terroristes qui nous menacent, mais cela restera un coup d’épée dans l’eau s’il n’existe pas parallèlement une solution politique et diplomatique. Il y a un siècle exactement, les accords Sykes-Picot dessinaient les frontières actuelles du Moyen-Orient, il est temps pour la France de proposer, à l’occasion de ce centenaire, une grande conférence internationale sur cette région.

 

2017 : Lasalle (MoDem) comme Menigon (lutte ouvrière), aussi candidat … comme ma concierge !

2017 : Lasalle (MoDem) comme Menigon  (lutte ouvrière), aussi candidat … comme ma concierge !

Et de deux pour les candidats du MoDem ; il y a bien sûr l’inusable François Bayrou mais aussi maintenant le sympathique et iconoclaste Jean Lassalle. Celui qui parcourt les routes de France à pied pour savoir ce qui se passe dans le pays. Sympathique mais un peu cucul. D’autres candidats encore, celui de lutte ouvrière à travers sa responsable. Si l’on compte tous les candidats à la primaire de la droite plus ceux  envisagent  de se présenter on doit bien parvenir à 25 ou 30 candidats. Bref ce n’est plus une élection présidentielle mais une sorte d’éliminatoire type « the Voice ». On espère aussi que l’inoxydable fonctionnaire qui s’ennuie, à savoir Cheminade, se présentera encore pour obtenir au moins 0,5 %. Même ma  concierge s’interroge !   On savait que le tonitruant député Jean Lassalle se détachait peu à peu du Mouvement démocrate pour construire une candidature à l’élection présidentielle de 2017. Dimanche, la rupture avec la formation de François Bayrou a été explicitée: «La démarche que j’engage est non partisane. Maintenant, je dois le dire clairement: je me mets en congé du MoDem», annonce Jean Lassalle à Marianne. Le 2 mars dernier, LeFigaro.fr révélait les ambitions élyséennes du député béarnais, connu pour sa grève de la faim en 2006 et sa grande marche à travers le pays en 2013. «Je veux participer à mon niveau à l’animation d’une campagne présidentielle qui doit être d’un autre type», nous expliquait-il. Ajoutant: «On est à un moment tourmenté de notre histoire où les gens nous demandent de changer des têtes». Auprès de nos confrères, il confirme: «Je pose un acte et si je sens qu’il trouve un écho, je l’incarnerai et je serai candidat à la magistrature suprême».

 

 

 

Banque : après la société générale, le crédit agricole, LCL ferme aussi des agences

Banque : après la société générale, le crédit agricole, LCL ferme aussi des agences

La tendance structurelle à la très nette baisse des effectifs dans les banques se confirme. 600 000 emplois ont déjà été supprimés dans le monde depuis la crise de 2009. Pour l’avenir on prévoit la suppression de 50 % des emplois dans les banques françaises. Cette fois il s’agit de LCL. L’objectif pour LCL est de passer de 1 887 agences actuellement à 1640 en 2020, soit 247 fermetures. En revanche, la banque dément les chiffres sur les éventuels suppressions d’emplois de près de 400 agents avancés par les syndicats. «Il n’y a encore aucune projection précise à ce stade», précise un porte parole de la banque. Quoiqu’il en soit, avec le développement d’internet et les nouvelles habitudes des clients pour aller consulter leurs comptes et effectuer les petites opérations directement avec leur ordinateur ou leur smartphone, la fréquentation des clients s’érode dans les agences. Ce sont donc les agences dites «secondaires», avec deux ou trois salariés, qui seraient dans le viseur. Selon une étude du cabinet Deloitte, 24% des Français ne vont plus rencontrer leur banquier, contre 14% en 2014. Ils seraient d’ailleurs 13% à n’utiliser que les services en ligne pour gérer leurs comptes. Selon une autre étude de Médiamétrie-NetRatings, chaque jour, 5,2 millions de clients se connectent au site Internet de leur banque.
Cependant le groupe qui sera dirigé à partir du 4 avril par Michel Mathieu, l’actuel directeur général adjoint de Crédit Agricole SA, LCL va poursuivre sa politique de recrutement dans d’autres activités. L’objectif est de recruter en moyenne 1 000 CDI par an jusqu’en 2018. En 2015, la banque a recruté 1 500 agents.
Par ailleurs, la banque va lancer une grande opération de lifting dans ses principales agences. Déjà 40 agences ont été rénovées et modernisées sur le modèle de sa nouvelle vitrine située au 19 boulevard des Italiens à Paris et inaugurée au mois de novembre. Les clients peuvent trouver notamment sur place un accès au Wifi et des tablettes informatiques. Près de 1 200 agences principales et 400 agences secondaires devraient bénéficier de ce coup de jeune. LCL va investir au total 600 millions d’euros dans cette opération.
LCL n’est pas la seule à s’adapter à cette nouvelle donne. La Société générale a annoncé un plan de réorganisation de ses plates-formes de traitements des opérations clients en France. L’activité sera progressivement concentrée sur 14 sites d’ici à 2020, au lieu de 20 actuellement. Là aussi cela se traduira par la suppression d’environ 550 postes sur cinq ans mais «sans licenciement économique ni départ contraint», selon la banque.

1...2728293031...34



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol