Archive pour le Tag 'augmentation'

Page 2 sur 14

Augmentation « en douce » de la carte grise

Augmentation « en douce » de la carte grise

Pour l’instant, trois régions vont revoir leurs tarifs à la hausse dès le 1er janvier prochain, à commencer par l’Île-de-France. Cette dernière va faire passer son cheval fiscal de 46,15 euros à 54,95 euros, soit une hausse de 8,80 euros. La région se rapproche ainsi de la Bretagne, qui est la plus chère, à 55 euros. Le phénomène d’augmentation devrait s’étendre de la même manière qu’avec la taxe d’habitation par exemple.

En plus de l’Île-de-France, la Normandie va discrètement augmenter son cheval fiscal de 35 à 46 euros, soit 31% de hausse. Cette fois-ci, la région justifie cette décision par le maintien de ses investissements dans les transports, notamment dans le ferroviaire. Et le tarif initial de 35 euros était «historiquement bas», selon la région présidée par Hervé Morin.

Le Centre-Val-de-Loire envisage aussi de revaloriser son montant, mais seulement de 10%, avec une hausse de 5,20 euros, annoncée en octobre dernier. Le prix de la carte grise, à 49,80 euros, était resté inchangé depuis 2017. D’autres régions avaient fait le choix d’augmenter leurs tarifs dès 2023, de 3 euros dans les Pays-de-la-Loire, de 4 euros en Nouvelle-Aquitaine, d’1,50 euro dans les Hauts-de-France, de 4 euros en Bretagne et de 3 euros en Occitanie. Pour les régions, la taxe régionale sur les certificats d’immatriculation représente leur troisième recette fiscale, derrière la TVA et la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques.

La taxe sur les autoroutes va se transformer en augmentation des péages

La taxe sur les autoroutes va se transformer en augmentation des péages


À l’occasion de la discussion du budget de 1024, il y a une nouvelle taxe instaurée sur les autoroutes qui va sans doute se transformer tout simplement en augmentation des péages. De manière assez hypocrite, le gouvernement et le ministre des transports Clément Beaune critiquent les concessionnaires d’autoroutes qui envisagent d’augmenter les péages de 5 %.

Il y a effectivement beaucoup d’hypocrisie de la part du gouvernement mais aussi des sociétés d’autoroute qui n’ont jamais réalisé autant de profits. Et le ministre des transports d’en rajouter sur les responsabilités: «Il y a eu beaucoup d’intox, il y a eu parfois beaucoup de mensonges liés à cette taxe sur les sociétés de concessionnaires d’autoroutes, a martelé Clément Beaune, mercredi matin sur les ondes de RMC. Elle n’a aucun impact sur l’évolution des péages.»

On voit mal comment une taxe nouvelle n’aurait aucun impact sur les coûts et donc sur les tarifs !

Et le ministre des Transports d’épingler Vinci, premier concessionnaire autoroutier français avec ASF, Cofiroute et Escota, qui évoquait un surcoût de 5 % sur la facture des automobilistes. Surcoût que Pierre Coppey, le président de Vinci Autoroutes, justifiait par l’impact de la nouvelle taxe sur les comptes des sociétés d’autoroutes du groupe.

Social–Augmentation des salaires : le Medef dit non

Comme souvent en France le dialogue commence mal à propos de la réévaluation des salaires sur l’inflation. Le Medef répond en effet par la négative à la demande de réalignement de la rémunération sur l’inflation considérant que les augmentations passées suffisent. Pourtant la plupart des indicateurs économiques montrent une atteinte nette au pouvoir d’achat surtout dans les basses catégories. En effet en moyenne l’inflation a atteint environ 5 % en 2022 et ce sera vraisemblablement le cas aussi en 2023.

Le problème c’est qu’il s’agit d’une inflation moyenne qui ne rend pas compte de la modification structurelle des dépenses des ménages. Plus les salaires sont bas et plus les ménages subissent l’inflation par exemple des produits alimentaires qui ont progressé de plus de 20 % sur deux ans et de l’énergie.

Au total le retard sera de 10 % au 1er janvier 2024 en tenant compte de la vague d’augmentation qui touche tous les produits et services.

Le Medef déclare qu’il n’est pas question de procéder à de nouvelles augmentations de salaires. Un positionnement qui augure mal de la conférence sociale et de l’indigence de la négociation en France. Pour le patron du Medef les entreprises en ont fait déjà assez sur les salaires.

Un avertissement avant la mobilisation prévue ce vendredi par l’intersyndicale pour demander de meilleures rémunérations pour les salariés. Patrick Martin a doncapposé une fin de non-recevoir. Selon lui, les employeurs ont été à l’écoute des difficultés des salariés, face à l’inflation. Ils ont distribué des primes et augmenté les rémunérations. Aussi, le leader patronal n’entend-t-il pas aller plus loin. Surtout dans un contexte où la conjoncture économique s’assombrit.

Augmentation des salaires : prendre sur les profits des entreprises (Lagarde, BCE)

Augmentation des salaires : prendre sur les profits des entreprises (Lagarde, BCE)

Dans un entretien accordé pour le premier numéro de La Tribune Dimanche ce dimanche 8 octobre, la présidente française de la Banque centrale européenne (BCE) affirme que les entreprises «ont intérêt» à «accepter de prendre sur leurs marges une partie des augmentations de salaire qui seront négociées cette année et la suivante». Une position convergent avec ce que réclament les syndicats français. Et même d’affirmer que l’opinion publique va faire pression sur les entreprises pour cette actualisation du niveau des salaires.

Une position qui pourrait surprendre mais qui s’appuie sur le décalage qu’on enregistre entre l’évolution des profits et des salaires en Europe.

En clair, la patronne de la banque centrale européenne appelle à réduire un peu les marges en faveur des salaires et de menace d’augmenter encore les taux d’intérêt. ( L’envol des marges nourries largement l’inflation).

Cette réduction des marges est en tout cas «l’hypothèse intégrée dans (les) prévisions économiques» de la BCE. Car l’institution imagine que «les entreprises se comporteront de la même façon que lors de crises précédentes, c’est-à-dire en réduisant un peu leurs marges pour intégrer une partie des hausses de salaires», explique Christine Lagarde. Si tel n’était pas le cas, l’inflation pourrait être revue à la hausse et les perspectives de croissance au contraire à la baisse.

Selon les dernières prévisions de la BCE, l’inflation dans la zone euro devrait retomber à 5,6% cette année – après 8,4% en 2022 -, puis à 3,2% en 2024 et 2,1% en 2025. «L’inflation persiste, mais elle décroît. Elle est même en décélération constante. C’est une bonne nouvelle», s’est félicitée Christine Lagarde dans La Tribune Dimanche. Quant à la croissance, elle devrait s’afficher, selon la BCE, à 0,7% en 2023 – contre 3,5% en 2022 -, 1,0% en 2024 et 1,5% en 2025.

Au-delà du comportement des entreprises, la patronne de la Banque centrale européenne juge que l’autre incertitude pesant sur les perspectives économiques à court terme du continent tient aux prix de l’énergie. «Je pense qu’il faut s’habituer à l’idée que le prix du pétrole restera élevé.

Emprunt Immobilier : augmentation du taux d’endettement ?

Emprunt Immobilier : augmentation du taux d’endettement ?


D’ici la fin de l’année le nombre de crédits ce sera sans doute écroulé de près de 50 %. Du coup, le gouvernement recherche des solutions pour relancer l’accession à la propriété. Face à la montée des taux d’intérêt, il n’y a guère de perspectives favorables. Au contraire la capacité d’endettement ne cesse de diminuer par exemple un candidat ne peut plus emprunter que 150 000 € au lieu de 200 000 du fait des frais liés aux intérêts. La seule solution envisagée serait de « relever le taux d’endettement maximal des ménages » actuellement fixé à 35% des revenus .

Un desserrement des conditions de crédit « permettrait de débloquer de nombreuses situations individuelles et de donner un nouveau souffle bienvenu aux constructions ou aux rénovations de logement », jugent-ils.Le problème c’est qu’on risque d’endetter dangereusement certains candidats à l’accession à la propriété surtout si la tendance baissière des prix se confirme et s’amplifie.

Notons qu’il irait aussi des risques pour les banques qui alors pourraient détenir des actifs pourris

Reste que le ministre de l’Economie avait totalement exclu un relèvement du taux d’endettement maximal en mai dernier: « Ce que je ne veux pas, (c’est) régler la crise du logement en endettant massivement les Français et de manière déraisonnable. Cela créerait de l’instabilité et des risques financiers, c’est une mauvaise option », avait justifié le locataire de Bercy.

Immobilier : augmentation du taux d’endettement ?

Immobilier : augmentation du taux d’endettement ?


D’ici la fin de l’année le nombre de crédits ce sera sans doute écroulé de près de 50 %. Du coup, le gouvernement recherche des solutions pour relancer l’accession à la propriété. Face à la montée des taux d’intérêt, il n’y a guère de perspectives favorables. Au contraire la capacité d’endettement ne cesse de diminuer par exemple un candidat ne peut plus emprunter que 150 000 € au lieu de 200 000 du fait des frais liés aux intérêts. La seule solution envisagée serait de « relever le taux d’endettement maximal des ménages » actuellement fixé à 35% des revenus .

Un desserrement des conditions de crédit « permettrait de débloquer de nombreuses situations individuelles et de donner un nouveau souffle bienvenu aux constructions ou aux rénovations de logement », jugent-ils.Le problème c’est qu’on risque d’endetter dangereusement certains candidats à l’accession à la propriété surtout si la tendance baissière des prix se confirme et s’amplifie.

Notons qu’il irait aussi des risques pour les banques qui alors pourraient détenir des actifs pourris

Reste que le ministre de l’Economie avait totalement exclu un relèvement du taux d’endettement maximal en mai dernier: « Ce que je ne veux pas, (c’est) régler la crise du logement en endettant massivement les Français et de manière déraisonnable. Cela créerait de l’instabilité et des risques financiers, c’est une mauvaise option », avait justifié le locataire de Bercy.

Augmentation des prix de l’alimentaire: Les mensonges du gouvernement

Augmentation des prix de l’alimentaire: Les mensonges du gouvernement


Contrairement aux affirmations du gouvernement et en particulier du ministre de l’économie les prix dans l’alimentaire (et autres produits courants) n’ont nullement commencé à diminuer à partir de l’été. L’inflation se maintient même à haut niveau et si l’on tient compte de l’évolution des prix réels, l’augmentation aura été de 20 % depuis deux ans avec même des hausses de 30 à 50 % sur certains produits.

D’une certaine manière, le ministre de l’économie et pris dans le piège de ses contradictions. D’une part il s’oppose au relèvement significatif des salaires et des pensions en retard maintenant d’environ 10 % sur deux ans. D’autre part il ne veut pas imposer de négociations entre les distributeurs et les industriels. Pas davantage de taxation des profits exceptionnels alors que les dividendes atteignent des records, Pas non plus une baisse de la fiscalité sur le carburant qui flambe aussi
Pour le ministre de l’économie le fiasco est total non seulement en raison de l’incapacité à maîtriser l’inflation et le pouvoir d’achat mais aussi en raison d’une dérive budgétaire exceptionnelle qui va encore alourdir une dette abyssale.

Enfin le gouvernement estdécidé à en finir avec le «quoi qu’il en coûte» et le «bouclier tarifaire» qui ont protégé les Français depuis le début de la pandémie ; un gouvernement promettant en même temps, depuis des mois, que les prix alimentaires, en forte hausse depuis mars 2022, atteindront vite leur pic et baisseront rapidement.

Pour Bruno le maire l’échec est total dans tous les domaines.


Contrairement aux affirmations du gouvernement et en particulier du ministre de l’économie les prix dans l’alimentaire (et autres produits courants) n’ont nullement commencé à diminuer à partir de l’été. L’inflation se maintient même à haut niveau et si l’on tient compte de l’évolution des prix réels, l’augmentation aura été de 20 % depuis deux ans avec même des hausses de 30 à 50 % sur certains produits.

D’une certaine manière, le ministre de l’économie et pris dans le piège de ses contradictions. D’une part il s’oppose au relèvement significatif des salaires et des pensions en retard maintenant d’environ 10 % sur deux ans. D’autre part il ne veut pas imposer de négociations entre les distributeurs et les industriels. Pas davantage de taxation des profits exceptionnels alors que les dividendes atteignent des records, Pas non plus une baisse de la fiscalité sur le carburant qui flambe aussi
Pour le ministre de l’économie le fiasco est total non seulement en raison de l’incapacité à maîtriser l’inflation et le pouvoir d’achat mais aussi en raison d’une dérive budgétaire exceptionnelle qui va encore alourdir une dette abyssale.

Enfin le gouvernement estdécidé à en finir avec le «quoi qu’il en coûte» et le «bouclier tarifaire» qui ont protégé les Français depuis le début de la pandémie ; un gouvernement promettant en même temps, depuis des mois, que les prix alimentaires, en forte hausse depuis mars 2022, atteindront vite leur pic et baisseront rapidement.

Pour Bruno le maire l’échec est total dans tous les domaines.

Augmentation des prix de l’alimentaire: Les mensonges du gouvernement

Augmentation des prix de l’alimentaire: Les mensonges du gouvernement


Contrairement aux affirmations du gouvernement et en particulier du ministre de l’économie les prix dans l’alimentaire (et autres produits courants) n’ont nullement commencé à diminuer à partir de l’été. L’inflation se maintient même à haut niveau et si l’on tient compte de l’évolution des prix réels, l’augmentation aura été de 20 % depuis deux ans avec même des hausses de 30 à 50 % sur certains produits.

D’une certaine manière, le ministre de l’économie et pris dans le piège de ses contradictions. D’une part il s’oppose au relèvement significatif des salaires et des pensions en retard maintenant d’environ 10 % sur deux ans. D’autre part il ne veut pas imposer de négociations entre les distributeurs et les industriels. Pas davantage de taxation des profits exceptionnels alors que les dividendes atteignent des records, Pas non plus une baisse de la fiscalité sur le carburant qui flambe aussi
Pour le ministre de l’économie le fiasco est total non seulement en raison de l’incapacité à maîtriser l’inflation et le pouvoir d’achat mais aussi en raison d’une dérive budgétaire exceptionnelle qui va encore alourdir une dette abyssale.

Enfin le gouvernement estdécidé à en finir avec le «quoi qu’il en coûte» et le «bouclier tarifaire» qui ont protégé les Français depuis le début de la pandémie ; un gouvernement promettant en même temps, depuis des mois, que les prix alimentaires, en forte hausse depuis mars 2022, atteindront vite leur pic et baisseront rapidement.

Pour Bruno le maire l’échec est total dans tous les domaines.

Budget 2024 : Augmentation de 30 milliards du coût de la dette et 43 000 Euros par habitant

Budget 2024 : Augmentation de 30 milliards du coût de la dette et 43 000 Euros par habitant


Selon les « Echos », à l’horizon 2027, la charge de la dette ( autour de 3000 milliards !) pourrait coûter 10 milliards d’euros supplémentaires. Une augmentation mécanique puisque la France augmentée empruntait à 0 % en 2021 et en 2023 autour de 3%. Conséquence l’endettement coûtera 30 milliards de plus.

Rappelons qu’en 2000 la dette ne représentait que 60% du PIB. Elle représente maintenant 112,5% du PIB, ce qui représente 44.300 euros par Français.

À titre indicatif, à fin 2022, la dette française représentait une charge de 43.060 euros par habitant (+ 1.843 euros pour la seule année 2022, soit nettement supérieur à l’endettement moyen du citoyen européen qui a augmenté de 1.191 euros sur la même période).

Bercy estimait à 20 milliards d’euros la hausse de la charge d’endettement entre 2022 et 2027 mais selon les dernières prévisions, le montant pourrait être de 30 milliards d’euros, soit 10 milliards d’euros de plus que prévu, d’après des informations ressortant du programme de stabilité, citées par Les Echos.

La Cour des comptes avait pourtant alerté « le retournement marqué de la charge de la dette », en forte hausse « après une décennie de quasi-stabilité ou de légère baisse ». De fait, l’inflation joue, une partie des obligations françaises étant indexées sur l’évolution des prix.

Plombée par son endettement public à 111,6 % du PIB, la France reste fortement exposée à une remontée des taux. Début 2021, Paris se finançait à un taux proche de 0 % pour ses emprunts à 10 ans. Las, il tourne autour de 3% actuellement (avec un pic à plus de 3 % en janvier et en mars). La charge de la dette publique française risque de peser lourd dans les années qui viennent. D’où, aussi, la nécessité de trouver des pistes de réduction de la dépense publique. Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, notamment, planche sur la question.

Budget 2024 : Augmentation de 30 milliards du coût de la dette

Budget 2024 : Augmentation de 30 milliards du coût de la dette


Selon les « Echos », à l’horizon 2027, la charge de la dette ( autour de 3000 milliards !) pourrait coûter 10 milliards d’euros supplémentaires. Une augmentation mécanique puisque la France augmentée empruntait à 0 % en 2021 et en 2023 autour de 3%. Conséquence l’endettement coûtera 30 milliards de plus.

Bercy estimait à 20 milliards d’euros la hausse de la charge d’endettement entre 2022 et 2027 mais selon les dernières prévisions, le montant pourrait être de 30 milliards d’euros, soit 10 milliards d’euros de plus que prévu, d’après des informations ressortant du programme de stabilité, citées par Les Echos.

La Cour des comptes avait pourtant alerté « le retournement marqué de la charge de la dette », en forte hausse « après une décennie de quasi-stabilité ou de légère baisse ». De fait, l’inflation joue, une partie des obligations françaises étant indexées sur l’évolution des prix.

Plombée par son endettement public à 111,6 % du PIB, la France reste fortement exposée à une remontée des taux. Début 2021, Paris se finançait à un taux proche de 0 % pour ses emprunts à 10 ans. Las, il tourne autour de 3% actuellement (avec un pic à plus de 3 % en janvier et en mars). La charge de la dette publique française risque de peser lourd dans les années qui viennent. D’où, aussi, la nécessité de trouver des pistes de réduction de la dépense publique. Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, notamment, planche sur la question.

Budget : Augmentation de 30 milliards du coût de la dette

Budget : Augmentation de 30 milliards du coût de la dette


Selon les « Echos », à l’horizon 2027, la charge de la dette ( autour de 3000 milliards !) pourrait coûter 10 milliards d’euros supplémentaires. Une augmentation mécanique puisque la France augmentée empruntait à 0 % en 2021 et en 2023 autour de 3%. Conséquence l’endettement coûtera 30 milliards de plus.

Bercy estimait à 20 milliards d’euros la hausse de la charge d’endettement entre 2022 et 2027 mais selon les dernières prévisions, le montant pourrait être de 30 milliards d’euros, soit 10 milliards d’euros de plus que prévu, d’après des informations ressortant du programme de stabilité, citées par Les Echos.

La Cour des comptes avait pourtant alerté « le retournement marqué de la charge de la dette », en forte hausse « après une décennie de quasi-stabilité ou de légère baisse ». De fait, l’inflation joue, une partie des obligations françaises étant indexées sur l’évolution des prix.

Plombée par son endettement public à 111,6 % du PIB, la France reste fortement exposée à une remontée des taux. Début 2021, Paris se finançait à un taux proche de 0 % pour ses emprunts à 10 ans. Las, il tourne autour de 3% actuellement (avec un pic à plus de 3 % en janvier et en mars). La charge de la dette publique française risque de peser lourd dans les années qui viennent. D’où, aussi, la nécessité de trouver des pistes de réduction de la dépense publique. Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, notamment, planche sur la question.

Dividendes : Encore en augmentation de 12 % au premier trimestre

Dividendes : Encore en augmentation de 12 % au premier trimestre


Encore une augmentation de 12 % des dividendes au premier trimestre au plan mondial ; un niveau exceptionnel et un record évidemment en contradiction avec les pertes de pouvoir d’achat des salariés face à l’inflation ( En France en moyenne par exemple les salariés ont perdu 5 % de pouvoir d’achat sur deux ans).

Les versements de dividendes exceptionnels ont atteint 28,8 milliards de dollars au premier trimestre, « leur deuxième niveau le plus élevé de tous les temps » (après le premier trimestre 2014) », selon le rapport du gestionnaire d’actifs Janus Henderson. « Ford et Volkswagen ont représenté près d’un tiers des dividendes extraordinaires » des trois premiers mois de l’année et les dividendes versés par le secteur automobile ont été dix fois plus importants » que l’année dernière

En France, ce sont les groupes de luxe Hermès et Kering qui ont contribué à porter la croissance des dividendes, hors exceptionnels, à 11,6 %, avec 2,8 milliards d’euros, sur un total de 3 milliards de dollars versés par les sociétés françaises, loin d’un record, au cours d’un trimestre habituellement calme en termes de dividende. Le champion des dividendes du premier trimestre a été le groupe danois du transport maritime Moller Maersk, qui a distribué 11,7 milliards de dollars, « dont un peu plus de la moitié sous forme de dividende extraordinaire », ce qui reflète un bénéfice net record enregistré en 2022, grâce à la hausse des prix du fret de conteneurs.

Pour l’année 2023 dans son ensemble, les dividendes globaux devraient s’élever à 1.640 milliards de dollars, ce qui équivaut à une croissance globale de 5,2% ». Autre moyen de rémunérer les actionnaires, les rachats d’actions ont aussi atteint un record en 2022.

Sondage impôts: en augmentation pour 42 % des Français

Sondage impôts: en augmentation pour 42 % des Français

Selon un sondage Elabe pour « Les Echos » et l’Institut Montaigne , 42 % des Français on impression que la fiscalité a augmenté

Seul un peu plus d’un quart des Français (28 %) estime payer moins d’impôts. Petite consolation pour le chef de l’Etat : c’est le cas de la majorité de ses électeurs (61 %) alors que ceux de Jean-Luc Mélenchon jugent majoritairement qu’ils sont davantage taxés qu’auparavant. « C’est un élément du bilan d’Emmanuel Macron qui n’imprime pas », relève Vincent Thibault, directeur conseil opinion chez Elabe.

Derrière le scepticisme des personnes interrogées, une autre critique s’élève : plus de trois quarts considèrent que l’argent du contribuable est mal dépensé. Un sentiment persistant qui a conduit le gouvernement à lancer mi-avril la campagne « En avoir pour mes impôts » visant en particulier les classes moyennes, qui ont des « doutes » sur l’utilisation qui en est faite. L’enquête montre l’ampleur du chantier.

Plus d’un sur deux (53 %) pensent contribuer au système plus qu’ils n’en bénéficient. Si ce sentiment a nettement reflué depuis la crise des « gilets jaunes », « le gouvernement n’est pas parvenu à inverser la tendance », constate Vincent Thibault. Seules 8 % des personnes se disent gagnantes.

Croissance France : légère augmentation au deuxième trimestre

Croissance France : légère augmentation au deuxième trimestre

Entre avril et juin, le produit intérieur brut (PIB) serait « en légère hausse » par rapport au premier trimestre où il avait augmenté de 0,2 %.

En avril, l’activité a progressé dans les trois grands secteurs : industrie, services et bâtiment », a indiqué Olivier Garnier, directeur général des statistiques, des études et de l’international au sein de l’instance en présentant l’enquête mensuelle de conjoncture de La banque de France.

L’activité se stabiliserait ensuite en mai dans les services, tandis que l’industrie et le bâtiment se replieraient, des anticipations attribuables pour partie aux congés plus nombreux. Pour l’ensemble de l’année, la Banque de France table toujours sur une croissance du PIB de 0,6 %, inférieure à celle prévue par le gouvernement (1 %) et bien moindre que celle de 2,6 % enregistrée en 2022.

Sondage fiscalité : en augmentation pour 42 % des Français

Sondage fiscalité : en augmentation pour 42 % des Français

Selon un sondage Elabe pour « Les Echos » et l’Institut Montaigne , 42 % des Français on impression que la fiscalité a augmenté

Seul un peu plus d’un quart des Français (28 %) estime payer moins d’impôts. Petite consolation pour le chef de l’Etat : c’est le cas de la majorité de ses électeurs (61 %) alors que ceux de Jean-Luc Mélenchon jugent majoritairement qu’ils sont davantage taxés qu’auparavant. « C’est un élément du bilan d’Emmanuel Macron qui n’imprime pas », relève Vincent Thibault, directeur conseil opinion chez Elabe.

Derrière le scepticisme des personnes interrogées, une autre critique s’élève : plus de trois quarts considèrent que l’argent du contribuable est mal dépensé. Un sentiment persistant qui a conduit le gouvernement à lancer mi-avril la campagne « En avoir pour mes impôts » visant en particulier les classes moyennes, qui ont des « doutes » sur l’utilisation qui en est faite. L’enquête montre l’ampleur du chantier.

Plus d’un sur deux (53 %) pensent contribuer au système plus qu’ils n’en bénéficient. Si ce sentiment a nettement reflué depuis la crise des « gilets jaunes », « le gouvernement n’est pas parvenu à inverser la tendance », constate Vincent Thibault. Seules 8 % des personnes se disent gagnantes.

12345...14



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol