Archive pour le Tag 'audible'

Sondage Macron : de moins en moins audible

Sondage Macron  : de moins en moins audible

Les discours interminables de macros de moins en moins audible et de moins en moins suivi. Il n’y a guère que les chaînes d’information en continu qui en mal de ligne éditoriale meuble leurs grilles avec les allocutions présidentielles. Il faut dire que le président de la république use et abuse des expressions publiques. Pas un jour sans qu’ils ne s’expriment sur un sujet souvent pour ne pas dire grand-chose voir pour afficher des contradictions en disant en même temps tout et son contraire. Le pire c’est évidemment quand il va provoquer les licenciés de Whirlpool dont il a instrumentalisé la lutte pour se faire élire et qu’il revient voir alors que l’entreprise va être totalement fermée. Une irresponsabilité doublée d’une incompétence totale voir du mépris. Macros ces largement exprimés mardi 19 novembre, lors du congrès de l’Association des maires de France mais  a touché moins d’un Français sur deux, selon une enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro, parue jeudi 21 novembre. Seulement 2% des Français ont vu ou entendu ce discours en entier, auquel il faut ajouter 13% qui ont vu ou entendu ce discours en partie, et 30% qui se sont contentés des commentaires sur ce discours. Soit 45% des Français qui ont été exposés au discours, contre 54% qui n’en ont « pas du tout entendu parler ».

Il s’agit du pire score d’exposition jamais enregistré sur une allocution d’Emmanuel Macron. À titre de comparaison, le score d’exposition était de 89% le 10 décembre 2018, avec les annonces à la suite du mouvement des « gilets jaunes », et de 76% le 25 avril dernier, lors de l’allocution post grand débat. Mardi 19 novembre, le président n’a été directement vu ou écouté que par 15% des Français. Lors de ses deux dernières interventions, ils étaient respectivement 71% et 53% à l’avoir vu ou écouté, soit 3 à 5 fois plus.

Concernant le contenu du discours, 61% des Français qui l’ont suivi n’ont pas trouvé Emmanuel Macron convaincant. Dans le détail, 78% des sondés trouvent que le président de la République ne prend pas suffisamment en compte l’avis des maires, 73% qu’il ne leur donne pas suffisamment de moyens, et 68% qu’il ne connaît pas bien leurs préoccupations.

Le congrès de l’Association des maires de France a aussi été marqué par le discours de son président, François Baroin, l’une des têtes d’affiche du parti Les Républicains. Et, selon ce sondage Odoxa, ce « duel » tourne à l’avantage du maire de Troyes. Si les Français trouvent qu’Emmanuel Macron a plus d’autorité que François Baroin (54% contre 38%), les indicateurs sont équilibrés lorsque l’on demande qui a le plus la stature d’un homme d’État, qui est le plus dynamique ou le plus charismatique.

En revanche, les Français trouvent François Baroin plus compétent qu’Emmanuel Macron (55% contre 37%), mais aussi plus rassembleur (60% contre 33%) et largement plus proche des gens (70% contre 22%) que le président de la République. Un « duel » qui tourne évidemment à l’avantage de François Baroin chez les sympathisants du parti Les Républicains, mais aussi au Rassemblement national, chez les Insoumis et chez ceux du Parti socialiste.

Enquête réalisée par internet auprès d’un échantillon de 1 002 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

Sécurité : le bla-bla peu audible de François Hollande

Sécurité : le bla-bla peu audible de François Hollande

 

François Hollande s’est efforcé d’affronter les critiques notamment de la droite suite à la tuerie de Nice. Son argumentation pourtant ne paraît guère crédible pour justifier la politique actuelle. En effet le 14 juillet dans son allocution il avait indiqué qu’il convenait de mettre fin à l’état d’urgence faute de quoi il y aurait remise en cause de l’État de droit. C’est le même argument qu’il emploie pour justifier la prolongation de l’état d’urgence dans sa forme actuelle. Visiblement François Hollande n’a pas encore fait l’effort d’analyse relatif à l’équilibre qu’il conviendra de trouver entre la problématique de liberté et la problématique de sécurité. Il n’est d’ailleurs pas le seul dans ce cas puisqu’à droite c’est surtout la démagogie qui s’installe dans la perspective des primaires avec des propositions plus populistes mais tout aussi inefficaces. Notons d’ailleurs qu’un sondage récent de l’IFOP pour Atlantico  au démontrent qu’aucun grand leader candidat pour 2017 ne recueille une majorité de suffrage de la part des sélecteurs. (Juppé excepté) « Certains nous disent : mieux vaudrait ne plus avoir d’Etat de droit et être en liberté. Mais nous n’aurions ni la liberté ni l’Etat de droit et nous aurions toujours le terrorisme », a déclaré le président de la République à l’ambassade de France au Portugal, à Lisbonne. « Que signifierait être la France si nous cédions à nos libertés, à nos principes, à notre ordre constitutionnel et à commencer par la Constitution française », s’est-il interrogé. Après l’attaque qui a fait 84 morts à Nice le 14 juillet, François Hollande a ajouté que son « devoir » était de protéger les Français. « Je dois assurer cette protection, même s’il y aura toujours des risques », a-t-il dit. « Qui peut imaginer que déployant autant de forces, mettant autant de moyens, il n’y aura pas toujours une menace ? La menace elle est là.

(Avec Reuters)




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol