Archive pour le Tag 'aucune'

Nucléaire : aucune centrale ne sera pas fermé d’ici 2022

 Nucléaire : aucune centrale  ne sera pas fermé d’ici 2022

Contrairement à tout ce qu’a laissé entendre le ministre de l’environnement, de Rugy, aucun des trois scénarios envisagés par l’exécutif ne prévoit de fermer d’autres réacteurs nucléaires que ceux de la centrale de Fessenheim, dont la fermeture est déjà actée, d’ici 2022.Une fermeture plus que compensée par la mise en service de l’EPR de flamanville.  Selon un document gouvernemental révélé mardi 20 novembre par l’AFP, Emmanuel Macron et Edouard Philippe vont annoncer entre zéro et six fermetures de réacteurs nucléaires d’ici 2028 dans le cadre de la future programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Ce document s’appuie donc sur trois scénarios. Le premier, soutenu par le ministère de la Transition écologique, prévoit six fermetures de réacteurs entre 2022 et 2028, et six de plus d’ici 2035, sur les 58 que compte le parc nucléaire français actuel. Aucun réacteur ne serait fermé entre 2022 et 2028, selon le deuxième scénario, mais 12 le seraient entre 2028 et 2035. Enfin, le troisième, poussé par Bercy, entend fermer 9 réacteurs entre 2028 et 2035 et construire 4 EPR d’ici 2040. L’objectif de 50% d’électricité nucléaire est atteint en 2035 dans les deux premiers cas, mais attend 2040 dans celui de Bercy. Les scénarios prévoient une part de 40% d’électricité renouvelable, atteinte en 2030, 2032 ou 2034 suivant les trois cas. Sollicité par l’AFP sur ces informations, Matignon n’a pas fait de commentaires « sur des scénarios préparatoires à une décision ». Très attendus, les arbitrages finaux d’Edouard Philippe et d’Emmanuel Macron sont désormais imminents : « des annonces seront faites la semaine prochaine », a confirmé Matignon.

2017 : pour le Medef les partis politiques n’ont aucune vision

2017 : pour le Medef les partis politiques n’ont aucune vision

 

Pour une fois le Medef prend de la hauteur et tente de définir ce que pourraient être les grands aux enjeux pour le pays à l’occasion des élections présidentielles. Le Medef reconnaît par ailleurs ses propres contradictions internes et souligne aussi les difficultés à réformer le pays. L’organisation patronale règle en même temps ses comptes avec tous les partis politiques considérant qu’ils n’ont aucune vision. Une critique qui n’est pas totalement fausse dans la mesure où les candidats pour 2017 sont soit des fonctionnaires (Juppé, Hollande) soit des avocats (Sarkozy, Le Pen).  Le Medef, première organisation patronale française, a donc décidé de s’engager dans le débat présidentiel de 2017 en présentant son propre diagnostic et ses propositions pour la France de 2020. Cette contribution ne prendra pas la forme d’une liste de revendications mais d’un projet susceptible de redonner espoir à des Français réputés être l’un des peuples les plus pessimistes du monde, assurent les dirigeants du Medef. « Nous voulons contribuer à la campagne présidentielle », a expliqué mardi à la presse son président Pierre Gattaz. « La France va mal, les gens se castagnent, défilent (…) et n’ont plus d’espoir. Il faut redonner cet espoir. » « On voit bien que nos partis politiques, aujourd’hui, n’ont aucune vision pour notre pays », a-t-il poursuivi. « Celui qui aura cette vision à 10-20-30 ans (…) aura un atout incroyable sur des gens qui se présenteraient en disant juste ‘on va régler le problème des 35 heures ou de l’ISF’. »Dans un document de près de 200 pages qui sera diffusé à partir de mercredi, le Medef s’efforce de présenter cette vision « enthousiasmante » d’une France conquérante. Ce livre décortique sept défis à relever par la France, présente une méthode au coeur de laquelle il place l’entreprise et esquisse des orientations et des pistes. Pour le Medef, ces défis sont notamment la réponse de la France à la mondialisation et une redéfinition du projet européen – « Il faut qu’on fasse rêver avec l’Europe », souligne Pierre Gattaz à l’heure où le Royaume-Uni menace de la quitter. Il met aussi en avant l’innovation et les filières d’avenir, la révolution numérique et son impact sur le travail, le climat et la transition énergétique, l’épanouissement dans l’entreprise et le développement de l’entrepreneuriat. Parmi les pistes évoquées par le Medef, le document évoque sans surprise la nécessité d’instaurer une fiscalité plus simple et « moins pénalisante pour le travail comme pour le capital ». Il propose de créer un « nouveau modèle économique et social » fondé sur le dialogue social et la liberté d’entreprendre. Il estime que la priorité à l’accord d’entreprise instaurée par la loi El Khomri sur le travail ne pourra donner son plein effet qu’accompagnée d’une « rénovation du contrat de travail », avec des conditions de rupture plus souples. Autre thème connu : le Medef juge urgent d’alléger la part des entreprises dans le financement de la protection sociale, tout en admettant qu’elle peut être un facteur d’attractivité en retenant les talents et en facilitant la prise de risque. Dans un deuxième temps, l’organisation patronale publiera cet automne des propositions de réformes. Pierre Gattaz s’est dit très inquiet en raison de la difficulté à faire accepter des réformes, comme l’illustre la contestation du projet de loi réformant le marché du travail. « Est-ce qu’à chaque réforme ça va être le cirque comme pour la loi El Khomri ? » s’est-il interrogé. Il a reconnu que le climat social et l’image du Medef dans l’opinion publique et auprès des autres partenaires sociaux, notamment après l’échec des négociations sur l’assurance chômage () ne lui facilitaient pas la tâche. « Nous sommes prêts à nous remettre en question aussi », a dit Pierre Gattaz. « On essaye d’entraîner le plus de gens possible (…) en essayant d’enlever notre chapeau de patrons horribles (…) On a sans doute une énorme responsabilité. » « On n’a pas réussi à embarquer nos partenaires sociaux et les autres fédérations patronales », a-t-il ajouté. « Il faut regarder un peu devant et sortir des tranchées (…) Ce n’est pas simple, même au sein parfois de nos représentants. »

Résultats Elections régionales: aucune région pour le FN

Elections régionales: aucune région pour le FN

Les abstentionnistes du premier tour se sont réveillés au second et ont fait barrage au FN qui ne remporterait aucune région. Ce dimanche se déroule le second tour des élections régionales en France. Plus de 45 millions de Français sont attendus aux urnes pour ces dernières élections avant les présidentielles de 2017. C’est par ailleurs le premier scrutin régional à 13 régions. Voici les premiers résultats, selon RTBF, c’est le républicain Xavier Bertrand qui aurait remporté le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, au détriment de Marine Le Pen. En PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur), c’est Christian Estrosi qui remporterait la région. , Philippe Richert (LR) aurait battu le candidat FN Floriant Philippot en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. En Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, le socialiste Alain Rousset resterait en tête. François Bonneau (PS+PRG) aurait gagné le Centre-Val de Loire, Gilles Simeoni aurait remporté la Corse, Bruno Retailleau (LR) serait en tête de la région Pays de Loire et Jean-Yves Le Drian (PS) aurait remporté la Bretagne.

Bygmalion: « Aucune crédibilité aux propos de Jérôme Lavrilleux » ! (Sarkozy)

Bygmalion: « Aucune crédibilité aux propos de Jérôme Lavrilleux » !  (Sarkozy)  

Circulez, il n’y a rien à voir, en gros le système de défense de Sarkozy suite aux déclarations de son ancien directeur adjoint de campagne Jérôme Lavrilleux qui avait déclaré que Sarkozy mentaient. Lavrilleux, qui l’accuse de ne pas assumer sa responsabilité dans le système de fausses factures mis au jour dans le financement de sa campagne de 2012 et qui dénonce le système de défense récurrent de Sarkozy dans les différentes affaires en cours : « c’est pas moi, c’est l’autre ». Député européen et ancien directeur de cabinet de Jean-François Copé, Jérôme Lavrilleux s’en prend donc  à Nicolas Sarkozy après l’avoir, jusqu’alors, dédouané.   »Oui, les comptes ont débordé de tous les côtés. Il n’y a que Nicolas Sarkozy pour dire dans sa déposition que cette affaire ne concerne pas sa campagne. C’est un système de défense voué à un échec total. Il adopte le même dans toutes les affaires où il est entendu : c’est pas moi, c’est l’autre », déclare Jérôme Lavrilleux. « Dans Bygmalion, il dit : ‘C’est pas moi, c’est Copé.’ Il se défausse, il vit dans un monde irréel, et ne sait pas assumer. Les grands chefs sont pourtant ceux qui assument. L’ingratitude est la marque des faibles », ajoute-t-il. « Je vais vous dire quelque chose que je n’ai jamais dit, et dont j’ai la certitude, conforté par la lecture du dossier aujourd’hui : les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 ont dérapé, et pas seulement le budget consacré aux meetings. Il ne faudrait plus appeler cette affaire ‘Bygmalion’, mais celle des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy », poursuit-il.

Réforme territoriale : aucune économie d’après Moody’s

Réforme territoriale : aucune économie d’après Moody’s

Dans une note publiée ce lundi, l’agence de notation américaine indique qu’elle ne croit pas à l’efficacité du projet de François Hollande, qui est de faire des économies en ramenant de 22 à 14 le nombre de régions en France métropolitaine. Selon Moody’s, les économies générées par la réforme mettront du temps à se matérialiser. « Nous ne pensons pas que ces mesures vont générer d’économies pour les collectivités locales dans les années qui viennent car ces mesures ne font que redistribuer les coûts vers d’autres organes de l’État », affirme Daniel Marty, l’analyste de Moody’s, cité dans un communiqué. Cette réforme prévoit également le transfert aux régions de certaines des responsabilités jusqu’ici réservées aux départements dans l’éducation ou le social. « Ces changements vont faire faire quelques économies aux collectivités locales, mais sans de sérieuses réductions dans les coûts en pleine expansion de la masse salariale, nous ne pensons pas que les économies seront substantielles » estime l’analyste. Pour l’agence, les collectivités devront trouver ailleurs les ressources financières supprimées par l’Etat, soit 28 milliards d’euros pour la période 2014-2017. Le secrétaire d’Etat chargé du projet, André Vallini, assure une réduction de 5% sur cinq les dépenses des collectivités locales, soient environ 12 milliards d’euros. En revanche, le président français n’a pour l’instant donné aucun chiffre sur le coût de cette réforme et sur les économies qu’elle pourrait générer.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol