Archive pour le Tag 'Auchan'

Grande distribution : nouvelle vague de licenciements avec Auchan

Grande distribution : nouvelle vague de licenciements avec Auchan

 

Un peu comme dans l’automobile, la grande distribution risque de connaître des vagues successives de dégraissage des effectifs de grande ampleur. En effet, le secteur est affecté par des bouleversements structurels liés au changement de la demande  mais aussi à l’évolution des systèmes de distribution notamment via les plates-formes numériques. Pour parler clair, des grandes plates-formes notamment américaines vont tuer d’abord les formes de distribution actuelles mais aussi l’économie. Il y a de grands changements chez les consommateurs aussi qui souhaitent moins de produits standardisés, davantage de proximité et de qualité mais qui recourt aussi de plus en plus aux plates-formes numériques.

Un double phénomène: une recherche de proximité en même temps qu’un recours à la vente par Internet. Après d’autres, Auchan a donc annoncé mardi la suppression nette de 517 emplois en France dans le cadre d’une réorganisation censée lui permettre de se relancer face aux bouleversements en cours dans la grande distribution avec l’essor du commerce en ligne et les changements d’habitude de consommation.

Ce plan de départs volontaires concerne les salariés des fonctions “siège” et “produits” et les services d’appui de l’organisation commerciale, précise le groupe de la famille Mulliez dans un communiqué.

Il se traduira en fait par la suppression de 652 postes actuellement occupés et la création de 135 autres. Auchan va en outre lancer une étude d’impact sur sa chaîne logistique qui devrait aboutir l’été prochain à la définition d’une nouvelle organisation.

“La distribution s’est développée sur un modèle puissant, devenu aujourd’hui inadapté pour répondre aux transitions digitale, alimentaire, écologique et économique qui sont à l’oeuvre”, déclare Edgard Bonte, président d’Auchan Retail, l’activité de distribution du groupe, cité dans le communiqué. “Auchan Retail a des atouts solides pour faire face à ces changements qui impactent son modèle (…) à condition d’engager un travail de transformation profonde.” Le groupe Auchan, qui a accusé une perte nette de près d’un milliard d’euros en 2018, a lancé l’an dernier un plan d’économies qui devrait atteindre 1,1 milliard d’euros d’ici 2022.

Le distributeur est notamment à la peine en France, son premier marché, où ses ventes baissent depuis des années, plombées par les contre-performances de ses hypermarchés.

Le plan de redressement, qui vise à atteindre une rentabilité de 6% en 2022, commence à produire des effets avec une érosion très modérée du chiffre d’affaires en 2019 et une meilleure année en France par rapport à l’année précédente, selon le quotidien La Voix du Nord, qui cite la direction du groupe.

Au-delà des suppressions de postes, Auchan dit vouloir transformer en profondeur son métier en misant sur une offre locale et en faisant de ses magasins des “lieux d’expérience” avec l’organisation d’événements tels que des cours de cuisine. Le distributeur veut aussi doubler d’ici 2022 le chiffre d’affaires alimentaire dans le commerce en ligne et réaliser plus de 15% du chiffre d’affaires global hors des hypermarchés et supermarchés.

Crise grande distribution: nouvelle suppression d’emplois chez Auchan

Crise grande distribution: nouvelle suppression d’emplois chez Auchan

 

Après d’autres grandes chaînes, Auchan annonce à son tour 1 millier de suppressions d’emplois.  Le modèle des hypermarchés paraît de plus en plus obsolètes même s’il représente encore 50 % des achats. Il est coincé entre le développement du commerce sur Internet, les chaines  spécialisés et le développement des commerces de proximité. En outre les consommateurs évitent  de perdre leur temps dans ces espèces d’usines. Les consommateurs sont de moins en moins nombreux dans les hypermarchés : une fréquentation en baisse de 2,5% en 2018. « Il y a beaucoup trop de monde », avoue une cliente. Les premières grandes surfaces datent des années 1960. Ces temples de la consommation sont désormais à bout de souffle, concurrencés par des chaînes spécialisées et par Internet. Les magasins bio ont eux aussi vite trouvé leur clientèle.

. Le Web affiche une croissance de 15% par an grâce à des parts de marché prises à la grande distribution sur les vêtements ou l’électroménager. Pour se maintenir, les hypermarchés se renouvellent en développant des services comme le « drive » ou les commandes via Internet.  Auchan, qui a lancé début 2019 un plan de redressement face aux contre-performances de ses hypermarchés, devrait présenter à ses syndicats à la mi-janvier un plan de départs volontaires qui concernera au moins un millier de salariés de l’enseigne, a rapporté lundi Le Parisien.

 

Les syndicats devraient recevoir début janvier une convocation pour un comité social et économique d’établissement (CSE), lequel devrait avoir lieu le 14 janvier, écrit le journal, sans citer ses sources.

Auchan, propriété de la famille Mulliez, a lancé en mars dernier un plan pour tenter de redresser la barre alors que les ventes de ses activités de distribution (Auchan Retail) sont en recul depuis plus de six ans. Ce plan, baptisé “Renaissance”, passe par une baisse drastique des investissements (-41% au premier semestre) et par des réductions de coûts.

Les hypermarchés, qui comptent pour environ 80% des ventes du distributeur en France, sont à la peine face à la concurrence des spécialistes du e-commerce, notamment Amazon.

Le groupe Auchan, qui dispose également d’activités à l’étranger, a accusé une perte nette de près d’un milliard d’euros en 2018.

Le plan d’économies devrait atteindre 1,1 milliard d’euros en année pleine d’ici à 2022, selon les prévisions du groupe.

 

Après d’autres grandes chaînes, Auchan annonce à son tour 1 millier de suppressions d’emplois.  Le modèle des hypermarchés paraît de plus en plus obsolètes même s’il représente encore 50 % des achats. Il est coincé entre le développement du commerce sur Internet, les chaines  spécialisés et le développement des commerces de proximité. En outre les consommateurs évitent  de perdre leur temps dans ces espèces d’usines. Les consommateurs sont de moins en moins nombreux dans les hypermarchés : une fréquentation en baisse de 2,5% en 2018. « Il y a beaucoup trop de monde », avoue une cliente. Les premières grandes surfaces datent des années 1960. Ces temples de la consommation sont désormais à bout de souffle, concurrencés par des chaînes spécialisées et par Internet. Les magasins bio ont eux aussi vite trouvé leur clientèle.

. Le Web affiche une croissance de 15% par an grâce à des parts de marché prises à la grande distribution sur les vêtements ou l’électroménager. Pour se maintenir, les hypermarchés se renouvellent en développant des services comme le « drive » ou les commandes via Internet.  Auchan, qui a lancé début 2019 un plan de redressement face aux contre-performances de ses hypermarchés, devrait présenter à ses syndicats à la mi-janvier un plan de départs volontaires qui concernera au moins un millier de salariés de l’enseigne, a rapporté lundi Le Parisien.

 

Les syndicats devraient recevoir début janvier une convocation pour un comité social et économique d’établissement (CSE), lequel devrait avoir lieu le 14 janvier, écrit le journal, sans citer ses sources.

Auchan, propriété de la famille Mulliez, a lancé en mars dernier un plan pour tenter de redresser la barre alors que les ventes de ses activités de distribution (Auchan Retail) sont en recul depuis plus de six ans. Ce plan, baptisé “Renaissance”, passe par une baisse drastique des investissements (-41% au premier semestre) et par des réductions de coûts.

Les hypermarchés, qui comptent pour environ 80% des ventes du distributeur en France, sont à la peine face à la concurrence des spécialistes du e-commerce, notamment Amazon.

Le groupe Auchan, qui dispose également d’activités à l’étranger, a accusé une perte nette de près d’un milliard d’euros en 2018.

Le plan d’économies devrait atteindre 1,1 milliard d’euros en année pleine d’ici à 2022, selon les prévisions du groupe.

72 000 euros reçus d’Auchan en 2019 par L. Pietraszewski !

Le nouveau secrétaire d’Etat en charge des Retraites est député depuis début 2017;  pourtant d’après France Info et l’AFP,  il a reçu la somme de 71 872 euros perçus en août-septembre 2019. Soit plus de deux ans après son départ. Cette somme correspondrait à une indemnité de licenciement, sans doute un arrangement entre Auchan et le député. Reste qu’on peut s’interroger sur le faite que cette régularisation salariale intervienne plus de deux ans après les faits.

 

Le groupe Auchan explique que le député était  »en congé sabbatique depuis le 8 juillet 2017″ et que cette rémunération  »correspond à son indemnité de licenciement économique » intervenu en 2019. L’information est confirmée par le cabinet du nouveau secrétaire d’Etat : « Entre 2017 et 2019, il y a eu des réorganisations au sein de l’entreprise Auchan, qui a souhaité transférer son contrat dans une autre entité du groupe, ce que Laurent Pietraszewski a refusé. » Le montant de 71 872 euros a été calculé en fonction « de son ancienneté et de sa rémunération », ajoute son cabinet.

L’indemnité correspond à environ quatorze mois de salaire. Dans sa déclaration de 2017, lors de son entrée au Palais-Bourbon, l’ancien responsable des ressources humaines du groupe de grande distribution a déclaré des revenus annuels oscillant autour de 60 000 euros net entre 2012 et 2016. Il avait ensuite rempli une déclaration rectificative en octobre, précisant l’indemnité consécutive à son licenciement.

Fermeture de magasins Auchan : la crise de la grande distribution

Fermeture de magasins Auchan : la crise de la grande distribution

 

Nombre de grands distributeurs sont affectés par la crise qui concerne le secteur. Dernière en date Auchan qui va vendre 21 magasins et/ou 700 emplois sont concernés. Récemment, on a enregistré le même phénomène chez  Carrefour et Casino. La philosophie et les pratiques des consommateurs semblent à l’origine de cette crise. Avant on entrait dans l’hyper pour acheter une baguette et on en ressort avec un salon de jardin. Les marchands du temple savaient utilement solliciter le porte-monnaie des consommateurs. Plusieurs facteurs explicatifs sont à prendre en compte. Il y a peut-être un phénomène d’abord de déconsommation. Les consommateurs sont davantage attentifs à la nature et au volume de leurs achats pour des questions sanitaires et d’environnement. Pour preuve, ces derniers mois les achats se tassent. Il faut aussi prendre en compte la situation économique et sociale avec un pouvoir d’achat qui contrairement aux calculs de l’INSEE a plutôt tendance à stagner en raison notamment de l’envol des dépenses contraintes (logement, assurance, abonnement, transport etc.). Il y a aussi d’autres circuits alternatifs. Notamment la vente via Internet, aussi le développement de circuits courts. Enfin le consommateur prend de plus en plus en compte la dimension santé. De ce point de vue nombre de produits industriels suscite le doute voir l’inquiétude. Enfin la promenade dans les supermarchés qui était considérée, il y a 40 ou 50 ans, comme un divertissement est devenue une corvée pour une majorité de consommateurs.

 

Auchan : Mulliez dans le viseur de l’optimisation fiscale

Auchan : Mulliez dans le viseur de l’optimisation  fiscale

 

D’après les dires mêmes d’un membre de la famille qui les a dénoncés, les Mulliez  propriétaires notamment d’Auchan pratiqueraient avec assiduité le sport de l’optimisation fiscale ; on objectera sans doute qu’ils ne sont pas les seuls à s’adonner à ce type de sport dont la passion est partagée par la plupart des grandes entreprises. C’est la méthodes des poupées russes qui cachent des filiales lesquelles dissimulent d’autres filiales pour disperser les profits dans des terres fiscales plus accueillantes. Des perquisitions ont eu lieu, mardi 10 mai, dans différentes propriétés du groupe Mulliez en France, en Belgique et au Luxembourg, dans le cadre d’une information judiciaire pour soupçons de fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, a-t-on appris de sources concordantes judiciaires et proche du dossier. Cette enquête « ouverte depuis 8 mois » est conduite par la police judiciaire spécialisée Jirs de Lille, en coordination avec l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), a-t-on indiqué de source judiciaire. Ces perquisitions, confirmées de source proche du dossier, ont été révélées par La Voix du Nord sur son site internet. La famille Mulliez, connue pour sa grande discrétion, contrôle un empire, présent pour l’essentiel dans le domaine de la distribution. Ses principales enseignes sont Auchan, Décathlon, Leroy-Merlin ou encore Kiabi ou Norauto. Selon le magazine Challenges, Gérard Mulliez, fondateur d’Auchan, et sa famille étaient à la tête de la quatrième fortune de France en 2015, avec 23 milliards d’euros. Selon cette source judiciaire, « énormément de documentation » a été saisie mardi, ce qui « va nécessiter plusieurs semaines de travail ». Les perquisitions ont notamment eu lieu à Roubaix où se trouve le siège social du groupe Mulliez, au Luxembourg et à Néchin en Belgique, dans la résidence de Patrick Mulliez, fondateur de Kiabi. C’est dans cette petite ville à proximité immédiate de la frontière française que s’était domicilié l’acteur Gérard Depardieu, pour des raisons fiscales. Plusieurs membres de la famille Mulliez y résident. L’enquête a été ouverte suite « à un dépôt de plainte de la part d’un membre de la famille Mulliez » à l’encontre d’autres membres: « cela ressemble à un règlement de comptes », a estimé cette source judiciaire. En Belgique, les juges ont été saisis sur commission rogatoire internationale déposée par les autorités françaises, a indiqué à l’AFP le parquet de Tournai.

(Avec AFP et Challenges)

 

Mariage des centrales d’achat d’Auchan et système U

 

 

Plusieurs synnergies vont êter misse en place entre Auchan et Système U. La  plus importanate concernera la centrale d’ahaht, ce qui supposera des changements logistiques et des pressions accrues sur les producteurs. Auchan et Système U seront copropriétaires de la nouvelle centrale d’achat commune, qui aura vocation à négocier avec tous les fournisseurs, pour un montant d’achat global de 50 milliards d’euros par an.  Du coup ce nouvel ensemble viendrait en seconde poistion en France. Le dossier d’alliance plus poussée entre les deux groupes, annoncé en février dernier et déposé le 10 mars à Bruxelles, serait en cours de renvoi devant l’autorité de la concurrence. Un projet complexe qui, s’il ne peut être considéré comme une fusion, se concrétiserait bien par la création du numéro deux français de la distribution, juste derrière Carrefour et devant Leclerc. Obligés de se rapprocher pour rester dans la course aux prix que se livrent depuis trois ans les enseignes du secteur, le groupe intégré nordiste et le groupement d’indépendants ont noué un projet d’alliance complexe, dont le Figaro vous livre les grands axes, mais surtout les tenants et les aboutissants, dans un paysage de la distribution en pleine recomposition.

 

Auchan : 300 postes supprimés

Auchan  : 300 postes supprimés

 

Le  groupe de grande distribution prévoit de supprimer 300 postes sur la période 2014-2016, a-t-il annoncé ce vendredi 31 janvier, confirmant des informations syndicales publiées la veille à l’issue d’un comité central d’entreprise. Pour transformer ses métiers en magasin, le groupe prévoit « une diminution des effectifs de l’encadrement en magasin d’environ 800 postes », et la création d’un minimum de 500 postes supplémentaires d’employés libre-service ». Le groupe souhaite que ces transformations s’effectuent « sur la base du volontariat » et permettent « à toutes les personnes dont les postes peuvent être concernés, de bénéficier si elles le souhaitent de la mobilité interne, au sein d’Auchan France, mais aussi de Groupe Auchan ». L’avis du comité central d’entreprise sur ce dispositif sera recueilli le 25 février prochain, selon le communiqué.   « Ce qui nous inquiète, c’est l’impact sur l’emploi », déclarait hier Guy Laplatine, délégué syndical central CFDT. « Tout projet apportant du progrès économique et social sera validé, cependant la CFDT alerte sur les mauvais choix qui entreraient dans une logique de déflation économique et sociale », a indiqué le syndicat dans un communiqué. « Nous insistons sur le fait que les salariés ne doivent pas payer la note du plantage de 2013, nous serons vent debout contre toute tentation de modération salariale et surtout dans ces temps de crise aigüe du chômage, de suppressions d’emplois », est-il ajouté dans le communiqué. D’après Guy Laplatine, le directeur général d’Auchan France, Vincent Mignot, a reconnu lors du comité central d’entreprise que des erreurs stratégiques avaient été commises en 2013. Sur les six premiers mois de 2013, Auchan avait enregistré un bénéfice net de 317 millions d’euros, en hausse de 33,7%, soutenu en partie par des plus-values de cessions. La France, principal marché du groupe, avait enregistré un recul de 0,9% de ses ventes.

 

 

 

Auchan: 1.700 postes supprimés

Auchan: 1.700 postes supprimés

« Auchan a été très fort dans sa communication en disant que l’entreprise ne supprimait pas de postes Le groupe de distribution avait annoncé fin mars la création de 1.600 postes nets d’ici 2014 à travers un plan (PTE), qui prévoyait la création de 3.200 postes environ via l’ouverture de 56 magasins, dont 50 Auchan Drive, mais aussi la suppression de 1.600 postes.  La procédure d’information-consultation du personnel, étape obligatoire, s’est clôturée jeudi lors d’un comité central d’entreprise par un avis défavorable des principales organisations syndicales (FO, CGT, CFDT et CFTC). Auchan reste toutefois libre de ses décisions de gestion.  Pour les syndicats, les suppressions toucheront 750 postes liés à la vente, 300 postes administratifs (service du personnel et comptabilité), 200 postes en lien avec les relations clients et 500 postes de services d’appui (standart, SAV, livraisons, logistique, entretien et maintenance informatique).  Dans un communiqué, la CFDT a dénoncé « des méthodes limites manipulatoires, avec des annonces fermes de créations de postes, notamment sur des ouvertures de sites hypothétiques » et une consultation « menée au pas de charge ».   »Nous n’avons pas à commenter les positions des organisations syndicales », a indiqué à l’AFP un porte-parole du groupe qui précise que la direction « continue par ailleurs à discuter » avec elles.  Auchan, contrôlé par la famille Mulliez, emploie 50.000 personnes en France. Mi-mars, le groupe a annoncé un bénéfice net 2011 en hausse de 14,9% à 810 millions d’euros.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol