Archive pour le Tag 'au plus bas historique'

Immobilier : les intentions d’achat au plus bas historique ?

Immobilier : les intentions d’achat au plus bas historique ?

A peine 27 % des français reconnaissent avoir un projet immobilier dans les mois à venir, selon le 4éme baromètre semestriel Explorimmo/IFOP . Ils étaient 30 % il y a an et 28 % en novembre dernier. Avec 73 % des personnes interrogées qui avouent ne pas avoir la possibilité de réaliser un projet immobilier, les intentions d’achat des Français sont au plus bas depuis 18 mois. Pour Guillaume Teilhard de Chardin, le directeur d’Explorimmo, « cette nouvelle vague révèle des intentions d’achat ou de location en baisse, atteignant le plus bas niveau depuis septembre 2011. Pour ceux qui souhaitent investir, les restrictions de budgets les poussent à réaliser des projets moins ambitieux, en optant par exemple pour un appartement plutôt qu’une maison. Sceptiques quant aux mesures politiques proposées jusqu’à présent, les Français jouent actuellement la carte de la prudence malgré une situation qu’ils jugent plus positive». La disparition progressive du Scellier et son remplacement par le dispositif Duflot, jugé moins favorable en termes de rendement, ainsi que la hausse des taxations sur les plus-values immobilières ont sans doute pesé sur l’appétit pour l’investissement immobilier.  Mais la baisse des intentions d’achat s’explique aussi par la réduction du budget des familles. Selon le baromètre Explorimmo/IFOP, les acheteurs prévoient de consacrer en moyenne 192.000 euros à leur projet immobilier. La somme peut paraître élevée, notamment hors des grandes villes, mais le budget a reculé de près de 10% (213.000 euros en octobre) en moins de six mois. L’apport personnel est, en effet, en net repli de près de 11% à 83.000 euros. « Logiquement, ce manque de moyens financiers est la première raison évoquée pour 48% des locataires n’ayant pas de projet immobilier. Pessimistes, 36% d’entre eux considèrent même que le statut de propriétaire leur restera inaccessible », constate le site internet spécialiste de l’immobilier.  L’étude IFOP pointe aussi du doigt l’impact des actions du gouvernement de Jean-Marc Ayrault en matière d’immobilier et qui « n’inspirent confiance qu’à 30 % des Français ». Un quart des personnes interrogées déclare même n’avoir pas du tout confiance. Le désaveu est valable que ce soit pour les mesures engagées en matière de construction de logements (37% de taux de confiance), de locations (36%), d’achats (30%) ou de ventes (24%). Ils attendent surtout que l’Etat fasse « pression sur les banques afin de limiter les taux de crédits ». Des taux qui commencent à se tendre dans certaines régions. Enfin l’action de l’Etat est aussi ardemment souhaitée en matière de location, surtout sur le marché privé. C’est justement l’un des objectifs du dispositif « Duflot » qui vise à aider la construction de 40.000 logements neufs dès cette année en France.

Sondage : Hollande et Ayrault au plus bas historique, un séisme politique se prépare

Sondage : Hollande et Ayrault au plus bas historique, un séisme politique se prépare

Le séisme politique se rapproche car la  popularité de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault enregistrent une nouvelle dégradation sérieuse dans le baromètre TNS-Sofres de novembre pour Le Figaro Magazine, avec 36% d’opinions favorables pour le chef de l’Etat (- 5 points) et 34% pour le Premier ministre (- 7 points). Pour la première fois, la cote de confiance du chef du gouvernement est inférieure à celle du président de la République. Mais, si 60% des sondés confient ne pas faire confiance à François Hollande, ils sont un peu moins, 57%, à exprimer leur défiance vis-à-vis de Jean-Marc Ayrault.  Une chute évidemment pathétique, il n’ya que les militants bornés et certains  apparatchiks pour croire que ça ira mieux dans 5 ans. « On sera jugé sur les résultats ». Problème, au rythme de la montée  de cette impopularité et de la dégradation économique, tout cela n’attendra pas 5 ans. Certains socialistes, les écolos, les communistes vont prendre leur distance avec ce gouvernement pour ne pas sombrer électoralement. Avant 2 ans (et sans doute vers la fin 2013), il faut s’attendre à un séisme politique. D’abord au début de 2013, on procédera à un changement de gouvernement. L’Elysée préparerait déjà la suite avec un profil rassurant comme Premier Ministre, type Valls, Moscovici ou  Fabius. On en profitera pour changer les « amateurs » de certains ministères (type Montebourg, Taubira, Cahuzac); Malheureusement la nouvelle formule ne tiendra pas longtemps non plus devant la dégradation des indicateurs économiques et la grogne sociale. Le moment venu, Hollande sera contraint de proposer un gouvernement d’union nationale ; S’il tarde, l’alternative sera pire pour lui. Il sera renvoyé au rang d’un président potiche comme Coty sous la quatrième et ce sera un gouvernement d’experts qui tentera de sauver ce qui peut encore l’être. On pourrait frôler les 3,5millions de chômeurs (catégorie A) d’ici la fin 2013 (500 000 de plus qu’en 2012) car la croissance ne sera pas au rendez-vous. Même si l’Europe (et surtout l’Allemagne) consentait à privilégier la croissance sur l’austérité les effets ne pourraient intervenir que dans 2 ou 3 ans. Du coup, fin 2014, le chômage pourrait concerner 4 millions de personnes. On connaît le seuil de résistance (comme disent les analystes financiers) du PS, les 16% de Jospin, on y va. On ne gouverne pas la France avec un soutien aussi dérisoire.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol