Archive pour le Tag 'au contraire'

FMI- Lagarde: la dette comme en « temps de guerre » ; l’austérité ne changera rien au contraire

FMI- Lagarde: la dette comme en   »temps de guerre » ; l’austérité ne changera rien au contraire

La dette publique accumulée par les pays riches s’approche des niveaux atteints en « temps de guerre », a estimé vendredi la directrice générale du FMI Christine Lagarde, estimant que cet « obstacle » ne pourra être surmonté qu’en empruntant « un chemin étroit ».   »Le plus grand obstacle (à la croissance, ndlr) sera sans doute l’immense héritage légué par la dette publique qui atteint maintenant en moyenne 110% (du produit intérieur brut, ndlr) dans les pays développés, quasiment un niveau de temps de guerre », a déclaré Mme Lagarde à Tokyo devant les représentants des 188 Etats-membres du Fonds, réunis en assemblée plénière.  Selon les prévisions du FMI publiées cette semaine, la dette publique dans les pays développés devrait dépasser 110% cette année et 113% en 2013. Au Japon, ce ratio devrait s’élever à 236,6% en 2011. D’après Mme Lagarde, s’attaquer à cette dette avec une croissance atone sera « incroyablement difficile » et nécessite de trouver « le bon rythme » de réduction des déficits. « C’est un chemin étroit, probablement un long chemin et pour lequel il n’existe pas de raccourcis », a-t-elle estimé.  La patronne du Fonds a par ailleurs de nouveau appelé à réformer un système financier qui « n’est toujours pas plus sûr » qu’au moment de la faillite de la banque américaine Lehman Brothers en 2008, qui a déclenché la crise financière.   »Les excès continus et les scandales montrent que la culture (de la finance, ndlr) n’a pas réellement changé », a déclaré Mme Lagarde. Le système « est encore beaucoup trop complexe, les activités sont encore trop concentrées dans de grands établissements », a-t-elle précisé, ajoutant que le spectre de banques « trop grandes pour faire faillite » (+too big to fail+) continuaient à « hanter » le secteur.

 

 

Merkel : des félicitations à Monti qui ne coûte rien à l’Allemagne, au contraire

Merkel : des félicitations à Monti qui ne coûte rien à l’Allemagne, au contraire

 

Monti réclame depuis des semaines une intervention européenne sur l’écart des taux qui devient insupportable. L’Allemagne n’en veut pas ; en compensation,  Merkel n’est pas avare de félicitations vis-à-vis de la politique d’austérité de l’Italie. La chancelière Angela Merkel a en effet salué mercredi les réformes de grande ampleur engagées par le président du Conseil italien Mario Monti, en estimant qu’elles devraient permettre à terme de faire refluer les coûts de financement de l’Italie. « La consolidation de grande ampleur et le programme de réformes du gouvernement italien sont impressionnants. Il faut les poursuivre et les mettre en œuvre pas à pas », a déclaré Angela Merkel lors d’une conférence de presse commune. « Je suis personnellement convaincue que ces efforts de réforme porteront leurs fruits, qu’ils amélioreront la compétitivité globale de l’Europe », a-t-elle ajouté. Le programme de réformes lancé par le gouvernement Monti depuis son arrivée au pouvoir en novembre porte notamment sur le marché du travail et les retraites et comprend également des coupes budgétaires ainsi qu’une dérégulation de plusieurs secteurs de l’économie. Les contrats à terme sur les emprunts d’Etat allemands sont partis à la baisse après ces déclarations, un trader soulignant qu’Angela Merkel avait été « très positive » à propos de l’Italie ; En faiat ce sont des propos qui sont aussi à usage interne en Allemagne. Ces félicitations évitent d’avoir  à soutenir financièrement l’Italie et perpétue des taux d’intérêt historiquement bas pour l’Allemagne.

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol