Archive pour le Tag 'attentisme'

Sondage Macron : de l’attentisme à la méfiance

Sondage Macron : de l’attentisme à la méfiance

Pendant longtemps, Emmanuel Macron a bénéficié de  bienveillance de la part des Français. Sa jeunesse, son dynamisme semblait porteur d’espoir. Surtout une grande majorité de français attendaient les résultats économiques et sociaux avant de juger la politique du gouvernement. Or ces résultats sont décevants. D’abord la croissance se tasse  sérieusement et plus qu’ailleurs en Europe avec sans doute un PIB qui progressera de 1,5 % environ au lieu de 2,3 % prévus. Du coup mécaniquement, le chômage ne baisse pratiquement pas. Parallèlement l’inflation se réveille  avec en juillet une progression de 2,3 % sur un an. De ce fait les Français accusent une réelle perte de pouvoir d’achat qui s’ajoute aux ponctions fiscales de début d’année. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que la consommation des ménages, principal moteur de la croissance, soit en panne. Autre conséquence de cette mauvaise situation concernant l’activité générale, les équilibres financiers se dégradent et le gouvernement ne pourra pas tenir ses promesses en matière de réduction de déficit. Le pire peut-être c’est que Macron du fait de sa politique et des doutes maintenant sur son honnêteté et sa transparence (voir l’affaire Ben à la colère) a instillé la méfiance chez les Français. Au début de son élection il avait réussi à recréer un climat de confiance tant à l’intérieur du pays au-delà des frontières. Depuis ce crédit a été largement entamé. Le  chef de l’État veut réformer à coups de serpe le modèle social. En clair il veut diminuer drastiquement le montant des retraites. C’est le premier motif d’inquiétude des Français qui considèrent que Macron  à 53 % n’est pas capable de réformer le. Ce qui manque dans la politique de macro : le sens de l’équilibre, un équilibre entre la politique de l’offre et la politique de la demande. Or depuis son arrivée Macron  à tué le dynamisme de la demande et du coup sa politique de l’offre ne sert à rien pour soutenir l’activité.

Moral chefs d’entreprises : attentisme

Moral chefs d’entreprises : attentisme

 

D’après le sondage Opinion Way pour CCI France/La Tribune/ Europe 1 les chefs d’entreprise sont 54% à penser que la situation économique de la France ne changera pas après l’élection présidentielle. Ils sont 9% à estimer qu’elle se détériorera et 32% à envisager une amélioration. En ce qui concerne leur entreprise, ils sont 61% à tabler sur le statu quo. Ils sont 26% seulement à envisager une amélioration et 9% à penser que la situation se dégradera. De fait, l’optimisme ne règne pas. C’est surtout le cas des dirigeants d’entreprises de moins de 10 salariés. Ils sont 37% à se déclarer inquiets. Ils ne sont « que » 22% dans les entreprises de 10 salariés et plus. La méfiance règne particulièrement chez les TPE. En effet, 32% de leurs dirigeants indiquent ne plus savoir sur quel pied danser actuellement. Ce pourcentage s’élève à 15% pour les dirigeants de structures de 10 salariés et plus. « De l’autre côté, les chefs d’entreprises de 10 salariés et plus avouent être plus optimistes (41% contre 34% pour les entreprises plus petites) mais aussi plus confiants (32% contre 23%) », indiquent les auteurs de la Grande consultation. Seuls 6% d’entre eux se considèrent actuellement comme « audacieux ». Résultat, les embauches sont à l’arrêt. Ainsi, 92% des chefs d’entreprises interrogés se contentent de vouloir maintenir leurs effectifs. Ils sont 4% à vouloir les réduire et 4% à les augmenter.

 

Hausse de l’euro : attentisme de la BCE

Hausse de l’euro : attentisme de la BCE

 

La hausse de l’euro handicape un peu plus la compétitivité de l’Europe mais  la Banque centrale européenne (BCE) est divisée quant aux réponses à apporter à cette appréciation de la devise européenne. La vigueur de l’euro, en grande partie reflet d’un dollar affaibli par la politique de la Réserve fédérale américaine (Fed), est source de préoccupation pour les responsables monétaires européens aux prises avec une reprise fragile et une inflation faible et en ralentissement. A seulement 1,1% en rythme annuel, la hausse des prix est bien en-deçà de l’objectif de la BCE d’une inflation à moyen terme inférieure à 2% mais proche de ce seuil. La vigueur de l’euro, en pesant sur les prix à l’importation, pourrait accentuer un peu plus encore le ralentissement de l’inflation. Trois écoles de pensée coexistent parmi les 23 membres du conseil des gouverneurs quant à la réponse à apporter, selon des sources au fait des débats au sein de l’instance décisionnaire en matière de politique monétaire. L’une privilégie l’option d’une nouvelle opération de refinancement à long terme des banques, une autre favorise une baisse des taux directeurs tandis que les tenants de la troisième préconisent l’attentisme. Tout en estimant que l’appréciation de l’euro n’est pas bienvenue, Ewald Nowotny, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, a ainsi déclaré mardi à l’agence financière MNI qu’il ne voyait pas quels instruments elle pourrait employer pour la contrer. « Je ne pense pas que le problème ait atteint une dimension qui appelle une réponse, donc nous devons faire avec », a-t-il ajouté.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol