Archive pour le Tag 'Attentats'

Attentats en Espagne: manque de solidarité en France

Attentats en Espagne: manque de solidarité en France

 

 

On peut légitimement se demander si le terrorisme n’est pas en voie de banalisation tellement les réactions paraissent timides. Par exemple le dernier attentat en Espagne qui a pourtant fait des victimes françaises n’a suscité que quelques réactions assez convenues par voie de communiqué. Il s’agit pourtant d’un premier attentat  en ’Espagne. On aurait attendu mieux de la part de la France. Qu’elle prenne par exemple l’  initiative d’un vaste mouvement de protestation organisée dans toute l’Europe. La bataille est en effet culturelle et idéologique. C’est la bataille de la démocratie contre la barbarie. Elle durera 30 ou 40 ans, il s’agit de triompher de la barbarie de quelques jeunes tarés, le plus en souvent anciens délinquants qui veulent donner une légitimité religieuse à leur violence.  .Faut-il rappeler qu’après l’attentat contre Charlie hebdo des millions de Français s’étaient mobilisés avec la présence de 40 responsables politiques de pays étrangers. Depuis les crimes contre Charlie hebdo, d’autres événements tragiques se sont déroulés en France à Nice en particulier et aussi un peu partout dans le monde. Du coup,  l’impression d’accoutumance voire d’impuissance se répand y compris chez les responsables politiques.  Le dernier bilan des victimes françaises des attentats de la fin de la semaine en Espagne, publié samedi par le ministère des Affaires étrangères, fait état de 30 blessés, dont cinq dans un état grave. Seize de ces blessés ont pu quitter les hôpitaux où ils étaient soignés et 14 sont encore hospitalisés dans des établissements de la région de Barcelone, a précisé le Quai d’Orsay dans un communiqué. Les attaques aux véhicules bélier de Barcelone et Cambrils, en Catalogne, revendiquées par l’organisation de l’Etat islamique, ont fait au total 14 morts et 126 blessés. Certes les Français sont en vacances, le gouvernement aussi mais le pire dans cette bataille c’est de trouver des excuses au manque de solidarité. De ce point de vue on peut se réjouir de l’initiative du maire de Nice de réunir les maires des plus grandes villes européennes avec le commissaire européen à la sécurité afin de6 aux moyens de lutte contre ce terrorisme.

Pour l’anonymat des auteurs d’attentats

Pour  l’anonymat des auteurs d’attentats

 

Une idée sans doute intéressante, celle qui consiste à imposer l’anonymat pour les auteurs d’actes de terrorisme. En effet la plupart de ces terroristes affichent  des personnalités au profil lamentable, ce sont en effet le plus souvent des tarés voir des criminels qui recherchent dans les attentats une honorabilité justifiée par leurs supposées convictions religieuses. Bref des marginaux et des voyous en quête de titres de martyrs largement diffusés dans les médias. Imposer l’anonymat permettrait d’enlever l’une des motivations profondes des auteurs de ces crimes. Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) Midi-Pyrénées, Franck Touboul, a donc  réclamé « l’anonymat des terroristes qui privent de noms ceux qui ont été privés de vie ».  La ville de Toulouse a honoré cinq ans après, dimanche, la mémoire des sept victimes de Mohamed Merah, avec cet  appel pour que les auteurs de tels actes restent anonymes. La cérémonie, qui a réuni plus d’un millier de personnes, s’est déroulée pour la première fois dans l’enceinte de l’école juive Ohr Torah, anciennement Ozar Hatorah, où quatre victimes, dont trois enfants, sont tombées le 19 mars 2012 sous les balles du tueur djihadiste. Celui-ci avait abattu trois militaires à Toulouse et Montauban (Tarn-et-Garonne) les jours précédents. Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) Midi-Pyrénées, Franck Touboul, a expliqué la justification de sa demande d’anonymat :   »Notre demande est simple : c’est une simple modification du droit existant », a-t-il dit en présence du ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux. « Il n’y aura jamais de refuge sur le sol national pour les terroristes qui s’en prennent à nos enfants, à nos proches, à nos amis, à nos policiers et à nos soldats », a dit le ministre.

Baisse du Tourisme : attentats et manifs responsables

Baisse du Tourisme : attentats et manifs responsables

 

En dépit de l’euro de foot organisé en France,  l’activité touristique a encore régressé au second trimestre. En cause, les conséquences des attentats, aussi les blocages et autres manifs qui ont contribué également à ternir l’image de la France. Les premières indications de l’été laissent supposer une nouvelle baisse pour le troisième trimestre notamment de la part des étrangers. La fréquentation touristique en France a donc rechuté au deuxième trimestre sous les effets d’une météo maussade et d’un faible nombre de jours fériés, même si l’Euro de football a permis de limiter les dégâts dans les villes de province qui ont accueilli des matches, selon les données publiées vendredi par l’Insee. Le nombre de nuitées dans les hébergements touristiques a ainsi chuté de 4,8%, à 92,4 millions, sur avril-juin par rapport à la même période de l’an passé, après une hausse révisée à 1,1% (1,0% estimé précédemment) au premier trimestre 2016. L’Insee souligne que le deuxième trimestre a compté cette année deux jours fériés, contre cinq en 2015. La baisse a été particulièrement marquée pour les nuitées étrangères (-8,5% contre -2,7% au 1er trimestre), atteignant une ampleur comparable à celle du 4e trimestre 2015, qui a été touché par les attentats de Paris et de Saint-Denis. La fréquentation des seuls hôtels a reculé de 3,5%, effaçant son rebond du 1er trimestre (+1,9%). La clientèle étrangère, en baisse pour le troisième trimestre consécutif, s’est encore contractée de 7,3%. Seuls les hôtels situés dans les grandes villes de province ont vu leur fréquentation augmenter (+1,5%) en partie grâce à l’Euro de football. Mais ceux de l’agglomération parisienne (-10,3%) ont été plus pénalisés par la défection de la clientèle étrangère. La fréquentation des autres hébergements collectifs touristiques (résidences, villages vacances) a chuté de 6,4%, là aussi en raison de la défection des étrangers (-20,2%). Les campings ont connu de leur côté un début de saison difficile avec un recul de 6,8% de leur fréquentation par rapport au printemps 2015.

(Avec Reuters )

 

 

« anonymiser » les auteurs d’attentats

« anonymiser » les auteurs d’attentats

 

Afin de limiter la propagande islamiste et la publicité dont bénéficient les djihadistes plusieurs médias français ont décidé de ne plus montrer les portraits des auteurs d’attentats et pour certains, comme Europe 1, de ne plus divulguer leur nom afin de les condamner, en quelque sorte, à l’anonymat. La secrétaire d’Etat chargée de l’aide aux victimes, Juliette Méadel, avait annoncé le 21 juillet dernier sur metronews.fr la création d’un groupe de travail qui proposera en septembre des mesures pour « repenser l’éthique des médias » dans la couverture des attentats. « Ceux qui commettent ces actes attendent une gloire planétaire. On peut même considérer que cela fait partie de l’acte. De ce point de vue, il faut réfléchir à des moyens de donner de l’information sans forcément livrer tous les détails de l’identité ou de la biographie du terroriste », expliquait-elle. Mardi soir sur TF1, à la suite de l’assassinat d’un prêtre revendiqué par l’Etat islamique, l’archevêque de Paris, Mgr Vingt-trois, s’est interrogé sur la « médiatisation excessive » des attentats qui pourrait être « un facteur aggravant parce que c’est : ‘Enfin, on peut parler de moi, je suis quelqu’un’ ». La chaîne d’informations en continu BFM TV et la direction du Monde ont d’ores et déjà pris la décision de ne plus publier les photographies des auteurs des tueries. Dans un éditorial publié dans Le Monde mercredi, le directeur du journal explique vouloir « éviter d’éventuels effets de glorification posthume ». Le député socialiste Sébastien Pietrasanta, rapporteur de la commission d’enquête parlementaire de lutte contre le terrorisme, estime que « c’est une bonne chose ». « Ce sujet a été évoqué lors d’une table ronde avec les victimes, qui disaient qu’on parlait plus des terroristes que des victimes », a-t-il dit mercredi à Reuters. « Ça pourrait éviter à la fois le mimétisme — avec des types érigés en héros — et la glorification », a-t-il souligné. Dans ses recommandations, la commission d’enquête exhorte notamment « les responsables du pouvoir exécutif et de la presse à engager, dans les meilleurs délais, une réflexion sur le traitement médiatique d’une attaque terroriste » avec l’élaboration d’une charte. Le psychanalyste tunisien Fethi Benslama, appelé à superviser le dispositif psychologique des centres de déradicalisation en France, avait plaidé au lendemain de l’attentat de Nice pour « un pacte » entre les médias afin de « ne plus publier les noms et les images des auteurs » de ces actes. « Les commanditaires veulent les faire connaître, mais les faire connaître comment? Ça restera au niveau de leur réseau, ça reste assez limité », a-t-il justifié sur France Culture.

(Avec Reuters)

Attentats : « une classe politique nulle »

Attentats : « une classe politique nulle »

« Débat minable, pas du tout à la hauteur du défi. Notre classe politicienne est nulle face à cela, elle donne le sentiment de courir derrière l’événement, d’être intéressée surtout par ses chamailleries » Gilles Kepel. spécialiste du djihadisme dont les propos sont rappelés par Challenges  Kepel vise  l’ensemble d’un personnel politique qui donne le sentiment de se raccrocher à des réflexes de posture et de communication comme dépourvus de sens, comme s’il était dépassé par la dimension historique des événements auquel il est confronté. La sentence sans appel de Gilles Kepel ne vise pas seulement la gauche de gouvernement, François Hollande, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve. Il inclut également les gauches de la gauche, dont certains représentants, en dépit de tout bon sens, continuent de dénoncer l’Etat d’urgence, Les Républicains de Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, qui oscillent entre obligation d’union nationale et tentation polémique, et le Front national de Marine Le Pen et Florian Philippot. A en croire Kepel, les uns comme les autres ne comprennent pas le bouleversement de l’histoire auquel ils sont confrontés. D’une part, en ce qu’ils ne comprennent pas l’ennemi et son fonctionnement, pourtant transparent: « le logiciel de ce terrorisme-là n’a toujours pas été compris par le pouvoir politique, quel qu’il soit (…) On est dans une autre dimension, il ne s’agit pas de dire qu’on va faire appel à la réserve, tout le monde sait que les forces de l’armée et de la police sont épuisées ». Face à ce danger, le gouvernement, chaque fois dans l’urgence, procède à des annonces qui ont pour objet de rassurer, autant que faire se peut, l’opinion. A chaque tragédie, le curseur du déploiement des forces policières et militaires monte d’un cran. Après Nice, c’est la Réserve qui est convoquée. Et l’état d’urgence maintenu pour trois mois encore. Le gouvernement pouvait-il faire autrement, dans les heures qui suivent un acte de la nature de celui commis à Nice? Non. Il fallait envoyer des signaux de rassurance l’opinion inquiète. Mais cette même opinion inquiète, en demande d’actes immédiats, sait aussi que ce qui a eu lieu à Nice relève de la menace auscultée par Gilles Kepel. Des sentinelles déployées ici et là ne suffisent pas à empêcher un individu déterminé à passer l’acte. Partenaire du gouvernement, ses oppositions de droite, d’extrême droite et d’extrême gauche paraissent aussi éprouver de la peine à se hisser à la hauteur du rendez-vous de l’histoire.  Si, comme le dit Kepel, notre classe politique est nulle, tétanisée par une opinion fragmentée, clivée et divisée, le risque est alors grand de voir triompher la stratégie déployée par les ennemis de la France, à savoir « faire en sorte que la société, qui est totalement déboussolée, se prépare à une logique de guerre civile entre enclaves de confessions différentes ».

(Challenges)

Attentats : le patron du GIGN accusé d’incompétence

Attentats : le patron du GIGN accusé d’incompétence

 

Il faut sans doute que la situation soit très grave pour que des gendarmes du GIGN dénoncent l’incompétence et le manque de courage de leurs patrons. La preuve aussi sans doute qu’il serait urgent de regrouper les forces d’intervention sous un même commandement. Ce qui a été proposé par la commission parlementaire qui a enquêté sur la tuerie du Bataclan. Une proposition rejetée par le ministre de l’intérieur. Le cloisonnement des forces d’intervention et encore davantage des organismes de renseignement portent pourtant préjudice à la lutte contre le terrorisme. Le colonel Hubert Bonneau était-il l’homme de la situation pour gérer les attentats du 13 novembre ? C’est la question qui se pose après la lecture d’une lettre dans laquelle des gendarmes d’élite du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) s’en prennent anonymement à leur chef, «peu courageux ». Ils lui reprochent notamment de ne pas avoir engagé ses hommes au Bataclan lors des attaques terroristes. La missive de trois pages adressée au patron de la gendarmerie nationale Denis Favier, révélée par Le Canard enchaîné, est seulement signée « l’esprit de l’inter » – les syndicats n’étant pas autorisés dans la gendarmerie - au nom de membres de la Force intervention, qui regroupe une centaine de militaires. Il est impossible de savoir combien d’entre eux adhèrent aux propos virulents de ce courrier, mais selon les différents gendarmes du GIGN interrogés sous couvert d’anonymat, elle émane d’une poignée de mécontents tandis que de nombreux membres de la force d’élite n’y ont pas été associés. « Voilà maintenant deux ans que nous subissons le commandement injuste et peu légitime du colonel Bonneau », écrivent donc ces mécontents, exaspérés par « un mauvais chef », « qui fait de son mieux pour minimiser la Force intervention ». L’officier n’est pas issu comme eux de « l’inter », ou « intervention », cœur de métier du GIGN, et pour les gendarmes anonymes, c’est un tort. Ils estiment qu’il « ne comprend rien aux missions d’intervention », « est peu courageux et perd ses moyens dans l’action« .  Ils pointent notamment du doigt, la soirée du 13 novembre. Au début des attentats, un groupe du GIGN s’est pré-positionné, à la demande des autorités, à la caserne des Célestins, dans le centre de Paris, pour intervenir en cas de nouvelles attaques.  »Alors que nous étions 40 opérationnels (…) prêts à mener un assaut, prêts à faire cesser la tuerie », le colonel Bonneau « attendait sagement d’être appelé » et « se cachait derrière une histoire de compétence territoriale », accusent-ils. Rétrospectivement, il se disent « scandalisés et traumatisés par cet événement ».  L’assaut au Bataclan contre les jihadistes a été mené par les unités d’élite de la police. La commission d’enquête parlementaire sur les attentats qui vient de rendre ses conclusions a conclu qu’il n’était « pas nécessaire » de solliciter le GIGN, estimant que la BRI et le Raid étaient mobilisés en nombre suffisant à la salle de spectacles. Interrogée par l’AFP, la direction générale de la gendarmerie nationale n’a pas donné suite dans l’immédiat.

 

(Avec AFP)

Attentats Orlando, France, ailleurs : une réaction à la prochaine défaite de l’Etat islamique

Attentats Orlando, France, ailleurs : une réaction à la prochaine défaite de l’Etat islamique

 

 

Partout dans le monde se multiplient  les actes terrorises mais ceux qui se produisent dans les pays occidentaux sont les plus médiatisés. Il a y évidemment cet assassinat massif à Orlando, hier celui d’un couple de policiers en France, presque tous les jours des actes horribles au Proche et Moyen orient dont on parle moins. Des attentats qui pourraient se multiplier car l’Etat islamique est sur le recul et pourrait être complètement défait d’ici la fin de l’année. Du coup certains individus fanatiques, souvent des marginaux,  veulent venger cette défaite annoncée et  font allégeance à l’Etat islamique avant leurs crimes. D’autres crimes sont programmés directement par l’Etat islamique surtout sur les lieux du conflit. Des opérations meurtrières qui témoignent cependant de l’affaiblissement de l’Etat islamique qui a perdu la moitie de son territoire.  En effet deux ans après la proclamation par l’Etat islamique d’un califat sur un territoire à cheval entre la Syrie et l’Irak, ceux qui le combattent ont lancé une offensive généralisée sur plusieurs fronts. En Syrie, en Irak et en Lybie.   Vendredi, les troupes du gouvernement syrien soutenues par la Russie d’une part, et des combattants soutenus par les Etats-Unis d’autre part, avançaient chacun de leur côté en Syrie, tandis qu’en Irak voisin, l’armée irakienne cherchait toujours à reprendre Falloudja, à l’ouest de Bagdad.  Enfin, en Libye, où l’EI s’est implanté l’an dernier à la faveur du chaos qui régnait dans le pays, des combats sont en cours à Syrte, pour tenter de l’en déloger. En Syrie, les Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance arabo-kurde d’insurgés, ont lancé à la toute fin du mois dernier une offensive pour reprendre la dernière portion de la zone frontalière turco-syrienne encore dans les mains de l’EI et encerclent la principale ville du secteur, Manbij. Les FDS, soutenues par les frappes aériennes de la coalition anti-EI menée par les Etats-Unis, et par des éléments des forces spéciales américaines et françaises, ont coupé vendredi la dernière voie d’accès à Manbij, a annoncé l’Observatoire syrien des droits de l’homme. La zone est cruciale pour les approvisionnements de l’EI. Au sud, l’armée syrienne et ses alliés chiites, soutenus par la Russie, ont pris le contrôle d’un carrefour stratégique dans la province de Rakka. Ce carrefour contrôle une grande voie routière qui mène à la fois à Tabka, ville tenue par l’EI sur l’Euphrate, puis à Rakka, la capitale de la province. Cette offensive a également été lancée la semaine dernière. Les médias favorables au régime du président syrien Bachar al Assad ont appelé les offensives en cours « la course à Rakka ». Il s’agit pour les forces gouvernementales de prendre pied dans le fief de l’EI avant les milices soutenues par les Etats-Unis. L’avancée des FDS est la percée la plus ambitieuse menée jusqu’ici en Syrie par un groupe allié aux Etats-Unis, lesquels avaient eu auparavant des difficultés à trouver des alliés fiables sur le terrain en Syrie. Cette offensive semble avoir incité la Russie et le président syrien à tourner à leur tour leurs armes contre l’EI. L’Occident a longtemps accusé Moscou et Damas de frapper en priorité les autres ennemis du président syrien. Par ailleurs, les peshmergas kurdes sont déployés sur un arc au nord et à l’est de Mossoul tandis que l’armée irakienne tente de reprendre Falloudja, située à 50 kilomètres de Bagdad. Le Service anti-terroriste, une unité d’élite de l’armée irakienne, se battait vendredi dans al Chouhada, un quartier du sud de Falloudja, a constaté un photographe de Reuters sur les lieux. On entendait de fortes explosions et des tirs dans le quartier, tandis que des avions, apparemment de la coalition internationale menée par les Etats-Unis, survolaient la zone. L’assaut sur Falloudja, décidé par le Premier ministre Haïdar al Abadi après une série d’attentats suicide à Bagdad, n’était pas au programme des Etats-Unis qui souhaitaient que l’armée irakienne se concentre sur la reconquête de Mossoul. En Irak, l’état-major de la coalition contre l’EI n’a pu confirmer des informations d’une chaîne de télévision selon lesquelles Abou Bakr al Baghdadi, le chef autoproclamé de l’Etat islamique a été blessé.

Après les attentats, les inondations, les grèves, les Holigans !

Après les attentats, les inondations, les grèves, les Holigans !

 

Acharnement du hasard ou imprévoyance en tout cas la France ne cesse de cumuler des perturbations de tous ordres. Il y a d’abord eu évidemment les terribles attentats de novembre peut-être difficilement prévisibles mais qui ont permis de montrer les failles de nos services de renseignement tant au plan français qu’au plan européen. Ensuite des grèves certes ultra minoritaire mais qui ont créé des dysfonctionnements et de la gêne tant pour les juges que pour les deux entreprises. Des grèves qui traînent depuis trois mois et surtout le faite de secteurs qui ne sont absolument pas concernés par la loi. Une sorte de chienlit qui affecte l’économie et l’image de la France (témoin les retombées très négatives sur les activités touristiques par exemple). À cela se sont ajoutés les dégâts causés par les inondations elles aussi déclarées imprévisibles alors qu’elles sont largement liées à l’urbanisation, au bétonnage des seuls, à l’agriculture industrielle et au réchauffement climatique. Dernier événement en date parmi les mauvaises nouvelles la fête de l’euro gâché par les polygames dans plusieurs villes notamment à Marseille qui a connu une véritable guérilla entre supporters fous. Un événement sans doute aussi encore imprévisible alors qu’on pouvait parfaitement interdire l’accès en France assez les individus clairement identifiés et qui sont pour l’essentiel interdit de stade dans leur propre pays. A l’approche du coup d’envoi d’Angleterre-Russie, de nouveaux incidents ont éclaté samedi sur le Vieux-Port à Marseille où étaient rassemblés plusieurs centaines de supporters avant ce match de l’Euro 2016.  Cette série d’affrontements a fait 35 blessés. Un Anglais se trouvait samedi entre la vie et la mort, selon les marins-pompiers, qui ont aussi dénombré trois personnes considérées comme « grièvement blessées ». Le supporter anglais le plus gravement touché a reçu, vers 17h30, « des coups de barre de fer, vraisemblablement à la tête », a rapporté une source policière. Un CRS a tenté de le ranimer sur place avant qu’il ne soit évacué vers un hôpital, a-t-elle ajouté. Son pronostic vital est engagé, a complété le préfet de police des Bouches-du-Rhône Laurent Nunez. Le pronostic vital des trois autres blessés graves n’était pas engagé. « La police est intervenue sur une rixe qui opposait des supporters anglais, russes et français dans le secteur du Vieux-Port. C’était impressionnant mais le calme est revenu en quelques minutes « , a déclaré à l’AFP le préfet de police. La police – quelque 250 policiers et gendarmes – a fait usage de gaz lacrymogènes et les supporters sont partis en courant dans les rues avoisinantes, certains continuant à se battre entre eux, en s’arrachant leur T-shirt et en brisant des bouteilles de bière, a constaté l’AFP. La plupart avaient une bouteille à la main, certains des packs entiers.

Attentats : que les politiques et la justice la ferment !

Attentats : que les politiques et la justice la ferment !

 

 

L’action politique et l’action judiciaire s’inscrivent  désormais dans un processus de télé réalité. Chaque jour,  un politique ou un procureur donne presque en temps réel le détail des avancées des enquêtes policières. De quoi évidemment complètement déstabiliser le travail déjà difficile des enquêteurs. Sans doute une pathologie de nature existentielle tant pour les politiques que pour les responsables de la justice. Surtout quand il s’agit de s’exprimer pour ne rien dire ou pire  pour révéler des éléments perturbateurs pour l’enquête. C’est la mode du terrorisme en « live » à la télé  avec des politiques qui se délectent de parler sur des sujets qui masquent leur incompétence dans d’autres domaines, incompétence qui ne les exonère pas de leur responsabilité en matière de sécurité. Il serait donc temps de conseiller aux politiques, aux procureurs mais aussi aux médias de la fermer et ceci tant que l’enquête n’est pas complètement bouclée. Or à ce jour, personne ne connaît l’étendue du réseau à l’origine des attentats à l’origine des attentats du 13 novembre en France et de ceux de Bruxelles , ce qui n’a pas empêché Hollande en mal existentiel d affirmer que ce réseau « est en voie d’être anéanti », . Ce que personne ne sait évidemment sans parler de la nature des liens organisationnels avec l’État islamique. Pourtant en direct à la télé Hollande s’exprime. :

« Nous savons qu’il y a d’autres réseaux. Même si celui qui a commis les attentats de Paris et de Bruxelles est en voie d’être anéanti, il y a toujours une menace qui pèse », a déclaré le président français au début d’un entretien avec l’ancien président israélien Shimon Peres, à l’Elysée.

 

(Avec Reuters et AFP)

« Si on arrête la guerre » en Syrie, « les attentats cesseront » !!! (Mélenchon)

« Si on arrête la guerre » en Syrie, « les attentats cesseront » !!! (Mélenchon)

 

 

Une curieuse déclaration de Jean-Luc Mélenchon qui pense que si la France arrête la guerre en Syrie les attentats cesseront en France. On voit mal pourquoi l’État islamique mettrait brusquement fin à sa conquête guerrière et à son objectif de dictature en Syrie, en Irak et maintenant en Libye. D’autre part nombre de pays qui ne sont pas directement impliqués dans cette guerre contre l’État islamique sont aussi victimes des mêmes attentats. Une vision donc assez simpliste de Jean-Luc Mélenchon doublement aveuglé par son antimilitarisme naïf et son soutien de fait à Poutine. Une déclaration irresponsable véritable cocktail de contradictions. Jean-Luc Mélenchon, cofondateur du Parti de gauche et candidat à la présidentielle de 2017, juge « vraisemblable » que « si on arrête la guerre » en Syrie, « les attentats cesseront » en Europe, a-t-il déclaré dimanche sur Canal+.  »Si on arrête la guerre là-bas, il est vraisemblable que les attentats cesseront », a estimé Jean-Luc Mélenchon. Relancé sur le fait de savoir si c’était « aussi simple que ça », le député européen a répondu: « Il y a d’autres paramètres, mais commençons donc par admettre ce point. La guerre que nous menons là-bas se prolonge ici. Voilà. Ça, c’est un fait acquis, tout le monde le sait. » « Nous avons donc un ennemi que nous bombardons là-bas et qui, ici, trouve des gens pour mener des opérations de commando. Nous sommes dans un état de guerre dont le principe de base est l’action imprévue et on ne peut pas savoir où on va être frappé », a-t-il ajouté. La réponse au terrorisme, selon lui, ce n’est pas « d’espionner tout le monde par quartiers entiers ». « Moi, je crois aux moyens humains, on infiltre, on met des gens » pour le renseignement. Or, a-t-il regretté, « l’État est anémié » et il manque des moyens humains pour mener cette action. Toutefois, veut croire Jean-Luc Mélenchon, les djihadistes « ont perdu d’avance, ils vont nous tuer beaucoup, mais nous finirons par l’emporter ».

(Avec AFP)

Après les attentats à Bruxelles un dispositif policier bidon en France

Après les attentats  à Bruxelles un dispositif policier bidon en France

Pour résumer 15 policiers supplémentaires par département mais le maintien de l’euro 2016 de foot « sous contrôle «  d’après le ministre des sports ». Encore une réunion de crise à l’Élysée qui débouche sur des crottes de chat. Bernard Cazeneuve ministre de l’intérieur a en effet annoncé 1600 policiers supplémentaires pour l’ensemble du territoire ce qui représente en moyenne une quinzaine de policiers en plus par département. Une grande décision aussi : les usagers n’auront accès aux infrastructures publiques que s’ils disposent  d’une pièce d’identité ;  de quoi évidemment sourire tellement cette mesure est ridicule et inefficace surtout. La posture médiatique du gouvernement ne serrait ne saurer dissimuler l’indigence des mesures prises contre le terrorisme. Parmi ces mesures des annonces qui seront faites dans les aéroports à la SNCF ou encore à la RATP signalant aux usagers qu’il faut être prudent vis-à-vis  des risques du terrorisme ! Après les explosions qui ont fait au moins 13 morts à Bruxelles ce mardi matin, Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur a donc annoncé un renforcement du dispositif policier et des contrôles « systématisés ».« Ce matin, dès les attaques de Bruxelles, j’ai décidé de déployer 1.600 policiers et gendarmes supplémentaires en différents points du territoire, aux frontières et dans les infrastructures de transports aérien, maritime et ferroviaire », a annoncé mardi le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, après une réunion de crise à l’Elysée autour de François Hollande et Manuel Valls. « En Ile-de-France, 400 policiers et gendarmes supplémentaires, en particulier à Roissy, Orly, dans le métro, dans les principales gares et les espaces publics. Ce sera aussi le cas sur le reste du territoire », a ajouté le ministre, lors d’une allocution. Les gares, les aéroports et les ports sont les priorités des forces de l’ordre. Bernard Cazeneuve a par ailleurs, annoncé que « les accès aux zones publiques dans des infrastructures de transports seront réservés aux personnes munies d’un titre de transport et/ou munies d’une pièce d’identité ». « Des messages préventifs de sensibilisation vont être diffusés par les opérateurs RATP, SNCF et autres en direction du grand public. Dans le cadre du dispositif Sentinelle, des patrouilles de militaires vont être réorientées sur ces sites pour épauler les forces déjà présentes. Les mesures de contrôles et palpations vont être systématisées », a ajouté Bernard Cazeneuve. 

 

Economie

Attentats de Bruxelles : la France aussi visée (Mathieu Guidère)

Attentats de Bruxelles : la France aussi visée (Mathieu Guidère)

 

 

Analyse de Mathieu Guidère, islamologue et spécialiste du monde arabe et musulman dans le Figaro

 

Comment analysez-vous cette nouvelle attaque perpétrée par Daech en Europe?

Mathieu Guidère. - On est sur une copie des attentats de Paris avec des attaques coordonnées, dans des lieux publics emblématiques. C’est le même mode opératoire, le même type de cibles qu’à Paris, la même signature. Repérages des lieux, mise au point des explosifs, location de voiture… Ce sont des attaques très préparées, avec beaucoup de logistique mais pas nécessairement beaucoup de monde pour les passages à l’acte. Comme à Paris, il est probable qu’on soit sur des commandos de deux à trois personnes. Et ça, c’est une marque de fabrique de Daech. Avant, on avait peu de monde pour la logistique mais beaucoup de monde pour le passage à l’acte. Eux préparent très bien leurs attentats et mobilisent beaucoup d’individus en amont.

 

Pensez-vous que l’arrestation de Salah Abdeslam la semaine dernière ait un lien avec ces attentats?

Son arrestation a sûrement précipité les opérations qui étaient prévues de longue date. Il est tout à fait possible que l’interpellation ait donné le top départ: «Si je tombe, allez-y.» Mais je pense surtout que c’est un pied de nez fait à la France et à la Belgique qui avaient crié victoire après sa capture. Selon moi, le message envoyé par Daech, c’est: «Vous n’avez attrapé qu’un second couteau. Vous allez voir les professionnels maintenant.» Ce qui est certain, c’est que les responsables politiques, belges comme français, en ont trop fait. Tout comme les médias. Les services franco-belges se sont concentrés sur Salah Abdeslam qui n’est qu’un kamikaze raté, menacé de mort par l’État islamique. On en a fait une star alors que ce n’est qu’un adjudant de la logistique. Et pendant ce temps-là, un attentat coordonné se préparait, alors même que la vigilance était à un très haut niveau.

Selon vous, s’agit-il de terroristes qui étaient dans l’entourage de Salah Abdeslam?

Pour moi, ce sont d’autres cellules qui ont été activées à Bruxelles. Ces commandos ont été armés, entraînés dans une logique militaire. Le cerveau des opérations a sûrement fait un séjour en Irak. Quant aux exécutants, il est possible que certains n’aient jamais quitté la Belgique ou la France. À l’inverse, il ne serait pas surprenant que d’autres aient infiltré des flux de migrants pour rejoindre l’Europe et participer à ces attaques. On sait que l’État islamique en a les capacités. Cette menace est d’autant plus réelle que l’EI a pris le contrôle de Mossoul, abritant une annexe qui fabriquait des passeports vierges à la demande.

 

Les explosions ont eu lieu dans un aéroport et à la station de métro Maelbeek située rue de la Loi, non loin des institutions européennes. Quelle est, selon vous, la portée symbolique de ces cibles?

L’aéroport est une sorte de clin d’œil à Ben Laden et un appel aux combattants d’Al Qaida à rejoindre l’État islamique, sur fond de rivalités entre les deux organisations terroristes. En résumé, Daech veut montrer qu’il fait comme al-Qaïda mais en mieux. L’idée est aussi d’abattre le pays économiquement. On sait qu’un attentat peut représenter entre 0,1 et 0,3% du PIB à un pays. En visant Bruxelles, les auteurs de ces attaques punissent également les Belges de leur coopération avec la France et envoient un signal à l’Europe. Le message est le même qu’en novembre 2015: «Puisque vous êtes passés des frappes chirurgicales à des frappes de masse, nous allons en faire de même et perpétrer des attentats de masse.»

 

Existe-t-il un «Bruxellistan» comme on a connu naguère un «Londonistan»?

 

Il est vrai que la Belgique apparaît aujourd’hui comme une base arrière du djihadisme comme l’était hier l’Angleterre. Ne pouvant plus s’installer à Londres, où les islamistes algériens avaient trouvé refuge dans les années 1990, des filières marocaines se sont établies à Bruxelles dans le courant des années 2000. Des petites communautés se sont formées et ont prospéré pendant plusieurs années. Durant cette période, la Belgique a regardé ailleurs, estimant que ces islamistes marocains ne représentaient pas un danger immédiat pour le pays. Sauf qu’après les attentats deCharlie Hebdo, la donne a changé: la France a commencé à faire pression sur la Belgique, qui a dû réagir et «faire le ménage». D’ailleurs, le «Bruxellistan» va sûrement disparaître et renaître ailleurs, peut-être dans le sud de l’Italie, point de passage des migrants en provenance de la Libye, où l’État islamique gagne du terrain.

 

Comment réduire la menace?

Cela fait quinze ans que nous essayons d’éradiquer le terrorisme, sans grand succès. Depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, le monde libre a tout essayé dans sa guerre contre le terrorisme. S’il éprouve des difficultés, c’est parce que la solution est davantage politique que militaire. Certes, il faut réduire les groupes terroristes qui nous menacent, mais cela restera un coup d’épée dans l’eau s’il n’existe pas parallèlement une solution politique et diplomatique. Il y a un siècle exactement, les accords Sykes-Picot dessinaient les frontières actuelles du Moyen-Orient, il est temps pour la France de proposer, à l’occasion de ce centenaire, une grande conférence internationale sur cette région.

 

Côte d’Ivoire : des attentats manqués contre la France

Côte d’Ivoire : des attentats manqués contre la France

 

Il est clair que les attentats de Grand Bassam en Côte d’Ivoire visaient surtout la France et sa politique de lutte contre le terrorisme en Afrique. Ces attentats meurtriers qui ont fait une quinzaine de victimes ont en fait surtout touché  la population locale. Sans doute la preuve de l’amateurisme de ces terroristes. À la fois amateurs, abrutis  et sans doute étrangers,  ces terroristes n’ont pas fait preuve d’un grand professionnalisme. Sans doute ne connaissait-il pas beaucoup le terrain. Grand Bassam est en effet surtout une station balnéaire populaire même s’il existe quelques rares hôtels avec présence de quelques européens. Pour l’essentiel le mobilier urbain de Grand Bassam se compose de paillotes tout au long de la plage, des paillotes surtout fréquentées par les milieux populaires et des jeunes venus d’Abidjan. Cet attentat auraien t pu se conclure par massacre de plusieurs centaines de personnes. Faute de connaissances du terrain, aussi d’équipements, les conséquences ont pu être limitées même si elles demeurent cependant dramatiques. En outre les assaillants ont sans doute négligé le fait qu’il n’existe qu’une seule route (avec un seul pont) pour desservir cette plage, ce qui limite considérablement les possibilités de fuite des terroristes. Du coup, ces terroristes ont pu facilement être encerclés par les forces de leur local. Du faît du brassage de population, du climat général de tolérance,  la Côte d’Ivoire n’est pas un territoire privilégié pour le terrorisme. Il s’agit plus vraisemblablement d’une réponse politique à la présence de la France dans d’autres pays notamment au Mali. De ce point de vue on peut penser que la tentative de déstabilisation politique et économique relève d’une action isolée sans grandes chances de succès pour l’avenir. Des hommes armés ont donc  attaqué dimanche trois hôtels de Grand-Bassam, près d’Abidjan en Côte d’Ivoire, tuant 14 civils et deux membres des forces spéciales, rapportent les autorités ivoiriennes. Un ressortissant français au moins figure au nombre des personnes tuées, a-t-on appris auprès du ministère français des Affaires étrangères à Paris. D’après un officier des forces de sécurité ivoiriennes, au moins quatre Européens ont été tués. « Trois hôtels situés à Grand-Bassam ont été attaqués ce dimanche par des hommes armés. Les forces de défense et de sécurité sont intervenues immédiatement et ont pu neutraliser six terroristes. Les ratissages sont en cours », a déclaré à la télévision nationale le ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko. A Paris, le président François Hollande a confirmé dans un communiqué qu’ »au moins un Français » avait été tué par des assaillants armés, dénonçant un « lâche attentat ». « La France apporte son soutien logistique et de renseignement à la Côte d’Ivoire pour retrouver les agresseurs. Elle poursuivra et intensifiera sa coopération avec ses partenaires dans la lutte contre le terrorisme », a ajouté le chef de l’Etat.

Attentats: services de renseignements défaillants .

Attentats: services de renseignements défaillants

Après la phase d’émotion, de compassion, place à la phase d’interrogation après les attentats de novembre. Un rapport parlementaire pointe les défaillances des services de renseignements défaillances qui sont aussi dénoncés par le patron de la CIA. Interrogé sur le plateau de l’émission 60 minutes, diffusée dimanche soir sur la chaîne CBS News, le patron de la CIA John Brennan a donné sa vision des attentats qui ont frappé Paris le 13 novembre. Le directeur de l’agence de renseignement américaine a eu des mots très durs quant au travail de ses homologues français. « Paris a été un échec pour les services de renseignement, a-t-il déclaré. Tous les terroristes, sauf un, étaient des citoyens français, entraînés par l’État islamique en Syrie. Ils ont réussi à revenir sans être détectés et ont attaqué à six endroits tuant 130 personnes. » Selon lui, les signes avant-coureurs signalant une attaque imminente ne manquaient pourtant pas.  »Nous savions que les voyants étaient au rouge. Nous étions au courant, quelques jours auparavant, que Daech préparait quelque chose. » Malgré cela, les auteurs des attaques auraient  »réussi à prendre l’avantage grâce aux nouveaux moyens de communication ». Le rapport parlementaire évoque aussi les manquements des services de renseignement. «Comment se fait-il qu’un terroriste interdit de territoire français et européen se retrouve à diriger une attaque de cette ampleur?», s’est également interrogé Mohamed Zenak, dont la fille a été blessée au «Comptoir Voltaire», évoquant la présence à Paris d’Abdelhamid Abaaoud, le soir des attaques. Il avoue se poser «la question des responsabilités» des services de l’État dans les failles à déplorer ce soir-là. Alexis Lebrun, un membre de l’association «Life for Paris» déplore, lui, qu’il n’y ait eu ni présence policière, ni fouille au Bataclan le soir du 13 novembre, alors que la menace d’attaques de salles de concert était connue. En revanche, il estime qu’il est possible de déjouer une telle attaque. Le patron de la CIA en déduit en tout cas que les services de renseignement doivent « travailler plus dur. » « Nous devons avoir les ressources, techniques et humaines » pour lutter, a-t-il encore affirmé. Le patron de la CIA a également déclaré que les tentatives d’attaques de Daech sur le sol américain étaient très probables.

Un impact des attentats sur la croissance (INSEE)

Un impact des attentats sur la croissance (INSEE)

La croissance de la France ne fera déjà pas des miracles en 2015 puisqu’on prévoit une augmentation de l’activité de 1 %. En outre les attentats vont peser sur le dernier trimestre voir au-delà ;  on attendait en effet pour ce dernier trimestre 0,4 % de croissance pour le Pib on devra se contenter de 0, 2 % L’impact des attentats du 13 novembre sur l’économie française devrait être limité et temporaire, estime l’Insee, qui a revu en baisse ses prévisions pour le quatrième trimestre mais se montre confiant dans sa capacité à renouer ensuite avec un rythme de croissance cependant très modérée. Dans une note de conjoncture publiée jeudi, l’institut ne table plus que sur une hausse de 0,2% du produit intérieur brut (PIB) du dernier trimestre 2015, contre 0,4% auparavant.  Cette inflexion ne serait que passagère, le PIB repartant sur un rythme de progression de 0,4% par trimestre sur les six premiers mois de 2016. Avec le +0,3% enregistré au troisième trimestre, la croissance de l’ensemble de 2015 se situerait à 1,1%, soit le niveau le plus élevé depuis 2011 et juste au-dessus du scénario du gouvernement (1,0%) comme le prévoyait déjà l’Insee. « C’est le scénario qui nous semble le plus probable », a déclaré Vladimir Passeron, chef du département conjoncture de l’Insee, « la consommation des ménages et la croissance française plieraient en fin d’année mais feraient preuve de résistance ». Se fondant sur les réactions à des situations similaires dans le passé, l’Insee estime que l’impact des attentats de Paris et Saint-Denis se fera sentir sur la consommation de services marchands, en premier lieu l’hébergement-restauration et dans une moindre mesure les transports et les loisirs. Il se traduirait par une consommation des services en baisse de 0,3%, soit l’équivalent de -0,1 point de PIB au 4e trimestre.

Ventes au détail : au plus bas après les attentats

Ventes au détail : au plus bas après  les attentats

 

 

C’est un peu au doigt mouillé que la Banque de France avait évalué conséquences des attentats en considérant que cela réduirait le PIB de 0,1 %. Ce que constate aujourd’hui la Banque de France c’est un recul de plus de 1 % des ventes de détail. Pour mesurer l’ampleur du phénomène il faudra attendre fin décembre et les gros achats de Noël et du nouvel an. Ce qui paraît certain c’est que les consommateurs hésitent à se rendre dans les très grands magasins et ont tendance à réduire le volume de leurs achats. Les incidences sur la croissance pourraient être plus importantes que prévu surtout en 2016 dans la mesure où en France cette croissance repose surtout sur la consommation des ménages Les ventes au détail ont donc accusé leur plus forte baisse depuis huit mois en novembre en France du fait des attentats de Paris et de Saint-Denis, dont l’impact s’est fait particulièrement ressentir dans les grands magasins, selon l’enquête mensuelle de la Banque de France dans le commerce de détail publiée lundi. L’indicateur d’activité du secteur a reculé de 1,1% sur le mois pour s’inscrire à un plus bas depuis mars, celui des seuls grands magasins chutant de 4,3% à un plus bas depuis juillet 2014. Le rebond des ventes à distance (+3,2%) et, dans une moindre mesure, des supermarchés (+0,8%) n’ont pas suffi à compenser ces baisses, qui ont touché également les hypermarchés (-1,9%). Dans ses dernières prévisions sur l’économie française, publiées début décembre, la Banque de France estimait que l’impact des attentats serait « sans doute transitoire et donc limité ».  Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a quant à lui déclaré que l’impact pourrait être de 0,1 point de PIB, soit environ deux milliards d’euros.

 

Attentats : un impact économique limité ? (Banque de France)

Attentats : un impact économique limité ? (Banque de France)

C’est sans doute au doigt mouillé que la Banque de France considère que l’impact des attentats sera limité sur le plan économique. La vérité c’est que personne sans doute n’en sait rien. Il faudra prendre en compte la forte diminution de la fréquentation dans les hôtels et les restaurants, la baisse aussi du tourisme en général. Sans parler de l’attentisme probable des ménages comme des investisseurs. Dans ses prévisions pluriannuelles publiées vendredi, l’institution monétaire française a maintenu inchangée sa prévision globale de croissance pour 2015 à 1,2%. Dans une note interne réalisée une semaine après les attentats, la direction du Trésor avait déjà évalué l’impact potentiel des attaques du 13 novembre à 0,1 point de croissance au quatrième trimestre, soit l’équivalent de 500 millions d’euros. Selon l’enquête mensuelle de conjoncture réalisée par la BdF, en novembre « l’activité dans les services augmente à un rythme plus modéré que les mois précédents ». La production industrielle de son côté « progresse plus lentement que le mois précédent ». « Les livraisons croissent légèrement » et « les carnets de commandes sont assez bien garnis » mais « les prix s’érodent légèrement », note la BdF. En décembre, la production industrielle est attendue « en faible hausse ». L’activité du bâtiment quant à elle « progresse très légèrement, notamment le second œuvre » en novembre. Elle « devrait être à nouveau en faible progression en décembre ».

Terrorisme : 1000 personnes refoulées à la frontière depuis les attentats

Terrorisme : 1000 personnes refoulées à la frontière depuis les attentats

 

Il est clair que cette fois le gouvernement a notoirement musclé sa politique sécuritaire après les attentats du 13 novembre. Contrairement à ce qu’estime certains démagogues le risque zéro ne pourra cependant être atteint. Pour autant ces mesures sont utiles et elles créent un sentiment d’instabilité chez les terroristes potentiels. Ceci étant  bien d’autres mesures sont à prendre notamment en matière de renseignement mais les premières dispositions montrent cependant une certaine efficacité. On pourra toujours objecter que ces mesures sont encore insuffisantes, ce qui est sans doute vraisemblable. De ce point de vue  il faudra cependant encore du temps pour approfondir la problématique de ce terrorisme nouveau qui frappe en Occident. À cet égard il sera sans doute difficile de trouver le juste équilibre entre politique sécuritaire et protection des libertés. En attendant 1.000 personnes représentant un risque pour la sécurité ont été refoulées avant leur entrée en France depuis la mise en place de contrôles aux frontières à la suite des attentats du 13 novembre, a déclaré samedi Bernard Cazeneuve.  Le ministre de l’Intérieur, qui a dressé le bilan des mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence, a contesté toute inertie du gouvernement en matière de sécurité.   »Depuis la mise en place des contrôles aux frontières, ce sont près de 1.000 personnes qui ont été empêchées d’entrer sur le territoire national en raison du risque que ces personnes pouvaient représenter », a-t-il dit lors d’un déplacement à Strasbourg.  Près de 2.000 perquisitions administratives ont été menées, 212 personnes placées en gardes à vue, 318 armes – dont 31 armes de guerre – saisies et 312 individus assignés à résidence, a-t-il par ailleurs indiqué. Bernard Cazeneuve, qui a visité le marché de Noël de Strasbourg et inspecté le dispositif de contrôle de la frontière par les polices françaises et allemandes, a balayé les « polémiques » sur la présumée inaction du gouvernement. « J’entends parfois, dans le bruit des polémiques (…) certains propos qui laissent à penser, et ce n’est pas responsable, que l’Etat n’aurait pas pris des mesures qui relèvent de sa compétence pour faire face au risque », a-t-il dit.   »Toutes les dispositions ont été prises et toutes les mesures ont été appliquées y compris sur les sujets sur lesquels au cours des années précédentes, peu de choses avaient été faites », a-t-il assuré. La loi antiterroriste de novembre 2014 a permis de bloquer 90 sites et 115 adresses internet et de prononcer 205 interdictions de sorties du territoire et 75 interdictions d’entrée, a-t-il indiqué. Depuis le début de l’année, le ministère a fait expulser 34 imams et prêcheurs « proférant des propos qui appellent au terrorisme » et deux mosquées « dont les membres appelaient à la haine » ont été fermées, a poursuivi Bernard Cazeneuve.

Moscovici promet la croissance en dépit des attentats

Moscovici promet la croissance en dépit des attentats

Moscovici commissaire européen aux affaires économiques s’engage sans doute un peu en affirmant que la croissance n’aura pas à pâtir des attentats. Première observation, il faudrait d’abord qu’il existe une croissance en Europe. En réalité cette croissance se limite à 1,4 % pour l’augmentation du PIB. Moscovici se fonde pour l’avenir sur des hypothèses économiques quelque peu intimistes (jusqu’à presque 2 % de croissance dans les années à venir). Or la BCE, elle, considère que la zone euro est engluée dans une croissance molle et ne prévoit au mieux que 1,4 % d’évolution du PIB  pour les années à venir. Dernière observation, les attentats auront inévitablement des conséquences notamment sur le tourisme et le commerce mais aussi sur la confiance des acteurs économiques. Bref des affirmations de Moscovici qui relève surtout de la méthode Coué. Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a en effet  dit ne pas croire que les attentats perpétrés à Paris puissent avoir un impact sur la croissance en France et dans la zone euro. Dans un entretien à France Inter diffusé samedi mais enregistré la veille, Pierre Moscovici estime que les exemples passés en Europe ne laissent pas craindre de rechute économique après ces attaques qui ont fait 130 morts et plus de 350 blessés le 13 novembre. « Je ne crois pas pour ma part que cette croissance soit affaiblie par ce qu’il se produit actuellement, ou menacée », a-t-il dit, alors que le gouverneur de la banque d’Italie, Ignazio Visco, s’est inquiété, lui, d’un poids négatif sur la reprise. La croissance de la zone euro est attendue à 1,6% du PIB cette année, puis à 1,8% en 2016 et 1,9% en 2017, a rappelé Pierre Moscovici. Pour la France, les estimations de la Commission tablent sur 1,1% puis 1,4% et 1,7%.

 

Attentats : retour aux années 50 pour la CGT ?

Attentats : retour aux années 50 pour la CGT ?

 

La CGT ce singularise en prenant nettement position contre les interventions militaires en Syrie. Certes la CGT n’a pas tort d’expliquer que les puissances occidentales ont une responsabilité lourde dans la déstabilisation politique en Irak, en Libye voire en Syrie. Et de ce point de vue  effectivement cette déstabilisation à largement favorisé l’émergence de l’État islamique. Pour autant la condamnation de l’intervention militaire en Syrie renvoie à des positions ambiguës qu’a prises la CGT dans le passé (concernant notamment les anciens pays communistes). D’une certaine manière il semble bien que la CGT ait  abandonnée l’évolution idéologique entamée notamment à l’initiative de Bernard Thibault. Sur le plan économique social ou politique c’est  le repli sur la citadelle assiégée, l’enfermement dans des positions uniquement protestataires, le corporatisme, l’archaïsme ;  une sorte de splendide isolement avec un parfum des années 50.  Dans un communiqué envoyé mercredi en fin d’après-midi, la CGT démontre donc sa singularité et son refus de se fondre dans l’unité nationale après les attentats qui ont frappé Paris et Saint-Denis le 13 novembre. Si le centrale de Montreuil condamne sans réserve les attentats et adresse sa solidarité «à toutes les victimes de ces assassinats», elle n’en entonne pas moins une petite musique différente. Bien sur, elle note avec satisfaction «que le Président annonce (…) ne plus considérer le pacte de stabilité comme un horizon indépassable». Mais elle s’oppose, avec un discours qui frôle l’angélisme, à la stratégie développée par François Hollande d’intensifier les frappes contre Daech. «La guerre ne règle rien, au contraire, déclare la centrale dirigée par Philippe Martinez. Les multiples interventions militaires (en Irak, en Libye, en Syrie, etc.), loin d’instaurer la démocratie, ont généré un appauvrissement des populations avec des centaines de milliers de victimes et une impasse économique et sociale. C’est le terreau sur lequel le terrorisme se développe, poussant des populations entières sur le chemin de l’exil». «La guerre ne règle rien, au contraire. C’est le terreau sur lequel le terrorisme se développe, poussant des populations entières sur le chemin de l’exil». Des arguments qui ne sont pas totalement faux mais qui témoigne quand même d’une certaine naïveté voir d’une neutralité discutable dans la guerre contre l’État islamique.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol